Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui va varier la pâte, aussi !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Rhaaaa, elles commencent à me fatiguer, les idées ! Elles ne vont pas me laisser tranquille ? Il est tard !


Une journée particulière

1. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - JOUR
Arthur, Léodagan et le Père Blaise sont en réunion de travail.

Père Blaise
Sinon, j'ai une demande du seigneur Léodagan, qui a besoin d'un budget pour...
Arthur (à Léodagan)
Ah non ! Pas encore une de vos saloperies de tour de guet !
Léodagan
Mais non, c'est bon, j'en ai plus qu'il m'en faut.
Père Blaise
C'est une demande de budget pour l'organisation de la fête des myrtilles. C'est bien ça seigneur Léodagan ?
Arthur
Hein ?
Léodagan
Tout à fait. (À Arthur) Mais ne me regardez pas comme ça !
Arthur
Vous avez l'intention de vous occuper de la fête des myrtilles ?
Léodagan
Qu'est-ce qui vous choque ? C'est une fête importante, en plus il y aura un bal avec des troubadours !

2. INT. COULOIRS - JOUR
Arthur croise Perceval et Karadoc.

Perceval
Ah, Sire, on vous cherchait !
Karadoc
C'est très important, Sire !
Arthur
Allez-y, je vous écoute. Mais je sens que ça va me gonfler...
Perceval
Un de nos pigeons vient d'apporter un message urgent : une dizaine de navires saxons ont été aperçus sur la côte est.
Karadoc
On s'est permis de mettre la troupe en état d'alerte, mais on n'est pas sûr d'avoir bien fait.
Perceval
Ouais, parce que normalement, c'est pas notre prérogative.
Karadoc
Sire, ça va ?
Arthur (décontenancé)
Heu... J'en sais rien. Écoutez, allez voir le seigneur Lancelot, il avisera.
Karadoc
On m'a dit qu'il surveillait la garde sur le rempart nord.
Perceval
Bien, allons-y !

3. INT. SALLE À MANGER - JOUR
Arthur boit un coup pour se remettre de ses émotions. Le maître d'armes rentre.

Arthur
Oh pardon, j'avais complètement oublié qu'on devait s'entraîner !
Maître d'armes
Aujourd'hui, Sire ? Ah, peut-être.

Le maître d'armes ouvre un placard et en sort un plateau de charcuterie.

Maître d'armes
Mais Sire, est-ce que c'est urgent ? Parce qu'à vrai dire j'ai un petit creux...
Arthur (surpris)
Vous mangez de la charcuterie ?
Maître d'armes (vexé)
Bien sûr ! Qu'est-ce que vous croyez ? Que je mange des graines ?
Arthur
Non, bien sûr...
Maître d'armes
Et votre vin, c'est du bon ?
Arthur
Ah oui, c'est du vin d'Aquitaine. Vous voulez goûter ?
Maître d'armes
Avec plaisir ! C'est un honneur de trinquer avec le roi !
Arthur
Surtout que c'est pas souvent !
Maître d'armes
Eh oui, avec toutes vos responsabilités... (Présentant un immense sandwich : ) Regardez-moi ça : le spécial du seigneur Karadoc : toute la production charcutière de Bretagne entre deux tranches de pain.

4. INT. SALLE DU TRÔNE - JOUR
Arthur et Lancelot sont en séance de doléance. Arrivent Guéthenoc et Roparzh.

Arthur
Oh non, pas encore eux !
Lancelot
Écoutez-les avant de juger, Sire.
Roparzh
Mes hommages, m'sieur Sire ! Et à vous aussi, m'sieur Sire à côté.
Guéthenoc
Pareil !
Lancelot
Alors, qu'est-ce qui vous amène ici ?
Roparzh
Voilà : avec mon ami ici présent, on a formé une, comment qu'on dit déjà ?
Guéthenoc
Une coopérative.
Roparzh
C'est ça ! Avec les collègues, on s'est mis tous ensemble, et maintenant on travaille main dans la main.
Guéthenoc
Et si on est venu vous importuner...
Lancelot (souriant, presque rêveur)
Ah mais vous ne nous importunez pas ! Vous savez, j'ai toujours été passionné par l'agriculture et les agriculteurs.
Arthur (surpris)
Ah bon ?
Guéthenoc
Ah ben ça fait plaisir ! Alors si on est venus, c'était pour vous annoncer les résultats de la première année de notre coopérative.
Roparzh
On a fait péter les objectifs !
Guéthenoc
Du coup, les surplus, on se proposait de les fournir à Kaamelott pour alimenter un stock qui servirait aux clodos, aux crève-la-faim, tout ça.
Roparzh
Ah, et puis autre chose : grâce à la coopérative, on a réussi à améliorer notre vin.
Guéthenoc
On s'est inscrits à la foire aux vins de Tintagel. Eh ben on a gagné le premier prix, m'sieur Sire !
Lancelot (souriant)
Je suis au courant : je m'étais rendu à la foire pour en apprendre plus sur les techniques viticoles et j'ai assisté à la remise des prix.
Arthur (bas, à Lancelot)
Heu... vous voudriez pas me pincer ?

5. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - JOUR
Arthur et les chevaliers sont en réunion et écoutent le récit d'Yvain et Gauvain.

Yvain
Donc, en entrant dans la bâtisse, on a entendu un léger bruit.
Gauvain
Figurez-vous, mon oncle, que c'était un fantôme !
Yvain
En effet, la bâtisse était hantée !
Bohort
Quelle quête passionnante, comme j'aurais voulu être à vos côtés !
Léodagan
Mais qui c'était, ce fantôme ?
Père Blaise
Sûrement l'ancien propriétaire. D'après mes archives, il s'agirait de Cobold le Balafré.
Gauvain
Je m'en souviens, ce fantôme portait en effet une balafre au menton.
Hervé
Ah oui, Cobold le Balafré, j'ai entendu parler... C'était le frère d'Audegonde, qui avait épousé le prince de Cornouailles. Je crois bien qu'il avait été tué en mer lors d'une bataille navale contre les Vikings après avoir été banni par le prince, son beau-frère.
Père Blaise
Oui c'est possible, et alors ?
Hervé
Ça expliquerait son état de fantôme : le prince pratiquait la sorcellerie, il avait lancé une malédiction sur Cobold comme quoi il ne connaîtrait pas de repos éternel s'il ne mourait bravement. Et il est mort en couard, en fuyant le combat naval.
Yvain
Mais quand on l'a rencontré, on lui a aussitôt proposé un duel à mort. Trop mortel !
Gauvain
Et je peux témoigner qu'il s'est comporté bravement.
Yvain
Ah, c'est pour ça qu'on a pu le tuer : un revenant, c'est immortel, mais sa bravoure l'a libéré de la malédiction et lui a fait quitter son enveloppe de fantôme.
Gauvain
Quoiqu'il en soit, une fois le combat terminé, nous avons entrepris de fouiller la bâtisse et avons trouvé un coffre rempli de pierres précieuses que nous avons confié au père Blaise.
Yvain
Trop classe ! Wouhouuu ! Psshhhh !
Léodagan
Et ce bandage à la main, c'est une blessure au combat ?
Yvain
Non, c'est juste que je me suis coupé le poignet en forçant avec mon épée pour ouvrir le coffre. Mais c'est rien, on voit même pas l'os.
Gauvain
Qu'en dites-vous mon oncle ? Mon oncle ?
Bohort
Sire ? Vous avez un malaise ?

6. EXT. ARBRE MILLÉNAIRE - JOUR
Arthur est assis sur le banc situé au pied de l'arbre, il joue du oud pour se distraire et se remettre de ses récentes surprises. Léodagan apparaît.

Léodagan
Ah, vous êtes là, je vous cherchais partout !
Arthur
Oh non ! Je m'étais installé là pour avoir la paix...
Léodagan
Oh pardon, je suis navré. On se revoit demain matin alors ?
Arthur (étonné)
Heu... Oui, je préfère.
Léodagan
OK, à demain !

7. INT. COULOIRS - SOIR
Arthur croise Merlin dans les couloirs.

Merlin
Ah, Sire, je suis vraiment désolé !
Arthur
Quoi, qu'est-ce que vous avez encore fait ?
Merlin
Vous n'avez pas remarqué ? Il n'y a rien eu de bizarre aujourd'hui ?
Arthur
Ben si, justement... Ah c'est vous ?
Merlin
Sans le faire exprès, en me trompant de fiole j'ai fait péter un sort de confusion qui s'est répandu dans tout le château.

Arthur (ironique)
C'est marrant, il n'y a que sur vous que ça n'a pas fait d'effet.
Merlin
Ah ben oui, je suis immunisé, c'est plus prudent !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ah nan mais c'est pas vrai ! J'étais peinard au lit et voilà une idée qui m'assaille ! Et si je la laisse de côté, à tous les coups je l'aurais oubliée demain.

Bon, c'est juste une modification des scènes 2 et 5, que je trouve un peu mieux.


2. INT. COULOIRS - JOUR
Arthur croise Yvain et Gauvain.

Gauvain
Ah, mon oncle, on vous cherchait !
Yvain
Ouais, c'est très important.
Arthur (ironique)
Quoi encore ? Vous vous êtes fait piquer par une guêpe ?
Gauvain
Mais non. C'est un de nos pigeons qui vient d'apporter un message urgent.
Yvain
Ouais, une dizaine de navires saxons ont été aperçus depuis la tour de guet située sur la côte est, je vous ferais dire !
Arthur
Encore les Saxons ?
Gauvain
Nous avons pris sur nous de prévenir le seigneur Lancelot, qui est en train de réunir la troupe chargée de contre-attaquer.
Yvain
Comme c'était pas dans nos prérogatives, on n'était pas sûr d'avoir bien fait.
Arthur (surpris)
Si, si, bonne initiative !
Gauvain
Alors est-ce que vous nous autorisez à prendre part aux combats, mon oncle ?
Yvain
Allez, ce serait trop mortel !
Arthur (hébété)
Heu... Oui, si c'est ce que vous souhaitez, allez-y.
Gauvain
Merci mon oncle !
Yvain
Wouhouuuuuu ! Psssshhhh !

5. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - JOUR
Arthur et les chevaliers sont en réunion et écoutent le récit de Perceval.

Perceval
Donc, en suivant les indications de la carte, je suis arrivé dans une sorte de bled paumé.
Arthur (lassé)
Du coup on s'en fout des détails.
Perceval
Non mais j'allais rien détailler ! Donc, j'arrive dans le bled, et là je vois un vieux.
Arthur
Et c'est reparti...
Perceval
C'était un ecclésiastique.
Arthur
Vous êtes sûr ? Vous ne vous trompez pas de mot ?
Perceval
Ben oui, un homme d'église, quoi. De toute façon c'est comme ça qu'il s'est présenté. Alors il m'a dit : tatati, tatata, l'histoire du Graal, la coupe, le sang du Christ, Joseph d'Arimathie, tout ça... Je vous détaille pas, vous connaissez.
Père Blaise
Il connaissait Joseph d'Arimathie ?
Perceval
Non, mais il connaissait sa tombe. Il m'a dit de marcher tout droit vers le nord-ouest pendant trois lieues. C'est ce que j'ai fait. Et là, sur quoi je tombe ? Une crypte !
Arthur (étonné)
Et vous êtes descendu ?
Perceval
Il y avait plein de poussière et de toiles d'araignée, mais j'allais pas me débiner si près du but ! Alors je descends les escaliers, et je me retrouve dans une pièce sombre avec plein de toiles d'araignée. Devant moi : le tombeau de Joseph d'Arimathie.
Lancelot (captivé)
Joseph d'Arimathie ! Vous êtes sûr que c'était lui ?
Perceval
Ben oui, il y avait son nom écrit dessus.
Arthur
Attendez, je croyais que vous ne saviez pas lire.
Perceval
Nan mais je connais les bases, Sire, quand même !
Père Blaise
Et le Graal serait enterré dans ce tombeau ?
Perceval
Ben, à vrai dire, c'est là où j'ai merdé. Mais c'est pas de ma faute, j'étais confronté à un dilemme : est-ce que j'ai le droit de profaner une sépulture ? Non mais Sire, me regardez pas comme ça !


Bon, finalement c'est pas forcément mieux (on perd Bohort, Hervé et la blessure d'Yvain). Disons que c'est une variante.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

L'argument de départ est génial, mais, je préfère en effet la première version (dans la seconde, pour la dernière intervention de Perceval, tu t'es trompé d'intervenant ;) .)
En tout cas, c'est très "confusant" de vivre dans un Kaamelott parfait. Mais, malgré leur soudain état de grâce, les persos restent parfaitement reconnaissables.
Perturbant ! :lol:

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

C'est vrai que j'aime beaucoup l'idée de départ traduit par le titre "Une journée particulière", Astier n'avait pas encore osé l'écrire. J'adore Guethenoc et Roparzh qui restent dans leur jargon un peu débile (l'autre m'sieur Sire !) tout en apportant une nouvelle parfaite :D Même chose pour Yvain. Au bout de trois quatre actes on comprend la mécanique et on attend juste la grosse chute qu'Astier n'aurait pas trouvé pour écrire un sketch comme ça ! Après, s'il l'avait écrit, il aurait sûrement mis moins d'actes, moins de personnages en un seul épisode... parce qu'une fois qu'on a pigé le système, on finit par un peu s'impatienter je trouve. Bon, finalement la chute est drôle, un peu évidente, et en même temps on voit pas tellement avec quel autre prodige que la magie tout ça aurait pu se produire.La preuve, c'est qu'Arthur n'est pas plus choqué que ça (Ah, c'est vous ?)  Magie très puissante dis-donc d'ailleurs, il s'est surpassé dans la connerie pour arriver à donner le pouvoir de lecture à Perceval :lol: Mais la réplique de fin est drôle, du très bon Merlin, donc on termine en simplicité ! ;)

Sinon, d'autres remarques que j'ai noté : Arthur fait beaucoup dans le calme et la maîtrise de ses émotions tellement il est surpris... mais j'aurai pas été choqué de le voir s'énerver un peu plus, du genre Mais qu'est-ce qui vous arrive là, tous ? D'habitude... et le "Ah, Sire, on vous cherchait !" "C'est très important, Sire !" de Perceval et Karadoc fait déjà vu, c'est d'ailleurs la seule réplique du scénarii tirée de celles existantes je crois, mais bon, on peut la considérer comme un running gag, un truc qu'ils répètent à chaque fois.

Chevalier
Hors ligne

le pire c'est que tu attends la chute... Merlin? Arthur qui rêve?  autre chose..?   :D      ça fait presque peur en tout cas.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Au bout de trois quatre actes on comprend la mécanique et on attend juste la grosse chute

Ah, c'est intéressant comme remarque. Pour moi, c'est le contraire : je ne le considère pas comme un sketch à chute et je pensais que ce qui serait drôle, ce sont les petites scènes où les personnages se comportent de façon inhabituelle. Il me fallait donc une grande densité de « références à l'envers » (je sais pas comment appeler ça) : pigeons efficaces, Hervé qui se souvient des noms, le Père Blaise qui réussit à consulter ses archives, Perceval qui utilise les points cardinaux, etc. C'est probablement un sketch plus amusant à écrire qu'à lire, en fait.

Arthur fait beaucoup dans le calme et la maîtrise de ses émotions tellement il est surpris... mais j'aurai pas été choqué de le voir s'énerver un peu plus, du genre Mais qu'est-ce qui vous arrive là, tous ? D'habitude...

Je viens de faire quelques petites modifications discrètes pour montrer qu'il est étonné par ce qui arrive (plutôt que s'énerver, il fait un malaise lors du récit d'Yvain et Gauvain).

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB