Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui entraîne les ministères, qui tirent à la balustrade. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Et voici mon troisième scénario. En espérant qu'il vous plaira. L'action se situe au livre I ou II.

                                                        .::. LES JOIES DE LA CAMPAGNE .::.

COULOIR, DEVANT LA PORTE DE LA CHAMBRE D'ARTHUR

BOHORT frappe à la porte.

BOHORT  (criant) - Sire ! SIRE ! C'est épouvantable !
ARTHUR  (depuis sa chambre ; n'a pas ouvert la porte) - Non.
BOHORT - Mais SIRE, votre... Non ? (Bohort fait signe de ne pas comprendre) ... Comment ça, non ? Je n'ai encore rien dit.
ARTHUR - Si, vous avez dit que c'est épouvantable. Et moi, je vous réponds « non » parce que je m'en tape.
BOHORT - Mais enfin, je...

ARTHUR ouvre la porte, les cheveux un peu en bataille et les yeux cernés.

ARTHUR - Bohort, vous savez qu'on est rentré de bataille contre les Saxons depuis... il y a... quoi... une heure. Et donc, ça fait environ trois jours que je n'ai pas fermé l'œil de la nuit. Et là, on est rentré, et je vous assure, j'en ai marre : je veux pion-cer !
BOHORT - Mais Sire, vous ne comprenez pas !
ARTHUR Non, chut... C'est vous qui ne comprenez pas. Je ne sais pas pourquoi vous venez encore me réveiller en plein milieu de la nuit, et je ne veux pas le savoir ; le château peut bien être en train de cramer, Attila en train de raser le pays, ou des démons danser la polka dans votre chambre... vous vous dé-mer-dez. Bonne nuit, Bohort.

Il claque la porte. BOHORT reste sur place, se taisant, bloqué devant les propos du Roi.

GÉNÉRIQUE D'OUVERTURE • I : SALLE DE LA TABLE RONDE

CALOGRENANT LANCELOT, PERCEVAL, KARADOC, BOHORT, GALESSIN, HERVÉ DE RINEL et le PÈRE BLAISE sont présents. ARTHUR entre, tout le monde le regarde, bouche-bée. ARTHUR s'assoit.

ARTHUR - ... Et ben ?.. Qu'est-ce-qu'il y a ? Léodagan n'est pas là ?

Personne répond. PÈRE BLAISE rompt le silence.

PÈRE BLAISE - Bon, et bien nous allons commencer par l'ordre du jour : une quête de nos amis Perc...
ARTHUR - Nan, stop, attendez deux secondes... Qu'est-ce-qui se passe, là ? Pourquoi vous me regardez tous bizarre ?
CALOGRENANT - Bah, quand même... Ça doit pas être marrant...
ARTHUR - Qu'est-ce-que... Qu'est-ce-qui doit pas être marrant ? Mais qu'est-ce-que vous me chantez, là ?
GALESSIN - Votre femme Guenièvre, elle a été enlevée, vous êtes certainement au courant, non ?
ARTHUR - Quoi ?! Mais c'est pas possible, pourquoi personne ne m'a rien dit ?!
BOHORT - J'ai pourtant bien essayé de vous l'expliquer cette nuit, Sire, mais vous ne m'avez pas laisser le temps.
ARTHUR - Bah merde, alors... Mais, heu... On sait par qui elle a été enlevée, au moins ?
KARADOC - Non. C'était hier, je crois.
PERCEVAL - Tiens c'est marrant, ça, hier !
LANCELOT - Je vois pas bien ce qu'il y a de marrant, imbécile. Ça fait presque une journée que la reine a disparu !
ARTHUR - Celle-là, alors... Dès qu'on met personne pour la surveiller, faut qu'elle se fasse kidnapper... Mais au fait, vous deux (il s'adresse à Perceval et Karadoc) , vous êtes pas venu avec nous pendant la bataille contre les Saxons, vous avez vu personne entrer dans le château, hier ?
KARADOC - Bah, il me semble pas... Moi en tout cas...
PERCEVAL - Il y a bien les deux trois larbins qui font des aller-retour dans l'entrée, mais à part ça...
KARADOC - Après on a appris par Léodagan hier après-midi qu'il ne voyait plus la reine.
LANCELOT  (à Arthur) - Bon, quand est-ce-que vous l'avez vu la dernière fois dans votre lit, Sire ?
ARTHUR - Ah, non, hein ! Ça va pas recommencer ! Je vous dis que je fais pas attention à elle, quand elle est là où pas ! On vous dit que c'était hier, de toutes façon ! Et puis tiens, d'ailleurs, en parlant de Léodagan... où il est, celui-là ?
HERVÉ DE RINEL - Sûrement en train de chercher Geuripe.
ARTHUR - Chercher qui ?
HERVÉ DE RINEL - Bah, sa fille, Geuripe.
LANCELOT - Guenièvre. D'ailleurs nous devrions tous faire comme lui ! Partir à la recherche de notre reine !
ARTHUR - Et ben... Il a bien du courage, en tout cas. Moi, je vais vous dire, pour une fois qu'elle est pas là... je vois pas de raison de me plaindre.

Tout le monde le regarde, choqué.

ARTHUR - Bon, euh... ça va, hein, je plaisantais. Bon, à part Lancelot, qui veut partir à sa recherche ?

Personne répond, Lancelot regarde tout le monde avec de gros yeux, contrarié.

PÈRE BLAISE - Bon, si personne veut aller la rechercher, on va peut-être attaqué l'ordre du jour... Donc, la quête de Perceval et Karadoc...

COUPURE • II : SALLE DE LA TABLE RONDE

PERCEVAL et KARADOC sont en train de raconter leur quête.

PERCEVAL - Rikiki comme ça elle était, sa patte, au matou !
KARADOC - À peine plus gros qu'une cuisse de poulet !
PERCEVAL - Ouais, à peine si on pouvait la voir...

LÉODAGAN entre soudainement dans la salle, en armure, mais plein de bouse et d'herbe. Il s'assoit, fixé par tous les chevaliers et le roi.

LÉODAGAN - C'est bon.
CALOGRENANT - Vous l'avez retrouver ?
LÉODAGAN - Ouaip. Dans un champ tout croteux, allongée par terre.
ARTHUR  (qui ferme les yeux) - Bon Dieu, mais qu'est-ce-qu'elle foutait là, encore...
LÉODAGAN - Qu'est-ce vous voulez que j'en sache ? Elle m'a juste dit qu'elle a pas été enlevée, qu'elle était parti hier... Alors j'lui demande si elle était au courant qu'on était en campagne, et là elle s'est évanouie. Faut dire qu'elle a pas bouffée depuis hier aprèm', la petite.
KARADOC - Elle voulait peut-être simplement cueillir des champignons ?
PERCEVAL - Ah non, mais ça y est !
LANCELOT - Qu'est-ce-qui est ?
PERCEVAL - C'est moi... Elle m'a demandé où est-ce-que vous étiez, hier ! Je m'en souviens, maintenant !
PÈRE BLAISE - Et vous lui avez répondu quoi ?
PERCEVAL Bah... À la campagne. Pas étonnant qu'elle soit allongée dans un champ, hein.


GÉNÉRIQUE DE FIN • SALLE DE LA TABLE RONDE

ARTHUR - À la campagne ? Mais pourquoi vous avez dit ça, espèce de tordu ?
PERCEVAL - Ben c'est pas là où vous m'aviez dit que vous étiez ?
ARTHUR - En campagne, crétin ! Contre les Saxons ! Pas à la campagne !
CALOGRENANT - Qu'est-ce vous voulez qu'on foute dans la campagne ?!
PERCEVAL - C'est pour ça, ça me paraissait bizarre...
LÉODAGAN - Mais bon sang mais c'est pas vrai ! (s'énervant) DES CONS PAREILS, ON DEVRAIT LEUR ÉCARTELER LES NOYAUX ! Regardez dans quel état je suis, à cause de vos conneries !
PERCEVAL : Désolé... Je me suis gouré... (il fait la grimace) un petit problème de compréhension, on dirait.
LÉODAGAN  (très énervé) - Et mon pied au cul ?! Vous comprenez ça, où y a encore « un petit problème de compréhension »
BOHORT - En tout cas, notre Reine est sauve, c'est l'essentiel.

Tout le monde se tait. ARTHUR soupire.

NOIR

ARTHUR  (à Perceval) - Finalement, à force de dire que des conneries, vous allez finir par me rendre service, vous.

---

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Chouette, encore un sketch pour ce dimanche ! :) Ça ne mange pas de pain, mais c'est bien tourné et la chute, bien que pas très originale, m'a bien fait rire. Et puis, je suis peut-être bon public, mais je n'avais pas vu venir la raison de la disparition de Guenièvre, c'est que ça fonctionne bien...

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Merci ! Je pense sincèrement, même si ça ne casse pas des briques, que c'est le meilleur scénario que j'ai fait sur les trois proposés. :)

Pécore
Hors ligne

alors la pas mal du tout!
bon on reste encore sur du deja vu (bohort qui emmerde le roi pendant qu'il dort, et guenievre "enlevée", le roi qui ne sait pas si elle est dans le lit ou pas...)

mais ce sont des elements utilisé pour une nouvelle situation donc ca me choque pas trop.
j'ai beaucoup aimé la confusion campagne /en campagne, et herve de rinel qui une fois de plus est a cote de la plaque avec le nom de la reine, par contre j'accroche pas avec la phrase de fin.

bravo en tout cas!

Croustillant
Hors ligne

Celui-là, je l'aime bien. Comme dans tes deux autres scenari, les personnages parlent bien, les répliques collent. De plus, je trouve ici le dialogue efficace avec des répliques qui s'enchainent bien.
Et là il y a une intrigue claire et bien ficellée. Une intrigue avec une chute en plus.

Et l'humour est là aussi avec des duos qui fonctionnent bien.
Par exemple Arthur/Bohort au début avec notamment "Mais SIRE, votre... Non ? (Bohort fait signe de ne pas comprendre)... Comment ça, non ? Je n'ai encore rien dit.
" . Réaction de Bohort assez surprenante (d'où l'humour) mais en même temps j'imagine très bien Bohort dire ça, comme ça (d'où un humour de qualité).

Non, vraiment très bien.

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Merci à vous deux, ça me fait plaisir. ;) Je pense et j'espère avoir fait des progrès.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Ben j'l'ai trouvé bien sympa ce p'tit scénario. La chute est intéressante et la raison de "l'enlèvement" assez marrante.

Croustillant
Hors ligne

Bon alors à moi maintenant ^^

J'ai réussi à me laisser porter par l'histoire, les personnages, comme toujours, sont justes, il n'y a pas (trop) de fausses notes, et tu colles assez bien à leur caractère.
Quelques fautes ("bouches-bées" au lieu de bouche-bée, c'est une locution adjectivale invariable et non un adjectif, le traditionnel "Sir" à la place de Sire, et dans une didascalie de la table ronde, tu écris "son présents" il manque le "t"), plus des imprécisions qu'un réel analphabétisme, évidemment.
Je ne m'attarde pas sur ces points-là, ils sont récurrents mais pas handicapant.

C'est plus sur le scénario qui, même s'il m'a porté, n'est pas vraiment folichon, recherché. Il y a des idées empruntées à la série, parfois même déjà abordées dans Kaamelott (l'enlèvement de guenièvre, le réveil par Bohort, l'incompréhension congénitale d'Hervé de Rinel, tout cela a déjà été dit pas mes prédécesseurs).
Je trouve dommage que ce ne soit pas plus élaboré. C'est vraiment dommage car tu as de bonnes idées (le non d'Arthur à Bohort, la confusion à la campagne /en campagne, ...) et un style assez proche de la série tout en étant innovant (les démons dansant la polka par exemple).

C'est un peu une facilité de reprendre toujours la même méthode, avec les mêmes ficelles. C'est un peu comme les romans populaires à la Lévy et Musso, ou les thrillers à la Dan Brown. Ce sont des livres avec le même schéma d'histoire, ils sont bons, mais ce n'est pas si recherché que cela dans l'intrigue. C'est dommage à mon avis, car tu peux vraiment faire de très bons scénarios je pense.

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne
Elphin a écrit :

C'est un peu une facilité de reprendre toujours la même méthode, avec les mêmes ficelles.

C'est ce que je cherche : la facilité ;)

Mais, reprendre toujours la même méthode avec les mêmes ficelles, ce n'est pas ce que fait lui-même Alexandre Astier ? Dans la plupart de ses épisodes il y a des références aux précédents. Parfois, c'est même un comique de répétition (le réveil par Bohort, par exemple. Il l'a utilisé deux trois fois... Pourquoi pas une quatrième ?) ! Bon, l'enlèvement de Guenièvre, j'avoue, ça a déjà été utilisé. Mais pour ce qui est du problème d'Hervé de Rinel, sa tendance à innover de nouveaux noms propres ou à confondre deux noms communs différents, ça a été abordé dans plusieurs épisodes aussi, donc pourquoi pas un de plus ? Tu comprends ce que je veux dire ?

Moi, je veux bien faire de "très bon" scénario, mais je pense que jamais j'innoverais complètement. Il y aura toujours des clin d'oeils, de l'inspiration d'autres épisodes de la série, c'est sûr (bon, dans celui-ci comme dans mon premier scénario, c'est vrai qu'il y en a peut être trop, je reconnais). Sinon je le sais je vais trop m'éloigner du truc et faire n'importe quoi..

Croustillant
Hors ligne

Je ne demande pas à ce que tu innoves complètement, grand dieu non^^
Il faut quand même qu'il y ait une continuité. Simplement, tu utilises les mêmes éléments que tu as déjà employés dans les autres scénarios, et qui ont aussi été traité dans la série.
Quant au fait qu'Astier ait réutilisé des éléments, c'est plus qu'exact, c'est même carrément la vérité. Mais il y a deux éléments à prendre en compte : la réussite du scénario où sont présentes ces réutilisations, et l'indulgence que je peux avoir avec ce que fait Alexandre Astier, je le reconnais volontiers.
Pour la réussite du scénario, le niveau est pas du tout le même (et ce n'est d'ailleurs l'ambition de personne ici, je le sais bien). Quant à l'indulgence, je dirais qu'il y a des choses qui passent chez Astier parce que c'est lui et qui ne passeraient pas chez toi. Comme un parent qui va être indulgent avec son enfant parce que c'est son enfant, mais qui va aussi être plus exigeant, pour la même raison. C'est le même raisonnement ici. Le fait que l'écriture ne soit pas parfaite, qu'il y ait de petites imperfections passent parce que c'est toi, elles ne passeraient pas si les mêmes se retrouvaient dans ses scénarios (les incohérences en sont un exemple parmi d'autre).

Pour revenir à ce que tu disais, c'est très bien que tu restes dans une espèce de filiation à l'œuvre originale, mais une filiation intelligente dans ce cas, qui soit le fruit d'une inspiration (au sens d'une référence) plus que d'une imitation.
Ça reste quand même un scénario agréable, mais bon même ici faut se renouveler un minimum ^^

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Quant au fait qu'Astier ait réutilisé des éléments, c'est plus qu'exact, c'est même carrément la vérité.

C'est vrair pour certains épisodes mais pas pour tous, nuance ! La série s'est enrichie en proposant des nouveautés petit à petit.

Croustillant
Hors ligne

Bien sûr, mais par honnêteté intellectuelle, je n'allais pas dire "oui mais attends ça ne concerne que quelques épisodes...", j'ai préféré carrément reconnaître les réutilisations, même si effectivement c'est épisodique.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

court mais très efficace ! du coup j'ai même pas eu le temps d'extrapoler sur le pourquoi du comment et je me suis fait avoir comme les persos ! Bonne idée ! l'indifférence quasi générale quant à la dispartion de la reine m'a surpris au premier abord, mais je m'y suis fait !

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Cette fois-ci, c'est comme si tu avais dit le mot "soldat": j'ai levé le bras... les deux même! Ton âme est revenue, du coup, j'me suis amusée!
Ah pis alors, l'intervention d'Hervé de RINEL (aaaaah! Le seigneur Hervé! Mon héros! :-) ) avec sa Geuripe! Lui, il parle pas souvent, mais ça marque toujours.
Pas une seconde de prise de tête... juste un gros saladier de bananes (de l'oreille droite à l'oreille gauche, parce que dans l'autre sens, ça porte malheur!) :-)

Je sais pas si je vais pouvoir jouer encore aujourd'hui, mais une chose est sûre: I'll be back! J'ai pas regardé mais j'espère que tu en as écrit plein parce que perdre 30 ans d'un coup, ça fait un bien fou à chaque fois :-)

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Ah oui, j'avoue que c'est l'un des plus efficaces que j'ai écrit - j'en ai fait très peu, hein -, la chute est super simple, mais les dialogues sont bons, bien posés, je trouve.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB