Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui prend tout le fromage gratiné !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

L'action se situe fin Livre III.

Les Seigneurs Perceval et Karadoc arrivent d'un pas tranquille, riant de bon cœur, en direction de la Taverne. Ils entrent, et voient le tavernier, seul, sur une table, effondrée en sanglot. Karadoc et Perceval se regardent.

Générique

Acte unique

Le Tavernier, qui relève la tête pour voir qui vient d'entrer : Ah... C'est vous...
Perceval : Qu'est-ce-qui se passe ? Y a personne dans votre gargote ! Même pas les trois clodos qui se bourrent la gueule au fond de la pièce !
Le Tavernier :   J'avais besoin d'être seul, croyez-moi...
Karadoc : En tout cas, ça fait bizarre de vous voir dans cet état-là... Attendez, ne me dites pas que vous fermez la boutique !
Perceval : Vous êtes ruiné jusqu'au cul, c'est ça ?
Karadoc : Ça va encore être de notre faute, ça... Je savais qu'on aurait pas dû y aller avant-hier...
Perceval : C'est surtout il y a deux jours qu'on aurait pas dû y aller... quoiqu'on avait quand même les crocs ! Après notre super mission... Ce qu'on lui a mis, au vieux débris !
Karadoc : Ouais, enfin, il restait un cochon entier dans les cuisines, on aurait pu éviter la Taverne !
Perceval : Nan mais attendez après une mission pareille ! Fallait qu'on le fête, c'était obligé, là... Direct, ils nous l'a filé, l'indice, l'autre abruti ! Même pas eu le temps de dire Graal qu'on était déjà reparti... Encore un vieux tout moisi... On dirait qu'y a que ça, ici ! Vous voulez qu'on vous raconte, patron ?
Le Tavernier : Vous savez... J'ai pas bien le moral, là.. (Il essuie ses larmes) Elle a l'air bien gentille, votre épopée, je vous offrirais bien une bouteille, mais... je suis pas dans mon état, là.
Perceval : Ah merde. Pour une fois qu'on réussi un truc, si on peut même pas le raconter...
Karadoc : Qu'est-ce-que vous allez devenir, Tavernier, si vous abandonnez le commerce ?
Perceval : C'est surtout nous qu'est-ce-qu'on va devenir !
Le Tavernier : Abandonnez le commerce ? Mais qu'est-ce-que vous m'racontez là, Seigneur Karadoc ? Pas question que j'arrête, j'ai jamais eu autant de client que ce mois-ci, c'est en pleine expansion en ce moment ! Un vrai succès régional, les gars !
Perceval : ... C'est pour ça que vous pleurez ?
Karadoc : Et elle est où, la clientèle ? Parce que là, à part un sauciflard qui pendouille, y a pas grand chose...
Le Tavernier : Ah non, mais ça c'est moi qui leur ai dit de partir, aux grouillots ! Ils me regardaient chialer... Non, j'avais envie d'être seul, comme j'vous l'ai dit !
Perceval : Bah forcément, si vous avez plus de quoi payer un radis... Vaut mieux qu'y ai plus personne dans votre boui-boui !
Le Tavernier : Mais non ! Mais bon Dieu je suis pas ruiné, Seigneur Perceval ! La Taverne a jamais mieux marché qu'aujourd'hui !
Perceval (à Karadoc) : Vous y comprenez quelque chose, vous ?
Karadoc : À part qu'il a plus d'argent, non j'ai du mal a suivre...
Le Tavernier : Nan, si vous me voyez dans un état pareil, c'est pas à cause d'une question d'argent ! Enfin, pas vraiment...
Perceval : Mais c'est quoi alors ?! Vous allez nous le dire, pourquoi vous pleurnichez, là ? On aimerait bien vous raconter notre mission, nous !
Le Tavernier : Mais vous m'avez pas laissé le temps de m'expliquer ! C'est à cause de ce foutu combat de chien !
Karadoc : Vous avez plus d'argent à cause d'un combat de chien ?
Le Tavernier : Mais bon sang, ça fait une heure que je vous explique, j'ai pas perdu de fric ! Au contraire, j'en ai même gagner, mes cocos, grâce à ce toutou !
Perceval : Ah, ça y est. J'ai compris.
Le Tavernier : Ah bon ?
Perceval : Vous pleurez parce que vous aimez pas les chiens. Comme nous. Y a pas de quoi se mettre dans des états pareils : les chiens, c'est des vrais saletés ! Bon qu'à pisser, ces bêtes là.
Le Tavernier : Rien à voir ! C'est juste que... (ses yeux redeviennent humides)... dix ans de combat de chien pour en arriver là, quand même... J'ai gagner du premier coup, avec un chien... UN VRAI CHIEN ! Tout ce qu'il y a de plus normal !
Karadoc : Et alors ?
Le Tavernier : Et alors c'est un chien que j'ai dressé, que j'ai nourrit et tout ! Pas un sale matou que j'ai retrouvé dans une poubelle ou un blaireau que j'ai ramassé sur la route !
Perceval (souriant) : Mais c'est génial, ça, non ?
Le Tavernier : Génial ? Un choc, vous voulez dire ! Tous les ans que je m'obstine à chercher tout et n'importe quoi comme bestiole pour gagner ce machin ! Et là, paf, je ressors mon petit toutou que je m'occupe depuis... quoi... deux, trois mois... Haut la patte, il le remporte ! Alors que l'autre, c'était quand même un gros molosse, hein ! Le machin bien dodu, voyez... Et moi, je suis là, avec mon petit clebs, tout mignon, tout propre... Et les doigts dans la truffe, c'est remporté. Le déshonneur, quoi... (il pleure à nouveau).

Perceval et Karadoc se regardent d'un air d'avoir rien compris.

Générique

Perceval (entrain de raconter sa mission au Tavernier) : Et alors, je lui dit, au vieil hibou : Dis-donc, le pépé, si tu nous files pas l'indice, j'appelle le roi Arthur, et fais moi confiance ça va pas être ton quart d'heure préféré... Et alors,...

Venec entre dans la taverne à ce moment-là.

Venec (au Tavernier) : Ah, vous êtes là ! Je viens vous rendre votre chien, là. Vous savez, celui que vous dressez depuis quelques semaines...
Le Tavernier : De... de quoi ? Vous devez faire erreur, il est dans la cave, le mien !
Venec : Non, ça, ça doit être celui contre lequel je l'ai échangé... Un chien qui lui ressemble comme deux goûtes d'eau, qu'un bouseux m'a refilé. En fait j'avais besoin d'un bon animal bien dressé et tout, le truc tenace quoi, pour innover de nouvelles expériences de tortures, exclusivement réservé aux animaux ! Je suis vraiment désolé, je vous rend le votre, je vous l'ai piqué hier... Mais il est crevé... Il a pas su tenir le coup..
Le Tavernier : Mais alors... celui qui a gagné le combat de chien, c'est pas le mien du tout ! C'est le chien d'un paysan (Sa mine s'éclaircit)
Venec : Ah mais il a gagné le combat de chien en plus ? Si j'avais su j'aurais pas fait d'échange...
Le Tavernier : Mais pourquoi vous venez me le rendre, s'il est crevé, l'autre ?
Venec : Hé, si vous y tenez pas plus que ça, heu... Autant le laisser moisir sur la route...
Le Tavernier : En tout cas je garde l'autre saloperie ! Vous remercierez de ma part votre paysan, là...
Venec : Ouais, ouais, vous en faites pas... (Il regarde Perceval et Karadoc) Et vous deux, qu'est-ce-que ça raconte ?

Noir

Perceval (à Venec) : Vous, si vous me coupez encore une seule fois la parole pendant que je raconte la réussite de ma mission, je vous les fais bouffer, vos clébards.

Croustillant
Hors ligne

J'aime bien la façon dont tu fais parler les personnages, Perceval notamment. Avec par exemple:

"Perceval (en train de raconter sa mission au Tavernier) : Et alors, je lui dit, au vieil hibou : Dis-donc, le pépé, si tu nous files pas l'indice, j'appelle le roi Arthur, et fais moi confiance ça va pas être ton quart d'heure préféré... Et alors,..."

Je trouve Vennec bien rendu aussi.

Alors par contre, le coup du tavernier qui pleure parce que son chien a gagné, pour moi, ça prend vraiment pas. Et c'est d'autant plus dommage que c'est le coeur du texte. Parce que Perceval et Karadoc qui réussissent une quête et qui veulent à tout prix le faire savoir ça je trouve que c'est intéressant et bien rendu dans le texte (avec notamment la réplique que j'ai mentionné). Mais l'histoire du tavernier empiète dessus.

Chef de Clan
Hors ligne

Ben tout pareil que mon ami Provencal. La mayonnaise prend pas. Ca tergiverse un peu trop côté Tavernier et du coup, on a limite plus envie de savoir pourquoi il piaille. Par contre, en effet, l'histoire de Perceval et Karadoc on a déjà plus envie de l'entendre. Venec c'est une bonne idée de le faire intervenir, on le "voit" pas souvent. Mais continue, faut pas laisser tomber. A la limite, remanie le truc ?

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

@ Elphin : Je sens que je vais en prendre plein la poire ^^

Non, sérieusement, un scénario qui ne prend pas... même pour moi ça m'a pas trop accroché. Heureusement que Perceval et Karadoc essayent de raconter une mission, sinon ce serait vraiment fade. En tout cas, j'ai beaucoup plus mis de côté les répliques de Kaamelott pour essayer de privilégier le scénario... Résultat : on ne reconnaît pas le caractère du Tavernier.

J'ai pas trop envie de remanier... Je préfère laisser comme tel, et partir sur autre chose plus tard. Je m'aperçois que la tavernier qui pleure juste parce qu'un chien pas poisseux gagne, c'est peut être un peu exagéré. En fait, au départ, je voulais qu'il pleure parce qu'un personnage de Kaamelott est mort (ce qui aurait été déjà plus crédible). ^^

Quant à la fin de l'histoire, je savais vraiment pas quoi faire comme chute. Donc une fin bizarre avec Venec. Si vous aimez l'intervention de Venec, tant mieux... moi même je trouve ça spécial ^^

Mais j'ai bien aimé écrire Perceval et Karadoc qui laissent pas parler le tavernier. En fait, je crois que mon deuxième scénario (celui ci) est une sorte de test : j'ai fait en sorte de faire parler les personnages avec de nouveaux mots, m'éloigner des répliques cultes de la série, mais... sur un scénario plat. Je pense quand même que je me suis améliorer, car le précédent faisait trop "copier-coller".

Edit : À la limite, j'aurais pû pourrais faire le tavernier entrain de pleurer tout le long, et Perceval/Karadoc qui lui demandent pourquoi, mais en même temps leur raconte leur mission tout le long, donc ne lui laisse pas répondre, et à la fin on sait même pas pourquoi il pleure...

Pécore
Hors ligne

Je ne me rappelle pas que le tavernier se soit déjà adressé directement à Perceval ou Karadoc par leurs noms ou même en disant "Seigneur".

Sinon, même chose que mes collègues, l'histoire paraît dure à avaler mais éventuellement pourquoi pas... Par contre, pour Perceval et Karadoc l'idée était franchement sympa et Venec pas mal non plus.

Pécore
Hors ligne

désolée mais j'accroche pas, ca traine, y'a pas trop d'histoire, la fin est pas gégé
nan vraiment j'aime pas.

Croustillant
Hors ligne

Bon alors je vais essayer d'être plus prolixe que mes prédécesseurs, et de t'éclairer sur le texte.

Dans l'ensemble, c'est bien écrit déjà. Il n'y a pas trop de fautes (pas trop j'ai dit, car il y en a quand même, des bénignes du genre é/er ou y/il. Gênant mais pas gravissime) et le français est plus que correct.
Je salue les efforts que tu as fait pour t'éloigner de la série, plus exactement pour éviter les copier-coller que je critique souvent. Du coup, on a plus de mal à retrouver les personnages que l'on connait. Mais je préfère cela à une vulgaire adaptation des répliques de la série.

Je ne trouve pas que le fait que le Tavernier pleure soit gênant. Comme les autres, je pense que c'est plus la raison qui le fait pleurer qui est incohérente. C'est absurde, mais absurde pas drôle. Du coup, on ne peut pas te suivre dans l'humour. De plus, il y en a tellement dans le pathos qu'au bout d'un moment la raison de ses pleurs nous indiffèrent. On est toujours un minimum curieux, mais plus assez pour maintenir l'intérêt.

C'est ce qui donne cette impression de longueur dans le scénario. Ça plus le fait que la raison pour laquelle le Tavernier pleure met du temps à venir. Ce n'est pas que cette raison soit mal expliquée, c'est qu'on ne comprend pas en quoi c'est un déshonneur pour lui. Son but était d'arnaquer les parieurs en ayant comme combattant des animaux de toutes sortes. Mais ça n'a jamais été un honneur pour lui d'avoir ces animaux-là plutôt que d'autres entrainés. Pour moi en tout cas.

Un scénario c'est une idée. Une idée qu'il faut développer, construire puis terminer de manière logique.
Là, comme l'ont soulignés les autres avant moi, il y a deux idées directrices : le désespoir du Tavernier et la quête réussie de Perceval et Karadoc... Et ces deux idées ne se complètent pas, elles empiètent l'une sur l'autre. Du coup, tu ne sais plus trop vers quelle idée orienter ton scénario, et c'est ce qui donne cette fin bizarre.

Car assurément, elle l'est. C'est une espèce de deus ex machina, mais c'est trop mal expliqué pour être comique. C'est l'explication de venec qui est trop longue, je pense. Sa dernière phrase dans sa longue réplique "Mais il est crevé... Il a pas su tenir le coup.." aurait pu être une réplique à part entière, ç'aurait gagné en dynamisme selon moi et aurait donné quelque chose comme :

"Le Tavernier : Mais alors... celui qui a gagné le combat de chien, c'est pas le mien du tout ! C'est le chien d'un paysan (Sa mine s'éclaircit)
Venec : Ah mais il a gagné le combat de chien en plus ? Si j'avais su j'aurais pas fait d'échange...
Le Tavernier : Mais où qu'il est mon chien? Je le vois pas avec vous.
Venec : Ah le chien ? Non mais il a pas tenu le coup, en fait. Du coup, il est crevé... Vous en voulez toujours?
Le Tavernier : Mais pourquoi vous venez me le rendre, s'il est crevé, l'autre ? "

Ce n'est pas parfait mais c'est plus clair déjà. Dans la réplique de Venec, il y a trop d'informations pour qu'on puisse tout suivre, il part dans trop de directions à la fois. C'est pour cela que la fin de sa réplique doit être séparée du reste.
Une idée, c'est ce qui sert de ligne directrice à l'histoire, et elle demande d'être construite, quelque soit le genre d'écriture : roman, scénario, nouvelle, poème, etc...
Là, j'ai plus eu l'impression que tu voulais te débarrasser de cette idée, que tu ne savais plus trop quoi en faire.

Tu as fait des efforts pour te centrer sur l'intrigue, c'est une bonne chose. Il faut maintenant que tu apprennes à la construire et à la développer.
L'écriture n'est pas instinctive, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens. Elle demande une part d'inspiration, qui constitue l'idée principale, mais elle demande surtout beaucoup de travail pour la développer et rendre cohérent l'univers que l'on crée ou que l'on met en scène.

Il y a eu des efforts sur l'écriture et la construction, il y a encore des progrès à faire, mais c'est encourageant.

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne
Elphin a écrit :

Tu as fait des efforts pour te centrer sur l'intrigue, c'est une bonne chose. Il faut maintenant que tu apprennes à la construire et à la développer.
L'écriture n'est pas instinctive, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens. Elle demande une part d'inspiration, qui constitue l'idée principale, mais elle demande surtout beaucoup de travail pour la développer et rendre cohérent l'univers que l'on crée ou que l'on met en scène.

Oui, mais si je faisais cet effort, ce travail comme tu dis, pour créer un très bon scénario, ce ne serait plus un simple passe-temps, un simple loisirs, pour moi. Je n'ai pas tellement envie de me creuser la tête, je te l'ai dit. J'essaye de faire en sorte que ce soit divertissant, mais ça s'arrête là. Après, si ça ne plaît pas, tant pis hein...

PS: J'en ai écrit un autre ! :P

Croustillant
Hors ligne

C'est quelque chose de parfaitement recevable de faire cela pour le plaisir et pour son propre divertissement avant tout. C'est même ce qui motive beaucoup d'entre nous à écrire : écrire par plaisir, sans la moindre ambition. Dès lors qu'on a, ou qu'on prétend avoir des ambitions, on se doit de produire une histoire cohérente, construite, bien écrite, etc...

A vrai dire, quand je fais une critique d'un scénario, je ne le fais pas pour ce scénario-là en particulier, mais pour qu'avec les conseils que nous donnons, j'espère que cela se ressentira sur la future production de l'auteur dont j'ai eu à critiquer le texte.
Et rien ne me fais plus plaisir qu'un auteur qui progresse.

Tiens en parlant de progression, allons voir ton nouveau scénario ^^

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne
Elphin a écrit :

C'est quelque chose de parfaitement recevable de faire cela pour le plaisir et pour son propre divertissement avant tout. C'est même ce qui motive beaucoup d'entre nous à écrire : écrire par plaisir, sans la moindre ambition. Dès lors qu'on a, ou qu'on prétend avoir des ambitions, on se doit de produire une histoire cohérente, construite, bien écrite, etc...

A vrai dire, quand je fais une critique d'un scénario, je ne le fais pas pour ce scénario-là en particulier, mais pour qu'avec les conseils que nous donnons, j'espère que cela se ressentira sur la future production de l'auteur dont j'ai eu à critiquer le texte.
Et rien ne me fais plus plaisir qu'un auteur qui progresse.

Tiens en parlant de progression, allons voir ton nouveau scénario ^^

Et bien je pense que j'ai progresser. Même si ce n'est pas le cas, j'en ai la sensation, c'est déjà bien :D
Oui, j'attends aussi  tes remarques, évidemment ;)

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Woulààà! C'est un virage à 1784 degrés que tu as pris là! Ca fait pas un peu chaud? :-)

Ben tu vois, cette fois, moi ce qui m'embête un poil, c'est que je ressens plus ton plaisir d'écrire. Je peux me planter, bien sûr, mais il me semble que cette fois tu t'étais tellement attaché à suivre tous les conseils des autres pour t'améliorer... que tu as momentanément perdu ton âme en chemin.
Je crois sincèrement qu'à un moment donné il faut laisser le récit "partir en sucette"... Je vais te dire: il m'arrive de barbouiller -sans aucun talent du reste, c'est ma "thérapie anti stress"- et bien, je me suis rendu compte que je partais avec une idée précise de peindre un truc, et souvent, suivant comment la peinture s'étale ou les teintes se fondent, je me retrouve à peindre tout à fait autre chose qui au final me comble pleinement. J'ai pris mon pied, et cela seul compte. Ca je l'avais ressenti dans ton 1er texte et je ne le retrouve pas ici.

Maintenant, ton travail demeure un morceau de bravoure, comme tout ce qu'on tente sans filet.
Tilleul! Attends, non, c'est pas ça... Ah oui: Courageux!

Vite, je vais boire goulûment la suite de ton oeuvre... On se revoit sur ton prochain tome :-)

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Mais je n'ai plus vraiment le temps de m'y remettre, ma chère Cryda ! :) J'ai fait ça une ou deux fois comme passe temps, mais ce n'est vraiment pas dans mes ambitions de devenir écrivain, loin de là :D Et je n'aurais pas la prétention de dire que ce que j'ai écrit est bien, ce sont de simples essais. Et je suis ravi que tu les lises, même avec un an de retard, ça t'y peux rien, mais voilà, c'est marrant, je les redécouvre en même temps que toi :D

Celui-là avait fait un flop, mais je l'ai senti aussi en écrivant, je savais pas trop où j'allai, j'étais parti d'un point de départ, puis j'avais pas trouvé de sens scénaristique vraiment bien défini, du coup, voilà, ça s'est mal enchaîné. ;)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB