Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui est perché sur le tabouret d’son grand-père. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ce sketch a été imaginé lors d'un trajet en voiture dans la journée. Pas mal d'idées me sont venues et j'ai bien peur d'en avoir oubliées, surtout que j'avais plein de choses à faire ce soir et que j'ai attendu très tard pour tout mettre par écrit. Le titre est volontairement énigmatique, et sans doute peu approprié, afin de ne pas révéler ce qui s'y passe. Et comme d'habitude, je n'ai pas pu m'empêcher de le faire un peu long...

Acte I

C'est le matin. Arthur et Guenièvre sont dans leur lit.

GUENIÈVRE - Qu'est-ce que vous avez à me regarder comme ça ? Vous voulez mon portrait ?
ARTHUR - Nan, rien, c'est juste que je me disais... Vous n'auriez pas pris un peu de ventre ?
GUENIÈVRE ( vexée ) - Oh, c'est élégant !
ARTHUR - À force de passer vos journées au château, vous vous empâtez. Faites de l'exercice !
GUENIÈVRE - Ben oui mais vous ne me donnez rien à faire !
ARTHUR - Je ne vous empêche pas de vous promener un peu...
GUENIÈVRE - J'aimerais bien vous accompagner sur le champ de bataille, mais vous ne voulez pas !
ARTHUR - Encore heureux ! Parce que vous croyez nous être utile à la guerre ?
GUENIÈVRE - Mais parfaitement ! Je pourrais aider, heu... tiens : à raccomoder vos armures ! Ah nan...
ARTHUR - Ah !
GUENIÈVRE - Ah, j'ai trouvé : je pourrais m'occuper des blessés !
ARTHUR ( ironique ) - Vous êtes guérisseuse, maintenant ?
GUENIÈVRE - Pas pour les soigner, mais pour veiller sur eux.
ARTHUR - Attendez, vous voulez quand même pas qu'un pauvre soldat mourant quitte le monde avec comme dernière vision votre tronche d'ahurie ?
GUENIÈVRE ( peinée ) - Oooh ! Chaque fois que je propose mon aide vous me rembarrez !
ARTHUR - Mais je ne demande pas votre aide, je dis juste qu'il faudrait que vous preniez l'air de temps en temps. Vous êtes toute blanche, vous commencez à prendre du ventre, c'est parce que vous passez vos journées à l'intérieur, c'est pas bon pour votre santé.
GUENIÈVRE ( souriante ) - Ah, mais ça veut dire que vous vous préoccupez de ma santé ? C'est gentil.
Arthur fait la moue...

Acte II

Repas de famille avec Léodagan, Séli, Guenièvre, Yvain et Arthur qui font tous la tête.

SÉLI - Et pour finir sur une note joyeuse, je vous ai préparé une tarte aux fraises !
GUENIÈVRE ( enjouée ) - Youpi !
Arthur et Léodagan, surpris et inquiets, regardent Guenièvre
GUENIÈVRE - Ben quoi ? Vous n'aimez pas les fraises ?
ARTHUR - Si, si, les fraises, ça va.
YVAIN - Ah, c'est ça le truc : vous mangez que les fruits.
SÉLI - Ah non, si je me crèpe le chignon à faire une tarte, c'est pour que vous la mangiez entièrement, pâte comprise !
LÉODAGAN - Mais elles sont pas mangeables, vos tartes !
SÉLI - Qu'est-ce qui vous dit que je n'ai pas fait des progrès ?
ARTHUR ( désabusé ) - Ça dépend dans quel sens vous entendez le mot "progrès". Vous voulez dire : des progrès dans la consistance du matériau ?
LÉODAGAN - Et puis qu'est-ce que vous avez à nous faire des tartes à la moindre occasion ? D'ailleurs c'est quoi, l'occasion, cette fois ?
SÉLI - C'est la petite qui me l'a demandé.
LÉODAGAN - Ah, donc c'est pas votre idée. Ça me rassure, ça m'évite de soupçonner une tentative d'empoisonnement.
ARTHUR ( à Guenièvre )- Sans vouloir vous vexer, la pâtisserie, c'est peut-être pas le moment.
GUENIÈVRE - Ah non, vous n'allez pas remettre le tapis avec ça !
LÉODAGAN - Hé, mais c'est vrai que vous avez pris du ventre, faudrait peut-être arrêter les pâtisseries.
SÉLI - Mes tartes ne font pas grossir !
YVAIN - Je confirme : elles cassent les dents.
GUENIÈVRE - Et puis zut ! J'ai envie de fraises, voilà tout.
SÉLI - Envie de fraises ? ( fait la tête de celle qui a tout compris ! )

Acte III

Laboratoire de Merlin. Présents : Merlin, Arthur, Guenièvre, Léodagan, Séli.

SÉLI - Et ça marche à tous les coups ?
MERLIN - C'est infaillible !
ARTHUR - Vous l'avez déjà essayée ?
MERLIN - Parfaitement !
GUENIÈVRE ( qui tient une sorte de pot ) - En tout cas c'est drôlement bon !
MERLIN - Merci de le remarquer ! C'est que pour mes potions, je fais toujours l'effort de leur donner bon goût. Pas comme certains qui s'efforcent de les rendres infectes pour la frime - j'me comprends.
ARTHUR - C'est bon, la reine en a avalé assez ?
MERLIN - Oui, ça ira. Maintenant il faut attendre une bonne demi-heure que le produit fasse son effet.
ARTHUR - Et si j'ai bien compris, il suffira d'inspecter sa langue : si elle est bleue, c'est que la reine est enceinte ?
MERLIN - Ah pas forcément !
ARTHUR - Comment ça « pas forcémement » ? Vous venez de dire que c'était infaillible !
MERLIN - Infaillible... sur les louves.
ARTHUR - Hein ??? Vous voulez dire que ce produit ne fonctionne pas sur les humains ? Vous vous fichez de moi ?
MERLIN - Vous me demandez si je connais un produit pour détecter les grossesses. Ben je vous ai dit que oui, mais vous m'avez pas demandé c'était pour quel animal !
ARTHUR - Mais si on demande à la reine de l'avaler, c'est forcément qu'on cherche une potion pour humain, espèce de crétin !
MERLIN - Ah, c'est pour ça ? Remarquez, ça fonctionne peut-être aussi sur les humains.
ARTHUR - Vous avez essayé ?
MERLIN - Oui.
ARTHUR - Et ça donne quoi ?
MERLIN - Mais je peux pas savoir, je vous ai dit qu'il faut attendre une bonne demi-heure !
ARTHUR - Mais avant aujourd'hui ! Vous avez jamais eu envie d'expérimenter sur autre chose que des louves ?
MERLIN - Si, j'ai déjà essayé sur des chattes.
ARTHUR - Et alors ?
MERLIN - Ça marche aussi, infaillible.
ARTHUR - Ah, ben c'est bon signe.
MERLIN - Sur des belettes, aussi, pareil, infaillible.
ARTHUR - Vous êtes sûr ?
MERLIN - J'ai testé sur deux belettes, leur langue est pas devenue bleue et elles n'étaient pas enceintes.
ARTHUR ( sceptique ) - Mouais...
GUENIÈVRE - Et pour moi ?
MERLIN - Je vous ai dit que j'en sais rien. Ça se trouve ça ne marchera pas. Ou plutôt : ça marchera différement.
SÉLI - C'est-à-dire ? Elle aura la langue rouge ?
MERLIN - Nan, je pensais plutôt à des effets secondaires. Ça peut la rendre stérile, par exemple, ça s'est déjà vu.
SÉLI - Quoi ???? Je vous préviens, si ma fille est stérile à cause de vous, je vous fais avaler toutes vos potions au hasard !
MERLIN - Mais c'est pas ma faute, je me tue à vous dire que ce produit est fait pour tester la grossesse des louves !
ARTHUR ( à Guenièvre ) - Tirez la langue.
Guenièvre tire une langue toute bleue.
ARTHUR - Voilà, ça marche aussi sur les humains.
MERLIN - Déjà ?
ARTHUR - Donc la reine attend un enfant. C'est bien ça ?
MERLIN - Ben oui, bleu, c'est enceinte. Verte, ça aurait été la peste bubonique, mais bleu, c'est enceinte.
GUENIÈVRE ( pas rassurée du tout ) - Vous êtes sûr, hein ? Bleu, c'est bien enceinte ?
MERLIN - C'est infaillible !

Acte IV

Bureau d'Arthur. Présents : Arthur, Guenièvre, Léodagan, Séli.

ARTHUR - Je vous dit que c'est pas possible ! Je peux pas le faire avec elle !
SÉLI - Et vous, ma petite, vous n'auriez pas couché avec, heu... je ne sais pas...
GUENIÈVRE - Encore une fois, j'ai toujours été fidèle à Arthur. Je n'ai couché, comme vous dites, avec personne d'autres que le roi et, avant mon mariage, avec une de mes suivantes - en tout bien et tout honneur !
LÉODAGAN - Nan mais il doit bien y avoir une explication ! Et vous, vous êtes sûr de pas l'avoir touchée un soir en rentrant bourré d'une taverne !
ARTHUR - Mais même bourré ça ne marche pas !
SÉLI - Vous avez essayé ?
ARTHUR - Eh ben figurez vous que ça m'est déjà arrivé de rentrer bourré...
LÉODAGAN - Et ?
ARTHUR - Et tout ce que ça m'a fait, c'est que je me suis affalé sur le plumard et que j'ai pioncé comme un loir.
GUENIÈVRE - Je confirme que le roi ne m'a jamais... heu... fait... la chose.
LÉODAGAN - Peut-être que ça vous a pas réveillée ? S'il vous l'a fait... disons... mollement...
ARTHUR - Mollement ? Alors là, c'est pas du tout mon genre ! Croyez-moi, beau-père - et mes maîtresses vous le confirmeront - si j'avais touché à la reine, elle se serait sûrement réveillée !
SÉLI - Bon, si c'est pas vous qui l'avez engrossée, c'est qui ?
GUENIÈVRE - Mais c'est personne !
LÉODAGAN - C'est forcément quelqu'un !
GUENIÈVRE - Et puis qu'est-ce que ça peut vous faire ? J'attends un heureux événement, vous devriez être ravis ! Surtout depuis le temps que vous le réclamiez !
SÉLI - On sera ravis à condition que ce soit bien l'héritier, donc que ce soit bien le fils de ce pign... du roi.
ARTHUR - Et comme c'est pas moi le père, ça peut pas être mon fils !
GUENIÈVRE - De toute façon je suis sûre que c'est une fille.
LÉODAGAN - Et si c'était un coup à la Pendragon ?
ARTHUR - Ah oui ! Là, ça me paraît beaucoup moins invraisemblable que si c'était moi, même bourré.
GUENIÈVRE - Qu'est-ce que vous voulez dire ?
LÉODAGAN - Eh ben, on pourrait imaginer qu'un salopard ait pris l'apparence d'Arthur par magie afin de vous pignoler vite fait et de vous faire pousser un lardon.
GUENIÈVRE - Mais... s'il a pris l'apparence d'Arthur, comment je le saurais ?
SÉLI - Vous n'avez jamais remarqué quelque chose de bizarre chez votre mari ces temps-ci ?
GUENIÈVRE ( sur un ton un peu triste ) - Ben non, il est toujours comme d'habitude. De toute façon, même si ce n'était pas le vrai Arthur, il ne m'a jamais... pignolée, comme vous dites !
SÉLI - Il y a bien une explication !

Acte V

Les mêmes, plus le père Blaise.

PÈRE BLAISE - Je n'en vois qu'une : la reine est enceinte par l'opération du Saint-Esprit.
LES AUTRES, SAUF SÉLI - Hein ?
PÈRE BLAISE - Ce sont des choses qui peuvent arriver pour les personnages promis à un grand destin, comme Jésus.
GUENIÈVRE - Le petit Jésus ? Il est tombé enceinte ?
PÈRE BLAISE - Je ne vous avais pas déjà expliqué tout ça ?
ARTHUR - Oui, sûrement, mais on n'avait pas dû bien écouter...
SÉLI - Eh bien moi, j'ai écouté et je vais vous résumer, espèces d'ignares. Joseph... c'est bien Joseph, qu'il s'appelait ?
PÈRE BLAISE ( sourire satisfait ) - Exactement.
SÉLI - Le Joseph, c'était le genre de gars à négliger sa femme, à sortir picoler tous les soirs et à jamais être à la maison.
PÈRE BLAISE - Heu, je n'ai jamais dit ça.
SÉLI - Oui, mais si on lit entre les lignes... Bref, la Marie, elle est seule chez elle, et elle voit débarquer le Saint Esprit. Alors forcément, elle se laisse séduire. Pensez, le Saint Esprit, question prestige, c'est pas n'importe qui.
PÈRE BLAISE - Nan mais le Saint Esprit, c'est pas une personne !
LÉODAGAN - Bref, elle s'est faite pignoler par l'autre gars ?
SÉLI - Voilà, et le Joseph, il s'est retrouvé cocu. Ça lui pendait au nez !
PÈRE BLAISE - Mais pas du tout ! Marie n'a jamais trompé Joseph !
SÉLI - Ben, et le Saint Esprit ?
PÈRE BLAISE - Mais justement ! Il ne l'a pas touchée ! Il l'a ensemencée par l'opération du Saint Esprit.
LÉODAGAN - Pfff... Vous qui avait fait voeu de célibat, vous feriez mieux de vous renseigner sur les choses de la vie avant de raconter de pareilles sornettes ! C'est que ça marche pas comme ça, pour engrosser une femme !
PÈRE BLAISE - Mais je le sais bien ! C'est justement pourquoi il y a eu un miracle : Marie a été engrossée sans avoir été... heu... pignolée.
ARTHUR - Vous êtes sûr que c'est possible ?
PÈRE BLAISE - C'est un miracle parfaitement homologué et consigné dans les Saintes Écritures. Demandez au pape !
ARTHUR - Bien, bien... Et ça arrive souvent ?
PÈRE BLAISE - Très rarement. En fait on ne connaissait qu'un cas. Avec la reine, ça fera deux.
GUENIÈVRE - Mais pourquoi ça tombe sur moi ?
PÈRE BLAISE - Vous êtes une personne importante.
SÉLI - La fille de la reine de Carmélide.
ARTHUR - Je dirais plutôt la femme du roi Arthur, celui à qui on a confié la quête du Graal. Je crois que je commence à y voir plus clair : pour le bien de l'Occident, il me faut un héritier, et les dieux ont fait ça pour m'aider.
PÈRE BLAISE ( hors de lui ) - Pour la dernière fois : il n'y a pas les dieux, mais le Dieu. C'est juste qu'il a le don d'ubiquité, il peut se trouver à plusieurs endroits à la fois et sous plusieurs formes différentes.
ARTHUR - Bien, bien... Le Dieu a décidé d'aider le royaume de Bretagne, tête de pont du Monde chrétien, en lui offrant un héritier.
PÈRE BLAISE - Ce qui explique en effet la situation.
SÉLI - Sauf que c'est pas l'héritier.
GUENIÈVRE - Ben non, j'attends une fille.
ARTHUR - Mais, qu'est-ce qui vous dit que c'est une fille ?
GUENIÈVRE - Je le sens. Une femme sent toujours ces choses là. C'est l'instinct maternel.
SÉLI - C'est pas ça : c'est un bâtard, il peut pas être l'héritier.
ARTHUR - Un bâtard ? Comment ça ?
SÉLI - Ben, c'est pas votre fils, donc c'est un bâtard.
GUENIÈVRE - Oh, mais ce n'est pas grave !
ARTHUR - Si, si, c'est important, votre mère a raison.
LÉODAGAN ( sourire carnassier ) - Vous avez les chocottes parce que vous allez devoir en refaire un autre, et sans l'aide du Saint-Esprit cette fois ?
ARTHUR - Ben... je vous avouerai que...
GUENIÈVRE - Ça ne nous empêchera pas de la bichonner, notre petite fille, et de l'élever tous les deux avec amour !
SÉLI - Ça m'étonnerait : les bâtards de la reine doivent être mis à mort à la naissance. C'est la loi.
LÉODAGAN - Parfaitement, sinon c'est la porte ouverte à l'anarchie, les guerres de successions, tout ça.
GUENIÈVRE ( scandalisée ) - Quoi ? Alors je vais avoir une charmante petite fille et vous allez la faire... ( elle se met à pleurer )
LÉODAGAN - Remarquez, si c'est une bâtarde, c'est moins dangereux.
SÉLI - Les femmes aussi peuvent être dangereuses. Tiens, par exemple, la demi-soeur d'Arthur...
LÉOPDAGAN - C'est parce qu'elle tenait de sa mère. Mais si le bâtard de la petite tient d'elle, ou même de lui...
SÉLI - ... le chérubin sera parfaitement inoffensif, c'est sûr. Par contre, s'il tient de sa grand-mère...
LÉODAGAN - Ah ben là, pas d'hésitation : mise à mort ! Enfin... heu... bref, c'est la loi.
ARTHUR - De toute façon le bébé ne sera pas tué.
SÉLI - Et le respect de la loi ?
ARTHUR - De quelle loi ? La loi de Carmélide ?
SÉLI - Notre fille est une princesse de Carmélide.
ARTHUR - Guenièvre est d'abord et avant tout la reine de Bretagne et l'épouse du roi de Logres. Et la loi du royaume de Logres interdit formellement les assassinats de nouveaux-nés.
LÉODAGAN - Même des bâtards de reines ?
ARTHUR - Même des bâtards de reines.
SÉLI - Eh ben, je comprends mieux l'anarchie qui règne ici...
ARTHUR - Est-ce que vous avez conscience que si on avait appliqué votre loi dans mon royaume, je ne serais pas ici à vous parler ? Et que vous n'auriez pas bénéficié d'une certaine ascension sociale dont je crois que vous avez peu de motif de vous plaindre ?

Acte VI

Merlin et Élias dans leur laboratoire. Élias est devant une étagère.

MERLIN - Ben quoi ? Qu'est-ce que vous avez à ricaner ?
ÉLIAS - Nan, rien, je me marre, c'est tout.
MERLIN - Vous vous payez ma tête ? Je vous connais, quand vous riez, c'est toujours après moi. Qu'est-ce que j'ai encore fait ?
ÉLIAS - Rien, rien... Mais, dîtes-moi, c'est normal de trouver des bocaux à confiture parmi vos fioles ?
MERLIN - Hein ?
ÉLIAS - Ça, par exemple, c'est quoi ?
MERLIN - C'est écrit sur l'étiquette !
ÉLIAS - Ah oui : extrait de venin de serpent.
MERLIN - Voilà. Je m'en sers pour empoisonner les flèches de nos soldats.
ÉLIAS - Sauf que c'est de la confiture d'abricots.
MERLIN - Comment ça ?
ÉLIAS - Le venin de serpent, c'est blanc, pas orange. C'est de la confiture d'abricots.
Élias ouvre le pot, passe un doigt et goûte.
MERLIN - Mais vous êtes malade ! Ce poison est très violent !
ÉLIAS ( moqueur ) - Pour votre gouverne, sachez que premièrement, je suis immunisé contre tous les poisons connus (c'est quand même le B.A.-BA du métier d'enchanteur, pour éviter les accidents de manipulation), et que deuxièmement, je vous connais suffisamment pour savoir que vos fioles, si elles sont marquées d'une tête de mort, c'est probablement qu'il y a quelque chose de délicieux à l'intérieur. D'ailleurs cette confiture est excellente.
MERLIN - C'est pas du venin de serpent ?
ÉLIAS - Mais espèce de crétin, c'est si c'était écrit « confiture » que ce serait du poison !
MERLIN - Oh, ça va, c'est vrai que môssieur Élias sait lancer des calamités à tour de bras, mais quand il s'agit de concevoir des produits utiles...
ÉLIAS ( qui continue à goûter la confiture et se régale ) - Ah, j'oubliais que je parlais au concepteur de la potion de dessalage des morues. Ben je dois avouer que pour la confiture, vous êtes un vrai chef ! Nan, franchement, chapeau, elle est excellente ! Et ça ? ( Il prend un nouveau pot. ) « Concentré de champignons vénéneux. » C'est normal que ce soit tout rouge ?
MERLIN - Comment ça ? C'est pas du champignon vénéneux ? Parce que celui-là, il a servi à la dernière bataille...
ÉLIAS - Rouge... cerise ou fraise ? Voyons ça... ( Il goûte et fait la mine de celui qui se régale. ) Votre confiture de framboise est vraiment excellente. Ah, et celui-là, ce serait pas de la confiture de myrtilles, dès fois ?
MERLIN - Ça m'étonnerait, la myrtille, je la fais pas.
ÉLIAS - Alors c'est vraiment ce qu'il y a écrit dessus ?
MERLIN - Tout à fait ! Alors méfiez-vous, parce que ça se trouve vous y êtes pas immunisé !
Élias goûte.
ÉLIAS - Exact, ce n'est pas la confiture de myrtilles.
MERLIN - Ah ah !
ÉLIAS - C'est du cassis. Franchement, c'est un délice ! Je vous prenais pour un abruti, mais en matière de confitures vous êtes un génie !
MERLIN ( qui ne saisit pas l'ironie d'Élias et croit à un compliment sincère ) - Merci !

Générique

Les deux enchanteurs goûtent tour à tour la confiture de Cassis.

ÉLIAS - Bon, ça suffit, il ne va plus vous en rester.
MERLIN ( avec gourmandise ) - Encore une lampée et j'arrête.
ÉLIAS - Méfiez-vous, vous allez avoir la langue toute bleue !
MERLIN - La langue... ? Et merde !

-----------
(J'ai peur que la fin ne soit pas terrible : soit on voit la chute grosse comme une maison, soit elle est incompréhensible. Tant pis, je le poste ainsi...)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

C'est excellent, la fin pourrait être étoffée un peu mais l'idée est excellente, bravo Agloval : de la graine de Alexandre Astier.

Croustillant
Hors ligne

C'est vrai que la chute n'en est pas vraiment une et qu'elle est assez attendue mais il n'empêche que c'est encore un super épisode!
Encore une fois, au niveau du rythme et du style, ça se lit tout seul.
L'histoire de la vierge par Léodagan et Séli est bien racontée et surtout hilarante. Et puis je trouve l'acte I où Arthur se préoccupe du ventre de sa femme vraiment intéressant. C'est vrai qu'il s'intéresse plus ou moins à sa santé!
Enfin bref, un super moment à passer à le lire!

Semi-Croustillant
Hors ligne

J'aime beaucoup le passage de l'explication du Saint-Esprit! La chute à moi elle me plaît, on la voit pas venir à des kilomètres tant que ça et le "Merci" (un peu solennel j'imagine) de Merlin excellent!

Chevalier
Hors ligne

Très bon scénario ! Franchement je n'ai pas vu où tu voulais en venir, et je me demandais ce qui se passait... ça démarre en douceur donc il faut du temps pour accrocher, mais une fois qu'on y est entrés, on est installés bien confortablement ! :)

Tu as pas mal de répliques excellentes, comme la réécriture de la Bible par Séli (génial) ou ce dialogue :
"MERLIN - Nan, je pensais plutôt à des effets secondaires. Ça peut la rendre stérile, par exemple, ça s'est déjà vu.
SÉLI - Quoi ???? Je vous préviens, si ma fille est stérile à cause de vous, je vous fais avaler toutes vos potions au hasard !"

Et la dernière phrase d'Arthur m'a fait pensé à Molière, je sais pas trop pourquoi, mais dans le contexte c'est tout à fait ça ! Bref, une idée très intéressante et bien développée : merci Agloval ! :)

Chevalier
Hors ligne

Au contraire de Provençal et de Bizule, j'aime pas trop l'Acte V, on lit un peu trop le mot "bâtard", c'est un peu fouillis. En dehors de ça, le scénario est excellent. J'adore la fin. :)

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Merci pour toutes vos remarques ! :)

Boucot : pour le mot "bâtard", c'est tout à fait normal et fait exprès. Léodagan et Séli rêvent d'avoir un petit fils uniquement pour des raisons politiques, parce que ce serait l'Héritier. Donc si c'était bien l'héritier, ils parleraient de lui bien gentiment (flatteries, tout ça), mais vu que c'est un "vulgaire bâtard", ça ne les intéresse pas et ils parlent de lui comme d'un parasite.

Chevalier
Hors ligne

J'aime! J'ai presque cru qu'elle était vraiment enceinte du Saint-Esprit XD (oui je suis bon public!) La fin me choque pas plus que ça. Ca le fait je trouve.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Alors là bravo je me suis marré tout le long !

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB