Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui va dîner chez Gauvain. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !



Le nutritionniste (partie 3)

 
Le nutritionniste a imposé ses règles : tout le monde a faim

 

INTRODUCTION

Arthur, Calogrenant et Léodagan sont dans un couloir du château

Calogrenant
Sire, pardon mais je comprends pas. D’abord, le nutritionniste ne devait venir que pour les gars de l’armée… et maintenant, deux semaines après, c’est régime obligatoire pour tout le monde.
Arthur
Eh ben disons que j’expérimente. J’étais pas très chaud au départ, d’accord… mais je vais vous dire, quand quelqu’un propose un truc pour innover, moi, je vais pas dire non.
Léodagan
Je vous signale que je vous en ai proposé un pas plus tard qu’hier...
Arthur
Balancer les condamnés à mort à la catapulte ? Oui, on peut appeler ça innover...
Calogrenant
Enfin là c’est pas le problème d’innover, Sire, tout le monde a faim ! J’ai vu un archer essayer de bouffer une flèche, pas plus tard qu’hier. Si j’étais pas intervenu, je suis sûr que l’arc y serait passé.
Léodagan
Remarquez, au moins pour une fois un de nos arcs aurait servi à quelque chose.
Arthur
Ecoutez, si nos hommes ont besoin de trois pintades quotidiennes pour tenir debout, on a quand même un problème !
Calogrenant
Mais on parle pas de trois pintades là Sire, on parle de trois navets par jour !
Léodagan
Admettez que dans le genre détraqué, vous êtes hors concours. Jusque-là, bon, vous dirigiez le Royaume comme un manche, mais au moins à table on avait de quoi bouffer…. Même si c'était dégueu.
Arthur
Bah justement. On mangeait trop, on mangeait mal et on gagnait jamais rien. Maintenant, ça sera manger moins pour gagner plus !
Léodagan
C’est Karadoc qui va être content ! D’ailleurs ça m’étonne qu’on l’ait pas entendu gueuler. Pas que ça me manque hein mais...
Arthur
Il est en mission.
Léodagan
Non, Karadoc est en mission ? Alors là pardon : ça marche du tonnerre, votre idée de génie. Et on peut savoir de quel fléau le grand chevalier Karadoc nous débarrasse ?
Arthur
Les voleurs de saucisson.
Calogrenant
Les voleurs de saucisson, Sire ?
Arthur
Je lui ai dit que des voleurs de saucisson sévissaient à la taverne, et lui ai ordonné de rester en planque jusqu’à ce qu’il les attrape.
Regards interloqués de Léodagan et Calogrenant
Arthur
Ouais, bon, fallait bien l’éloigner hein...

ACTE I

Le nutritionniste est face à Arthur et Lancelot. Ce dernier a la joue enfoncée dans la paume de sa main et n’a pas sa bonne tenue habituelle.

Le nutritionniste
Sire, vous devez absolument recadrer vos troupes.
Lancelot
Pff… on pouvait déjà pas les encadrer, alors si en plus faut les recadrer.
Arthur (surpris, à Lancelot)
Vous faites de l’humour, vous, maintenant ?
Lancelot
C’est la faim, Sire.
Arthur
La fin ? La fin de quoi ?
Lancelot
Nan, je veux dire, j’ai faim, c’est pour ça. Avec la nouvelle règle d’un repas et demi par jour, là…
Arthur
Bah je croyais que vous souteniez, comme quoi un peu de changement, ça ferait pas de mal, qu’il fallait qu’on arrête de passer des heures à table, et je sais pas quelle autre connerie ?
Lancelot
Ah ouais nan mais sur le papier j’étais pour, Sire, mais là pardonnez-moi l’expression, j’ai quand même gravement la dalle.
Arthur
Oui, bah faites avec hein
Il regarde le nutritionniste
Arthur
Allez-y, on vous écoute, qu'est-ce qu'elles ont les troupes.
Le nutritionniste (ignorant la question)
Seigneur Lancelot, en cas de petite faim je vous conseille...
Arthur
Non, vous lui direz ça plus tard. On vous écoute !
Le nutritionniste
Voilà Sire, je passais tout à l’heure dans le couloir, je sortais de ma chambre pour aller chercher un peu d’eau, parce qu’avec…
Arthur (l'interrompant)
Je vais être plus clair, on vous écoute, mais par contre faites court. Parce que moi aussi j’ai la dalle en fait.
Le nutritionniste
Bon, eh bien en me perdant dans le château je suis passé devant la salle de repos de vos hommes, là.
Arthur
Et alors ?
Le nutritionniste
Vous n’allez pas me croire, Sire. Ils disaient « On va encore manger des marrons ! »
Arthur
Oui… au risque de me répeter : Et alors ?
Le nutritionniste (outré)
Des marrons, Sire ! Connaissez-vous seulement la valeur nutritionnelle d’un marron ?
Lancelot (las)
Mais c’est une expression….
Le nutritionniste
Comment ça ?
Arthur (agacé)
Manger des marrons, c’est une expression ! Ils vont pas manger des vrais marrons.
Le nutritionniste (candide)
Ah bon ? Ils vont manger des faux marrons ?
Arthur (d'un calme exaspéré)
Mais non… manger des marrons, ça veut dire qu’ils vont encore se prendre une peignée.
Le nutritionniste ouvre la bouche
Arthur
Remarquez y a un progrès, ils en sont conscients dès le début, maintenant.
Le nutritionniste
Ah ça je vous avais dit Sire, avec mon régime ciboulette, ça carbure dans le ciboulot !
Il s’attire les regards blasés d’Arthur et Lancelot.

ACTE II

Séli est dans le laboratoire de Merlin, lequel lui fait face. Elias est un peu en retrait.

Merlin
Une potion pour ne plus avoir faim ?
Séli
Exactement. Vous devez quand même bien avoir ça, non ?
Merlin
Bien sûr que j’en ai. Mais d’abord, on appelle ça une potion de rassasiement…
Elias (sifflant ironiquement)
Et vous sortez ça d’un coup sans hésitation ? Alors là chapeau, ça vous réussit le régime, vous !
Séli
Le nom je m’en fous pas mal. Ça marche ?
Merlin (méfiant)
Pourquoi ça marcherait pas ?
Elias
Moi j’ai bien ma petite idée…
Merlin
Vous, occupez-vous de votre bâton. C’est moi l’enchanteur officiel, ici.
Séli
Ça marcherait pas parce que si c’est vous qui l’avez faite, à mon avis j’ai aussi vite fait d’aller tuer un sanglier à mains nues et de le faire cuire à la broche pour ce soir.
Elias
Ah bah oui tiens, en gros c’était ça mon idée.
Merlin
Parce que vous croyez que je ne suis pas capable de faire une potion ?
Elias
Ah, faire une potion, si ! La réussir sans faire fondre le chaudron, j’y crois nettement moins. (à Séli) Vous inquiétez pas, c’est pas lui qui l’a faite, il l’a achetée. Vous êtes pas la première...
Merlin (à Elias)
De quoi je me mêle ?
Il se retourne vers Séli
Merlin
C’est pour vous cette potion ?
Séli
Ah non non, moi ça va. C’est pour mon mari.
Merlin
Pour votre mari ?
Séli
Depuis que notre bon roi a mis en place des restrictions de bouffe à tous les étages, je peux plus le supporter, mon mari. Et pourtant Dieu sait que j’ai du répondant, niveau tolérance, mais là, moi, je peux plus. Alors filez-moi un bon flacon et on en parle plus.
Merlin
Et les ordres du roi ? Vous voulez que je la lui fasse à l’envers, en fait !
Elias
Comme si le roi en avait encore quelque chose à faire de vous ! Et puis vous faites bien toutes vos potions à l’envers, ça vous a jamais traumatisé.
Merlin (vers Elias)
ZUT !
Il se retourne à nouveau vers Séli
Merlin
En plus de ça y a des effets secondaires, ça se boit pas comme un jus de raisin.
Séli
Quels effets secondaires ?
Merlin
Eh bien… chez certaines personnes, ça…
Séli
Eh ben, accouchez !
Elias (intervenant)
Justement… Ça fait remuer la tige.
Séli
Comment ça ?
Elias
Eh ben la tige, de votre mari, ça pourrait lui donner un gros coup de fouet, voyez. Du genre pas maîtrisé.
Merlin
Enfin ça fait grandir la libido, quoi.
Séli
Ah ? Bon ben aucun risque, ça il a jamais tellement maîtrisé. Envoyez !

De mauvaise grâce, Merlin tend le flacon à Séli.

ACTE III

Sur le champ de bataille. Le visage d’Arthur est fermé, celui de Lancelot blasé, celui de Léodagan détaché.

Léodagan
Bon, c’est peut-être mes yeux hein, mais il me semble que c’est pas mieux que d’habitude, si ?
Lancelot
Dans un sens, si : c’est encore plus rapide, au moins.
Arthur
Mais enfin c’est dingue, ils font tous 10 livres en moins, comment ils peuvent être aussi lourdauds ?
Lancelot
Ils sont pas lourdauds Sire, ils manquent de force. Moi-même, si j’avais pas trouvé de quoi me ravitailler en dou...
Il s’interrompt
Arthur
Ah mais c’est pour ça que vous avez l’air plus en forme, vous bouffez en cachette !
Il se tourne vers Léodagan
Arthur
Vous aussi je suppose, vous vous faites livrer par derrière pour vous empiffrer !
Léodagan
Non mon bon roi ! Mais au passage, je vous le redis, je vois pas pourquoi on crève de faim parce que soudain vous êtes tombé sous le charme d’un bouffeur de tiges, hein !
Lancelot (reprenant la parole)
Je me suis pas empiffré, Sire. Deux ou trois morceaux de pain...
Arthur
Ah ouais ? Gros comment, le pain ?
Léodagan
Comme vos idées à la con !
Arthur
C’était pas mon idée je vous signale à la base ! C’était Bohort.
Lancelot
Et où est-il Bohort ?
Arthur
Est-ce que je sais, moi ?
Léodagan
À tous les coups, en train de se pignoler le poireau avec votre nutritionniste de mes deux ! Et pendant ce temps-là, qui ramasse ?
Arthur
Bah c’est pas vous. Et toujours pas vos hommes, d’ailleurs.
Léodagan
Dites, ça va pas recommencer hein. Mes hommes c’est pas des flèches mais au moins ils peuvent en tirer une sans se briser l’os !
Lancelot
Sire, faut redevenir sérieux là… Ça ne marche pas votre expérience, admettez-le !
Arthur
Je vais pas abandonner à la première bataille perdue, je vais passer pour quoi, encore ?
Léodagan
Pour une gonzesse. Mais rassurez-vous, ça choquera personne, hein.

CONCLUSION

Dans la chambre du Roi

Guenièvre
Ça y est, il est parti le nutritionniste ?
Arthur (fataliste)
Eh oui, ça y est… encore une belle page dans la légende !
Guenièvre
C’est pour ça que ça sent la viande partout dans le château depuis tout à l’heure ?
Arthur
Ouais, les cuistots ont un peu surcompensé…

Guenièvre promène un regard insistant sur Arthur, qui finit par le remarquer

Arthur
Quoi ?
Guenièvre
Vous avez maigri, non ?
Arthur
Ah vous croyez ?
Guenièvre
Mais oui.. ça vous va vraiment bien.

Arthur laisse échapper un sourire.

Arthur
Si ça peut vous faire plaisir…
Guenièvre (se rapprochant très, très près, posant son bras sur l'épaule d'Arthur)
Ça pour me faire plaisir…
Arthur (se dégage vivement)
Qu’est-ce que vous faites ? Vous avez encore picolé ?
Guenièvre
Bah non ! J’ai juste bu un peu de la potion de Merlin ce matin…
Arthur fronce les sourcils mais n’a pas le temps de demander quelle potion. La voix de Bohort, paniquée, retentit.
Bohort
Sire ! La salle de repos des archers est en feu !
Arhur
De quoi ? Mais qu’est-ce qu’il s’est passé, une attaque ?
Bohort
Non non Sire, ce sont nos hommes.

Bohort
Je crois qu'ils ont voulu faire cuire des marrons.

FIN

La suite ! Et merci au passage pour les gentils commentaires :)


 
Le nutritionniste (partie 2)

 
Le nutritionniste est arrivé à Kaamelott, il et ne fait pas l'unanimité. Mais alors, vraiment pas.

 

INTRODUCTION
Perceval et Karadoc sont dans le laboratoire de Merlin

Merlin
Pour la dernière fois, non, j’ai pas le temps pour vos idioties !
Karadoc
Allez, faites pas le con, quoi !
Perceval
En tant qu’enchanteur, je vous signale que vous devez protéger le royaume.
Un temps
Perceval
Non ?
Merlin
Le royaume, oui. Deux clampins qui cherchent un sort pour faire voler les poulets, non !
Karadoc
On vous a jamais demandé ça !
Perceval
On est pas cons, quand même.
Karadoc
On sait bien que ça vole déjà, les poulets.
Perceval
D’ailleurs on dit bien « Se sentir poulet des ailes », non ?
Karadoc
Ce qu’on veut, c’est qu’il vole plus longtemps !
Perceval
Et qu’on puisse le diriger comme on veut.
Merlin (faussement épaté)
Le diriger comme vous le voulez ?
Karadoc
Oui, comme les pigeons voyageurs qu’on envoie avec des messages !
Perceval
Enfin, nous, on en envoie pas.
Karadoc
Bah non, nous on sait pas écrire
Perceval
Mais si on pourrait, on voulait !
Karadoc
Ouais ! Euh, non, si on vourrait, on poulet !
Perceval
Nan, attendez, c’est si on…
Merlin (le coupe)
Bon, j’ai pas le temps, tirez-vous. Et puis en passant vous croyez qu’on peut balancer des poulets à la tête des invités du roi comme ça ?
Karadoc
Mais c’est pas DES invités !
Perceval
Bah non, c’est un antisioniste !

ACTE I

Arthur marche dans un couloir de Kaamelott. Dans un virage, il tombe sur le maître d’armes

Le maître d’armes
Sire, enfin ! Je vous cherchais.
Arthur
Ah... vous voulez me parler de l’entraînement de cet après-midi ?
Le maître d’armes (surpris)
Non non, pas du tout Sire.
Arthur (surpris aussi)
Ah bon ?
Le maître d’armes
Comment, “Ah bon” ?
Arthur
Non mais comme vous avez tendance à me les râper avec cette histoire d’entraînement à chaque fois qu’on se voit, je me disais...
Le maître d’armes
C’est un petit peu vexant, Sire. J’ai tout de même d’autres sujets de conversation que nos entraînements.
Arthur
Tiens donc.
Le maître d’armes
Mais puisque vous en parlez, j’en profite pour vous prévenir qu’il va falloir vous remuer la couenne un peu plus que la dernière fois, p’tite pédale !
Arthur (sans relever l'invective)
Donc vous avez d’autres sujets de conversation ? Lesquels, sans vouloir être indiscret ?

Le maître d’armes
Eh bien, puisque vous le demandez : la nourriture.
Arthur
Ah non alors vos sermons sur la viande avant l’entraînement, une autre fois hein !
Le maître d’armes
Mais puisque je vous dis qu’il ne s’agit pas de l’entraînement !
Arthur
Bah de quoi alors ? Des combats c’est ça ? Ah oui, je sais, vous allez me dire que si on se prend des branlées c’est qu’on bouffe mal…
Le maître d’armes
Mais pas du tout, Sire ! Je voulais simplement vous féliciter.
Arthur
Me féliciter… de manger de la viande ? Vous avez picolé ?
Le maître d’armes
Je suis passé tout à l’heure devant les cuisines. On m’a dit “Recommandation du nutritionniste : des lentilles pour tout le monde à midi”. Eh bien, permettez-moi d’être un peu trivial, Sire : là, j’ai envie de dire "Youpi" !

ACTE II

Arthur est assis dans la salle du trône, avec Bohort à ses côtés. En face de lui, debout, un homme svelte, l’air très calme.

Arthur
Quand on vous a autorisé à venir, c’était pourtant clair : vous intervenez auprès des gars de l’armée, un point c’est tout. Nos menus à nous, vous y touchez pas.
Le nutritionniste
Ah, parce que vous faites pas partie de l’armée ?
Arthur
Si...enfin, non… moi je dirige l’armée, ça n’a rien à voir !
Le nutritionniste
Pour diriger l’armée vous n’avez pas besoin d’être en forme ?
Arthur
Mais je suis très en forme !
Le nutritionniste fait la moue
Arthur (agacé)
Bon, de toute façon on parle pas de moi, là, si ? Alors occupez-vous de mes hommes d’abord, de vos fesses ensuite, et quand il vous restera cinq minutes, vous viendrez me vendre vos salades !
Le nutritionniste
Je ne vends pas de salades, Sire. Mais par contre si vous voulez une recette j’en ai une du tonnerre avec des concom…
Arthur
Non mais j’en veux pas, de vos recettes. J’ai assez de légumes autour de la table ronde toute l’année, je vais pas en plus me les farcir dans l’assiette.
Bohort
Sire, ce que veut dire notre cher invité, c’est qu’un Souverain se doit de montrer l’exemple.
Le nutritionniste
Ah non non, moi ce que je veux dire, c’est que votre Sire Arthur a du bide.
Arthur
De quoi ? Dites, le Sire Arthur il a des cachots surtout, alors si vous voulez éviter de les visiter va falloir y aller mollo sur les insultes hein !
Bohort
Sire, sans vouloir vous faire offense, admettez que même si vous n’êtes pas Karadoc….
Le nutritionniste
Karadoc c’est le monsieur très gras qui m’a balancé un poulet à la tête tout à l’heure ?
Arthur (après un temps)
Oui, ça y ressemble, oui.
Le nutritionniste
C’est un de vos chevaliers, c’est ça ? Faut qu’il mange moins de viande, j’ai l’impression que ça le rend nerveux.
Arthur
Non mais les chevaliers c’est pareil, vous n’y touchez pas.
Le nutritionniste
Ah ça je comptais pas le toucher. Y a plus de gras sur lui que sur un foie de dinde
Arthur
Je vous rassure, y a aussi autant de cerveau sur lui que sur une dinde.
Bohort (au nutritionniste, ignorant Arthur)
Ceci dit, moi si vous avez un ou deux conseils… Je me demandais par exemple, est-ce qu’il vaut mieux manger une poire le midi ou le soir ?
Arthur
Dites...
Le nutritionniste (ignorant Arthur)
Je vous conseillerais plutôt les pommes…
Arthur
Et manger un pain, ça vous dit, tous les deux ?
Le silence se fait

Arthur
On s’en tient à ce qu’on avait dit ! Vous restez un mois, vous faites perdre du poids à mes hommes, et ensuite, vous, vous rentrez chez vous planter des choux.
Le nutritionniste
Pardon, je ne mange pas de chou.
Arthur
Ah bon ?
Le nutritionniste
Oui.
Arthur
Et pourquoi pas ?
Le nutritionniste
Parce que. Ça fait péter.

Acte II

Salle du trône toujours. Léodagan et Lancelot ont remplacé Bohort. En face d’eux, à la place du nutritionniste, Karadoc et Perceval

Karadoc
Sire, je vais pas y aller par quatre fromages, je suis venu vous demander l’autorisation d’affronter en duel votre cruciverbiste.
Arthur
Mon nutritionniste.
Karadoc
Ouais ouais, noyez pas le basson, hein.
Lancelot
Affrontez en duel un invité de Kaamelott ? Vous êtes dingue ?
Léodagan
Ah parce que vous aviez encore un doute ?
Arthur
Karadoc, je comprends très bien que sa présence vous fasse pas plaisir, mais de là à le dézinguer...
Léodagan (ricanant)
Mais il va dézinguer personne, lui... il se bat avec des navets.
Perceval
Non, monsieur ! Des endives !
Léodagan
Ah bravo. Et l’autre, il va se battre avec quoi ? Des carottes ?
Lancelot
Faudra dire au Père Blaise d’être là, ça dans la légende, ça va faire un carton !
Perceval
En carton ? Ah non non, on garde pas nos endives dans du carton.
Karadoc
Après ça prend le goût du papier.
Perceval
Ouais, c’est dégueu.
Karadoc
Ce qu’on fait, on prend un petit panier en osier, on met un fond de...
Arthur
Bon STOP ! Karadoc, vous ne vous battez pas en duel avec le nutritionniste, je vous interdis même de l’approcher, c’est clair ?
Perceval
Mais du coup, si on lui envoie des poulets dans la tête sans trop l’approcher, c’est bon ?

CONCLUSION

À la taverne

Le nutritionniste
Sire, je comprends pas pourquoi vous voulez me voir ici, au milieu de toute cette…orgie de boustifaille.
Arthur (bas)
Doucement ! Je veux pas qu’on me reconnaisse.
Le nutritionniste
Pourquoi, parce qu'on est à la taverne ?
Arthur
Nan, parce que vous… bah, vous…
Le nutritionniste
Je ?
Arthur (se décidant)
Vous craignez un max.
Le nutritionniste
Je crains un max ?
Arthur
Admettez que vous êtes pas bien populaire hein, avec vos recettes de chou là.
Le nutritionniste
Sire, je vous ai déjà dit, le chou…
Arthur
Oui oui, je sais, ça fait péter, ça va ! Bref, je voulais vous demander : pour perdre une bonne dizaine de livres, il faut combien de temps ?
Le nutritionniste
C’est pour votre femme que vous demandez ça ?
Arthur (pris de court)
Pour ma… nan mais dites, ça va oui ?
Le nutritionniste
Tout de même, elle est un peu…
Arthur
Oui bah non, ma femme elle est très bien comme elle est
Devant le haussement de sourcils de son interlocuteur, il se rend compte de ce qu'il vient de dire et se reprend
Arthur
Enfin, je la supporte enfin comme elle est, on va dire.
Le nutritionniste
Donc c’est pour vous ?
Arthur
Oui, si vous voulez tout savoir, oui. Et je veux pas de commentaires.
Le nutritionniste
Franchement, pour vous, quelques semaines suffiront.
Arthur
Bon. Alors je vous fais rester au château quelques semaines de plus… et vous, vous m’aidez… mais discrètement.
Le nutritionniste
Je ne vous décevrai pas, Sire

Un temps

Le nutritionniste
D’ailleurs, vous savez quel est le pire pour un nutritionniste ?

Arthur secoue la tête


Le nutritionniste
C’est de pas faire le poids.



A suivre...


 
Le nutritionniste (partie 1)

 
Après une énième défaite en bataille, Bohort soumet une idée saugrenue...

 

    INTRODUCTION
Sur un champ de bataille. Arthur tire une tête de six pieds de long. Il est entouré de Léodagan, à sa droite, et de Lancelot et Kay, à sa gauche. Léodagan affiche sans se cacher un rictus moqueur.

Arthur
Dites, Léodagan, ça va ?
Léodagan (toujours le sourire aux lèvres)
Ah oui moi ça va, merci…
Arthur
J’veux dire, vous voulez pas faire semblant d’être un tout petit peu affecté quand on prend une dérouillée ? C’est des gars à nous quand même…
Léodagan
C'est des gars à vous, pas des gars à nous
Arthur
Mais va falloir que ça rentre un jour hein... Moi c'est moi, et vous, c'est moi aussi. Les gars à vous c'est d'abord des gars à moi !
Léodagan
Nan mais y a pas de gars à moi, là… les gars à moi ils entrent pas sur le champ de bataille avec ce mental de tapette.
Arthur
Ils entrent pas sur le champ de bataille du tout, vous voulez dire. Chaque fois que je vous demande des renforts, vous refusez.
Léodagan
Quand on voit ce que ça donne sous vos ordres en même temps… au moins je sauve des vies.
Il marque un temps
Léodagan
C’est ça finalement la différence entre nous deux. Quand on y regarde bien, moi… je suis un humaniste.

ACTE I
Toujours sur le champ de bataille

Lancelot
Bon, Sire, sonnez la retraite, c’est grotesque, là !
Kay
Moi je veux bien sonner la…
Arthur
Eh, quand il faudra sonner, c’est moi qui vous sonnerai hein.
Kay boude
Léodagan (ironique)
Ah bravo, ça sonne bien… non faut admettre hein pour la poésie et entraîner vos mecs comme des danseuses, vous vous défendez.
Arthur (résigné, n’écoutant pas son beau-père)
Bon, oui, sonnez la retraite.
Kay
Non.
Arthur
Comment, non ?
Kay
Vous avez pas dit le mot magique, donc non.
Arthur
Le mot magique ?
Kay
Parfaitement.
Arthur
Ah oui, le mot magique… « magnez-vous le cul ou je vous colle au cachot jusqu’à l’hiver prochain ». C’est ça ?
Kay le regarde d’un air vexé, mais sonne la retraite
Léodagan
Vous voyez, même votre joueur de flûte vous respecte pas…
Kay (indigné)
C’est pas une flû…
Arthur
Vous, je vais vous la mettre quelque part, la flûte !
Kay
Quoi ?
Arthur
Je vous parle pas, à vous, je parle à mon beau-père.
Kay
Bah soyez plus clair, hein !
Arthur (se tourne vers Kay, furieux)
Dites…
Lancelot (inquiet)
Sire, les ennemis poursuivent nos hommes !
Arthur (reporte son attention vers le champ de bataille)
– La vache… mais…ils vont vachement plus vite que les nôtres !
Léodagan (se marre)
Non mais regardez-moi ça… même en retraite on est mauvais !
Lancelot
Sire, il faut vous mettre à l’abri !
Tout le monde se replie, sauf Kay.
Kay (fort)
Sire, qu’est-ce que je fais du coup, je rejoue de la flûte, ou bien ?

ACTE II
Réunion de la table ronde. Sont présents outre Arthur, Lancelot, Léodagan, Bohort, Calogrenant, Perceval, Karadoc, Gauvain et le Père Blaise.

Arthur
Alors, avant de commencer la réunion, Bohort nous a prévenu qu’il voulait nous dire quelque chose.
Père Blaise
Ah oui, il a fait sa demande par écrit, attendez que je retrouve les termes exacts
Il fouille ses documents
Père Blaise (marmonnant)
J’ai dû mettre ça par là…
Arthur (s'impatientant)
Bon, Bohort, expliquez-nous directement, ça sera plus simple.
Bohort
Merci, Sire. J’avais une petite suggestion à propos des combats.
Arthur
Quels combats ?
Bohort (sourire crispé)
Eh bien, les nôtres… sur les champs de bataille.
Un ange passe.
Léodagan
Bon, alors je vous préviens, moi je veux bien être gentil mais s’il faut se farcir les idées de Bohort sur les batailles, on va vraiment pas être copain. Parce que là si vous le laissez parler, dans cinq minutes faudra organiser un bal costumé avec les Saxons avec danses folkloriques et jus de pomme à volonté.
Arthur (fixe Léodagan et répète, incrédule)
‘On va vraiment pas être copain’ ?
Léodagan
Oui et alors ?
Arthur
Bah je pensais que vous aviez remarqué depuis le temps : on est déjà vraiment pas copains !
Calogrenant
Sire, c’est pas pour appuyer Léodagan, mais l’avis de quelqu’un qui touche jamais son épée, franchement…
Lancelot
Oui, je vous rappelle quand même qu’aux combats, vous n’y êtes jamais, Bohort.
Léodagan
Et c’est vrai que ça nous manque, tiens…
Perceval
À ce moment-là nous aussi on en a des suggestions sur les combats hein !
Karadoc
Des pleines cagettes !
Perceval
Tiens, ben justement, la technique où on prend des cagettes…
Arthur
Houlala, non, vous m’en parlerez une autre fois de celle-là.
Karadoc
Mais Sire…
Perceval (bas, à Karadoc)
Laissez, quand ils se retrouveront à se battre avec des oignons et qu’ils auront pas de cagette pour les rassembler, ils feront moins leur courgette.
Arthur
Bon, Bohort allez-y, qu’on en finisse.
Gauvain
Mon oncle, puis-je vous poser une question des plus ardues ?
Arthur
Oui mais rapidement, je voudrais qu’on avance…
Gauvain
Quelle différence y a-t-il une cagette et un cageot ?
Arthur le regarde atterré

ACTE III
Bohort peut enfin prendre la parole

Bohort
C’est à propos de la défaite de l’autre fois…
Lancelot
Quelle défaite ?
Léodagan (ironique)
Ah oui, là va falloir être un peu plus précis…
Bohort
Contre les Wisigoths, quand nos chers camarades se sont fait couper leur retraite…
Léodagan
Mais ils se sont rien fait couper du tout. À part des tranches de sauciflard en trop…
Bohort
Justement, je me disais qu’il faudrait peut-être revoir notre système d’alimentation, faire un peu plus attention, manger moins de viande.
Karadoc
Quoi ? Sire, c’est intarissable !
Arthur (mécaniquement)
Intolérable.
Karadoc
Ah ouais, merde. Sire, c’est intolérable !
Arthur
De quoi ?
Karadoc
Manger moins de viande ? Et après, ce sera quoi ? Manger moins de fromage ? Plus de pain, seulement de la brioche ? Je vous le dis, si vous écoutez ce genre de discours, le royaume court à sa perte.
Léodagan
Ça me fait un peu mal au fion, mais je suis pas loin d’être d’accord…
Bohort
Je ne parle pas forcément pour vous, seigneur Karadoc, mais au moins pour nos camarades qui se battent...
Calogrenant
C’est vrai que se faire battre à la course par les Wisigoths, ça pique.
Lancelot
D’autant qu’en plus des armures, ils ont de la fourrure, ces machins-là
Gauvain
Mon oncle, puis-je me permettre une suggestion ?
Arthur
Bah, s'il le faut vraiment...
Gauvain
Ne pourrions-nous pas plutôt lancer quelque étude afin de porter des armures moins imposantes ? La mienne m’écrase tant que j’ai peine à lever un bras…
Arthur
Eh ben essayez de lever l’autre, ça vous occupera un moment. Bohort, qu’est-ce que vous proposeriez, alors ?
Bohort
Il me semblerait judicieux de faire venir un nutritionniste au château.
Père Blaise
Ah oui, voilà ! C’était ça qui était marqué sur la note.
Arthur
Un nutritionniste ?
Bohort
Oui, un spécialiste de l’alimentation, quelqu’un qui pourra nous conseiller quoi manger pour être plus en forme.
Karadoc se lève
Karadoc (solonnel)
Je vous préviens, Sire : si on laisse entrer des gens comme ça à Kaamelott, je tire ma référence. La bouffe, c’est moi.
Il sort.

CONCLUSION
Arthur et Guenièvre sont au lit

Guenièvre
Alors c’est demain qu’il arrive ?
Arthur
Qui donc ?
Guenièvre
Le nutritionniste.
Arthur
Ouais. Ça m’a coûté quatre gueuletons pour convaincre Karadoc de pas se barrer, mais comme ça fait chier votre père, j’ai pas pu résister. De toute façon ça sera juste pour les gars de l’armée, on le laisse s’amuser un mois et c’est marre.
Guenièvre
Vous savez que tout le monde en parle, au château ?
Arthur
C’est qui tout le monde ? Votre bonniche ?
Guenièvre
Pas seulement ! Des tas de gens !
Arthur
Ah vous avez des tas de bonniches, maintenant ?
Guenièvre
  – Mon pauvre ami, si vous saviez ce qu’elles disent de vous…
Arthur
De moi ?
Guenièvre
Comme quoi un chef de guerre qui passe autant de temps à table, c’est pas étonnant qu’il perde autant.
Arthur
Qui a dit ça ? Angharad ?
Guenièvre
Ah ça je vous dirai pas… mais c’est pour vous dire ; vous feriez peut-être bien d’écouter ses conseils, au nutritionniste
Arthur
Pff, moi ? J’en ai pas besoin, j’ai le ventre presque plat.
Guenièvre
Ah ça pour le coup je peux pas trop vous contredire

Guenièvre
J’ai jamais eu tellement l’occasion de vérifier.



 
La page blanche

 
Quand Arthur, Léodagan et consorts manquent soudain d’imagination


INTRODUCTION
Le seigneur Karadoc est dans les cuisines. Face à lui, une complexe préparation culinaire à base de pain et d’une multitude d’aliments. Dame Mevanwi fait son apparition à la porte.
Mevanwi
Mais enfin qu’est-ce que vous faites ? Ça fait trois heures que vous êtes ici !
Karadoc
Je sais pas… je trouve pas.
Mevanwi
Mais vous trouvez pas quoi ?
Karadoc
Il manque quelque chose, mais je sais pas quoi.
Mevanwi
Dans votre sandwich, vous voulez dire ?
Karadoc (piqué au vif)
C’est plus qu’un sandwich, ça, c’est des tranches de bonheur normalement ! Ça devrait être une merveille urinaire.
Mevanwi
Culinaire ?
Karadoc
Ouais bon bref, en tout cas il manque quelque chose pour que ça soit parfait. Je comprends pas, d’habitude ça vient tout seul.
Mevanwi
Vous trouverez ça demain…
Karadoc
Demain ? Mais le pain sera moisi, demain ! Plus rien ne sera frais, demain ! Quand il s’agit de manger, y a pas de demain !

ACTE I

Perceval et Arthur mangent ensemble.

Perceval
Sire, vous êtes de bonne humeur là ?
Arthur (les yeux baissés sur son assiette)
Pourquoi ? Vous avez peur de manger une tarte ?
Perceval
C’est pas de la compote, le dessert ?
Arthur lève les yeux au ciel
Arthur
Bon, vous avez quelque chose à me demander ?
Perceval
Bah comment vous savez ?
Arthur
Parce que chaque fois qu’on mange ensemble, vous avez toujours quelque chose à me demander.
Perceval
  C’est pas pour vous embêter sire… mais j’aime bien quand vous m’expliquer des trucs. Ça me rabiboche.
Arthur
Ça vous.. revigore ?
Perceval
Ah ouais, merde.
Arthur
Bon ben allez-y, dites-moi.
Perceval
Voilà, j’aurais voulu faire une poésie pour Angharad.
Arthur
Et ?
Perceval
Bah je me suis mis face à une feuille, j’ai pris une plume, comme font les poètes quoi… et pas moyen d’écrire une ligne !
Arthur (surpris)
Mais vous savez écrire, maintenant, vous ?
Perceval
Ah non.
Arthur
Bah vous croyez pas que ça vient de là ?
Perceval
  Ouais, c’est sûr, ça aide pas… Mais bon, à la limite si je vous dicte, vous vous pourriez écrire.
Arthur
Dites, d’abord je suis pas votre larbin, et en plus vous avez des pistes ?
Perceval
Je sais pas, un truc qui l’impressionne un peu, genre une aventure de chevalier…
Arthur (appuyant sur « vos »)
Une de vos aventures de chevalier ? Vous avez pas peur que ça soit trop impressionnant ?
Perceval
Ouais, je sais, elle est pas habituée. C’est pour ça, je vestibule.
Arthur
Vous… tergiversez ?
Perceval
Ah non non, j’ai rien versé… vous croyez que c’est ça ?
Arthur
Écoutez, je peux pas trop vous aider, moi. Déjà vos sentiments pour Angharad, ça reste un peu confus pour moi… et puis j’ai pas trop la tête aux poèmes, en ce moment
Perceval
Vous avez la tête à quoi ?
Arthur
Bah le royaume, le Graal, les lois…
Perceval
Les oies ? Mais quel rapport entre vous et les oies ?
Arthur (après un temps)
Les lois, pas les oies.
Perceval
Ah parce que vous faites des lois ?
Arthur
Bah, j’essaie oui… mais bon en ce moment, j’ai pas trop d’idées… moment c’est comme vous avec votre poème
Perceval (fronce les sourcils)
Comme moi ? Vous allez les offrir à Angharad ?
Arthur ne répond pas et mange, semblant regretter de s’être lancé dans la discussion.
ACTE II
Arthur, l’air soucieux, marche dans un couloir du château. Il rejoint la salle des archives.
Arthur
Père Blaise ?
Le silence lui répond.
Arthur (plus fort)
Père Blaise ???
Toujours rien. Arthur avance et finit par tomber sur le Père Blaise, assoupi, un livre sur les genoux.
Arthur (fort)
Hé !!!
Père Blaise
Hein, quoi ?
Arthur
Dites, rappelez-moi, combien je vous paie au juste ?
Père Blaise – Comment ça ?
Arthur
Ça fait une plombe que je vous cherche, j’ai pas exactement que ça à glander, et je vous trouve en train de roupiller sur une chaise... d’où ma question : combien je vous pai, déjà ?
Père Blaise
Écoutez, Sire, c’est pas ce que vous croyez… Il se trouve…
Arthur
Non alors attendez… parce que ça m’intéresse pas tellement en fait, je venais pour vous demander quelque chose.
[perso=se redresse]Père Blaise (endormi)
Je vous écoute, Sire.
Arthur
Où est-ce que vous consignez les lois déjà ? Parce que je me souviens plus, je sais que y a un endroit, mais pour retrouver ça dans votre bordel
Père Blaise
Oh ben mon bordel…
Arthur
  Oui non vous avez raison, techniquement c’est à moi tout ça
Père Blaise
  Non c’est plutôt sur le mot « bordel » que je…
Arthur
Écoutez, appelez-ça comme vous voulez hein. Et du coup ?
Père Blaise (ne comprenant pas)
  Du coup ?
Arthur
Les lois ?
Père Blaise
Ah oui, les lois…Excusez-moi Sire, mais quand vous dites « consigner »…
Arthur
Oui enfin je voulais dire ranger, mais bon, vous ne savez visiblement pas ce que ça veut dire, donc j’ai préféré, « consigner »
Père Blaise
Oui, oui oui mais je sais pas non plus si on peut vraiment dire « consigner »….
Arthur
Bon bref, je vais plus simple, elles sont où les lois ?
Père Blaise (embêté)
  Bah, les lois…
Arthur
  Y a pas un endroit où vous les mettez ?
Père Blaise
Disons que… y a plusieurs endroits
Arthur le regarde, atterré

ACTE III

Père Blaise
Je consigne les lois importantes (il insiste sur ‘importantes’), mais de là à tout garder… parce que y a quand même un tas de conneries hein.
Arthur
Quelles conneries ? Mes lois ?
Père Blaise
Non mais ce que je veux dire, Sire…
Léodagan apparaît dans l’encadrement de la porte et regarde Arthur
Léodagan
Ah, ben vous êtes là ? Ça fait une plombe que je remue le château pour vous trouver !
Arthur
Qu’est-ce qu’il y a ? Une urgence ?
Léodagan
Plutôt oui. J’ai séance de justice demain matin, et j’ai toujours pas de nouvelle idée.
Arthur
De nouvelle idée pour quoi ?
Léodagan
Bah pour buter un voyou de manière originale !
Arthur
Quoi ?
Léodagan
Un peu de nouveauté, quoi… par exemple la dernière fois, le voleur de porc, bon ben on l’a fait cuire avec le porc qu’il avait volé et on a fait bouffer le tout aux condamnés de la semaine suivante. Ou la fois d’avant…
Arthur
Oui oui, j’imagine bien la fois d’avant… mais en quoi ça me regarde ?
Léodagan
Eh ben, là pas moyen de trouver une idée originale… en plus j’ai que de la crapule bas de gamme, des clodos, ça ressemble à rien. Enfin ça ressemble jamais à grand-chose mais c’est pour ça, autant s’amuser un peu
Arthur
Et vous venez me voir moi, pour me demander de vous aider à buter des mecs alors que vous savez que j’aime pas ça ?
Léodagan
  Ah c’est sûr que pour une fois j’aurais préféré avoir mon père sous la main, question invention il est plutôt calé. Mais le temps que j’envoie un pigeon et qu’il réponde, la séance sera passée, alors…
Arthur (blasé)
Écoutez, je sais pas moi, reportez-là.
Léodagan
Reporter une séance de justice ? Vous êtes pas un peu givré non ? Du sursis pour la racaille, et puis quoi encore ? J’ai une réputation à tenir moi, c’est pas comme vous.
Arthur
– Démerdez-vous, j’ai assez à faire avec l’autre grand con là
Léodagan
Je peux toujours le rajouter au lot de demain discrètement si vous voulez…
Arthur ignore Léodagan et se tourne de nouveau vers le Père Blaise
Arthur
Bon, pour résumer les lois sont éparpillées partout, pas moyen de les retrouver ?
Père Blaise
Bah dites-moi, j’ai toujours une vue d’ensemble…
Arthur
Une vue d’ensemble… j’vais vous coller au plafond pendant trois mois, là vous aurez une belle vue d’ensemble !
Léodagan
  Ah non, la loi pour coller les gens au plafond je l’avais proposée, vous avez jamais voulu…
Père Blaise
Et puis peut-être que pour les lois y a quelques soucis mineurs, mais tous les récits de chevalerie, je fais attention.
Arthur
Les récits de chevalerie de ceux-là ? Ah ben oui, ça vaut le coup d’être attentionné.
Léodagan
Parce que vos lois de gonzesse, ça vaut le coup d’être attentionné ?
Père Blaise
En même temps les lois vous les connaissez bien, c’est vous qui les faites…
Léodagan
Et ça se voit, hein, que c’est vous qui les faites… du coup pour une fois c’est peut-être pas plus mal que l’autre abruti ait pas fait son boulot…

CONCLUSION

Arthur
Bon, je vous demande quand même, vous avez eu l’impression d’en descendre moins, des lois, ces temps-ci ?
Père Blaise
En descendre moins ?
Arthur
Je sais pas, j’ai l’impression de faire moins de lois ces derniers temps, ça me chiffonne.
Léodagan
Pas nous, je vous rassure. Bon, on peut s'occuper de mes problèmes ou pas ?
Arthur
Votre problème de dégommer des clodos, vous voulez dire ? Je vais le régler vite fait, moi. Père Blaise, prêtez-moi votre plume, que j’écrive un mot.
Père Blaise
Vous risquez de pas voir grand-chose, ma chandelle est morte et j’ai plus de feu…
Léodagan
Fermez donc votre gueule, pour l’amour de Dieu !
Arthur écrit, et dit à voix haute en même temps
Arthur
À compter de ce jour, les exécutions se feront uniquement par pendaison. Signé : Arthur. Et voilà !
Léodagan (furieux)
Quoi ?
Arthur finit d’écrire, jette la plume et garde la feuille
Arthur
Et hop, une loi de plus !
Père Blaise
Bah oui, mais du coup je sais pas trop où la ranger moi…


Léodagan
Moi j’ai bien un endroit à vous suggérer…


La suite:


 
Le tour de Bretagne - Deuxième partie

 
Voici Arthur parti pour son tour de Bretagne, avec une fière équipe

 

Introduction

Seli arrive dans sa chambre pour se coucher. Elle s’allonge, sur le dos, et jette un coup d’œil à son mari, déjà allongé dans la même position, puis un autre coup d’œil plus prolongé.

Seli
Qu’est-ce que vous avez?
Leodagan
Comment ça, qu’est-ce que j’ai?
Seli
C’est quoi ce sourire niais, sur votre tronche, vous vous être pris un coup de masse? Non parce que déjà qu’à l’origine c’est pas jojo ainsi là c’est carrément flippant.
Leodagan
Eh oh, ça va oui? Je suis de bonne humeur, j’ai le droit de temps en temps ou faut vous envoyer un préavis?
Seli
Et je peux savoir ce qui vous met en joie?
Leodagan
Le roi qui s’absente pour un voyage. La paix pendant des semaines. Pas de phrases gnian-gnian et de mesures de gonzesse aux séances de justice…Voilà ce qui me met en joie!
Seli
Ah parce qu’il vous a autorisé à donner la justice sans être là pour vous engueuler une heure après?
Leodagan
Le roi m’a dit «  Je veux pas de zèle, Lancelot y veillera ». Mais bon c’est pas l’autre bien peigné qui va me freiner, hein..

Léger silence

Leodagan
D’ailleurs vous croyez que si je fais cramer les cachots avec les détenus dedans ça passera pour du zèle? 

Acte I

Arthur et Père Blaise organisent le périple du roi à travers la Bretagne

Arthur
Donc, on est bien d'accord, on va récupérer Perceval en Orcanie, à l'aller on passe par la Carmélide et la Calédonie, au retour par l'Irlande, on dépose Perceval chez lui avec mon pied au cul en bonus, et c'est marre.
Père Blaise
Euh, oui....mais tant que vous y êtes, vous voulez pas visiter le sud du royaume, l'Aquitaine, Vannes, tout ça?
Arthur
Alors là pardon mais je vois vraiment pas l'intérêt.
Père Blaise
Ben c'est nos peuples, quand même, faudrait peut-être qu'ils nous voient de temps en temps, non?
Arthur
A mon avis ils savent même pas qu'ils sont bretons, alors....
Père Blaise
Faudrait peut-être les mettre au courant, non? Qu'est ce qu'il se passera si un jour vous avez besoin d'eux et que vous envoyez un message à tous les bretons? Ils mettront le message au feu, et le pigeon qui le portera avec si ils ont la dalle.
Arthur
A Vannes ils passent la moitié du temps à bouffer et l'autre à ronquer, ça leur laisse pas grand chose pour se rebeller, et encore moins pour se battre, en admettant qu'ils en aient l'idée. Et puis en Aquitaine ils sont tellement loin qu'on voit jamais leur tronche et on sait jamais ce qu'ils foutent.
Père Blaise
Et ça vous gêne pas que la moitié de vos sujets ne sachent même pas que vous êtes roi?
Arthur
Mais ils s'en foutent de ça, d'être bretons, saxons ou chinetoques! Ils pataugent dans la bouse toute la journée, alors l'appartenance au royaume ça doit être un concept assez vague pour eux, pardon!
Père Blaise
Je m'excuse mais les paysans d'ici pataugent aussi dans la bouse et quand il s'agit de venir réclamer leur bon droit en tant que sujets du royaume ils hésitent pas longtemps.
Arthur
Oui, non mais eux c'est pas pareil. Ils sont à côté de la plaque, mais aussi à côté du château, pour venir gueuler c'est plus pratique.
Père Blaise
D’accord mais…
Arthur (le coupant)
Houlà non mais quand j’aurai envie de lancer un grand débat sur l’identité nationale bretonne je vous appellerai, hein. Bon, ils sont prêts, Karadoc, Bohort et Galessin?
Père Blaise (haussant les épaules)
Je suppose, oui.
Arthur
Comment ça, vous supposez?
Père Blaise
Ben oui, je suppose, j’ai pas le pif sur eux toute la journée, pardon!
Arthur
Non mais ça d’accord mais vous les avez pas vus ce matin?
Père Blaise (ironique)
Si, bien sûr, j’ai été vérifier la valise du Seigneur Bohort et je lui ai conseillé de rajouter une petite laine, et puis j’ai préparé des sandwichs pour le Seigneur Karadoc…Du coup j’ai laissé de côté le courrier et les comptes du château, je suppose que vous comprendrez, y a des priorités.
Arthur (agacé, haussant le ton au fil de la phrase)
Ecoutez, me les pétez déjà modèle géant à longueur de journées, à vous plaindre en permanence de votre paperasse à la con, si en plus vous essayez de faire de l’ironie vous allez finir à poil dans la neige et je peux vous garantir que c’est pas une petite laine qui vous couvrira!

Arthur se lève et quitte la salle

Acte II

Arthur, Bohort, Karadoc et Galessin sont dans la calèche qui les mène vers l’Orcanie

Karadoc
Sire….
Arthur
Ah non, alors on va poser ça dès maintenant comme une règle, vous la bouclez!
Bohort
Sire, loin de moi l‘idée de vous contredire mais c’est tout de même un long voyage, si personne ne parle je crains que ça ne soit pas très amusant.
Arthur
Ah parce que vous croyez qu’en laissant l’autre débile déblatérer des conneries on va se fendre la gueule?
Bohort
Des conneries, vous y allez un peu fort, notre camarade n’a dit qu’un mot.
Galessin
C’est pas pour faire le lèche-bottes mais enfin déjà un mot ça laissait une bonne idée de la suite…
Arthur
Ah, vous voyez!
Karadoc
Non mais c’était juste pour poser une question là…
Arthur
Ah non mais que ce soit pour déclamer un poème ou pour un concours de rots je ne veux pas que vous ouvriez la bouche! Gardez vos forces pour engloutir les trois tonnes de bouffe que vous allez voulu amener!
Karadoc
Trois tonnes? Mais y a à peine assez pour la première demi-journée de voyage! D’ailleurs quand est-ce qu’on…..
Arthur
Eh oh non mais vous vous foutez de ma gueule, là ? Je vous a dit de la fermer. Au prochain mot que vous prononcez je vous débaroule dehors et vous finirez à pied avec vos provisions sur le dos, c’est compris ça?

Léger silence. Soudain la carriole s’arrête

Arthur
Mais qu’est-ce qu’il fout, ce con, pourquoi il s‘arrête?

Il frappe sur la paroi de la calèche les séparant du conducteur

Arthur
Eh, oh, pourquoi vous vous arrêtez?
Voix du conducteur
Désolé sire, une traversée d’une famille de chevreuils.
Arthur
Une famille de chevreuils? Non mais vous êtes barrés, non? Vous allez vous arrêtez à chaque fois qu’un lapin remue les oreilles au bord du chemin, aussi?
Bohort
C’est la nouvelle loi, Sire!
Arthur
La loi? Comment ça, la loi? Je vous signale que je suis bien placé pour la connaitre, la loi!
Bohort
Mais si, vous savez, quand vous avez voulu faire un geste pour un chef de clan qui se plaignait que des animaux mouraient sur les routes trop fréquentées à côté de chez lui…
Arthur
Ah, mais ça? Non mais j’avais dit ça pour déconner, le coup des règles de circulation de calèche, c’était à la fin d’une séance de table ronde où on avait eu droit à un récit de Perceval et un autre d’Hervé de Rinel, j’en pouvais plus!
Bohort
Eh bien notre ami Père Blaise avait retranscrit ça dans une loi sur les clans.
Arthur
Le Père Blaise? Putain, il a vraiment un problème avec l’ironie ce con là.
Bohort
Je m’étonne que vous ne l’ayez pas lue avant de la signer…
Arthur
Oui, non mais parce qu’il a un problème avec la paperasse aussi. Je finis par lui signer ses trucs, sinon il me tire une tronche de déterré pendant huit jours.

Quelques secondes de silence passent

Arthur
Faut vraiment que j’arrête de vouloir faire plaisir à des cons, moi!

Acte III

Les quatre voyageurs se sont arrêtés dans une auberge, pour la nuit, et se sont mis à table

Arthur
Bon alors rappelez-vous, m’appelez pas sire, y a du monde. Déjà que je dois me farcir des visites de clans, si en plus on me reconnait et que je dois me taper le tour de l’auberge je vais péter un câble avant d’arriver en Orcanie, moi!
Bohort
Comment on vous appelle du coup?
Arthur
Mais j’en sais rien, moi! Appelez-moi pas, ça ira bien comme ça.
Karadoc
Pas? C’est bizarre comme nom, ça, non?

Arthur lève les yeux au ciel mais ne répond pas

Arthur
Bref, alors écoutez-moi bien….
Karadoc
Euh, Pas, on peut demander plus de pain?
Arthur
Bon alors vous, le pain dans votre gueule vous l’aurez pas demandé mais il va pas tarder en tout cas! Pour la dernière fois, fermez-là!

Arthur lance un long regard noir vers Karadoc et reprend:

Arthur
Donc, demain, on va visiter un premier clan. Un clan de Carmélide.
Galessin (d'un ton sceptique)
Un clan de Carmélide? Parce que Leodagan laisse des clans exister chez lui?
Arthur
Justement, c’est pas chez lui, c’est chez moi. Et puis attention, je dis un clan mais vu la description qu’on m’en a fait on dirait plus une famille nombreuse qui vit dans des cahutes en forêt qu’un clan à proprement parler. Enfin bref, la spécialité de ce clan, c’est le….

Il lit un papier

Arthur
…le bouillon de mouton et de pommes de terre. Apparemment la tradition veut qu’ils boivent ça tout seul, surtout sans rien avec, de temps en temps. Ça vous dit quelque chose, peut-être Karadoc?

Silence. Karadoc regarde Arthur d’un œil vide

Arthur
Non mais quand je pose une question et que je mets « Karadoc » derrière c’est pour votre pomme, vous pouvez répondre!
Karadoc
Ah, d’accord!
Arthur
Donc?
Karadoc
Euh..c’était quoi la question?
Arthur
D’accord donc en fait vous écoutez pas un mot de ce que je vous bave?
Karadoc
Si mais je regardais l’aubergiste en train de cuisiner là…
Arthur
Bon Dieu mais vous êtes pas apprenti cuistot, vous êtes un chevalier en mission, là, alors la cuisine locale vous vous la mettez où je pense!
Karadoc
Désolé, Sire.

Arthur soupire bruyamment

Karadoc
Bon, du coup c’était sur quoi votre question?
Arthur
Sur la cuisine locale!

Silence gêné. Arthur se prend la tête entre les mains, dépité. Sur ces entrefaites, l’aubergiste arrive avec les plats

Aubergiste
Voilà pour ces messieurs les voyageurs! Il vous fallait autre chose?
Karadoc
Si vous aviez un peu plus de pain.
Aubergiste
Ah ben je vais plus en avoir, vous m’avez bouffé quatre miches rien qu’avec vos entrées!
Karadoc (d'un air déçu)
Ah. Bon ben tant pis alors.
Aubergiste (se penchant vers la table)
En parlant de bouffer des miches, j’ai quelques belles filles de passage dans l’auberge ce soir, si ça vous tente….
Bohort: (regardant Arthur)
Sire!
Arthur: (bas)
Pas Sire, abruti!
Aubergiste
Sire?
Karadoc
Non mais c’est Pas son vrai prénom, mais on a l’habitude de l’appeler Sire.
Arthur
Dites, aubergiste, vous avez sans doute des clients à servir là, non?
Aubergiste
Ah, bien, bien…Allez, je vous laisse manger!
Arthur (bas)
C’est ça, trop aimable!

L’aubergiste part

Arthur (à Karadoc)
Dites, vous savez que c’était presque pas con ce que vous lui avez dit sur mon prénom? C’est juste con que vous l’ayez pas fait exprès.

Conclusion

Lancelot croise Père Blaise dans un couloir de Kaamelott

Lancelot
Ah, Père Blaise, alors vous avez des nouvelles du roi?
Père Blaise
Figurez-vous que je viens juste de recevoir un message, là, et je comprends pas tout d'ailleurs….
Lancelot
Qu’est-ce qui se passe?
Père Blaise
Apparemment Karadoc a mis en rogne un chef de clan de Carmélide, et Arthur par la même occasion, mais sinon ça va.
Lancelot
Qu’est-ce qu’il a fait, encore, ce débile?
Père Blaise
Il a goûté une spécialité locale, un bouillon de je sais pas quoi….
Lancelot
Laissez-moi deviner, il a pas aimé et il n’a pas pu s’empêcher de le dire?
Père Blaise
Non, et c'est là que je pige pas bien, apparemment il n’a pas détesté,…

Père Blaise
…c’est juste qu’il a demandé du pain, avec.


Je vais tenter de participer aussi, si l'inspiration me vient. Plus on est de fous, plus on rit ;)


   
Le tour de Bretagne - partie 1

   
Les clans ne sont pas jouasses et se font vindicatifs, comme les panneaux. Arthur se voit contraint d'agir.

   

     Introduction
     
      Père Blaise et Arthur sont en réunion.

Arthur
Bon, qu'est ce qu'on a maintenant?
Père Blaise
Le seigneur Bohort vient faire son rapport.
Arthur
Son rapport? Son rapport sur quoi?
Père Blaise
Dites, vous pourriez faire semblant d'avoir lu le programme des réunions avant d'y venir, que je passe pas une heure dessus pour rien.
Arthur
Eh oh, vous allez pas m'engueuler, non? C'est quand même pas ma faute si il vous faut une heure pour faire un programme!
Père Blaise
Il me faut une heure parce que je dois sélectionner les trucs prioritaires!
Arthur
Ah ouais, et c'est sur quel truc prioritaire le rapport de Bohort?
Père Blaise
Le diner dansant des clans bretons

    Arthur lui lance un regard effaré.

Père Blaise
Ouais, bon, cette semaine y avait pas surcharge!

    Acte I

Bohort
Ah Sire, tous ces gens différents rassemblés, c'était parfaitement charmant. Si vous aviez vu toutes ces bonnes volontés, tous ces échanges culinaires et cultu....
Arthur (coupant)
Houla non mais alors tout ça c'est super, hein, j'aime beaucoup, mais venons-aux aux faits!
Bohort
Euh..aux faits, Sire?
Arthur
Oui non parce que la bouffe et les danses traditionnelles c'est une chose mais je suppose qu'il y a des choses plus importantes dans votre rapport.
Bohort
C'est à dire que....j'avais plus ou moins concentré ce que je voulais vous dire autour des échanges culturels et de l'entente entre tous nos clans fédérés.
Arthur (au père Blaise)
Dites, vous, vous allez quand même pas me dire que vous l'avez fait venir juste pour me raconter que les chefs de clans s'échangent leurs recettes pourries. Non parce que comme priorité, ça se pose là!
Bohort
Leurs recettes pourries, je vous trouve un peu catégori....
Arthur (le coupant, ironique)
Remarquez, c'est vrai que si tous les bouseux du royaume qui se prennent pour des chefs de clans ou des chefs cuistots se mettent à répandre leurs plats dégueulasse à travers la Bretagne ça va vite devenir un sujet de préoccupation. Les pécores préfèreront retourner se faire couper les mains en Carmélide plutôt que de manger ici.
Père Blaise
Non mais l'intitulé exact du rapport c'était sur l'opinion des chefs de clans en ce moment. On en a parlé à la dernière réunion de la Table ronde.
Arthur
Ah bon?
Bohort
Oui Sire, on était plus ou moins d'accord sur la nécessité de garder un oeil sur nos chers camarades de toutes les contrées bretonnes
Arthur
On était plus ou moins d'accord et je m'en souviens pas?

    Silence gêné.

Arthur
Ah mais c'était le sujet après le récit de Perceval, c'est ça? Ah mais d'accord, non mais moi après ça c'était plus possible, j'avais envie d'attaquer la table ronde avec les dents pour me calmer. Bon ben ça d'accord, c'est déjà plus intéressant comme sujet, qu'est-ce que vous avez là-dessus Bohort?
Bohort
Ma foi, pas grand chose. En même temps dès mon arrivée au dîner on m'a offert une boisson qui, je le crains, m'a un peu troublé l'esprit. Une sorte de vin qui, rien qu'à l'apparence, m'a laissé je dois dire un peu perplexe.
Père Blaise
Et pourquoi vous n'avez pas refusé, s'il était bizarre?
Bohort
Je ne voulais pas le vexer. Et puis il avait un poulet sous son bras qui me regardait bizarrement, j'ai préféré éviter l'esclandre.
Arthur
Un poulet sous le bras? Ah ben vous êtes bien tombé....
Bohort
Vous me connaissez, Sire, je n'aime pas la violence. Mais quand ils ont assommé le poulet pour le faire rôtir, je dois avouer que j'ai respiré beaucoup mieux.

    Acte II

Arthur
Donc, si je reprends les choses depuis le début, vous êtes venu me faire un rapport pour m'annoncer solennellement qu'il y avait poulet au menu du repas machin chouette des chefs de clans?
Bohort
Ah si, tout de même, quelque chose me revient, j'ai eu beaucoup de remarques des chefs de clans qui disent que vous ne leur rendez pas assez visite.
Arthur
Rendre visite aux chefs de clans? Ça va pas mieux, non?
Père Blaise
C'est vrai que ça fait longtemps que vous n'avez pas organisé quelques visites chez les clans fédérés. J'ai reçu pas mal de messages vexés, y en a qui menacent de faire sécession.
Arthur
Quoi? Mais vous me l'avez pas dit, ça!
Père Blaise
Ça venait après les autres priorités. Et puis me dites pas que vous y tenez, à ces clans, hein!
Arthur
Non mais ça c'est sûr, les pignoufs par groupe de dix qui se prennent pour des grandes puissances ça me fait doucement marrer, on est d'accord.
Père Blaise
Oui enfin là y en a une bonne vingtaine qui ont signé une déclaration jurant que si Kaamelott ne leur accordait pas plus de considérations ils mettraient le bazar.
Arthur
Quoi! Et ça, ça fait toujours pas partie des priorités, je suppose!
Père Blaise
Oui, bon, j'avais mis ça un peu de côté.
Arthur
Un peu de côté? Moi qui me demandais pourquoi on me rapportait de plus en plus d'incidents entre clans, je suis fixé. Ça vous est pas venu à l'idée de faire la relation, vous?
Père Blaise
Bref, j'ai quand même pensé à une solution: il suffirait que vous fassiez un tour de Bretagne des clans pour les calmer.
Arthur
Il suffirait? Vous avez une idée du temps que ça prendrait?
Père Blaise
Non mais après je dis "un tour de Bretagne" c'est pour que ça fasse un peu classe aux yeux des clans, hein. Vous visitez deux trois chefs de clans par ci par là, ça ira bien...
Arthur
Mais qu'est-ce que vous voulez que j'aille foutre chez les clans?
Bohort
Et si vous en profitiez pour goûter les spécialités locales? Je vous assure qu'il y a de très bonnes choses.
Arthur
Ah non mais ça va bien, maintenant, je vais pas aller bouffer du poulet rôti à l'autre bout du royaume pour faire plaisir à trois péquenots!
    Un message arrive.
Père Blaise (lisant)
Détenons le chevalier Provençal. Souhaitons que le roi Arthur nous considère.
Arthur
Nous considère et?
Père Blaise
Non mais ça s'arrête là.


    Acte III
    A la table ronde.

Leodagan
Quoi, c'est pour ça que vous nous avez fait venir d'urgence? Mais qu'il y reste, avec son clan, ça nous fera pas une grosse perte!
Arthur
Symboliquement je peux pas me permettre d'abandonner un chevalier, c'est pas plus compliqué que ça, même si ça m'étonnerait qu'il lui arrive quelque chose. Qu'il soit complètement con ou pas.
Leodagan
Et, comme par hasard, c'est des Orcaniens qui viennent foutre la merde.
Galessin
Excusez-nous de ne pas nous laisser piétiner comme des merdes.
Leodagan
Ah non mais quand on aura lancé nos catapultes sur la tronche de vos clans c'est pas piétinés qu'ils seront c'est écrabouillés, ratiboisés, désintégrés.
Bohort
Mais, et le seigneur Perceval. On va pas l'écrabouiller aussi, quand même!
Arthur
Non mais c'est pas ça le problème, si je me mets à attaquer des clans ça va foutre le bordel, on n'a pas fait une fédération pour rien.
Leodagan
Mais C'EST le bordel, vous le voyez bien! Alors rasez-moi ces cons une bonne fois pour toutes.
Calogrenant
Bon, qu'est ce qu'ils demandent, au juste?
Arthur
D'être plus respectés, à ce que j'ai compris.
Leodagan
Voilà, ça commence comme ça et après ça demande du pognon, ah non mais pour profiter de vous ils sont futés, hein!
Arthur
C'est vrai que vous quand il s'agit de demander du pognon vous êtes du genre discret.
Leodagan
C'est pour la défense du pays!
Arthur
Ah non mais je parle pas de vos tourelles, je parle de la Carmélide, là.
Leodagan
Eh, dites, si vous voulez me faire un procès en public ça sera sans moi. Et puis vous êtes forts pour les procès à rallonge, ça fait des plombes que vous déblatérez sur les clans sans rien décider.
Bohort
Sire, c'est vrai qu'on juge un peu les clans par contumace, on devrait les écouter.
Karadoc
C'est pas faux.
Léodagan
Juger par quoi?
Bohort
Je veux dire, on les juge en leur absence.
Leodagan
Ah oui non mais moi les termes juridiques, hein.
Arthur
Ah ben c'est sûr, vu la façon dont vous rendez la justice vous devez pas être débordé par le vocabulaire! Vous avez quoi: cramer, pendaison, crever les yeux.... ça s'arrête là, non?
Leodagan
J'ai aussi l'option "coller une trempe" pour les emmerdeurs, ça vous tente?

    Acte IV
    Les esprits se sont un peu calmés autour de la table

Calogrenant
Bon! Qu'est ce qu'on fait, alors?
Père Blaise
Bon ben sire, je vois que ça: vous vous rendez en Orcanie, vous restez un peu avec les clans, vous récupérez Perceval au passage et sur le chemin du retour vous visitez deux trois clans, ça devrait aller comme ça.
Galessin
Alors, juste un truc, je connais un peu les clans en question, ils sont très cons mais ils font de très bons friands à la saucisse. Vous leur en achetez un peu, ça devrait suffire à les calmer.
Bohort
J'ai une idée, Sire, si vous achetiez des spécialités locales dans chaque région traversée? Au retour vous pourrez inviter tout le monde à un banquet des clans et....
Arthur
Acheter de la bouffe??!! Non mais on a déjà plus une tune. A moins que Leodagan ressorte l'argent qu'il me pique...
Leodagan
De quoi???!!
Calogrenant
Ah ben non, Sire, recommencez pas!
Arthur
Oui non mais c'est bon, ça va. Mais on peut pas trouver autre chose qu'acheter de la bouffe pour leur faire plaisir?
Leodagan (ricanant)
Leur faire plaisir...
Bohort
Ben, c'est à dire qu'ils ont pas grand chose d'autre à mettre en avant
Arthur
Oui, remarquez...Donc en gros, votre idée, c'est que j'aille à l'autre bout du royaume pour bouffer des friands, que j'achète de la barbaque aux clans que je rencontrerai en revenant et que je fasse semblant de vanter les mérites culinaires des clans au retour à Kaamelott? Tout ça pour sauver un chevalier qui n'a jamais été foutu de réussir une mission et qui visiblement ne sait toujours pas dire son nom?
Père Blaise
Ben, en gros, euh...oui. Ça vous coutera toujours moins cher que de payer une rançon.
Galessin
En plus, les friands à la saucisse, c'est vraiment pas cher.
Leodagan
Ah ben ça, vu ce que ça doit être bon...
Galessin (moqueur)
Vous avez la langue trop délicate, c'est pour ça
Leodagan
Et vos noix, vous voulez que je teste à quel point elles sont délicates?
Arthur
Hop hop hop, c'est bon, on arrête le tir trente secondes! Bon, je suppose que personne n'est volontaire pour m'accompagner?

    Bohort lève la main

Arthur
Ah ben oui je suis con, évidemment. La beauté des échanges culturels, j'avais oublié. D'autres amateurs?
Bohort
Vous pourriez emmener Karadoc. Après tout, niveau gastronomie, notre ami est un spécialiste. En plus, si c'est pour aider son ami Perceval...
Arthur
Ma foi, pourquoi pas. Karadoc?
Karadoc
Ben moi j'ai rien compris mais s'il s'agit de bouffer je viens.
Arthur
Voilà....Bon, Galessin vous venez aussi, évidemment.
Galessin
Ah bon. Et.... pourquoi?
Arthur
Ben, on va un petit peu chez vous, vous pourriez nous êtes utile, vous croyez pas? Et puis comme ça vous gouterez les friands en premier, on jugera sur votre tronche avant de goûter nous mêmes. Allez, la séance est levée, on va se préparer!
Hervé de Rinel
Vous voulez que je vous fasse une carte pour le voyage?

    Personne ne prend la peine de répondre

Conclusion

Arthur
J'en reviens pas d'être obligé de me trimballer jusqu'en Orcanie à cause de ce con de Perceval.
Père Blaise
Mais, Sire, juste un truc, il était pas censé être chez lui au Pays de Galles, le seigneur Perceval?
Arthur
Euh...si, je crois.
Père Blaise
Qu'est ce qu'il est allé faire en Orcanie, alors?
Arthur
Qu'est ce que j'en sais, moi? Il a peut-être fini par oublier où il habitait. Vu le bordel que c'est dans son cerveau, je me suis toujours étonné qu'il retrouve à chaque fois la route de chez lui.
Père Blaise
Remarquez un chevalier enlevé et secouru, c'est bon pour la légende ça.
Arthur
Ah ben oui, je vois ça d'ici. "Chevalier sans nom fixe un jour rentra chez lui. Par prodige incroyable, finit en Orcanie. Les chevaliers vaillants vinrent l'aider, conquérants,....

Arthur
...pour le récupérer, s'empiffrèrent de friands".


Coco l'asticot a écrit :
dimid a écrit :

J'ai 19 ans mais je ne vous donnerai pas ma date d'anniversaire, si vous oubliez ça va me faire pleurer.

T'inquiète le Father Blaise, malgré le bordel qu'y y'a dans ses archives, n'oublie jamais, (ou presque ;p), un anniversaire ! Parfois il en rajoute qu'existent pas à la limite..

Pis sinon.. Bienvenue !! =)

Ho ! j'viens d'en trouver une !!
Du peux nous donner da dade d'anniversaire, allez, ne sois pas si dimid !! :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:
Olala que je suis drôle.

Merci pour cet exceptionnelle allitération qui m'a laissé pantois. Et merci aux autres qui m'ont souhaité bienvenue, avec ou sans jeu de mot.

TinkeR a écrit :

Héhé, excellent, y'a pas à chier, avec un brin d'imagination on se passe littéralement l'épisode dans la tête! Ca augmente vraiment l'univers je trouve, sympa!

Par contre, les boomerangs en Afrique c'était voulu ?

Oui, j'ai fait des recherches très poussées :P
D'après des recherches archéologiques, il y a eu l'équivalent du boomerang en Egypte, du temps des pharaons.
J'ai pas réussi à amener le nom "boomerang" autrement mais le passage sur le boomerang servait surtout à rééquilibrer la longueur des actes.

Ceci est ma première "tentative" alors je vous supplie de ne pas être indulgent: toute remarque constructive, même destructrice, est bienvenue.


 
L'invasion saxonne

 
Les Saxons menacent Kaamelott, les paysans sont nerveux, et en plus la viande est dégueu. Rien ne va plus.

 

    Introduction

    Dans les couloirs de Kaamelott, Arthur et Perceval discutent

Arthur
Bon, vous avez bien compris, hein? Un de nos hommes va vous amener sur le lieu de la dernière bataille contre les Saxons. Il y a des troupes qui sont restées, au cas où. Vous les ramenez ici, à Kaamelott.
Perceval
Mais ils peuvent pas rentrer tous seuls, les mecs?
Arthur
Non mais ils ont l'ordre de ne revenir que sur ordre d'un chevalier. Le seigneur Calogrenant devait s'en charger mais il a été appelé en urgence en Calédonie.
Perceval
Ah. Sa grand mère a dû glisser sur une bouse. Des fois on m'appelle pour ça, aussi.

    Acte I
    Léodagan est sur les remparts. Arrive Arthur   

Arthur
Tiens, beau-père, vous admirez le paysage?
Leodagan
Y a pas grand chose à admirer...Rien que votre saloperie de forêt que vous voulez pas raser, ça me gâche la vue
Arthur
Qu'est ce que vous foutez là, alors?
Leodagan
Ben figurez vous que pour trouver un coin peinard dans votre château faut se lever de bonne heure. Avec tous vos larbins qui glandouillent par-ci par-là, pas moyen de trouver une pièce de vide.
Arthur
En parlant de larbins, il paraitrait que les paysans seraient nerveux, en ce moment. Ça fait trois messages que je reçois depuis ce matin.
Leodagan
Ah ben m'en parlez pas, c'est surtout leur viande qu'est nerveuse. Tenez, pas plus tard que ce midi, j'avais un morceau de viande imbouffable dans mon assiette. Alors bon, j'ai collé une trempe au grouillot qui m'a amené ça, et voilà qu'il me répond que y a pas moyen d'obtenir mieux en ce moment.
Arthur
C'est vrai que c'est pas fameux, en ce moment, les repas.
Leodagan
Remarquez, refiler sa nervosité à ses vaches, c'est une performance, ça.
Arthur
Faut admettre. Quand il s'agit de faire chier, ils sont plein de ressources, ces pécores.
Bohort ( accourant, affolé)
Sire, sire, le château est attaqué!!!!
Arthur
Comment ça, attaqué?
Bohort
Les remparts sud, Sire! Un garde a été grièvement blessé au visage!
Arthur
Mais par qui?
Bohort
Une poule, sire!
Arthur
Une...poule? Vous vous foutez de ma gueule?
Bohort
Mais non, Sire! Ce sont des paysans qui ont jeté une poule enragée dans l'enceinte du château. Elle a essayé de picorer un garde!
Leodagan (sarcastique)
Ah ben ouais...Comme vous dites, ils sont plein de ressources, ces paysans. Après les vaches nerveuses, les poules.
Arthur
Oh alors vous je vous conseille...
L'arrivée d'un message l'interrompt
Arthur (lisant)
Les Saxons ont attaqué des paysans et se dirigent vers le château.
Leodagan
Les Saxons? Mais qu'est ce qui foutent encore là, eux, on leur a mis une peignée y a trois jours!
Arthur
C'est pour ça qu'ils sont énervés aujourd'hui, ces cons de pécores?
Leodagan
Ouais. Ou alors ils sont juste encore plus cons que d'habitude.

Acte II

Arthur, Leodagan et Lancelot sont sur le champ de bataille

Arthur
Ils ont du culot, quand même, revenir nous attaquer trois jours après!
Lancelot
C'est une preuve de courage, Sire.
Leodagan
Ah non hein, le couplet sur le courage et la noblesse on en a soupé. D'ailleurs en parlant de ça on va rater le dîner avec ces cons de Saxons. Vous me direz, pour la bouffe qu'on a en ce moment...
Un temps
Leodagan
Remarquez, vous pensez que ça se mange, les Saxons? Ils ont déjà le cerveau bovin, alors...
Arthur
Non mais en plus c'est bizarre, on leur a mis une dérouillée, ils peuvent pas s'en être remis en trois jours.
Leodagan
Une dérouillée, ça c'est vous qui le dites. Moi j'étais d'avis de les finir à la catapulte mais soi-disant que c'était pas utile. Voyez avec vos principes de mou du fion on finit par se prendre un retour de boomerang en pleine face!
Arthur
Un retour de ?
Leodagan
De boomerang. Un machin que des gars à moi ont ramené d'Afrique. Un truc en bois que vous lancez et qui vous revient dessus tout seul.
Arthur
Ils font ça, en Afrique?
Leodagan
Ouais. Je pensais que plus con que les Bretons, c'était pas possible, mais eux, ils sont masos en plus d'être cons. En plus il parait que ça se fait ailleurs.
Arthur
Heureusement que nos archers jouent pas avec ça pendant les batailles, déjà qu'ils savent pas viser, si en plus ils avaient ça on s'en prendrait plein nos mouilles...
Lancelot (avisant l'horizon)
Les voilà, Sire!
Leodagan
Quoi? Mais ils doivent être dix, à tout casser! C'est ça votre invasion saxonne??
Arthur
Eh oh, c'est pas la mienne spécifiquement, c'est pas de ma faute si je reçois des messages me parlant d'invasion saxonne!
Leodagan
Mais ils racontent n'importe quoi, vos messages! On devrait faire cramer les pigeons et les bouffer, tiens!
Arthur
Mais qu'est ce que vous avez avec la bouffe, aujourd'hui? C'est les nerfs de la viande qui vous ulcèrent?
Leodagan
Ben peut être bien! Leurs saloperies de nerfs doivent être contagieux!

Acte III
Les Saxons s'approchent, sans velléité de combat

Arthur
Eh! Mais...mais c'est Perceval, à leur tête!
Lancelot
Mais qu'est ce que vous foutez avec ces gars là, abruti?
Perceval
Bah vous m'avez demandé de ramener des troupes, Sire, non?
Arthur
Mais nos troupes à nous, espèce de crétin, pas les gars d'en face!
Perceval
Ah ben c'est tout ce que j'ai trouvé, moi!
Arthur
Mais vous aviez un éclaireur, qu'était censé vous guider à nos gars!
Perceval
M'en parlez pas! Je l'ai perdu!
Arthur
Vous l'avez...perdu? Et par quel prodige?
Perceval
Ben il arrêtait pas de me dire "A gauche, à droite" avant les virages. Au bout d'un moment il avait l'air paumé, il s'est planté, il a dis "A gauche" et il a pris là.
Perceval tend le bras gauche
Arthur
C'est la gauche, ça.
Perceval
C'est ce que je vous dit, il s'est planté.
Arthur
Bref. Et après?
Perceval
Ben moi j'ai pris du bon côté et j'ai fini par tomber sur ces gars là, en armure et tout. Je leur ai dit de me suivre et voilà.
Leodagan
Et c'est qui, ces cons là?
Perceval
Des Saxons, ils m'ont dit.
Arthur
Ah parce que vous parlez saxon vous, maintenant?
Perceval
Non mais ils avaient un interprète avec eux.
Leodagan
Ils font combattre les interprètes, maintenant? Ben ils doivent plus être des masses, ces glands!
Arthur
Bon, mais le coup du paysan attaqué par les Saxons c'était du flan, alors?
Perceval
Ah non mais c'est moi, ça.
Arthur
Comment ça, c'est vous?
Perceval
On était un peu paumés, alors on s'arrête pour demander notre chemin, à une ferme. Je tombe sur un vieux...
Leodagan
Ben voyons.
Perceval
Il me dit c'est à gauche, puis à droite, puis encore à droite et puis tout droit. Ça m'a gonflé, je lui en ai mis une. J'étais déjà hyper énervé, ces derniers jours....
Léodagan
Vous avez mangé de la viande, non?
Perceval
Euh...oui.
Léodagan (à Arthur)
Voyez. C'est contagieux, les nerfs de la viande!



Acte IV
Leodagan entre dans sa chambre

Seli
Ah ben c'est pas dommage, qu'est ce que vous bricoliez, encore?
Leodagan
Eh oh, doucement, oui!
Seli
Deux plombes que je vous attends, faut quand même pas pousser.
Leodagan
Oui ben on a dû repousser une invasion saxonne.
Seli
Une invasion saxonne?
Leodagan
Ouais. Enfin y avait des Bretons avec.
Seli
Ouais, bon, en tout cas on vous a attendu pour le repas, on a failli manger froid. Alors le prochaine fois que vous repoussez une invasion de dernière minute, prévenez!
Leodagan
Vous avez bouffé de la viande?
Seli
Oui, et alors, quel rapport?
Leodagan
Non non mais du coup je suis rassuré, les nerfs de la viande sont pas contagieux.....

Leodagan
...vous êtes aussi chiante que d'habitude



 


TinkeR a écrit :

Hello, bienvenue à toi!
Si, j'ai connu un forum, mais un jour il est parti chercher des oeufs et il est jamais revenu.

Ah. C'est donc pour ça que je ne le connais pas. Merci de cette précision importante.

Salut.
Je suis lyonnais et fan de Kaamelott et des Astier en général. J'ai 19 ans mais je ne vous donnerai pas ma date d'anniversaire, si vous oubliez ça va me faire pleurer.
Accessoirement, j'apprécie les fruits en sirop, mais je pense que cette phrase doit figurer dans une bonne vingtaine de présentations précédentes.
Je suis le forum(du verbe suivre, et non être, parce que aucune personne humaine n'est un forum) depuis quelques temps et sur une pulsion je viens de m'inscrire. Gageons que je ne le regretterai pas.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB