Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui colmate des fissures dans les murets. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

T'as vu, tite Parky ? J'ai tartiné, alors à ton clavier :lol: :hug:

Pour revenir aux jouets, quand j'étais petite Mais voui j'ai été petite !, on s'évertuait à m'offrir des poupées (que je trouvais parfois très belles) que je n'ai jamais touchées parce que je ne comprenais pas le "but du jeu". Ma mère en était désolée. En revanche, ma marraine, quand j'avais cinq ans m'avait offert... une machine à laver !!! Elle devait mesurer 20cmx20, elle avait couté la peau du cul, j'étais fière. Wouaaaah ! Je m'en souviens encore, je l'adorais parce que... ben, à l'époque les jouets à moteur, à part ces petites connes un peu terrifiantes qui se balançaient d'une patte sur l'autre en chantant "Ah vous dirais-je maman...", ben y en avait pas beaucoup pour les filles et ma machine à laver, elle avait un voyant "marche/arrêt" et un tambour qui tournait en bi-alternance (je crois me souvenir que c'était 3 tours dans le sens des aiguilles d'une montre et 3 tours dans l'autre) et que ça me fascinait. Les garçons, eux, ils avaient les trains, les voitures téléguidées, des voitures qui pimponnaient, des jeux tellement funs, nous les filles, quand on n'aimait pas les poupées... si on avait le bol d'avoir des frères, ben on jouait avec leur jouets, mais c'était quand même un peu déviant comme attitude  :p
Tiens ben continuons dans les "poupées" et les réactions sexistes, je vais juste vieillir de 20 ans après ma fascinante machine à laver : j'ai fait un choix de vie, tout comme on devrait avoir le droit de le faire, qui consistait à ne pas faire d'enfant. Je pouvais, mais je ne voulais pas. Je n'ai rien demandé à personne, j'adore les mômes des autres qui me le rendent bien, du reste et j'aime cette interaction, mais je n'en veux pas à moi. Point. Qui je dérange ? La réaction des femmes de mon entourage (de tout âge y compris les copines )!!! Sois j'étais une salope vicieuse qui devait détester les mômes et on essayait de me convaincre que les enfants c'est tellement pas ce que je croyais (comment pouvaient-elles savoir ce que je croyais ?), soit elles faisaient des yeux de  chat potté parce que j'avais forcément un problème mécanique ! Dans les deux cas, je ne méritais pas le statut de "femme". "Mais nom de Dieu de bordel de merde, je vous dis que je veux pas d'enfant" "nan, mais rien qu'un ?" ou "T'inquiète pas, ça viendra!" Mjgdfjfx qdfgfff ! :mad: Jamais un garçon ou un homme ne m'a fait chier avec ça, les femmes en revanche... Il a fallu que je chope la quarantaine et atteigne une... honnête date de péremption, pour qu'on me lâche avec ça. Il FAUT rentrer dans le moule : une fille doit pouponner une partie de sa vie, c'est inscrit dans le code génétique des filles. AH BON ? Ah ben, j'ai du me gourer quelque part, alors. Je suis finalement peut être un Charles-Henry qui s'ignore :b Notez que tout ce que ces attaques de mes décisions personnelles ont eu pour effet est que j'ai fini par tout faire pour être un peu "hors norme". J'ai même fait croire, avec la complicité d'une copine, à une cul béni de collègue que ben, pour avoir des bébés, faut utiliser des hommes et que c'était pas mon truc. Maintenant ça marcherait plus trop, mais il y a vingt ans, ça l'avait fait grave. L'autre m'évitait (on sait jamais, des fois que je tombe folle amoureuse d'une vieille femelle percluse de grands principes pseudo-religieux) mais qu'est-ce qu'on a pu se marrer !
Tiens allez ma misogynie étant réveillée : qui est à l'origine de ces épouvantables immondes et terrifiantes mutilations que sont les excisions ? LES FEMMES ! Parce que si t'es pas excisée, tu mérites pas le statut de femme, alors, pour ton bien, ta mère, ta grand mère et tes tantes n'envisagent rien de mieux pour ces pauvres fillettes que de "devenir une femme vertueuse" au prix d'un cauchemar sans fin. Elles te font la leçon, t'entravent et t'interdisent d'exprimer ta détresse. Si les vieilles femelles avaient appris, dans l'feutré, à leurs fils que c'est une ignominie et avaient soutenu leurs filles dans le refus, le combat aurait été long, mais la coutume aurait fini par disparaître, j'en suis convaincue. Alors je veux bien que dans leur pays d'origine la pression monstrueuse de la société et le risque d'une mort atroce a de quoi décourager les plus courageuses, mais quelle excuse quand on vit sur le territoire français et que la loi te soutient ?


Tiens je viens de m'apercevoir que je parles à tu, mais en l'occurence, "tu", et ben c'est tout l'monde. ;)

Chevalistère à la Balustrade
Hors ligne

Ca te rappelais pas Karadoc cette histoire ? ^^

TATIE : C'est très gentil les filles, merci beaucoup, mais j'en veux pas
FEMMES : T'en veux pas ?
TATIE : Non.
FEMMES : T'en veux pas pour le moment
TATIE: Non, j'en veux pas !
FEMMES : T'en veux pas beaucoup ?
TATIE: Non, j'en veux pas !

Je suis 100% d'accord avec toi tatie, sur le thème des enfants, les gens sont particulièrement lourds et blessants ;) je sais ce qu'il en est

Chevalier
Hors ligne
Tatie a écrit :

Tiens ben continuons dans les "poupées" et les réactions sexistes, je vais juste vieillir de 20 ans après ma fascinante machine à laver : j'ai fait un choix de vie, tout comme on devrait avoir le droit de le faire, qui consistait à ne pas faire d'enfant. Je pouvais, mais je ne voulais pas. Je n'ai rien demandé à personne, j'adore les mômes des autres qui me le rendent bien, du reste et j'aime cette interaction, mais je n'en veux pas à moi. Point. Qui je dérange ? La réaction des femmes de mon entourage (de tout âge y compris les copines )!!! Sois j'étais une salope vicieuse qui devait détester les mômes et on essayait de me convaincre que les enfants c'est tellement pas ce que je croyais (comment pouvaient-elles savoir ce que je croyais ?), soit elles faisaient des yeux de  chat potté parce que j'avais forcément un problème mécanique ! Dans les deux cas, je ne méritais pas le statut de "femme". "Mais nom de Dieu de bordel de merde, je vous dis que je veux pas d'enfant" "nan, mais rien qu'un ?" ou "T'inquiète pas, ça viendra!" Mjgdfjfx qdfgfff ! mad Jamais un garçon ou un homme ne m'a fait chier avec ça, les femmes en revanche... Il a fallu que je chope la quarantaine et atteigne une... honnête date de péremption, pour qu'on me lâche avec ça. Il FAUT rentrer dans le moule : une fille doit pouponner une partie de sa vie, c'est inscrit dans le code génétique des filles. AH BON ? Ah ben, j'ai du me gourer quelque part, alors. Je suis finalement peut être un Charles-Henry qui s'ignore ironique Notez que tout ce que ces attaques de mes décisions personnelles ont eu pour effet est que j'ai fini par tout faire pour être un peu "hors norme". J'ai même fait croire, avec la complicité d'une copine, à une cul béni de collègue que ben, pour avoir des bébés, faut utiliser des hommes et que c'était pas mon truc. Maintenant ça marcherait plus trop, mais il y a vingt ans, ça l'avait fait grave. L'autre m'évitait (on sait jamais, des fois que je tombe folle amoureuse d'une vieille femelle percluse de grands principes pseudo-religieux) mais qu'est-ce qu'on a pu se marrer !

T'as bien raison tatie, ne te préoccupe pas de ce que pensent les autres.
Pour ce qui est des enfants, personnellement, je n'en ai pas non plus car je n'ai jamais rencontrer LA personne avec qui j'aurai pu faire ce projet  et profondément je n'ai aucune envie d'en passer par la grossesse, l'accouchement et puis autant j'adore m'occuper  d'enfants, passer du temps avec eux et discuter, d'où mon métier, autant les nourrissons, le pouponnage, les biberons, les couches, c'est vraiment pas mon truc. 
Et  pour ce qui est des réactions perso hormis mon beau-père qui est bien gentil mais quand même parfois un peu con qui a abordé le sujet un peu lourdement, heureusement personne ne m'a jamais embêter avec ça, le seul truc c'est que parfois c'est un peu dur de voir ma soeur, mes demi-soeurs par alliance, mes cousines avoir des enfants et être la seule sans enfants de la famille car je me sens comme une extra-terrestre, mais en même temps j'apprécie de ne pas être dans le moule et quand je les voit dépassées par leur enfants, je me dit que j'ai quand même de la chance et puis le fait de ne pas en avoir me donne un genre de liberté et d'insouciance que je pense que je pourra pas avoir en ayant la responsabilité d'un enfant.
Ca me rappelle à l'opposé de ton cas la mère de deux enfants que j'ai gardés il y a cinq ans, qui m'avait dit comme un avertissement "réfléchis bien avant d'en avoir !" sur le ton "fuyez pauvre fou !" Ben j'ai écouté son conseil ! :lol:

Tatie a écrit :

Tiens allez ma misogynie étant réveillée : qui est à l'origine de ces épouvantables immondes et terrifiantes mutilations que sont les excisions ? LES FEMMES ! Parce que si t'es pas excisée, tu mérites pas le statut de femme, alors, pour ton bien, ta mère, ta grand mère et tes tantes n'envisagent rien de mieux pour ces pauvres fillettes que de "devenir une femme vertueuse" au prix d'un cauchemar sans fin. Elles te font la leçon, t'entravent et t'interdisent d'exprimer ta détresse. Si les vieilles femelles avaient appris, dans l'feutré, à leurs fils que c'est une ignominie et avaient soutenu leurs filles dans le refus, le combat aurait été long, mais la coutume aurait fini par disparaître, j'en suis convaincue. Alors je veux bien que dans leur pays d'origine la pression monstrueuse de la société et le risque d'une mort atroce a de quoi décourager les plus courageuses, mais quelle excuse quand on vit sur le territoire français et que la loi te soutient ?

Pour avoir dans ma propre famille quelques véritables spécimen de femmes misogynes, la plus représentative étant ma grand-mère maternelle une version bisontine de tatie danielle qui considère grosso-modo les femmes comme de la m.... dont la seule raison d'être est de servir les hommes, je ne te reconnais pas du tout ce statut infamant, tu es juste réaliste, tu remet l'église au milieu du village et c'est vrai que dans le cas de cet acte de barbarie qu'est l'excision comme dans beaucoup d'autres types de violences faites aux filles, ce sont les femmes elles-mêmes qui en ont été victimes qui les leur imposent et font tout pour les maintenir, c'est vraiment aux femmes de refuser que cette acte de barbarie perdure car si elles ne l'infligent plus aux filles, ça s'arrêtera de fait !

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
Kapiston a écrit :

Ca te rappelais pas Karadoc cette histoire ? ^^

TATIE : C'est très gentil les filles, merci beaucoup, mais j'en veux pas
FEMMES : T'en veux pas ?
TATIE : Non.
FEMMES : T'en veux pas pour le moment
TATIE: Non, j'en veux pas !
FEMMES : T'en veux pas beaucoup ?
TATIE: Non, j'en veux pas !

:lol:
Moi j'avais aussi Karadoc, mais parlant au Tavernier : Mais on vous dit qu'on aime pas ça, les chiens mômes !
:p
(Même si j'ai bien compris que ce n'est pas ce que tu penses, Tatie. ^^)


J'ignorais que l'excision était encouragée par les femmes... Che l'ignorais !
Je pensais que c'était une pratique qui leur était imposée par les hommes. J'ai encore plus de mal à comprendre comment on peut vouloir imposer ça à quelqu'un... Après l'avoir subi. ><

Chevalier
Hors ligne
Coco a écrit :

J'ignorais que l'excision était encouragée par les femmes... Che l'ignorais !
Je pensais que c'était une pratique qui leur était imposée par les hommes. J'ai encore plus de mal à comprendre comment on peut vouloir imposer ça à quelqu'un... Après l'avoir subi. ><

Non ce n'est pas explicitement imposé par les hommes, eux estiment que c'est l'affaire des femmes et ne s'en mêlent pas, ce sont les mères qui décident, généralement sous la pression de toutes les femmes de leur famille de faire exciser leur fille.
Pourtant ça provoque d'importantes hémorragies sans parler des risques d"infection, certaines en meurent et d'autres mettent des semaines et des mois à s'en remettre, bien sûr aucune mesure d'hygiène n'est prise, il n'y a aucune anesthésie et pas d'âge minimum non plus, en général les filles sont excisées à partir de l'âge de quatre ans environ, mais je me rappelle qu'en France il y a quelques années une fillette d'à peine quelque mois était morte des suites d'une excision.
A savoir qu'il y a plusieurs formes d'excisions plus ou moins importantes  selon les régions et que dans la plus extrême d'entre elles non seulement l'exciseuse enlève presque toute la partie extérieure du sexe, mais elle coud ensemble les grandes lèvres ne laissant qu'un minuscule trou pour l'urètre, le but étant d'assurer la virginité de la fille jusqu'au mariage puisque son sexe est sellé et pour pouvoir la déflorer le futur mari doit d'abord ouvrir au couteau ...
Et tout ça, c'est à cause d'une tradition à la con qui  veut qu'une fille non excisée soit tellement tenaillée par son clitoris et ses pulsions sexuelle qu'elle devient une chaudasse qui couche avec tout le monde et que, par conséquent, aucun homme ne veut l'épouser, le mariage étant toujours considéré comme la seule raison d'être des filles.
C'est clairement à cause des femmes que cela perdure mais heureusement il a aussi beaucoup de femmes parmi celles qui l'ont subi qui non seulement ne font pas exciser leur fille malgré la pression familiale mais qui luttent pour l'éradiquer en allant dans les villages pour discuter avec les gens, les informes sur les risques et tenter de faire changer les mentalités.

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Oh bordel, pourquoi t'as donné tous ces détails ? :(

Chevalier
Hors ligne

Désolée, je me suis laissé emporter par la révolte et la rage que je ressent dès lors que je pense à cette "pratique" après les reportages que j'ai vus sur ce sujet, surtout que, je n'y avais jusque-là pas pensé sous angle-là mais c'est d'autant plus abjecte que c'est les mères qui infligent à leur fille ce qu'elles-même ont enduré.

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

Ah la vache je savais pas que c'était aussi gore et mauvais l’excisions, en france je crois d'ailleurs que c'est interdit. Enfin l'interdiction d'un coté c'est bien et d'un autre non, parce que le problème c'est que les gens qui veulent le faire le font quand même, mais pas dans un hôpital ou un endroit moins propice au infections ou autre complication, du coup ça ne fait qu'empirer la chose (attention, je ne dit pas que je suis pour l’excision) .
Sinon cette histoire de femme qui du coup oblige leurs fille à s'exciser ça me fait penser à un pote à moi qui a mon âge (20 ans) et que quand il était petit, ces parents l'on obligé à écrire de la main droite alors qu'il était gauché, quand je lui est demandé ce qu'il ferait plus tard si un de ces enfants était gauché, il m'as répondu qu'il ferait la même chose que ses parents, je vous avoue que j'était un peu décontenancé quand il m'a dit ça.
Vous allez me dire c'est beaucoup moins grave que l'excision, mais le principe est le même.

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

C'est beaucoup plus grave que l'excision !!

...
Quoi, c'tait pas ça ? :huh:

En effet, c'est la même idée, et ça crée la même surprise (en moins intense bien sûr) chez moi. Mais bon, les parents qui battent leurs enfants ne l'étaient-ils pas eux-mêmes par leurs parents, bien souvent..? (En fait, j'en sais rien, hein. Il me semblait avoir entendu cela, c'tout. :b)


Tiens, en parlant de préjugés contredits, j'ai oublié de relever cela :

Askelon a écrit :

Juste sur les jeux vidéos, il me semble que le public est en fait largement partager, hommes et femmes à 50/50 chez les gamers.

Là, j'suis skotché ! J'pensais vraiment que les mâââles étaient une grande majorité face aux femeeelles.

Chevalier
Hors ligne
Hervé a écrit :

Ah la vache je savais pas que c'était aussi gore et mauvais l’excisions, en france je crois d'ailleurs que c'est interdit.

Bien sûr que l'excision est strictement interdite en France au même titre que tout mutilation sexuelle ou atteinte au corps en général, mais les gens qui viennent des régions d'Afrique où ça se pratique et qui immigrent en France, ben il leur suffit de profiter d'un séjour dans leur pays d'origine pour y faire exciser leur fille puis de revenir avec elle en France et étant donné que la mutilation est au niveau du sexe une fois revenus en France, personne ne s'en rendra compte à moins d'une complication de type hémorragie ou infection.

Hervé a écrit :

Enfin l'interdiction d'un coté c'est bien et d'un autre non, parce que le problème c'est que les gens qui veulent le faire le font quand même, mais pas dans un hôpital ou un endroit moins propice au infections ou autre complication, du coup ça ne fait qu'empirer la chose (attention, je ne dit pas que je suis pour l’excision) .

Evidemment, ils le font quand même, le poids de leur  traditions et de la pression familiale sont tels que si la fille est ramenée au "bled" régulièrement quand ils rendent visite à leur famille, elle n'y échappera pas, pas plus qu'au mariage arrangé au forcé quelques années plus tard d'ailleurs, puisque que c'est le but visé au final.
C'est sûr, ce serait moins pire pour les fillettes si c'était pratiqué dans un endroit moins propice aux infections ou complications mais le soucis c'est que ça reviendrait à cautionner cette "pratique" si des médecins qui acceptent de le faire, ça pourrait même peut-être  l'encourager en réduisant les risques qu'elle comprend.
Or symboliquement ça revient à déposséder la fille de son corps pour le remettre à son future mari plus tard et, de fait, à s'assurer qu'elle ne s'appartienne pas et soit, par conséquent, entièrement la propriété de son mari plus tard.

Hervé a écrit :

Sinon cette histoire de femme qui du coup oblige leurs fille à s'exciser ça me fait penser à un pote à moi qui a mon âge (20 ans) et que quand il était petit, ces parents l'on obligé à écrire de la main droite alors qu'il était gauché, quand je lui est demandé ce qu'il ferait plus tard si un de ces enfants était gauché, il m'as répondu qu'il ferait la même chose que ses parents, je vous avoue que j'était un peu décontenancé quand il m'a dit ça.
Vous allez me dire c'est beaucoup moins grave que l'excision, mais le principe est le même.

En effet, c'est pas aussi grave mais choquant aussi, peut-être est-ce parce qu'il n'arrive pas à remettre en question les choix de ses parents et qu'on lui trop inculqué que c'était pour son bien.
Surtout que ça ne sert à rien puisque si l'enfant est gaucher de vouloir en faire un droitier  car il n'écrira jamais aussi bien de la main droite qu'il n'aurait écrit de la gauche et sera frustré.
Heureusement à ce que je sait ça ne se fait plus en France, de nos jours  on laisse l'enfant choisir sa bonne main, c'est le reflet d'une époque où on voulait formater les élèves tous sur le même modèle.

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne
Mélu a écrit :

C'est sûr, ce serait moins pire pour les fillettes si c'était pratiqué dans un endroit moins propice aux infections ou complications mais le soucis c'est que ça reviendrait à cautionner cette "pratique" si des médecins qui acceptent de le faire, ça pourrait même peut-être  l'encourager en réduisant les risques qu'elle comprend.

Oui je suis d'accord, et c'est pour ça que c'est assez compliqué d'interdire ou légaliser, c'est un peu le même débat qui se pose avec la drogue, doit on légaliser ou non la drogue, avec les "centres de piqûres" ce qui limiterais les risques d’infections, permettrais de contrôler un peu la consommation mais d'un autre coté, légaliser ça peut aussi amener à "populariser" la drogue et ça c'est moins cool.

Chevalier
Hors ligne
Hervé a écrit :

Oui je suis d'accord, et c'est pour ça que c'est assez compliqué d'interdire ou légaliser, c'est un peu le même débat qui se pose avec la drogue, doit on légaliser ou non la drogue, avec les "centres de piqûres" ce qui limiterais les risques d’infections, permettrais de contrôler un peu la consommation mais d'un autre coté, légaliser ça peut aussi amener à "populariser" la drogue et ça c'est moins cool.

Oui il y aussi matière à débat  légaliser ou interdire, personnellement je crains que légaliser revienne à banaliser, surtout pour ce qui est des drogues dures, pour autant il ne faut pas nier le problème mais plutôt essayer d'aider les toxicomanes à s'en sortir et aussi limiter les risques, par exemple il me semble qu'il y a des centres où ils peuvent se procurer gratuitement des seringues stériles et autre matériels de protection et accéder à des cures de désintoxication.
Pour ce qui est du cannabis, je pense qu'il faudrait qu'il soit si c'est thérapeutique.
Par rapport à l'histoire des gauchers, j'en profite pour faire un petit point culture :
Léonard de Vinci était gaucher et en plus ses textes sont indéchiffrables à moins d'utiliser un miroir car il écrivait de droite à gauche, apparemment c'était plus commode pour lui et ces écrits n'étaient pas destinés à être lus par quelqu'un d'autre que lui-même, comme quoi on peut être un des plus grand génies de l'histoire de l'humanité et ne pas faire comme  tout le monde ! peut-être même est-ce une preuve de génie !

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne
Coco l'asticot a écrit :

Oh bordel, pourquoi t'as donné tous ces détails ? :(

Pour marquer les esprits et pour illustrer de manière frappante que certaines des offenses les plus cruelles faites aux femmes, le sont par les femmes et que parfois, le sexisme a bon dos.
Tiens, dans la lancée : "Les hommes, en se mariant, passent finalement d'une mère à une autre" "Mon mec est pas fichu de faire cuire un steak" "Chez moi, je fais bonniche. Il ne sait rien faire !" Pourquoi ? Souvent (pas toujours) c'est parce que moman n'a même pas essayé d'apprendre à son fils à utiliser la machine à laver ou a cuisiner le minimum vital, alors que les filles, ça fait partie du paquetage de base.  Après, c'est facile dans un couple de laisser chacun  "faire ce qu'il connait le mieux". Chez moi,quand j'étais gamine, l'alternance des coups de main ménagers était absolument égalitaire: une fois mon frère ainé, une fois moi. Quand il a quitté les jupons de maman, il était totalement autonome et une fois en ménage, le 50/50 a continué avec sa femme.  ;)

Interprète Burgonde
Hors ligne

Super interessant ce débat.

Je confirme mélusine maintenant les enfants peuvent utiliser leur main gauche si ça leur convient. Mon fils est gaucher et il a toujours pu écrire avec sa main gauche à l'école.
L'excision en France c'est interdit mais c'est encore pratiqué dans certains pays d'Afrique. Il est possible de faire une chirurgie de reconsrtuction j'avais vu un reportage sur le sujet.
Dans certaines pratiques infligées aux femmes il y a le point du mari. Certains gynéco quand ils font une episiotomie lors d'un accouchement font un point supplementaire lors de la sutture le vagin devient alors un peu plus etroit à la base ce qui il parait est agréable pour l'homme lors de l'acte.

Ca ne me choque pas Tatie perso que tu n'ai pas voulu d'enfants. C'est pas la norme c'est sur et quand on sort de la norme on doit s'attendre a des jugements de la part des autres. Chacun est libre de ses choix c'est ma devise.
Moi j'en ai 4 d'enfants, mais je voulais etre mère quand j'etais gosse: j'avais déjà une famille de bébés das ma chambre. Mon plus beau cadeau à moi c'etait un poupon je l'avait appelé olivier et il faisait tellement réel que plain de monde croyait que c'etait un vrai que j'avais dans les bras. Je l'ai toujours et ce sont mes filles qui jouent avec.

Pour en revenir a ce que tu dis tatie concernant les hommes Il ya aussi des femmes qui croient mieux faire que les hommes et ne les laissent pas prendre leur place. Combien de fois j'ai entendu mais il fout rien il faut que je m'occupe du petit des courses du menage et quand tu lui demandes si elle a demandé de l'aide elle repond que non car il ne sait pas faire autant le faire moi meme.
Dans ce cas là tu te plains pas
Moi perso je ne suis bonniche de personne et si on  ne met pas son linge au sale on se retrouve sans caleçon ou chaussette mais ça c'est pas mon problème je ne lave que ce qui est dans la panière.Bon je file j'ai un bébé a habiller

Chevalier
Hors ligne

Désolée Tatie, j'ai pas répondu hier parce que je dormais (oui, j'ai dormi toute la journée parce que j'avais pas dormi la nuit parce que j'étais un peu décalée dans mes heures de sommeil, bref).

Du coup je lis tout ça et j'te réponds =p
Edit : bah du coup j'ai pas édité, cf plus bas :b

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

:lol:
Non mais, Parkynette, c'était une boutade. Rien ne t'oblige à répondre à part une envie réelle de le faire ;)

Forenpom a écrit :

mais je voulais etre mère quand j'etais gosse: j'avais déjà une famille de bébés das ma chambre. Mon plus beau cadeau à moi c'etait un poupon je l'avait appelé olivier [...]. Je l'ai toujours

Voilà ce que j'adore lire ! "J'en rêvais, je l'ai fait et n'ai aucun regret" :love:

Forenpom a écrit :

Pour en revenir a ce que tu dis tatie concernant les hommes Il ya aussi des femmes qui croient mieux faire que les hommes et ne les laissent pas prendre leur place. Combien de fois j'ai entendu mais il fout rien il faut que je m'occupe du petit des courses du menage et quand tu lui demandes si elle a demandé de l'aide elle repond que non car il ne sait pas faire autant le faire moi meme.
Dans ce cas là tu te plains pas

Ouh, bien vu ! ... et trop souvent entendu :rolleyes:

Chevalier
Hors ligne

Je sais bien que je ne suis pas obligée de répondre, mais tu sais bien aussi que je vais le faire si des choses écrites ici m'interpellent, ce qui est forcément le cas quand il y a une page entière de remplie en mon absence :b

Du coup c'est cette phrase que je relève :

Tatie a écrit :

Pour marquer les esprits et pour illustrer de manière frappante que certaines des offenses les plus cruelles faites aux femmes, le sont par les femmes et que parfois, le sexisme a bon dos.

Les cruautés exercées par des femmes sur des femmes/filles pour des raisons culturelles font partie du sexisme, sans aucun doute. Le sexisme ne serait pas aussi difficile à combattre s'il n'était pas intégré à la fois par les hommes et par les femmes. Et il est d'autant plus problématique qu'il nuit aux deux sexes, même s'il est davantage dirigé contre les femmes. On parlait (enfin, vous parliez =p) des tâches ménagères par exemple, et du fait que les mères ont tendance à les apprendre aux filles mais pas aux garçons. Bah plus tard, ça posera problèmes aux filles parce qu'il semblera naturel qu'elles s'y collent, mais aussi aux garçons qui n'auront pas toujours une femme pour faire les tâches domestiques à leur place mais ne sauront pas repasser une chemise sans faire de plis (je déteste moi-même repasser, et je fais toujours des plis, donc n'y voyez aucune malice :b). D'autant plus que le mariage est de plus en plus tardif, et que beaucoup d'hommes vivent donc seuls quand ils sont étudiants et quand ils commencent à travailler, jusqu'au jour où ils se mettent en couple. Ca peut durer, disons...de leurs 18 ans à leurs 30 ans, donc à moins que leur mère ne vienne les voir régulièrement pour faire le ménage et la lessive chez eux, c'est quand même pas plus mal de savoir le faire soi-même. Ne pas apprendre aux garçons à gérer les tâches ménagères, ça revient à penser qu'ils auront toujours une femme avec eux pour les faire, et qu'elle aura le temps de le faire...donc en gros, qu'ils se marieront à 20 ans avec une femme au foyer. C'est pas exactement le modèle le plus courant aujourd'hui... :b Et évidemment, ça ne prend pas en compte les couples gays, qui ne rentrent de toute façon pas dans la case "hommes" d'après les critères sexistes. C'est en grande partie le sexisme qui est à l'origine de l'homophobie (et il me semble que les hommes homos sont davantage victimes d'homophobie violente que les lesbiennes).

Tatie parlait aussi de l'incompréhension des femmes de son entourage à l'idée qu'elle ne veuille pas d'enfants. Eh bien, tout comme il semble étrange qu'une femme ne veuille pas d'enfants, il semble étrange qu'un homme veuille être assistant maternel (rien que le nom de la profession est déjà problématique d'ailleurs, pourquoi "maternel" et pas "parental" ?), il sera parfois même soupçonné d'être pédophile, parce que ça ne rentre pas dans le schéma de pensée sexiste qu'un homme puisse autant s'intéresser aux enfants (et pas qu'aux siens en plus !). Ce n'est pas pour rien que lors des divorces, la garde des enfants est bien plus souvent donnée à la mère qu'au père. Ce n'est pas non plus un hasard si, dans les articles parlant d'une femme (star, femme politique ou simple inconnue), ou dans les reportages télé, il n'est pas rare d'entendre "Bidulette, xx ans, maman de 2 enfants", ce qui est beaucoup plus rare en parlant d'un homme. Ca a le don de m'énerver ça d'ailleurs, ça décrédibilise vraiment une femme politique : "Martine, 63 ans, maman d'une petite Clémentine" (bon là ça marche pas parce qu'elle est plus vraiment petite vu l'âge de la mère (Martine Aubry pour ceux qui ont cru que je parlais de Martine à la ferme :b) ).
Moi non plus je ne veux pas d'enfants d'ailleurs, rien que l'idée d'être enceinte me fait peur, celle d'accoucher tout autant, et je ne ressens vraiment pas le besoin de donner la vie à qui que ce soit. Et dans mon cas, la non-envie d'"utiliser" des hommes est véritable, si j'ai bien compris ce que tu voulais dire par là :b

Pour en revenir au sexisme exercé par les femmes, et en particulier les mères, l'idée c'est que dans une société sexiste (soit à peu près toutes les sociétés), le refus des normes sexistes entraîne l'exclusion, donc ces mères ne veulent pas que leurs enfants soient exclus, considèrent de toute façon que ces normes sont...normales, justement, et ne prennent donc pas la peine de les remettre en question.

La lutte contre le sexisme (aussi appelé féminisme :b) n'est pas une lutte des femmes contre les hommes, sinon ça ferait longtemps qu'il n'y aurait plus de sexisme... C'est une lutte de celles et ceux qui ont remarqué que le sexisme n'était une bonne chose ni pour les femmes, ni pour les hommes, parce que ça réduit la liberté de tout le monde sans raison valable.

Edit : et du coup je me suis plantée, j'avais commencé par éditer le précédent et en voulant regarder s'il n'y avait pas eu de réponses entre-temps, j'y ai plus pensé et je suis passée par "répondre" :b

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Mais euh, t'es sûre ? Tu veux pas d'enfant ? Même un tout p'tit ? Un seul ? Avec un papa génial... Parce qu'être avec un homme, tu sais, c'est pas ce que tu crois. C'est vachement bien. C'est fort et protecteur, un homme.
Convaincue ? Tu vas vite arrêter cette lubie homosexuelle et vivre enfin heureuse ?

Ah, en revanche, vous ferez gaffe, j'ai un peu vomi, là, mettez pas les pieds dedans, ça sent pas bon.

Voilà ! Une fois dans ma vie, j'aurais eu un discours de bonne mère et ... Nan, j'aime pas ! :/


:lol:

Allez, je te donne raison partout et reconnais que je donne au terme "sexisme" un sens altéré par ma misogynie on entreprise de déplacement d'Eglises ;) , en revanche, tu critiques -à juste titre- l'appellation "assistant maternel" (j'ajoute la profession de "sage-femme" dans ta brouette) mais tu reconnaitras que dire lutte contre le sexisme=féminisme (je suis d'accord sur la formule) lève aussi un problème de terminologie. Le mot "féminisme" sous entend qu'un féministe est par définition rangé du côté des femmes et par extension dangereuse, contre les hommes (humain de sexe masculin). Je préfère aux deux termes sus ci devant cités :p l'appellation plus généraliste de "lutte contre la discrimination sexuelle".

Chevalistère à la Balustrade
Hors ligne

Pour en revenir a ce que tu dis tatie concernant les hommes Il ya aussi des femmes qui croient mieux faire que les hommes et ne les laissent pas prendre leur place. Combien de fois j'ai entendu mais il fout rien il faut que je m'occupe du petit des courses du menage et quand tu lui demandes si elle a demandé de l'aide elle repond que non car il ne sait pas faire autant le faire moi meme. Dans ce cas là tu te plains pas

Ca me fait penser au spectacle humoriste des différence entre homme et femme : Les hommes viennent de Mars les femmes de Venus

Un spectacle excellent que j’ai vu avec ma femme ^^

http://youtu.be/2ECATee2CqI?t=7m20s

Chevalier
Hors ligne

Pour le terme "sage-femme", j'avais lu quelque part qu'étymologiquement, il fallait prendre le terme "sage" comme "qui connaît", et "sage-femme" ne signifie non pas "femme qui s'y connaît" mais "qui connaît les femmes". Le mot "femme" dans "sage-femme" ne désigne donc pas la maïeuticienne ou le maïeuticien mais ses patientes qui sont plutôt des femmes, en général :b

Pour le terme "féminisme"... C'est un peu compliqué, parce que c'est un terme qui désignait à la base la lutte pour les droits des femmes uniquement, et non pour la lutte contre le sexisme en général comme aujourd'hui (mais généralement, les clichés qui nuisent aux hommes nuisent aussi aux femmes donc c'est lié). Il est plus exact aujourd'hui de parler d'anti-sexisme ou de lutte contre la discrimination sexuelle, comme tu dis, mais d'un autre côté, se revendiquer féministe, c'est aussi inscrire sa lutte dans un héritage historique, faire le lien entre ce pour quoi on se bat aujourd'hui et ce pour quoi se sont battues les femmes qui voulaient être médecins ou avocates sous la IIIème République, par exemple. Après, je pourrais aussi dire que je suis anti-discriminations et anti-oppressions tout court, puisque les mécanismes à l'origine des oppressions, qu'il s'agisse du sexisme, du racisme, de l'homophobie, du spécisme etc sont toujours plus ou moins les mêmes.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne
Kapiston a écrit :

Pour en revenir a ce que tu dis tatie concernant les hommes Il ya aussi des femmes qui croient mieux faire que les hommes et ne les laissent pas prendre leur place. Combien de fois j'ai entendu mais il fout rien il faut que je m'occupe du petit des courses du menage et quand tu lui demandes si elle a demandé de l'aide elle repond que non car il ne sait pas faire autant le faire moi meme. Dans ce cas là tu te plains pas

Ca me fait penser au spectacle humoriste des différence entre homme et femme : Les hommes viennent de Mars les femmes de Venus

Un spectacle excellent que j’ai vu avec ma femme ^^

http://youtu.be/2ECATee2CqI?t=7m20s

Je viens de le regarder en entier.
Alors je ne connaissais pas et je trouve ben que ... il a trop souvent raison, ce con, ça m'énerve ! :lol:
Drôle et bien vu ;)

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
Mention spéciale au moment de fantaisie sexuelle d'un homme qui pourrait consister à caresser le sein de sa femme UNE fois de temps en temps plutôt dans le sens inverse des aiguilles d'une montre :lol:

Chevalier
Hors ligne

Le problème quand on relève les "différences hommes-femmes", c'est de donner l'impression que ce sont des choses naturelles, dans lesquelles les paramètres culturels n'ont aucun rôle.
Genre quand il parle de "logique masculine" vs "logique féminine". Alors que c'est justement en répandant l'idée qu'une chose est naturelle alors qu'elle est culturelle que l'on fait perdurer cette idée et qu'on la rend d'autant plus vraie en pratique. C'est ça qui est vicieux avec les constructions sociales...

Bien sûr, ça n'interdit pas de faire de l'humour sur les relations hommes-femmes mais en ayant conscience de ça. Mais du coup, je crois que quand on en a conscience, on en rit moins parce qu'au lieu de penser "Ah ouais bien vu", on pense "Eh oui, hélas..." :b

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

On dirait un peu Benureau le mec du spectacle.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne
La Dame du Parc a écrit :

Le problème quand on relève les "différences hommes-femmes", c'est de donner l'impression que ce sont des choses naturelles, dans lesquelles les paramètres culturels n'ont aucun rôle.
Genre quand il parle de "logique masculine" vs "logique féminine". Alors que c'est justement en répandant l'idée qu'une chose est naturelle alors qu'elle est culturelle que l'on fait perdurer cette idée et qu'on la rend d'autant plus vraie en pratique. C'est ça qui est vicieux avec les constructions sociales...

Bien sûr, ça n'interdit pas de faire de l'humour sur les relations hommes-femmes mais en ayant conscience de ça. Mais du coup, je crois que quand on en a conscience, on en rit moins parce qu'au lieu de penser "Ah ouais bien vu", on pense "Eh oui, hélas..." :b

Là, tite Parky, je trouve que tu sur réagis un peu. ;) Comme tout humoriste, ce monsieur observe nos travers pour nous les restituer en nous en amusant, je ne pense pas qu'en conscience il te dicte ta façon de vivre de manière discriminatoire. Et puis, personnellement, je pense que même si on effaçait notre passé culturel, il existerait bien quelques nuances dans la construction intellectuelle entre hommes et femmes. Et puis c'est toujours sympa d'avoir des clés, c'est plus pratique que des chemises pour obtenir ce qu'on veut.
Non mais ne me frappe pas !
Tiens,  ça me rappelle un reportage sur les ... gorilles. On y observait Môssieur Dos Argenté qui rêgnait sans partage sur son harem familial. Assis, droit comme un "i". Il était là et avait décidé de n'en point bouger, ventre dos saint gris ! Or l'une de ses dames avait repéré un coin vachement plus sympa avec des fruits et tout. Or chez King Kong, c'est Kong qui dit quand ça pique et qui décide quand tout le monde a envie de bouger. Mme Kong s'approche de son roi, regard baissé, simule un départ, reviens, recommence. M Kong toujours aussi droit la regarde à peine. Mme Kong recommence et M Kong tourne la tête. Son regard suffit, Mme Kong retourne aux fourneaux bébés. M Kong tourne le dos à tout le monde. Il s'en fout, c'est lui le maitre, alors il continue à glander quand tout à coup : un cri de détresse d'une des dames Kong. Là, M Kong DOIT réagir, son rôle de dominant l'exige. Il se lève, s'approche du lieu du cri, mais ne trouve que mesdames Kong qui papotent et juniors Kong qui jouent. Il se rassied, désormais à cent bon mètres de son trône initial et reprend, royal, sa non activité. Mesdames Kong profitent qu'il tourne le dos pour s'éloigner de quelques mètres, suivant négligemment les jeux des JuniorS Kong. Tout à coup des cris affolés de plusieurs dames Kong. M Kong pétri de sa puissance se lève d'un bond et court vers l'origine des cris et comme la première fois, ne trouve rien. Ces dames font mine d'être étonnées de sa présence. Cette fois, il pousse un peu l'inspection de quelques dizaines de mètres et se rassied. Il est à plusieurs centaines de mètres de son point de départ quand mères et enfants hurlent de nouveaux. M Kong se lève et déplace tout le monde, conscient qu'il est le seul bouclier du groupe. Et où mène t-il tout le monde ? Là où Mme Kong voulait le mener initialement. :lol:
Il se rassied, superbe, et Mme Kong a gagné sans que pour autant son grand Kong de mari n'ait capté que de concert avec les autres "épouses", elle l'avait manipulé. ;)

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
La Dame du Parc a écrit :

(et il me semble que les hommes homos sont davantage victimes d'homophobie violente que les lesbiennes).

"Deux hommes qui s'embrassent c'est pas naturel !!
-Et deux femmes ?
-... Ça m'choque moins...
"

C'est parce que ça te fait fantasmer, gros dégueulasse ! Maintenant imagine Christine Boutin (héhé) et Frigide Barjot (héhé²) se rouler une pelle, et dis-moi que ça te choque moins !

La Dame du Parc a écrit :

Pour le terme "sage-femme", j'avais lu quelque part qu'étymologiquement, il fallait prendre le terme "sage" comme "qui connaît", et "sage-femme" ne signifie non pas "femme qui s'y connaît" mais "qui connaît les femmes". Le mot "femme" dans "sage-femme" ne désigne donc pas la maïeuticienne ou le maïeuticien mais ses patientes qui sont plutôt des femmes, en général :b

Wiki nuance tes propos :

Wiki a écrit :

En Grèce antique, on parlait de maïeutique, ou « l’art d’accoucher », qui avec le temps et sous l’influence de Socrate a fini par désigner un mode d'échange philosophique.

Dans « sage-femme », le mot « sage » est dérivé de sapiens (la connaissance, l'expérience, sources de sagesse) et le mot « femme » fait référence à la femme qui a pour métier - du fait de son expérience et donc de ses connaissances - d'aider les autres à accoucher. Du fait de cette activité professionnelle, la sage-femme s'est distinguée de la « matrone », choisie dans le village sur des critères surtout religieux.

Et pourtant l'origine du mot composé reste contestée. En effet, l'expression se réfèrerait non pas à la praticienne mais à la parturiente : lorsque la femme allait accoucher, on considérait jadis qu'elle était à l'orée d'un nouveau savoir et que l'acte de mettre au monde constituait en soi la frontière vers cette connaissance. Mais cette explication ne correspondrait à rien de reconnu par la tradition, par l'érudition, ni dans les traités d'obstétrique (= l'art des accouchements) les plus anciens eux-mêmes.

La définition donnée dans la première édition (1694) du Dictionnaire de l'Académie Française est la suivante : « On appelle ainsi celle dont le mestier, la profession est d'accoucher les femmes ».

Définition du Littré
Sage-femme Nature : s. f. Prononciation : sa-je-fa-m'

Étymologie : Sage, dans le sens d'habile, et femme, wallon, seg-damm.

« Celle dont la profession est de faire des accouchements ». Cette définition serait peut-être correcte si, d'une part, elle n'était pas réductrice (la sage-femme est loin de ne faire que des accouchements), et si, d'autre part, elle n'affirmait pas (par le « celle ») quelque chose qui est aujourd'hui sujet à controverse.

Enfin, le terme anglais : midwife ne fait allusion qu'à la « parturiente » (mid = avec, du vieil anglais mid, dérivé de l'allemand mit + wife = « la femme, celle qui accouche »), et non pas au sexe de l'intervenant. De ce fait, les livres anciens anglais de « midwifery » précisent toujours lorsqu'il s'agit d'un intervenant masculin : male midwife (ce qui correspond, à la même époque (xvie et xviie siècles), en France, au terme de chirurgien-barbier accoucheur).

Dans le paragraphe en bleu, qui est le plus proche de l'étymologie que tu cites, Wiki dit que "sage" se rapporte aussi à la femme qui accouche (tout comme "femme") ! Mais Wiki précise aussi que cette étymologie est loin d'être confirmée. ^^
Mais bon, elle me plaît bien ton étymologie, j'vais quand même la garder. :b

Édit : j'avais pas lu la suite.

Wiki a écrit :

Sage-femme, n.f., est attesté sous cette forme en 1212
On trouve aussi les variantes « femme sage » ainsi que « sage-mère » (xive siècle) et « mère sage » (1609). Sage-femme signifie « expert, habile dans son art (1155, « sage » en ce sens) auprès des femmes ». La profession s'ouvrant aux hommes (depuis 1982), on a proposé « sage-homme », « matron » (sur le féminin « matrone »), « maïeuticien » (proposé par l'Académie française) ou « maïeutiste » (hellénismes savants), « parturologue », termes finalement écartés au bénéfice de « sage-femme » pour les deux sexes.

(Le Robert - Dictionnaire historique de la langue française - Alain Rey et al. Paris 1992).

J'pige pas tout... Y disent que "femme" se rapporte à la femme dont on s'occupe, mais voulaient quand même créer le terme "sage-homme"... :huh:


Par contre, pour "assistant maternel", pas d'excuse ! C'est comme pour "femmes de ménage"... Okay, le terme "agent de nettoyage" (ou même "homme de ménage") existe, mais on a plus tendance à dire "pense aux femmes de ménages !" quand quelqu'un laisse un endroit sale plutôt que "pense aux agents de nettoyage !".



Pour revenir sur l'histoire des hommes qui ne savent pas réaliser telle ou telle tâche à cause de leur môman... C'est aussi la faute des hommes en question, je pense. Personnellement, je sais rien faire ou presque... Parce que j'ai jamais fait l'effort. Et je sais que je me retrouverai bien con quand je vivrai tout seul ! Le ménage et la lessive, ça va, mais le repassage et la bouffe... Va falloir que j'apprenne vite ! :b
Ni ma mère ni mon père (qui sont séparés depuis que j'ai 7 ans — mon père sait faire tout ça très bien et ne laisse pas sa femme tout se taper) ne m'ont forcé à apprendre à faire tout cela, alors on peut certes les blâmer, mais faut voir la mauvaise volonté que j'y mets aussi. Quand j'avais besoin de repasser quelque chose et que mon parent ( :huh: ) me disait de le faire moi-même, je me démerdais toujours pour y échapper.

Maintenant, mettons que je ne vive pas seul, et que ma moitié sache faire toutes ces tâches. Je me vois mal la laisser faire tout ça sous prétexte que je sais pas faire ! Faut pas déconner, c'est des tâches chiantes mais pas compliquées en soi, alors j'apprendrai et j'aiderai. (Oui, je sais, je pourrais le faire dès maintenant pour aider mes parents.. :b M'enfin j'fais certains trucs, quand même, faut pas croire. :p)
Pis en plus, j'suis encore moins doué en bricolage et mécanique, alors on pourra pas se répartir les tâches comme dans tout bon ménage normal ! :fete:

Écoutez si vous n'êtes pas capable de faire le moindre truc vous n'avez qu'à passer l'restant d'vos jours dans une chaise à côté d'la cheminée à peler des châtaignes !!





Tatie, j'suis épôté par la philosophie d'Monsieur je suis époustouflé par votre calme je suis très surpris par ton histoire ! :huh:
Mais ça vaut pas ça.


:b

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB