Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum à notre souverain, rain rain !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Il s'agit d'une suite de scénario expliquant en plusieurs épisodes ( une dizaine environ ) la dissolution de l'empire de Logres.
Pour l'humour je compte surtout sur l'absurdité de certaines scènes, mais c'est surtout du dramatique. :)
Les dialogues sont un peu court, mais il faut vous imaginer la scènes, les attentes entre chaque répliques. ;)

Episode I : L'échec de l'homme en noir

6 Mois après le début des persécutions, dans la salle du trône de Kaamelott, Lancelot assis et Meleagant a ses côtés sont en face des chevaliers de la table ronde.


Perceval  ( A Karadoc ) : Donc en fait le gars en noir c'est sa cousine?
Meleagant  ( a Lancelot, Ricanant ) : Bien joué, vous y êtes presque... la lumière éternelle qui vous est destiné. Finissez en avec ces imbéciles. Leurs dernières heure a sonné.
Hervé de Rinel : En fait vous nous apprenez les techniques de combat chinois ou en se déplace de manière subrogative?
Lancelot : Silence. ( s'adressant a Meleagant ) Vous êtes sur que cela est nécessaire ?
Meleagant  ( Sortant un parchemin ) : Oui... Incanter le parchemin de sacrifice, balancer les âmes impures dans l'eau bouillante ... Copyright V sièc... Non rien allez y.
Lancelot : Très bien... Garde, saisissez celui ci !

Les gardes s'approchent de Perceval, celui ci regarde autour de lui, apeuré puis attrape un fenouil et frappe le garde avec la partie tigeuse, puis le balance dans la tronche de Meleagant.

Perceval : PAYS DE GALLES INDÉPENDANT !!! Pourquoi je dis ça moi?
Leodagan  ( agacé ) : Bon ça va durer encore longtemps ce merdier la ?!
Lancelot  ( lit le parchemin ) : Missa brevis et spiritus maxim...

Au même moment, le repurgateur et toute sa clique entre dans la salle du trôné en gueulant et tuent les 2 gardes.

Le répurgateur : MAGIE NOIRE HÉRÉTIQUE !! ( Crache sur Meleagant )
Lancelot  ( Se lève ) : Vous ? Qu'est que vous foutez ?
Le répurgateur  ( calmement, pointant Meleagant du doigt ) : Cette personne pratique la magie noir et fait des incantations démoniques, JE VEUX BRULER CETTE PERSONNE.
Leodagan  ( sort de la pièce ) : Bon, si on a plus besoin de bibi, il se casse.

Le répurgateur se jette sur Meleagant et lui assène de violent coup de fenouil.

Le répurgateur : Alors, mon petit, c'est quand que tu vas comprendre que la magie c'est la mal? CETTE ENDROIT EST DÉMONIAQUE ! CRAMEZ TOUT !!! AU BUCHER !!!!!
Bohort : Vous n'allez tous de même pas avoir l'audace de bruler Kaamelott ?
Le répurgateur : Ben si pourquoi?

Bohort attrape l'épée d'un des gardes et se jette sur le répurgateur.

Bohort : MEEEEECREEEEEANT !!

Malheuresement le chevalier de Gaunes frappe a coté et passe par la fenêtre, attente d'une dizaine de seconds puis bruit de chute dans l'eau.

Le répurgateur : bon je pense que nous somme tous très occupé, donc moi je prend machin ( attrape Meleagant ), vous les connards.. ben vous cramer tout.

Le repurgateur et les chevaliers sortent de la salle, Dernières scène de l'épisode, plan rouge sang, la salle du trône en train de bruler, Lancelot avec.


Episode II : Le début de la fin


Le royaume est sans roi, les chevaliers sont rentrés chez eux ou ont fuit le pays, Au village, Meleagant est sur la place publique, attaché au Bucher.

Meleagant  ( Avec une voix soudainement devenus plus claire ) : Nan mais moi je suis pas un sorcier, je suis juste un connard qui connais 2-3 tours de passe-passe pour impressionner les mémés sur le marché, c'est comme le truc des yeux rouge qui brille la...
Leodagan : Bon, c'est passionnant tous ça, maintenant on te crame?

Éloignement de la camera jusqu'au rocher, le roi burgonde court autour du rocher en essayant d'attraper des pigeons.

Roi Burgonde : Salsifi ! MON PETIT OISEAU SUR UN ORANGER !

Le roi finit par attraper un piaf et veux le buter, il s'approche donc de l'épée et tire dessus, l'épée sort du rocher et produit une lumière aussi vive que celle de Perceval.

Roi Burgonde
: Arthour? Cuillère?

Plus tard, a Tintagel. Cryda, Anna, Ygerne et Loth sont a table

Cryda : Alors comme ça y'a plus de roi? L'autre tapette d'Arthur, on le retrouve plus et l'autre pucelle de Lancelot s'est fait cramer et donc y'a pas de reine.
Ygerne : Calmez vous, on trouvera une solution pour gouverner ce pays de débile.
Anna : Vous allez gouverner mon cul si vous avez pas d'épée.
Loth : En tout cas, belle maman, c'est très sympathique de nous avoir inv...
Cryda : Tous cela serait plus facile si votre débile de fils ne s'était pas fait la malle.
Ygerne éclate en sanglots.
Loth : ... Parce qu'on dit les friands a la saucisse, mais c'est quand même pas...
Anna : Et l'autre pécore, le gallois?
Cryda : Le pays se tiendrait mieux sans rois qu'avec cet abruti, et on est même pas sur qu'il puisse retirer l'épée.
Loth : Et c'est la que j'ai envie de dire : Deus rosam templis delet .

Anna se jete sur son mari avec une carafe dans la main et le frappe.

Une trentaine de minutes plus tard, le repas a repris son calme.

Loth  ( un oeuil au beurre noir, couvert de bleu )   : Et...
Anna  ( Prenant un voix de racaille ) : Tu dis encore un seul mot et je te tabasse !

Gauvain, habillé en abeille, fait irruption dans la salle a manger.

Cryda : Que faites vous habillé comme ça espèce de débile?
Gauvain  ( s'adresse a Anna ) : Mère, je suis fort aise de vous trouver en ce lieux, j'étais justement en train de répéter avec mon ami Yva...
Loth : Bon vous la cracher votre pastille?
Anna  ( se lève et casse une assiette sur la tête de Loth ) : Bon vous la crachez votre pastille.
Gauvain : Et un individu a fait irruption dans ma chambre, il m'a frappé d'un coup de cuillère et s'est échappé, il doit etre en train de cavaler dans les couloirs.
Cryda : Que voulez vous que ça nous fasse?

Le Roi Burgonde défonce la porte et se jette sur la table en mettant un coup de cuillère a Loth, celui ci tombe dans les pommes a la suite de ses blessures.
Le roi Burgonde cherche une serviette pour s'essuyer mais rate sa poche et retire Excalibur de son fourreau.

Cryda : Oh Putain...

---------


Voila pour les 2 premiers chapitres, j'en ferais des autres bientot.
Je suis ouvert a tout type de commentaires, bon ou mauvais.
Merci

Chef de Clan
Hors ligne

Ça a l'air ultra-barré ! J'attends la suite avec impatience (même si ça ne va certainement pas faire l'unanimité). Dommage que Loth n'ait pas le temps de nous servir une petite tirade. :)

Chef de Clan
Hors ligne

C'est dommage quand même, ça commençait bien.

Perceval ( A Karadoc ) : Donc en fait le gars en noir c'est sa cousine?

Ça, c'est super Percevalien, ça m'plaît. Seulement je trouve malheureusement que contrairement à la série qui se fait bien inventive sur les phrases malgré la réutilisation des mêmes mots et expressions, le reste fait "Je place des quotes pour placer des quotes et que c'est rigolo." Dans l'ensemble c'est pas trop mal mais le fait que Meleagant s'traite lui-même de connard, c'est pas super crédible et le fait qu'Anna casse une assiette comme ça sur la tête de Loth... Ben...

...En gros, mouais. Sans vouloir être désagréable, je dirais qu'Alex n'a pas à rougir. Mais c'est divertissant. :)

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Tu avais prévenu, ce serait absurde et ça l'est complètement ! Au début j'étais un peu gêné par toutes ces incohérences (pourquoi Lancelot et Méléagant se laissent capturer par le répurgateur ?) mais une fois toute l'histoire lue, je comprends : c'est un délire parfaitement absurde (le roi burgonde qui arrache Excalibur !) et tu n'y es pas allé avec le dos de la cuillière...

C'est assez surprenant, mais je trouve que c'est une très bonne idée d'avoir choisi ce style, et je crois que c'est une première ici. Ça renouvelle le genre ! :)

Par contre, je ne comprends pas pourquoi tu dis que c'est surtout du dramatique. Si tu prends le parti de faire dans l'absurde, je pense qu'il faut assumer. Je te conseille d'ailleurs de bien appuyer le côté comique (ce que tu as fait jusqu'à présent) : si ce n'est pas drôle, j'ai peur l'absurde tombe à plat.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Ce n'est que mon 2eme scenarii, donc je sais bien que ce n'est pas parfait, j'essaie de m'améliorer ;)

Elias a écrit :

Ça a l'air ultra-barré ! J'attends la suite avec impatience (même si ça ne va certainement pas faire l'unanimité). Dommage que Loth n'ait pas le temps de nous servir une petite tirade. :)

Pour Loth j'essayerais de lui en faire sortir quelques une par la suite. :D


Sourissime a écrit :

Ça, c'est super Percevalien, ça m'plaît. Seulement je trouve malheureusement que contrairement à la série qui se fait bien inventive sur les phrases malgré la réutilisation des mêmes mots et expressions, le reste fait "Je place des quotes pour placer des quotes et que c'est rigolo." Dans l'ensemble c'est pas trop mal mais le fait que Meleagant s'traite lui-même de connard, c'est pas super crédible et le fait qu'Anna casse une assiette comme ça sur la tête de Loth... Ben...

...En gros, mouais. Sans vouloir être désagréable, je dirais qu'Alex n'a pas à rougir. Mais c'est divertissant. smile

Pour les quotes, j'ai pas eu le temps d'en trouver des bonnes, mais ça va venir.
Et pour la Meleagant et Anna, comme je l'ai dit, c'est de l'humour absurde ( Et d'ailleurs mon style d'humour préféré :P )

Agloval a écrit :

Tu avais prévenu, ce serait absurde et ça l'est complètement ! Au début j'étais un peu gêné par toutes ces incohérences (pourquoi Lancelot et Méléagant se laissent capturer par le répurgateur ?) mais une fois toute l'histoire lue, je comprends : c'est un délire parfaitement absurde (le roi burgonde qui arrache Excalibur !) et tu n'y es pas allé avec le dos de la cuillière...

C'est assez surprenant, mais je trouve que c'est une très bonne idée d'avoir choisi ce style, et je crois que c'est une première ici. Ça renouvelle le genre ! smile

Par contre, je ne comprends pas pourquoi tu dis que c'est surtout du dramatique. Si tu prends le parti de faire dans l'absurde, je pense qu'il faut assumer. Je te conseille d'ailleurs de bien appuyer le côté comique (ce que tu as fait jusqu'à présent) : si ce n'est pas drôle, j'ai peur l'absurde tombe à plat.

Merci :D

Pour le dramatique, c'est surtout le fait que toute l'histoire crée en 6 livres se casse plus ou moins la gueule de façon débile, mais l'humour y est toujours.


Je ferais les 2 prochains chapitres ce week end ou en début de semaine, le temps de trouver les idées ;)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

J'ai fait ces chapitres la maintenant pour pas oublier mes idées, pareil, laisser des commentaires sur ce qui va et ce qui va pas. ;)

Chapitre III : L'assemblée des rois

Leodagan et Calogrenant se trouve dans une tente étrangement familière en Carmelide

Leodagan : Bon, comme d'hab y'a personne...
Calogrenant : J'suis la moi.
Leodagan : Ouais mais vous vous êtes toujours la...
Calogrenant : Qu'est ce que vous insinuez ?
Leodagan : Que si vous pourriez fait comme vos homologues de temps en temps ou si vous pouviez carrement vous briser une patte ça...

Séli, Guenievre et Goustan font irruption dans la tente

Goustan : Bonjour les connards.
Séli : Bon c'est toujours le même topo, tant que les autres porcs sont pas arriver on sert pas le repas.
Guenievre  ( A Séli ) : Et si ils ...
Séli : Ah oui, et celui que je surprend en train de piquer dans le stock de bouffe il se prend  un carreau dans les miches.

Guenievre et Séli sortent de la tente.

Goustan : Au revoir les connards.

Goustan s'apprête a sortir quand on entend des bruits de pas de chevaux autour de la tente, le cavalier descend de selle, on l'entend fait quelques pas, puis se diriger vers une tente. La camera reste sur Goustan, Leodagan et Calogrenant.

Guenievre  ( A l'exterieur ) : Mère ! Il y a quelqu'un dans le stock de vivre !
Loth : Mais non, c'est une regrettable erreur, et c'est justement la qu'on pourrait placer un " Animus rosam delet ", ce qui signifie " L'esprit detruit la rose ", quoi que dans cette situation ça ne...

Bruit d'arbalete et cri.

-- Transition --

Les rois sont tous la, Loth a un bandage sur le bras.

Leodagan : Bon, pour la ponctualité c'est pas encore ça. Si je vous ai convoqué...
Ketchatar  ( se tape la tête sur la table ) : Ah non mais ça va pas recommencer.
Loth : A chaque assemblée c'est pareil...On a pas été convoqué MAIS invité de force, nuance !
Leodagan : Bref, fermez la ou je vous mets un pain, si je vous ai convoqué, c'est que la situation est grave, le Roi Burgonde a retiré Excalibur ...
Loth  ( Montre son visage ) : Et regarder la marque de cuillère qu'il m'a fait, a tous les coups c'est l'appendicite !
Leodagan : Et réside a Kaamelott.
Hoel : Mais Kaamelott n'a t"il pas été bruler par le répurgateur?
Leodagan : Mais nan c'est Bohort, il est remonté au château trempé et a éteint le feu avec des seau d'eau...
Loth : Bon vous allez nous refaire tous la biographie parce que je commence a avoir faim moi...
Leodagan : Donc nous devons l'éliminer.
Loth  ( se redresse soudainement ) : Le trahir?
Leodagan : Exact.
Loth  ( Tout content ) : A ce propos, je vous ai ramener un gars exeptionnel ... Hé machin ! Rentre !

Urgan entre dans la tente

Loth : Donc voiçi Urgan...
Urgan : L'homme goujon, chevalier des mers au service de sa seigneurie.
Loth : Ce gars la, il fait aussi assassin, parce que lacrima rex templa deletis, mais carrement !
Leodagan : Et c'est quoi le plan ?
Loth : Et ben, Urgan il s'introduit dans le château et il bute le Roi.
Urgan : Est ce un lieu?
Leodagan : De quoi?
Urgan : Le château.
Leodagan : Mais oui !!
Urgan : Parce que attention, dans un lieu - sauf si c'est un poisson - Tout endroit mérite qu'on y fasse force de décision et par cette idée que l'on y passe par les accès prévu a cet effet. Parce que pour ouvrir ces accès j'ai ma chemise, mais c'est mou.
Loth : Justement, alors que le jardinier plante des choux et qu'ainsi récolte puisse être écarlate, on vous organise une rencontre genre protocole et vous luis défoncez sa race.
Urgan : Et c'est par ceci que les gardes n'eûtes pas a vouloir d'atteindre a ma vie de manière quelle qu'elle soit incandescente?
Loth : Que n'est ce nenni, car un de nos agents infiltrés - sauf si ce n'est une carotte - préviendra les belligérants en les réunissant dans une grotte et en jouant jusqu'au matin a des jeux du pays de Galles.


Leodagan s'écroule d'agacement sur la table

-- Transition --

Loth et urgan sont attachés sur une catapulte.

Loth : Vous êtes sur de votre coup ? Parce que la je dirais Sanctii Animum Puerii Ager mais grave ...
Leodagan : Quand on veut être sur de son coup, on plant des navets, on ne fait pas un complot mon petit Loth.

-- Noir --

Urgan : Mais attention , mon petit doigt me dis que vous n'en n'êtes pas la moitié d'un navet...

Bruit de déclenchement de la catapulte.


Episode IV : L'assasinat

En seance des doléances, dans la salle du trône de Kaamelott, le roi burgonde et son premier ministre Kadoc sont en face de Guetenoc et Roparzh.

Guetenoc : Si on viens vous voir sire, c'est qu'on en a vraiment plein la visière !
Roparzh : De quoi t'est ce ?
Guetenoc : Quoi?
Roparzh : Le sujet t'il de notre visite?
Guetenoc : On a besoin de plus de considération
Kadoc : A kadoc.
Roi Burgonde : AHAH CON-SI-DE-RA-TION AHAH CAROTTE !!!
Guetenoc et Roparzh : Quoi, il se moque t'il de nous ? REVOOOOLTE !!

-- Transition --


A table, Le roi Burgonde, Kadoc et Urgan sont en train de manger.

Kadoc : A kadoc.
Urgan : Donc comme je le disais votre seigneurie, je suis en visite tous a fait diplomatique dans le but d'élargir - sauf si c'est un poisson - les relations entre nos deux territoires d'outres mers qui servent des repas aromatisé a la canelle.
Roi Burgonde : Ah Ah *pete* CANELLEUX !!
Urgan  ( donne sa carte de visite au roi ) : Au pis non en fait je viens pour vous éliminer, je suis Urgan, dit l'homme goujon. donc je suis en train de verser du poison dans votre vers et pis voila quoi, dans 10 secondes quand vous aurez soif vous allez crever, sauf bien entendu, si c'est un poisson d'eau douce.
Roi Burgonde  ( sans prendre le temps de mâcher son morceau de pain ) : AHAH POISSON ( S'étouffe avec le morceau de pain ).

Comme le Roi Burgonde tarde a mourir, Urgan sort un chapeau et frappe le Roi Burgonde avec, mais c'est mou.
Au bout de 3 heures d'étouffement, et sans péter, le corps a trop grossi, le roi Burgonde n'a plus conscience de son poids, on appele la garde pour le piquer, mais le Roi Burgonde se réfugie sous un buffet, 6 heures après il était crevé.
Kadoc qui a assisté a la scène pendant 9 heures, s'arrache la tete qui est en faite un masque, il s'agit d'Yvain.

Yvain : Sans déconner il est pas hyper classe mon déguisement?

-- Transition --

Dans les archives du chateau, le Pere Blaise et Leodagan discutent

Leodagan : VOUS ÊTES SUR?!
Pere Blaise : Ben oui, c'est écrit noir sur blanc, si le roi meurt sans reine ni héritier, c'est le premier ministre qui exerce la régence.
Leodagan  (pointant un parchemin ) : Et ça c'est quoi ?
Pere Blaise : Ca c'est ... un prophétie. Qu'est ce que c'est chiant les prophéties, c'est toujours pareil : Menaces, Cible, Engueulade, menace, menace, menace, menace, menace, objet de la prophétie.
Leodagan  ( lit ) : Siècles des larmes, hurlements.
Pere Blaise : Ca, c'est a chaque fois, c'est une licence poétique de mes deux...
Leodagan : Au lion chevalier, Roi de Logres
Pere Blaise : Et il se croient obligés de tous mettre a l'envers.
Leodagan : Au Apidae fait affront.
Pere Blaise : Et puis on pige même pas la moitié des mots.
Leodagan : Les faire exterminer commet faute.
Pere Blaise : Mais c'est quoi ce merdier ? Faire exterminer quoi? Mon cul?
Leodagan : Panique, ruine, fin d'un monde, sur terre sans miels ni épistyle.
Pere Blaise : La ça déconne sec.
Leodagan : Des frayeurs du ciel et des apiculteurs a l'insulte : La 2eme réponse encore plus méchante que l'autre.

-- Noir --

Leodagan : Je crois qu'on aurais du garder le burgonde...
Yvain  ( Résonance depuis la salle du trone ) : Bon les gars faut trop les zigouiller, je vous signale que si ça s'infecte on peu en mourir.

---------

Bon voila pour les chapitres III et IV, biensur les autres auront aucun rapport avec les abeilles, c'est juste pour preparer la suite. :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Il y'a quelque chose qui me chiffonne. En fait, à mon avis, on ne peut pas profiter de l'humour qui réside dans les textes car tu emplois trop de personnages. Tu ne développes peut être pas assez une idée et ne la mène pas au bout. C'est ainsi que je le ressent. Ces scénarios ne sont pas mauvais en soit, il y'a juste un détail à régler....Lequel exactement ? Je ne saurais dire. L'action est trop rapide et les persos trop nombreux (du moins c'est ce que j'en pense).

Ne prend pas cela comme une critique. Je n'en ai moi même pas écrit donc... ^^

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

C'est vrai que ça va un peu trop vite. Je n'ai pas aimé le fait qu'Urgan reprenne des choses de Perceval (surtout que tu sais bien le faire parler à la Urgan), mais j'aime bien certaines idées, notamment la prophétie qui annonçait Yvain ! Ça devient n'importe quoi (Yvain roi de Bretagne, manquait plus que ça), on dirait que les Dieux ont décidé de combattre Méléagant par le ridicule, d'ailleurs je n'aimerais pas être à la place de Méléagant qui a perdu la main... :)

Chef de Clan
Hors ligne

...Plus je lis, moins j'aime ça... Tant qu'à avoir commencé, je vais continuer, mais très franchement, je trouve que c'est plus du carrément n'importe quoi que de l'absurde... Tes références sur l'absurde, c'est quoi au juste ? Parce que, selon moi, et c'est toujours à voir si ça importe vraiment, mon avis à moi, c'est beaucoup plus une association de citations de personnages refilées à d'autres et un amalgame de scènes déjà utilisées, remises avec d'autres acteurs... La prophétie annonçant Yvain me plait aussi remarque, tout comme Agloval l'a dit, elle est bien... C'est tout le reste qui est moins fort...

Et pour reprendre les termes de Michihiro, on s'y perd. Trop de personnages, n'importe quel aurait pu dire n'importe quoi... et le coup du chapeau trop mou, j'ai essayé de rigoler, mais j'y suis pas arrivé... Navré, y a du travail à faire... Je sais, je suis méchante ._.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Merci pour les commentaires, j'essayerais de regler ça pour les prochains chapitres, de mettre moins de personnages et mieux les exploiter.  ( Et aussi reprendre moins de citations ) :)

Pour la longueur, faut que je le travaille un peu plus, mais je crains que ça en deviennent ennuyant  :o

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

salut, perso je trouve cela trop brouillon, ca part dans tout les sens et les traits d'humour sont trop redondant, mais c'est en forgeant qu'on devient forgeron, et c'est en coupant du bois que Léonard devint scie !

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bon, je met la suite demain ou mercredi, le temps de trouver un truc bien. ;)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Voila pour l'épisode 5 :D


Chapitre V : Le fléau de Dieu III

La scène se déroule en pleine nuit, au château
Plan serré sur le visage de Bohort, apeuré.

Bohort : Sire, C'est une catastrophe ! NOUS ALLONS TOUS MOURIR !

Yvain sort de la chambre, a moitié endormi.

Yvain : Bonjour monsieur, est ce que vous pourriez arreter de crier, parce que c'est a dire que c'est ma chambre la, en plus j'ai ... c'est ... l'ansérine, c'est vraiment trop saoulant...
Bohort : L'ansérine?
Yvain : Ben oui quand on s'inflamationne les... abdominales.
Bohort : Les amygdales?
Yvain : Ben oui c'est ce que j'ai dit.
Bohort : L'angine
Yvain : Voila.

Yvain claque la porte au nez de Bohort

Yvain  ( Mime la porte qui se ferme ) : Wouuuuh !!! C'est vraiment trop classe de faire ça.
Bohor t ( Se remet a gueuler ) : Mais sire ! C'est une catastrophe ! Attila est a nos portes !

Yvain réouvre la porte.

Yvain : Qui ?
Bohort : ATTILA !
Yvain : Ah oui Attila je connais, c'est pas la chanson " Attila, tu charpenteras, lalala "? Ou un truc dans le genre.
Bohort : Sire, nous devons quitter le chateau, sinon Attila nous...
Yvain : Vulgarisera ?

Leodagan arrive, lui aussi vient apparemment de se réveiller.

Leodagan : Vous voyez ça ( montre la plafond ) ? C'est ma chambre. Et vous voyez ça ( Sort une arbalète ) ? C'est ce qui vous arrivera dans les miches, bon la, je l'ai trouvé sous l'oreiller de ma femme parce que je sais que c'est une vrai armurerie, mais je peux carrément vous mettre sur le balistère si vous voulez. Enfin bref, c'est quoi ce boucan ?
Yvain : Père, nous parlons d'une affaire de la plus haute impertinence.
Bohort : ATTILA EST A NOS PORTES !
Leodagan : Attila ? L'autre nain qui se trimballe partout avec l'autre débile de Huns, ils sont combien ?
Bohort : Ben la il est qu'un, y'a pas l'autre Huns, donc un Huns ça fait un.
Leodagan :  Et c'est pour ça que vous gueulez dans tout le château ?
Yvain : Père, je crois que nous devrions allez voir ce que nous veux ce ménestrel.
Leodagan  ( ironiquement ) : Oui, et nous pourrions aussi lui offrir un casse dalle aussi...

-- Transition --

Bohort, Yvain, et Leodagan sont devant la porte du chanteau, en face d'Attila.

Leodagan : Et en faites, pourquoi il est pas la l'autre débile ?
Attila : Champignon ici donne gastro enterite . AHHHHHHHH!!!!
Yvain : Que désires tu brave troubadour ?
Attila : Cette fois je ne partirais pas sans 23 pierres du château.
Bohort  ( attrape une hache et commence a frapper sur le mur ) : DONNONS LUI LES PIERRES !!
Yvain : Et comment vas tu transporter cela ?
Leodagan : Ah tient c'est pas con ça...
Attila : Je m'en foutre ! Je vouloir... les servantes !
Yvain : Non
Attila : Les corbeilles?
Yvain : Non
Attila : Les fruit saisonnier ?
Yvain : Non
Attila : Guenievre !
Leodagan : Ça, éventuellement...
Yvain : Non
Bohort : Vous êtes fou de ne pas vous soumettre a la volonté du terrible Attila !
Yvain : Ah bon faut se soumettre? Je croyais qu'il fallait dire non.
Attila : Les assiettes ?
Yvain : Non

-- Transition --

Attila : Les boutons de chemises !
Yvain : Surement pas.
Attila : Les parchemins !
Yvain : Ce n'est pas possible
Attila : BOHORT !
Yvain : Non
Attila : AH AH Tu as dis non, toi perdre ni oui ni non, Bohort m'appartenir !
Yvain : Ah zut !
Bohort  ( Horrifié ) : Quoi? A MOI !!!!

Bohort dégaine son épée et se jette sur Attila en hurlant son habituel "Méééécreant !!!", celui çi s'enfuit, Bohort lui courra après pendant 4 jours et 5 nuit avant de rentrer au château.

Leodagan  ( se reveille ) : Ah c'est bon il est parti le nain ?
Yvain : Oui père, je l'ai effrayé avec objectivité, il est bien objectivisé maintenant !

-- Transition --

Bohort et Yvain sont dans la salle du trône, Yvain dort et Bohort parle sans s'en rendre compte.

Bohort : Mais si ! Je l'ai vu, de mes yeux vu ! Le seigneur Lancelot est vivant !  C'est une catastrophe !

A ce moment Arthur fait irruption dans la salle, armé, propre, avec sa coupe comme avant, près a tuer Lancelot.
Bohort s'évanouit. Yvain se réveille.

Yvain : A c'est vous qui venez apporter la corbeille de fruit?
Arthur : Vous? Qu'est ce que vous faites la?
Yvain : Ben j'attends la gars avec la corbeille de fruit.
Arthur : Et Lancelot?
Yvain : C'est pas le gars bouclé, brun qui fait que de râler?
Arthur : Non, ça c'est votre père.
Yvain : Ah...
Arthur : Cassez vous.
Yvain : Oui
Arthur : Maintenant.
Yvain : Ah

Yvain sort de la pièce, Arthur s'assoit sur le trône.
Fin de l'épisode V

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

La réplique que j'ai bien aimé, c'est « Que désires tu brave troubadour ? ». J'entendais presque S. Astier la prononcer. Yvain est vraiment dans son monde, et confondre Attila avec un troubadour, je trouve que c'est tout à fait lui ! :)

La fin est un peu moins intéressante je trouve : Arthur arrive on ne sait d'où, et sa rencontre avec Yvain méritait peut-être mieux.

Mais comme dit Provencalegaulois, c'est en forgeant...

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Agloval a écrit :

La réplique que j'ai bien aimé, c'est « Que désires tu brave troubadour ? ». J'entendais presque S. Astier la prononcer. Yvain est vraiment dans son monde, et confondre Attila avec un troubadour, je trouve que c'est tout à fait lui ! :)

La fin est un peu moins intéressante je trouve : Arthur arrive on ne sait d'où, et sa rencontre avec Yvain méritait peut-être mieux.

Mais comme dit Provencalegaulois, c'est en forgeant...

Ouais je pense que sur ce chapitre j'ai assez bien cerné le personnage d'Yvain :D
Après je ne pense pas que l'arrivée d'Arthur soit d'une grande importance, je pense que c'est plus intéressant de voir comment il va redevenir roi. ;)

Et la rencontre avec Yvain, j'ai pensé au fait que Yvain n'a pas conscience de son role, donc si on lui dit de se casser il le fait... :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Voila, je n'ai pas fait de suite ces derniers temps pour cause de maladitivité. :)
Donc voila le chapitre VI, je suis plutot satisfait du resultat. ;)

Episode VI : Rex Reverti

Dans le couloir du chateau, Yvain est interpellé par Leodagan.

Leodagan : Ah vous ! Vous avez reçu mon message?
Yvain : Votre?
Leodagan : Mon message, pour l'achat des trebuchets.
Yvain : A la lettre avec le cachet rouge? C'est pour l'achat de trébuchets?
Leodagan : Ben... Oui.
Yvain : Et donc c'est pour ça que y'avait ecrit en gros : "Achat de trébuchets". J'avais pas compris.
Leodagan : C'était quand meme pas compliqué...
Yvain : Non mais j'ai pas compris c'était quoi un trébuchet... C'est pas le truc dans lequel on sert de l'eau?
Leodagan , Agacé : Bon bref on s'en fout, vous signer et merde.
Yvain : Ah non mais je l'ai pas la, le papier il est dans la salle du trône et je peux pas y retourner, je viens deja de me faire jeter.
Leodagan , Avec un sourire malsain : Vous faire jeter? Mais vous êtes le roi du bled espece de débile.
Yvain : Ben non puisque Arthur il est revenu.
Leodagan : A...Arthur?
Yvain : Ben oui meme que...

Leodagan interrompt la conversation et se dirige vers la sale du trône.

-- Transition --

Leodagan défonce la porte de la salle du trône, ce qui reveille Arthur qui s'était momentanément assoupi.

Arthur , en colere : Hé ! Ca va pas ?! Vous allez la repayer la porte?!
Leodagan : Vous l'avez?
Arthur : La facture? Oui je l'ai et vous allez pas être jouasse quand je vais vous l'envoyer dans votre patelin...
Leodagan : L'épée !
Arthur : L'épée ? Non j'ai pas eu le temps de la recuperer je viens d'arriver. Pourquoi, qu'est ça peut vous foutre vous êtes pas content de me revoir?
Leodagan : Mais non ! J'ai enfin l'occasion d'avoir de l'autorité sur le "souverain", vous allez pas tout foutre en l'air !

Bohort qui est toujours évanoui a côté du trône, reprend conscience.

Bohort , Solennel, priant : Hourra ! Le roi est revenu, l'autorité et ses temps de discorde sont finis, nous pourrons enfin nous promener dans la joie et la bonne humeur et la bonne humeur, se promenant bras dessus, bras dessous dans les champs de fleurs, nous delectant de spécialités typiques...
Leodagan et Arthur : Et on vous emmerdes ou bien...?
Arthur : En plus l'hiver est en train de tomber donc pour ce qui est des fleurs...
Leodagan : Et le roi il va se recasser parce qu'il a pas l'épée.

Bohort, blasé se rassoit.
Yvain entre comme un pêt dans la pièce, il attrape une envelope rouge sur une table a côté du trône, et la donne a son père

Yvain : Tiendez père, ceci grès de la piece que vous m'avez demandé.

-- Generique --

Arthur et Perceval marche de nuit sur un chemin, la neige de l'hiver naissant est en train de tombée.
Perceval s'arrete.

Perceval : Et on va ou en faites?
Arthur : Mais ça fait trente six fois que je vous le repete, on va retirer l'épée pour que je redevienne légitime.
Perceval : Ah parce qu'en faites vous êtes plus roi?
Arthur : Voila, et j'ai besoin d'Excalibur pour le redevenir.
Perceval : Ah ! Et c'est pour ça que vous me repetiez qu'on va retirer l'épée.

Arthur continu, sans dire un mot.

Perceval : Et en fait, vous etiez ou pendant les derniers mois, je vous cherchait. Vous etiez en vacances?
Arthur , étonné : En vacances?! Pas vraiment, disons que je faisais une recherche spirituelle pour me recentrer sur mes objectifs, car croyez moi, le Graal dans 2 semaines je bois mon picrate dedant.
Perceval , sort un objet informe : Ah ok car moi je vous ai fait un collier de nouilles.

Arthur l'attrape et ils continuent leurs route.

-- Transition --

Arthur et Perceval sont arrivés au rocher, le jour est en train de se lever. Il n'y a pas d'épée planté dans le rocher

Arthur : Quoi? Qu'est ce que c'est que ce bordel?
Perceval : De quoi?
Arthur : L'épée ? Elle est ou?

Arthur fait le tour du rocher, Perceval lance un regard furtif autour de lui.

Perceval : C'est quelle genre d'épée?
Arthur : Plutot du genre Excalibur, avec les flammes et tout...
Perceval : Un peu agaçante?
Arthur : Phosphorescente. Et oui, elle l'est carrement.
Perceval : Ah ok, je vois.

Perceval dégaine son épée, il s'agit d'Excalibur.
Arthur fait les gros yeux pendant quelques secondes, et s'évanoui dans la neige.

Perceval : Et voila, j'était sur que ça ferait des histoires.

Quelques minutes plus tard...

Perceval : Non mais moi je vous la rend si vous voulez...
Arthur : Mais c'est pas ça le probleme, vous vous rendez que vous êtes roi de bretagne la?
Perceval : Ben non, moi c'est juste quand y'a le pere Blaise et Bohort qui sont venus la replanter, quand le burgonde est mort, ils faisaient que de chialer je les regardaient du buisson comme j'était en train de pisser. Je me suis dit, tiens je vais la prendre, comme ça je lui rend après et c'est pas un connard qui vient la recuperer, c'est classe ou pas?
Arthur : Bon, replantez la.
Perceval : Pourquoi?

Arthur met une avoine a Perceval

Arthur : REPLANTEZ LA.

Perceval replante l'épée dans le rocher.
Arthur tente a son tour de la re-retirer. Mais un message s'inscrit dans la pierre

Arthur , lit : Surcharge du... serveur... Veuillez... Patienter...
Perceval : Mais pourquoi je pouvais pas vous la redonnez directement?
Arthur : Parce que je serais pas roi légitime si c'est pas moi qui la retire.
Perceval : Ouais c'est pas faux, maintenant vous êtes vachement légitime, c'est... transçandant.

Perceval se reprend un autre pain.
Arthur tente a nouveau de retirer l'épée, cette fois si elle sort du rocher en produisant des flammes plus vives que jamais, autant qu'avec Perceval.

Perceval : C'est classe quand meme.

-- Transition --

Dans la salle a manger de Kaamelott, Leodagan et Séli sont en face de Venec.

Leodagan et Séli : DE QUOI?!
Venec : Ben oui, j'avais fait ce que vous m'aviez dit, meme si j'aime pas bien le principe, j'ai pris l'épée et je l'ai caché, mais y'a l'autre la toujours en train de chouiner...Bohort, il est venu , il faisait que de chialer, donc c'était plus fort que moi, je lui ai fait un tarot au oignons et il est reparti avec l'épée.
Séli : Mais c'est pas possible un abruti comme ça!
Leodagan : Quand je pense qu'on a tout fait pour garder notre débile de fils au pouvoir... Si Arthur tombe sur Excalibur c'est cuit.

Arthur et Perceval entrent dans la pièce, Excalibur a la main.

Arthur : Alors on se lève pas quand le roi rentre?

Leodagan, Séli et Venec se lévent, avec mépris.
Arthur : Bon faites savoir que le roi Arthur est de retour et faites lancé un avis de recherche sur le prénommé Lancelot du Lac.
Leodagan : Et pourquoi moi ?
Arthur , Lance un regard dramatique : ...
Leodagan : Quoi?

-- Transition --

Arthur se promène dans les jardins du château, dans la neige, Meleagant joue du violon a côté de lui ( ce travail lui permet d'éviter le bucher ) Lancelot fait irruption dérrière lui.

Lancelot , Heureux : Sire?
Arthur , Se retourne : V...vous?
Lancelot : Sire, je vous pris de m'excuser de cette intervention interrompu.
Arthur : Ah je commence a comprendre, vous me faites le coup du gentil, vous me trahisser, vous recommencer, etc... C'est ça?
Lancelot : Non sire, je vous promets que mes sentiments sont pures et sans orgueuil.
Arthur : Ma foi, je vous crois mon brave Lancelot, mais la dernière fois vous avez cramé ma table ronde quand meme, maintenant faut que j'en refasse une autre et vu le prix de main d'oeuvre des artisans et tout...
Lancelot , Montre Meleagant du regard : Mais j'étais manipulé par celui la. Et puis j'ai quelques chose qui pourrait fortement vous interesser.
Arthur : Ah oui, et quoi t'est ce?

Lancelot sort de sa sacoche la poulette a Kadoc

Lancelot : Le Graal.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Pas de commentaires?

Pécore
Hors ligne

Je commence à me faire au style... dommage que ce soit fini depuis un bail! :)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB