Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui n'a pas inventé le plat de la main morte !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

En revoyant la deuxième partie du Livre III, j'ai eu une une idée pour le concours de scénario organisé par Boucot .
J'ai essayé de mettre à profit vos remarques, j'ai donc écrit un peu plus long cette fois :P . (Merci à Nemesia pour sa beta-lecture ;) )

J'ai aussi tenté d'innover en rendant le scénario encore plus lisible. Comment ? En donnant à chaque personnage une couleur différente pour mieux identifier leurs propos. J'espère que ça vous plaira, sinon je retirerai les couleurs. ;)

L'épisode se situe dans le Livre III, peut-être encore pas très loin de mes précédents scénarios. Les amateurs trouveront pourquoi :) .


PORTE & DISPARUS


Intérieur Nuit.
Arthur grignote un morceau de pain et de jambon à la table des cuisines.
Léodagan s'arrête au seuil de la porte en pyjama.

[color=202040] LEODAGAN : Ah ben vous êtes encore là vous ? Ca devient une habitude…[/color]
[color=600000] ARTHUR : Je casse la graine, je peux oui ?[/color]

Léodagan franchit la porte et s'apprête à refermer la porte en s'approchant d'Arthur

[color=600000] ARTHUR : Faites gaffe ! Ne fermez pas la porte elle est cassée ![/color]
[color=202040] LEODAGAN : De quoi ?[/color]
[color=600000] ARTHUR : Pas moyen de l'ouvrir de l'intérieur, les servants m'ont prévenu hier soir, faut la laisser ouverte c'est tout.[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Ah bon... Ben vous pourriez prévenir quand même.[/color]

Léodagan laisse donc la porte ouverte et s'assoie à côté d'Arthur.

[color=600000] ARTHUR : Vous voulez vraiment que je vienne vous lever de votre plumard à onze heures du soir pour vous dire que la poignée de la porte de la cuisine est cassée ?[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Pas forcément mais c'est pas une raison, faut pas me le dire au dernier moment comme ça, c'est tout.[/color]
(Après un court silence)
[color=600000] ARTHUR : La vache mais même la nuit vous n'arrêtez jamais ?[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Mais non mais…[/color]
(Les deux détournent le regard. Atmosphère glaciale.)

Perceval entre dans la pièce.
[color=600000] ARTHUR : STOP ! Ne touchez pas à cette porte vous ![/color]
(Léodagan secoue la tête en levant les yeux au ciel.)
[color=600000] ARTHUR : (s'adressant à Léodagan) Mais quoi à la fin ! Elle est cassée elle est cassée j'y peux rien moi ![/color]

Un cliquetis se fait entendre. Perceval vient de fermer la porte.

[color=2080c0] PERCEVAL : C'est bon Sire, c'est réparé. Et pourtant j'avais pas les outils.[/color]

Ouverture

Léodagan et Arthur s'acharnent à frapper sur la porte. Perceval les regarde en retrait.

[color=2080c0] PERCEVAL : Mais c'est bon Sire, je vous dis que je l'ai réparé. Elle ferme maintenant.[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Mais espèce de débile, vous voyez pas qu'on est enfermés comme des rats ?[/color]
[color=600000] ARTHUR : Ah non mais vraiment, il manquait plus que ça hein ! Demain on doit aller à l'assemblée des chefs bretons et j'ai crapahuté dans les bois toute l'après-midi : j'ai besoin de pioncer moi ![/color]
[color=202040] LEODAGAN : Et moi donc ![/color]
[color=2080c0] PERCEVAL : Ah c'était pas aujourd'hui votre rassemblement ?[/color]
[color=600000] ARTHUR :  Mais non mais… Enfin si vu que c'est deux heures du matin, mais, qu'est-ce que ça peut bien vous foutre ?[/color]
[color=2080c0] PERCEVAL : Ah mais rien. Par contre vous devriez aller dormir alors, parce que vous allez avoir du mal tout à l'heure.[/color]
[color=600000] ARTHUR : Ah mais j'y vais de ce pas, j'ai trouvé un moyen d'ouvrir cette fichue porte.[/color]

Impatient et irrité par l'idiotie de Perceval, Arthur l'attrape par le col et le lance contre la porte. Perceval retombe sur le sol.

[color=202040] LEODAGAN : Dites donc, vous savez que vous devriez le faire plus souvent ça.[/color]
[color=600000] ARTHUR : Et vous, vous devriez arrêter de la ramener parce que tant que la porte n'est pas ouverte, je vais balancer dessus tout ce que j'ai à portée de main. Et vous pourriez bien en faire partie…[/color]
[color=202040] LEODAGAN : (d'un  air moqueur) Si ça vous amuse… n'empêche que vous feriez mieux de passer vos nerfs sur la serrure. Au moins ça servirait à quelque chose.[/color]

Transition

Arthur et Léodagan crient pour appeler du secours. Perceval se relève, tout étourdi.

[color=202040] LEODAGAN : Excusez-nous de vous avoir réveillé. On a du crier un peu trop fort… GROS ABRUTI ! (en criant)[/color]
[color=600000] ARTHUR : Bon moi j'en ai ras le bol. (À Perceval) Donnez moi ça vous. (En montrant du doigt une table recouverte d'une nappe et de légumes) [/color]
[color=2080c0] PERCEVAL : De quoi la citrouille ?[/color]
[color=600000] ARTHUR : Mais qu'est ce que vous voulez que je foute avec votre courge ? La nappe crétin ![/color]
[color=2080c0] PERCEVAL : Non Sire.[/color]
[color=600000] ARTHUR : Comment ça non ?[/color]
[color=2080c0] PERCEVAL : Ca n'abîme pas, mais c'est trop mou. Le mieux ce serait d'avoir une clé. Mais attention, y en a plein, faut celle qui correspond.[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Dites euh… Vous ne vouliez pas acheter des béliers, mais je peux utiliser ce débile à la place ?[/color]
[color=600000] ARTHUR : (regardant Perceval, pédagogue) Non mais c'est pas pour la porte, c'est foutu de toute façon, tout le monde roupille et personne ne se lèvera. Je vais essayer de dormir un peu. Je voulais mettre ça par terre pour éviter de me mettre des épluchures et du gras de jambon partout. [/color]
[color=202040] LEODAGAN : Alors voilà, bravo ! On baisse les bras à la première petite difficulté. Bel exemple pour le Roi de Bretagne ![/color]
[color=600000] ARTHUR : Merde ! Voilà. « Meeeerdeuh » ! Vous n'avez qu'à l'ouvrir si vous êtes plus malin.[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Mais c'est ce que je vais faire mon petit bonhomme.[/color]

Transition

Arthur et Léodagan sont allongés par terre, sur la nappe, les yeux fermés. Perceval scrute la porte, debout devant elle. Puis se retourne vers eux.

[color=2080c0] PERCEVAL : Vous dormez ?[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Faudrait pouvoir ![/color]
[color=600000] ARTHUR : Si vous commenciez par la fermer ça irait mieux ? [/color]
[color=202040] LEODAGAN : Qui moi ?[/color]
[color=600000] ARTHUR : Non, mais ça marche aussi pour vous remarquez.[/color]
[color=2080c0] PERCEVAL : Si vous me laissez essayer je suis sûr que je pourrais…[/color]
[color=600000] ARTHUR : Non ! Touchez à vos miches. Dans trois heures les servants vont arriver de toute façon.[/color]
[color=2080c0] PERCEVAL : Y a pas grand-chose à faire en plus, suffit que je trouve quelque chose qui ressemble à une clé.[/color]
[color=600000] ARTHUR : Mais vous n'avez pas vu que le loquet lui est resté dans les doigts ?[/color]
[color=2080c0] PERCEVAL : Ah mais c'est normal, c'est pas avec les doigts que ça marche. Faut vous boucher le nez en buvant un verre d'eau à l'envers pendant qu'on vous fait peur. Attendez je vais remplir une coupe.[/color]
[color=600000] ARTHUR : (intimidant) Asseyez-vous et fermez là ! À partir de maintenant si j'entends un seul mot je vous ligote et je vous pends aux crochets.[/color]

Fermeture

Un long silence, soudain troublé par des bruits de pas et le son de la porte qui bouge.
Arthur et Léodagan se lèvent en se retournant.
Karadoc ouvre la porte.

[color=c04020] KARADOC :  Qu'est ce que vous foutez là vous trois ?[/color]
[color=600000] ARTHUR : Je pense que je n'ai jamais été aussi content de vous voir.[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Et ben c'est pas trop tôt ! Votre chambre est à côté, ça fait un moment que vous avez du nous entendre nous égosiller.[/color]
[color=c04020] KARADOC :  Je sais pas je dormais. J'espère que vous n'avez pas touché à mon sauc' ?[/color]
[color=202040] LEODAGAN : Je ne sais pas lequel c'est mais si c'est le cas je vous en paye un autre vous en faites pas. Enfin le roi quoi…[/color]
[color=c04020] KARADOC :  Non c'est bon il est là ( il l'attrape ), je me sauve, pour une fois que ma femme veut manger au lit avec moi.[/color]
[color=600000] ARTHUR[/color] & [color=202040]LEODAGAN[/color] : [color=600000]LA PORTE !!![/color]

Karadoc claque la porte derrière lui

Dans le noir :
[color=c04020] KARADOC : (éloigné) C'est bon elle est fermée ![/color]

FIN

Chevalier
Hors ligne

Comme je te l'ai déjà dit, il est excellent ce scénario Clément ! Le titre, l'idée, l'écriture... tout ! :) Et le coup du loquet qui passe avec un verre d'eau, magistral. Sans parler de la chute ! ^^ Quant aux couleurs, moi je suis plutôt pour : je trouve qu'elles facilitent la lecture. En bref, bonne chance pour le concours, merci pour ce bon moment et vivement le prochain ! :)

Chevalier
Hors ligne

Je confirme pour les couleurs, excellente idée. Excellente fic aussi d'ailleurs! Pauv' Perceval XD Sinon bah c'est bien, au moins ils risquent pas de crever de faim!

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Exellent le scénario ! Bravo Clement ! :)
Et puis c'est vrai que c'est une très bonne idée les couleurs ! ;)

Chef de Clan
Hors ligne

Oui je pense que le code de couleurs est à reproduire. Bravo pour tout, on s'y croit ;-)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Clément tu m'énerves  :D

Tu es doué pour tout, tes dessins sont fabuleux, tu es très intelligent et ce dernier scénario me laisse sans voix (enfin presque :lol: )

C'est plus possible faut que tu rates un truc :P

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Merci tout le monde :) .

Merci Caelia :) , ne t'en fais pas, je rate plein de trucs aussi :P .
En tout cas je te remercie ;)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Aïe... Je risque de péter un peu l'ambiance pour le coup mais je dois t'avouer Clément que malheureusement, je n'ai pas du tout accroché pour le coup à ton scénario...
Il y a cela plusieurs raisons :

- La première est que dès le début, je vois mal Léodagan commencer à faire un foin pour une simple porte cassée. Qu'il fasse tout un pataquès si on le dérange dans son sommeil ou qu'on ne veuille pas lui payer ses nouvelles catapultes, ça c'est du tout lui, mais qu'il devienne gronchon pour la porte, je trouve que cela ne lui correspond pas... À la rigueur, cette réaction pour Dame Séli là j'aurais compris, du fait qu'elle gère la nourriture pour les banquets, elle serait même la première à camper devant la porte pour veiller à ce que personne ne lui vole quelque chose.

- La deuxième, c'est que je me suis dit tout de suite que plutôt que de risquer de se faire enfermer, Arthur ou un autre aurait sûrement bloqué cette dernière avec je ne sais quelle chose, un tabouret par exemple. Et le problème est là ( pour moi ), c'est que le début peu probable ( bien que néanmoins possible, je te l'accorde ), j'ai vu arriver la fin à des kilomètres.
Pour la bonne et simple raison que c'est un "classique" le coup de la porte. Combien de fois dans les films, le héros ( ou l'héroïne souvent crucruche^^...Hors ici , Arthur est loin d'être débile^^ ) sort de chez lui prendre son journal sur le palier et hop se retrouve comme un blais dehors parce que la porte s'est refermée...( Et comme de par hasard^^, c'est à ce moment là que le meurtrier arrive^^ :P ).
Disons qu'il y a eu tellement de variantes de ce ressort scénaristique que même si là c'est inversé...c'était trop prévisible... Comme une impression de déjà-vu...pour moi en tout cas

- La troisième :  Ben pareil... J'ai trouvé incohérent le fait que si Arthur se plaint parce qu'il a envie de pioncer du fait qu'il ait crapahuté dans les bois tout l'après-midi, qu'est-ce qu'il foutait à deux heures du matin entrain de manger ? Il devrait pas être entrain de dormir justement s'il est crevé^^ ?

- La quatrième : Là c'est plus complexe à expliquer parce que c'est plus un ressenti de ma part...J'ai trouvé Perceval trop Percevalien avec les clins d'oeils ( volontaires ? ). Le " Vous dormez ? " comme lorsqu'il dort dans la tente du Roi. L'histoire de la bonne clé m'a rappellé lorsqu'il est devant la grotte avec Karadoc ( ce qui est le cas aussi avec Yvain et Gauvain ).
Mais si c'était des clins d'oeils volontaires, à mon sens ils se trouvent noyés dans cette impression de déjà-vu expliquée au-dessus et du coup viennent la renforcer même.. 

Il y deux ou trois petits trucs qui m'ont tiqué aussi mais dans l'ensemble, c'est surtout ces trois points là qui font que je n'ai pas réussi à rentrer dans le scénario.

Par contre le coup du gobelet c'est pas mal, ça oui :)

Voilà, je sais que ce n'est pas forcément plaisant à lire comme critique, mais je pensais honnête de te le faire partager.
Après, ce n'est que mon ressenti à la lecture, bien sûr et il est évident qu'il différe pour chacun.

Voili voilou
*Vous pouvez sortir les guns pour me plomber^^! :lol: *

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

abbadon a écrit :

Aïe... Je risque de péter un peu l'ambiance pour le coup mais je dois t'avouer Clément que malheureusement, je n'ai pas du tout accroché pour le coup à ton scénario...

Pas de soucis ;) . Toute remarque est la bienvenue, même en plein concours de scénario ! :P

- La première est que dès le début, je vois mal Léodagan commencer à faire un foin pour une simple porte cassée. Qu'il fasse tout un pataquès si on le dérange dans son sommeil ou qu'on ne veuille pas lui payer ses nouvelles catapultes, ça c'est du tout lui, mais qu'il devienne gronchon pour la porte, je trouve que cela ne lui correspond pas... À la rigueur, cette réaction pour Dame Séli là j'aurais compris, du fait qu'elle gère la nourriture pour les banquets, elle serait même la première à camper devant la porte pour veiller à ce que personne ne lui vole quelque chose.

Il n'est pas du tout en colère à cause de la porte qui est cassée, mais de l'attitude autoritaire et désabusée d'Arthur. Et puis, quand Arthur est là, notre cher Léodagan n'a pas vraiment besoin de raison pour user de sa mauvaise foi.

- La deuxième, c'est que je me suis dit tout de suite que plutôt que de risquer de se faire enfermer, Arthur ou un autre aurait sûrement bloqué cette dernière avec je ne sais quelle chose, un tabouret par exemple. Et le problème est là ( pour moi ), c'est que le début peu probable ( bien que néanmoins possible, je te l'accorde ), j'ai vu arriver la fin à des kilomètres.
Pour la bonne et simple raison que c'est un "classique" le coup de la porte. Combien de fois dans les films, le héros ( ou l'héroïne souvent crucruche^^...Hors ici , Arthur est loin d'être débile^^ ) sort de chez lui prendre son journal sur le palier et hop se retrouve comme un blais dehors parce que la porte s'est refermée...( Et comme de par hasard^^, c'est à ce moment là que le meurtrier arrive^^ :P ).
Disons qu'il y a eu tellement de variantes de ce ressort scénaristique que même si là c'est inversé...c'était trop prévisible... Comme une impression de déjà-vu...pour moi en tout cas

Certes ! C'est tout bête comme idée de départ. Mais dans Kaamelott il y a aussi un grand nombre d'épisodes qui tiennent sur pas grand chose ou sur des poncifs. Ca n'enlève rien à leur qualité. Je ne dis pas que le mien en a autant par contre ;) .

- La troisième :  Ben pareil... J'ai trouvé incohérent le fait que si Arthur se plaint parce qu'il a envie de pioncer du fait qu'il ait crapahuté dans les bois tout l'après-midi, qu'est-ce qu'il foutait à deux heures du matin entrain de manger ? Il devrait pas être entrain de dormir justement s'il est crevé^^ ?

Là je ne suis pas d'accord, Arthur peut très bien manger un bout avant d'aller se coucher, ou se lever juste pour caler sa dent creuse et aller se recoucher ensuite. Mais le fait que la porte reste bloquée, là oui ça fait durer son "break" et ça l'excite.

- La quatrième : Là c'est plus complexe à expliquer parce que c'est plus un ressenti de ma part...J'ai trouvé Perceval trop Percevalien avec les clins d'oeils ( volontaires ? ). Le " Vous dormez ? " comme lorsqu'il dort dans la tente du Roi. L'histoire de la bonne clé m'a rappellé lorsqu'il est devant la grotte avec Karadoc ( ce qui est le cas aussi avec Yvain et Gauvain ).
Mais si c'était des clins d'oeils volontaires, à mon sens ils se trouvent noyés dans cette impression de déjà-vu expliquée au-dessus et du coup viennent la renforcer même..

Ca je le concois, c'était une sorte de défi, de placer le plus grand nombre de répliques que j'adore. Ca peut paraître trop, c'est vrai. Mais moi j'aime bien :) .

J'espère avoir un peu répondu à tes interrogations :rolleyes:

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB