Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui a fait vœu de ragoût ! !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Le substitut (Livre V), sauf que c'est pas le même que dans la série

Scène I

Salle des archives. Le jurisconsulte est à son pupitre, devant les personnalités du royaume.

JURISCONSULTE - Au vu des documents récemment récupérés, je suis en mesure de répondre à votre question.
P. BLAISE ( bas ) - D'où ça vient, ces trucs là ?
ARTHUR - Sous le pied d'une armoire.
P. BLAISE - Ah carrément !
JURISCONSULTE - Alors, les documents sont formels : à Kaamelott, une femme ne peut pas gouverner.
SÉLI - Ben voyons. À part ça, on n'est pas du tout un gros pays de ringards.
JURISCONSULTE - Oui mais non, attendez. Moi, je ne veux pas rentrer dans ce type de discussion, Dame Séli, je suis là uniquement dans une attitude technique d'analyse du texte. Alors voilà : « En cas de mort du roi, et si l'héritier n'a pas quatorze ans, la reine ne peut pas exercer elle même le pouvoir et doit désigner un régent mâle. »
P. BLAISE - Ah bon ?
SÉLI - Qu'est-ce que c'est, ces conneries là ?
LÉODAGAN - De toute façon y'en a pas, d'héritier.
JURISCONSULTE - Oui, non, mais enfin, moi ça me semble limpide : héritier ou pas, il n'y a plus de roi, hein, alors la reine désigne un régent mâle qui exerce le pouvoir jusqu'à ce que quelqu'un retire l'épée du rocher. C'est en accord avec vos principes et parfaitement appliquable. Nan, il suffit juste de rédiger un... un petit avenant.

Scène II

Le soir. Arthur et Guenièvre sont au lit.

ARTHUR - Mais qu'est-ce qui vous a pris ?
GUENIÈVRE - Eh bien il était là me bousculer : « Vous n'allez pas oublier pas votre vieux père », tout ça... Alors moi ça m'a bloquée. Je n'aime pas qu'on me dise ce que je dois faire !
ARTHUR - Ah mais je ne vous le reproche pas ! Et puis Léodagan régent, ça aurait pu faire des étincelles et mettre en danger l'unité de la Bretagne. Mais pourquoi avoir choisi à la place...
GUENIÈVRE - C'est un nom qui m'est passé par la tête ! Et puis, c'était votre bras droit, non ?

Scène III

Salle de la table ronde. On a mangé dessus. Les personnalités du royaume sont assises négligemment autour.

P. BLAISE - Nan mais vous vous rendez compte : Lancelot, régent de Bretagne !
BOHORT - C'est d'autant plus intolérable qu'il a trahi le roi !
JURISCONSULTE - Il a trahi l' ancien roi.
BOHORT - Mais qu'est-ce que ça change ?
JURISCONSULTE - Rien dans vos lois n'empêche un... même un régicide, de succéder au trône.
BOHORT - Mais c'est absurde !
JURISCONSULTE - Ce sont vos loi ! Je vous signale que je ne suis pas là pour les commenter mais pour les analyser.
CALOGRENANT - Nan mais le problème n'est pas là. Le problème, c'est surtout que Lancelot est introuvable.
LÉODAGAN - Mais il est mort, votre Lancelot ! Alors on redemande à la petite un nouveau nom et on pourra avancer.
JURISCONSULTE - Montrez-moi d'abord le certificat de décès du seigneur Lancelot.
LÉODAGAN - Vous n'avez pas fini de finasser !
JURISCONSULTE ( vexé ) - Je ne fais qu'appliquer vos propres textes !
CALOGRENANT - Qu'est-ce qu'on fait, alors ? On lance une enquête pour retrouver Lancelot ?
HERVÉ - Vous voulez que j'aille espionner en tapinant ?
LÉODAGAN - Plutôt une enquête pour prouver qu'il est mort !
BOHORT - Il faut trouver quelqu'un d'autre que ce traître !
LÉODAGAN - Pour une fois, je suis d'accord avec le seigneur Bohort !
CALOGRENANT - On sait pourquoi...
LÉODAGAN - C'est quoi ces insinuations ?
CALOGRENANT - Que même votre propre fille refuse de vous nommer régent, ça ne vous a toujours pas ouvert les yeux sur votre incapacité à gouverner ?
LÉODAGAN - Ah, parce que vous aussi... Enfin, vous, vous voulez prendre le pouvoir ?
JURISCONSULTE - Encore une fois, le régent est le chevalier Lancelot du Lac et personne d'autre, point barre. J'ai rédigé l'avenant en triple exemplaire, dont un aux archives, c'est donc officialisé.
P. BLAISE - Mais il ne peut pas exercer le pouvoir, puisqu'il n'est pas là !
LIONEL - Je vais peut-être dire une bêtise, mais...
BOHORT - Dans ce cas abstenez-vous, la situation est déjà assez compliquée !
LIONEL - Est-ce qu'il n'existe pas un texte à appliquer en cas de vacance temporaire du pouvoir ?
JURISCONSULTE - Ah non ! Je ne retourne plus aux archives !

Scène IV

Salle des archives. Le jurisconsulte est à son pupitre, devant les personnalités du royaume (Séli n'est pas présente).

JURISCONSULTE - Au vu des documents récemment récupérés, je suis en mesure de répondre à votre nouvelle question.
P. BLAISE ( bas ) - Vous avez encore trouvé quelque chose sous le pied d'une armoire ?
ARTHUR - Nan, cette fois c'était le parchemin qui servait à emballer la réserve de bougies.
JURISCONSULTE - Alors, les documents sont formels : en cas de vacance temporaire du souverain, le pouvoir sera exercé par... Attendez, il y a une difficulté que je dois vous signaler.
LÉODAGAN - Ça aurait été trop simple...
JURISCONSULTE - Le texte que j'ai sous les yeux est un texte législatif qui date d'avant l'occupation romaine, il est inspiré du vieux code celte qui n'est en usage nulle part de nos jours. Il n'y a pas de date, mais il a probablement plus de cinq cents ans. Aussi il y a de grandes chances que cette loi ait été abrogée depuis, et il faudrait vérifier si, dans vos archives, il n'existe pas un avenant d'annulation.
P. BLAISE - Mais pour ça il faut tout passer au crible, ça va prendre deux ans !
JURISCONSULTE - C'est pourquoi je me disais... Ce n'est peut-être pas tout à fait régulier, mais... ( bas ) tant qu'on n'a pas trouvé l'avenant d'annulation, ça veut dire que la loi est toujours en vigueur. ( haut ) Après tout, jusqu'à preuve du contraire...
LÉODAGAN ( impatient ) - Et qu'est-ce qu'elle dit, cette loi ?
JURISCONULTE - Alors, je vous la lis : « Si tant fait que Soverègne pour quiconque raison ne puis vaquer au Sien pouvoir oncque tempz, lors le plus familier d'Icelui parmi qui eut tantôt charge de ministère au Conseil pourra exercer ledit pouvoir tant qu'absence ne dure. » Et c'est pourquoi je vous demande : qui ce texte désigne-t-il ?
CALOGRENANT - Là, j'ai pas bien compris...
HERVÉ - Moi j'ai pas écouté.
LÉODAGAN ( à Calogrenant ) - Si vous pigez pas les textes officiels, c'est peut-être pas la peine de réclamer la régence...
JURISCONSULTE - Excusez-moi, vous voulez peut-être que je traduise ce texte en langue moderne ?
BOHORT - Ça vaudrait mieux pour nos amis, je crois... ( Léodagan le regarde de façon soupçonneuse. ) Heu... pour moi aussi.
JURISCONSULTE - Eh bien, le texte dit... Si le Souverain ne peut exercer temporairement son pouvoir, pour quelque raison que ce soit - ça concerne donc bien le cas du régent Lancelot - eh bien c'est son plus proche parent qui peut le remplacer. Enfin, plus précisément : son plus proche parent parmi ceux qui ont déjà eu une charge administrative au sein du Conseil. D'où ma question : quel parent de Lancelot répond à cette définition ?
CALOGRENANT - Sauf que Lancelot n'a pas de parents, justement.
JURISCONSULTE - Hein ?
LÉODAGAN - Ben oui, c'était un chevalier solitaire... errant... et tout le tintouin...
JURISCONSULTE - Nan mais là, je trouve que vous n'y mettez pas beaucoup de bonne volonté ! Je vous déniche un texte parfaitement adapté à la situation - et entre parenthèse, j'espère que vous êtes conscients du boulot que ça représente, vu l'état LAMENTABLE de vos archives - et vous avez encore une excuse à invoquer.
LÉODAGAN - Mais c'est quand même pas de notre faute si Lancelot n'avait pas de parents !
JURISCONSULTE - Mais c'est insensé, ça ! Il n'avait pas un père ? une mère ?
CALOGRENANT - Son père, c'était le roi Ban de Bénoïc. Mort quand Lancelot avait un an. Sa mère, pareil.
JURISCONSULTE - Il n'a pas eu une mère adoptive ?
LÉODAGAN - Ah oui, la Dame du Lac, elle lui a servi de nourrice, je crois.
JURISCONULTE - Eh ben voilà : la Dame du Lac. On a trouvé, enfin !
HERVÉ - Alors ça sert à rien que j'aille enquêter ?

À noter que dans toute cette scène, Bohort ne cesse de s'agiter, car il a bien compris que le texte le désigne, lui, mais il ne veut surtout pas devenir régent, effrayé par les responsabilités d'une telle charge. Il est le cousin de Lancelot mais apparemment personne ne le sait, ce qui l'arrange...

P. BLAISE - Je croyais qu'il fallait un régent mâle ?
JURISCONSULTE - Vous voulez que je vous relise le texte ?
P. BLAISE - Nan nan...
JURISCONSULTE - Vous avez quand même remarqué la faille ? Le texte ne stipule pas, justement, que le remplaçant du régent soit un mâle : « le plus familier d'Icelui parmi qui eut tantôt charge de ministère au Conseil ». Cette faille, il faut s'y engoufrer ! La Dame du Lac a-t-elle bien exercé une tâche au Conseil du roi ?
P. BLAISE - Si j'en crois les témoignages du roi, consignés dans ce registre ( il désigne le grand livre où il a rédigé les comptes-rendus des réunions de la Table Ronde ), c'est effectivement le cas, puisque c'est elle qui dirigeait la quête du Graal.
JURISCONULTE - Eh bien voilà ! Le problème est réglé : c'est la Dame du Lac qui est nommée régente temporaire.
LÉODAGAN - Sauf que...
JURISCONSULTE - Sauf que quoi, encore ?
LÉODAGAN - Ben... Déjà que Lancelot, on n'était pas sûr qu'il soit toujours vivant, la Dame du Lac, on n'est même pas sûr qu'elle existe.
P. BLAISE - Personne peut la voir.
JURISCONSULTE - Au comble de l'exaspération, jette par terre tous ses documents et quitte la pièce.

Scène V

Le soir. Léodagan et Séli sont au lit.

SÉLI - Ah, on peut dire qu'elle aura foutu un beau bazar, la petite !
LÉODAGAN - Franchement, c'est l'impasse. Vous imaginez, si les barbares apprennent que le royaume de Bretagne est sans tête ? Je vous le dis, on va avoir une invasion sur le dos dans pas longtemps.
SÉLI - Et c'est quoi, la dernier truc qui a foiré ?
LÉODAGAN - Eh bien, selon une vieille loi que l'autre con a trouvé je ne sais où, en cas d'absence temporaire de Lancelot, il faut le remplacer par un parent proche.
SÉLI - Genre un cousin ?
LÉODAGAN - Voilà.
SÉLI - Et ?
LÉODAGAN - Quoi, « et » ?
SÉLI - Eh ben, Bohort fait l'affaire, non ? Ne me dites pas qu'il a disparu ?
LÉODAGAN - Parce que Bohort est cousin de Lancelot ?
SÉLI - Le père de Bohort, le roi de Gaunes, c'est bien le frère du roi Ban, n'est-ce pas ? Donc Bohort et Lancelot sont cousins.
LÉODAGAN - Ah l'enfoiré !

Scène VI

Salle de la table ronde. On a mangé dessus. Les personnalités du royaume sont assises négligemment autour. Deux gardes amènent Bohort sans ménagement. Dans la scène qui suit, il y aura toujours un garde à gauche et un garde à droite de Bohort, comme pour l'empêcher de s'enfuir...

BOHORT ( paniqué ) - Mais enfin, qu'est-ce qui vous prend ?
CALOGRENANT - Vous le savez très bien !
LÉODAGAN - Alors comme ça on fait son petit cachottier, on a honte d'être le cousin de Lancelot...
BOHORT - Ah, c'est ça ? Mais... Heu... Mon frère Lionel aussi est le cousin de Lancelot !
LIONEL - Hélas, je n'ai jamais eu de fonction administrative au sein du Conseil royal.
LÉODAGAN - Tandis que vous...
BOHORT - Mais non... Oui, officiellement j'étais chargé du protocole, mais en réalité... heu...
CALOGRENANT - Maître d'arme, aller chercher le jurisconsulte, on va pouvoir officialiser la nomination du seigneur Bohort comme régent temporaire.
MAÎTRE D'ARME - S'il vous plaît !
CALOGRENANT - Oui, s'il vous plaît ! merci !
LÉODAGAN - De quoi ?
MAÎTRE D'ARME - Oh, et puis zut ! zut ! re-zut ! et triple flûte ! Allez-y vous même ! ( Voyant que tout le monde le regarde. ) Oui, oui, j'y vais, ça va !

Coupure

JURISCONSULTE - Donc, si j'ai bien compris, ce monsieur est le cousin de Lancelot ?
CALOGRENANT - Voilà. Et il a été ministre du protocole.
JURISCONSULTE - Ah, c'est parfait, il peut donc remplacer le régent.
CALOGRENANT - Allez, ne perdons pas de temps. Père Blaise, vous avez préparé les parchemins à en-tête ?
P. BLAISE - Ils sont là.
JURISCONSULTE - Très bien, tout ça m'a l'air en ordre, de mon côté j'ai apporté l'avenant à signer. Messire, vous pouvez apposer votre signature ici.
BOHORT ( livide, tenant une plume dans sa main ) - Heu... là ?
JURISCONSULTE - Vous ne lisez pas le document ?
BOHORT - Heu... si, si...
LÉODAGAN - On n'a pas le temps !
JURISCONSULTE - Mais enfin, il doit connaître les conditions de sa nomination, tout de même ! A-t-il noté, par exemple, qu'il ne s'agit pas d'une obligation mais d'un volontariat ?
BOHORT - Comment ça ?
JURISCONSULTE - C'est limpide : « le plus familier d'Icelui parmi qui etc. etc. pourra exercer ledit pouvoir ». Pourra. Pas devra.
BOHORT - Alors je refuse le poste. Je ne signerai pas ! Et laissez-moi passer ! ( Les gardes le laissent partir )
LÉODAGAN ( au jurisconsulte ) - Mais... vous êtes un gros débile, espèce de corniaud ! Qu'est-ce qui vous a pris de lui faire cette précision, il allait enfin nous sortir de la panade !
JURISCONSULTE ( comprenant sa bévue ) - Oh, excusez-moi, je suis confus, je... c'est un réflexe professionnel, voyez-vous, je... j'insiste toujours pour que les signataires lisent attentivement les documents qu'ils paraphent... Mon Dieu, je suis vraiment confus...
CALOGRENANT - Et maintenant ?
LÉODAGAN - On a qu'à inventer une nouvelle loi.
HERVÉ - Sinon, si ça vous arrange, je peux aller espionner.
JURISCONSULTE ( à Léodagan ) - Une nouvelle loi ? Ah non ! La loi doit être définie avant qu'on en ait besoin. Sinon c'est parfaitement irrégulier !
LÉODAGAN - Ah bon ? Quand j'ai un soldat blessé, j'applique pas le remède avant qu'il se soit pris une pointe de lance dans le fion.
JURISCONSULTE - Nan mais ça n'a rien à voir ! Comment voulez-vous qu'un souverain soit respecté si les gens savent que lois peuvent changer du jour au lendemain sans raison ?
LÉODAGAN - Ben quoi ? En Carmélide, c'est comme ça que ça marche.
CALOGRENANT - C'est vrai que ça serait plus simple...
P. BLAISE - Il faudrait peut-être se recentrer sur le sujet : qui a la tête du royaume de Bretagne ?
LÉODAGAN - Oh, ne vous faites pas de bile, comme c'est parti, dans deux semaines on l'aura, notre roi de Bretagne.
CALOGRENANT - Qu'est-ce que vous voulez dire ?

Noir

LÉODAGAN - Oui, on aura bientôt un nouveau roi. Mais un Saxon. Ou un Burgonde.

-----------------------
(Je précise, pour ceux qui n'auraient pas remarqué, que la scène 1 n'est pas de moi mais d'A. Astier... :) )

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Excellent épisode, surtout le fait de créer un scenario parallèle ! Très agréable à lire !

Chevalier
Hors ligne

Encore une fois Agloval, très bonne idée et très belle écriture ! :) J'aime beaucoup l'idée d'écrire une variante d'un épisode existant, c'est original et très bien trouvé. En plus tu n'y vas pas de main morte ! :) Lancelot régent, franchement... :D
Et LA phrase de Calogrenant :

CALOGRENANT - Que même votre propre fille refuse de vous nommer régent, ça ne vous a toujours pas ouvert les yeux sur votre incapacité à gouverner ?

Génial !
Je regrette peut-être seulement que la réaction d'Arthur ne soit pas plus développée, je l'aurais bien vu se foutre un peu plus en rogne quand même. Mais sinon c'est impeccable ! :)

Chevalier
Hors ligne

Je confirme les dires précédents, c'est du très très bon encore. Le jurisconsulte est très bien utilisé, Lionel, Bohort, Léodagan, Calogrenant pareil.

Je regrette juste que l'on ait pas vu Hervé de Rinel. Quelques répliques à côté de la plaque auraient été sympas je pense.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Merci merci !

Ah, zut, le fameux seigneur Hervé, je l'ai oublié ! Si j'y pense, j'essaierai de placer quelques répliques de sa part.

Par contre, pour l'absence d'Arthur, c'est normal : il a décidé que ça ne le concernait plus.

Bon, je n'ai rien de nouveau aujourd'hui, je crois que la "crise" est passée...

----------
Re. Je viens de placer quelques répliques d'Hervé, mais c'est pas super génial... Disons que c'est pour l'employer.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

C'est une alternative très bien trouvée. Les personnages sont très bien retrancrits, avec la couardise maladive de Bohort et Guenièvre qui n'a rien trouvé de mieux que Lancelot. Fallait y penser, bravo.

Croustillant
Hors ligne

Vraiment excellent.
Déjà, au niveau de l'intrigue, c'est extraordinaire. Je parle de tous ces retournements de situation, le texte de loi celte... et, à noter que, avec tout ça, l'humour n'est pas négligé (comme avec le maître d'armes).
Et puis, surtout, la scène de la série s'insère parfaitement bien dans le scénario que ce soit au niveau du fond ou de la forme ce qui prouve bien que la fidélité est parfaite.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Salut a tous :)

Alors franchement je vais etre franc...
J'AD-ORE !!
Je me suis bin marré en tout cas bravo !

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB