Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui présente vos hommages au roi Arthur !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Cet épisode se déroule durant le livre IV. Je n'en suis pas très satisfait mais bon comme il était écrit autant le poster.



PROLOGUE

Dans un champ en plein labourage, le seigneur Caïus Camillus, couvert de la tête aux pieds de terre et de fumier, s'échinent derrière une bête pour la faire avancer et tirer la charue.

CAIUS (énervé et poussant le boeuf) - Bon, allez ! Arrête de faire ta sucrée et avance !

Le bestiaux refuse de bouger.

CAIUS (perdant patience) - Bon ça va c'est quoi ton problème heun ?! Je t'ai fait quelque chose c'est pas possible autrement !

Passe un paysan qui regarde son seigneur tenter de labourer la terre. Caïus le remarque.

CAIUS (au paysan) - Hey machin ! Tiens, viens me filer un coup de main je me galère là !

Ne reconnaissant apparemment pas son seigneur, le paysan passe son chemin.

CAIUS (dépité) - Oh ! Putain mais c'est vraiment trop pourrie la Bretagne ! Aussi cons que des bestiaux ! (à l'adresse du paysan) Oublie pas que j'suis ton seigneur connard ! Attends que j'en aie fini avec ça, tu vas voir ta gueule ! (à tous ses paysans) Vous savez pas de quoi j'suis capable moi ! J'suis le centurion Caïus Camillus ! Vétéran de la VIème légion !

Arrive Arthur, alerté par les cris de Caïus.

ARTHUR (à Caïus) - Caïus ?

CAIUS (se retournant) - Quoi ?! (voyant Arthur) Ah, c'est vous sire !

ARTHUR - Bah oui c'est moi ! On avait rendez vous.

CAIUS - Ah ouais c'est vrai !

ARTHUR - Quoi "c'est vrai" ? Qu'est-ce que vous avez à gueuler comme ça ?

CAIUS (se radoucissant) - Oh rien. J'ai comme qui dirait des problèmes d'ordre agricole.

Arrive Perceval qui se place aux côtés du roi Arthur.

PERCEVAL - Psychologique !


GENERIQUE

Acte I

Aux champs, Arthur, Caïus, et Perceval continue de deviser. C'est pas faux.

ARTHUR (à Caïus) - Je peux savoir ce que vous glandez là ?

CAIUS - J'air l'air de glander en ce moment, sérieux ?

ARTHUR (agacé) - Ah non, commencez pas à jouer au plus con avec moi, s'il vous plaît ! Je passe à votre baraque, vous y êtes pas, et je vous retrouve les pieds dans la merde !

PERCEVAL - Mais sire, pourquoi on discute avec un pécore ?

CAIUS (suspicieux) - Qu'est-ce qu'y dit lui ?

ARTHUR - Rien, vous occupez pas de lui.

CAIUS (fier) - Et ben si vous voulez tout savoir, je cultive ma terre.

ARTHUR (accusant le coup) - Quoi ?

PERCEVAL - Ah ! Comme quoi je dis pas que des conneries !

ARTHUR (à Perceval) - On vous a demandé le temps qu'il fait, vous ?

CAIUS (continuant sur sa lancée) - Bah c'est ce que vous m'aviez dit : qu'un seigneur breton ça s'occupait de sa terre ou je sais pas quoi.

ARTHUR (pris au dépourvu) - Oui, je vous l'avais dit, je vous l'avais dit... Mais je vous avais aussi dit que vous étiez pas obligé ! Vous avez des gens pour faire ça !

CAIUS - Ouais ben parlons en des gens. J'suis pas tombé sur des flèches j'vous ferais dire !

ARTHUR - Oui... mais je m'en fous de ça. Alors sortez de là et on va chez vous !

CAIUS (hésitant) - Ben, c'est à dire que si j'arrête maintenant, on est encore là l'année prochaine...

PERCEVAL (l'interrompant) - Mais sire, pourquoi vous voulez allez dans la cabane d'un bouseux ? C'est pas prestidigitateur.

CAIUS (vexé) - De quoi ?!

ARTHUR (à Perceval) - Qu'est-ce que vous me faîtes là ?

PERCEVAL - Bah je comprends rien. On devait pas aller voir le seigneur machin truc ?

CAIUS - Le seigneur Caïus ?

PERCEVAL (à Caïus) - Je te parle pas à toi, le bourrin ! Va plutôt t'occuper de ta charue et de tes boeufs ! Ca vaudrait mieux pour ton cul d'ailleurs ! Parce que je connais une technique pour tuer onze personnes et demie avec une petite cordelette ! Alors là t'as bien de la chance qu'il y en ait pas !

Acte II

La discussion agraire, rurale, ou psychologique continue.

CAIUS - Non j'suis désolé sire. J'suis un seigneur breton maintenant, alors je fais ce que font les seigneurs bretons C'est vous qui me reprochiez de pas tourner la page.

ARTHUR - Oui je sais bien mais...

PERCEVAL - Les bouquins c'est pas compliqué ! Bon, moi, je sais pas lire mais je sais qu'il faut tourner les pages dans le sens du courant de la rivière. Sinon c'est n'importe quoi, on pige plus rien à l'histoire.

Arthur et Caïus se regardent un moment.

ARTHUR (à Perceval) - On est pas en train de parler d'un livre là.

PERCEVAL (essayant de comprendre) - Bah pourquoi il parle de tourner la page ? Je comprends pas.

ARTHUR (pour lui-même) - Si y'avait que ça...

CAIUS (inquiet) - Sire ? C'est normal ça ?

ARTHUR (à Caïus) - Attendez un moment, vous. Sinon on a pas fini. (se tournant vers Perceval) "Tourner la page", ça veut pas vraiment dire qu'il faut tourner une page, c'est une image.

PERCEVAL - Bah non, c'est des mots...

ARTHUR (enchaînant) - C'est une métaphore !

PERCEVAL - Ah. Comme "faire un bond en avant" ?

ARTHUR - Exactement !

PERCEVAL (perplexe) - Ah, c'est chaud quand même. Mais quel rapport ?

ARTHUR - Quoi quel rapport ?

PERCEVAL - Le rapport entre la métaphore et un seigneur breton ? Y'a un cousinage ?

Arthur réfléchit un peu à la remarque de Perceval. Il hésite entre lui expliquer encore ou lui faire la peau.

ARTHUR (calme) - Merde... voila merde...

PERCEVAL (implorant) - J'essaie de comprendre moi !

ARTHUR - Et ben arrêtez d'essayer de comprendre et bouclez là !

CAIUS (intervenant) - Vous me dîtes hein si j'vous dérange !

ARTHUR (à Caïus) - Oh vous, à votre place, je me ferais tout petit ! Pour la dernière fois je vous aie pas nommé seigneur pour que vous jouiez les paysans !

CAIUS - Mais c'est vous qui m'avez dit...

En un éclair, Arthur se baisse, ramasse une pierre.

ARTHUR (lançant la pierre sur Caïus) - LA FERME !

Caïus esquive le projectile.

Acte III

Les esprits apparemment calmés, le roi tente de nouveau d'expliquer le principe du seigneur qui prend soin de sa terre.

ARTHUR - Donc voila, c'est plus une tradition qu'autre chose. On dit que le seigneur et la terre sont un seul et même ensemble...

PERCEVAL - C'est pas faux.

ARTHUR (ne prêtant pas attention à Perceval) - Mais ça veut pas dire que vous devez vous crever la santé tout les jours à cinq plombes du mat'.

CAIUS (lassé) - Putain, mais c'est quoi ces conneries barbares ?

PERCEVAL - Ouais moi aussi j'ai entendu un truc comme ça. Mes vieux me racontaient tout le temps...

ARTHUR (continuant d'ignorer Perceval) - Des conneries... non... disons que c'est une formule pour résumer le rôle du seigneur par rapport... aux dieux... au peuple...

CAIUS - Bah je vous avouerais que je me suis pas posé autant de questions. J'en avais marre de faire le ménage chez moi, alors paf je me suis mis au turbin.

PERCEVAL - Moi, quand j'étais petit à la ferme de mes vieux, j'aimais bien faire les chambres. Mais bon j'avais toujours droit à des taquets de mon pépé. Soit disant je les faisais mal.

Arthur semble abattu, Caïus regarde Perceval, puis Arthur, ébahi.

CAIUS - Ah ouais quand même !

ARTHUR - M'en parlez pas...

CAIUS - Non mais franchement respect. Je croyais me coltiner les pires débiles de toute la Bretagne, mais là. Un peu plus et c'est un coup à se ramollir l'occiput.

Un temps de silence s'installe, entre épuisement, admiration, et effort de concentration.

PERCEVAL - Ouais, c'est pas faux.

ARTHUR (à Perceval) - De quoi c'est pas faux ?

PERCEVAL (désignant Caïus) - Bah ce qu'il a dit là. C'est pas faux.


EPILOGUE

De nouveau seul, devant sa maison, le seigneur Caïus semble de bien meilleur humeur. Le paysan qui l'avait ignoré sort de la cabane en secouant des oreillers.

CAIUS - Hey machin ! Quand t'auras fini de faire le plumard, t'iras nettoyer les cages à lapins, ok ?

Le paysan retour dans la maison, résigné.

CAIUS (bombant le torse) - Je t'avais prévenu qu'il fallait pas jouer avec moi.

Arrive un autre paysan, portant une cruche.

CAIUS - Tiens, truc ! Donne moi un peu de rouquin !

Le serf sert un verre à son seigneur et le lui tend. Caïus boit mais recrache aussitôt.

CAIUS (dégoûté) - Ah mais c'est quoi cette daube ? Allez remballe moi ça !

Il redonne le godet au paysan.

NOIR

CAIUS - C'est qui le taulier ici ?

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Je me lance, j'ai adoré ton histoire avec Perceval qui n'arrête pas de dire n'importe quoi avec son fameux "C'est pas faux".  Ainsi que Caïus qui ne comprends toujours pas la vie bretonne, hilarant.
Tu as beaucoup de talent c'est certain.

Chevalier
Hors ligne

Ecriture très agréable et présentation impeccable, bravo ! Ton texte est vraiment sympa, j'aime beaucoup Perceval et on retrouve bien le personnage de la série. Peut-être même un peu trop... Je trouve que ça manque un peu d'originalité au niveau de l'idée, mais en tout cas c'est très bien traité et du coup on ne peut pas s'empêcher de rire. J'ai particulièrement apprécié :

"PERCEVAL - Les bouquins c'est pas compliqué ! Bon, moi, je sais pas lire mais je sais qu'il faut tourner les pages dans le sens du courant de la rivière. Sinon c'est n'importe quoi, on pige plus rien à l'histoire."

Excellent ! Et encore, c'est dur de choisir une seule réplique. :)

Chevalier
Hors ligne

Enorme !! Superbe !! Monstrueux !! Je suis fan. Perceval est génialissime dans ton histoire. Franchement c'est le meilleur scénario que j'aie lu depuis très longtemps.

Astyron a écrit :

PERCEVAL (à Caïus) - Je te parle pas à toi, le bourrin ! Va plutôt t'occuper de ta charue et de tes boeufs ! Ca vaudrait mieux pour ton cul d'ailleurs !

Astyron a écrit :

PERCEVAL - Les bouquins c'est pas compliqué ! Bon, moi, je sais pas lire mais je sais qu'il faut tourner les pages dans le sens du courant de la rivière. Sinon c'est n'importe quoi, on pige plus rien à l'histoire.

Ces deux répliques sont vraiment superbes. Et celles de Caius aussi. Un très grand bravo. :D

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ma réplique préférée, c'est la 1ère de la liste de Boucot, quand Perceval fait son petit chef avec les pécores. C'est tout à fait lui ! J'ai moins aimé la fin, mais c'est parce que j'aime les sketchs à chute et là c'est pas trop ça. C'est pas super original non plus. Mais c'est du classique, et du bon ! :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Merci, merci beaucoup ^^

Pour l'originalité et le côté un peu bancal de certaines répliques ou situation j'ai précisé que je n'étais pas très satisfait de cet épisode. D'autres en préparation seront bien meilleurs, du moins je l'espère. Vous pouvez déjà vous attendre à relire un épisode en deux parties !

Et personnellement je trouve qu'il est très difficile d'écrire avec Perceval. Je dirais même c'est comme pour tout, on l'a ou on l'a pas... moi par exemple je l'aie pas.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB