Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui va varier la pâte, aussi !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Kaamelott se passe à une époque violente, le roi et ces chevaliers sont quasi perpetuellement à repousser les invasions saxonnes et autre, et pourtant la mort et pour ainsi dire absente (à nuancer pour le livre V)

En effet lorsqu'Arthur fait par de son idée de prière aux chevalier mort au combat, personne n'en trouve.
Les seul mort dont il est fait mention sont celle des parents des chevalier (Pendragon, le Roi Ban, le père de loth d'orcanie...) et lorsqu'elle sont décrite c'est toujours pour faire de l'humour (noir ?) (la première femme du Duc d'Aquitaine).
Mais à part ça on à l'impression que les chevalier ne tue personne, qu'aucun homme dans l'armée n'est tué et que les bataille on fort heureusement, fait aucune victime , pour paraphraser Bohort.

Pourtant Astier déclare que pour lui la comédie et la mort ne sont pas incompatible. C'est sans doute un présage pour le livre VI, voir pour la trilogie, mais cela ne s'applique pas dans les V premier livre, même si le Vème finit tragiquement sur la tentative de suicide d'Arthur.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

La mort n'est pas si absente que ça de la série selon moi:
-on parle de la mortalité infantile chez les paysans entre Arthur et la copine de Madenn
-on découvre la réaction d'Arthur et de son père lors de l'annonce de la mort de Perceval
-lorsque Léodagan et Séli sont annoncés morts et qu'on leur jette des gadins
-lorsque l'Ankou arrive au château
-...

Évidemment la mort n'est jamais très drôle alors on n'en parle pas à chaque épisode mais à petite dose elle peut s'intégrer à une comédie.

Pécore
Hors ligne

Les types dans les armées, on s'en fout. Ce sont des grouillos de base, ils peuvent se faire démonter c'est pas gênant.
Les chevalier s'occupent principalement de coordonner les actions desdits grouillos, et sont en arrière de la bataille. Et quand c'est pas le cas, il sont suffisament bourrin pour faire leur fête à l'opposant. Et même pour ceux qui ne peuvent pas le faire, on leur fait garder la cantine.
Quand aux morts provoqués par les chevaliers, on va dire que c'est leur boulot aussi de massacrer du péon, donc c'est pas un sujet dont ils discuteraient à la table ronde. :D

[edit]

on découvre la réaction d'Arthur et de son père lors de l'annonce de la mort de Perceval

Euuuuh ... ? Beau-père nan (et père irl, c'est pas faux) ?

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Alors là ou je ne suis pas d'accord c'est que les chevalier sont des combattants.
Les chevalliers ne sont pas tous des généraux, leur rôle est de forcer les première ligne énemie. On ne les équipe pas avec un équipement d'une valeur équivalente à celle d'un char leclerc de nos jours pour qu'ils restent en base arrière.

Effectivement on évoque souvent des mort de "grouillots" mais il n'est jamais fait état des perte au cours d'une bataille.

Le livre V est plus sombre donc il y es plus question de la mort, mettons le de côté. Dans les quatre premier livre la mort reste une chose annectdotique.
Le seul mort que l'on voit c'est le grouillot qui meurt d'une crise cardiaque en servant le petit déjeuner à Démétra, mais c'est surtout pour introduire la figure mythologique de Lancou.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Flammeche a écrit :

Pourtant Astier déclare que pour lui la commédie et la mort ne sont pas incompatible. C'est sans doute un présage pour le livre VI, voir pour la trilogie

Je spoilerai pas mais tu as effectivement raison pour le livre VI ^^
On peut noter que l'épisode avec Grüdü où l'empereur à Rome a été assassiné par un scorpion dans le lit, AA tourne ça assez comiquement, du moins je trouve.
Il a dit que la mort et la comédie ne sont pas incompatible, je pense personnellement que sans montrer explicitement la mort, juste en la suggérant comme dans les épisodes cités par K. de Vannes , il réussit à nous faire rire de la mort, l'épisode avec l'annonce de la mort de Perceval il est quand même bien drôle, et l'Ankou aussi.

Médiévalement,

Sylvus.

Chevalier
Hors ligne

En parlant de Grüdü, il a quand même dézingué 15 personnes au château. C'est pas négligeable. :-°

Sinon, on peut évoquer Méléagant qui dit que la vie n'est pas la période la plus palpitante de son existence.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

On peut aussi évoquer le meurtre commis par Loth contre son père ! On a droit à tous les détails en plus !

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Ce que je voulais dire par "la mort est absente" c'est qu'aucun personnage de premier plan ne meurt ni ne tu dans kaamelott.
Aucun Chevalier de la table ronde n'est mort au combat. La mort est toujours très éloigné de la cours d'Arthur et ne les affecte jamais.

Il y a des personnages qui aurait pu être "tué", notement les guests mais cela n'a jamais été fait.
Il y a certe Agop d'Armenie qui a mon avis a succombé au assaut d'Arthur mais on ne le montre pas, on le laisse sous entendre à demi-mot.
Ce qui meurt c'est des grouillot ou des criminel sur le buchet, mais jamais des chevalier, seigneurs ou autre.

Chevalier
Hors ligne

En même temps, quand y a des scènes sur le champ de bataille, on voit bien que les chevaliers de premier plan (Arthur, léodagan, Lancelot) commandent leurs hommes depuis une butte et sont donc moins, voire pas exposés du tout au danger. ;)

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Oui mais on voit aussi Arthur gravement blessé lors d'un combat à au moins deux reprises :
Lorsque Merlin essaie d'expérimenter la médecine sur lui
Lorsque Morgane la Fée vient le chercher pour le conduire sur l'île d'Avalon.

On peut donc en conclure qu'ils se confronte au danger de temps en temps, sans parler des quêtes dans les souterrain ou il affronte, troll, gobelin et autres hydres à trois têtes.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Y a aussi un épisode où Arthur dézingue un bandit dans le noir. C'est, je crois, la seule tuerie qu'on peut voir dans la série. Ou je me trompe ?

Chevalier
Hors ligne

Ah oui, "Le Complot", très juste.

Chevalier
Hors ligne

Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut. En général les morts sont évoqués mais jamais montrées, et puis il est évident que dans une série qui se voulait humoristique, la mort passe au second plan. Par contre, et cela accompagne l'évolution logique de la série qui se fait plus sombre, je trouve ce sujet omniprésent. La mort des enfants ou leur "non naissance" (finalement c'est une sorte de mort aussi), le suicide d'Arthur, Lancelot qui frôle le pire... On s'en approche quand même plutôt pas mal au cours de ces derniers épisodes je trouve :)

Chevalier
Hors ligne

C'est une bonne question et une bonne réflexion ! C'est vrai que la mort est peu présente dans Kaamelott et souvent tournée de manière comique. Pour ajouter ma pierre à l'édifice, je citerai l'épisode (dont j'ai oublié le titre) où Arthur et ses chevaliers tentent une approche furtive de l'ennemi avant d'aller à la messe célébrée par le père Blaise. Lancelot cite le commandement  "Tu ne tueras pas", et s'ensuit toute une discussion pour savoir si c'est faisable ou pas. Selon Arthur, ça reste apparemment sur le plan théorique et utopique ! :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Perceval meurt aussi, le temps d'un épisode... En fait il avait la chiasse, mais bon !

Chevalier
Hors ligne

Méléagant est le symbole de la mort. Elle est donc bien présente mais à un niveau symbolique. Sinon, la tentative de suicide d'Arthur ne peut laisser indifférent. Je crois aussi qu'Alexandre Astier n'a pas cédé aux sirèles habituelles des séries qui tuent un des personnages principaux chaque  saison.

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

c'est marrant, je ne vois pas Méléagant comme le symbole de la mort, plutôt celui du desespoir.
Il chemine plusieurs jours auprès d'Arthur, s'il souhaitait réellement sa mort il aurait pu tenter de le faire lui même.
Au lieu de ça il fait fort de lui montrer le vide de sa vie en le conduisant chez son père adoptif et en mettant dans la bouche de Prisca une prédiction.
Je ne serais pas étonnée que son rôle soit plus complexe que ce qu'il montre au prime abord.

Chevalier
Hors ligne

Comme ça a déjà été dit quelque part sur ce forum, Méléagant lui-même reconnaît qu'il n'a aucun intérêt à la mort des gens, mais à leur déchéance. C'est la raison pour laquelle il ne tue pas lui-même Arthur, mais préfère le mener au suicide ou le faire tuer par Lancelot (ce qui serait une déchéance pour Lancelot aussi du coup).

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB