Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui s’fait un p’tit coup d’Table Ronde ! !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Pile Poil
Hors ligne
Tante Cryda a écrit :
Mat a écrit :

Non, le réel problème concernant cette "communauté", vient de l'anonymat conféré par la magie du net.

OK, je vous dit tout : je m'appelle Charles-Henry, j'ai 26 ans, je suis amoureux des gros seins de Coco l'Asticot et je me fais passer pour une vieille femme pour que vous soyez gentils avec moi.

Aaaah ! L'anonymat du net ! :rolleyes:


:fete:

Je le savais !!! Je vais te dénoncer au FBI mon grand, tu va finir en prison jusqu'à la fin de tes jours, hahahahahaha !

Chevalier Pile Poil
Hors ligne

Je me permets d'apporter une petite pierre à l'édifice du "sexisme" chez les geeks :

Je trouve aberrant que les femmes soient représentées uniquement en "objet sexuel" et que ce soit ce genre de choses qui soient pensés pour les mecs, afin de vendre. Nous voilà bien mal lotis. D'un côté, les femmes doivent-être obligatoirement bien roulés, avec un bon 90-60-90 (minimum) et aussi intelligente qu'une aubergine et de l'autre, les hommes qui sont TOUS forcément attirés par cette sous représentation du sexe opposé. Les femmes sont des objets et les mecs des beaufs.
Et après ça on s'étonne que les mentalités régressent... *Sigh*

Chevalier
Hors ligne

C'est clair que dans les jeux avec des personnages masculins et féminins, les morphologies des persos masculins sont souvent assez variés (des grands, des petits, des musclés, des gros...), alors que les personnages féminins sont rarement gros, plats ou difformes.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Quand qu'il était petit, Askelon avait ouvert une discussion assez proche : ;)
http://forum.onenagros.org/viewtopic.php?id=1367

Chevalier
Hors ligne

Je vais commencer par répondre à ceux qui m'ont répondu.

Kapiston a écrit :

Qu'en est il lorsque les rôles sont inversé ? est ce que cela veut dire qu'un homme lui peut fermer les yeux facilement ?
C'est vrai quoi on parle toujours des pauvres femmes bouleversées par les actes sinistres de leurs maris mais jamais l'inverse. D'ailleurs dans je sais plus quelle affaire d'une enfant dont le corps à toujours pas été retrouvé (qui remonte à un an environ) la femme à essayé de faire porter le chapeau au mari alors qu'ils étaient tous les deux impliqués.
Voila c'était juste pour souligner ce petit manque de parité dans cette phrase

Oui bien sûr, les femmes sont capables de commettre des actes tout aussi monstrueux que les hommes et le cacher à leur mari ou compagnon qui tombe des nues quand il l'apprend, comme dans l'affaire Courgeot, c'est indéniable.

Cousine a écrit :

Pour répondre à Mélusine... J'ai du mal avec le terme "sain d'esprit", différentes expériences de psychologie ont montré les atrocités que des personnes "saines d'esprit" peuvent faire. L'expérience de Stanford est parlante, par exemple. Nier la réalité, refuser de voir, ce sont des réactions plutôt "normales". Tu es végétarienne, tu es peut-être au courant des mutilations pratiquées dans les élevages industriels ? Le documentaire Earthlings montre bien tout ça. Mais il y a beaucoup de gens tout à fait capables d'être choqués en le voyant, de se dire que c'est horrible, et de manger du jambon le soir-même. Ils savent, mais ils ne veulent pas voir le lien entre ce qu'ils mangent et les pratiques de l'élevage industriel. Et ils sont sains d'esprit.

On est habitués à vivre dans certaines conditions, dans un environnement qui, généralement, est assez stable, mais quand les repères changent, nos réactions peuvent changer du tout au tout. Après la 2nde Guerre mondiale, on a voulu diaboliser les nazis et en particulier les SS, en faire des monstres, mais les études sur le sujet ont montré que c'était majoritairement des gens "normaux", "sains d'esprit", qui, s'ils avaient vécu à notre époque, se seraient eux aussi dit "Comment c'est possible que des gens fassent ça ?".
Moi, je ne me considère pas comme saine d'esprit. Mais j'essaie d'agir bien.

Oui, j'avoue que le terme "saine d'esprit" que j'ai utilisé était maladroit, et il est tout à fait exact que des gens normaux peuvent commettre le pire, en fait je l'utilisait par opposition avec une personne vraiment perverse ou psychopathe, mais personne ne peut prétendre être totalement sain d'esprit car personne n'est parfait, je n'ai pas la prétention de l'être non plus et j'essaie moi aussi d'agir bien.
Pour ce qui est du documentaire "Earthlings" je l'ai vu il y a longtemps et si je n'avait pas déjà été végétarienne à ce moment-là, je le serai sûrement devenue mais il est vrai que parfois, on préfère ne pas voir les choses et s'aveugler que d'affronter la dure réalité, surtout si on est fataliste et qu'on pense ne rien pouvoir y changer.
Quant à l'expérience Stanford, ça me dit quelque chose, il me semble que c'était un test où une personne devait transmettre des question à une autre personne et si cette personne répondait mal, on lui demandait d'envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes et le test a prouvé que la personne n'hésitait pas à les envoyer, en tout cas c'était très révélateur malheureusement.

Kapiston a écrit :

Comparer les gens dans la guerre c'est un peu l'exemple facile pour démontrer la capacité des gens à agir de manière impensable. Qu'aurait on fait nous à la place des français qui vivaient sous l'occupation ? Alors oui on hurle à mort les collabos et ceux qui ne faisaient rien, et vive les résistant mais face à la menace de la mort je pense que peu auraient fait ce choix et moi même je ne le sais pas ^^ Mais comme je dis, c'est l'exemple facile.

C'est sûr qu'il est très facile de dire "moi j'aurai résisté, j'aurai été un héros" quand on ne l'a pas vécu, or la majorité de la population à l'époque, n'était ni résistante ni collabo, ils essayait juste de survivre au jour le jour, à trouver à manger, à se chauffer et au sort de leur proches et ils étaient morts de peur et j'aurai sûrement été pareil. Je pense qu'il fallait une immense force de conviction et la certitude que c'était un sacrifice nécessaire pour un avenir meilleur pour s'engager dans la résistance avec tous les risques que cela sous-entendait, peu de gens en sont capable.

Cousine a écrit :

Ceux qui ne faisaient rien, même maintenant on peut facilement les comprendre, ils avaient peur. Ce qui est plus difficile à comprendre, c'est ceux qui faisaient du zèle, qui surrenchérissaient dans l'horreur.
Mais l'expérience de Milgram (et plus récemment le "Jeu de la mort", reprenant le même principe), par exemple, a montré qu'il n'y avait même pas besoin d'être en temps de guerre ni sous une quelconque menace pour que des gens soient prêts à tuer une personne innocente juste parce qu'on leur a dit de le faire.
Je trouve ça vraiment intéressant, les mécanismes psychologiques qui poussent à ce genre de choses. Et je crois que c'est important de les connaître, pour mieux se maîtriser dans des situations inhabituelles.

J'avoue n'avoir entendu parler ni de l'un ni de l'autre mais hélas ça ne m'étonne pas, ça fait partie de la nature humaine et certains perdent toute capacité d'empathie et font passer leur besoins et/ou leurs pulsions avant tout.
Après pour passer à l'autre sujet de débat en cours, j'avoue que je ne connais pas trop le milieu des gamers mais ça ne m'étonne pas qu'il y ait du sexisme comme dans tout milieu majoritairement masculin et dans l'ensemble de la société française et puis il est vrai qu'avec l'anonymat qu'offre internet, les gens se permettent de poster des choses qu'ils n'oseraient pas dire tout haut en public.

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

Bravo pour le titre Tatie. :)
Sinon j'ai pas vraiment d'avis sur le sexisme, je trouve ça très compliqué en faites, parce que d'un coté il y a les féministes qui voudrait qu'on arrête de faire la moindre blague sexiste ce que je trouve un peu cons,  on peut très bien faire de temps à autre des blagues sexiste sans être misogyne, comme ont peut faire des blagues sur les Belges et aimer GinAA les Belges :) ,  enfin  et d'un autre coté c'est vrai il y a aussi des gros cons machos de base.

Moi personnellement je pense que beaucoup d'hommes sont un peu (j'ai bien dit un peu) misogyne dans a vie de tout les jours, une émission d'ailleurs sur france 4 (cam clash je crois) l'as assez bien démontré je trouve, en fait ils ont mis une femme au volant d'une voiture et son but c'était de galérer à se garer pour voir la réaction des gens en caméra caché, à la fin beaucoup de gens ont dit que si c'était un homme au volant ils auraient réagis différemment (au final ils auraient perdu patience plus vite).
Et d'un autre coté si beaucoup d'homme son un peu misogyne de plus en plus de femme sur réagisse je trouve et voit un peu le mal féminin partout, mais ont peu pas vraiment leur en vouloir, elle ont tellement été traité comme inférieur à nous pendant des années et il y a encore des inégalités inexplicable notamment au niveau des salaires, que c'est presque normal qu'elle se révolte aussi. :)

Par contre faudra qu'on m'explique un jour le truc des Femen parce que montrer ses seins pour revendiquer ses droits j'ai jamais compris le principe moi.

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
Tante Cryda a écrit :
Mat a écrit :

Non, le réel problème concernant cette "communauté", vient de l'anonymat conféré par la magie du net.

OK, je vous dit tout : je m'appelle Charles-Henry, j'ai 26 ans, je suis amoureux des gros seins de Coco l'Asticot et je me fais passer pour une vieille femme pour que vous soyez gentils avec moi.

Aaaah ! L'anonymat du net ! :rolleyes:


:fete:

:o Tu as osé révéler la vérité sur mon opulente poitrine ! Tu me le paieras, Charles-Hen ! :mad:


:lol:

Tante Cryda a écrit :

Quand qu'il était petit, Askelon avait ouvert une discussion assez proche : ;)
http://forum.onenagros.org/viewtopic.php?id=1367

Vi, j'l'avais vu zaussi !
Mais bon, on en est pas encore arrivé à cette discussion, dans notre débat. :)

Chevalier
Hors ligne
Ma cousine a écrit :

Quant à l'expérience Stanford, ça me dit quelque chose, il me semble que c'était un test où une personne devait transmettre des question à une autre personne et si cette personne répondait mal, on lui demandait d'envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes et le test a prouvé que la personne n'hésitait pas à les envoyer, en tout cas c'était très révélateur malheureusement.

Non, ça c'est l'expérience de Milgram.

Ma cousine a écrit :

J'avoue n'avoir entendu parler ni de l'un ni de l'autre mais hélas ça ne m'étonne pas, ça fait partie de la nature humaine et certains perdent toute capacité d'empathie et font passer leur besoins et/ou leurs pulsions avant tout.

Bah du coup si, tu la connais :b

L'expérience de Milgram avait en effet pour but de tester l'obéissance à une autorité, en l'occurrence scientifique. Le cobaye n'avait donc aucune raison d'obéir en dehors de la légitimité qu'il reconnaissait à cette autorité. Or la majorité des personnes testées obéissaient même quand ça mettait en danger la vie d'autrui (les chocs électriques étaient en fait simulés, mais le cobaye ne le savait pas). Ils ressentaient de l'empathie, pourtant, et de la culpabilité, mais ils dressaient différentes sortes de barrières mentales, demandaient au scientifique supervisant l'expérience s'ils pouvaient arrêter, histoire de se rassurer eux-mêmes en se prouvant qu'ils désapprouvaient l'expérience. Mais quand le scientifique refusait, rares étaient ceux qui refusaient fermement de continuer l'expérience.

L'expérience de Stanford, en revanche, avait pour but de comprendre les dérives en milieu carcéral. C'était une sorte de simulation de prison, avec des faux prisonniers et des faux gardiens. Or au bout de quelques jours, certains des gardiens, qui avaient pourtant passé un examen psychologique affirmant qu'ils n'étaient pas particulièrement sadiques, devenaient très cruels avec les faux prisonniers. Une des conclusions tirées est que l'anonymat des individus, qui étaient tous en uniforme et désignés par un nom de code, jouait pour beaucoup dans le sentiment de toute-puissance et la déresponsabilisation des faux gardiens.

Edit pour répondre à hervederinel qui a posté entre-temps :

hervederinel a écrit :

Bravo pour le titre Tatie. smile
Sinon j'ai pas vraiment d'avis sur le sexisme, je trouve ça très compliqué en faites, parce que d'un coté il y a les féministes qui voudrait qu'on arrête de faire la moindre blague sexiste ce que je trouve un peu cons,  on peut très bien faire de temps à autre des blagues sexiste sans être misogyne, comme ont peut faire des blagues sur les Belges et aimer GinAA les Belges smile ,  enfin  et d'un autre coté c'est vrai il y a aussi des gros cons machos de base.

Moi personnellement je pense que beaucoup d'hommes sont un peu (j'ai bien dit un peu) misogyne dans a vie de tout les jours, une émission d'ailleurs sur france 4 (cam clash je crois) l'as assez bien démontré je trouve, en fait ils ont mis une femme au volant d'une voiture et son but c'était de galérer à se garer pour voir la réaction des gens en caméra caché, à la fin beaucoup de gens ont dit que si c'était un homme au volant ils auraient réagis différemment (au final ils auraient perdu patience plus vite).
Et d'un autre coté si beaucoup d'homme son un peu misogyne de plus en plus de femme sur réagisse je trouve et voit un peu le mal féminin partout, mais ont peu pas vraiment leur en vouloir, elle ont tellement été traité comme inférieur à nous pendant des années et il y a encore des inégalités inexplicable notamment au niveau des salaires, que c'est presque normal qu'elle se révolte aussi. smile

Par contre faudra qu'on m'explique un jour le truc des Femen parce que montrer ses seins pour revendiquer ses droits j'ai jamais compris le principe moi.

Je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis sur les féministes qui seraient opposées à toute blague sexiste. Le truc avec les blagues, c'est que ça peut être du vrai 2nd degré, totalement ironique et qui ne reflète pas du tout la pensée de celui qui les dit. Mais ça peut aussi être un moyen de tenir des propos, certes exagérés, mais que l'on pense un peu quand même, et, sous couvert d'humour, personne ne peut trouver à redire parce que "c'est qu'une blague, faut pas tout prendre en premier degré, y en a qu'ont pas d'humour ohlala...". A ce sujet : http://www.egalitariste.net/2013/04/21/ … -une-arme/
Du coup, si une personne n'est de toute évidence pas sexiste et dit une blague sexiste, on comprendra bien qu'elle se moque des stéréotypes sexistes parce qu'elle les trouve ridicules. Mais si une personne qui, par ailleurs, adhère à certains préjugés sexistes, rit de ces mêmes préjugés...bah c'est ambigu, on peut se demander si elle n'essaie pas simplement de faire passer, sous couvert d'humour et donc sans risque d'être contestée, son opinion réelle.
Après, faut pas perdre de vue que les féministes ne forment en aucun cas un groupe unique et soudé, il y a différents points qui sont sujets à débat entre les féministes. Je me considère comme féministe mais je ne partage pas pour autant l'avis de toute autre personne disant aussi l'être, et ce sur tous les points. Ca semble évident dit comme ça, mais c'est bien de le rappeler :b

Quant à dire que les femmes surréagissent... Je crains fort que n'étant pas toi-même une femme, ce soit un sujet sur lequel tu n'es pas légitime pour juger. Je suis désolée de te le dire comme ça, parce que le "Tu peux pas comprendre", c'est un argument que je n'aime pas beaucoup en général, mais sur ce sujet, les hommes ne peuvent pas facilement se rendre compte de certaines choses. Par exemple, le harcèlement de rue, tous les mecs qui interpellent les filles qu'ils croisent dans la rue, qui les regardent avec insistance, les frottent dans les transports en commun... Ca peut paraître anecdotique pour un mec à qui ce n'est jamais arrivé (il y en a à qui ça peut être arrivé, je suppose donc que ceux-ci peuvent mieux comprendre), mais ça ne fait que renforcer un climat d'insécurité et de peur du viol, en particulier, dans lequel les filles grandissent. On apprend très tôt que si on porte tel ou tel vêtement dans la rue, on s'expose à des risques, de même si on sort trop tard le soir et surtout seule. Bien sûr, tous les mecs ne se sentent pas forcément rassurés seuls en pleine nuit, mais je pense que la peur du viol est principalement féminine (exception faite des hommes qui ont été agressés sexuellement ou violés un jour dans leur vie). Du coup, aborder une fille dans la rue, alors qu'elle n'est déjà pas très rassurée, c'est le genre de chose qui peut susciter une réaction qui semblera excessive, mais quand on le vit tous les jours (c'est pas mon cas, mais il y en a qui subissent ça), c'est une autre histoire.

Enfin, pour ce qui est de voir le mal partout... Le sexisme est un peu partout, c'est un fait. Au rayon livres pour enfants, par exemple. "Léa joue à passer l'aspirateur" vs "Thomas conduit la voiture", c'est du réel (à peu de choses près, c'était peut-être pas ça les prénoms :b). Et après on s'étonne des clichés sur les femmes au volant ? On passe pour des paranos qui voient le mal partout parce qu'on remonte aux sources dudit mal, des sources d'apparence innocente, parfois. Mais pour régler les inégalités de salaire, par exemple, il ne suffit pas de légiférer, il faut remonter aux sources. Pourquoi les salaires des femmes sont-ils inférieurs ? A cause du temps partiel subi, par exemple, qui touche surtout les femmes, et plus particulièrement les femmes en famille monoparentale, qui ne trouvent pas de mode de garde pour leurs enfants parce qu'elles n'ont pas les moyens de payer une nounou et parce qu'il n'y a pas assez de place en crèche. Mais aussi à cause du temps partiel choisi, parce que dans un couple avec enfants, si l'un des deux doit passer à temps partiel pour avoir plus de temps pour les enfants, c'est le plus souvent la mère qui se dévoue. Parce qu'elle avait déjà un salaire plus bas (choix économique rationnel), ou bien parce qu'il semble tout naturel que ça soit à la mère de s'occuper des enfants. Un père qui veut passer à temps partiel ne pourra d'ailleurs pas forcément, ça paraît encore assez étrange, un père qui travaille moins pour s'occuper de ses enfants. Et tous ces clichés sur la maman attentionnée et le père qui gagne l'argent de la famille, ça n'apparaît pas par hasard. Ca se construit, par plein de moyens comme les jouets qu'on donne aux enfants, les modèles qu'on voit autour de soi etc.

Chef de Clan
Hors ligne

Ouais, alors Mar_Lard, le "sexisme chez les geeks" c'est un peu son seul cheval de bataille et elle en fait des caisses.
Perso, j'ai commencé par le MMORPG : j'ai pas rencontré de sexisme.
Ensuite, le JDR : pas de sexisme.
Le GN : encore moins.
Le festival, avec Geekopolis, qui concentre à peu près tous les univers geeks imaginables : non plus.

Une chose qu'on pourrait reprocher à certains salons, c'est les cosplayeuses qui se baladent en culotte, boobies bien en vue, ça donne pas une super image, que ce soit d'elles ou des mecs qui bavent dessus.
Les pubs dénoncées dans l'article de Mar_Lard, bah ouais mais nan quoi, de tout temps y'a toujours eu des pubs à tendance sacrément sexistes, pour vendre de tout et n'importe quoi, pas seulement du jeu vidéo. (Je sais plus sur quel site j'avais vu l'article "Les pires pubs sexistes de ces 50 dernières années" ou un truc du genre. C'était pour vendre de l'aspirateur jusqu'à la voiture.)

La dénonciation est mauvaise, le sexisme est pas inhérent à la communauté geek, mais à la société entière.

Concernant les jeux vidéos à héroïnes féminines, c'est en très nette amélioration.
Nilin, dans Remember Me, le directeur artistique explique : "Notre principal objectif était de créer un personnage crédible et contemporain, mais avec l'ajout de caractéristiques fortes de science-fiction et cyberpunk. On voulait qu'elle soit réaliste, alors oui, nous avons essayé d'éviter autant que possible l'approche trop sexy."
Faith dans Mirror's Edge, avec sa petite poitrine et sa tenue sportswear ; Jade de Beyond Good and Evil n'est pas non plus spécialement sexualisée. Et surtout la Lara Croft du dernier Tomb Raider qui est devenue beaucoup plus réaliste, au-revoir les seins sur-dimensionnés, ils ont misé sur autre chose. Et y'a pas mal d'autres exemples.

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
Liberty a écrit :

La dénonciation est mauvaise, le sexisme est pas inhérent à la communauté geek, mais à la société entière.

Je pense pas que c'est ce qu'elle voulait dire, en tout cas ce n'est pas comme ça que je l'ai compris. Ce n'est pas parce que tu dénonces un comportement dans une communauté que tu oublies qu'il existe dans les autres.
Et à mon avis, c'est son cas : elle m'a l'air d'être une féministe convaincue, et les féministes convaincues, elles s'occupent pas du sexisme dans un seul domaine ! ^^ Elle est au courant que le sexisme est partout, mais elle a décidé de cibler la communauté geek car c'est probablement une communauté qui lui tient à cœur (je crois / suppose qu'elle considère elle-même en faire partie).

Chevalier
Hors ligne
Ma cousine a écrit :

Ma cousine a écrit :
Quant à l'expérience Stanford, ça me dit quelque chose, il me semble que c'était un test où une personne devait transmettre des question à une autre personne et si cette personne répondait mal, on lui demandait d'envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes et le test a prouvé que la personne n'hésitait pas à les envoyer, en tout cas c'était très révélateur malheureusement.
Non, ça c'est l'expérience de Milgram.
Ma cousine a écrit :
J'avoue n'avoir entendu parler ni de l'un ni de l'autre mais hélas ça ne m'étonne pas, ça fait partie de la nature humaine et certains perdent toute capacité d'empathie et font passer leur besoins et/ou leurs pulsions avant tout.
Bah du coup si, tu la connais ironique
L'expérience de Milgram avait en effet pour but de tester l'obéissance à une autorité, en l'occurrence scientifique. Le cobaye n'avait donc aucune raison d'obéir en dehors de la légitimité qu'il reconnaissait à cette autorité. Or la majorité des personnes testées obéissaient même quand ça mettait en danger la vie d'autrui (les chocs électriques étaient en fait simulés, mais le cobaye ne le savait pas). Ils ressentaient de l'empathie, pourtant, et de la culpabilité, mais ils dressaient différentes sortes de barrières mentales, demandaient au scientifique supervisant l'expérience s'ils pouvaient arrêter, histoire de se rassurer eux-mêmes en se prouvant qu'ils désapprouvaient l'expérience. Mais quand le scientifique refusait, rares étaient ceux qui refusaient fermement de continuer l'expérience.
L'expérience de Stanford, en revanche, avait pour but de comprendre les dérives en milieu carcéral. C'était une sorte de simulation de prison, avec des faux prisonniers et des faux gardiens. Or au bout de quelques jours, certains des gardiens, qui avaient pourtant passé un examen psychologique affirmant qu'ils n'étaient pas particulièrement sadiques, devenaient très cruels avec les faux prisonniers. Une des conclusions tirées est que l'anonymat des individus, qui étaient tous en uniforme et désignés par un nom de code, jouait pour beaucoup dans le sentiment de toute-puissance et la déresponsabilisation des faux gardiens.

Ah d'accord, j'avoue que je ne connaissais pas le nom de l'expérience en question, mais effectivement c'est bien celle de Milgram que j'avais vu à la télé et c'était perturbant à voir et maintenant que tu m'as décrit l'expérience de Stanford, je m'en rappelle, en fait je pense que ça prouve surtout que le conditionnement psychologique fonctionne très bien et que mis dans des conditions extrêmes, les gens peuvent devenir très violents et oublier toute empathie ou principe moral.
Sinon pour en revenir au sexisme, il est clair qu'il est induit dès l'enfance et que l'ère moderne n'a changé les choses qu'en surface,  les codes sociaux restent les mêmes, aujourd'hui les filles sont habillées aussi bien en pantalon qu'en robe et aucune couleur ne leur est interdite mais jamais on ne mettra de rose ou même de couleur approchante comme le mauve à un garçon même tout petit ! et puis dans les livres pour enfant devinez qui fait la cuisine, le ménage et s'occupe des enfants pendant que l'autre parent est au travail ?
Et puis, par rapport au harcèlement de rue et au phénomène de la drague lourde en général, je crois que la plupart des hommes, surtout jeunes et peu matures, ont du mal à se mettre dans la peau des filles dans cette situation, pour ça il faudrait qu'ils se fassent un jour draguer lourdement par un mec, de préférence plus costaud qu'aux physiquement à grand renfort de clins d'oeils lubriques et de mots/gestes explicites, je pense qu'ils changeraient de point de vue.
Enfin je doute qu'il y ait plus de sexisme chez les geeks qu'ailleurs.

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
La fée Mélusine a écrit :

Enfin je doute qu'il y ait plus de sexisme chez les geeks qu'ailleurs.

Mais arrêtez avec ça ! Personne a dit ça ! x)

La Dame du Parc a écrit :

Ca semble évident dit comme ça, mais c'est bien de le rappeler :b

Ça va sans dire mais ça va mieux en l'disant !

La Dame du Parc a écrit :

Quant à dire que les femmes surréagissent... Je crains fort que n'étant pas toi-même une femme, ce soit un sujet sur lequel tu n'es pas légitime pour juger.

Ah bah voilà !! Alors quand moi je dis que je suis pas légitime parce que je suis pas écolo, j'me fais engueuler, mais Hervé il a le droit de pas être légitime sous prétexte qu'il est pas une femme ! C'EST DÉGUEULASSE !
...
:fete:

Chevalier
Hors ligne

Je sais Coco, j'y ai pensé en l'écrivant, mais contrairement à ce que je disais à propos de l'écologie, là on est bien dans une différence d'essence entre hommes et femmes, qui entraîne, sans qu'il n'y ait pourtant de lien logique, une différence de vécu. En gros, un homme ne sera jamais traité comme une femme (à l'heure actuelle, je veux dire), mais il n'y a aucune bonne raison pour laquelle on ne les traite pas pareil :b

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
La Dame du Parc a écrit :

Je sais Coco, j'y ai pensé en l'écrivant

Oui, j'l'ai senti en l'disant...

En parlant d'écolo, t'as vu que je t'avais répondu, quand même ? ^^

Chevalier
Hors ligne

Oui oui, j'ai vu. Mais je n'ai pas répondu parce que...dans l'ensemble je suis assez d'accord, même si bon, franchement, les écolos purs et durs (ou quelque autre représentant assidu d'un mouvement) qui font la morale à tous ceux qui ne sont pas parfaits, ça me semble être ni plus ni moins que des prétentieux qui font passer la pureté personnelle avant la cause qu'ils défendent. Je ne crois pas qu'il faille se soucier à ce point de leur avis. Parce qu'au bout d'un moment, c'est quand même plus productif de montrer le bon exemple même si on n'est pas parfait, plutôt que de chercher la perfection et que notre mode de vie paraisse complètement inaccessible aux autres personnes. Du coup j'en reste à ce que je disais, te sens pas obligé de te justifier :b

Chevalistère à la Balustrade
Hors ligne
DDP a écrit :

Et tous ces clichés sur la maman attentionnée et le père qui gagne l'argent de la famille, ça n'apparaît pas par hasard. Ca se construit, par plein de moyens comme les jouets qu'on donne aux enfants, les modèles qu'on voit autour de soi etc.

Pas complètement vrai, je connais plein de monde qui tenait le discours de dire : Moi je ferais différemment, j’achèterai pas de jouet dit "garçon" à mon fils ou l'inverse pour ma fille etc... Et le résultat à été toujours le même : Les garçons vont d'eux même vers les jeu de voiture et les filles vers les poupées. (exemple : le petit d'à peine deux ans qui prenait la voiture de barbie de sa sœur pour jouer avec comme il n'en avait pas). Et plusieurs parents font ce constat qui finalement les déçoit, eux qui veulent toujours faire mieux que les autres...

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne
Parkynette a écrit :

Quant à dire que les femmes surréagissent... Je crains fort que n'étant pas toi-même une femme, ce soit un sujet sur lequel tu n'es pas légitime pour juger.

Désolée pour ça, Parky, mais ... Bah je suis pas loin de donner raison à Hervé ! Nan, mais je m'explique : ça fait 22 ans que je bosse dans un milieu à environ 80% féminin (suivant les années, des fois, y a un mec qui passe dans le coin) et bien, ça m'a rendue un gros poil misogyne ! Oui une femme peut avoir des tendances misogynes ! Et le "Nan mais t'as vu comment il m'a regardée, ce pervers ?" Ben des fois ouais, j'ai vu... un mec qui passait et qui regardait où il allait pour pas s'emplafonner un humain venant en sens inverse.
Soyons clairs : les femmes sont effectivement beaucoup plus exposées aux agressions (verbales ou sexuelles) mais si on arrêtait un peu de leur répéter dès l'enfance que tous les humains de sexes masculin ne sont que des masses mal organisées de testostérone avec qui il faut coucher ou qu'il faut fuir, elles auraient peut-être moins tendance à se conduire comme des victimes (il est inutile -et vexant pour les hommes- de changer de trottoir simplement parce qu'on est seule et que deux messieurs passent en sens inverse !)
Le problème des filles c'est qu'on leur apprend immédiatement la peur de l'autre. La peur engendre l'incompréhension et l'incompréhension l'absence d'empathie et les comportements violents.
Il est fréquent de voir une femme froncer les sourcils parce qu'un monsieur qu'elle ne connait pas et qui la croise dans un lieu exigu lui dit "Bonjour!". Mais le monsieur s'est juste senti obligé de  dire "Bonjour!" parce que c'est ce que font les gens civilisés qui se croisent. Il a fallu que je réapprenne ça quand je suis partie de Seine St Denis pour venir m'installer en pleine cambrousse. Il a fallu que je réapprenne à répondre "Bonjour". Les femmes parfois surréagissent parce qu'on leur a inculqué la peur. Aux garçons on inculque le sens de la conquète. Pour-quoi continuer à se traîner ce boulet "éducatif" archaïque ?

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Juste sur les jeux vidéos, il me semble que le public est en fait largement partager, hommes et femmes à 50/50 chez les gamers. La plupart des boites en sont conscientes au niveau création, mais il demeure un sexisme rampant et parfois inconscient pour tout le reste, cf. les personnages féminins aux mensurations systématiquement parfaites, voire surréalistes.

Maintenant effectivement le sexisme n'est pas plus répandu dans le milieu gamer/geek qu'ailleurs, et ce n'est pas le problème : il est tout autant répandu qu'ailleurs, dans un milieu ou justement on pourrait historiquement s'attendre à ce que ne soit pas le cas. L'univers geek est un univers assez opaque, qui a très longtemps été marginalisé, on pourrait donc espérer qu'il soit ouvert à quiconque veut réellement s'y intéresser ; or force est de constater que là aussi, être une femme suffit pour être attaquée rejetée de la communauté. Je le vois à mon échelle dans les métiers du web, il y a de plus en plus de nana, de plus en plus talentueuse, et de plus en plus décriées et ostracisées : une gonzesse ne peut pas savoir coder correctement ou pondre un design qui en jette, voyons, c'est un truc de mec, je peux parler au patron s'il-vous-plaît ?

Mar_Lard est effectivement à fond dans le milieu geek parce que c'est un milieu qui la touche personnellement, mais elle a d'autres combats également. Son activisme a au moins le mérite de montrer à beaucoup de gens une réalité qu'ils ne voulaient jusqu'à maintenant pas voir en face : oui, le milieu geek/gamer est aussi sexiste que les autres.

Un test marrant à faire : essayez de jouer à quelques jeux en ligne avec un pseudo clairement féminin, les réactions ne se font généralement pas attendre :P


Tante Cryda : je plussoie à 100%. Et je répondrais : parce que chaque tentative de déjouer un peu les préjugés fille/garçon est l'occasion d'une levée de boucliers des réacs. J'en veux pour preuve le récent délire de la Manif pour tous et sa troupe de déglingués à bases de complot socialiste qui veut enseigner la masturbation aux gamins de maternelles pour leur demander de choisir s'ils veulent être une fille ou un garçon. La moindre remise en question du fondement patriarcal de la société est systématiquement vécu comme une attaque personnelle contre toute une communauté un brin rétrograde qui s'empresse de hurler à la décadence apocalyptique de notre bonne France que tout fout l'camp ma bonne dame.

Chevalier
Hors ligne

A vrai dire Tatie, dans ce que tu dis là, je ne suis pas sûre que tu donnes plus raison à hervé qu'à moi. Je n'ai pas dit que les femmes ne surréagissaient jamais. J'ai dit qu'elles vivaient davantage que les hommes dans une culture de la peur, et que c'est quelque chose que les hommes ne comprennent pas forcément facilement. C'est ce que j'essayais de dire précédemment, ça peut entraîner des réactions excessives, parce qu'on se méfie, on est sur la défensive quand on ne se sent pas en sécurité. Mais tu sembles avoir conscience de ça, des causes de cette peur excessive etc. Alors que dans ce que disait hervé, ça ne semblait pas être le cas, il a assimilé la surréaction à un sentiment de révolte, ce qui ne me paraît pas être exact (à moins qu'on ne parle pas des mêmes surréactions ?).

Sinon, je suis tout à fait d'accord sur le fait qu'il faudrait arrêter d'élever les filles dans la peur de sortir seules, mais aussi, dans le même temps, élever les garçons dans l'idée que les filles n'ont pas à se justifier de sortir seules, parce qu'à l'heure actuelle, si une fille se fait agresser alors qu'elle était seule dans la rue à minuit, y aura toujours des gens pour dire qu'elle l'a cherché, qu'elle n'avait rien à faire dehors à une heure pareille etc.

Kapiston a écrit :

Pas complètement vrai, je connais plein de monde qui tenait le discours de dire : Moi je ferais différemment, j’achèterai pas de jouet dit "garçon" à mon fils ou l'inverse pour ma fille etc... Et le résultat à été toujours le même : Les garçons vont d'eux même vers les jeu de voiture et les filles vers les poupées. (exemple : le petit d'à peine deux ans qui prenait la voiture de barbie de sa sœur pour jouer avec comme il n'en avait pas). Et plusieurs parents font ce constat qui finalement les déçoit, eux qui veulent toujours faire mieux que les autres...

Hmm certes, mais...je ne comprends pas bien où tu veux en venir, en fait. Je n'ai pas dit que les jouets étaient la seule cause de la construction du sexisme dans l'enfance. Du coup, ça peut venir du reste de l'environnement social, par exemple la crèche/nounou où les enfants côtoient d'autres enfants, ou même, à l'échelle individuelle, de goûts personnels. De toute façon, l'idée n'est pas d'empêcher les enfants d'avoir des jouets associés traditionnellement à leur sexe, mais de ne pas les y pousser s'ils préfèrent autre chose. J'ai moi-même joué aux Barbie sans qu'on m'y ait poussée, ça ne m'a pas transformée en potiche-fausse-blonde :b

Chevalier
Hors ligne
Kapiston a écrit :

Pas complètement vrai, je connais plein de monde qui tenait le discours de dire : Moi je ferais différemment, j’achèterai pas de jouet dit "garçon" à mon fils ou l'inverse pour ma fille etc... Et le résultat à été toujours le même : Les garçons vont d'eux même vers les jeu de voiture et les filles vers les poupées. (exemple : le petit d'à peine deux ans qui prenait la voiture de barbie de sa sœur pour jouer avec comme il n'en avait pas). Et plusieurs parents font ce constat qui finalement les déçoit, eux qui veulent toujours faire mieux que les autres...

Le problème c'est que les enfants fréquentent d'autres milieux que celui de leur parents depuis tous petits où là aussi, ils peuvent être conditionnés, principalement  à l'école maternelle, après il y a des différences entre filles et garçon qui les mène à aller spontanément vers des jeux/des jouets différents, mais l'environnement dans lequel ils grandissent tend à renforcer ces différences et à créer un clivage qui fait qu'une fille ou un garçon qui aura envie de jouer avec un jouet plutôt destiné à l'autre sexe n'osera pas le faire de peur d'être moqué, surtout s'il s'agit d'un garçon.

Tatie a écrit :

Le problème des filles c'est qu'on leur apprend immédiatement la peur de l'autre. La peur engendre l'incompréhension et l'incompréhension l'absence d'empathie et les comportements violents.
Il est fréquent de voir une femme froncer les sourcils parce qu'un monsieur qu'elle ne connait pas et qui la croise dans un lieu exigu lui dit "Bonjour!". Mais le monsieur s'est juste senti obligé de  dire "Bonjour!" parce que c'est ce que font les gens civilisés qui se croisent. Il a fallu que je réapprenne ça quand je suis partie de Seine St Denis pour venir m'installer en pleine cambrousse. Il a fallu que je réapprenne à répondre "Bonjour". Les femmes parfois surréagissent parce qu'on leur a inculqué la peur. Aux garçons on inculque le sens de la conquète. Pour-quoi continuer à se traîner ce boulet "éducatif" archaïque ?

C'est vrai et j'ai connu ça moi-même avec ma mère qui, tout en étant absente et démissionnaire, m'a asséné des histoires horribles de viols collectifs en ajoutant que si je faisait pas attention, ça allait m'arriver aussi et cela dès l'âge de treize ans, cette période tellement sensible de la vie où le corps et l'esprit évoluent et où on construit son rapport à l'autre sexe, ça m'a bien traumatisée et fait me sentir très vulnérable  d'être vue comme une victime en puissance, je me rend compte qu'hélas ça a laissé des traces et je déteste ça. Bien sûr il faut faire attention quand on est dans une situation risquée mais faut pas être parano non plus envers les hommes qui ne sont pas des violeurs en puissance loin de là, la plupart des hommes sont assez protecteurs envers les filles de leur entourage  et je ne veut pas me considérer, je préfère pouvoir me comporter avec les hommes comme avec les femmes.

Askelon a écrit :

Et je répondrais : parce que chaque tentative de déjouer un peu les préjugés fille/garçon est l'occasion d'une levée de boucliers des réacs. J'en veux pour preuve le récent délire de la Manif pour tous et sa troupe de déglingués à bases de complot socialiste qui veut enseigner la masturbation aux gamins de maternelles pour leur demander de choisir s'ils veulent être une fille ou un garçon. La moindre remise en question du fondement patriarcal de la société est systématiquement vécu comme une attaque personnelle contre toute une communauté un brin rétrograde qui s'empresse de hurler à la décadence apocalyptique de notre bonne France que tout fout l'camp ma bonne dame.

Effectivement, dès qu'il y a une loi ou même un simple projet qui touche à ces préjugés, on voit tous les réacs monter au créneaux et on se rend compte que, malheureusement, les mentalités n'ont pas tant évolué que ça et qu'il y a un long chemin à faire pour obtenir plus d'égalité en France et je pense que la crise et les craintes qui y sont liées renforcent le pouvoir de nuisance des réacs et que beaucoup pensent qu'en France, c'était toujours mieux avant et aimeraient un retour à une vieille France idéalisée, je pense que les résultats des dernières élections le montrent aussi.

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Je suis une femme et je sors seule, je prends le métro à des heures indues, je marche dans des rue désertes, et il m'est même arrivée de traverser la cité où j'ai grandit en pleine nuit et tout ça sans la moindre crainte. Et pourtant je suis issue d'une culture très machiste (vous savez celles où des hommes polygames forcent leur femme à se voiler et les battent parce que si eux ne savent pas pourquoi elles, elles le savent forcement).
Après certaines personnes disent que c'est parce qu'il ne m'est jamais rien arrivé de facheux... Et en effet en 41 ans d'existence rien de fâcheux ne m'est arrivé... Bon je me suis faite insulter par un taxi une fois... bon je l'avais un peu traiter de connard parce qu'il refusait de me reconduire dans ma banlieue (l'avez peur que je paye pas eut égard à mes origines).

Mais je ne me leurre pas pour autant, il y a des hommes qui agressent des femmes tout les jours et très souvent derrière la porte close de leur domicile. La technologie a permis à la femme de prétendre à une certaine égalité avec l'homme, et si ce n'est pas parfait et bien on s'en rapproche tout de même. Mais égalité ne veut pas dire conformité. J'apprécie la galanterie, les compliments, j'admet sans problème que ça me gave de porter de choses lourde, de bricoler. J'aime être jolie, qu'on me remarque. J'aime qu'un homme puisse parfois se montrer un peu macho (dans des limites raisonnable cela va s'en dire) ou excessivement galant.

Mais pour moi toute cette "égalité" par en fumé dès l'instant ou le confort se détériore. Quand dans un ménage un homme et une femme on un enfant et que l'un doit (et je dit bien doit en non veut) rester à la maison pour le garder, dans 90% des cas c'est bobonne qui s'y colle et cela même lorsqu'elle gagne plus que son époux.

Imaginez que demain, on interdise les machines à laver le linge, à votre avis qui va s'en charger ?
Imaginez que demain on se retrouve dans un monde post apocalyptique ou il faut se battre pour survivre, à votre avis combien de temps pour que les femmes redeviennent justes bonnes à mettre au monde des enfants ?

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne
La Dame du Parc a écrit :

A vrai dire Tatie, dans ce que tu dis là, je ne suis pas sûre que tu donnes plus raison à hervé qu'à moi. Je n'ai pas dit que les femmes ne sur réagissaient jamais. J'ai dit qu'elles vivaient davantage que les hommes dans une culture de la peur, et que c'est quelque chose que les hommes ne comprennent pas forcément facilement. C'est ce que j'essayais de dire précédemment, ça peut entraîner des réactions excessives, parce qu'on se méfie, on est sur la défensive quand on ne se sent pas en sécurité. Mais tu sembles avoir conscience de ça, des causes de cette peur excessive etc. Alors que dans ce que disait hervé, ça ne semblait pas être le cas, il a assimilé la surréaction à un sentiment de révolte, ce qui ne me paraît pas être exact (à moins qu'on ne parle pas des mêmes surréactions ?).

Ah bon ? J'ai pas compris ça, moi.

Vévère a écrit :

d'un autre coté si beaucoup d'homme son un peu misogyne, de plus en plus de femme sur réagisse je trouve et voit un peu le mal féminin partout, mais ont peu pas vraiment leur en vouloir, elle ont tellement été traité comme inférieur à nous pendant des années et il y a encore des inégalités inexplicable notamment au niveau des salaires, que c'est presque normal qu'elle se révolte aussi.

Mais j'ai surtout réagi au fait que tu as -gentiment :) - renvoyé Hervé dans les cordes en lui niant toute légitimité en tant qu'homme, pour exprimer un avis sur les causes du malaise. Or, en tant qu'homme, il a certainement déjà été contrarié ou blessé par une "surréaction" féminine, un changement de trottoir ou un "tu n'es pas légitime" (qui pour moi est déjà une sur réaction). En tant qu'homme, on est d'accord qu'il n'a pas toutes les cartes en main pour connaitre le ressenti féminin, évidemment, mais sa remarque ne manque néanmoins pas de justesse, tu le reconnais toi-même.
Tiens je vais digresser "légèrement" (je sors de toute considération de sexe) pour te faire comprendre ce que je veux dire : récemment, dans le métro sur une des quatre places qui entourent la porte, je zombisais comme on le fait souvent sur un long parcours quand tout à coup, le siège d'à côté, qui était libre, s'est trouvé mystérieusement occupé. Ça m'a fait sursauter parce que j'ai pensé "quelqu'un vient de monter, je suis où?" et j'ai jeté un oeil à la station qu'on quittait, et pris conscience que je descendais à la suivante. Comme j'avais de gros sacs, je me suis levée de suite pour m'approcher de la porte. Là, une voix féminine dit "C'est pas la peine de vous lever, je mords pas". Je me retourne et vois la dame assise à côté de moi "Pardon ?" lui dis-je éberluée. "J'ai un foulard, mais je mords pas" reprend elle, agressive. Ladite dame, apparemment originaire du Maghreb me traitait tout simplement de raciste ! J'en suis restée scotchée un moment, la porte s'est ouverte, je suis descendue, à la fois sonnée et très en colère. Si la porte ne s'était pas ouverte, je pense que ça aurait pu partir très vite en sucette.
Je ne suis pas voilée, suis-je pour autant illégitime quand je dis que cette dame a sur réagi sans raison et que son attitude m'a blessée ?
Je sais pas si je suis tellement plus claire qu'avant... :b Vois-tu mieux pourquoi j'ai dit que j'étais plutôt d'accord avec Hervéderinel ? :)

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

D'un autre côté, on peut comprendre la réaction de cette dame. On a une sorte de quiproquo : elle a cru que tu t'étais levée parce qu'elle s'était assise à côté de toi... Bon, de là à interpréter ça immédiatement comme du racisme, c'est vrai que c'est un peu exagéré. ^^" J'comprends que tu l'aies mal pris ! Ah, les joies du métro... On rencontre des gens formidables. :b

Chevalier
Hors ligne

J'avoue que moi aussi, je l'aurai mal pris, il y a des gens qui ont vite fait de se sentir visé et d'agresser les autres !

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

On parle bien de la même sur réaction DdP, sinon je crois que c'est toi qui parlais des jouets pour enfants qui conditionnent les enfants à être sexiste, je ne peut que être d'accord avec toi la dessus, ayant effectuer plusieurs mois de stage dans un maxitoys je me suis rendu compte à quelle points les jouets pouvait être sexiste, on vendait par exemple des aspirateurs (jouet), des accessoires de nettoyages (jouet) pour enfant, tout beau tout rose (sans offenser personne, on peut quand même dire que le rose est plutôt une couleur qui cible les filles) ou encore des cuisines et le pire c'est que des parents achètent ça pour leurs enfants, je savais avant de faire mon stage que des jouets comme ça existait mais je ne pensais pas que ça se vendait autant.
Et le pire c'est que tout est comme ça, quand par exemple playmobil fait des jouet pour garçon avec des pirates, des voitures ou encore par exemple des pompier, les playmobil fille sont des maisons avec des jardin ou des trucs pour jouer à la maman (il n'existe rien pour jouer au papa :)  ) enfin bref on est conditionné des le plus jeune âge, alors que comme disait Coluche, " Et dire qu'il suffirait que les gens n'achètent pas pour que ça ne se vende plus.".

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB