Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui fait construire des buffets à vaisselle !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Ceci est ma réponse à un défi organisé sur un site de fanfiction.
Le défi consiste à placer une série de huit mots et un néologisme dans un texte de l'univers de notre choix.
J'ai bien entendu choisi Kaamelott.
Pour connaitre la liste des mots, elle se trouve après le scénario afin que vous ne soyez pas distrait pendant votre lecture.
Bonne lecture donc


Un grand banquet se prépare à Kaamelott. Arthur convoque une réunion pour son organisation


Un Banquet Presque Parfait


ACTE I
Château de Kaamelott - La salle à manger

Arthur prend son petit déjeuner avec son épouse Guenièvre.
Léodagan pénètre vivement dans la pièce. Il porte une caisse de laquelle on voit dépasser des fleurs.

LEODAGAN (lachânt la caisse sur la table)
Faut qu'on cause !
ARTHUR (ironique)
Si c'est pour me dire que les jardins subissent une attaque de crocus, je vous rassure tout de suite… Les fougères veillent
(pouffe à sa propre plaisanterie)

LEODAGAN (prend place à table)
Allez-y ! Faites le mariolle si sa vous chante, mais en attendant on a un problème.
ARTHUR (reprend son air sérieux)
D'accord, je vous écoute. Qu'est-ce qu'il se passe ?
LEODAGAN (montre les fleurs qui dépassent de la caisse)
D'après vous, qu'est-ce que c'est ?
ARTHUR
J'viens de vous le dire : des crocus.
LEODAGAN
Non, des colliers de crocus.
ARTHUR
Ben, c'est bonnet blanc et blanc bonnet.
LEODAGAN
Sauf que c'est Bohort qui les a tressés avec ses petite mimines.
(gigote les doigts, moqueur)
ARTHUR
Qu'est-ce que vous voulez que ça me foute ? Bohort à toujours eu des passe-temps originaux, c'est pas nouveau.
LEODAGAN
Ah mais là c'est différent ! Figurez-vous qu'il envisage de passer un de ces machins au cou de chaque Chef de Clan qui viendra au banquet prévu le mois prochain. Soi-disant en signe de bienvenue.
GUENIEVRE
Et bien moi je trouve que c'est une attention charmante. Ça me rappelle notre mariage : tous les invités avaient des couronnes de fleurs dans les cheveux.
LEODAGAN
Vous voyez ! C'est sensé être un événement politique d'envergure. Là, ça va ressembler à une réunion de midinettes. Je peux vous assurer que si on les reçoit comme ça, y'a plus d'un de ces pignoufs qui va partir en claquant la porte et bonjour les emmerdements.
ARTHUR
C'est bon ! J'ai compris. J'irai parler à Bohort. Vous voyez, y avait pas de quoi fouetter un chat.
LEODAGAN
Non, mais y'a pas que ça ! Tout ce qu'il a prévu est dans ce goût là. Ça va plus ressembler à une dînette de pucelles qu'à un rassemblement de barbares illettrés et sanguinaires. Faut faire quelque chose.
ARTHUR
Je vous ai dit que je m'en occuperai !
GUENIEVRE
C'est dommage, je trouvais que ça vous serez très bien allé ce collier autour du cou père.


ACTE II
Château de Kaamelott - Plus tard dans une salle de « réunion »

Arthur, Léodagan, Bohort et Venec sont assis autour d'une table

ARTHUR
Bien ! Maintenant que tout le monde est là on va pouvoir commencer… Donc si j'ai organisé cette petite réunion, c'est pour qu'on discute du banquet des Chefs de Clan.
BOHORT (fièrement)
Sire, vous allez être heureux d'apprendre que tout est sous contrôle. Il ne me reste plus qu'à peaufiner le plan de table et ce sera terminé… Bien sûr il y a toujours des imprévus de dernière minutes, mais vous me connaissez, je ne manque pas de ressources.
ARTHUR
Tout à fait Bohort, je dois dire que jusqu'ici vous avez toujours été un organisateur de première ordre. Dame Mevanwi me disait encore, il y a quelques jours, combien elle avait apprécié le bal des Petits Flocons…
BOHORT (le reprend)
Le bal des Premières Neiges.
ARTHUR
Enfin, bref, mais là c'est la réunion annuelle des Chefs de Clan et…
LEODAGAN (murmure un peu fort à l'intention de Venec)
Les choses intéressantes commencent !
ARTHUR (reprend)
Et, je souhaiterais que vous collaboriez avec Venec pour cet événement.
BOHORT
Sire, je ne vois pas comment il pourrait m'être d'un quelconque secours pour le plan de table. Contrairement à moi, il ne maîtrise pas le protocole.
LEODAGAN
En fait, on se disait qu'on pourrait tout revoir, parce que les fleurs et les fanfreluches que vous aviez prévues, ça fait un peu taf…
ARTHUR (le coupe vivement)
Ce que veux dire le Seigneur Léodagan, c'est que votre raffinement et votre goût pourraient ne pas être appréciés à leur juste valeur.
VENEC
En gros, ça fait taffiole quoi.
BOHORT (indigné)
Sire !
ARTHUR
Je dirais plutôt que Le Seigneur Bohort à un goût… avant-gardiste.
BOHORT
Sans doute Sire avez-vous raison, mais n'est-ce pas justement là l'occasion de les éduquer ? D'apporter un peu de finesse dans ce monde de brutes ?
LEODAGAN
Croyez-moi Bohort, rien que boire dans un verre, c'est déjà un progrès énorme pour ces péquenauds.
ARTHUR (déroule un parchemin devant lui)
Commençons par le déjeuner.
LEODAGAN
Venec, vous proposez quoi ?
VENEC
Rien de révolutionnaire. Comme d'hab' : charcuteries, frometons et picrate à volonté.
BOHORT (méprisant)
C'est d'une banalité affligeante.
VENEC
Les Chefs de Clan, quand ils viennent ici, ils ont qu'une envie : boire et s'empiffrer. C'était quoi votre idée à vous ? Juste pour voir.
BOHORT
J'avais pensé à un pique-nique dans le champ derrière le mur Est. Si le temps se maintient, il est fort probable que les jonquilles seront en fleur. Ce serait tout à fait pittoresque. Et pour le repas, un assortiment de salades, de volailles froides et d'un peu de salaisons. Le tout arrosé de cidre. Nous terminerions sur une note sucrée : un assortiment de fruits… Et... De la pâte d'amande ainsi que des marrons glacés !
VENEC
C'est vrai que manger dehors, c'est pas une mauvaise idée. Ça leur aérerait le ciboulot à ces cons de Chefs de Clan.
BOHORT
Et bien pourquoi ne pas dresser un buffet dans l'une des cours du château. On servirait nos deux menus, tout le monde y trouverait son compte.
LEODAGAN
C'est pas mal comme idée ça ! Charcutaille et pinard….
BOHORT (ajoute)
N'oubliez pas les salades composées.
LEODAGAN
On pourrait dresser des tables au milieu des catapultes dans la cours nord, ça les mettrait dans l'ambiance.
ARTHUR
Et bien vous voyez ! On arrive à trouver des compromis quand on bosse tous ensemble ! Passons au dîner. Bohort ?
BOHORT
Que diriez-vous d'un repas à table, dans la salle des banquets. J'avais prévu de faire servir une recette romaine : la truite aux amandes. Le Seigneur Karadoc l'a goûté, et bien qu'il ne soit pas très "poisson" il a semblé apprécier.
ARTHUR
C'est sans doute excellent Bohort, mais peut-être trop… avant-gardiste, pour les palais atrophiés de nos invités.
VENEC
C'est pour ça que moi, je continue dans du classique : porc rôti.
LEODAGAN
Encore !
ARTHUR
Quoi ? Vous allez pas commencer à faire votre mijaurée ! C'est pas vous qui vouliez que ce soit un peu plus bourrin ?
LEODAGAN
Ouais, mais c'est toujours la même chose. Quand ils débaroulent, c'est porc rôti à tous les repas… Désolé, mais je sature… En plus ça me file des gaz.
ARTHUR
Faudrait savoir ce que vous voulez.
LEODAGAN
Et ben ni la truite ni le porc. Faudrait trouver un truc entre l'avant-garde et le brutal.
BOHORT
Et pourquoi pas du gibier ?
VENEC
Vous voulez dire comme du lapin ?
BOHORT
Par exemple, mais je pensais plus à du chevreuil.
LEODAGAN
Ah ouais ! Un bon cuissot de chevreuil à la broche, c'est goûteux et très raffiné.
ARTHUR
Seigneur Léodagan, vous commencez à me faire peur là.


ACTE III
Un peu plus tard, les mêmes, au même endroit

ARTHUR  ( biffe à la plume au fur à mesure qu'il énumère)
Alors, le déjeuner… c'est fait, le dîner… c'est fait, la décoration… c'est fait… le plan de table… c'est fait. Et bien messieurs, il ne reste plus qu'à se qu'on se mette d'accord sur les animations.
BOHORT
Alors là Sire, je pense que vous allez être conquis. J'ai prévu de faire défiler les enfants du village en procession sur trois colonnes. Ils chanteront en l'honneur de nos invités une chanson de ma composition :
(bombant le torse, un rien orgueilleux)
Une ode vantant la grandeur de la fédération des clans de Bretagne dans la paix et la fraternité.
LEODAGAN
Ah non ! Là c'est la goûte d'eau !
BOHORT
Vous jugez sans savoir. Attendez de les voir dans leurs petites tuniques blanches à la mode romaine. C'est tout simplement charmant.
ARTHUR
Je suis certain Bohort que c'est très bien, mais…
BOHORT
Mais Sire ! Les enfants se faisaient une joie de participer à la fête et d'enfin se distinguer à vos yeux. Si vous annulez, ils seront extrêmement dépités.
LEODAGAN
Ah ! Commencez pas à faire vibrer la corde sensible, c'est pas très réglo.
ARTHUR  ( embarrassé)
C'est vrai que j'ai pas très envie de décevoir les mômes…
LEODAGAN
Et ben ce sera pas la première, ni la dernière fois… Faut les habituer dès le plus jeune âge à la désillusion.
ARTHUR
Et bien dites leurs qu'ils pourront donner leur représentation devant la cour après le départ des Chef de Clans…
BOHORT (déçu)
Soit… Et que pensez-vous d'une une partie de Croquet ?
VENEC
Moi, je vois même pas ce que c'est.
BOHORT
Vous, sorti de la rapine, vous ne connaissez pas grand-chose.
ARTHUR
Eh Oh ! Commencez-pas ! Jusqu'à présent, on a bien avancé, c'est pas pour flancher à cent mètres de l'arrivée.
(à Venec)
Divertir les brutes, c'est plus votre rayon. Vous avez quoi en magasin ?
VENEC
Alors j'ai quelques idées. Pour commencer, de l'indémodable : des filles qui dansent.
BOHORT (suffisant)
S'ils ne sont pas capables d'apprécier une adorable chorale d'enfants, vous croyez qu'ils aimeront le ballet peut-être ?
VENEC
Non, mais c'est pas ce genre de danse. Ce serait plutôt du genre où elles commencent habillées et finissent à poil, si vous voyez ce que je veux dire. Le tout en musique ! Les Chefs de Clan pourraient leur balancer des ronds, histoire de les encourager.
BOHORT
Sire ! C'est scandaleux. On ne peut pas faire de Kaamelott une succursale de la taverne.
ARTHUR
Sur ce coup là, je suis plutôt de l'avis de Bohort.
LEODAGAN
Moi aussi.
BOHORT
Je savais que vous aviez le sens moral Seigneur Léodagan.
LEODAGAN
Non, c'est juste que ma femme sera là. Déjà qu'elle supporte pas quand je reluque une femme habillée, si elle est toute nue, elle serait capable de me crever les yeux.
ARTHUR
En plus, ça les impressionnera pas. C'est le genre de spectacle qu'on voit dans toutes les tavernes.
(Tous le regardent incrédules)
Ben quoi ? Je m'informe.
(à l'intention de Venec)
Vous avez pas quelque chose de plus exotique ?
VENEC
Exotique ? J'aurais bien un truc... Une fille qui fait un numéro avec des serpents.
ARTHUR (séchement)
Non , ça ira, merci.
VENEC
Vous avez dit que vous vouliez de l'exotique ! Elle fait une imitation de Méduse en mettant plein de petits serpents, des aspics je crois, sur sa tête. Franchement, ça impressionne.

(Arthur avale péniblement sa salive à l'évocation du numéro)

BOHORT
C'est un peu dangereux non ? Une morsure et ils vous injectent une dose létale de venin… Je trouve ça intéressant.
LEODAGAN (étonné)
Vous ?
BOHORT
Oui moi. J'ai toujours été fasciné par ces bêtes. Sans doute à cause de l'élégance de leur déplacement. Je sais, c'est paradoxal.

(Athur porte la main à ses yeux, comme s'il se sentait mal. Pris dans leur conversation, les autres ne le remarque pas)

VENEC
Mais sinon elle a aussi un numéro avec un boa de six mètres.
LEODAGAN
Ouais, j'ai vu ça une fois. Est-ce qu'elle le fait passer entre….
ARTHUR (un peu trop vivement)
Sur quel ton il faut que je vous le dise : c'est non !
LEODAGAN
Dites, vous auriez pas un peu les miquettes ?
ARTHUR
Mais pas du tout, c'est juste que je trouve ça trop… trop… avant-gardiste. La preuve Bohort aime bien, c'est pour dire.
VENEC
D'accord, c'est bon, j'ai compris ! C'est pas la peine de m'insulter ! Ben il reste plus que la girafe.
ARTHUR
La girafe ? Vous voulez dire l'animal au long cou qui vit en Afrique ? Mais où vous avez dégotté ça ?
VENEC
Croyez-moi Sire, vous avez pas envie de savoir.
LEODAGAN
Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on foute d'une girafe ?
BOHORT
Pour le coup c'est exotique.
ARTHUR
Oui mais bon, je vois mal les Chefs de Clan s'extasier devant ce machin.
VENEC
Ben à la base, le truc c'était de lâcher la girafe avec des lions et de les voir la mettre à mort. A Rome, ça fait un tabac.
LEODAGAN (enthousiaste)
Ben à moi, elle me botte bien cette idée !
BOHORT (très faiblement)
Je ne me sens pas très bien….
ARTHUR (hésitant)
Je suis pas sûr…
VENEC
Le hic, c'est que les lions sont tous cannés… Ils ont choppé la courante après avoir boulotté trop de pastèques.
ARTHUR
Des pastèques ? Mais vous êtes malades. Ils sont carnivores ! Ils peuvent rien bouffer d'autre que de la viande !
VENEC
Comment je pouvais le savoir moi ! Vous savez ce que ça coûte la barbaque ? Il aurait fallut que je leur refile une vache par jour… Et puis la pastèque c'est rouge, je croyais qu'ils y verraient que du feu moi.

(Tous s'échangent des regards atterrés)

LEODAGAN
Sinon moi je peux proposer un truc pour dépanner...
(tous le regardent plus ou moins circonspects)
J'ai un gars dans les geolles qu'attend d'être cramer. Bon à la base, c'était prévu pour la semaine prochaine, mais, je peux vous le garder au chaud jusqu'au banquet, ça fera une petite animation festive, bien dans l'ambiance. En plus, la plupart des clans pratiquent que la pendaison ou la décapitation. Croyez-moi, ils vont trouver le bûcher dépaysant
BOHORT (de plus en plus mal)
Je crois que je vais vomir.
ARTHUR
Quand est-ce que vous aurez compris qu'on ne pratiquait plus d'exécutions publiques à Kaamelott ?
LEODAGAN (insistant)
Mais y'aura que les Chefs de Clan, c'est pas du public, c'est des connaisseurs.
VENEC
Je peux vous remplacer les lions par des chiens si vous préférez. J'ai un cousin qu'a un élevage de clébards capables de mettre à mort un taureau. Une douzaine de ces molosses et le tour est joué.
ARTHUR (hésitant)
Je sais pas… Je suis pas très chaud.
(à Venec)
Et à part ça qu'est-ce que vous avez d'autre ?
VENEC
C'est tout ce que j'avais en stock.
LEODAGAN
Ben c'est la girafe ou le bûcher.
BOHORT
Je vous en conjure Sire, ne faite pas ça ! Essayez de reconsidérer l'idée de la femme aux serpents.
ARTHUR (péremptoire, après avoir été parcouru d'un frisson)
Et bien c'est décidé, ce sera la girafe !
BOHORT (indigné)
Sire ! Une si noble créature !
VENEC
Très bon choix Sire. Vous allez pas le regretter. Et pensez aux économies que vous allez faire.
LEODAGAN  (intéressé)
Des économies ?
VENEC
Ben vous vouliez servir du gibier pour le dîner non ? Chevreuil, girafe, c'est kif-kif, non ?
BOHORT (réprimant un réflexe vomitif)
J'envisage de plus en plus sérieusement d'adopter le régime du Maître d'Armes.


ACTE IV
La Taverne, le soir précédent la réunion des Chefs de Clan

Bohort, encapuchonné, est attablé devant un godet de lait de chèvre, l'air extrêmement tendu.
Deux silhouettes, également sous capuchons, viennent prendre place en face de lui.

BOHORT  (chuchotant)
Alors ? L'affaire est-elle réglée ? Vous en êtes-vous débarrassé ?
YVAIN
On a fait tout comme vous avez dit.
GAUVAIN
Nous nous sommes furtivement introduits dans le camp de Venec et avons laissé choir la gourde de vin que vous nous aviez remise. Comme vous l'aviez prévu, les gardes se sont empressés  de s'en saisir et d'en faire disparaître le contenu dans leurs jabots.
YVAIN
Et ils sont tombés comme des troncs en moins de temps qu'il n'en faut pour l'entendre.
GAUVAIN
Ne serait-ce pas plutôt comme des rondins ?

(Bohort commence à trépigner)

YVAIN
Peut-être...
BOHORT, impatient  (impatient)
Et ensuite ?
YVAIN
Ensuite, on a ouvert l'enclos de l'agrafe.
BOHORT, étonné  (étonné)
Mais... Je vous avais demandé de libérer les chiens, pas la girafe !
YVAIN
Au début, c'est ce qu'on voulait faire, mais quand on s'est approchés des cages, ben, ils se sont mis à aboyer. C'était abomifreux.
GAUVAIN
Je dirais même plus, c'était abominaffreux.
BOHORT
Mais où est la girafe ?
GAUVAIN
Elle ne montrait pas de signe d'empressement à vouloir sortir.
YVAIN
Alors le Seigneur Gauvain a eu l'idée de l'aguicher avec une carotte.
GAUVAIN (modeste)
Je n'ai aucun mérite, je l'avais vu faire par un maquignon dont l'âne revêche refusait de cheminer.
YVAIN
Sauf que, ben, c'est super grand comme animal, une agrafe.
GAUVAIN
Alors le Seigneur Yvain a eu l'éclaircissement qu'il fallait que nous trouvions un moyen d'acheminer le légume jusqu'à la bouche de la créature.
YVAIN
J'ai planté la carotte sur une longue pique et ainsi elle nous a suivis sur plusieurs lieues.
BOHORT
Au moins elle sera plus en sécurité dans la nature qu'ici.
GAUVAIN
En tout cas, nous ne sommes pas mécontents d'être rentrés.
YVAIN
Ouais, parce qu'on avait entendu des hurlements sinistres, à vous dresser les poils des genoux.
GAUVAIN
Des loups, sans aucun doute.
BOHORT
Mais c'est abominable. Qu'ai-je fait ? En voulant la soustraire à une mort atroce je l'ai conduite tout droit vers un piège tout aussi mortel. Je suis un misérable !


ACTE V
La tribune de la lice de Kaamelott, le lendemain

Arthur est assis, entouré des Chefs de Clan, A sa droite Léodagan, à sa gauche Guenièvre. Juste derrière lui, Bohort. On entend les aboiements rageurs des chiens impatients.
Venec, arrive, l'air contrarié.

VENEC
Sire, on est dans la merde !
ARTHUR
Quoi ? Me dites pas que vos chiens ont chopés la colique ?
VENEC
Non c'est la girafe. Elle est plus là.
ARTHUR
Quoi ?
VENEC
Y'a un connard qu'à laissé la porte de son enclos ouverte et elle s'est fait la malle.
GUENIEVRE (inquiète)
Mais qu'est-ce qu'on va manger ce soir alors ?
ARTHUR
Moi c'est plutôt ce qu'on va leur montrer à ces cons qui m'inquiète ! Non parce que là, ils sont surexcités et je crois pas que les clebs ça va suffire à les calmer.
VENEC
Vous me connaissez Sire, j'avais prévu plan B pour le cas où y aurait un truc qui serait parti en couille. 
(il plonge la main dans un sac de jute et en sort un lapin)

(Bohort pousse un hurlement, se lève et quitte la tribune en courant)

VENEC
Qu'est-ce qu'il lui prend ? Me dites pas qu'il flippe des lapins ?
LEODAGAN
Non ! Vous pensez bien... uniquement des lapins adultes.
VENEC
Justement, celui-là c'est un ado.
GUENIEVRE (chouinant)
Arthur ! Vous ne pouvez pas le laisser faire ! Ces pauvres bêtes vont finir en charpie si on les laisse entre les crocs de ces chiens féroces.
LEODAGAN
Surtout qu'ils vont en boulotter la moitié et il restera rien à nous partager. Croyez-moi, si les Chefs de Clan ont rien à grailler, après le spectacle va y avoir du baroufle dans la salle à manger.
ARTHUR
C'est pas faux. Il faut que vous trouviez autre chose Venec, et vite !
VENEC
Ben je peux toujours faire rappliquer la fille aux serpents…
ARTHUR
Dites moi beau père, le mec que vous deviez cramer… il est toujours en vie ?



Les mots devant êtres utilisés sont : létale, sucré, colonne, girafe, glacé, distinguer, pastèque, partager, aérer, boire et s'empiffrer ainsi que le néologisme abomifreux ou abominaffreux... Vous pouvez les chercher, ils y sont tous.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

J'adore la fin !!!!! :) On ne sait pas comment ça va se finir, mais arriver à faire envisager à Arthur un bûcher, c'est fort!  :)

Une petite remarque : c'est au bout d'une pique qu'il faut placer la carotte, par au bout d'une picte - c'est Séli qui est picte...

(Il y a d'autres petites fautes d'orthographes, mais sans jeu de mot involontaire... ;))

En tout cas c'est un sacré bon scénario. Pas trop tordant, pas trop dense, mais agréable à lire et qui se construit petit à petit vers un final très réussi (je trouve).

Semi-Croustillant
Hors ligne

Pas mal! Le challenge est bien respecté et ce n'était pas de toute aisance!
Sinon je suis tout d'accord avec Agloval !

Chevalier Haut de Coiffe
En ligne

J'ai trouvé ce scénario excellent ! Les répliques collent très bien aux personnages, bravo. Je noterais celles-là qui m'ont fait marrer :

Là, ça va ressembler à une réunion de midinettes.

C'est dommage, je trouvais que ça vous serez très bien allé ce collier autour du cou père.

Quand ils débaroulent, c'est porc rôti à tous les repas… Désolé, mais je sature… En plus ça me file des gaz.

Oui mais bon, je vois mal les Chefs de Clan s'extasier devant ce machin.

ainsi que la tirade de Bohort sur sa proposition du repas, et le discours de Léodagan sur le « gars dans les geoles qu'attend d'être cramer », l'agrafe au lieu de la girafe, et bien d'autres encore, qui sont dans le contexte, très poilants. Le tout est bien ficelé, les répliques s'enchaînent naturellement, et il n'y a pas de passage trop ennuyeux. J'ai bien aimé.

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Et bien merci à vous ^^

Agloval, j'ai modifié le "Picte" en "pique" et corrigé quelques fautes (il en reste sûrement, désolée, je m'y pencherais un peu plus sérieusement plus tard).

Pour les auteurs (je pense à Agloval et Westminster mais également les autres), il y a un autre défi en cours dont la date limite pour rendre les copies est le 7 janvier. Je vous mets les conditions (attention elle risque de vous faire dresser les cheveux sur la tête) peut-être serez-vous inspiré.
La date limite est le 7 janvier, si vous souhaitez plus d'informations contactez moi par MP.

Poney, rose, amour éternel, bébé phoque, petit oisillon tombé du nid, rire cristallin, yeux d'un [mettre_couleur] profond, nounours, couettes, étoile filante, petit pull en laine et journal intime.

Conditions particulières : Vous pouvez utiliser le singulier ou le pluriel, le féminin ou le masculin. Toutefois, attention ! Bien que ce champ lexical soit rempli d'amour et de paix, en aucun cas, votre OS ne devra tourner dans la guimauve et nager avec les dauphins !

C'est un concours multi univers avec majoritairement des textes dans l'univers de Harry Potter, mais le mois dernier c'est un kaamelottien qui a gagné XD (non ce n'est pas moi, "un banquet presque parfait" est ma première participation).

EDIT :
Pour information j'ai fini 2ème sur 4. Il faut dire que le texte (Harry Potter) qui a gagné était exellent, donc aucun regret.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB