Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui lève le doigt pour aller pisser !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bon et bien voilà, mon premier scenario ! J'attends vos avis et j'espère que vous prendrez autant de plaisir à le lire que j'en ai eu à l'écrire ;)

Intro

Chambre à coucher du roi, au matin. Le couple royal se réveille.

Guenièvre, enjouée
: Ahhh une belle matinée qui commence, ça fait plaisir !
Arthur, faussement détaché : Ah oui ça c'est sûr, ça fait plaisir de savoir qu'entre maintenant et ce soir je vais entendre tellement de conneries qu'une fois le soir venu j'aurais envie de me pendre.
Guenièvre : Voyons, un peu d'optimisme. Chaque jour est un jour nouveau !
Arthur, agacé : Tiens,tenez, vous voyez : pas dix minutes que j'ai les yeux ouverts et j'ai déjà envie de sauter par la fenêtre.
Guenièvre, se vexant : Mais c'est tout de même pas de ma faute si vous faites la tronche du matin au soir. Vous devriez un peu prendre exemple sur mon père tiens.
Arthur, étonné : Votre père !
Guenièvre : Et bien oui, sur mon père ! Le matin quand il est de mauvaise humeur il s'imagine roi de Bretagne et puis tout va mieux. Vous devriez essayer tiens.
Arthur, levant les yeux au ciel : Putain vous êtes forts dans la famille. Très forts.

Générique.

Acte I

Table ronde, réunion.

Arthur : Père Blaise, l'ordre du jour s'il vous plait.
Père Blaise : Bah comment ça l'ordre du jour ? Perceval et Karadoc se sont absentés trois semaines et vous me demandez l'ordre du jour ?
Gros plan sur Karadoc et Perceval, visiblement heureux.
Arthur, se massant le front : Ah oui putain merde j'les avais oublié ceux-là.
Léodagan : En même temps, si j'peux me permettre, faut dire qu'on s'y était fait. Un paquet de conneries en moins, surtout ici, vous m'excuserez mais ça se remarque.
Bohort, débordant de joie : En tout cas je suis heureux de vous voir revenir en un seul morceau !
Perceval, perplexe : Ben non, on était deux.
Arthur, nerveux et détachant chaque mot   : BON, Perceval, est-ce que ce séjour en Gaule a été bénéfique ?
Perceval, hésitant : Vous voulez savoir s'il a fait beau ?
Karadoc, hochant la tête : Vous parlez d'un temps d'chiotte.
Perceval : Ouais. Et le bateau j'en parle même pas. J'ai dégobillé comme un glandu. Et Karadoc il a gerbé sur mon armure. Vous devriez me voir debout.
Regards interloqués.
Perceval : Ah non mais la prochaine fois, moi c'est décidé, j'y vais à cheval.
Arthur, tentant de se contrôler : Je me tape du temps qu'il faisait. Je me tape de qui à vomi sur qui. Tout ce que je veux savoir, c'est si vous avez déniché quelque chose à propos du Graal !
Perceval : Ah ça !
Arthur, impassible : Oui, ça.
Karadoc : Et bien en fait, oui.
Murmure autour de la table ronde.
Bohort : Sire, mais c'est magnifique !
Arthur, cynique : On va attendre qu'ils aient fini avant de choisir un adjectif.
Père Blaise, se grattant le nez de sa plume : Si je vous emmerde, dites-le tout de suite hein. Parce que  les légendes arthuriennes c'est pas avec du vomi et des introductions à rallonges qu'elles vont faire date hein.
Arthur : Oui, bon, Karadoc, allez y.
Karadoc : Et ben voilà. Comme on vous disez  Perceval et moi, il faisait un temps de chiotte là-bas. Alors, dès qu'on est arrivé, on est rentré dans le premier rade qu'on a croisé, histoire d'être en forme et de pas attraper une saloperie.
Arthur, pianotant des doigts sur la table :Je suis même plus étonné que vous commenciez par vous biturer dès que vous foutez les pieds quelque part où je vous ai envoyé., mais continuez.
Léodagan, ricanant : Sans compter le fait que vous êtes pas foutu de partir pisser ici sans vous perdre, mais vous êtes capables de trouver un bistrot partout où vous foutez les pieds.
Perceval : Ah mais non Sire, justement ! Parce que c'est là que ça devient intéressant.
Léodagan, las  : Ah, j'me disais aussi.
Perceval, d'un ton épique : Parce qu'une fois arrivé dans l'auberge, on a entendu un de ces orages ! Vous pouvez-pas vous imaginer, Sire. Pour vous dire, j'ai bien cru que j'allais pondre un œuf dans mon armure.
Karadoc : Et c'est là qu'un drôle de truc est arrivé en fait. L'orage il donnait l'impression de tomber sur la taverne. Pour être franc, j'étais tellement mal que j'ai même pas réussi à terminer ma tartine.
Perceval : Et là-dessus, le patron arrive, tourne la tête vers la fenêtre et dit : ' Ah saloperie de graal.' Karadoc et moi on s'est regardé, comme des cons on était.
Nouveau murmure autour de la table ronde.

Acte II

Arthur : Saloperie de Graal ? Vous êtes bien sûrs de ce que vous avez entendu ?
Perceval : Ben Sire, on est pas des débiles non plus.
Bohort, subjugué : Et alors, qu'avez-vous fait ?
Perceval : Ben on est allé interroger le tavernier, tiens. On s'est dit, de temps en temps, faut prendre des risques et agir à l'instinct.  Sympa le mec, il m'a offert une gourde quand j'lui ai dit que j'avais perdu celle que ma grand-mère m'avait offerte pour mes 11 ans...
Arthur : On en a rien à carrer de ça, allez à l'essentiel bordel !
Perceval : Non non Sire, nous on était en Gaule ! Bref, le tavernier nous répète : ' Et comment saloperie de Graal, ça recommence chaque années ! Il en tombe des seaux et des seaux ça me pète tous les carreaux de la boutique !
Karadoc, s'adressant aux chevaliers : Là-dessus, Perceval et moi on sort de la taverne et, effectivement, y'en avait un paquet qui tombait du ciel.
Léodagan : Mais un paquet de quoi, de Graal ? Putain c'est déjà compliqué quand il vous arrive rien, mais alors quand il vous arrive quelque chose on est vraiment sûr de pas capter un mot.
Arthur, baissant la tête : Dites-moi un peu, vos Graal là qui tombent du ciel, ils étaient pas un peu froid ?
Karadoc, étonné : Ah ben si, carrément.
Arthur, toujours tête baissé : Et ils fondaient dans la main ?
Perceval à Karadoc : Vous voyez, j'trouvais aussi qu'c'était bizarre ça.
Arthur : De la grêle, bande de nuls. Pas des Graal. De la grêle.
Silence.
Perceval : Ah ben ça, moi j'connais pas la prononciation à la gauloise Sire.

Acte III

Chambre à coucher, Arthur se met au lit aux côtés de Guenièvre. Un orage commence à gronder au loin.

Guenièvre : Oh non, pas ce soir.
Arthur : Quoi pas ce soir ? Vous allez pas commencer vous aussi hein !
Guenièvre : Mais vous savez très bien que j'ai peur de l'orage !
Arthur : Ouais ben à ce qu'il paraît ça envoyait sévère en Gaule donc c'est normal qu'on se le prenne sur la tronche nous maintenant. Remarquez, au moins comme ça on est capable de prédire le temps qu'il va faire. D'ici à ce que ça soit les deux autres cons qui l'ait ramené avec eux celui là...
Guenièvre : Mais... Mais de quoi vous parlez ?
Arthur, agacé : De rien, de rien, allez j'éteins.

Il souffle les bougies.

Fond noir.

Arthur : Putain j'espère que c'est pas un orage de grêle sinon je sens que je vais en chier demain moi.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Assez bon :)   dans la lignée du livre I

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Merci ^^ Oui, je mourrais d'envie d'écrire un petit sketch dans ce goût là :)

Chevalier
Hors ligne

Allez, je le trouve fort sympathique celui-ci, pour un premier c'est bien je trouve. On sent bien qu'il y a encore une belle connerie là-dessous mais ça passe. par contre, juste une ou deux petites fautes d'orthographe mais rien de méchant et une phrase ou je suis pas sûr d'avoir compris :

Arthur, pianotant des doigts sur la table : Oui, jusque là rien d'anormal. Je suis même étonné que vous osiez encore me dire que dès que vous arrivez quelque part où je vous envoie vous commencez toujours par vous biturer , mais continuez.

Est-ce que tu voulais dire qu'Arthur n'est même plus choqué du fait que ses deux chevaliers passent leur temps au troquet ? Où l'inverse ? A ta place, j'aurais choisi une tournure plus judicieuse du genre :

"Je suis même plus étonné que vous commenciez par vous biturer dès que vous foutez les pieds quelque part où je vous ai envoyé." ou un truc du genre quoi.

Sinon, je te félicite quand même ! :D

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Pas mal je trouves, les dialogues sont assez bien choisis, et je les imagines bien prononcés par les acteurs

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Oui, effectivement, ta tournure est bien plus juste et bien moins ampoulée ^^ Je vais corriger ça :)

Merci pour les encouragements !

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

J'ai bien aimé, j'arrive bien à me représenter la scène :)

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Super sketch, bien drôle, avec des dialogues "typiques" ! :) C'est un "skecth à gag", j'aime beaucoup ! Ce qui est marrant, c'est aussi d'imaginer que du coup, Perceval et Karadoc sont rentrés en Bretagne (vu qu'ils avaient une piste) alors qu'ils venaient à peine de mettre les pieds en Gaule...

Ah, une faute d'orthographe qui m'a fait mal à l'oeil : on dit un scénario, pas un scenarii.

Semi-Croustillant
Hors ligne

J'aime beaucoup, mais je trouve que ça manque un peu de "language Kaamelott", surtout avec Léodagan. Mais je trouve ça excellent, l'idée était super bonne.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

De bonnes répliques, j'aime beaucoup ^^

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Ah non mais le ' scénarii' c'était fait exprès, c'est du vieux français ( partant à la base du pluriel italien me semble t'il ) , comme c'est le titre de cette partie du forum je trouvais ça sympa et collant mieux à l'ambiance :)

@Val Darklord : Oh, j'étais assez fier des répliques de Léodagan, je devrais peut-être revoir ça ^^

Merci à vous ^^

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ce n'est pas du vieux français, c'est le pluriel du mot scenario (latin ou italien, je ne sais plus). En français, on emploie parfois des mots étrangers, notamment latins ( curriculum vitae , a priori ...), et alors on doit les écrire en italique. Il se trouve que le mot scénario existe, et qu'on peut donc dire des scénarios. Mais si on utilise le mot scenario , alors on dira au pluriel des scenarii , c'est le cas du titre de ce forum. Ça fait un peu snob, mais bon.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

' scénarii' n'est plus utilisé en français, l'Académie préconise l'emploi du pluriel ' scénarios'. J'ai juste rajouté ça comme ça, histoire d'en rajouter une couche sur 'l'anachronique', rien de bien grave là-dedans...

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bravo ! Je serais incapable d'en faire autant!!! Et c'est vrai que l'on imagine bien la sdène.
Merci aussi de permettre de continuer à faire vivre Kaamelott!!

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Sousunoranger : OK, je comprends mieux. Effectivement, employer des mots anciens peut donner un cachet particulier.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Pas de problème l'ami ^^ J'ai quand même modifié la chose, dans un soucis de clarté.

@ Dame de Coeur : Merci beaucoup pour les encouragements :)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB