Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui présente vos hommages au roi Arthur !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Semi-Croustillant
Hors ligne

J’ai eu l'idée de ce "texte" en faisant la vaisselle a midi, je n'ai pas écrit depuis ma dernière année d'école en 94, mais a force de vous lire, ça m'a donné envie.
C’est sans prétention, juste un texte avec aucune autre volonté que de me faire plaisir... et pourquoi pas en amuser certains.
Il est normalement prévu une suite, et pourquoi pas une trilogie, car j'ai encore quelques idées.
Cela se passe après l'épisode 9 du  livre 6.



======================================================================================



Intérieur nuit

Lancelot est assis sur une chaise, à l’ endroit même ou se tenait la table ronde.
Il contemple cette pièce vide, le regard perdu, les deux poings sous le menton, les coudes appuyés sur ses genoux.
La cohue a fait la place au calme de la turpitude.

Le doute n’est plus permis, le royaume de l’ogre est disloqué, anéanti.

Une ombre passe derrière Lancelot, furtive.
Méléagant pose une main sur l’épaule droite de lancelot sans lui faire face.
Il se tient la, sans bruit. Lancelot ne bronche pas, toujours dans le vague.

Brisant ce silence pesant, Méléagant lache froidement :

Méléagant - voila qui est fait seigneur lancelot, êtes vous satisfait à présent ?

Lancelot - Satisfait de quoi ? Du chao ? Vous me prenez pour un vandale ? Je vous rappelle que j’ai une destinée, et une quête du graal a mener.
Je suis Lancelot du lac,  jamais je ne prendrais plaisir à ça. J’ai fait tout ça parce que vous me l’avez demandé, pas par plaisir.

Méléagant - haha…. Mais bien sur, c’est beaucoup plus confortable d’être la marionnette que celui qui lui donne vie… c’est rassurant n’est ce pas… ça vous ressemble tellement d’être celui a qui l’on donne des ordres mais qui n’en prend jamais la responsabilité… non ?

Lancelot - Hé ho ça va ! Pas de ça avec moi ! J’assume, je suis roi de Bretagne désormais…du moins de ce qu’il en reste.
Mais je ne trouve rien de réjouissant la dedans… je fais ce qui faut pour ne pas faire les mêmes erreurs que « l’autre ».
Je me débarrasse de l’ancien système, je vire les tires-au-cul. Mais je n’aime pas ce que je suis devenu.

Méléagant – ho… pauvre petit roi… il découvre qu’il a une conscience… il n’aime pas semer la mort autour de lui… comme c’est touchant.

(Méléagant fait le tour de lancelot et lui fait désormais face. Les yeux grands ouvert, il lance à lancelot d’un ton sec et autoritaire)

Mais c’est à ça que l’on reconnaît un grand chef mon ami, au nombre de cadavres qui jonchent son sillage… oui... vous allez être le plus grand roi que la terre n’ai jamais portée et ce depuis des temps immémoriaux !
Réjouissez-vous seigneur Lancelot, votre règne arrive.

Lancelot - peut être. En attendant je fais quoi maintenant que tout est a sac ?
Il n’y a plus un clan que je puisse fédérer, le royaume est éparpillé.
Comment vais-je régner maintenant, et surtout sur quoi vais-je régner…

Méléagant - patience mon ami, patience…
Vous allez commencer par réfléchir à ce qu'il vous manque, à ce qui vous a été pris, à ce qui vous est dû.
Guenièvre ! Vous allez récupérer Guenièvre, votre promise. Et pour cela vous devrez vous battre, détruire toute la Carmélide s’il le faut.
Mais vous allez la récupérer. Quoi qu’il en coute…seigneur Lancelot.

Lancelot - Guenièvre n’est plus ma femme, elle a choisi.
Et la Carmélide est encore le seul pays qui nous résiste, ne faites pas semblant de ne pas le savoir.
C’est pour cela que vous voulez que je me rende en Carmélide, pas pour Guenièvre, mais pour mater les derniers vestiges de la résistance.

Méléagant – mais pas du tout voyons, Guenièvre est votre épouse voila tout.
Vous allez aller la chercher. Brulez la Carmélide, et ramenez Guenièvre sur le trône.
Un roi se doit d’avoir une reine. Guenièvre est votre reine. Pensez…
Pensez aux mains du fils Pendragon, sur son visage, son cou, ses épaules… ses hanches…

Lancelot - assez… ça suffit… je… la Carmélide, c’est trop loin, toutes mes garnisons sont a l’extérieur, je n’ai qu’une petite troupe a Camelot… dans quelques jours je…

Méléagant - ainsi, je me serais trompé encore une fois… vous n’avez pas assez de courage pour reprendre par la force ce qu’il vous a été dérobé.
Ce pourrait il qu’Arthur ai survécu ? Dans le doute, peut être devrais-je essayer de le trouver, pour lui rendre son trône ? Qu’en dites-vous seigneur Lancelot ?

(Lancelot se lève, et dans un mouvement de colère, attrape la chaise par le dossier et l’envoi volé dans le mur du fond de la pièce)

Lancelot - Mais j’ai peur de rien du tout moi !
La Carmélide, même tout seul je la retourne, et Guenièvre, si je dois la retrouver, c’est pour la voir pourrir dans un cachot.
Qu’elle se rende compte un peu ce que ça fait d’être abandonné…

(Méléagant se retourne et se dirige vers la porte)

Vous allez voir si j’ai peur… vous allez voir comment je vais tous les zigouiller en Carmélide…
Vous serez fier de moi… fier de moi encore une fois… vous verrez…











Extérieur nuit


Il fait tellement noir que l’on ne distingue pas grand-chose. Au creux d’une souche, à l’ abri depuis derrière un fourré, s’échappe un murmure.
Tapis dans l’ombre, fuyant un danger imperceptible, Karadoc et Perceval sont aux abois :

(Chuchotant)

Karadoc - chut… j’entends encore du bruit.

Perceval -  moi j’entends plus rien… c’est quoi qu’ils cramaient la ?

Karadoc - j’en sais rien, on aurait dis une grande roue en bois.

Perceval – chut…

Karadoc - c’est bon, ils sont tous partis… on a eu chaud.

Perceval – ouais, c’était pas tempéré…

Karadoc - quoi ?

Perceval - quoi quoi ? Vous dites qu’on a eu chaud, c’était pas tempéré, c’est tout.

Karadoc – ha bon…hé… faut qu’on aille prévenir les autres…

Perceval - ben ouais mais ou ça ? Vous savez ou ils sont vous ?

Karadoc – ben ouais, je sais que ma femme est chez sa mère, avec les gosses. Bohort, je crois qu’il est avec les autres au mur d’Adrien, dans l’ancien camp romain.
Ils sont avec Caius.
C’est le seul endroit ou lancelot et ses gars ne sont pas allés. Apres les autres, j’en sais rien.

Perceval - du coup, Lancelot et ses chevaliers, y vont peut être y aller alors.

Karadoc - ou ça ? Chez ma belle mère ?

Perceval – ben non, au camp romain.
S’ils n’y ont pas encore foutu les pieds, c’est qu’il vont pas tarder à y aller non ?

Karadoc - ha c’est pas con ça, j’y avais pas pensé… bon alors qu’est ce qu’on fait ?

Perceval - je sais pas… ou si, j’ai une idée :
On pourrait dresser un pigeon, pour qu’il porte un message a Bohort et a Caius.
… a ouais mais non.

Karadoc - quoi ?

Perceval - ben on sait pas écrire…
(Grimaçant)…c’est le coup dur la.

Karadoc – hé… et si on lui apprenait le code des éclaireurs au pigeon, y a bien des oiseaux qui parlent, non ?

Perceval - a ouais, trop classe… je vais lui tailler des petits bouts de bois et…


Un bruit coordonné de pas interrompt les deux compères dans leur mise au point stratégique, n’écoutant que leur courage, ces derniers fuient à travers les bois en direction du camp romain.







Extérieur jour


Dame Mevanwi se tient debout devant la porte d’entrée de Camelot.
Le vent balaye les cheveux qui lui recouvrent le visage.
La pluie ruisselle le long de ses joues, elle est trempée.
Deux gardes en capuche viennent à sa rencontre.
Grelottante, de peur plus que de froid, elle suit les gardes sans un mot.

La salle du trône est sombre, glaciale, il y règne une atmosphère chargée, pesante.

Du fond de son siège, Lancelot dévisage Mevanwi.


Lancelot - Dame Mevanwi… que me vaut le déplaisir de cette visite ?
Votre débile de mari n’est pas avec vous ? Dommage…
J’aurais gagné du temps…

Mevanwi - Seigneur Lancelot, je suis ici pour vous proposer mes services…

Lancelot - ha ? … et bien on peut dire que vous ne manquez pas de souffle !
Vos services ? Merci mais j’ai déjà tout le monde qu’il me faut en cuisine…

(Ajoutant d’un air plus grave)
Tirez vous maintenant, avant que je vous fasse foutre au trou.

Mevanwi - seigneur Lancelot, de grâce laissez moi vous montrer quelque chose.

(Joignant le geste à la parole, elle lève sa main gauche qui s’illumine instantanément.
Surpris, lancelot se redresse sur sa chaise, les yeux écarquillés)

Lancelot - par quel prodige…

Mevanwi - pendant votre absence, j’ai beaucoup appris.
Je sais tout ce qu’Elias savait. La seule différence c’est que je suis aujourd’hui beaucoup plus forte qu’il ne l’était.

(Elle baisse le bras, Lancelot se ravise.)

Lancelot - très bien, mais qu’est ce que vous voulez que ça me foute…

Mevanwi - un royaume a besoin d’un enchanteur… je suis la pour ça.
Je vous propose d’être le nouvel enchanteur de Camelot…

Lancelot - un enchanteur ? Non merci, j’ai pas fait buter Elias pour m’emmerder avec vous maintenant…

Mevanwi - « sire »… cela peut être un avantage contre vos ennemis, je peux fabriquer des potions qui vous assurerons la victoire…
Êtes vous si sur de vous que vous vouliez prendre le risque d’affronter Merlin et les derniers druides encore vivants ?

Lancelot - affronter Merlin ? C’est une blague… je ne crève pas vraiment de trouille devant lui voyez…

Mevanwi - ils ne sont peut être pas tous aussi maladroits que lui, admettez le…
Réfléchissez, je serais sous vos ordres, et nulle autre que moi nourri une aussi grande rancœur que vous a l’égard d’Arthur.

(Lancelot, pensif, semble soudain ennuyé par la discussion)

Lancelot - Gardes, conduisez la dans une chambre… et sous bonne garde.

Mevanwi - merci « sire », vous ne…

Lancelot - ne vous réjouissez pas trop vite, je n’ai rien décidé encore… pour le moment, vous êtes prisonnière, je déciderais de votre sort plus tard… allez, emmenez la.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Wahou, il y a plein de bonnes idées ! Mevanwi qui propose ses services, Lancelot qui va partir à la quête de Guenièvre, la Camélide qui entre en résistance... On dirait que tu es bien parti pour nous écrire tout le livre VII ! :)

Il y a pas mal de petits fautes, notamment sur les noms propres (le "royaume de l'ogre", pas mal comme humour involontaire ! :) , mais ça ne m'a absolument pas gêné parce que c'est bien écrit (le style). Les indications scéniques sont sans doute un peu trop détaillées, mais j'aime bien : abondance d'information ne nuit pas...

Bref : tu commences fort ! :D

Chef de Clan
Hors ligne

Bravo !!! J'ai souri lors de l'échange entre nos deux compères Karadoc et Perceval (l'idée des petits bouts de bois), j'ai entendu la voix de Méléagant suave et douce, sirupeuse à souhait mais empoisonnée, forcément dans toutes ses tirades. C'est vraiment prometteur et c'est un excellent début. Y a bien quelques fautes d'orthographe, mais on va pas pinailler ni bouder notre plaisir. Mettons ça sur le compte de la faute de frappe ou d'étourderie (j'y crois plus volontiers). Allez, poursuis donc sur ta lancée, l'idée de Mevanwi qui devient enchanteresse, c'est bien séduisant et tout à fait intéressant.

Semi-Croustillant
Hors ligne

ouais je sais, je suis vraiment une quiche en orthographe et en grammaire.
je ne sais plus ecrire, accorder... quand je dis que je n'ai pas ecrit depuis 94, je deconne pas, a part quelques lettres administratives ou une ou deux lettres a ma grand mere... et internet bien sur.

en fait, word 2003 n'est pas venu a bout de tout ^^

(j'ai pas passé ce post sur word pour que vous puissiez voir a quoi ça ressemble en vrai... d'habitude, par respect, je passe toujours tout au correcteur, par respect pour les gens qui me liront...)

Croustillant
Hors ligne

Déjà, rien que le titre il est mortel!
Il y a dans ce scénario une très belle note dramatique, conséquence, je crois, en partie des longues didascalies. C'est bien ce qu'avait dit Astier: "quand c'est triste c'est long". Et là, les didascalies (bien écrites d'ailleurs, comme Agloval je pense que le style rattrape les fautes de grammaire et d'orhographe) jouent très bien ce rôle, d'étirer l'action pour la rendre plus triste, plus dramatique.
Les dialogues, très fidèles aux personnages, servent des scènes riches. On voit par exemple Lancelot, quasi-pitoyable face à Méléagant qui le dévore, qui, par contraste, fait le terrifiant devant Mevanwi. Lancelot n'a pas fini de sombrer, il est toujours en train de le faire.

Alors, du coup, la scène avec Perceval et Karadoc passe moins bien, je trouve. Ils ont derrière eux six saisons d'évolution, je les aurai attendu plus profonds que ça.

Mais enfin, ça m'a vraiment plu.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Arf… la scène avec Karadoc et Perceval, j’admets qu’elle est plus « légère » que la première, ça fait un sacré contraste ^^

Ce serait présomptueux de ma part de dire que c’est fait exprès, mais en fait, cette scène est une introduction pour autre chose qui viendra plus tard. En fait, je voulais juste amener la fin de la scène de la table ronde brulée, je voulais des témoins à cette scène (que je trouve dramatique et hautement symbolique).

Et puis je voulais amener quelques repères de lieux, situer un peu les personnages dans le royaume (et surprendre avec la scene suivante, sur le fait que Karadoc ne sait jamais ce que sa femme trame), histoire de « défricher » un peu le chao laissé par Mr Astier à la fin du livre 6.

Tout ce qu’ils se racontent n’est la que pour meubler les 2 infos importantes de ce passage.


Concernant le reste, je ne peux que vous remercier pour votre indulgence ^^

Pécore
Hors ligne

on se croirai vraiment dans la suite! c'est tres bien ecrit, c'est cohérent, j'ai adoré le coup de la "grande roue en bois" qui crame!
L'arrivée de Dame Mevanwi est totalement inattendue mais tres credible vu sa soif de pouvoir.
Si le coeur t'en dit n'hesite pas a ecrire la suite! j'ai hate de te lire!

bravo!

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Et bien bravo, c'est vraiment une suite très convainquante et bien écrite.
J'ai particulièrement aimé le code des éclaireurs à enseigner à un oiseau qui parle en lui taillant des petit battons ^^ .
Il fallait bien qu'un jour Karadoc et Perceval se rende compte que l'illétrisme est un handicape.

Il y a juste une petite chose qui m'a fait tiquer, c'est lorsque Mewanui dit qu'elle a appris tout ce qu'Elias savait et qu'elle était même bien plus forte que lui. C'est un peu exessif à mon gout. Elias était un puissant mage et je doute que même en étant très doué Mewanui puisse avoir appris ce que lui a mis une vie à assimiler.

Croustillant
Hors ligne

Trés bonne suite en effet , les personnages sont réalistes.
La suite, la suite ....

Croustillant
Hors ligne

Bon... Bon, bon, bon...
Que dire ? Déroutant.
Il y a des très bonnes idées, mais immédiatement suivies de défauts qui arrêtent la lecture. Je vais tenter de clarifier mon propos.

Commençons par les points positifs d'abord, car ce sont les plus salués ici, à juste titre d'ailleurs.
Vraiment de très bonnes idées comme je l'ai dit. Dans le scénario, dans les personnages, dans les répliques.
Les répliques d'abord. La réplique de Perceval en est un bon exemple :

" Perceval : On pourrait dresser un pigeon, pour qu’il porte un message a Bohort et a Caius.
… a ouais mais non.
Karadoc - quoi ?
Perceval - ben on sait pas écrire…
(Grimaçant)…c’est le coup dur la."
On pense que c'est l'idée du pigeon qui ne colle pas, et boum coup de théâtre c'est leur analphabétisme qui arrive sur le tapis; bel effet de surprise j'ai trouvé. (Cette réplique m'a également déçue pour une autre raison que j'exposerai plus tard, dans les points négatifs).
D'une manière générale, il y a de bonnes idées comiques dans les répliques...

... et ces idées rejoignent mes remarques positives sur les personnages. Par ce comique, on retrouve les personnages avec leur parler, on a aucun mal à reconnaître les personnages et leur façon de parler, ce qui n'est pas souvent évident dans tous les scénarios.

Sur le scénario enfin où j'ai trouvé très intéressant d'exposer le règne de Lancelot, avec toujours cette présence de Méléagant, et les différents acteurs de la série qui doivent compter avec cette régence et qui ont des réactions différentes selon les personnes (la quête des survivants de Perceval et Karadoc, le retournement de veste de Mévanwi, etc...).


Les points négatifs maintenant.
Pour une fois, je n'ai que très peu de remarque sur le fond à t'adresser. Ici je parle du fond = l'idée principale de ton scénario. Ce n'est pas vraiment là dessus que j'aurai à critiquer, au contraire j'ai déjà dit que j'avais trouvé intéressant d'exposer le règne de Lancelot. C'est plus sur la cohérence des personnages que j'aurai un (gros) reproche à te faire.
On retrouve bien les personnages, mais on retrouve des personnages un peu fadasses. Leurs réactions sont assez étranges par moment je dois dire.
Par exemple, le fait que Mevanwi vienne proposer ses services. C'est logique de la mettre dans ce rôle, c'est assez surréaliste de la faire "plus forte qu'Elias" qui a des années, des décennies d'expérience dans ce domaine. De plus, on voit clairement dans le Livre V Mevanwi galérer pour apprendre (elle y arrive mais avec difficulté). Je ne la vois absolument pas dépasser Elias à ce niveau-là, ça me semble improbable.
Nouvel exemple avec Méléagant. Je le trouve vraiment trop provocateur. Il use de (grosses) ficelles de manipulation digne d'un lycéen attardé, et encore. Le coup du "ça vous ressemble bien d'obéir aux ordres et de ne pas en donner" pour provoquer une réaction est presque indigne de lui. Il a usé de cette méthode dans la série, mais de façon plus subtile. Méléagant est insidieux, pernicieux, il sait se rendre indispensable pour mieux susurrer ses imprécations à l'attention de ceux qu'il veut mener au "sabordage". Il n'emploiera surtout pas de stratagèmes aussi puérils que ceux que tu lui fais utiliser.
Et Lancelot qui, comme une pauvre pomme, tombe dans le panneau, trop facilement. Dans la série, son revirement d'attitude faisait suite au départ de Méléagant et était une réponse à un abandon qu'il redoutait et qui est finalement arrivé. Il est orgueilleux certes, mais l'orgueil ne signifie pas la simplicité d'esprit dont il fait preuve en s'énervant, là aussi puérilement, et en faisant ce que Méléagant voulait.
J'ajouterai en substance que Méléagant n'a aucun intérêt à raser la Carmélide, il est la Réponse des Dieux, pas le conseiller géostratégique du Royaume de Logres (et non pas l'ogre comme te l'a fait remarquer Agloval).
Donc le duo Lancelot/Méléagant a vraiment du mal à être crédible.

C'est également le cas avec Perceval et Karadoc. Là, c'est plus exactement la réplique que j'ai salué tout à l'heure qui est en cause. Je passe sur la vanne chaud/tempéré qui est fine, mais qui ne m'a pas fait rire outre mesure pour me concentrer sur cette fameuse réplique.

"Perceval : On pourrait dresser un pigeon, pour qu’il porte un message a Bohort et a Caius.
… a ouais mais non.

Karadoc - quoi ?

Perceval - ben on sait pas écrire…
(Grimaçant)…c’est le coup dur la."

Et là, je n'ai pas pu m'empêcher de penser aux stratagèmes du Nain dans le Donjon de Naheulbeuk tous plus débiles les uns que les autres. Le coup d'élever un pigeon, c'est clairement la filiation du Donjon. D'ailleurs, l'Elfe aussi parle d'élever un furet à un moment de l'histoire. Perceval et Karadoc ne font pas plus évolué. Se battre avec un fenouil n'est pas non plus évolué certes, mais nos deux compères "n'aiment pas les bestiaux" comme ils le disent si bien au Tavernier. Qu'est-ce qu'ils vont s'emmerder avec un pigeon dans ces conditions ? Là encore ce n'est pas crédible. Cependant, je reconnais l'utilité de cette réplique par la chute qu'elle entraine, que j'ai déjà soulignée.

Je crois avoir fait le tour des critiques il me semble, concernant le texte en lui-même.

Une critique étendue, cependant, il reste : celle de la suite.
C'est une idée peu développée que de faire une suite à un scénario, donc c'est déjà bien d'en avoir eu l'idée. De plus, je dois dire qu'on serait vraiment resté sur sa fin s'il n'y avait eu que ce scénario. Cependant, j'aurai tendance à blâmer la "trilogie" que tu envisages. le découpage d'une oeuvre en un millier de tomes est un des éléments de la fantasy qui m'a toujours agacé. Ça m'a, de tout temps, laissé l'impression d'une histoire-confiture, qu'on étalerait sur des kilomètres et des kilomètres de biscotte parce que tout le monde fait des cycles de roman en fantasy.
Il faut savoir raison garder de mon côté, tu fais des scénarios, pas des romans de 500 pages, néanmoins c'est la filiation à ces cycles-là que je critique.
J'ajouterai enfin que cela est mon avis personnel et non mon avis de critique.

Voilà, j'espère avoir été exhaustif et on attend tous la suite.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Très bien, je suis content que tu ais eu la délicatesse de ne pas parler des fautes, je te remercie donc.

Je vais essayer d'expliquer certain choix.

Elphin a écrit :

Par exemple, le fait que Mevanwi vienne proposer ses services. C'est logique de la mettre dans ce rôle, c'est assez surréaliste de la faire "plus forte qu'Elias" qui a des années, des décennies d'expérience dans ce domaine. De plus, on voit clairement dans le Livre V Mevanwi galérer pour apprendre (elle y arrive mais avec difficulté). Je ne la vois absolument pas dépasser Elias à ce niveau-là, ça me semble improbable.

Pas forcement, elle arrive très bien à faire disparaitre un parchemin, et avec juste quelques jours, voire quelques semaines de cours. (Merlin essayes toujours)
En fait, j'avais besoin d'un enchanteur maléfique, qui tiendrait un rôle important plus tard (façon Boorman)
J’ai fais ça par choix. On en reparlera.

Elphin a écrit :

Et Lancelot qui, comme une pauvre pomme, tombe dans le panneau, trop facilement. Dans la série, son revirement d'attitude faisait suite au départ de Méléagant et était une réponse à un abandon qu'il redoutait et qui est finalement arrivé. Il est orgueilleux certes, mais l'orgueil ne signifie pas la simplicité d'esprit dont il fait preuve en s'énervant, là aussi puérilement, et en faisant ce que Méléagant voulait.

Pour ce trait de caractère, j'ai puisé dans le personnage directement, comme tu l'as dit, il réagit sous certaines conditions.
Lancelot est complexe, mais le défaut de sa cuirasse c'est la peur d'être abandonné, d'être sous estimé.
Il est un chevalier solitaire pour ne jamais être abandonné, quand ça lui arrive, il pete les plombs (voir sa réaction quand il découvre le clan vide à la fin du livre 4).

Ensuite, je devais faire court, je ne pouvais pas faire ces quelques textes en intégralité. (Comme je les imagine).
Il est certain que j’aurais pu faire plus précis, plus concis.
Au cinéma, ça va plus vite, on peut mettre plus de texte. en règle générale, on entend plus vite qu'on ne lis ^^


Elphin a écrit :

Et là, je n'ai pas pu m'empêcher de penser aux stratagèmes du Nain dans le Donjon de Naheulbeuk tous plus débiles les uns que les autres. Le coup d'élever un pigeon, c'est clairement la filiation du Donjon. D'ailleurs, l'Elfe aussi parle d'élever un furet à un moment de l'histoire. Perceval et Karadoc ne font pas plus évolué. Se battre avec un fenouil n'est pas non plus évolué certes, mais nos deux compères "n'aiment pas les bestiaux" comme ils le disent si bien au Tavernier. Qu'est-ce qu'ils vont s'emmerder avec un pigeon dans ces conditions ? Là encore ce n'est pas crédible. Cependant, je reconnais l'utilité de cette réplique par la chute qu'elle entraine, que j'ai déjà soulignée.

Je ne connais pas ce naheulbeuk, honnêtement.
En fait, ce qui me faisait rire, c'était l'idée d'élever un pigeon pendant des mois, alors qu'il ne leur reste que quelques heures pour avertir les autres...


Elphin a écrit :

Il faut savoir raison garder de mon côté, tu fais des scénarios, pas des romans de 500 pages, néanmoins c'est la filiation à ces cycles-là que je critique.
J'ajouterai enfin que cela est mon avis personnel et non mon avis de critique.

Voilà, j'espère avoir été exhaustif et on attend tous la suite.

il faut savoir que je suis un grand fan de star wars.
Tu vas être déçu... ça rentre pas en 3, je vais devoir en faire 4 ^^

Croustillant
Hors ligne

Ah oui tiens, merde j'ai pas parlé des fautes, j'ai omis ce point, pourtant j'y avais pensé.
De toute façon, on te les a déjà signalé et tu les a déjà prises en compte.

Concernant tes choix... ce n'est pas qu'ils ne se tiennent pas, si tu veux, mais on peut pas expliquer, justifier des incohérences par "c'est mon choix d'auteur". C'est d'une part trop facile, et ça ne résout pas le problème de ces incohérences. Maintenant, c'est un scénario sans prétention, mais de mon point de vue, ça ne justifie pas le fait que ce ne soit pas soigné sur certains points, notamment sur celui de la cohérence.

A propos du donjon, bon ben je m'étais planté, lamentablement même, ceci dit la remarque concernant les deux chevaliers et les animaux reste fondée, ça reste donc toujours un problème. Mais ton explication sur le pourquoi du pigeon m'a convaincu.

Enfin concernant la trilogie, ou plutôt la tétralogie dans ce cas précis, ce n'était pas bien sûr le fait qu'il y en ait trois que je critiquais à titre personnel, c'était le fait que beaucoup d'auteurs (adolescent ou non d'ailleurs) en devenir ont tendance à sur-glorifier les cycles comme une oeuvre forcément hyper-aboutie alors que ça ressemble souvent à ce que je décrivais sous la forme d'histoire-confiture. Beaucoup ne se rendent pas compte de la masse de travail à fournir pour écrire un livre, et ils parlent déjà d'en écrire 3,4,5,6,1000... Ce n'était pas dirigé contre toi, c'était une critique globale du monde littéraire.

Semi-Croustillant
Hors ligne
Elphin a écrit :

Concernant tes choix... ce n'est pas qu'ils ne se tiennent pas, si tu veux, mais on peut pas expliquer, justifier des incohérences par "c'est mon choix d'auteur". C'est d'une part trop facile, et ça ne résout pas le problème de ces incohérences. Maintenant, c'est un scénario sans prétention, mais de mon point de vue, ça ne justifie pas le fait que ce ne soit pas soigné sur certains points, notamment sur celui de la cohérence.

je respecte tout a fait ta critique.
mais tu sais, Astier lui meme ne respecte pas la coherence de certaines situations ou de certains personnages.
du moment que ça sert l'histoire, moi ça me gene pas.
c'est de la fantaisie, une monde imaginiare, je ne pretend pas coller a la realité de la serie, tu verras que je prend beaucoup plus de liberté au fur et a mesure...

ça me fait penser. dans le livre 6, il y a bien un personnage qui fait l'aller/retour rome/bretagne en 2 jours.
Arthur dis : "excusez moi pour tout a l'heure" a lors qu'il parle d'un truc vieux de 3 jours...

et j'en passe ! (je suis en train de regarder le livre 6 en fait  ^^)

Croustillant
Hors ligne

Je te plussoie sur ce point, d'autant plus que je l'ai aussi relevée cette après-midi.
Mais les incohérences de texte sont différentes des incohérences de personnages. Ce n'est pas du tout la même chose. Dans le cas de l'incohérence du texte, c'est quelque chose comme "ah mais tiens, il avait dit le contraire dans l'épisode tant". L'autre c'est plus "attends, il réagit comme ça alors qu'il a toujours fait différemment auparavant?".
Dans un cas, c'est une inattention, dans l'autre c'est une erreur au niveau de la justesse. A mon avis tu te situes plus dans la deuxième catégorie.

Et puis, au bout d'un moment, faudrait arrêter tous de vous réfugier derrière "regarde Astier il fait pareil".
Une fois c'est crédible, c'est même carrément vrai.
Cent fois, c'est l'overdose, ça fait leitmotiv commun.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Ne t’énerve pas.

Et puis ne généralise pas, c'est peut être la centième fois qu'on te sert ce couplet, mais moi c'est la première fois que je dois justifier un texte.
Et puis je ne me justifie pas en plus, j'explique que je prends des libertés avec les personnages car je ne suis pas Astier justement.

Et la pour le coup, je le revendique, je vais m'approprier les personnages et les changer.

Croustillant
Hors ligne

Oups tu as raison, je me suis un peu emporté. Ceci dit, au bout d'un moment, les mêmes remarques que j'entends finissent par devenir lassante.
Je comprends parfaitement le fait de prendre des libertés, au contraire, j'encourage même le fait qu'on ajoute sa patte d'auteur aux personnages originaux, tout en gardant une certaine cohérence et crédibilité par rapport à la série.
Faire de Perceval un guerrier surpuissant ne collerait pas avec la série, on est d'accord là dessus.

Donc c'est plus lorsqu'il y a un écart trop important entre la fan-fic et la série que je dis que ce n'est pas crédible.

J'attends donc de voir de quelle façon tu vas les changer, et à ton prochain scénario ;)

Semi-Croustillant
Hors ligne

en fait, le 2eme est deja en ligne ^^

je devrais finir le 3eme demain... (je sais, je vasi trop vite, c'est un defaut chez moi, je manque de patience.)

Croustillant
Hors ligne

Non ce n'est pas un défaut au contraire, il faut mieux coucher directement sur papier les idées qui sortent de la tête sinon on les oublie et elles s'envolent.
Je paraphraserai audacieusement Macrinus Fermus :
En écriture, l'idée s'envole et ne retombe jamais, ni sur feuille, ni dans notre esprit, ni dans notre inconscient.

C'était audacieux, mais un peu foiré quand même^^

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB