Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui présente vos hommages au roi Arthur !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Excellent ! Il est super ce Dagonnet. C'est forcément ça qu'il s'est passé :)

Ah ! Je l'aime beaucoup celui-là. Des idées fortes très bien servies par nos personnages préférés. Mention spéciale à la relation Arthur-Ygerne aussi !

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
Bon... il y a un truc que j'aurais adoré, c'est de voir Lancelot lancer une idée encore plus horrible que celles de Léodagan.

Je l'adore celui-là : du grand Agloval. Ça le fait vraiment ! Uther qui parle qu'en proverbes c'est une super idée (et tu créés vraiment ce perso du coup) et il y a tous les détails (ou des points importants) qui ancrent vraiment le scénario dans le Kaamelott qu'on connaît : par exemple l'évocation de Bohort le Vieux que tu oses appeler juste Bohort (ce qui est tout-à-fait logique mais il fallait quand même y penser). Et qu'est-ce que c'est fluide et qu'est-ce que ça sonne juste aussi !

All bad things must come to an end.



House of cards – Troisième partie


I. Cour du château. Léodagan, Séli et Guenière marchent, accompagnés de deux domestiques qui transportent des bagages. Ils croisent Perceval. Séli et Guenièvre continuent d'avancer tandis que Léodagan s'arrête.
Léodagan
Vous restez, vous ?
Perceval
Bah oui. Vous, vous partez ?
Léodagan
Ah oui, on a plié les gaules. Kaamelott, c'est fini. Parce que le souverain actuel, j'ai fait un effort au début mais là c'est vraiment plus possible. Enfin, je vous dis ça, je sais bien que c'est votre pote. Encore que j'ai bien remarqué qu'aux dernières réunions, vous y étiez pas.
Perceval
C'est pas obligatoire les réunions de toutes façons.
Léodagan
Bah de mon temps, si.
Perceval
Mais du temps d'Arthur ?
Léodagan
Ah, du temps d'Arthur... Bon. Comme on va sûrement ne jamais se revoir, je vous dis adieu.
Léodagan part en direction de Guenièvre et de Séli. Perceval reste au milieu de la cour, immobile. Coupure. Salle à manger, Perceval, Mevanwi et Karadoc.
Karadoc
Léodagan, Séli et Guenièvre ! Les trois d’un coup ! Et vous, vous venez plus aux réunions.
Perceval
Vous voulez absolument que je vienne ?
Karadoc
Ah bah je vais pas vous forcer mais bon…
Mevanwi
Vous pourriez…
Perceval (acerbe, à Mevanwi)
Non mais de quoi je me mêle ?
Karadoc
Arthur, il a jamais obligé les gens à venir aux réunions.
Mevanwi
Oui mais les gens ils respectaient Arthur.
Perceval paraît ne pas réagir.
II. Salle de la Table Ronde. Bohort, Blaise et Calogrenant.
Blaise (à Bohort)
Du coup, moi je suis manipulé par Mevanwi, Calogrenant, il est bloqué dehors et donc il reste plus que vous pour tout résoudre.
Calogrenant
C’est vrai que vous vous donnez le meilleur rôle.
Bohort (pensif)
Ouais… enfin, si c’est moi qui résous tout, je sais pas encore comment je vais faire.
Calogrenant
Parce que c’est vraiment vous qui allez tout résoudre ?
Blaise
Il s’en sortira jamais de toutes façons avec son histoire. Ces conneries de manipulation,  de portée bleue… En fait ça vous a servi à lever les incohérences du début mais maintenant vous savez plus du tout quoi en faire.
Bohort (ne sachant pas quoi répondre)
Bah…
Calogrenant (soudain)
Et si je demandais du renfort ? Qu’est-ce qui m’en empêche ? J’ai qu’à demander à Léodagan. Après je dirige les troupes, je défonce tout le monde dans le camp de Loth et les trucs magiques on n’a même pas besoin de s’en occuper.
Blaise (ironique)
Voilà. Et après on n’aura même plus besoin d’aller voir Arthur pour lui demander d’aller reprendre le trône puisqu’il aura plus rien à faire.
Calogrenant (maussade)
De toutes façons, est-ce qu’il pourra vraiment…
Bohort (indigné)
Ne dîtes pas ça !
Calogrenant (à Bohort)
Vous les avez lus comme moi les messages de Tintagel, non ?
Blaise
Bon on n’a qu’à se concentrer sur l’histoire et pour le reste… on verra.
Calogrenant
Vous êtes sûrs que c’est une bonne idée ? D’inventer plein de trucs pour lui donner envie de revenir ?
Blaise
Mais on avait dit qu’on était d’accord ! Pourquoi vous revenez dessus maintenant ?
Calogrenant
Je reviens peut être dessus mais je vous ferais remarquer que, au moins,  j’ai proposé une solution. Vous, en fait, vous grattez du papier toute la journée mais vous êtes pas foutu d’inventer une histoire crédible.
Blaise (feignant d’ignorer ce qui vient d’être dit, à Bohort)
Non mais dans votre récit, il y a un truc qui est pas mal, c’est de vouloir faire jouer un rôle à Perceval. Comme ça, ça plaira à Karadoc et il pourra valider l’histoire.
Bohort
Ah bah c’est vrai, j’y avais même pas pensé.
Blaise
Ah bon ? Pourquoi vous avez mis Perceval alors ?
Bohort
Pour le roi.
Blaise
Et qu’est-ce que je viens de vous dire ?
Bohort
Pour le roi Arthur.
Calogrenant
Ouais… enfin s’il faut compter sur Perceval et vous pour sauver le royaume…
Blaise
Mais il le supporte pas Perceval… Il s’énerve dès qu’il ouvre la bouche.
Calogrenant
Mais vous voyez vraiment rien, vous !
Blaise
Mais… voir quoi ?
Bohort (à Calogrenant)
C’est vrai que du coup vous avez une plus grande marge de manœuvre. Mais je suis pas sûr que Léodagan, ce soit une bonne idée.
Calogrenant
Et si je demandais à Arthur ?
Bohort
Dans l’histoire… ou en vrai ?
Calogrenant (souriant)
Les deux.
Blaise
Je comprends pas.
Calogrenant
C’est normal, vous comprenez rien. à Bohort Bon. On laisse tomber ?
Bohort
Ca me semble préférable, oui.
Calogrenant se lève, Blaise le regarde interloqué et Calogrenant sort. Blaise s’apprête à dire quelque chose puis Bohort se lève à son tour.
III. A Tintagel, dans un couloir, Perceval marche et s’arrête au niveau de Bohort et Blaise.
Blaise
Alors ?
Perceval
Il m’a parlé d’un rêve.
Bohort (affirmant)
Vous ne lui avez pas demandé.
Perceval
Non.
Blaise
Mais on vous avait dit de le faire !
Perceval ignore Blaise et poursuit son chemin.
Bohort (soupirant)
Est-ce qu’à sa place j’aurais osé lui demander ? Probablement pas.
Blaise
Et vous êtes sûr que c’était le seul qui pouvait lui faire changer d’avis ?
Bohort (après un silence)
Vous êtes désespérant.
Salle à manger. Karadoc et Perceval.
Perceval
Elle est pas là votre femme ?
Karadoc
Non, elle m’a soulé. Alors, comment il va ?
Perceval
Il est faible.
Karadoc
Je pense que je vais aller le voir. Que je sois là ou pas de toutes façons…
Perceval paraît ne pas réagir.

Merci pour ces retours ! La suite arrivera bientôt.

Le même "bientôt" qui est à l'ecran à la fin de la saison 6.

Non, vraiment... enfin, on verra :)


House of cards – Deuxième partie


Salle de la Table Ronde, Karadoc, Blaise, Bohort et Calogrenant autour d’une carte.
Blaise
La tour de guet a été attaquée, c’est tout ce qu’on a pu savoir.
Calogrenant
Quoi, c’est tout ? C’est ça votre rapport des éclaireurs ?
Blaise
C’est déjà pas si mal. Parce qu’il faut bien comprendre qu’on a plus vraiment le même système de surveillance qu’au temps de Léodagan, ou même d’Arthur.
Karadoc
J’ai réorganisé la surveillance.
Blaise
Ouais… On peut dire ça comme ça.
Bohort
On devrait peut être envoyer d’autres éclaireurs à la tour, maintenant.
Blaise (à Karadoc, en sortant un papier)
Voilà, donc ce que j’ai fait, c’est que j’ai rédigé l’ordre à donner au chef des éclaireurs et vous avez juste à signer. C’est pas forcément ce qu’on fait d’habitude mais c’est légal. Et comme ça, ça va plus vite.
Calogrenant
Voilà, on gagne en efficacité.
Karadoc
Mouais… je sais pas trop.
Calogrenant
Vous savez pas trop quoi ?
Karadoc
On va peut être changer de stratégie.
Blaise (gêné)
Ah… Mais… Non mais il faut pas changer de stratégie…
Bohort
C’est la meilleure solution, sire.
Silence. Bohort, Blaise et Calogrenant regardent Karadoc, inquiets.
Karadoc (soudain, affirmatif)
On va faire autrement.  Seigneur Calogrenant, vous allez mener la moitié de nos troupes à la tour de guet. Je veux pas passer pour une tantouze.
Calogrenant (s’énervant)
Mais c’est n’importe quoi ! On n’envoie pas la moitié d’une armée quelque part quand on sait pas ce qu’il s’y passe !
Bohort (diplomate, à Karadoc)
Calogrenant a peut-être raison sire.
Karadoc
Non mais vous avez une vision trop étriquée de l’art martial. Calogrenant, vous vous préparez, vous partez dès ce soir. Bohort, vous faites en sorte que l’armée soit prête. Père Blaise, vous écrivez ce qu’il faut.


Dans un couloir, Blaise rejoint Bohort et Calogrenant.

Bohort
Alors ? Vous avez réussi à lui faire changer d’avis ?
Blaise
Non, pas vraiment. Vous… vous allez faire ce qu’il a dit.
Bohort
Quoi ?
Calogrenant
Qu’est-ce qui vous arrive ? Vous êtes complètement dingue, ou quoi ?
Blaise
J’ai bien réfléchi, je crois que c’est pas une si mauvaise idée.
Calogrenant
D’envoyer une armée sans éclaireurs avant ? Mais qu’est-ce que vous en savez d’ailleurs ? J’en reviens pas de me faire donner des leçons militaires par un scribaillon ! Je crois qu’il est grand temps que je retourne en Calédonie…
Bohort
Oh bah non, pas maintenant …
Blaise
Attendez… C’est peut-être pas une mauvaise idée de lui laisser croire qu’il a la main. Après tout qu’est-ce que ça peut faire d’envoyer autant d’hommes à la tour de guet ? Au pire, vous serez trop nombreux, et alors ? Vous reviendrez.
Pause. Calogrenant réfléchit.
Bohort
Il faut reconnaître que père Blaise a raison.
Blaise (satisfait)
Ah.


Salle à manger, Perceval, Yvain et Gauvain.

Yvain (excédé)
Non mais ça va faire combien de temps qu’on nous laisse plus sortir ?
Perceval
Je sais pas trop… J’ai pas vraiment la notion des durées.
Yvain
En plus, l’autre jour, on leur a demandé pourquoi, on nous a carrément pas répondu du tout ! C’est juste un manque de respect quoi !
Gauvain
Seigneur Perceval, ne pourriez-vous pas interférer en notre faveur ?
Perceval
Mais pour quoi faire ?
Gauvain
Et bien pour pouvoir sortir du château à notre guise.
Yvain
De base, on est autonomes, nous. Alors, après ce qui est arrivé à Arthur, on est resté un peu. Parce qu’on est pas non plus des insensibles mais bon… Ca va maintenant !
Perceval
Mais qu’est-ce que vous voulez faire dehors en fait ? Allez combattre ?
Yvain
Bah pas forcément tout de suite mais après, à terme…
Il regarde Gauvain pour l’inviter à donner son avis.
Gauvain
Oui, c’est une possibilité à envisager. Mais je pense que, dans un premier temps, nous retournerons dans notre camp et puis, ensuite, nous aviserons.
Yvain
Ouais, voilà, au fil de l’eau.
Perceval
Mais vous faites comment pour éviter les troupes qui encerclent le château ?
Gauvain
Parce qu’il y a des troupes qui encerclent le château ?
Les trois restent silencieux un moment.
Perceval
Moi aussi, des fois, je mets du temps à comprendre les trucs.


Salle de la Table Ronde. Blaise et Bohort.

Blaise
Et on n’a toujours pas de nouvelles de Calogrenant?
Bohort
Non, on continue à envoyer des messages mais on a aucun retour.
Blaise
En tous cas, ici, on tient.
Bohort (s’emportant)
Oui, enfin jusqu’à quand ? Nos réserves s’épuisent. Et les troupes restées au château sont juste suffisantes pour le défendre. Vous…
Blaise (interrompant)
Oui, j’ai déconné. Et alors ? Ca vous arrive jamais à vous ?
Bohort
En tous cas, maintenant, nous devons vraiment empêcher que Kaamelott tombe entre les mains de Loth.
Blaise
Non mais il y a pas de raison.
Bohort
Vraiment ?
Blaise
Bah… si, il y a des raisons. 
Bohort (inquiet)
Des fois… j’ai vraiment peur de ne pas être à la hauteur. Et vous ?
Blaise (après un instant de réflexion)
C’est vraiment dommage que Calogrenant ne réponde pas aux messages.


Sous la tente de commandement, Loth et Elias. Galessin entre.

Galessin
Bon bah globalement ça se passe pas trop mal.
Loth
C’est-à-dire ?
Galessin
L’interception est une réussite. Du coup, le château et les troupes à la tour de guet ne peuvent pas communiquer et donc on tient.
 
Elias
C’est quoi, l’interception ?
Galessin
Alors, en fait…
Loth (interrompant)
Il tire à l’arbalète sur les pigeons.
Galessin
Oui… enfin je suis pas tout seul à le faire.
Loth
D’ailleurs j’espère qu’il restera des hommes disponibles au cas où, éventuellement, il y aurait un assaut à mener.
Galessin
Non mais on est juste une petite dizaine.
Elias
Mais comment vous pouvez savoir si ça suffit à tirer sur tous les pigeons ?
Galessin
Bah… J’en sais rien.
Loth
Comment ça, bah, j'en sais rien ? Vous m’avez râpé les raisins pendant des heures pour que je vous laisse canarder des piafs mais vous n’avez aucune garantie que ça marche ?
Galessin
Tant qu’ils mènent pas une attaque coordonnée ça voudra bien dire que ça marche, non ?
à Elias
Et vous, vous faites quoi, d’ailleurs, depuis le début ?
Loth (à Elias, désignant Galessin)
Je ne voudrais pas lui montrer que je suis de son côté mais la question m’intéresse.  Parce que, à part sur le plan des pigeons, ça ne vous a pas échappé qu’on n’avance pas vraiment. Si vous cherchez le moment approprié pour nous aider ça peut être maintenant.
Elias
Ne vous inquiétez pas, je vous serai bientôt très utile. Mais là vous imaginez bien que j’ai pas un sort pour traverser les murs du château.


Aux alentours de la tour de guet, Dagonet est ligoté. Calogrenant arrive.

Dagonet
Ah, ça y est, vous êtes revenu.
Calogrenant s’arrête, le regarde et ne dit rien.
Dagonet
En fait, j’ai oublié de vous dire la première fois que, moi aussi, je me sentais loyal envers Arthur. Enfin…  Je… Je regrette de l’avoir trahi, ça je vous l’avais déjà dit, mais la raison de… Et ça je l’ai compris après. La raison c’est que j’ai toujours été fidèle à Arthur.
Reformulant.
J’ai toujours eu la sensation d’être fidèle à Arthur.   
Calogrenant (après un temps)
Je crois que ce que vous venez de dire ça me donne encore plus de raisons de vous tuer.
Dagonet
Non mais je suis vraiment sincère. Loth, tout ça, je me suis laissé embarquer. J’ai un défaut, c’est vrai, c’est d’être influençable. Mais vous savez que maintenant, de la même façon que j’ai trahi Arthur, je peux trahir Loth, si vous voulez. Et en fait, je pense que je serais encore plus enclin à trahir Loth qu’Arthur. Que j’ai pas vraiment trahi comme je vous l’ai déjà dit. Disons… je l’ai trahi puisque…
Calogrenant (interrompant)
Taisez-vous ! Vous allez, évidemment, me donner tous les renseignements que vous avez sur Loth et le siège. Et c’est même pas sûr que ça vous suffise à rester vivant.
Dagonet
Ah. Bon bah de toute façon, j’ai rien à perdre. Alors, allez-y, demandez moi tout ce que vous voulez.
Calogrenant (sortant une carte)
Montrez-moi les positions qu’ils avaient prévues de prendre.
Dagonet (regardant la carte avec perplexité)
Après vous savez que  j’ai jamais été vraiment au point sur la tactique, moi. Que ce soit avec Arthur ou avec Loth.


Laboratoire de Merlin, Mevanwi. Elias apparaît par magie.

Mevanwi
Calogrenant et ses hommes sont morts, c’est ça ?
Elias (avec un sourire)
C’est parce qu’ils ne répondent pas à vos messages que vous dites ça ? Non, j’ai trouvé une idée encore plus marrante pour assurer le siège. Comme Loth était pris, j’ai utilisé son lieutenant. Vous pensiez quand même pas que je serais le seul à ne contrôler personne.
Mevanwi
Le lieutenant… c’est le seigneur Galessin. J’ignorais que vous le connaissiez bien.
Elias
Je l’ai croisé deux trois fois.
Mevanwi (admirative)
Et ça vous a suffit ? Si je ne connaissais pas si bien Karadoc, je ne saurais pas si j’arriverais à le contrôler.
 
Elias (après un silence)
Si j’étais vous, j’échouerais pas. Il ne vaut mieux pas la décevoir.
Mevanwi
J’ai bien réussi à manipuler Karadoc pour envoyer Calogrenant à la tour de guet.
Elias
Et c’est une chance que vous n’ayez pas réussi à le convaincre de la tuer, quand elle était dans les cachots.
Mevanwi
C’était avant. Et je ne connaissais pas encore le sort de manipulation.
Elias
Et donc c’était encore plus une chance.
Mevanwi
C’est pour me dire ça que vous êtes venu me voir.
Elias
Entre autres, oui.
Mevanwi
Sachez que je maîtrise Karadoc et que j’agis dans l’intérêt d’Anna de Tintagel. Depuis que je sais ce qu’elle est capable de faire, je l’admire infiniment et je suis prête à tout pour lui plaire.
Elias (ironique)
C’est fou comment en sachant qu’une personne est capable de manipuler en dehors de la portée bleue, on puisse passer très vite de l’envie de la tuer à l’admiration.
Mevanwi (ignorant l’ironie)
Vous croyez qu’elle peut en manipuler plusieurs ?
Elias
On ne peut pas en manipuler plusieurs.


Salle à manger. A table, Perceval et Karadoc.

Karadoc
Non je reconnais, c’est ma faute. J’ai voulu innover stratégiquement et, voilà, ça a merdé. Nous, quand on innovait, en fait, si ça ratait, c’était pas trop grave. Mais maintenant, comme je suis roi de Logres…
Perceval
Quand je vous entends dire ça, ça me fait toujours bizarre.
Karadoc
Vous êtes fier de ma progression ?
Perceval
Euh… Non, c’est pas vraiment ça.
Karadoc
Bon. En tous cas maintenant, j’aimerais bien que vous m’aidiez à redresser la situation.
Perceval
Mais ils vous aident pas père Blaise et Bohort. Vous êtes souvent avec eux, non ?
Karadoc
C’est pas des mauvais gars mais ils ont pas de personnalité. Mon idée pourrie, par exemple, j’avais bien senti qu’ils étaient pas d’accord mais ils ont à peine insisté.
Ils s’arrêtent le temps de manger un morceau de viande.
Et père Blaise m’a même dit que j’avais raison.
Perceval
Vous, vous avez besoin d’être recadré, c’est ça ?
Karadoc
Voilà… J’ai beaucoup d’idées mais j’ai besoin qu’on me pose des limites, quand c’est nécessaire. Il y a ma femme qui me fait ça, des fois, mais quand c’est elle ça me gonfle et je l’écoute pas.
Perceval
Bon. Ca va. Je vais voir ce que je peux faire.
Salle de la Table Ronde. Père Blaise, assis, écrit sur un papier puis pose sa plume et met le papier de côté. Il prend un rouleau de parchemin, commence à le dérouler et, soudain, suspend son geste et reprend le premier papier. Coupure. Laboratoire de Merlin, plan sur Mevanwi qui sourit.

Ah oui ! Je l'avais lu au début le 26 avril au soir, sans le bonus, et je m'étais dit que la résolution était une très bonne idée mais qu'elle était trop rapide. Mais avec le bonus c'est parfait ! Il n'y a pas que la résolution qui est bonne : tout est bien écrit et ça sonne bien. Donc, une excellente suite :)

Ah j'aime bien, l'intrigue est simple mais très bien traitée avec des dialogues tout à fait crédibles. Je suis pas trop d'accord avec Westminster : l'introduction amène bien le thème du ménage et de qui dirige qui. Ce serait peut-être exagéré de dire qu'il y a un aspect "lutte des classes" mais quand même^^
S'il y a juste un truc que j'aurais bien vu en plus, c'est comment Arthur réagit au fait qu'on le confonde avec le roi burgonde.                                                                                                                                                                         En tous cas, je trouve que c'est un très bon scénario.

Ah oui c'est bien, je m'y attendais pas. Je cherche encore le rapport entre un mec à trois jambes avec une tête en forme de ballon, une femme qui porte des serpents sur des coussins et

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
windows 10.
Mais je vais trouver !

EDIT du 16/06/16 : Finalement, j'ai réussi à reprendre cette horr..., ce put..., ce récit. Contrairement à ce que j'avais imaginé, la suite sera complètement dépendante de ce scénario là et c'est pourquoi il existe aujourd'hui une deuxième partie de House of cards. Et, en fait, les deux parties de House of cards sont aussi très dépendantes du Discours d'un roi. Du coup ce serait plus logique de regrouper tout mais j'aime bien le titre du premier scénario. Bref...

Voici donc la suite de  Le discours d'un roi. Bonne lecture !


 
House of cards

 

Salle de la Table Ronde. Assis autour,  Karadoc, Mevanwi, Blaise, Lionel, Bohort, Yvain, Gauvain et Calogrenant.
Blaise
Alors, maintenant...
Yvain (interrompant)
Pardon mais pourquoi vous êtes assis ? Je sais que ça fait plusieurs semaines que c'est comme ça mais je m'en rends compte que maintenant en fait.
Blaise (agacé)
Je suis assis parce que...
Calogrenant
Parce que vous êtes une grosse feignasse.
Blaise
Mais non ! Quand j'étais debout c'était parce que... voilà, je devais écrire la légende. Mais maintenant... Je suis plus dans un rôle de conseiller.
Calogrenant
Et quand on passe de scribaillon à conseiller on s'assoit ?
Karadoc
Oh ! Il parle lentement, en articulant bien.Si vous voulez discuter de sujets extérieurs à l'ordre du jour vous le faites à l'extérieur de la salle de la Table Ronde. C'est clair ?
Calogrenant prend sur lui pour se taire.
Blaise
Donc dame Mevanwi désire nous parler du... Il s'interrompt en lisant le papier qu'il a sous les yeux, étonné. Du poste d'enchanteur du royaume. Il s'adresse à Mevanwi. Mais pourquoi ?
Mevanwi (en s'adressant à tous)
Depuis les départs des seigneurs Merlin et Élias, le poste d'enchanteur à Kaamelott est vacant. Je suis candidate pour le reprendre.
Karadoc (ne saisissant pas le sens)
De quoi ?
Mevanwi
Je voudrais être l'enchanteresse officielle du royaume.
Tout le monde reste muet devant cette surprenante déclaration.
Bohort (brisant le silence)
Mais... vous savez faire de la magie ?
Mevanwi
Elias m'y a initiée.

Dans un paysage forestier. Bruits d'une armée en marche. Montés sur des chevaux, Galessin et Dagonet.

Dagonet
Je me demande si je préfère pas encore la carriole.
Galessin
Non mais là c'est pas pareil : on va faire la guerre. C'est quand même plus excitant que les autres fois.
Dagonet
Excitant... Moi, vous savez, la guerre ça m'a jamais vraiment attiré. Justement, je me suis toujours débrouillé pour ne pas trop la faire. J'habite mes terres, je m'occupe vaguement du Graal de temps en temps. Silence Bon, après je me suis associé avec Loth. D'ailleurs, le  jour où je vous ai rencontrés la première fois, j'aurais peut-être mieux fait de me casser une patte.
Galessin
C'est vrai qu'on a vécu des moments un peu compliqués mais, quand on sera à la tête de Kaamelott, on pourra se dire que ça aura valu la peine.
Dagonet
Si vous le dites.
Galessin s'arrête soudain et s'adresse à toute la troupe.
Galessin
Halte !
Dagonet (après avoir fait s'arrêter son cheval)
Pourquoi on s'arrête maintenant ?
Galessin
On va bientôt être à vue de la première tour de guet. Quand on va reprendre la marche, ils vont savoir qu'on les attaque.
Dagonet (scrutant le paysage devant lui)
Bah vous la voyez où la tour de guet ?
Galessin (insistant sur le « va »)
J'ai dit qu'on va être à vue de la tour de guet. Si  on la voyait déjà, on serait à vue depuis longtemps.
Dagonet
Mais comment vous savez que la limite c'est spécialement ici ?
Galessin
Bah c'était sur la carte qu'on a étudiée hier soir. On a dessiné un cercle autour de la tour.
Dagonet
Ah oui mais moi je serais jamais arrivé à mettre en relation la carte et le terrain.

Salle de la Table Ronde. Assis autour,  Karadoc, Mevanwi, Blaise, Lionel, Bohort, Yvain, Gauvain et Calogrenant.

Calogrenant
Et c'est prévu pour quand les pendaisons des traîtres au fait ?
Blaise
Ah bah depuis l'autre fois, on n'en a plus tellement parlé. Donc il faudrait programmer ça assez rapidement...
Karadoc
Non mais c'est bon, c'est réglé. Je les ai libérés la semaine dernière.
Blaise (surpris)
Vous avez fait quoi ? Mais vous m'en avez jamais parlé !
Mevanwi (en colère)
Non, à moi non plus d'ailleurs.
Karadoc
Je crois que vous avez pas encore bien intégré que c'est moi le roi...
Dans une explosion de colère, Calogrenant se lève et quitte la salle.
Bohort (diplomate)
Sire, il aurait peut-être été préférable de nous demander notre avis avant de prendre une décision aussi importante.
Yvain (soudain, à Gauvain)
Du coup, vous êtes pas encore roi d'Orcanie.


Sous une tente, Galessin, Dagonet et Loth discutent autour d'une carte.

Loth
Bon ! C'est maintenant que les choses sérieuses commencent. Seigneur Dagonet, vous allez mener une troupe de cinq cent soldats à pied avec trois catapultes à la la tour de guet et vous la détruirez le plus rapidement possible. Ensuite, vous emprunterez le sentier pour marcher droit sur le château.
Galessin
C'est bon ? Ça vous paraît clair ?
Dagonet
Ah bah, dit comme ça, oui, ça paraît clair. Après, il faut concrétiser.
Galessin
Cinq cent hommes et trois catapultes pour détruire une tour de guet, c'est quand même pas ce qu'il y a de plus difficile à concrétiser.
Dagonet
Bah déjà il faut que je trouve la tour de guet.
Galessin (en montrant un point sur la carte)
Mais elle est là, la tour de guet.
Dagonet
Oui, là sur la carte. C'est en vrai que j'ai besoin de savoir où elle est.
Galessin
Vous voulez dire que la carte n'est pas bonne ?
Dagonet
Ah non, je dis pas qu'elle est pas bonne. Mais il faut quand même passer de la carte à la réalité. Et je vous avouerais que c'est pas mon point fort.
Loth
Vous savez, seigneur Dagonet, que j'attache une importance très vague à la notion de chevalerie. Il n'empêche que, puisque vous êtes chevalier, il me semblait évident que vous aviez des compétences, que je juge assez élémentaires, comme la lecture d'une carte.
Dagonet
Ceci dit, je suis chevalier parce que j'ai prêté serment de fidélité à Arthur. Alors comme...
Loth (interrompant, s'énervant)
Ah non ! Vous allez pas encore nous ressortir vos histoires de serment ! Alors, vous l'avez vu la rivière, en sortant de la tente à gauche ? En vrai, hein, pas sur la carte !
Dagonet
Euh oui.
Loth
Ah bon ! Alors vous la longez, en partant dans le bon sens, et vous tomberez sur la tour. C'est pas le plus rapide mais là... Mundis et recorda requiem. Littéralement, ça veut rien dire mais je crois qu'on a tous saisi l'idée.
Dagonet
Et, après la tour, le sentier qui mène à Kaamelott...
Loth
Oh bah un sentier c'est fait pour être reconnu facilement. Alors même vous qui êtes mais... de jour en jour ça se confirme, un gros nul, je suis sûr que vous le trouverez.
Dagonet
Bon bah d'accord. J'y vais du coup ?
Loth
Bah... si vous considérez qu'on n'a pas perdu assez de temps à vous expliquer ce que vous avez à faire, qui est à mon sens très simple et qui, ce faisant, ne nécessitait pas ce temps là, vous pouvez rester. Sinon, oui, vous y aller.
Dagonet quitte la tente.
Galessin (après que Dagonet est sorti)
Vous croyez qu'il va réussir ? Je veux dire après la tour de guet.
Loth (encore énervé)
Je vous trouve très optimiste de considérer que la partie concernant la tour de guet est acquise.
Pause. Loth se calme.
Loth
Une fois qu'il aura détruit la tour de guet, avancé sur le sentier et donc attiré l'armée ennemie, il ne nous sera plus d'aucune utilité de toutes façons. Nous, on aura suffisamment avancé de l'autre côté de la rivière pour commencer le siège du château. Bon, il faudra aussi garder à l'arrière suffisamment d'hommes pour combattre les troupes ennemies que ce crétin de Dagonet n'aura pas détruites. Et, en fait, c'est peut-être la partie du plan la plus hasardeuse.

Dans un couloir, une porte s'ouvre sur Calogrenant. Bohort et Blaise.

Blaise (à Calogrenant)
On vient vous voir pour vous parler de la réunion et de votre... sortie.
Calogrenant
C'est Karadoc qui vous envoie ?
Bohort
Non, non, pas du tout.
Blaise
Et on n'est pas là pour vous faire des reproches.
Calogrenant
Vous êtes là pour quoi alors ?
Blaise
En fait, on s'est rendu compte que depuis le départ de Léodagan,... et d'Arthur mais bon... lui, c'est pas volontaire... Enfin, bref, à part vous, Bohort et moi, il n'y a plus une personne compétente au château pour diriger le royaume.
Bohort
Nous ne voulons pas être désobligeants envers nos camarades mais les seigneurs Yvain et Gauvain sont encore jeunes, mon propre frère, Lionel, ne nous a rejoint que trop récemment, le seigneur Perceval... Bohort cherche ses mots et abandonne et Karadoc n'est probablement pas apte à diriger Kaamelott. Quant à dame Mevanwi, elle ne manque certes pas d'habilité dans la chose politique mais...
Blaise
Ouais, elle en a peut-être trop. D'ailleurs sa nomination au poste d'enchanteur... Bon, ceci dit, ils se sont bien barrés, Merlin et Elias.
Bohort
Ils se sont bien barrés... Pour Elias je ne sais pas mais je vous rappelle que Merlin est à Tintagel aux côtés de notre roi. Enfin de notre roi...
Calogrenant
Ah de notre roi, oui ! Karadoc, vous savez ce que j'en pense.
Blaise
Bon bah justement. On voulait être bien sûr que vous étiez avec nous.
Calogrenant
Qui ça nous ?
Blaise
Bohort, vous et moi.
Calogrenant
Mais qu'est-ce que vous voulez faire exactement ?
Bohort
Comme vous, nous considérons Arthur comme  notre roi légitime. Et, en gage de fidélité, nous voulons faire en sorte de... garder la main sur le royaume.
Blaise
Voilà. Pour faire simple, on doit plus laisser Karadoc faire de conneries. Comme libérer les traîtres.
Galessin entre dans la tente où Loth est en train de manger.
Galessin
Sire, quelqu'un voudrait vous parler
Loth (parlant la bouche pleine)
Mais ça doit forcément se faire maintenant ?
Galessin
Bah... je sais pas trop. On l'a trouvé  à l'entrée du camp ?
Loth
Mais qu'est-ce qu'il faisait à l'entrée du camp ?
Galessin
Je lui ai demandé et il m'a dit qu'il voulait parler qu'à vous. De toutes façons je l'ai toujours trouvé désagréable.
Loth
Mais comment... Parce que vous le connaissez ?
Galessin
Ouais c'est un gars de Kaamelott. Je me souviens plus de son nom.
Coupure. Dans le camp, Loth et Galessin accompagnés de plusieurs hommes s'arrêtent et font face à un individu que l'on découvre.
Elias
Je suis Elias de Kelliwic'h, enchanteur. Puisque j'imagine que vous allez faire la guerre, je  vous propose mes services. Je connais plusieurs sortilèges qui pourraient vous être utiles, moyennant une rémunération conséquente évidemment, pour remporter vos prochains combats. Ça vous intéresse ?
 

En fait, tous les personnages savent qu'Arthur a essayé de se suicider sauf Lionel. Mais ils n'osent pas en parler : c'est pour ça qu'Yvain ne le dit jamais explicitement et que personne ne l'explique à Lionel. Je sais pas si ça suffira mais je rajoute quelques didascalies pour que ce soit plus clair. Ensuite Loth est libéré tout simplement parce que c'est ce que Karadoc a décidé : il a écouté Perceval.

Je me lance dans un projet que j'espère mener à bout : développer une histoire assez complexe sur plusieurs scénarios pendant le règne de Karadoc après la tentative de suicide d'Arthur. Voici donc le premier :


Le Discours d'un roi


I. Cour du château. Léodagan, Séli et Guenière marchent, accompagnés de deux domestiques qui transportent des bagages. Ils croisent Perceval. Séli et Guenièvre continuent d'avancer tandis que Léodagan s'arrête.
Léodagan
Vous restez, vous ?
Perceval
Bah oui. Vous, vous partez ?
Léodagan
Ah oui, on a plié les gaules. Kaamelott, c'est fini. Parce que le souverain actuel, j'ai fait un effort au début mais là c'est vraiment plus possible. Enfin, je vous dis ça, je sais bien que c'est votre pote. Encore que j'ai bien remarqué qu'aux dernières réunions, vous y étiez pas.
Perceval
C'est pas obligatoire les réunions de toutes façons.
Léodagan
Bah de mon temps, si.
Perceval
Mais du temps d'Arthur ?
Léodagan
Ah, du temps d'Arthur... Bon. Comme on va sûrement ne jamais se revoir, je vous dis adieu.
Léodagan part en direction de Guenièvre et de Séli. Perceval reste au milieu de la cour, immobile.
II. Salle de la Table Ronde. Assis autour,  Mevanwi, Blaise, Lionel, Bohort, Yvain, Gauvain et Calogrenant. Le huitième fauteuil est vide.
Yvain (soudain, brisant un silence)
Du coup, c'est plus mon père qui est roi. C'est ça ?
Mevanwi
Le seigneur Karadoc de Vannes, mon mari, est le nouveau roi de Logres.
Calogrenant
Un roi de Logres sans l'épée  et qui ne vient même pas aux réunions.
Blaise
Non mais il va arriver, il est juste en retard. Il doit avoir des trucs à finir...
Bohort (ironique, glacial)
Il s'agit sûrement d'une affaire d'une extrême urgence. 
Mevanwi ne dit rien et le fixe des yeux, stoïque. Bohort croise son regard et le tient.
Yvain
Parce qu'avant qu'Arthur... (Yvain cherche ses mots, gêné) voilà, je suis sûr que c'était mon père qui était roi puisqu'il nous avait acheté la couronne que Vénec nous avait vendue. (il regarde Gauvain qui hoche la tête) Donc Karadoc a pris le pouvoir après que... après que et il a chassé mes parents et ma sœur. Mais pourquoi il a fait ça ? Je le connaissais pas super bien mais il me semblait pas que c'était une salope.
Gauvain
Le pouvoir peut révéler de bien sombres aspects des hommes qui sont amenés à l'acquérir seigneur Yvain.
Yvain
Ouais. Le pouvoir, c'est chaud en fait.
Plan sur Mevanwi.
Lionel
En fait, vous faites une erreur de chronologie. Le seigneur Karadoc a succédé au seigneur Léodagan avant qu'Arthur ne parte pour Tintagel. Mystérieusement.
Blaise
Comment ça mystérieusement ?
Lionel
On ignore toujours pourquoi Arthur a décidé de partir à Tintagel avec sa mère. Pause Moi, en tous cas, je sais pas.
Calogrenant (décidant d'ignorer ce que vient de dire Lionel)
D'ailleurs pourquoi il revient pas Léodagan ?
Blaise
Ça, ça fait parti des points que l'on abordera pendant la réunion.
Calogrenant
Mais on peut pas la commencer sans le roi la réunion ?
Blaise
Ah non ! J'ai déjà laissé passer beaucoup de choses qui sortaient du règlement alors, aujourd'hui, on s'y tient et on l'attend.
Calogrenant
Non mais, honnêtement, c'est obligé ? Qu'est-ce que ça change qu'il soit là ou pas de toutes façons ?
Blaise
C'est pas le problème de ...
Mevanwi
Je suis d'accord avec le seigneur Calogrenant. Le roi serait certainement d'accord pour que je le représente durant son absence.  Père Blaise, vous pouvez énoncer l'ordre du jour.
Blaise (après un silence, constatant que tout le monde le regarde, à contre-coeur)
Nous devons d'abord aborder la question des quatre détenus qui sont dans les cachots. Loth d'Orcanie, Anna de Tintagel, le seigneur Galessin et le seigneur Dagonet.
Calogrenant
Mais ils sont pas tous crevés depuis le temps ?
Mevanwi
Le seigneur Léodagan les avait arrêtés et ils devaient être pendus. C'est la veille du jour de leur condamnation que le seigneur Karadoc a pris le pouvoir.
Blaise
Et donc depuis ça traîne. Donc soit on les pend soit... on les laisse partir.
Bohort
On peut pas juste les laisser en prison ?
Blaise
Non, parce que si on les laisse en prison on doit les nourrir. Et il se trouve que, depuis l'accession au pouvoir de notre roi, les frais liés à la nourriture ont tellement augmenté qu'on ne peut plus se permettre de donner à manger à n'importe qui.
Calogrenant
Alors on les pend. Je vois même pas pourquoi on se pose la question.
Yvain
Mais je suis pas sûr de savoir qui exactement on doit  pendre en fait.
Gauvain (triste)
Il s'agit de mes parents et de deux de leurs  sujets.
Yvain
Ah d'accord.
Calogrenant
On a déjà laissé partir Lancelot. Eux, on les a, on les pend. C'est tout.
Karadoc entre dans la pièce. Tout en se dirigeant vers son fauteuil il s'adresse à Mevanwi.
Karadoc
Vous direz aux cuisines que la biche mijotée dans le miel  c'est pas une biche sur laquelle on rajoute du miel, à peine chaud, après cuisson. Aujourd'hui, j'ai laissé passer. La prochaine fois que ça se produit, je serai obligé de prendre des mesures et ça va faire très mal. (à tous)Bon, fini de glander. On commence.
III. Salle à manger. Perceval et Karadoc mangent.
Karadoc
Vous êtes pas venu hier à la réunion. C'est encore le frère de Bohort qui vous a remplacé et vous savez très bien que je peux pas l'encadrer.
Perceval
Pourquoi vous le faites venir alors ?
Karadoc
C'est pas moi. Tous les trucs administratifs c'est le père Blaise qui s'en occupe parce que ça me gonfle. Mais c'est pas la question. Pourquoi vous êtes pas venu ?
Perceval
Ne le prenez pas mal mais plus ça va plus je me dis que vous avez vraiment rien à faire sur le trône. Mais ne le prenez pas mal.
Karadoc
En plus, là, je dois décider si je fais pendre des mecs ou non. Et ne me demandez pas qui sait parce que j'en ai aucune idée. Alors qu'est-ce que je fais maintenant ?
Perceval
Moi ça me fait dégobiller les pendaisons.
IV. Chambre à coucher de Karadoc et Mevanwi. Karadoc et Mevanwi sont dans le lit.
Mevanwi
Si vous les condamnez à mort, ce sera un message fort que vous adresserez au peuple. Vous gagnerez de la popularité.
Karadoc
Mais je suis déjà super populaire. C'est pas parce que j'ai pas l'épée que les gens voient pas les qualités du bonhomme qui les dirige.
Mevanwi
Non mais vous êtes pas du tout populaire. Les gens vous détestent. Mais si vous pendez les traîtres, ils vous détesteront un peu moins.
Karadoc
Ouais mais c'est soûlant. Ça sert à quoi d'arriver à un rang aussi élevé si je dois prendre des décisions  pareilles ? Je veux pas manquer de respect à Arthur, parce qu'il va pas bien, mais je comprend pas comment il a fait pour se la couler douce durant tout son règne. Vous allez voir que ces histoires ça va me travailler pendant la nuit.
V. Extérieur inconnu. Des centaines de personnes regroupées regardent dans la même direction en levant la tête. Parmi elles, Galessin et Dagonet.
Loth (hors champ)
Ces dernières semaines, j'ai pu observer de près l'exercice du règne sur le royaume de Logres par le seigneur Karadoc de Vannes. Qui est Karadoc de Vannes ? Le fils d'un fermier du continent. Qu'a-t-il fait pour arriver au pouvoir ? Il n'a pas retiré l'épée. Non, il s'est assis sur le trône de Logres en se passant de l'accord des Dieux. (gros plan sur Loth)Il a accédé au pouvoir par de basses manœuvres politiques.  Mais il y a des rois qui, sans avoir retiré l'épée, sont de bons souverains. Est-il de cela ? Non. Il fait parti des pires dirigeants qu'il m’ait été donné de voir. C'est avec une immense tristesse que j'ai vu le royaume de Kaamelott  en décrépitude. Et vous savez que le sort du royaume de Logres dépend du royaume de Kaamelott. Le sort du royaume d'Orcanie dépend du royaume de Kaamelott. Votre sort dépend du royaume de Kaamelott. Votre sort dépend du risible Karadoc de Vannes. Je ne peux accepter cela. Nous ne pouvons accepter cela. Alors nous allons agir. Nous allons agir car nous ne tolérons pas que Karadoc de Vannes, désigné ni par les Dieux ni par son sang, dirige le royaume de Kaamelott. Aujourd'hui, l'Orcanie entre en guerre contre le royaume de Kaamelott.
Le cadre s'élargit et on voit Anna aux côtés de Loth.

Même avec une situation de départ ultra classique dans la série : Merlin qui foire un sort (même si là c'est pas tout-à-fait ça) je trouve que c'est un très bon scénario. J'aime bien ce que tu mets en filigrane : les ambitions de Lancelot et Léodagan. Et c'est super ingénieux le coup du miroir en plus :)

Excellent. Je me sentais vraiment dans la salle de la Table Ronde, avec les autres chevaliers, à écouter Perceval sans pouvoir décrocher de son histoire. Je trouve que c'est encore très bien écrit. Et j'ai beaucoup aimé Lancelot qui reproche à Perceval d'avoir oublié ses cordes alors qu'il le lui avait dit après qu'il ait fait la quête.

Alors là c'est juste génial. Les dialogues sonnent super justes et la mise en abyme fonctionne super bien. C'est pas que c'est bien, c'est que c'est sa mère bien. La race de sa grand-mère.

Moi non plus j'ai pas vu venir la chute. Ce que je trouve génial c'est que même dans ce petit scénario (petit par rapport à la longueur moyenne de tes autres productions) tu réussis à aborder plein de thèmes de façon très juste : la géopolitique, la religion, la fidélité de Perceval, l'ambition de Karadoc... Bon après je préfère quand tu les développes plus mais si c'est juste pour amener la chute ça se justifie.

Merci pour ces commentaires. C'était une tentative de scénario "policier" donc tant mieux si la chute vous a surpris. Alors, oui, Télorane (pas encore chevalier :P), ce serait plutôt contemporain du livre III effectivement.
Alors, est-ce que j'en ai d'autres? Je vais pas vous mentir je réfléchis à une suite, et même à un prequel, pour incorporer ce scénario dans un truc plus gros. Mais enfin pour le moment c'est vraiment qu'un projet. Au départ je voulais vraiment écrire Du purin, mais pas de sang comme un scénario indépendant.

Je cherche une critique négative à faire mais j'en trouve pas... bon allez mais c'est vraiment par sadisme :).

"Grüdü, se retournant pour bloquer à l'arrière, dégomma la tête de Kadoc qui tomba le nez dans son quignon de pain"

Je visualise pas. A première lecture j'ai crû qu'il dégommait le tête de Kadoc avec la masse mais ça a pas l'air trop possible sinon il ne resterait pas grand chose de Kadoc. Alors, c'est avec son corps qu'il cogne Kadoc? Mais alors je vois mal le dégommage de tête...

Bon, et puis peu importe! Si j'ai cherché ce petit détail sans importance pour faire un reproche c'est que j'ai vraiment aimé.
Je l'ai déjà dit mais les dialogues sont vraiment bien écrits, d'autant qu'il y a beaucoup de personnages en jeu.
Et puis, le récit est vraiment rondement mené. La grande quête principale épique avec ses petites péripéties qui le sont moins (les crottes de lapin dans les besaces :) ) et les petites histoires annexes. Je pense que la difficulté de ton récit est d'arriver à mettre de l'humour et à gérer le parler des personnages tout en racontant une histoire complexe. Et tu y parviens avec brio!

Donc... j'attends la suite!

Merci pour vos commentaires, j'entends la critique sur les scènes trop courtes.
En tous cas, suite et fin:


 
Du purin, mais pas de sang – Deuxième partie

 
Une enquête les pieds dans le purin. Suite et fin.

 

    ACTE I
    Salle de la Table Ronde. ARTHUR, LÉODAGAN, LANCELOT, CALOGRENANT, BOHORT, PERCEVAL, KARADOC, GALESSIN, et BLAISE au pupitre.
Léodagan
D’après Merlin… Alors vous allez me dire ça vaut ce que ça vaut. Mais, allez savoir pourquoi, j’aurais plutôt tendance à le croire sur ce coup-là. Je sais pas, l’instinct. Donc, la becquetance chez les pécores aurait été daubée avec de la magie.
     
Calogrenant
Attendez, un sort qui fait que les légumes filent la diarrhée ? C’est pas un peu pourri ?
     
Léodagan
C’est pas exactement un sort. Alors, attention, je vous retranscris ce qu’on m’a dit. Parce que la magie faut bien que vous sachiez que j’y comprends rien.
     
Arthur
Allez-y.
     
Léodagan
Ce serait des (il cherche ses mots) dommages collatéraux dus à un autre sort, qui n’a absolument aucun rapport avec la bouffe mais, qui relève de la (il appuie les deux mots suivants) magie noire. Et ne me demandez pas de vous expliquer la différence entre la magie noire et… l’autre. Pour moi c’est la même saloperie de toute façon.
     
Lancelot (pensif)
Merlin avait émis des craintes quant à l’utilisation de la magie noire par Élias.   
     
Léodagan
Voilà, on y est. 
     
Karadoc
J’ai jamais pu l’encadrer de toute façon Élias.
    Silence des autres.
     
Karadoc
Ouais. Je suis pas à l’aise quand je suis avec lui.
     
Galessin
C’est quand la dernière fois que vous avez été avec lui ?
     
Karadoc
Euh… jamais  je crois. Mais c’est une façon de parler.
     
Perceval
Ce que vous voulez dire c’est que si vous étiez avec lui… Euh si vous seriez avec lui. Si vous… J’ai vraiment du mal avec ça moi.   
     
Blaise (soudain, souriant)
Et alors c’est marrant parce qu’en latin c’est beaucoup plus simple.
     
Lancelot
Père Blaise, si vous vous vous y mettez aussi…
     
Blaise
Bah quoi ? Ça va, moi aussi je peux digresser une fois de temps en temps.
    Dans un couloir. LÉODAGAN et ARTHUR.
     
Léodagan
Alors, qu’est-ce que ça vous inspire ?
     
Arthur
Je sais pas trop quoi penser de cette affaire. Déjà, je vous rappelle que les deux ne peuvent pas se blairer. Donc, Merlin aurait très bien pu inventer cette histoire de sortilège de magie noire pour discréditer Élias.
     
Léodagan
C’est vrai que c’est pas impossible.
     
Arthur
Et puis… je suis pas un expert en magie noire mais faire que le foin rende les chevaux mous et que les légumes provoquent des diarrhées c’est pas un peu léger comme effet secondaire ?
     
Léodagan
Comme j’ai dit à la réunion, moi, la magie, j’y connais rien.
     
Arthur
Et sinon au niveau de la grève, où est-ce qu’on en est ?
     
Léodagan
C’est-à-dire ?
     
Arthur
Bah est-ce que les paysans restent sur leurs positions ou est-ce qu’ils semblent disposés à reprendre le travail ?
     
Léodagan
Ah non mais je vous l’ai dit. Je m’occupe pas de ça. Moi c’est seulement la partie enquête. Pour le reste, c’est Bohort, Perceval et Karadoc.
     
Arthur
Bon. Et vous avez interrogé Élias ?
     
Léodagan
Non. Comme vous l’avez dit, pour le moment, on a que les propos de l’autre. Non, pour l’instant, mieux vaut le laisser peinard, l’air de rien, et quand on aura des preuves, on pourra le saisir.
    Laboratoire de Merlin. MERLIN et ÉLIAS.
     
Merlin (criant)
Si ! Vous avez invoqué un démon !
     
Élias
Ah non mais vous êtes chiant avec ça ! Vous êtes sourd en plus d’être débile ? Pour la énième fois, je n’ai rien invoqué du tout !
     
Merlin
Le foin et les légumes dans les fermes c’est une conséquence de votre invocation. Tout le monde sait que les sorts de magie noire ont des conséquences.
     
Élias
Le foin et les légumes ? Mais qu’est-ce que vous chantez ? Vous êtes complètement taré mon vieux !
     
Merlin
Vous savez très bien de quoi je parle. Et vous vous en tirerez pas. Il y a pas de place pour les êtres maléfiques ici. (Silence) Pas tant que je serai là.
     
Élias
Pas tant que vous serez là ? (il rit) Mais qu’est-ce que vous croyez, au juste ? Que vous pourriez m’arrêter ? Je pourrais vous détruire en un claquement de doigts pauvre crétin.

   
ACTE II
    Salle à manger. ARTHUR et LÉODAGAN.
     

Léodagan
Au fait, je me suis un peu renseigné sur la magie noire. Et quand je vous dis renseigner c’est recherche dans les bouquins et tout le merdier. Ça a été une tannée, j’aime autant vous le dire.
     
Arthur
Oui, et donc ?
     
Léodagan
Donc les sortilèges de magie noire entraînent souvent des phénomènes lumineux. Des lumières, des scintillements… Vous suivez ?
     
Arthur
Euh... ouais. Je crois.
   
Léodagan
Donc, nos amis de la campagne, il se pourrait qu’ils aient vu un truc de ce genre-là. (Pause) Donc je les ai convoqués pour un interrogatoire. Pas tous, juste les deux gugusses, euh…
     
Arthur
Roparth et Guetenoc?
     
Léodagan
Tout juste. Je sais pas comment vous faites pour retenir leurs noms. Moi, il me viendrait jamais à l’idée d’apprendre les noms de mes pécores. Enfin, bref. Je les ai convoqués en salle du trône.
     
Arthur (surpris)
En salle du trône ?
     
Léodagan
Oui. Pour la mise en scène. Histoire de les mettre en condition de passer à table.
     
Arthur
Ouais enfin je sais pas bien si vous pouvez utiliser la salle du trône sans moi…
     
Léodagan (interrompant)
Qui a dit que ce sera sans vous ?
    Salle du trône. ARTHUR, LÉODAGAN, BOHORT. En face, GUÉTENOC et ROPARZH.
     
Guétenoc
Bon. On attend quoi là ?
     
Léodagan
Vous êtes pressés ? Il me semble pas que vous ayez des masses à faire en ce moment pourtant, je me trompe ?
     
Roparzh
Faudrait pas en venir à se balancer des…
     
Arthur (interrompant)
Eh ! On n’a pas commencé alors pour le moment vous la bouclez. (à LÉODAGAN) Et sinon, on est vraiment obligé de l’attendre, Merlin ?
     
Léodagan
Pour l’interrogatoire on est bien obligé d’avoir quelqu’un calé en magie.
     
Arthur
Merlin ? Calé en magie ? Vous vous foutez de moi ?
     
Léodagan
Il l’est plus que nous en tous cas.
    Arthur fait la moue.
     
Léodagan
Bohort, il est plus calé que vous ?   
     
Bohort
Je suppose, oui.
     
Léodagan (à ARTHUR)
Il est plus calé que vous?
    Il ne répond pas.
   
Léodagan
Il est pas plus calé que vous ?
   
Arthur (agacé)
Oui, oui, peut-être oui.
   
Léodagan
Et il l’est plus que moi. Donc il est plus calé que nous.
    Dans un couloir, PERCEVAL et KARADOC croisent ÉLIAS. PERCEVAL et KARADOC le regardent fixement.
   
Élias
Il y a un problème ?
   
Karadoc (à PERCEVAL)
Non, je maintiens que je peux pas l’encadrer.
   
Élias
Pardon ?
   
Perceval
Moi je le trouve effrayant ?
   
Karadoc
C’est pas que je le trouve effrayant c’est que… je peux pas l’encadrer.
   
Élias
Bon, si vous avez quelque chose à me dire, dites le maintenant parce que je suis pressé.
   
Karadoc
Vous êtes pressé ouais.
   
Perceval
Pressé comme un citron !
   
Élias
Quoi ?
   
Karadoc
C’est bon allez-y.
   
Perceval
Cette fois-ci on vous laisse passer mais méfiez-vous du soleil couchant.
  Salle du trône. ARTHUR, LÉODAGAN, BOHORT et MERLIN. En face, GUÉTENOC et ROPARZH.
   
Arthur
Bien. On va donc pouvoir commencer.
   
Roparzh
On écoute vos propositions.
   
Léodagan
Quoi ? Quelles propositions ?
   
Guétenoc
En fait, c’est manière de dire. Tout ce qu’on attend c’est que vous nous  rachetiez le foin ou on va être beaucoup moins gentils, je vous préviens !
   
Léodagan (à ARTHUR, MERLIN et BOHORT)
Mais c’est quoi ce bazar ? Qu’est-ce qu’ils sont en train de baver ?
   
Roparzh
Et puis si vos canassons traînent la patte, c’est pas comme si c’était la fin des cochons.
   
Guétenoc
Exactement ! Des cochons, des poules et tout ce que vous voulez.   
   
Roparzh
Alors, sire, qu’est-ce que vous proposez ?
   
Arthur (aux trois autres)
Mais on est censé faire des propositions ? Je comprends plus rien à vos combines moi!
   
Bohort
Mais c’est pas pour ça que vous les avez convoqués sire ?
 
Arthuri
Mais j’ai rien convoqué du tout moi !
Bohort
Mais moi je leur ai dit qu’on allait discuter de la grève.
Léodagan
Mais vous êtes complètement marteau ! Je vous ai dit que je voulais interroger les pécores. Je vous ai jamais parlé de la grève !
 
Bohort
Bah maintenant qu’ils sont là, et vous aussi, sire, on pourrait peut-être…
Léodagan
On pourrait rien du tout ! Et puis au passage, Bohort, je vous ai dit d’emmener les deux guignols, mais je vous ai jamais dit de ramener vos miches à vous !
Merlin
Bon, qu’est-ce qu’on fait là parce que…
Léodagan
Vous, vous l’ouvrirez quand ce sera nécessaire !
Arthur (ironique)
Entre parenthèses je vous félicite pour l’organisation.
Bohort
Sire, peut-être que Léodagan pourrait mener son interrogatoire et ensuite vous pourriez émettre des propositions concernant la grève.
Arthur
Mais j’ai pas de proposition, moi, puisque c’était à vous de vous en occuper avec les deux bas de plafond !
Bohort
Peut-être se sentiraient-ils plus écoutés, et donc plus enclin à revoir leurs positions, si vous vous adressiez à eux directement.
Arthur
Bon ! (à BOHORT et LÉODAGAN) Je vous signale que je suis en train de rattraper vos conneries à tous les deux. (aux deux paysans) Dans un premier temps, le seigneur Léodagan vous posera une série de questions à propos des problèmes rencontrés avec votre production. Ensuite, (il soupire) on discutera des suites de votre mouvement de grève.
Les deux paysans se consultent du regard.
Guétenoc
Ça nous paraît honnête. (en levant l’index) Mais méfiez-vous !
Léodagan
Quand est-ce que vous avez commencé à avoir des problèmes avec les légumes ?
Guétenoc
Oh bah quand est-ce… C’était…
Roparzh (désigant BOHORT)
Quand le seigneur est venu ça devait bien faire déjà… Oh bah combien ?
Léodagan (avec un sourire forcé traduisant une perte de patience)
C’est ce que je vous demande en fait.
Guétenoc
C’est-à-dire que j’ai pas la mémoire des dates.
Merlin (aux trois autres)
Je croyais que les paysans avaient une bonne mémoire des dates justement. Pour savoir la date des semis, la date des récoltes…
Arthur (à lui-même, pensif)
Ça pourrait expliquer beaucoup de choses… (aux trois autres) D’ailleurs vous êtes sûr que c’est magique ? Qu’ils se sont pas juste plantés quelque part, eux ?
Merlin
C’est magique je suis catégorique.
Léodagan (aux paysans)
Bon est-ce que ça pourrait être il y a un mois ?
Roparzh
Oh bah oui ça peut être…
Guétenoc
Oui ça peut-être.
Léodagan (aux trois autres)
Ouais, du coup ça colle bien avec les chevaux, ça se tient.
Arthur
Oui enfin si vous répondez à leur place, on sort du cadre de l’interrogatoire.
Léodagan (aux paysans)
Bon, et est-ce que, il y a un mois, vous avez observé un phénomène lumineux ?
Guétenoc
C’est-à-dire, un phénomène lumineux ?
Léodagan
Bah quelque chose… Quelque chose.
Arthur (à LÉODAGAN, ironique)
Ah bah là je pense que ça va les aider.
Léodagan (perdant patience)
Bon, est-ce que vous avez vu quelque chose il y a un mois ? Réfléchissez bien.
Roparzh
Ah bah je vois pas bien… Ah bah peut-être…
 
Léodagan
Oui ?   
Guétenoc
Ah bah oui c’est vrai que…
Léodagan (s’énervant)
Alors ? Ça vient ?
Guétenoc (désignant MERLIN)
On a vu ce seigneur-là roder autour des fermes.
Silence.
Léodagan (à MERLIN)
Vous vous êtes bien payé ma tronche espèce de fumier !
Dans les cachots. De chaque côté de la grille, MERLIN et ARTHUR.
Merlin
Je comprends vraiment pas ce qui a pu se passer.
Arthur
Oh bah c’est pourtant simple. Vous avez ensorcelé la nourriture aux fermes et avez fait croire que c’était dû à une pratique de la magie noire de la part d’Élias. (Silence) En tous cas, votre sort, il était vraiment naze. Et c’est peut-être ce qui vous a le plus trahi.
Laboratoire de Merlin. Plan sur ÉLIAS.
ÉLIAS
Laissez-moi deviner. Arthur va le relâcher et le laisser revenir ici ? C’était bien la peine de monter tout cette opération… D’autant que la potion de polymorphie ça se prépare pas comme des œufs au plat, je peux vous le dire ! (Pause.) Je maintiens. J’invoque pas ce que vous me demandez d’invoquer avec Merlin dans les parages, trop risqué. En plus, maintenant, il va même être encore plus dans mes pattes qu’avant. (Pause, puis réfléchissant) Après, moi, j’assure la partie invocation. Si vous, de votre côté, vous avez une autre méthode pour nous débarrasser de barbichette (il laisse sa phrase en suspens)…
Plan sur…
Léodagan
C’est pas impossible.

Ah non moi je trouve pas que c'est confus, c'est bien construit même. Si je peux me permettre un reproche, il manque peut-être de la valeur ajoutée par rapport à la série. Les questions de Perceval qu'Arthur ne comprend pas, la relation père-fils, tu les traites peut-être un peu trop de la même façon que dans la série.
Mais sinon au niveau des dialogues je trouve ça très bien écrit et bien fidèles aux personnages de la série.
Donc, en résumé (de mon analyse personnelle), tu construis bien, tu tiens bien les personnages, il faut juste que tu t'autorises à mettre plus d'éléments personnels.
Donc pour un premier c'est plus qu'encourageant!

Vraiment bien ces deux premières parties!
Le fond d'abord. Tout ça paraît bien réfléchi et promet une belle aventure Kaam-heulbeukienne (j'adore les deux en plus^^).
Et puis la forme. Dialogues bien écrits et bien fidèles aux personnages. Et puis on a pas l'habitude des didascalies au passé mais ça donne un côté plus épique je trouve.
Donc on attend la suite!!

Bonjour à tous!
Après une très, très, très longue absence, je vous livre la première partie d'un scénario en comportant deux contemporain du livre I (ou II) de la série.



 
Du purin, mais pas de sang - Première partie

 
Une enquête les pieds dans le purin.

 

    ACTE I
    Salle de la Table Ronde. ARTHUR, LÉODAGAN, LANCELOT, CALOGRENANT, BOHORT, PERCEVAL, KARADOC, GALESSIN, et BLAISE au pupitre.
   
Léodagan
Non, non, c’est pas une blague. Les chevaux déconnent.
     
Arthur
Mais qu’est-ce qu’ils ont exactement ?
     
Lancelot
Ils sont moins vifs que d’habitude.
     
Léodagan
Alors quand il s’agit de nos gugusses on peut toujours les menacer de pendaison pour les secouer mais là…
     
Arthur
Mais ça touche tous les chevaux ?
     
Lancelot
Les chevaux de Kaamelott en tous cas.
     
Calogrenant
Chez moi, j’ai pas constaté ce problème.
     
Galessin
Aux dernières nouvelles, les chevaux d’Orcanie se portent bien sire.
     
Léodagan
Enfin bref. On a demandé à tout le monde de s’enquérir de la situation des chevaux dans leur bled. Il y a qu’ici que ça débloque.
     
Perceval
Vous m’avez demandé pour chez moi?
     
Calogrenant
Oui. Vous avez dit que vous en savez rien parce que les seules personnes que vous voyez au pays de Galles c’était vos vieux et qu’ils avaient pas de chevaux.
     
Perceval
Ah ouais ça me revient. (Pause) En fait, ils en ont eu deux une fois mais ils se sont échappés.
     
Karadoc
Vous aviez mal fermé la porte de l’écurie ?
     
Perceval
Non mais il y avait pas d’écurie.
    Arthur soupire.
    Laboratoire de Merlin. MERLIN et ÉLIAS.
     
Élias (agacé)
Mais comment vous pouvez savoir ce que je prépare ? Commencez par vous demander ce que, vous, vous foutez ici. Ce sera un bon début.
     
Merlin (énervé)
Ne me prenez pas pour un con ! Je sais très bien que vous faites de la magie noire. Du démonisme même.
     
Élias  (ricanant)
Du démonisme ! Qu’est-ce que vous y connaissez au démonisme déjà ?
     
Merlin
Je vous rappelle que je suis le fils d’un démon.
    La porte s’ouvre. LÉODAGAN entre.
     
Élias
Seigneur Léodagan, qu’est-ce que je peux faire pour vous ?
     
Merlin (souriant)
En fait, c’est pour moi qu’il est là.
     
Élias
Pour vous foutre dehors ? C’est pas trop tôt.
     
Merlin (toujours souriant)
Non, à propos d’une prestation.
     
Élias
Une presta…
     
Léodagan  (interrompant, à Merlin)
Vous avez trouvé quelque chose ?
    ACTE II
    Salle à manger. ARTHUR et LÉODAGAN mangent.
     
Léodagan
Ah, au fait. C’est bon pour les chevaux. Ils ont retrouvé leur état normal. Ça venait de la bouffe.
    ARTHUR l’interroge du regard.
     
Léodagan
Du foin. Il était daubé. Du coup on a changé de fournisseur.
     
Arthur]
Hum… Et bah… c’est bien. C’est une bonne chose de faite.
     
Léodagan
Ouais. Bon, par contre, les bouseux se sont mis en grève.
    Il insère un morceau de viande dans la bouche et continue la bouche pleine.
     
Léodagan
C’est peut-être lié.
    Dans les fermes, BOHORT, PERCEVAL, KARADOC marchent.
     
Bohort
L’odeur est insupportable.
     
Karadoc
C’est vrai que ça chlingue.
     
Perceval
Moi, ça me rappelle chez moi. (Pause, puis s’adressant à KARADOC) Vous avez compris ce qu’on doit faire ?
     
Bohort
On doit engager le dialogue avec les paysans pour trouver un terrain d’entente favorable à une reprise de leurs activités.
  PERCEVAL lance un regard interrogatif à KARADOC et celui-ci hausse les épaules.
  Dans la salle de la Table Ronde, ARTHUR, PERCEVAL, KARADOC, BOHORT, LÉODAGAN.
 
   
Bohort
Ils disent que la majeure  partie de leurs recettes provient de la vente de foin.
   
Léodagan
Remarquez, ça se tient. Le reste de leur production est inbouffable.
   
Arthur
Mais pour le foin on a jamais eu de problème avant. Qu’est-ce qui a changé ?
   
Bohort
Ils l’ignorent sire. Mais en fait toute leur production semble poser problème. Les légumes qu’ils produisent et qu’ils consomment leur provoquent quelques…
  Bohort s’arrête, gêné.
   
Léodagan
Quelques quoi ?
   
Bohort
Je… je ne sais pas comment exprimer…
   
Léodagan
Mais vous allez la cracher votre pastille, oui ?
   
Arthur
La diarrhée ?
   
Bohort
C’est… Oui, c’est ça sire.
  Silence.
   
Karadoc
Je l’ai toujours dit. Les légumes, c’est de la saloperie.
  Salle à manger. SÉLI, GUENIÈVRE et ARTHUR mangent. LÉODAGAN arrive.
   
Léodagan (en s’asseyant)
Excusez pour le retard.
   
Arthur
Ça vous ressemble pas pourtant d’être en retard pour becqueter.
   
Léodagan
Figurez-vous que je bosse.
   
Guenièvre
J’ai entendu dire que vous êtes allé aux fermes.
   
Léodagan
Effectivement, j’y suis allé.
   
Arthur
C’est pas Bohort, Perceval et Karadoc qui sont censés s’en occuper?
   
Léodagan
Eux ils s’occupent du dialogue avec les pécores. Moi, j’enquête.
   
Arthur
Ah bon. Et ça donne quoi alors, cette enquête ?
   
Léodagan
Bah justement… (il prend un morceau de viande, le met dans son assiette et le coupe) j’ai ramené des échantillons à Merlin. On attend les résultats de son analyse.
   
Arthur (étonné)
Vous bossez avec Merlin ?
   
Léodagan
Mais c’est lui qui avait trouvé pour le foin je vous signale. Non, autant je reconnais qu’en magie c’est un manche, mais pour les bestioles et la bouffe, il fait un travail pas dégueulasse. (Pause) Je pense que vous sous-exploitez ses compétences.
Arthur est sonné.
Chambre de Léodagan et Séli. LÉODAGAN et SÉLI au lit.
Séli
Au fait, pourquoi vous travaillez sur les chevaux et la bouffe ? Vous avez pas des responsabilités plus importantes ?
Léodagan
Mais c’est important. La grève des paysans, en tant que ministre, ça me concerne.
Séli
Il y a toujours eu des grèves paysannes et elles durent jamais très longtemps, vous le savez très bien. Alors pourquoi vous vous intéressez autant à celle-là ?
Silence.
Léodagan
Peut-être que j’ai besoin de faire une pause avec la défense. Les tourelles sur la plage, les offensives et tout le bazar. Et tous ces mecs crevés sur les champs de bataille, ça me travaille le cigare. Du coup, là, cette affaire, c’est ce qu’il me faut. Du purin, mais pas de sang.

 


Greg a écrit :

J'ai juste un peu de mal avec la sonorité de cette phrase : "Vous y auriez sûrement été plus en sécurité que ce que vous l'êtes maintenant. " je pense qu'elle gagnerait à être simplifiée niveau tournure même sachant que c'est Bohort qui parle !

Exemple : Vous auriez du rester auprès de votre père. Sous sa garde, votre sécurité eut été grandement facilitée.

Je suis tout à fait d'accord avec toi, cette phrase est vraiment lourdingue (et initialement j'avais encore pire!) et effectivement je ne la "vois" pas moi non plus sortir de la bouche de Nicolas Gabion. Je me souviens avoir cherché des alternatives... mais en vain.

Vraiment bien. J'ai été emporté dans l'histoire, très propre, très fluide. Le soldat et ses réflexions sont très réalistes. J'ai trouvé aussi très intéressant de présenter les personnages de la série du point de vue du soldat, comme de véritables guerriers.

Dans les premières saisons de Kaamelott Bohort était principalement caractérisé par sa couardise. Au fil des saisons, il est devenu beaucoup plus profond. Ceci est bien sûr mon interprétation des choses; est-ce qu'en tant qu'acteur vous avez vous aussi vu les choses ainsi?

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB