Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui aimerait être considéré en tant que tel ! !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

(Toute ressemblance avec un topic à polémique datant de quelques mois est un vrai coup de bol...)

Bonjour à tous !

Comme quelques uns ici le savent, je suis actuellement sur un petit projet d'écriture de roman ; ce topic est là pour vous le faire partager :)

Roman libre
Première précision déjà, comme le titre du topic le mentionne : c'est un roman libre. Cela signifie qu'il est placé sous une licence de libre-diffusion , on l'occurrence Creative Commons by-nc-sa . Je ne compte pas tenter de publier ce roman (du moins pas dans l'immédiat) ni en tirer une quelconque rétribution : j'ai simplement envie de raconter une histoire et de la faire partager. Vous êtes donc libres de lire mes textes, mais aussi de les reproduire, de les faire partager à d’autres comme vous le voulez (en les imprimant, les publiant ailleurs, créant des liens vers ce site, etc). Les seules restrictions que je pose sont formulées par la licence Creative Commons By-Nc-Sa [2]. Je vous demanderais, si vous utilisez un ou plusieurs de mes textes, de me citer comme auteur, de ne pas en faire d’usage commercial, et de les partager sous des conditions identiques .

Résumé :
Cela étant précisé, passons à l'histoire ! je ne sais pas trop comment la classer, on pourrait parler de «polar d'aventure» ou de «roman policier aventurier»... je me suis essayé à l'écriture d'une 4ème de couverture type qui résume à peu près bien l'histoire :

« Loïc est enquêteur privé, il surveille les ménagères pour le compte de leurs maris. Sa marotte, ce sont les suicides en apparence inexpliqués qu’il tente d’éclaircir en free-lance, une activité qui colle bien avec le regard plutôt noir qu’il porte sur le monde et la vie en général. Lorsque l’un de ses anciens clients est retrouvé mort, jetant des soupçons sur ses activités officieuses, le jeune homme entreprend de résoudre l’affaire à son compte. Mais au-delà du mystérieux décès, c’est un autre monde que va découvrir Loïc, un univers diamétralement opposé au sien ; petit-à-petit la réalité s’impose : aux frontières de son existence s’étend autre chose… l’autre vie, l’autre lui. »

J'ai lancé un petit site pour supporter l'écriture, j'y publie les chapitres au fur et à mesure, en version texte et pdf. Je pourrais poster les chapitres directement ici; mais je vous recommande quand même plutôt le pdf, bien plus pratique à lire ;)


En guise d'introduction, je vous mets le prologue :




      À demi allongé dans son fauteuil, Loïc somnolait devant l’ordinateur allumé malgré la posture inconfortable, son poing contre la tempe et les jambes étalées sous le bureau. Sur le mur en face étaient punaisées des dizaines de photos et post-it, reliés entre eux par des fils blancs formant un complexe puzzle occupant toute la surface libre, vaste tableau surréaliste qu’il contemplait sans relâche depuis des jours. Presque endormi, il voletait mollement dans une brume d’images glauques, les échos de la dispute des voisins d’à coté donnant un fond sonore particulier à cette rêverie qu’un tintement électronique interrompit brusquement.

      Se redressant lentement dans son siège, gardant les paupières mi-closes, le jeune homme tenta de distinguer l’écran devant lui, dont la luminosité agressive lui fit perler des larmes. Tout en se frottant les yeux d’une main, il chercha à tâtons la tasse de café qui devait se trouver non loin. Il vida d’un trait le peu de liquide restant, froid et amer, et se leva dans un étirement pour aller se préparer une autre tasse à la cuisine. L’eau de la bouilloire était encore tiède, et c’est avec un soupir d’aise qu’il trempa les lèvres dans sa drogue favorite qu’il arrosa de quelques gouttes de Whisky. Il jeta un regard méfiant au radio-réveil : 18h47.

      Un nouveau mail, de Cédric. Les affaires allaient bon train de ce coté-là ces derniers temps, ce qui n’était pas pour l’arranger ; un travail grassement rémunéré lui conviendrait mieux, bien que moins passionnant. Comme d’habitude, pas d’objet, simplement un message lapidaire : Cédric n’était guère prolixe.

      Passe me voir au bureau dès que tu peux. Affaire qui pourrait t'intéresser.

      Trop tard pour une visite aujourd’hui, j’irai demain. De toute manière, rien ne presse… Grattant vigoureusement sa barbe de deux semaines, Loïc s’interrogeait : l’absence de dossier en pièce jointe était intrigante ; l’oubli n’était pas le genre du personnage, pourquoi donc Cédric n’avait-il pas jugé utile de lui communiquer les renseignements préliminaires ? Affaire trop importante, ou trop peu ? La question tournait dans son esprit depuis quelques minutes quand il se rappela son «rendez-vous» du soir… il ne lui restait que quelques dizaines de minutes, il serait juste. Une chance que cela soit juste à coté… le hasard faisait parfois bien les choses. Pivotant sur son siège, il demeura pourtant immobile, scrutant les visages immobiles des photos figées au mur et replongea dans sa réflexion.
      Il suivit une fois de plus des yeux le cours du fil bleu au travers de l’écheveau de fils immaculés, cherchant une explication, un point qui permettrait de débrouiller la boule de nœuds, sans succès. Son café fini, il s’habilla, attrapa sa sacoche, enfila son blouson en jean et sortit après un bref passage à la salle de bain. Demain, il taillerait sa barbe.

      La cage d’escalier était calme désormais, passée la tirade des voisins qui devaient comme à l’accoutumée renouer bruyamment dans leur lit, faisant la joie du locataire du dessous dont le chien avait une fois de plus uriné contre la porte de l’ascenseur, parfumant tous les étages. Retenant sa respiration, Loïc descendit rapidement les quelques volées de marches dans la pénombre et poussa la lourde porte sombre, s’engageant dans la rue Samson.
      L’obscurité du crépuscule automnale plongeait les recoins du trottoir dans l’ombre malgré l’heure peu avancée. Loïc aimait l’automne. La ville changeait agréablement, devenait plus vivante et pourtant moins hospitalière… un sentiment complexe qu’il aimait beaucoup. Il suivit un moment la rue Vandrezanne, mais s’arrêta après l’angle, se postant derrière un pilier ; l’alignement avec un arbuste, quelques mètres plus loin, était parfait.
      Adossé à la pierre, il patienta quelques minutes, rajustant le col de son blouson pour protéger sa nuque de l’air frais. Une voiture de police passa lentement, puis un taxi, avant qu’il n’aperçoive au loin sa cible. Sortant un paquet de sa poche, il alluma une cigarette, tant pour se réchauffer que pour dissimuler son visage au passage du véhicule.
      Expirant une bouffée de fumée, Loïc sorti l’appareil photo de sa housse et, un genou à terre, régla le grossissement et la précision en cadrant la petite voiture bleu foncé. Il était là, évidemment, comme chaque vendredi ; mais chaque fois précédente, Loïc l’avait raté, soit qu’il était dérangé par un badaud, soit qu’il était trop exposé, ou trop loin… mais ce soir, la rue était déserte : l’affaire était dans le sac.
Il mitrailla pendant quelques instants, observant l’homme tourner en rond sur le rebord du trottoir, prenant soin que la voiture et la plaque minéralogique apparaissent le plus souvent possible, mais il se concentra plus particulièrement sur l’homme ; quelques minutes passèrent avant que ce dernier ne se tourne et s’avance vers quelqu’un sortant du centre commercial par la porte latérale… une femme.

      La reconnaissant, Loïc faillit perdre sa cigarette sous le coup de la surprise : l’histoire devenait malsaine… mais elle était résolue, et d’une manière qui le surprenait ; il avait d’emblée écarté une hypothèse qui se révélait maintenant être la bonne, il devrait reprendre tout le dossier un jour à tête reposée. Il avait très certainement perdu plusieurs jours inutilement.
Pestant en silence sur son erreur de débutant, il prit rapidement une dernière dizaine de clichés du couple s’installant dans la voiture et s’éloigna rapidement, rangeant soigneusement son matériel.

      Marchant d’un pas vif, il eut un léger frisson en voyant la voiture le doubler, redoutant qu’elle ne s’arrête à son niveau ; mais elle poursuivit vivement avant de disparaitre dans un crissement de pneu. Quel frimeur… le personnage le répugnait, il était finalement assez content d’en avoir terminé. Un bref détour par le square et il fut de nouveau chez lui où il s’empressa de transférer les photographies ; il consacra l’heure suivante à les étudier, à la recherche d’un dernier détail, sirotant un verre de bière fraîche. Quand enfin il fut certain que rien ne lui avait échappé, il ôta les fils et les photos du mur, les classant avec les nouvelles dans un dossier qu’il étiqueta soigneusement et qu’un ultime compte-rendu vint conclure. Il sélectionna les photos les plus intéressantes, archivant les autres sur un disque externe, et lança l’impression pendant qu’il se préparait un frugal diner.

      S’allongeant sur le lit, il discuta intérieurement la possibilité de regarder un film avant de dormir, mais opta finalement pour un livre et la radio. Il prit tout de même rendez-vous avec son futur ex-client une fois son repas achevé, arrangeant un entretien pour le lendemain matin à 9h. Il n’était pas encore minuit quand il sombra dans le sommeil, encore habillé, se demandant comment réagirait le vieil homme le lendemain, face à ses conclusions.




Voilà, j'espère que ça vous intéressera, n'hésitez pas à faire des critiques virulentes si quelque chose ne vous plait pas ;) c'est plus utile que les bouquets de fleurs ou les demandes en mariage, mais je promets de considérer ces dernières avec attention :D

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Comme évoqué précédemment dans ledit topic à polémique, je suis la première derrière toi ;-) ! Le pitch m'a bien emballée ; j'espère pouvoir en faire mon livre de chevet, même si le temps me manque.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

J'aime bien, c'est bien écrit et il y a du style, il y a juste un passage qui m'a fait tiqué, c'est qu'à un moment tu passes à la première personne juste pour une phrase, c'est volontaire ou juste une erreur ?

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Merci iouou ;)

Perceval, merci à toi aussi :) par contre, où précisément pour la phrase ? (quel chapitre, vers où à peu près ?)

Semi-Croustillant
Hors ligne

Je ne vais pas m'improviser critique litteraire parce que franchement, je sais pas faire...Mais ton prologue m'a donné envie d'aller voir le site hebergeant ton roman et maintenant je vais etre frustree en attendant la suite! Voilà c'est pas constructif comme remarque juste un encouragement pour nous faire partager tes écrits.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Un nouveau mail, de Cédric. Les affaires allaient bon train de ce coté-là ces derniers temps, ce qui n’était pas pour l’arranger ; un travail grassement rémunéré lui conviendrait mieux, bien que moins passionnant. Comme d’habitude, pas d’objet, simplement un message lapidaire : Cédric n’était guère prolixe.

      Passe me voir au bureau dès que tu peux. Affaire qui pourrait t'intéresser.

Trop tard pour une visite aujourd’hui, j’irai demain. De toute manière, rien ne presse…

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Ah non, c'est volontaire : c'est en italique dans le pdf, mais je n'ai pas pensé à le mettre comme ça ici, c'est corrigé ;)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Ok bon courage pour la suite, je suis curieux de la connaitre !

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Keltan a écrit :

(Toute ressemblance avec un topic à polémique datant de quelques mois est un vrai coup de bol...)

Je te rassure Keltan nous ne savons absolument pas de quoi ou qui tu peux bien parler. :lol:

Pour en revenir à ton texte, j'aime beaucoup. En quelques instants je me suis attachée au personnage, et une vraie ambiance ressort de tes écrits. En attendant la suite avec impatience. :)

Chef de Clan
Hors ligne

Bon, je vais faire le méchant moi ;)
Si l'histoire semble loin d'être dénuée d'intérêt, je trouve qu'il y a tout de même quelques défauts, heureusement facile à corriger.
Tes phrases sont bien trop longues. Quand tu lis un texte bien construit, c'est fluide, ça coule et tu ne dois pas être à court de respiration. Là, ce n'est pas le cas, et dès le début. En te relisant et en faisant quelques coupes (évite par exemple les redondances : "à demi allongé" et juste après la "posture inconfortable" ... en plus, à demi vautré, c'est pas vraiment inconfortable. Et puis y a quelques petites lourdeurs aussi, qui sont inutiles : le recoin du trottoir (je sais même pas ce que ça veut dire, réfléchis bien ;) ) .. Je trouve aussi que tu as des transitions qui "ne collent pas".. Tu mentionnes par exemple "une brume d'images glauques" que tu associes à "rêverie" l'instant d'après, alors que ce sont vraiment deux contraires, ou encore "le tintement électronique" qui intervient d'une manière brusque et la ligne d'après "..se redressant lentement"... Je pense (à mon avis hein), que les contrastes ne sont pas top là...
Autant y a des trucs qui ne servent à rien mais apportent une touche stylistique ("il taillerait sa barbe le lendemain" par exemple), autant parfois c'est trop appuyé, trop lourd ("La cage d’escalier était calme désormais, passée la tirade des voisins qui devaient comme à l’accoutumée renouer bruyamment dans leur lit, faisant la joie du locataire du dessous dont le chien avait une fois de plus uriné contre la porte de l’ascenseur, parfumant tous les étages" : longue phrase bien trop lourde bien qu'imagée : on a compris, voisins bruyants, pipi de chien ... bref, c'est pas le Ritz). Autre petit point technique, quand tu parles de photos par exemple, tu n'emploies pas "régla le grossissement et la précision" mais plutôt "ajusta la focale, sélectionna le programme, fit la mise au point, changea la vitesse d'obturation ..." Si tu as des doutes, fais simple : "il cadra la petite voiture bleue" .. ça suffit tu sais. Tu vois, juste un peu de relecture, et de simplicité et tu vas y gagner en rythme et en intensité. Continue et persévère et si tu veux des coups de main, on est là !

PS : je vois de quel topic tu parles mais y a pas photo au niveau du talent par contre ... ;)

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Héhé, ça c'est de la critique constructive, merci BreizhKnight, je n'en attendais pas moins de toi ;)

Globalement, je suis d'accord avec tout ce que tu as dit. En fait le prologue est assez vieux ; j'ai du l'écrire en août ou septembre, et sans penser réellement à une suite. Il y a beaucoup de formules malheureuses et de trucs bancales, et quand j'ai repris le texte pour en faire le prologue et développer l'histoire, j'ai ajouté pas mal de trucs, et laisser certains qui auraient pu être améliorés. Idem pour le vocabulaire photographique, à l'époque je ne l'avais pas (je ne m'étais pas encore lancé dans la photo). Je corrigerais tout ça... un jour :rolleyes: pour le moment j'en suis à l'écriture du chapitre 3, j'ose espérer que ça s'améliore :)

Les liens des chapitres suivants, pour ceux qui n'auraient pas ;)

Chapitre 1
Chapitre 2

Chef de Clan
Hors ligne

Aaaah mais je te rassure Keltan, il n'y a aucune ressemblance avec un certain topic apparu il y a quelque temps! :lol:

C'est sympa de nous faire partager ce que tu ecris, ça me remotive pour avanver dans mes propres ecritures et bientot vous les exposer aussi! :)

Pour l'instant je n'ai lu que le prologue, par rapport a cela je te dirai tres simplement mes + et - : au niveau positif, on voit que tu sais installer un suspense, et je trouve que tu as un vocabulaire varié et sans redondance.
Pour le seul point negatif, je trouve comme BreizhKnight que c'est pas assez fluide, parfois tes phrases ne paraissent pas sortir naturellement... Mais c'est normal si c'est ce que tu as ecrit en premier et que tu l'as pas ou peu retravailler. Les debuts c'est toujours pleins d'idees mais souvent aussi on a l'impression que la machine est rouillée...
Moi meme avant la redaction de mon memoire final j'ai relu le petit memoire de 35 pages rendu en M1, ben j'ai trouvé ça aaaaaaffreux, le style etait lourd, j'arrivai pas a sortir les phrases aussi clairement que ce que j'aurais voulu...

Pour conclure je dirai que ce prologue est interessant et prometteur! Il y aura eventuellement des retouches a faire, mais c'est normal surtout que tu n'ecris pas depuis longtemps! :)

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Merci Hermy ;)

Le chapitre 3 est disponible ! un peu plus d'action (normalement), deux nouveaux personnages, quelques nouveaux éléments de l'histoire...

[clic]  :)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB