Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui colmate des fissures dans les murets. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Bienvenue au Musée Hervé de Rinel en hommage à cet artiste méconnu mais pourtant à l'origine de la peinture absurde.

Décrié en son temps, ses contemporains n'ont pas su reconnaître son talent trop en avance sur son époque. Ce n'est que bien des siècles plus tard que des peintres tel que Salvador Dali se réapproprieront cette frange de l'art pictural sous le nom de surréalisme ou encore Antonio Segui qui se revendique de l'absurde, sans toutefois avoir jamais officiellement déclaré que l'essentielle de son oeuvre était inspirée de celle d'Hervé de Rinel.

Mais c'est surtout l'art abstrait qui réussira à faire la liaison les réalisations, certes sommaires, mais riches d'Hervé de Rinel.
L'ultime consécration viendra lorsque, après la seconde guerre mondiale, on ouvrira, dans le monde entier, des écoles dites "maternelles". C'est dans ces lieux dédiés à l'expression la plus pure de la pensée par le dessin que naîtront des millions de créations. Peintures, dessins, gravures sur carte à gratter, sans oublier la sculpture en pâte à modeler ou pour les plus douées, en pâte à sel, ne feront que sublimer ce que l'on appeler désormais la "Subrogation", ou "Subrogativité", terme qui défini le mieux celui qui les inspira.

Les plus doués de ces millions d'artistes (une infinitésimal parcelle) se sont réunis à la Villa OnEnAgros et constituent l'essentiel des peintres exposés dans notre musée. 

Ce tout nouveau lieu réuni les différentes oeuvres picturales produites par les artistes de la Villa OnEnAgros.
Leur travail s'inspire essentiellement de l'histoire et tout particulièrement de faits méconnus de la Matière de Bretagne, période à laquelle, on suppose, vécu Hervé de Rinel. Certains textes, en effet, relatent de sa présence épisodique autours de la mythique Table Ronde à la cours de Kaamelott.

L'exposition permanente "Dessine-moi Kaamelott" rassemble des oeuvres subrogatives de tous les styles : classique, impressionniste, cubiste, explorant même parfois les limites de l'art abstrait. Des toiles puissantes pas toujours évidentes à appréhender tant l'intention diffère d'un artiste à l'autre.

Tout visiteur de notre musée souhaitant lui aussi contribuer à cette collection exceptionnelle peut tenter de le faire en soumettant son travail à l'intransigeance du Grand Jury de la Villa OnEnAgros.
Pour cela il devra poster son travail à l'adresse suivante : Villa OnEnAgros, Forum, Kaamelott, les jeux du Cirque, Dessine-moi Kaamelott. Celui-ci sera examiné, commenté et validé dans les plus brefs délais.

Afin de ne pas déflorer l'essence du travail de nos jeunes artistes, le conservateur du Musée a souhaité vous soumettre l'oeuvre sans son titre.
En découvrant la toile, le visiteur pourra assister au processus de création en l'appréciant à la vitesse de sa convenance et au son du commentaire de l'audio-guide.
Si toutefois, il le juge nécessaire, le visiteur pourra découvrir le titre de l'oeuvre qu'il vient de voir en cliquant sur la bouton "spoiler" de son audio-guide.

Merci et bonne visite à tous

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Oeuvre I : Par Coco l'Asticot
Cette oeuvre clairement inspirée des impressionnistes restitue merveilleusement la lumière en fin de journée sur la côte de Cornouailles. La splendeur de l'édifice est encore amplifiée par la comparaison avec l'homme à son pied, allégorie de la petitesse de l'humain face à la grandeur de ce qu'il peut accomplir

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Le Phare où Arthur rencontre le père des jumelles du pêcheur" - Livre V

Oeuvre II Par GinAA  :
L'auteur de cette création a d'abord apporté les traits à dominante bleue, esquissant le visage d'un homme paisible. Puis, dans un second temps la peintre  est venu ajouter ces tons de gris anthracite, faisant passer l'expression de bienfaisante à troublante. On peut voir ici un hommage non dissimulé à Léonard de Vinci et à sa plus célèbre toile La Joconde, même si cela reste cynique.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Le Père Blaise avec des cheveux" - Le portrait, livre II

Oeuvre III Par Coco l'Asticot :
Un délicat travail en sépia. Par ajout de fines couches de pigments, lentement l'image se dessine, telle une apparition fantomatique. Un travail tout en finesse, comme irréel, presque venu d'ailleurs.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
Le Saint Suaire - Les clous de la Sainte Croix - Livre III

Oeuvre IV Par Tante Cryda
Le trait est naïf, presque enfantin, mais délicat. C'est un parti pris de la peintre qui souhaitait adoucir l'atmosphère, souvent lugubre des rades armoricains. D'ailleurs, en observant les deux sujets, visiblement membres d'équipage en goguette, immanquablement on s'interroge : vont-ils s'embrasser ou se battre ? Est-ce une oeuvre prônant la fraternité entre les peuples ou bien la guerre ?

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"C'est un Gaulois, qui rencontre un Viking dans un port..." - Le Rassemblement du corbeau - Livre II

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

:lol: Le musée, on l'avait pas encore celui-là ! Entre ça et la Taverne, On En A Gros! est en train de devenir une vraie ville !

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

Ah classe avec les commentaires et tout.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Les commentaires de l'audio-guide sont énormes :lol: Merci Flammèche.

Chevalière Urbi et Urdi
Hors ligne

J'adore ! Merci Flammeche ! ;)

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

:lol:
C'est fantastique. :b
Bravo !


(Un seul "n" à GinAA.. ;))

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

N'oubliez pas la guide ! :P

Faudra vraiment que j'essaye de participer à ce topic ^^ (et aux autres jeux du cirque, par la même occasion ^^')

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Oeuvre V Par Coco l'Asticot
Cet artiste prolifique nous livre là une oeuvre absurde. Le commentaire calligraphié sur la toile guide automatiquement celui qui la regarde dans une direction. On peut toutefois s'interroger sur l'intention du peintre. Veut-il accompagner notre réflexion ou au contraire nous mener dans la mauvaise voie ? Le dépouillement laisse perplexe.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
Une part de clafoutis, Le Défis de Merlin II, Livre III

Oeuvre VI Par Tante Cryda
Comme toujours Tante Cryda nous pousse au questionnement en livrant une oeuvre surréaliste. Elle nous confronte à nos propres contradiction de consommateurs : en vouloir plus fait ressortir notre côté bestial. Elle nous tend un miroir peu flatteur qui installe un sentiment de malaise tant on se reconnaît dans cette toile de prime abord drôle.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Les moutons c'est fastueux" - Les transhumants - livre V

Oeuvre VII Par GinAA
Cette spécialiste du portrait abandonne un instant la représentation de chaire et d'os. Elle nous offre ici un paysage bucolique dans une explosion de tonalités de verts chatoyants et lumineux. Mais si on regarde avec attention, on devine la présence de l'humain, mais cette fois en parfaite osmose avec les éléments qui l'entourent.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Perceval derrière une plaque de dissimulation" - Livre IV

Oeuvre VIII Par Coco l'Asticot
Peinture métaphorique et burlesque à la fois, cette toile derrière ces airs bon-enfant cache un double sens. En effet, on sent l'attirance qu'éprouve les sujets l'un pour l'autre. Cette représentation symbolique de ce qui précède l'acte charnel conduisant immanquablement à la naissance du fruit de l'amour est magnifiquement illustrée.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Point insecte subtil... viens picorer les biens de dame nature" - La fête du printemps, Livre II

Chevalistère à la Balustrade
Hors ligne

:lol:

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Oeuvre IX Par Westiminster
Un oeuvre crue, dérangeante et percutante. L'avilissement de l'homme par la substance. Non seulement le sujet débraillé cri son indigence, mais le trait volontairement incertain ajoute à cette impression d'urgence et de manque. Le peintre nous livre peut-être là une partie de lui-même. Une manière d'exorciser ses propres démons ?

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Une potion pour pisser bleu, ça pressait à la minute ?" – les MisanthropesLivre II

Oeuvre X Par Coco l'Asticot
Une performance tout en sobriété. D'ailleurs, Coco a été avare de ses traits, comme s'il souhaitait sublimer la modestie du thème traité jusque dans sa manière de travailler. Les couleurs sont minérales, l'arrière plan dépouillé. Un œuvre qui suggère le recueillement.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
Les clous de la Sainte Croix, les Clous de la sainte Croix, Livre II

Oeuvre XI Par Westminster
Nous avons là l'illustration deux thèmes antagonistes et qui pourtant se rejoignent : La civilisation industrielle et la Nature. Habituellement traités en confrontation, ou dans une forme d'asservissement. Ici, le peintre a voulu montrer comment l'industrie, pourtant source de destruction, pouvait servir la nature et non plus la contraindre

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Est-ce qu'on peut s'en servir pour donner de l'élan à un pigeon ?" - L'étudiant - Livre III

Oeuvre XII par Flammeche
Le coup de pinceau est vif et assuré, les aplats de couleurs soignés.  On sent une grande maturité dans cette œuvre forte, combinant la dure réalité d'une population rurale et la sagesse populaire qui en découle.  L'artiste va droit au but et touche du doigt, par une métaphore météorologique et agricole, le cloaque dans lequel le monde est plongé.
                                                                                                 GinAA

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Pour savoir s'il va y avoir du vent, il faut mettre son doigt dans le cul du coq" - O'Brother - Livre II

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

:lol: :lol:
Putain mais j'suis tellement fan. x)
J'm'en lasse pas !

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

:lol: vraiment excellent Flammeche.

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Œuvre XIII Par Coco l'Asticot
Comme à son habitude, Coco use de son style économe, mais nous montre ici, un peu à la manière d'un Haïku, que l'on peut en dire énormément dans la simplicité et le dépouillement. Un dessin plein de poésie dans lequel se mêlent pragmatisme et mélancolie.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Pour le transport vaut mieux la brouette !" – Arthur In LoveLivre II

Oeuvre XIV Par Kapiston
Première toile de ce jeune peintre prometteur, elle frappe par son intensité. Un décor exempt de toute superficialité, un trait rageur, une intention de dénoncer accentuée par la perspective plongeante de la table. Cette œuvre interpelle par son message sociale sous-jascent qui dénonce la pauvreté, la précarité, dans lesquelles sont contraints de vivre les plus fragiles.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Vous foutez pas de ma gueule !!! Y a des boulettes de caca partout !" Seigneur Caius, livre IV

Oeuvre XV Par GinAA
Autoportrait sans modestie tant il est flagrant que le sujet se sent fort et puissant. GinAA épure son trait tout en le complexifiant. Au centre tout n'est que courbe et rondeur, sans aucune agressivité, et plus on se rapproche du cadre et plus le pinceau se fait incisif, impression renforcer par la couleur jaune qui illumine le tout.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Tiens ! Il est encore là le chat qui fait des éclairs…" - Le ZoomorpheLivre I

Oeuvre XVI Par Tante Cryda
Une fusion du Cri de Munch et de La Méduse du Caravage, sous le pinceau subtile et délicat de Tante Cryda. Les couleurs tendres atténuent le dramatique de l'instant. Les bras déployés tels les ailes d'un ange contre-balance l'aspect plus démoniaque de la chevelure. Encore une toile tout en nuance ou s'affronte Paradis et Enfer.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
Guenièvre jouant Euripide - Guenièvre et EuripideLivre III

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

:lol:
Flammèche :luv: , tes commentaires sont tellement réalistes que tu fais passer le pédantisme des critiques d'art pour des œuvres à part entière.
Et j'ai oublié de te féliciter pour le nom du musée ! Quel meilleur parrain, en effet, pour une exposition aussi subrogativement tapinante ? :fete:

Chevalière à l'Happy Kulture
Hors ligne

Magnifique !!!!! :lol:
Bravo Flammèche, tu m'as fait mourir de rire... :D
Par contre, le lien pour l'œuvre n°IV ne donne pas accès au chef-d'oeuvre de Tante Cryda. :-)

Et finalement, la XII ? :-D

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Merci tout le monde, mais ceux qu'il faut féliciter c'est avant tout ces artistes de talents qui nous offrent gracieusement leur travail.

J'ai corrigé le lien de l'Oeuvre IV de Tatie

Pour l'Oeuvre XII, comme il s'agit d'une des miennes, je ne fais pas le commentaire, je l'ai mise là pour qu'elle soit au bon endroit en attendant que l'un des membres de la Villa OnEnAgros les fassent. Une fois fait je l'insérerait. Mais il n'y a pas d'urgence. J'ai encore une bonne quizaine de chef d'Oeuvre à analyser, sans compter ceux qui seront produit aujourd'hui.

Pour les commentaire, je n'ai pas le monopole, n'importe qui peut prendre la suite en suivant le schéma : 4 oeuvres numérotés en chiffre romain par post et le titre en spoiler : "Titre de l'oeuvre" - Titre de l'épisode qui l'a inspiré - n° du livre dont est issus l'épisode.

Chevalière à l'Happy Kulture
Hors ligne

Si je fais une tite critique pour ta XII, comment faire pour qu'elle soit au bon endroit ?  Je te l''envoie en MP et c'est toi qui dois l'ajouter au bon endroit ?

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Tout à fait GinAA (bien sur le commentaire sera crédité ;)  )

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Œuvre XVII Par Kapiston
Lorsqu’on contemple cette toile, on ne peut qu’être en proie au doute et au plus grand desaroie. L’agressivité du sujet envers ce petit être sans défense laisse un sentiment d’effroi. Un David contre Goliath plus imagé. L’issue de l’affrontement est laissé à l’appréciation de chacun, même s’il laisse peu d’espoir. Encore une fois, Kapiston se positionne en peintre du social dans cette œuvre méthaphorique.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
« Avec votre dégaine de crevette, faites gaffe à pas vous faire bouffer par un mérou » - Le forfait - Livre V


Œuvre XVIII Par Coco l’Asticot
Une nature morte minimaliste, comme l’affectionne Coco. Dans ce tableau, le peintre a voulu casser le traitement classique du thème qu’il a peint. En effet généralement ce sujet est traité de manière plus opulente, plus riche. Ici la profusion est maîtrisée, limite chiche.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
« La corne d’abondance » - La Corne d'Abondance - Livre III

Œuvre XIX Par GinAA
Un retour au portrait pour Ginaa qui s’était essayé au naturalisme dans ses précédentes productions.  Elle nous propose un portrait sans nuance, brutal, voir grotesque. Il est aisé de peindre le beau, beaucoup moins la laideur et elle y parvient avec talent. Ce visage déformé par une émotion intense, de rage mêlée de douleur ne peut que nous saisir.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
« La vilaine frisée » - L’Epée des Rois - Livre V


Œuvre XX Par Flammeche
Comment rester insensible devant cette oeuvre ?  Impossible de détacher l'oeil de ce tableau.  La beauté du modèle, sa taille fine, son déhanché outrageux, l'opulence de son décolleté ou ses résilles provocantes.  Toute la vulgarité de l'Irlande en quelques traits vigoureux !
                 GinAA

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Elles sont vulgaires ces irlandaise !" - Le banquet des chefs - Livre I

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Sérieux, t'as un vrai talent pour commenter nos horreurs ! x) Ça les sublime, c'est incroyable ! Un peu comme quand on trie ses chaussettes en passant Sancta Mater à fond les ballons. On part d'un truc moisi, et on le rend épique.

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Ben quand tu vois avec quel lyrisme certaine oeuvre d'art moderne sont décrite par les critiques, tu te dis que s'il n'était pas là elles finiraient à la benne... Comme quoi la communication c'est important pour vendre des croutes...

D'ailleurs en parlant de ça Coco, y'a un nabab du pétrol du Qatar qui m'a contacté pour acheter l'Oeuvre XIII... IL a croisée une fille dans le  jardin du Luxembourg qui lui a tapé dans l'oeil ^^

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

:D
Combien, combien ? :b

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Œuvre XXI Par Coco
Un travail intéressant où le peintre a voulu explorer de nouvelles techiques. Plutôt que de partir d’une toile vierge, il a repris une œuvre pré-existante mais en se la réappropriant totalement. Au sujet de départ, il ajoute un nouveau personnage en totale opposition avec celui déjà présent. Un affrontement de deux styles très différents et cela fonctionne !

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Ouais ouais ouais, avec des grosses moustaches et un oeil qui dit merde à l'autre. Ouais mais je vois, c'est un petit avec une patte folle et des dents en avant. Ouais ouais ouais, il est toujours en train de se balader avec une super belle fille et des escalopes de dinde enveloppée dans de la salade"Le Trophée - Livre III »

Œuvre XXII Par Westminster
Une peinture d’une brutalité féroce qui nous glace d’effroi. La jeune femme est allongée nous évoque inévitablement un gisant. Inerte elle se laisse dominer par la bête puissante. Est-elle une nymphe séduite par un dieu qui aurait dissimulé son apparence par un subterfuge ou alors n’est-ce que l’illustration d’un triste accident ? Quoi qu’il en soit, la peinture de Westminster garde son caractère hallucinée.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
"Demetra elle s'est fait piétiner par un cheval, une fois. Mais c'était pas... C'était pas moi. 'Fin c'était un cheval, quoi." - La Faute - Première Partie -Livre IV

Œuvre XXIII Par Hervéderinel
Représentant de l’absurde pictural, Hervéderinel ne déroge pas et marche dans les pas de son célèbre homonyme. Cette toile flirt avec l’abstrait tant le sujet est insaisissable. Les formes subrogatives peuvent être interprétées de bien des manières. C’est une œuvre qui nécessite qu’on la contemple longuement afin d’en saisir toutes la richesse, alors seulement sa lecture en devient limpide.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
« Ma spécialité, c'est la cartographie, j'ai fait une carte de l'île de Bretagne. » - La carte - Livre I

Œuvre XXIV Par Flammeche
Oeuvre contemporaine par excellence.  Empruntant au registre d'une collection littéraire aux couleurs entrées dans l'inconscient collectif.  Contemporaine et pourtant traitant d'un sujet désuet et abscons pour le commun des mortels.  L'artiste nous offre ici l'occasion de dire que son oeuvre est nulle, sans pour autant l'offenser.
                    GinAA

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
« Le druidisme expliqué aux personnes âgées » - Les défis de Merlin - Livre I

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Génial, comme d'hab. :b

Si je peux me permettre, pour l'œuvre (haha, "œuvre" x) ) XXI, tu n'as pas mis l'épisode ni le livre. Les voici :) :

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
Le Trophée - Livre III

Et pour l'œuvre XXII (tu n'as mis que le Livre) :

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
La Faute - Première Partie - Livre IV

Et puis, pour cette même œuvre, j'suis pas tellement d'accord avec le titre dans le spoiler.

Spoiler :
(Cliquez pour afficher)
Arthur dit "Demetra elle s'est fait piétiner par un cheval, une fois. Mais c'était pas... C'était pas moi. 'Fin c'était un cheval, quoi."
D'après sa réaction, la première fois entre lui et Demetra ne ressemblait pas à ça, donc tu devrais pas laisser "ou la première fois entre Arthur et Demetra", àmha. :)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB