Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui dégomme les souris à l’arbalète. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Malheureusement ça ne m'étonne pas, c'est ce qui se passe un peu partout depuis des années, la montée des mouvements fascisants. Ca n'évolue pas dans le bon sens du tout, y compris en Europe.

Désolée pour toi, je te présente mes condoléances. :hug:

Bon anniversaire à notre cher chef bien aimé ! :D Ripaillons ensemble jusqu'à plus soif ! :fete:

Courage à ta louloute et toi, j'espère qu'elle se rétablira vite.

Contente que ce ne soit rien de grave mais désolée que tu morfle autant, en tout cas j'espère que tu seras soignée efficacement.
Pour ma part je suis un peu soulagée car le RSA m'a été accordé tout de suite et je l'ai touché dès ce mois-ci, en + de la prime d'activité et du dernier salaire. Du coup j'ai touché bien plus que d'habitude finalement et j'ai pu me faire plaisir  en matériel + livres de coloriage pour adulte et nouveau maquillage.
Bon par la suite j'aurai que le RSA donc il va falloir bien plus me serrer la ceinture jusqu'à ce que je travaille à nouveau mais au moins ce mois-ci je peux souffler. Et puis ainsi je serai déjà équipée et pourrais en profiter les mois suivants.
A part ça, je n'ai pas eu à contacter le centre d'assistance social car je vais recevoir une convocation pour un suivi social d'ici un ou deux mois. C'est automatique apparemment, ça l'était pas pendant ma dernière période de RSA mais ça a du changer. Je verrai bien ce que ça donne, j'espère tomber sur quelqu'un de bien qui pourra m'être d'une quelconque aide.
J'attendrais que mes problèmes de fatigue et de sommeil soient réglés et d'avoir donc retrouvé assez d'énergie pour être apte à travailler et/ou étudier pour m'inscrire à pôle emploi, ça me parait logique.
En tout cas je saurai bientôt si j'ai bien des apnées du sommeil puisque j'ai l'examen en pneumologie le 22 mars. Si c'est confirmé, j'espère que je serai rapidement appareillée  en conséquence et que ce sera gratuit.

Merci de ton soutiens ma tatie, ça fait chaud au coeur ! :hug:
Pour la minette, je sais que je peux pas faire grand chose de plus, mais il faut lui donner ses cachets et de la nourriture adaptée pour qu'elle puisse vivre le plus longtemps possible. Je paierai bien sûr, d'ailleurs le véto s'est montré compréhensif et a réduit les coûts au maximum lors de la consultation et m'a donné les cachets les moins chers possible. Mais ça représente un petit budget supplémentaire chaque mois et quand on ne sait pas bien de quoi on pourra vivre, ne serais-ce que le mois prochain ...
En plus de la peur de la perdre prématurément, il y a celle de ne pas pouvoir la soigner correctement si son état empire, faute de moyens.
Pour le moment malheureusement, je suis bien obligée de gérer ça toute seule. J'en ai parlé à mon médecin mais il estime que c'est à l'endocrinologue de prendre ça en charge. Or je ne verrai l'endocrinologue que fin mai !
Quand j'ai un peu insisté, il m'a dit de voir un nutritionniste justement, mais je n'en ai pas les moyens. Il a évoqué la possibilité alors que je vois un médecin spécialisé dans la nutrition, de sorte que ce soit remboursé. Mais j'ai peur qu'il y ait des dépassements d'honoraire comme presque toujours avec les spécialistes. D'autant plus qu'il n'a évoqué personne de précis vers qui me tourner.
De toute façon j'ai déjà vu un nutritionniste pendant le seul régime que j'ai fait étant jeune qui a fonctionné, du moins pendant un temps. Et justement je me rappelle bien des conseils et des règles à suivre qu'elle m'avait donné et je ne vois pas ce qu'un autre nutritionniste pourrait m'apprendre/m'apporter de plus. A la rigueur j'aurai besoin d'une prise en charge plus globale et/ou plus importante. Peut-être qu'effectivement ça pourra être le cas avec l'endocrinologue seulement encore une fois que je ne le verrai que fin mai. En plus je ne sais pas du tout s'il me fournira un vrai suivi par rapport à mon poids ou pas, ni s'il le mettra en place dès le premier rendez-vous.
Il y a bien un hôpital public en région lyonnaise qui a un service spécialisé, je suis allé voir sur leur site internet et ça a l'air pas mal. Car la prise en charge a l'air vraiment complète, avec conseils, suivi, activité physique collective, ateliers de cuisine et autre, aussi week-end et courts séjours sur place pour une prise en charge plus intensive.
Seulement c'est vraiment loin de chez moi, à plus d'une heure avec métro+bus sans compter le prix pour le déplacement. En plus mon médecin traitant, quand je lui en ai parlé, a pas eu l'air emballé. Si j'insiste et poursuis ma démarche en prenant rendez-vous, je pense qu'il me donnera ce qu'il faut tout de même. Mais il trouve que comme j'ai déjà deux rendez-vous dans un autre hôpital, ça revient c'est s'éparpiller. Et que c'est à cet hôpital là de prendre ça en charge aussi.
Je n'y avais pas pensé mais effectivement je peux aussi en parler à l'assistante sociale, ceci dit je n'ai aucune idée de l'aide qu'elle pourrait m'apporter, enfin je verrai bien.
En attendant, je suis assez raisonnable et ne fais rien d'excessif, je me contente de réduire ou d'éviter les sucres/sucreries et réduire les quantités de sucres lents. Mais c'est clair que j'aurai besoin d'être suivie et accompagnée dans ma démarche. Je sais par expérience qu'un rééquilibrage alimentaire c'est vraiment pas anodin et que ça peut être dangereux.
Car c'est très violant pour le corps, pour tout l'organisme, qui ne se laisse pas faire et réclame les aliments les plus caloriques et les apports en calories excessifs auxquels il est habitué.
Pour que ça marche et tienne dans la durée, il faut absolument que le cerveau, le moral, y résiste et persiste dans ses efforts. Surtout effectivement quand toute cette dure lutte contre soi-même n'est pas récompensée sur la balance, pas autant ni aussi vite qu'on le voudrais. Il n'est pas évident du tout de rester se concentré sur cet objectif et de s'y tenir quand on a tellement d'autres problèmes à gérer et à régler.
En plus la nourriture, surtout très riche/calorique est non seulement un refuge, mais un des rares plaisirs accessibles à tous. Il est tellement tentant de baisser la garde, d'acheter/consommer ce qui fait le plus envie sans se poser de question. Tout en allant  au moins cher par la même occasion, puisqu'on ne peux s'offrir que ça pour se faire plaisir, se détendre.
J'essaie justement de faire de la nourriture, des repas, quelque chose de secondaire et de me concentrer sur les autres trucs qui me font plaisir. Mes livres de coloriage, les jeux vidéos, les vidéos youtube principalement. Aussi regarder la télé en câlinant mes chats, me balader/faire les magasins en écoutant mon mp3. Et quand je peux repérer/commander des trucs sur amazon, décorer/améliorer l'appart. 
Mais plus je suis angoissée et mal, plus c'est vers la nourriture et principalement le sucré, les desserts que je me tourne spontanément. Et comment dire que je suis angoissée en ce moment !
Même si je n'ai plus le stress et l'angoisse liés au mal être au travail que j'avais. L'angoisse de ne pas savoir de quoi demain sera fait, la peur de manquer de tout, est encore plus profonde et sournoise, elle est viscérale.
Enfin j'aurai besoin d'être soutenue et aidée effectivement, car sinon je ne suis pas du tout sûre de tenir, d'y arriver.
En effet ça peut devenir ma priorité de contacter le CCAS et voir une assistante sociale/obtenir une assistance quelle qu'elle soit. Et puis pour connaitre les aides dont je peux bénéficier globalement ainsi pouvoir faire les démarches pour qu'elles soient mises en place au plus vite.
En tout cas je vous tiens au courant, je vais tenter de tenir bon et merci encore du soutient moral. :hug:

Munchkin a écrit :

Munchkin a écrit :

    Rien à voir mais Mélu (je peux t'appeler comme ça?),quand je vois la miniature de ton avatar,j'ai toujours l'impression que c'est un petit ours qui dort sur le côté^^

    Voilà,je devais le dire

Matatie a écrit :

:lol:
Effectivement, en plissant les yeux, je le vois aussi !

J'avoue, j'avais jamais remarqué mais effectivement  je croit l'apercevoir aussi en fixant le côté sombre à gauche !
Je comprends ton besoin de le dire :lol:  parce que c'est le genre de détail qui devient obsèdent. Une fois que tu l'as remarqué, tu as du mal à en détacher les yeux et à penser à autre chose.  Petit ours brun s'est infiltré dans mon avatar ! Qu'est-il venu faire ? Pourquoi vient-il m'épier dans ma salle de bain pendant ma métamorphose ?! Est-il en mission secrète ? La prudence s'impose, il faut le surveiller de près ! :b

Pour ma part n'ayant vraiment commencé à travailler qu'à 30 balais et encore toujours à temps partiel/mi-temps (avant je n'ai fait qu'enchainer les petits boulots avec genre 10h hebdo, certains non déclarés et les longues périodes de chômage complet). Si je veux une retraite à taux plein, faudrait que je bosse jusqu'à plus de 80 ans ! Du coup pour ma part cotiser n'est plus dans mes préoccupations, j'aurai le minimum vieillesse et pis c'est tout.

Je compatis totalement, pour avoir eu des otites à répétition à l'adolescence, je sais combien les douleurs d'oreille pour être horrible, autant que celles de dents. Comme Liberty j'ai eu régulièrement des acouphènes étant plus jeune. Surtout dans les premier temps après avoir été opérée des oreilles. Ca faisais même flipper au début car j'avais l'impression d'entendre quelqu'un déambuler dans la pièce ou tout près avec des bottes. Ca s'est réduit avec le temps et c'était plus comme si j'entendais ce qui se passait dans mon oreille interne. C'était  totalement indolore aussi, juste très chiant au moment où je cherchais mon sommeil, tout pareil. Mais ça fait vraiment longtemps que ça ne m'est pas arrivé. 
Enfin j'espère vraiment qu'il n'y a rien de grave et que l'ORL pourra trouver d'où ça vient d'une part et d'autre part te donner un traitement pour t'en débarrasser ou au moins soulager la douleur.

Gigi a écrit :

C'est compliquééé ! Mais c'est compliquééééé !

Je te le fais pas dire ! :/ J'ai tant de soucis que je ne sais plus où donner de la tête ni par quoi commencer.

Liberty a écrit :

Si jamais on te redonne ton RSA sans suivi à côté, je ne peux que t'encourager à prendre toi-même rendez-vous au Centre Communal d'Action Social (CCAS) de ta ville, soit ils t'aideront directement, soit ils t'enverront vers une assistance sociale justement. Quoi qu'il en soit, c'est une première bonne écoute.

En fait j'ai déjà pris les coordonnées du CCAS de mon quartier sur internet. En fait je suis tellement angoissée que je cherchai les possibilités d'aide alimentaire et j'ai vu qu'il y avait cet organisme là. Merci toute de même de la suggestion parce qu'avant de faire cette recherche internet, j'ignorais même l'existence du CCAS, donc j'aurai jamais eu l'idée de faire appel à eux.
Et je suis encore plus motivée pour les contacter au plus vite sachant qu'ils peuvent m'apporter d'autres formes d'aide, plus globale et/ou m'orienter vers d'autres gens qui peuvent m'aider. Ca me rassure de voir qu'il y a des gens vers lesquels je peux me tourner vu ma situation difficile dans laquelle je me sens bien seule.   

Liberty a écrit :

Et oui, les ARE c'est différent des allocations chômage (comme dit GinAA, c'est compliqué :b ), ça c'est spécifique aux formations. Pour en bénéficier, avec un financement, il faut suivre une formation conventionnée. Quand tu seras prête à en faire une, il y a un site pour vérifier si la formation que tu veux est conventionnée ou non (site que je ne retrouve évidemment pas là tout de suite...)

Ok, j'étais même pas au courant qu'il existait une allocation spécifique formation, ni comment ils décidaient des formations qu'ils financent ou pas. Même si c'est pas pour tout de suite, je suis intéressée par le site dont tu parles, si tu remet la main dessus.  Sinon pas grave, je trouverai bien sur google avec "formations conventionnées pôle emploi lyon" en mot clé. Comme ça j'y verrai plus clair au sujet des formations financées qui peuvent me correspondre et ça m'aidera à trouver la bonne quand il sera temps.
En tout cas merci pour les infos et le soutient moral. :hug:

Munchkin a écrit :

Courage
On s attache trop et du coup quand ils ot quelque chose...Mon bébé avant mon Pinki est mort à 13 ans du fiv
Quand ils l.obt diagnostiqué positif j étais au bout de ma vie...
Mp si tu veux parler

Merci :hug: Je compatis et je comprends évidemment, je suis déjà passée par là avec ma minette la plus âgée il y a trois ans déjà. Et j'ai du mal à réalise que ma deuxième minette encore si vive, espiègle  et joueuse soit devenue si fragile, si maigre et risque de dépérir très vite avec sa maladie.

Liberty a écrit :

Mélu : Ils te "laissent tranquille" avec le RSA, oui et non. Tu vas avoir un premier rendez-vous pour faire un point sur ta situation (et calculer le montant que tu pourras toucher, généralement c'est le montant socle), et par la suite ils décideront de t'orienter soit vers une assistance sociale, soit vers Pôle Emploi, ou vers un troisième organisme que j'ai oublié mais il me semble que c'est un intermédiaire entre les deux précédents. Si c'est une assistance sociale, tu auras des rendez-vous normalement réguliers, le but étant de ne pas te laisser "hors société" comme ils disent. Si c'est Pôle Emploi, tu seras réinscrite chez eux.

Alors ça doit vraiment dépendre des cas, parce que perso j'en ai déjà été bénéficiaire suite à mon licenciement en 2015 pendant 8 mois. Or il n'y a eu aucun suivi d'aucune sorte autour, pas de convocation à quoi que ce soit, juste la déclaration trimestrielle à renvoyer. Je n'aurai d'ailleurs pas été contre un suivi par une assistante sociale, par contre pas par pôle emploi. Ceci dit j'étais déjà inscrite chez eux puisque je touchais le RSA activité auparavant et quand j'ai déclaré mon licenciement ils l'ont rebasculé en RSA socle directement.
Et logiquement puisque jusqu'à présent ils me versaient la prime d'activité en complément de mon salaire, ils devraient rebasculer en RSA socle à nouveau.
Ceci dit du temps du RMI, l'ancien RSA, dont j'ai bénéficié il y a une dizaine d'années et ce pendant plusieurs annéesl   là oui c'était lié à l'ANPE de l'époque. Et c'était d'ailleurs bien le problème en ce sens que ces connards de l'ANPE pouvaient m'enlever le RMI, mon seul moyen de subsistance, si je me faisais radier. Ce qui m'obligeait à faire tous les trucs qu'ils voulaient sans avoir voix au chapitre.
Convocations tous les mois, dès 8h du mat' sinon c'est pas drôle, juste pour me taper sur les doigts d'avoir toujours pas de boulot. Propositions d'emploi qui me correspondaient pas du tout mais que j'étais obligée d'accepter, juste pour ensuite les renvoyer par courrier en disant que je donnerai pas suite. Et puis les fameuses "formations" à la con qui consistaient en fait en de "passionnants" cours de cuisine, de repassage et quelques cours de rattrapage de français, maths et autres.  Et surtout sans véritable formation qualifiante, ni diplôme ni emploi ni rien à la clé, juste l'histoire de "t'occuper" pendant trois semaines. En plus toujours dans des zones pas possibles, bien pourries et excentrées, pour que t'en ch*e bien comme il faut. Et bien sûr c'était obligatoire, pas ton mot à dire, parce que toujours derrière la menace implicite de t'enlever ton RMI.
C'était les années Sarkozy, pas "d'assistanat", en réalité pas de compassion pour les chômeurs, les pauvres, les exclus, les personnages fragiles et isolées. Si t'as pas de boulot, c'est parce que t'es qu'une paresseuse qui cherche pas assez, donc c'est de ta faute si t'as une vie de chien. Aucune prise en charge des problèmes sociaux et psychologiques, aucune empathie, on te fais sentir comme un parasite de la société.
Heureusement j'ai eu une seule bonne conseillère, qui n'a pas pu m'aider des masses mais qui m'a envoyé vers une autre personne qui m'a donné un conseil utile qui m'a permis de vraiment m'en sortir.
Enfin voilà pourquoi j'ai gardé une dent contre l'ANPE et me méfie fortement de pôle emploi de maintenant par extension et que je tiens à ce qu'ils me laissent tranquille parce que je veux pas revivre ça.
Mais en revanche je n'ai jamais eu de contact direct avec la CAF qui me versait le RMI, c'est l'ANPE qui gérait tout.
Ceci dit je n'ai rien contre de voir une assistante sociale ou autre, quelqu'un qui veuille réellement m'aider, mais je tiens pas du tout à ce que ça passe par pôle emploi en revanche, trop de mauvais souvenirs. Et puis les échos que j'en ai sont pas franchement rassurants, apparemment leur but principal est devenu de radier les gens au moindre prétexte.

Liberty a écrit :

Mais techniquement avec ce que tu as travaillé, tu devrais pouvoir toucher le chômage ? Ça devrait être supérieur au RSA.

Et non justement, comme j'ai toujours travaillé à temps partiel, les allocations chômage auxquelles je peux prétendre sont très faibles, inférieures au RSA. Parce qu'après, avoir perdu mon emploi précédent quand je me suis inscrite, ils m'ont donné que 400 euros à peu près pour un boulot de 17h hebdo, alors que j'avais 550 euros avec le RSA. Exceptionnellement j'ai pu cumuler les deux pendant deux trois mois à l'époque puis j'ai retrouvé du boulot.
Mais à choisir entre des allocations chômage aussi faibles et le RSA il n'y a pas photo. Or je n'ai bossé que trois heures de plus hebdo que dans mon emploi précédent, donc à mon avis mon droit au chômage doit être tout aussi faible, moins que le RSA. Surtout que les allocations chômage sont dégressives et provisoires, pas le RSA. Si on ajoute à ça tout le potentiel d'emmerdement du pôle emploi que j'ai bien connu dans le passé, ben je suis pas hyper pressée de m'y réinscrire.

Liberty a écrit :

Concernant les ARE, c'est quelque chose que tu touches uniquement si tu démarres une formation, et ça va nécessairement de pair avec le financement de ladite formation par Pôle Emploi (j'insiste sur le "nécessairement", c'est une condition sine qua non, si tu t'auto-finances par exemple tu peux te gratter pour toucher les ARE).

En fait quand je parle d'ARE, je veux dire "Allocations de Retour à l'Emploi" , leur mot savant pour chômage, je parle allocations, pas de formation. Par contre oui ils peuvent financer une formation, c'est même leur seul intérêt à mes yeux pour moi, tant que je ne suis apte à travailler/qu'ils n'ont rien d'intéressant à m'apporter.
Sauf que c'est totalement soumis à leur bon vouloir, car ils financent à tour de bras certaines formations et pas du tout d'autres formations. En fait ils s'adaptent pas à ton besoin de formation, c'est à toi de t'adapter en fonction de ce qu'ils veulent bien te financer.
Pour ma part, je n'ai de toute façon pas les moyens de financer quelque formation que ce soit. Mais j'essaierai plutôt de trouver une formation financée par la ville/région et donc gratuite, pour pas avoir à mendier, peut-être pour rien, chez eux. Mais si j'en trouve pas, je finirai par passer par eux, en effet bien obligée, mais je suis franchement pas pressée.
Ceci dit  j'ai vu sur leur site internet qu'ils avaient une offre d'emploi d'une association/agence d'aide à la personne avec formation incluse, gratuite et préalable avec l'emploi à la clé. Ca pourrait être très intéressant pour moi mais je pourrais contacter directement l'association/l'agence en question je pense.
En tout cas je peux pas donner suite pour le moment, je suis encore sur les rotules après mes deux derniers jours de mon emploi précédent et j'estime ne pas être apte à travailler présentement. D'autant plus que l'emploi proposé était avec un temps de travail plus conséquent encore que celui qui vient de s'achever et qui m'a bien épuisée déjà. Et j'imagine que la formation doit être à temps plein ou gros mi-temps aussi, donc c'est physiquement pas possible pour moi actuellement.
Mais j'espère qu'ils reposteront une offre/des offres quand je serai apte à nouveau, car à priori c'est pile ce qui me faudrait.  Enfin pour le moment je vais me contenter de vivre du RSA, quitte à voir une assistante sociale, ça me dérange pas. Et en profiter pour me reposer, profiter de ma minette malade tant qu'elle est encore là, passer les examens médicaux importants qui m'attendent. En espérant avoir un traitement/un équipement médical qui me remette d'aplomb pour pouvoir étudier et travailler. Sachant que j'ai un suivi psy au CMP et potentiellement de nouveaux ateliers collectifs justement pour contrer ma tendance à l'isolement. Plus le rééquilibrage alimentaire que j'essaie de faire, les démarches auprès de la CAF et la difficulté que je vais avoir à gérer avec un tout petit budget, je vais être pas mal occupée déjà.

J'espère que ta minette n'est pas malade et en effet, le mieux est de la montrer au véto. Oui c'est le véto qui a diagnostiqué ça, avec une prise de sang, en se basant sur les symptômes que je lui décrivais, le résultat a été sans appel. Problème : elle refuse absolument l'alimentation ménagère que le véto m'a prescrit pour elle et que je lui ai préparé. Elle n'y a même pas touché, ni mon autre minette qui n'est pourtant pas difficile. Elle ne mange toujours que ses gelées à l'odeur dégeu et une croquette ou deux des fois. Du coup il faut que je revois le véto pour qu'il me dise quoi lui donner à manger du coup. Car il faut une alimentation bien spécifique avec cette maladie, notamment très faible en protéïnes pour ne pas fatiguer davantage ses reins malades. Sachant que niveau finances c'est loin très loin d'être la fête du slip, or il va bien falloir payer le véto à nouveau et l'alimentation spécifique.
Déjà qu'avec tous mes arrêts maladie, j'ai touché plus de 100 euros de moins que d'habitude, sans que l'assurance maladie m'ait encore donné un sous pour le moment. En plus fin de CDD, pas d'indemnités, solde de tous compte ni rien. J'ai dors et déjà déclaré à la CAF et demandé le RSA mais je sais pas du tout à partir de quand je l'aurai. Du reste j'ai appris qu'en fait non c'est pas cumulable RSA et ARE, même si les ARE sont très faibles, comme dans mon cas.
C'est juste que si on touche le RSA avant de se réinscrire à pôle esclaves et obtenir l'ARE, la CAF ne tient pas compte du changement tout de suite. C'est seulement suite à la déclaration trimestrielle suivante qu'ils en tiennent compte. A partir de là, à ce que j'ai compris, si l'ARE est inférieure au RSA, ils complètent. Mais j'ai peur que la CAf me donne plus rien et que je me retrouve à vivre avec encore moins que le RSA, le tout dégressif et pour deux ans maxi.
Du coup ça vaut pas le coup que je me réinscrive à pôle esclaves temps que je ne suis pas apte à travailler et aie trouvé un boulot intéressant ou une formation à faire financer. Parce que si c'est pour avoir encore moins qu'avec le RSA, en plus dégressif et pour seulement deux ans de toute façon.
Ca me parait plus safe le RSA, la somme est très faible mais au moins ce n'est ni dégressif, ni limité dans le temps et puis ils me laissent tranquille. Or avec tous mes soucis de fatigue, de poids et de santé en général, j'ai d'abord besoin d'une période de repos et de calme.
Mais je vais pas rouler sur l'or avec que le RSA, à moins de faire quelques heures de garde d'enfants ou autres au black pour arrondir les fins de mois. Ou de trouver un taf d'au moins 13 h hebdo l'histoire de gagner plus qu'avec le RSA avec la prime d'activité en complément. 
Enfin même si je suis infiniment soulagée que ce travail qui était devenu le bagne pour moi soit fini, c'est pas une période rassurante qui s'annonce. Et je sais pas du tout ce qu'il va advenir si ce n'est que je vais bien galérer pendant un temps indéfini. Donc oui vraiment j'ai des soucis par dessus la tête et c'est pas la joie du tout.

Merci les amies de vos paroles de réconfort. C'est ce que je me dis, je peux pas retourner en arrière dans le temps changer le passé et ça ne l'aide pas de culpabiliser, mais je m'en veux quand même. Et puis, déjà qu'à son âge son espérance de vie n'est plus très grande, cette maladie c'est comme épée de Damoclès sur sa tête. Car si elle ne reprends pas de poids mais qu'au contraire, son appétit et son poids baissent encore, son état va se dégrader très vite sans je puisse rien faire car je ne peux tout de même pas la nourrir de force. Enfin il faut penser au présent, je vais faire le maximum pour qu'elle aille mieux et profiter de chaque jour avec elle tant qu'elle est vie.
Et avec tous mes autres soucis en effet ça fait beaucoup à gérer et à  encaisser en même temps.
C'est une phase nécessaire de prise de conscience de beaucoup de choses dont certaines duraient depuis bien longtemps pour pouvoir essayer d'y remédier et aller mieux, mais c'est dur à vivre.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB