Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui change pas assiette pour fromage !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bon, voici un scénario que j'avais dans la tête. J'en poste le début pour voir les réactions, et savoir si je continue.

Alors que le roi Arthur meurt lentement dans son lit à Tintagel, il confie le pouvoir à Lancelot, le chevalier qui pourtant, avait tenté de le tuer. Il fait confiance à son pire ennemi, et, pensant que son ancien bras droit avait retrouvé la raison, il lui ouvre la voie jusqu’au trône. Corrompu, Lancelot ordonne la traque de tous les chevaliers et brûle leur table ronde. Le quartier général des semi croustillants est capturé et mis à sac, et les cachettes les plus discrètes sont découvertes une à une. Les chevaliers sont faits, leur défaite est annoncée. Yvain et Gauvain sont capturés sur la route pour rencontrer le roi mourant, Lionel et Karadoc sont attrapés aux alentours de Tintagel. Merlin et le père Blaise ont fui vers la forêt, tandis que Bohort, Perceval, Léodagan et Séli poursuivent furtivement les hommes de Lancelot. Les seigneurs Hoël d’Armorique, Ketchatar d’Irlande, Calogrenant de Calédonie et Loth d’Orcanie se préparent à un conflit ouvert contre Kaamelott. Guenièvre, qui fuyait vers la mer, a été interceptée, et la voici en route pour Kaamelott, sous l’escorte vigilante des hommes en blanc.
Alors que le royaume semble au plus mal, ce renversement de situation marque la fin de l’ère Arthurienne, et l’avenir de Kaamelott est incertain.

Luttant pour la survie, Bohort, Léodagan, Séli et Perceval se frayent un chemin à toute vitesse à travers les bois. Derrière eux, plus loin, les hommes de Lancelot marchent, retenant les seigneurs Lionel, Karadoc et Calogrenant.

BOHORT : Arrêtons-nous ! Je suis à plat !

PERCEVAL : Ouais, y’en a marre !

Bohort et Perceval s’arrêtent, vite rejoints par les deux autres.

LÉODAGAN : Qu’est-ce que vous foutez ? On avait dit qu’il fallait aller le plus loin possible !

SÉLI : C’est pas en s’arrêtant toutes les cinq minutes qu’on pourra prendre de l’avance !

BOHORT : Premièrement, à ce rythme-là, on aura dépassé Kaamelott si rapidement qu’on s’en sera pas rendu compte. Deuxièmement, On n’avait pas dit qu’il fallait aller le plus loin possible, mais juste trouver un endroit propice pour les attaquer par surprise !

PERCEVAL : D’ailleurs, je comprends toujours pas pourquoi on va par là. On va aider les autres ou bien on fuit ? Parce que si on veut les aider, on va dans le mauvais sens.

LÉODAGAN : Non mais, hé ! Vous vous foutez de nous ?

SÉLI : On vous l’a expliqué vingt fois !

BOHORT : Ne vous énervez pas sur ce pauvre bougre ! Seigneur Perceval, nous distançons nos ennemis pour leur tendre une embuscade.

PERCEVAL : Je comprends pas. Si on veut les combattre, on doit aller vers eux. C’est pas en s’écartant qu’on pourra les tuer. Enfin, je crois !

LÉODAGAN : Sombre crétin ! On se met loin devant, comme ça, le temps qu’ils arrivent, on a le temps de se préparer et de les prendre par surprise !

PERCEVAL : On peut pas les attendre ici ?

LÉODAGAN : Mais vous avez de la merde dans les yeux, mon pauvre ami ! Le temps qu’on se découpe les jambes à traverser toutes ces branches, les ennemis auront le temps de nous tuer trois fois !

PERCEVAL : Nous tuer trois fois ?

Léodagan regarde Perceval avec un regard plein de haine.

SÉLI : De toute façon, l’ennemi est trop proche de là. On n’a pas le temps de tout planifier, alors on fonce et on la ferme ! Plus loin on sera d’eux, plus on aura le temps de préparer l’attaque, plus on aura de chances de réussir. Surtout que si vous continuez à discuter, ils vont bientôt rappliquer au beau milieu de nos conneries !

BOHORT : A-t-on vraiment besoin d’autant de préparation ?

LÉODAGAN : Mais bien sûr ! Nous on est quatre. Enfin… trois et demie. Et eux, ils sont neuf. D’autant que, pour traquer les chevaliers, Lancelot a fait appel à l’élite de l’armée de Kaamelott !

SÉLI : C’est la première fois que j’entends « Kaamelott » et « élite » dans la même phrase.

LÉODAGAN : Bien sûr, il y a toujours un ou deux débiles dans le lot, on parle quand même des soldats de Kaamelott. N’empêche que ça sera pas de la tarte – (à Séli) J’dis pas ça pour vous, bien sûr. Vous et les tartes, c’est compliqué.

SÉLI : Vous voulez mon pied dans les noix ?

BOHORT : Maintenant que vous le dites, il serait peut-être prudent de ne pas se précipiter. Ne gaspillons pas inutilement nos vies, n’est-ce pas ?

PERCEVAL : Sinon, je peux imiter un chien, pendant que vous jetez des pierres de l’autre côté de la route. Ils sauront pas où attaquer ! « Le chien ? Le bruit ? Le chien ? Le bruit ? Le chien ? Le bruit ? Le chien ? »

Séli serre les poings jusqu’à se blesser les paumes.

PERCEVAL : Non ! Il faut crever des douves autour d’eux pour les empêcher de bouger ! Soit ils se suicident, soit on jette des rochers avec une catapulte. Merde, on n’a pas de rochers, si ?

Le silence vient répondre à Perceval, qui fronce les sourcils. Léodagan regarde les deux chevaliers.

LÉODAGAN : La tarlouze et le débile. La voilà, notre équipe de sauveurs !

SÉLI : Bon, on avance ? J’veux pas péter l’ambiance, mais ils vont vite se ramener par ici, les capuchons blancs.

LÉODAGAN (Commençant à marcher) : Fonçons ! Allons sauver nos chers amis, et agrandir notre compagnie de crétins !

PERCEVAL : Mais où vous allez ? Ils sont derrière les ennemis !

Un carreau d’arbalète siffle à côté de l’oreille de Perceval.

SÉLI : Désolée, c’est parti tout seul !


Au beau milieu d’une très dense forêt, Merlin l’Enchanteur et le père Blaise se cachent sous d’habiles camouflages.

MERLIN : C’est bon ? Ils sont partis ?

BLAISE : Taisez-vous, j’essaie d’écouter !

MERLIN : Non mais c’est pas confortable de se cacher sous ces branches, et puis on a l’air con !

BLAISE : On n’a pas l’air con puisque qu’on peut pas nous voir ! Maintenant chut !

MERLIN : Non mais vous comptez rester là encore longtemps ? Ça fait un moment qu’on les entend plus.

BLAISE : Mais merde enfin !

SOLDAT DE LANCELOT (au loin) : Le bruit vient de là !

BLAISE : Ils arrivent, fermez-la !

Deux soldats approchent, épées en avant. Ils scrutent les environs, et leur regard se pose vite sur un tas de branches suspect. Ils tendent leurs épées pour les planter dedans, quand soudain, des litres d’eau leur tombent dessus. Étonnés, ils regardent vers le ciel, et deux hommes encapuchonnés les attaquent par le côté, attrapent leurs épées et les pointent sous leur cou.
Quelques instants plus tard, les deux soldats sont ligotés, nus, contre un arbre. Merlin et Blaise sont maintenant habillés en soldats de Lancelot.

BLAISE (marchant aux côtés de Merlin) : Quelle chance que vous ayez encore de cette potion d'agilité.

MERLIN : C’est tout de même dommage que ça ne dure que trente secondes.

BLAISE : Quoi ?! Alors si on avait attaqué plus tard, on aurait été découpés ?

MERLIN : Ils nous auraient même pas vus de toute façon.

BLAISE : Au fait, je suis étonné ! Je savais pas que vous pouviez faire tomber la pluie. Surtout avec un temps aussi dégagé.

MERLIN : Ben, en fait, je peux pas vraiment.

BLAISE : Quoi ? c’était pas vous ça ?

MERLIN : Bien sûr que si ! Mais c’était pas de l’eau de pluie.

Blaise grimace et renifle ses vêtements mouillés.

MERLIN : C’est pas ce que je veux dire ! J’ai mis un sort au point qui permet de… transformer les feuilles d’arbres – de certains arbres – en eau.

BLAISE (regardant les branches de l’arbre) : Ah… ouais… effectivement. C’est quand même moins classe dit comme ça.

MERLIN : Honnêtement, vous en pensez quoi ?

BLAISE : De quoi ?

MERLIN : De ça !

BLAISE : Eh ben, qu’on risque pas de mourir de soif.

MERLIN : Ah ! Ils se foutaient de moi les autres druide à cette connerie de rassemblement du printemps, n’empêche que ça va nous sauver la vie !

BLAISE : Comment ça ? Vous comptez rester ici longtemps ?

MERLIN : Le plus longtemps possible ! Les hommes de Lancelot nous traquent, j’vous ferai dire.

BLAISE : Vous êtes pas fou, vous ? J’veux pas passer ma vie à boire dans une forêt !

MERLIN : Vous voulez faire quoi alors ?

BLAISE : J’aurais aimé me rendre utile, vous voyez ? Contrer les plans de Lancelot, aider le peuple à récupérer un souverain juste, retrouver Arthur et les autres chevaliers…

MERLIN : Tuer des géants avec les ongles des pieds, soulever des montagnes et parler aux insectes ? Ah ah, non mais regardez-moi ce héros !

BLAISE : Oui, alors ça peut paraître insensé, mais j’aurais voulu me rendre utile plutôt que de rien foutre dans une forêt à la con, où, en plus, on se les pèle !

MERLIN : Commencez pas à m’énerver ! J’ai pas besoin de vous moi ! J’peux bien vivre tout seul ici jusqu’à ce que Lancelot meure de vieillesse !

BLAISE (accélérant) : Amusez-vous bien.

MERLIN : Hé ! faites pas le con, attendez-moi !

BLAISE : Déjà fini ?

MERLIN : Bon, c’est quoi le plan ?

BLAISE : Le problème, c’est que vous êtes aussi doué en magie que moi en putsch.

MERLIN : Ah ? Vous croyez qu’on a nos chances ?

BLAISE : Franchement, aucune. Il faut qu’on trouve des alliés. Hé, mais si ça se trouve, Calogrenant a rejoint la Calédonie ? Et le seigneur Léodagan ?

MERLIN : On fait quoi alors ?

BLAISE : Rejoignons la Carmélide ! Léodagan ne se sera sûrement pas fait soumettre par Lancelot.

MERLIN : D’accord !

Blaise regarde les alentours et soupire.

BLAISE : C’est par où ?

MERLIN : Est-ce que je sais moi ?

BLAISE : Et merde, on va par là, on verra bien.

Les deux compagnons se lancent alors dans leur quête inespérée de participer à la défaite de Lancelot. Alors même qu’ils n’ont aucun plan précis et aucun moyen de réussir, ils se dirigent dans la direction opposée à leur destination.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

J'aime bien :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Ouai c'est vraiment pas mal .
Super la phrase "(à Séli) J’dis pas ça pour vous, bien sûr. Vous et les tartes, c’est compliqué." xD il fallait la sortir celle la^^

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bien sûr, c'est court, mais y'aura une suite, hein.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Eh bien oui je ne sais pas ce que tu va trouver pour sauver Léodagan , Seli et Bohort (Je compte pas Perceval Hein^^)
En attendant la suite déja bon début ! Faudrai ptetre que je m'y mettes au Scénarios moi mais je ne pense pas qu'ils soient mieux que les votres^^

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

J'en poste le début pour voir les réactions, et savoir si je continue.

Nan, te fatigue pas, ça ne vaut pas le coup.

Je plaisante ! :) Ça part pas mal, ça donne vraiment envie d'avoir la suite. J'ai bien aimé la potion qui change les feuilles en eau douce, c'est vrai que c'est une des spécialités de Merlin (depuis la pierre qui change la viande de chèvre en eau)...

En fait, ce que j'apprécie en ce moment, c'est tous ces scénarios qui essaient d'imaginer une suite. Avant le Livre VI, on faisait beaucoup dans l'imitation, c'était surtout des petits sketchs comme dans les quatre premiers livres. Et là, on a plusieurs "Livre VII" en parallèle. Chouette, encore un ! :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Merci à vous, ça donne envie de continuer :D

La suite viendra rapidement, j'ai pas grand chose à faire en ce moment.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB