Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui sait si il va y avoir du vent !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Je voudrais revenir sur ce qui, nous les filles, a pu nous retourner : les relations Guenièvre-Arthur
*première explication - Arthur n'honore pas Guenièvre parce qu'il est rebuté par elle
*deuxième explication - Arthur ne touche pas à Guenièvre parce qu'il a prête serment à Aconia.

la deuxième explication nous soulage momentanément jusqu'à ce qu'on repense à Arthur et sa nouvelle femme Manawui (s'cusez si je me trompe dans l'orthographe). Du coup nous continuons à nous triturer le cerveau


Puis troisième explication possible: la trahison d'Aconia quand Arthur prend le risque de revenir la chercher et qu'elle file sans rien dire avec son mari.
A partir de là on croit que tout s'explique ou presque: à cause de la trahison d'Aconia, Arthur ne s'autorise plus à aimer et à s'attacher à aucune femme ;il  ne les considérera désormais que comme des maîtresses, pour l'hygiène, comme on dit.

Oui mais: qu'est ce qui l'empêche de regarder Guenièvre comme une maîtresse (car au début il ne consomme pas le mariage seulement par fidélité au serment fait à Aconia , au départ il ne semble pas dégoûté par Guenièvre, mais il vient juste de donner sa parole à Aconia )?????

Et s'il est décidé à ne pas s'attacher, dans ce cas, pourquoi tombe t-il en amour de Manawui?
Et pourquoi ne fait-il pas le devoir conjugal?

Voilà, je voudrais votre opinion, sur cette question et la vision que vous avez des femmes dans Kaamelott.

Chef de Clan
Hors ligne

Pour commencer, c'est MEVANWI ;)
Apres, je pense que s'il ne touche pas Guenievre, c'est pour respecter son serment. Aconia est partie, mais Arthur l'aime (je pense qu'elle aussi, mais quand son mari rentre elle ne peut pas juste divorcer), et en souvenir de leur amour avorté il respecte le serment qu'il a fait le jour de son mariage avec elle. Il a promis a Aconia de ne pas consommer le mariage politique avec Guenievre, cette promesse ne concerne absolument d'autres femmes futures eventuelles. Donc il peut coucher avec Mevanwi car deja il l'a connue comme maitresse (et Aconia n'etait pas contres les maitresses) puis quand il a echangé les epouses ce fut un nouveau mariage, non concerné par le serment a Aconia.

Par contre, j'espere bien voir un rapprochement Arthur-Guenievre, et meme qu'il brise le serment fait a Aconia. C'est eventuellement en bonne voie, en tout cas l'episode 9 montre qu'il respecte beaucoup plus Guenievre, il lui parle de son premier mariage, etc...

Chevalier
Hors ligne

Et allez...c'est reparti pour un tour avec cette histoire de serment. Bon, quand comprendrez-vous que le serment est brisé au moment même ou Arthur voit Aconia et son mari, qu'il laisse la robe ? D'ailleurs, il a bon dos le serment, il ne s'en sert qu'avec Guenièvre et pas Mevanwi, comme c'est curieux, non ?

Allez, sans déconner, c'est pour donner un côté plus sentimental au personnage d'Arthur mais au fond, ça gâche plus qu'autre chose. Je le préfère comme il est avec Guenièvre, quitte à ce qu'il passe pour un misogyne sur les bords, d'ailleurs, la plupart du temps, hormis sa mère, sa tante et sa belle-mère, les femmes sont plutôt des maitresses ou autres servantes.

Non, sérieusement, j'y vois juste une manière pour Astier de s'excuser auprès de la gente féminine de son traitement de la femme dans la série.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

C'est vrai qu'après le grand Rex, j'étais prèt à marcher dans le coup du serment. Mais, depuis l'épisode 8, j'ai quelques doutes. Elle s'est barrée avec un autre, qu'est ce qui empêche maintenant Arthur de briser son serment et de dire, en plus à son collègue qu'ils ont la même femme ?

Chef de Clan
Hors ligne
Bender a écrit :

Et allez...c'est reparti pour un tour avec cette histoire de serment. Bon, quand comprendrez-vous que le serment est brisé au moment même ou Arthur voit Aconia et son mari, qu'il laisse la robe ? D'ailleurs, il a bon dos le serment, il ne s'en sert qu'avec Guenièvre et pas Mevanwi, comme c'est curieux, non ?

J'veux bien qu'on pense que le serment tombe a l'eau quand Aconia s'en va avec son mari. Mais l'argument "il a bien couché avec Mevanwi" c'est hors de propos, le serment ne concerne QUE le mariage avec Guenievre. D'ailleurs on voit bien qu'Aconia s'en fout qu'il couche avec d'autres, elle lui dit qu'il peut avoir autant de maitresses qu'il veut. Le serment concerne juste le mariage qu'il s'apprete a contracter, donc celui avec Guenievre.

Selon moi, meme si Aconia s'est cassée, Arthur continue a faire une fixette sur le serment et s'obstine a ne pas toucher Guenievre a cause de ça, peut etre meme inconsciemment. Okay il est pas attirée par elle a la base. Mais dans le Livre V son refus de faire un heritier devient incomprehensible, plus rien a voir avec le registre comique precedent.

Chevalier
Hors ligne

Et puis on s'en rend bien compte dans les derniers épisodes du livre VI aussi, après le mariage, quand Arthur et Guenièvre sont au lit... Arthur saute sur la première occasion pour éviter de la toucher et utilise tous les prétextes pour la décourager ! On voit bien que non seulement il n'en a pas envie, mais aussi qu'il est embêté vis-à-vis de son serment. Remarquez, moi je dis ça, mais je ne l'aime pas non plus cette histoire ! Guenièvre répugnait Arthur, soit, on n'avait pas besoin d'en savoir plus... Mais bon, pourquoi pas !

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bender a écrit :

Et allez...c'est reparti pour un tour avec cette histoire de serment. Bon, quand comprendrez-vous que le serment est brisé au moment même ou Arthur voit Aconia et son mari, qu'il laisse la robe ? D'ailleurs, il a bon dos le serment, il ne s'en sert qu'avec Guenièvre et pas Mevanwi, comme c'est curieux, non ?

Il laisse certes la robe. Mais s'il avait vraiment considéré que le départ d'Aconia impliquait la caducité du serment entre eux, on ne le retrouverait pas, quinze-vingt ans plus tard, accroché à cette même robe comme un gosse à son doudou.

Visiblement, Arthur a du mal à passer le cap Aconia: elle est le seul personnage lié à sa jeunesse romaine qu'il hallucine dans le neuvième épisode (Manilius, lui, est passé à la trappe), il pense toujours à cette alliance qu'il a perdu il y a plus d'une décennie, il retourne à la villa Aconia quand il est à la recherche d'un cocon protecteur pour se régénerer, etc.

Que l'on trouve ça intéressant ou non, Aconia a clairement joué un rôle essentiel dans l'éducation sentimentale d'Arthur. Rôle qu'elle conserve jusqu'à aujourd'hui, puisqu'Arthur semble incapable de faire le deuil de cette relation.
Son alliance, la preuve physique par excellence de leur union, a été perdue. Le seul moyen pour Arthur de conserver une attache "matérielle" avec sa première femme est donc de tenir parole et, par là même, de ne pas toucher Guenièvre.

Le problème Mevanwi... C'est reparti.
Mevanwi est avant tout une des maîtresses d'Arthur. C'est comme ça que tout commence. Elle n'est évidemment pas une maîtresse comme les autres car le roi est amoureux d'elle mais, dans les faits, elle n'est que sa maîtresse. La seule raison pour laquelle elle finit par devenir "reine" de substitution, c'est parce qu'elle est aussi l'épouse de Karadoc et qu'Arthur ne veut pas tuer son ami. Si Mevanwi n'avait pas été la femme d'un de ses chevaliers, croyez-vous vraiment qu'Arthur l'aurait épousée quand même ? Personnellement, je ne crois pas.
Il ne se marie avec Mevanwi que pour ne pas avoir à buter Karadoc (on bute... Karadoc), pas pour pouvoir coucher avec Mevanwi (ça, il l'a déjà fait de toute façon).

Chevalier
Hors ligne

Pour moi cela ressort du comique de répétition. Poussé à l'extrême, Arthur ne veut pas d'une descendance issue d'un mariage d'intérêt + sa répulsion à l'égard de Guenièvre et de sa famille. Après tout, il est bien lui-même un bâtard, pourquoi ne pourrait-il pas mettre sur le trône un autre bâtard ?

Au risque de me répéter, le coup du serment c'est, excuse-moi l'expression, du romantisme à l'eau de rose, bien loin de ce dont nous Alexandre Astier nous avait habitué au paravent. Au contraire, il avait justement revisité certains aspect de la romance interdite en contournant les règles pour Mevanwi.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bender a écrit :

Pour moi cela ressort du comique de répétition. Poussé à l'extrême, Arthur ne veut pas d'une descendance issue d'un mariage d'intérêt + sa répulsion à l'égard de Guenièvre et de sa famille. Après tout, il est bien lui-même un bâtard, pourquoi ne pourrait-il pas mettre sur le trône un autre bâtard ?

Arthur est un bâtard qui a retiré d'un rocher une épée conférée par les dieux; une épée que personne d'autre que lui ne peut posséder. C'est pour ça que tout le monde la boucle au sujet de sa bâtardise.
Mais foutre un bâtard sur le trône juste parce que faire un gosse à la légitime n'est pas une option plaisante, sans que ledit bâtard n'ait accompli quoique ce soit d'exceptionnel, là c'est du suicide politique. Même les rois les plus absolutistes, les plus puissants, les plus incontestés (oui, Louis XIV, c'est de toi qu'on parle) ne l'ont pas tenté. L'idée même de monarchie tient sur la notion que certaines lignées sont bénies des dieux/de Dieu et qu'elles sont faites pour régner sur toutes les autres. Hors cas ultra exceptionnel (et inédit dans l'histoire factuelle, je crois), cette pérennité du lignage est assurée par deux choses :
-les futurs rois se marient avec des jeunes femmes d'un certain rang social. Comme ça, les sangs "purs" et "impurs" ne se mélangent pas trop (princesse de Carmélide, c'est pas fille de gros bouseux)
-seuls les enfants nés d'une union officielle peuvent hériter de titres officiels.

Arthur pourrait avoir une centaine de petits bâtards, tous plus adorables et intelligents les uns que les autres, aucun d'entre eux ne pourrait monter sur le trône. Point barre. Quand on voit le barouf qu'a provoqué l'échange d'épouses (procédure pourtant légale à Vannes), il n'est pas difficile d'imaginer à quoi pourrait mener le couronnement d'un enfant illégitime dénué de toute épée magique... Pour le coup, ce serait vraiment la révolte.

Bender a écrit :

Au contraire, il avait justement revisité certains aspect de la romance interdite en contournant les règles pour Mevanwi.

Revisité, jusqu'à un certain point. Cette romance interdite, comme presque toutes les autres dans l'histoire de la littérature, s'est mal terminée et la "légitime" est remontée sur le trône aussi sec.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

En ce qui concerne le serment à Aconia, je trouve assez normal qu'il le respecte malgré le fait qu'elle le quitte. Je m'explique : Arthur retourne à Rome dans le seul but d'aller chercher Aconia, et non seulement elle repart avec son mari plutôt que de le suivre, mais en plus, ce voyage périlleux à Rome se solde par la mort de tout ses proches romains (Manilius, sa copine et Julia), et en allant rendre visite à Cesar, son mentor, il se rend compte que celui-ci s'est donné la mort. Après un voyage aussi catastrophique, il doit quand même être légèrement traumatisé Arthur. Et selon moi, ce traumatisme s'exprime dans le fait qu'il respecte son serment contre vents et marées. Et puis j'trouve ça beaucoup plus en accord avec la nouvelle tonalité de la série.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Dans l'épisode 9, Arthur dit à Guenièvre qu'il y a des choses qui la concernent dans ses mémoires, notamment concernant son premier mariage, et il lui conseille de lire ça. Il est donc clair que, pour Arthur, c'est bien le serment qui explique qu'il n'a pas touché Guenièvre. Sinon ses mémoires ne seraient pas sensées être importantes pour Guenièvre.

Vu ce que je pense de ce serment, c'est une grosse déception. J'aurais préféré, à la limite, qu'Arthur ait oublié ce serment à la noix (*) et qu'il n'ait pas touché Guenièvre juste (comme on pouvait le penser jusqu'alors) parce que c'est un mariage arrangé. Il est vrai qu'alors Aconia aurait été un personnage inutile...

---
(*) Une façon de laisser tomber le serment, ç'aurait été de montrer Aconia redevenue amoureuse de Macrinus dans la scène où Arthur est venu la chercher.

Vous me direz : voilà qu'elle retourne sa veste ? Je trouve le scénario suivant crédible et cohérent avec les épisodes 1 à 6 :
- Aconia et Macrinus s'aiment profondément. On explique ainsi la dépression de Macrinus.
- 13 ans sans l'homme qu'on aime, eh bien même si cet amour est profond, je trouve normal que ça ne puisse pas se passer sans quelques écarts. Bref, Aconia a de temps en temps des amants, elle en tombe même amoureuse. Là, c'est sur Arturus que c'est tombé.
- Aconia se marie avec lui à la va-vite, en changeant d'avis en dernière minute. Elle l'a dit explicitement : ça l'amuse. Et puis c'est un mariage secret. Et raté (par le père Blaise). Bref : ce mariage ne remet pas du tout en cause l'amour profond qu'elle ressent pour son mari.
- Arturus se méprend sur l'amour d'Aconia envers lui. Il est jeune et encore naïf. Lui aime Aconia à la folie, mais pour elle, il n'est qu'un amant passager en attendant le retour de l'être aimé.
- Macrinus revient, Aconia l'aime toujours et lui aussi (13 ans qu'ils ne se sont pas vus). Quand Arturus (devenu Arthur) revient, il comprend tout, il comprend que son mariage bidon avec elle (d'autant plus bidon que le père Blaise l'a raté) n'était qu'un épisode sans importance pour elle. Ça lui ouvre les yeux et ça le "guérit" de son amour pour Aconia. (Ce genre de truc est tout à fait possible, je l'ai vécu quand j'étais jeune.)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bender a écrit :

au paravent

Quel paravent ? (pour une fois que tu fais une faute d'orthographe :) )

Hé bé moi, je défendrai jusqu'à la mort ce serment, et si je dois être le seul, je le ferai seul, na !

Le serment n'est qu'une partie de l'explication de la répulsion d'Arthur pour Guenièvre. Le serment le fait partir avec un a priori négatif avec elle, avant même de l'avoir vu ; une fois qu'il l'a vue, l'a priori négatif est confirmé, le serment sera facile à tenir. Guenièvre est l'antithèse d'Aconia : Aconia est belle, hiératique, mystérieuse, cultivée ; Guenièvre est mignonne sans plus, gourde, sans fantaisie, inculte et grossière. D'ailleurs, que fait Arthur à la seconde où il peut partir de la Bretagne ? Il va chercher Aconia. Et là, pan, une des scènes les plus émouvantes de toute la série avec cette communication impossible, ce désespoir infini qui se lit dans les visages d'Arthur et Aconia, j'en avais mal pour eux. Et que lui reste t'il d'Aconia après ça, le seul amour de sa vie for Christ's sake ? Le serment . Qu'il honore contre vents et marées, contre toute logique, quitte à détruire son royaume. Même quasiment mort, avec une Guenièvre plus amoureuse que jamais, il n'arrive qu'à lui dire que l'explication définitive du fait qu'il ne l'aimera jamais est dans ses mémoires.

Ce serment n'est pas un affaiblissement de la série, c'est un des éléments qui fait d'Arthur un vrai héros tragique : puisqu'il ne peut pas être auprès de celle qu'il aime vraiment, il ne sera auprès d'aucune autre. Si ça, c'est gland, Racine, Corneille, Sophocle et Eschyle sont des glands.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Comment ça, il honore le serment contre vents et marées ? Tu viens de dire que ce serment est facile à tenir.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Agloval a écrit :

Comment ça, il honore le serment contre vents et marées ? Tu viens de dire que ce serment est facile à tenir.

Je crois que les "vents" et les "marées" auxquelles fait allusion sossa sont le besoin pressant d'un héritier pour le royaume de Logres, l'insistance des femmes de la famille royale à rappeler ce besoin à Arthur et, à la fin du Livre V, l'envie d'Arthur lui-même d'avoir un enfant.
En dépit de tout ça, Arthur ne dévie pas de la voie "platonique" qu'Aconia lui a imposé.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Agloval a écrit :

Dans l'épisode 9, Arthur dit à Guenièvre qu'il y a des choses qui la concernent dans ses mémoires, notamment concernant son premier mariage, et il lui conseille de lire ça. Il est donc clair que, pour Arthur, c'est bien le serment qui explique qu'il n'a pas touché Guenièvre. Sinon ses mémoires ne seraient pas sensées être importantes pour Guenièvre.

Vu ce que je pense de ce serment, c'est une grosse déception. J'aurais préféré, à la limite, qu'Arthur ait oublié ce serment à la noix (*) et qu'il n'ait pas touché Guenièvre juste (comme on pouvait le penser jusqu'alors) parce que c'est un mariage arrangé. Il est vrai qu'alors Aconia aurait été un personnage inutile...

---
(*) Une façon de laisser tomber le serment, ç'aurait été de montrer Aconia redevenue amoureuse de Macrinus dans la scène où Arthur est venu la chercher.

Vous me direz : voilà qu'elle retourne sa veste ? Je trouve le scénario suivant crédible et cohérent avec les épisodes 1 à 6 :
- Aconia et Macrinus s'aiment profondément. On explique ainsi la dépression de Macrinus.
- 13 ans sans l'homme qu'on aime, eh bien même si cet amour est profond, je trouve normal que ça ne puisse pas se passer sans quelques écarts. Bref, Aconia a de temps en temps des amants, elle en tombe même amoureuse. Là, c'est sur Arturus que c'est tombé.
- Aconia se marie avec lui à la va-vite, en changeant d'avis en dernière minute. Elle l'a dit explicitement : ça l'amuse. Et puis c'est un mariage secret. Et raté (par le père Blaise). Bref : ce mariage ne remet pas du tout en cause l'amour profond qu'elle ressent pour son mari.
- Arturus se méprend sur l'amour d'Aconia envers lui. Il est jeune et encore naïf. Lui aime Aconia à la folie, mais pour elle, il n'est qu'un amant passager en attendant le retour de l'être aimé.
- Macrinus revient, Aconia l'aime toujours et lui aussi (13 ans qu'ils ne se sont pas vus). Quand Arturus (devenu Arthur) revient, il comprend tout, il comprend que son mariage bidon avec elle (d'autant plus bidon que le père Blaise l'a raté) n'était qu'un épisode sans importance pour elle. Ça lui ouvre les yeux et ça le "guérit" de son amour pour Aconia. (Ce genre de truc est tout à fait possible, je l'ai vécu quand j'étais jeune.)

Merci pour tous vos commentaires intéressants et qui chacun m'apporte un éclairage nouveau. Je suis un peu flemme aujourd'hui pour revnir sur certains points que vous avez évoqués mais je vais m'y mettre (j'ai tellement pleuré hier que je n'ai pas envie de recommencer. Et franchement je n'ai pu m'endormir qu'au petit matin en tournant et retournant toutes ces émotions dans ma tête)
Si vous avez encore d'autres idées surtout exposez-les car on s'enrichit tous de notre vision perso des choses.

Agloval je trouve ton scénario très plausible, d'autant qu'il correspond exactement à ce que j'imaginais moi-même mais je ne voulais pas suggérer ça d'entrée, sinon ça coupait l'élan commun.

Et je vois que comme moi tu butes sur l'histoire du serment qu'Arthur continue à honorer bien qu'il ait compris de quoi il retournait.

--------------------------------------- Fusion double post ---------------------------------------

sossa a écrit :

au paravent

Quel paravent ? (pour une fois que tu fais une faute d'orthographe :) )

Hé bé moi, je défendrai jusqu'à la mort ce serment, et si je dois être le seul, je le ferai seul, na !

Le serment n'est qu'une partie de l'explication de la répulsion d'Arthur pour Guenièvre. Le serment le fait partir avec un a priori négatif avec elle, avant même de l'avoir vu ; une fois qu'il l'a vue, l'a priori négatif est confirmé, le serment sera facile à tenir. Guenièvre est l'antithèse d'Aconia : Aconia est belle, hiératique, mystérieuse, cultivée ; Guenièvre est mignonne sans plus, gourde, sans fantaisie, inculte et grossière. D'ailleurs, que fait Arthur à la seconde où il peut partir de la Bretagne ? Il va chercher Aconia. Et là, pan, une des scènes les plus émouvantes de toute la série avec cette communication impossible, ce désespoir infini qui se lit dans les visages d'Arthur et Aconia, j'en avais mal pour eux. Et que lui reste t'il d'Aconia après ça, le seul amour de sa vie for Christ's sake ? Le serment . Qu'il honore contre vents et marées, contre toute logique, quitte à détruire son royaume. Même quasiment mort, avec une Guenièvre plus amoureuse que jamais, il n'arrive qu'à lui dire que l'explication définitive du fait qu'il ne l'aimera jamais est dans ses mémoires.

Ce serment n'est pas un affaiblissement de la série, c'est un des éléments qui fait d'Arthur un vrai héros tragique : puisqu'il ne peut pas être auprès de celle qu'il aime vraiment, il ne sera auprès d'aucune autre. Si ça, c'est gland, Racine, Corneille, Sophocle et Eschyle sont des glands.</div></blockquote>Mon cher Sossa, ne seriez vous pas professeur de littérature? Après le scénario proposé par un autre internaute je dois dire que je suis tout à fait séduite par cette vision du héros "astiérien" qui peut à ce titre se mesurer aux grands héros tragiques. J'adore, oui. Mais ....

Edit de T|fuK : le double post est ton ennemi. La fonction "modifier" te sauvera la vie plus souvent qu'à son tour en cas de premier message incomplet ou mal formulé.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

En fait il reprend le thème majeur du théâtre grec et romain, la tragédie est un art qui remonte... très loin dans le temps :) .
Un peu de culture, qu'est-ce que ça fait du bien! Merci Sossa ça me rappelle des cours :) que j'ai eu.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bonjour,

Alors je me lance pour donner mon avis sur le couple Athur/Guenièvre. En fait je pense qu'Arthur n'aimera jamais Guenièvre. Du moins pas dans le sens passionnel et passionné. Toutefois, le livre V nous laisse entrevoir de nouveaux sentiments chez Arthur, je pense qu'il commence à comprendre que sa femme n'est pas juste une potiche idiote, et qu'elle est capable de comprendre pas mal de trucs mais aussi d'endurer beaucoup de choses (non parce qu'entre nous, y'en a beaucoup qui partiraient à la recherche d'un éventuel enfant que votre mari aurait eu avec un de ses nombreuses maîtresses ????).
Le livre VI nous montre dans le dernier épisode un Arthur qui a enfin envie d'être honnête avec sa femme. Peut-être pour partir sur des bases neuves (dans le cas où il survivrait, parce que lorsqu'il lui dit ça il semble plutôt convaincu du contraire).
Je pense qu'au fil du temps Arthur va tisser des liens très étroits avec Guenièvre, qui ne seront jamais à la hauteur de son amour pour Aconia ou Mevanwi, mais qui (à mon humble avis) seront très forts. Guenièvre est certainement la seule femme qui ne le trahira jamais, et qui le soutiendra quel que soit son statut (roi ou autre) et entre nous c'est quand même un peu la clé d'un couple qui marche. Alors oui il manquera peut-être toujours cette flamme, ce petit truc magique qui fait la beauté d'une histoire entre deux êtres *envolée lyrique, violons*, mais il y aura certainement autre chose, une confiance mutuelle, un soutien, une entre aide, qui fera que ces deux personnes s'attacheront l'une à l'autre.

Voilà c'est ma conception TRES personnelle de ma vision de cette histoire...

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

sossa a écrit :

Ce serment n'est pas un affaiblissement de la série, c'est un des éléments qui fait d'Arthur un vrai héros tragique : puisqu'il ne peut pas être auprès de celle qu'il aime vraiment, il ne sera auprès d'aucune autre. Si ça, c'est gland, Racine, Corneille, Sophocle et Eschyle sont des glands.

Comme des tas d'autres, on cherche des explications tragique (pouyr ce donner un genre je trouve) à ce qui pourtant ne faisait pas un pli avant cette saison : arthur n'aimait pas du tout, mais alors pas du tout guenievre la trouvant moche et conne la plupart du temps (pour faire court ).
Une fois avec mevanwi, d'un seul coup, tout vos discour sur le serment tombe à l'eau. Il l'aimait et si les dieux ne s'en etait pas mêlé, il serait resté avec elle.
Tout allait tres bien avant ce serment, et maintenant voila qu'il faut y voir du racine dans le rapport arthur/guenievre.
De plus dans un episode, celui de la potion qui rend triste, arthur etait à deux doigts de coucher avec guenièvre (je ne parle pas de l'episode de la potion de vivacité où on peut se dire qu'il n'etait pas dans un etat normal ). Il est où à ce moment le renoncement ?

bref, je crois qu'on est dans la reecriture, tout simplement. avis perso

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

sossa a écrit :

au paravent

Quel paravent ? (pour une fois que tu fais une faute d'orthographe :) )

Hé bé moi, je défendrai jusqu'à la mort ce serment, et si je dois être le seul, je le ferai seul, na !

Le serment n'est qu'une partie de l'explication de la répulsion d'Arthur pour Guenièvre. Le serment le fait partir avec un a priori négatif avec elle, avant même de l'avoir vu ; une fois qu'il l'a vue, l'a priori négatif est confirmé, le serment sera facile à tenir. Guenièvre est l'antithèse d'Aconia : Aconia est belle, hiératique, mystérieuse, cultivée ; Guenièvre est mignonne sans plus, gourde, sans fantaisie, inculte et grossière. D'ailleurs, que fait Arthur à la seconde où il peut partir de la Bretagne ? Il va chercher Aconia. Et là, pan, une des scènes les plus émouvantes de toute la série avec cette communication impossible, ce désespoir infini qui se lit dans les visages d'Arthur et Aconia, j'en avais mal pour eux. Et que lui reste t'il d'Aconia après ça, le seul amour de sa vie for Christ's sake ? Le serment . Qu'il honore contre vents et marées, contre toute logique, quitte à détruire son royaume. Même quasiment mort, avec une Guenièvre plus amoureuse que jamais, il n'arrive qu'à lui dire que l'explication définitive du fait qu'il ne l'aimera jamais est dans ses mémoires.

Ce serment n'est pas un affaiblissement de la série, c'est un des éléments qui fait d'Arthur un vrai héros tragique : puisqu'il ne peut pas être auprès de celle qu'il aime vraiment, il ne sera auprès d'aucune autre. Si ça, c'est gland, Racine, Corneille, Sophocle et Eschyle sont des glands.</div></blockquote>J'aime beaucoup cette idée... ça me rappelle mes cours de littérature quand j'étais à la fac.... Mais il est vrai qu'avant cette hsitoire de serment personne ne se triturait les méninges. Il ne l'aimait pas et puis c'était tout. Et je ne pense pas qu'Alexandre Astier au moment de la création de Kaamelott ait pensé à ce serment. Lui-même ne savait pas même pas ce qu'adviendrait la série, donc ... je dirai qu'avant le livre VI (peut-être V) la vraie raison c'est que Guenièvre ne lui plait pas. :P
Ca me rappelle encore mes cours de fac et de lycée quand on essayait de lire au travers des lignes des romans pour essayer de perçevoir les sens cachés des mots et phrases.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Pourtant il y a des tas de références possibles à notre littérature dans ces deux derniers livres (nos grands dramaturges déjà cités, l'Education Sentimentale, Le Rouge et le Noir - le héros est précepteur amoureux d'une femme plus âgée... etc etc...) Je suis persuadée que toute cette série est un chef d'oeuvre parce que justement elle fait référence à diverses formes de littérature et d'expression et laisse donc libre cours à mille interprétations; c'est justement ça sa richesse. Certes AA n'a peut_être pas pensé à tout ce à quoi nous pensons mais qu'importe!!! Quel bonheur pour nous que de chacun pouvoir en tirer notre propre lecture, à la lulière de nos goûts, de nos émotions, de nos lectures de textes ou d'images passées. Honnêtement chaque lecture de vos messages m'interpelle et me fait revenir sur ce que je pensais et donc grâce à vous chaque personnage prend encore plus de chair et d'intensité.

Sinon, pour en revenir à cette histoire du serment il me semble que AA s'est trouvé pris à son propre "piège" si je peux dire, ou du moins à son idée de départ: faire d'Arthur et surtout de son équipe de branquignoles  ( 'sais pas comment ça s'écrit) les parfaits anti-héros du roman de chevalerie. Mais voilà qu'à un moment, entraîné par l'évolution de son personnage, il a fallu qu'il rompe avec le fil purement dérisoire et qu'il trouve donc une explication plus noble à l'attitude d'Arthur; d'où l'histoire du serment qui ne me satisfait qu'à moitié car je la trouve plus absurde que les histoires de conflit entre devoir, d'honneur et amour chez le "vrai" héros tragique, qui lui est conçu dès le départ comme tragique.

J'aimerais savoir si AA avait une vision globale de son oeuvre avant de se lancer ou bien s'il s'est au fur et à mesure laissé mener par l'inspiration . Savait-il comment il bouclerait son histoire avant de la commencer ou bien a t il juste voulu créer une sorte de cour de récré pour comédiens, pensant peut être ne pas connaître un tel succès? Quelqu'un aurait des infos ?

Excusez-moi si j'ai tardé à répondre mais on vient de m'appeler au téléphone et voilà que j'ai rechialé en réévoquant les épisodes d'hier au soir avec mon interlocuteur!! J'ai attaqué mon deuxième rouleau de sopalin !!!

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bender a écrit :

Et allez...c'est reparti pour un tour avec cette histoire de serment. Bon, quand comprendrez-vous que le serment est brisé au moment même ou Arthur voit Aconia et son mari, qu'il laisse la robe ? D'ailleurs, il a bon dos le serment, il ne s'en sert qu'avec Guenièvre et pas Mevanwi, comme c'est curieux, non ?

Je ne suis pas d'accord, Arthur étant un homme d'honneur le serment est à mon avis toujours d'actualité dans le livre VI, en épousant Aconia, Arthur sait qu'elle est déjà marié, le fait d'apprendre que son époux n'est autre que l'ancien Dux Bellorum de Bretagne ne change pas ses sentiments pour elle.

Pour Mevanwi c'est encore différent je pense, le pacte entre Arthur et Aconia ne concerne que le mariage politique qui le lie à Guenièvre (c'est d'ailleur les conditions d'Aconia, les maitresses sont autorisé mais interdiction de consommer son mariage). Lorsque qu'il change d'épouse alors le serment ne s'applique pas puisque sa n'est simplement pas la même personne qu'il épouse, à la fin de se nouveau mariage, lorsque Guenièvre retrouve sa place de femme d'Arthur le pacte reprend ses droits.

A mon avis, avec les changements de Guenièvre (elle prend tout de même énormément de charisme entre le livre I et le livre VI) il y aura des changements.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Baptistus a écrit :

Ce serment n'est pas un affaiblissement de la série, c'est un des éléments qui fait d'Arthur un vrai héros tragique : puisqu'il ne peut pas être auprès de celle qu'il aime vraiment, il ne sera auprès d'aucune autre. Si ça, c'est gland, Racine, Corneille, Sophocle et Eschyle sont des glands.

Comme des tas d'autres, on cherche des explications tragique (pouyr ce donner un genre je trouve) à ce qui pourtant ne faisait pas un pli avant cette saison : arthur n'aimait pas du tout, mais alors pas du tout guenievre la trouvant moche et conne la plupart du temps (pour faire court ).
Une fois avec mevanwi, d'un seul coup, tout vos discour sur le serment tombe à l'eau.</div></blockquote>En guise d'introduction, je tenais à préciser que chercher dans la tragédie des explications pour une série purement comique relève effectivement de la débilité congénitale et/ou de la prétention la plus ridicule
En revanche, chercher dans la tragédie des explications pour une série qui met en scène la déchéance puis le suicide d'un homme, c'est déjà moins prétentieux et plus cohérent.

Il y a en gros deux questions à se poser quand on parle du serment : Est-il nécessaire pour comprendre l'absence d'héritier au trône de Bretagne ? Comment explique-t-on le cas Mevanwi ?
Or, en ne se basant que sur la série, il est possible d'arriver à des réponses diamétralement opposées.

On peut répondre oui à la première question en s'appuyant sur le fait, répété tout au long de la série, qu'il est du devoir d'Arthur de faire un gosse à la reine, quels que soient ses sentiments à l'égard de Guenièvre. De même, on peut répondre de manière satisfaisante à la seconde question en parlant du fait qu'il n'était pas prévu que Mevanwi devienne la femme d'Arthur, que ce mariage n'était qu'une solution de secours trouvée au dernier moment. Ou que le serment fait à Aconia ne concernait que l'union Arthur/Guenièvre et pas une autre.

Mais on peut aussi répondre non à la première question, en disant qu'Arthur n'aime pas sa femme et que donc il refuse de la toucher (c'est plus que sous-entendu dans la série). Et il est tout à fait possible de dire que le cas de Mevanwi apporte la preuve de la caducité du serment.

En gros (pardonnez-moi de caricaturer): soit on est attaché aux Livres I à IV, soit on est intéressé par les Livres V et VI.
A mon sens, le changement de ton et de sujet entre les deux blocs étant évident, il est impossible de garder tous les codes de l'un pour expliquer l'autre et vice versa .

Je ne crois pas qu'il y ait de "bonne" réponse, de réponse juste, de réponse qui conviendra à tout le monde. Aucune n'est plus fidèle à l'esprit de Kaamelott . On est convaincu par le serment ou on ne l'est pas.

Moi, je trouve que le serment à Aconia explique a posteriori beaucoup de choses qui me turlupinaient (principalement depuis la diffusion du Livre V). Bien sûr, c'est de la continuité rétroactive et A. Astier n'avait probablement pas Aconia en tête quand il écrivait les scènes de pageot royal des Livres I ou II, l'dée lui étant probablement venue plus tard (Livre III, IV voire V). Cependant, il me semble que le serment colle à ce nouveau ton plus doux-amer qu'a adopté la série et qu'il est justifié par les sentiments visiblement très forts d'Arthur pour Aconia. Il veut lui rester fidèle, il veut rester attaché à elle, il veut conserver ce dernier lien qui l'unit à elle.
Mais je constate qu'il est aussi possible de trouver ça "chiant", "ridicule", "inutile" ou "eau de rose".
C'est vraiment une question d'appréciation personnelle pour le coup.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Chiara Cependant, il me semble que le serment colle à ce nouveau ton plus doux-amer qu'a adopté la série et qu'il est justifié par les sentiments visiblement très forts d'Arthur pour Aconia. Il veut lui rester fidèle, il veut rester attaché à elle, il veut conserver ce dernier lien qui l'unit à elle.
Mais je constate qu'il est aussi possible de trouver ça "chiant", "ridicule", "inutile" ou "eau de rose".
C'est vraiment une question d'appréciation personnelle pour le coup


Mais alors, s'il veut garder ce lien avec elle, pourquoi a-t-il abandonné la robe rouge qu'il retrouve 15 ans plus tard quand il trouve refuge à la Villa Aconia ?

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Dame a écrit :

Chiara Cependant, il me semble que le serment colle à ce nouveau ton plus doux-amer qu'a adopté la série et qu'il est justifié par les sentiments visiblement très forts d'Arthur pour Aconia. Il veut lui rester fidèle, il veut rester attaché à elle, il veut conserver ce dernier lien qui l'unit à elle.
Mais je constate qu'il est aussi possible de trouver ça "chiant", "ridicule", "inutile" ou "eau de rose".
C'est vraiment une question d'appréciation personnelle pour le coup


Mais alors, s'il veut garder ce lien avec elle, pourquoi a-t-il abandonné la robe rouge qu'il retrouve 15 ans plus tard quand il trouve refuge à la Villa Aconia ?

Je crois qu'abandonner un objet, ça peut se faire par dépit. A mon avis, il laisse la robe derrière lui parce qu'à ce moment-là, sans Aconia, la robe ne symbolise pas un lien, mais une rupture. C'est un bout de chiffon qui prouve qu'il a perdu sa femme. En revanche, le serment, lui, est "vivant" et le reste tant qu'il est honoré.
Quinze-vingt ans plus tard, la robe a changé de statut et est devenue une relique. C'est pour ça qu'Arthur se casse la nénette pour la récupérer.

C'est ce que je pense être l'explication interne.

Pour une justification plus "pompière", il faut préciser que d'un point de vue narratif et pragmatique il est nécessaire qu'Arthur laisse la robe à la Villa pour qu'il puisse l'y retrouver des années plus tard et qu'elle lui redonne l'envie de se battre.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Il y a une chose qui est sûre, c'est que jusqu'au Livre VI personne ne s'était demandé pourquoi Arthur ne touche pas Guenièvre. Il suffit de constater, sur ce forum de fan, l'absence de sujets consacrés à cette question : absolument personne ne s'était posé la question avant d'avoir vu l'épisode 6. Même du temps du Livre V.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB