Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui ne pratique pas le putsch !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier
Hors ligne

Bonjour à tous !

Voici mon humble participation au Festival de Tintagel organisé par Boucot. Je suis partie de l'épisode O'Brother dans le livre II, quand Kadoc apparaît pour la première fois et finit par tirer une flèche sur Léodagan ! :D (Pour ceux qui ne se souviennent pas, c'est quand Karadoc l'engage dans l'armée et qu'il fait n'importe quoi... Vous pouvez le visionner ici pour vous rafraîchir les idées.)
J'ai voulu imaginer une suite en me disant que Léodagan n'allait sans doute pas en rester là, et j'étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner ! Je vous fais donc partager le fruit de mes réflexions, en espérant que ça vous plaise. Merci beaucoup à mon bêta-reader d'ailleurs ! :)
N'hésitez pas à faire des remarques sur ce qui va ou pas. :) Je vous souhaite une bonne lecture.


                                                     Le Procès

Trois cors

Arthur et Léodagan sont à table, en train de manger. Léodagan a le bras en écharpe.

ARTHUR  (désignant le bandage d’un mouvement de tête) : Dites, comment ça se fait que ce soit pas encore guéri ? Vous êtes pas allé voir Merlin ?
LEODAGAN : Pour que la blessure s’infecte et qu’on doive m’amputer ? Merci bien ! Je préfère encore rester comme ça.
ARTHUR  (haussant les épaules) : Après tout, c’est votre bras, vous faites bien ce que vous voulez.
LEODAGAN : Encore heureux. Par contre je pensais à un truc : c’est quand même pas normal qu’un gars de chez nous me tire dessus comme ça ! Qu’est-ce que vous comptez faire ?
ARTHUR  (surpris) : Ben, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Il est con, il est con ! C’est quand même pas ma faute, si ?
LEODAGAN : Ouais, enfin, à force de vous entourer de cons, il va vous arriver des bricoles, et après faudra pas venir pleurer… Mais c’est pas la question là. Qu’est-ce que vous avez prévu comme sanction ?
ARTHUR : Comme sanction ? Ben… rien, pourquoi ?
LEODAGAN  (en colère) : Comment ça, rien ? Alors un connard m’envoie une flèche dans le bras, mais c’est pas grave, tout va bien, on continue ! Non, mais c’est trop facile ça ! J’exige un châtiment exemplaire.
ARTHUR : Mais je vous ai dit que c’était le frère de Karadoc ! On peut pas le traiter comme un vulgaire criminel !
LEODAGAN : Et alors ? La connerie c’est pas héréditaire, que je sache !

Générique

Le roi Loth est assis devant une table au fond d’une pièce, avec Galessin debout à côté de lui. Ils font face à Léodagan d’un côté, à Kadoc et Karadoc de l’autre. À une autre table sont regroupés Lancelot, Perceval et Hervé de Rinel.

LOTH  (impatient) : Bon, ça y est, on peut commencer ? Je vous préviens, je compte pas y passer la journée ! J’ai accepté de vous rendre service parce qu’il vous fallait un roi pour présider et qu’Arthur a soi-disant des affaires plus importantes à traiter, mais faudrait pas exagérer non plus.
GALESSIN : Allez-y sire, tout le monde est prêt.
LOTH  (d’un ton solennel) : Très bien, la séance est ouverte. Le plaignant est le seigneur Léodagan le Sanguinaire, roi de Carmélide. Étant parfaitement capable de se représenter lui-même, il parlera en son nom. L’accusé, en revanche, Kadoc de Vannes, compte tenu de son… de son état, a le droit de faire appel à un avocat pour sa défense. Lequel d’entre vous souhaite le représenter devant cette assemblée ?

Tout le monde se regarde mais personne ne réagit.

LOTH  (bas, à Galessin) : Dites, il devait bien avoir un avocat ?
GALESSIN  (sur le même ton) : Oui, normalement ce devait être le seigneur Karadoc.
LOTH  (bas) : Un avocat aussi débile que l’accusé… On a encore gagné la fève ! (haut, à Karadoc) : Seigneur Karadoc, êtes-vous d’accord pour être l’avocat de votre frère ?
KARADOC : Mais un avocat, c’est pas un fruit ?

Silence dépité.

GALESSIN  (blasé) : Un avocat, c’est un magistrat…
KARADOC : Ouais, c’est pas faux.
LOTH  (essayant malgré tout de reprendre le fil) : Donc… Les jurés sont les seigneurs Lancelot du Lac, Hervé de Rinel et Perceval de Galles.
PERCEVAL : Non mais attendez, je peux rien jurer moi, j’ai cinquante vœux de retard avec les comètes !
HERVÉ : Moi par contre, j’ai fait vœu de pénitence, mais je sais toujours pas ce que ça veut dire.

Coupure

LOTH  (lisant à haute voix un papier qu’il tient à la main) : Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains : « Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Il s’arrête et se tourne vers Galessin.) Mais qu’est-ce que c’est que ça, espèce d’abruti ?
GALESSIN : J’en sais rien, peut-être les notes du père Blaise…
PERCEVAL : Ah, c’est pour ça que je comprenais rien ! C’est normal, je connais pas le latin.
LEODAGAN : Oui, surtout que c’est pas du latin…
LOTH  (d’un ton docte) : Vero inanes regis et quidam deleantur. Ça par exemple, c’est du latin, mais ça ne veut absolument rien dire.
LANCELOT : Bon, on pourrait revenir au sujet ? Parce que c’est bien beau cette mascarade, mais je vous rappelle que certains d’entre nous ont…
LEODAGAN  (interrompant) : Quelle mascarade ? C’est un conseil de guerre pour mutinerie !
LOTH : Allons, camarades, du calme ! (Tout le monde le regarde d’un air étonné.) Oui, je sais, j’ai bien senti en le disant… Bon. (Il prend une autre feuille devant lui.) Lecture du chef d’accusation…
LANCELOT : On pourrait pas passer directement à l’interrogatoire ?
LOTH : Très bien ! Accusé, levez-vous.

Karadoc se lève et fait signe à son frère de l’imiter.

LOTH : Reconnaissez-vous les faits ?
KARADOC : Attendez, mon frère il a jamais eu l’intention de blesser quelqu’un. Il fait même pas la différence entre les gars de Kaamelott et ceux d’en face !
KADOC : Kaamelott ?
LOTH : Donc, votre frère a bien blessé le seigneur Léodagan ?
KARADOC : Mais il a pas fait exprès, elle est partie toute seule l’arbalète !
KADOC : Elle est partie la poulette ?
HERVÉ : Je comprends pas bien : pourquoi vous avez pris une arbalète pour tuer une poule ? Ça aurait pas été plus simple de l’égorger ?

Coupure

LOTH : Faites entrer le premier témoin : le seigneur Bohort !

Bohort entre dans la salle et vient se placer devant Loth et Galessin.

LEODAGAN  (méprisant) : Ben qu’est-ce que vous foutez là, vous ? Vous étiez même pas sur le champ de bataille ce jour-là !
GALESSIN : Les autres jours non plus d’ailleurs…
BOHORT : Je viens participer à la réflexion d’un point de vue théorique !
LANCELOT : D’un point de vue théorique ? Qu’est-ce que vous voulez dire ?
KARADOC  (tout fier) : Le seigneur Bohort est ici en tant que spécialiste des armes.
LANCELOT  (choqué) : Bohort, spécialiste des armes ? Mais il ne sait même pas se servir d’une épée !
BOHORT : Précisément. Figurez-vous que notre malheureux ami ici présent (il désigne Kadoc) ne sait pas non plus se servir d’une épée, pas plus que d’une arbalète.
LEODAGAN : Ah pardon, mais il sait très bien s’en servir de l’arbalète, croyez-moi !
LOTH : Seigneur Léodagan, vous n’avez pas encore la parole.
LEODAGAN : Oui, alors que vous, vous l’avez encore, mais si vous continuez à me casser les oreilles, vous allez vite la perdre !
GALESSIN : Vous n’avez pas le droit de menacer le juge.
LEODAGAN : Et à vous, j’ai le droit de vous en coller une ou pas ?
LANCELOT : Messieurs, ça suffit ! Plus vite nous serons débarrassés de cette histoire et mieux ça vaudra. Alors faisons ce qu’on a à faire et qu’on en finisse !
LEODAGAN : Mais je suis bien d’accord moi : on lui crève les yeux et on n’en parle plus ! C’est vous qui traînez. Croyez-moi, si c'était arrivé en Carmélide, ça serait terminé depuis longtemps.
LANCELOT : Eh bien justement, on n’est pas en Carmélide ici !
BOHORT : Et on ne traîne pas, on rend la justice. Le concept vous est peut-être étranger, mais il est légèrement plus complexe que ça.
LOTH : Oui, enfin attention, on dit la justice… Mais s’il fallait écouter tous les imbéciles qui viennent se plaindre des erreurs judiciaires et de la dureté du système, on pendrait plus personne !
LEODAGAN : Tiens, pour une fois qu’on est d’accord…
GALESSIN : Bon, alors on lui crève les yeux et après on peut aller déjeuner ?
KARADOC : Quoi ? Mais vous allez quand même pas lui crever les yeux ! (Il se laisse tomber sur sa chaise, sonné.) Je crois que vous avez réussi à me couper l’appétit…
PERCEVAL : Ouais, et pourtant c’est vraiment pas facile vu qu’il arrête pas de bouffer.
LEODAGAN : Ben ça en laissera plus pour les autres comme ça. Bon, on y va ?
BOHORT  (révolté) : C’est honteux ! C’est… c’est un scandale ! Utiliser ainsi votre influence pour condamner un pauvre innocent qui ne comprend même pas ce qui lui arrive… Vous devriez avoir honte.
LEODAGAN : Et vous, vous devriez la fermer !

Générique

BOHORT : Vous n’êtes pas sérieux ! C’était un acte involontaire, qui n’a pas prêté à conséquences…
LEODAGAN : Et mon bras alors ? Vous allez peut-être me dire que je me suis fait ça en coupant un morceau de fromage ?
BOHORT : Je tiens tout de même à vous rappeler que fort heureusement, l’incident n’a fait qu’une seule victime…
LEODAGAN  (indigné) : Quoi ?
BOHORT : Oui, voyez le bon côté des choses… Ça aurait pu être pire.

Léodagan se lève et lui balance une claque en pleine figure. Bohort tombe sur le sol.

Noir

LEODAGAN : Et maintenant, c’est suffisamment grave comme incident ?

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Eh ben ! Ce scénario là fait partie de mes favoris. Ce que j'apprécie, c'est qu'il y a pas mal de références à des épisodes réels (comme l'incident qui n'a pas fait de victime... enfin, si, une) et que les personnages sont ceux de la série, notamment Galessin, qui n'est pas souvent présent dans nos scénarios mais qui, ici, intervient pile poil dans son ton habituel.

Quelques répliques que j'ai bien aimé :

« LOTH (d’un ton docte) : Vero inanes regis et quidam deleantur. Ça par exemple, c’est du latin, mais ça ne veut absolument rien dire. »
--> pour une fois, on sait pourquoi il parle en latin de cuisine !

« LEODAGAN (interrompant) : Quelle mascarade ? C’est un conseil de guerre pour mutinerie ! »
--> ah, l'exagération !

« GALESSIN : Bon, alors on lui crève les yeux et après on peut aller déjeuner ? »
--> il a toujours l'air de s'ennuyer, lui, même quand on parle de crever les yeux à quelqu'un...

« BOHORT : Je tiens tout de même à vous rappeler que fort heureusement, l’incident n’a fait qu’une seule victime… »
--> ça, ça m'a fait eclater de rire, parce que ça me rappelle le fameux épisode où il se raccroche à cette phrase, et effectivement elle tombe bien !

Sinon, sur le fond, c'est nickel aussi. L'idée est bonne et tient debout : Léodagan qui considère que c'est une mutinerie, forcément, il voit les choses sous le regard du militaire ; Loth qui fait office de juge, c'est bien expliqué : il faut un roi ; Lancelot qui n'a pas que ça à faire parce qu'il croit toujours que ses tâches sont plus importantes que celles des autres ; Galessin qui n'a pas que ça à faire parce que c'est dans son caractère...

Parfois je donne une note aux scénarios que j'aime vraiment. Donc ici ce serait :
- Note de fond : B+
- Note de forme : A

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Waouh, ça doit faire quelque chose d'avoir une telle critique d'Agloval ! :P

Et c'est amplement mérité, j'adore ce scénario. :)

C'est efficace, drôle, fin, subtil, juste... Tout ce que j'aime !

Bravo ;)

Chevalier
Hors ligne

Merci beaucoup Agloval ! C'est très gentil à toi de prendre le temps de détailler ainsi ton avis, ça fait toujours plaisir de recevoir des commentaires positifs... et constructifs ! :) Surtout venant de toi. Merci.

EDIT : Merci beaucoup à toi aussi Clément ! :) Ce texte n'aurait pas été le même sans toi... :P Il te doit beaucoup ! Et moi aussi du coup. :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

C'est vraiment super Nemesia, j'ai beaucoup aimé ton scénario il est original et très bien tourné.

J'adore cette réplique :

LOTH (bas) : Un avocat aussi débile que l’accusé… On a encore gagné la fève ! (haut, à Karadoc) : Seigneur Karadoc, êtes-vous d’accord pour être l’avocat de votre frère ?
KARADOC : Mais un avocat, c’est pas un fruit ?

Du Karadoc pur jus :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Je découvre ce scénario avec le festival de tintagel et je doit dire qu'il est vraiment exellent !
Bravo Nemesia ! Ralala ça va être très dur de faire un choix !!

Chevalier
Hors ligne

Merci à vous deux, c'est très gentil ! :)

@ AArthurus : Mais non, c'est facile de faire un choix... Tu n'as qu'à voter pour le mien ! C'est tellement évident voyons. :lol: (Quoi ? c'est pas le topic de propagande ici ? :D )

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB