Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui sait compter jusqu’à 116. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


C'est vrai : pas un poil de méchanceté chez Kadoc, que de la candeur...
Mais les dégâts que peut causer un propos répété sans réfléchir et surtout sans restituer le contexte du propos... c'est pas imaginable

Il n'aura échappé à personne (à part ceux qui vivent dans un patelin de très haute montagne) que Kaamelott est dédié à Louis de Funès.
Mais dans quel épisode (ou quelle scène) vous êtes vous surpris à dire : "Alors là je reconnais bien là la patte de Funès"
Ou quel personnage vous semble le plus "defunesque" ?
Je me lance...

Le jeu d'Alexandre Astier  rappelle beaucoup celui de Fufu.
L'exemple qui me marque le plus (pour la gestuelle et les mimiques) est dans l'épisode "Saponides et détergents" , dans la séquence de la "mangeoire" : sans un mot mais avec un jeu d'expressions de visage, il fait comprendre que l'odeur corporelle des 2 pecores lui est insupportable.
Tordant !!!
Un autre exemple est dans "Legenda" quand il raconte une histoire au petit de Karadoc et Mevanwi pour l'endormir : le phrasé hésitant et approximatif est très semblable à certaines scènes de films de De Funès (un extrait du "Corniaud" où De Funès téléphone de sa voiture en un mélange d'anglais et d'allemand).

Pour le personnage, les scènes nocturnes de Seli  ("Seli et les rongeurs", "La cassette  2" ou "La restriction 2") lorsqu'elle est en chemise de nuit et gesticule dans la cuisine : je ne peux m'empêcher de faire l'analogie avec le Glaude de "La soupe aux choux".

Dans l'épisode "Witness" du livre 3, Kadoc "replace" une phrase qu'il a entendue tirée d'une conversation confidentielle entre Arthur et Lancelot.

Quand je regarde cet épisode, je pense beaucoup aux "journalistes" prompts à extraire "la petite phrase" (d'un discours, d'un livre ou d'une conversation privée) et la placer hors de son contexte, tout cela pour "faire le buzz".
Kadoc, avec sa bêtise innocente, n'est finalement que la version antique de la vidéo amateur qui espionne tout mais qui ne rend public que ce qui peut nuire.

Dans "Perceval de Sinope" (livre 5) il y a une magnifique leçon de fidélité à une cause ou une personne : par fidélité à Arthur, Perceval accepte de se démarquer des autres et à affronter l'incompréhension générale, voire les moqueries.
C'est une réponse à qui est prêt à s'asseoir sur ces principes en voulant plaire à la majorité.

Foutez l'camp vous êtes tous de mèche !!!:)

Oups !!!
Morgane en effet. ..:euh:
"Attention... Attention... Y a une opération revisionnage qui se prépare !"

Merci à tous pour votre accueil !!! Ben sympa tout ça

On comprend :
- ni c'qu'y dit
- ni c'q'y fait
C'est rare, hein ???
:)

Renommée Renommée : qui es tu,  renommée ?

Dans l'épisode "Sefriane d'Aquitaine", Alexandre Astier semble "mettre en boîte" le caractère exigeant et versatile de certaines femmes enceintes...
Il semble également attirer l'attention sur le côté faible de beaucoup d'hommes, qui  sont prêts à céder à toutes les exigences de leur compagne attendant "un heureux événement", sous peine d'encourir la soupe à la grimace.
Si ce post fait réagir, c'est que le père Alexandre est une fois de plus visionnaire.

Je suis touché par "Le oud" (livre 1)
Parce que je me suis souvent retrouvé en Arthur qui ressent de la frustration en constatant que sa passion n'est pas partagée ou comprise.
Si bien qu'il choisit de rester seul pour son moment, quitte à virer les 2 qui semblaient le plus l'accompagner dans sa passion, avec cette conclusion monumentale qui, pour moi, reste la meilleure des chutes : "Faut toujours qu'on se fasse emm-----"

Finement analysé, mon Arthur

Aaaaah le monologue de Pierre Monde !!!! Magnifiquement interprété

Salut à toi  Ogma
Non je n'ai jamais vu Hero Corp. Je ne connais que de nom.

Ah ! C'est pas moi qui comprend mal :)

Enfin si quand même

Merci de l'accueil
Même si l'exercice de présentation aux membres de la communauté, ce n'est pas toujours "top prestige"???

Effectivement, quasiment toutes les relations humaines gagneraient en qualité après un visionnaire de la série.

Ce n'est bien sûr que mon humble opinion, mais j'avoue me surprendre quelquefois à essayer d'appliquer dans certaines situations de la vie une leçon que j'ai tirée d'un épisode, ou encore à déplorer que AA ait eu mille fois raison en disséquant un travers humain, comme il sait si bien le faire .
Certains épisodes semblent également servir à AA pour régler des comptes avec des clichés ou des idées reçues.

"Il y en a tout le tour du ventre".

J'invite donc tout le royaume de Bretagne à s'exprimer (Vox Populi).

Pardon si ce topic a déjà été posté, je me suis endormi dans ma tourelle.

Vous voulez un exemple ?

L'épisode du livre 3 "La grande bataille" (avec la mémorable bataille de fromage) me touche particulièrement, car Arthur, tout occupé qu'il est et assez vite agacé par nos 2 compères, prend neanmoins le temps de jouer avec les 2 "gamins" (c'est même lui qui "dégaine" le premier) ; il ne s'abaisse pas, il partage tout simplement un moment de complicité.
Beaucoup de parents feraient bien de s'en inspirer.

Autre exemple
"La blessure mortelle" ( avec la fée Viviane incarnée par l'excellente Léa Drucker). Alexandre Aster tord le cou à cette ineptie qu'est la prédestination : non, on n'est pas destiné à mourir à un moment prédéterminé.
J'adore. ..

J'en ai d'autres, je vous dis...

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB