Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui passe pas par la grande porte !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Croustillant
Hors ligne

 
Ils ne seront jamais rien d'autre que Arthur et Guenièvre

 
 

    Elle est là, devant lui mais il ne sait pas comment l'aborder. Sa chambre n'a pas de porte. En vérité c'est tout un labyrinthe qu'il faut passer pour pouvoir la trouver. Cela donne un air mystérieux à l'endroit. Et ça chambre est joliment décoré. Il n'y a pas de fioriture immonde sur les murs comme à Kaamelott. C'est très féminin et on peut y ressentir une sorte de jeunesse dans ce lieu. La première chose qu'il remarque c'est la fraîcheur de cette chambre. Il y a tout un côté qui est remplie de dessin et autres petits souvenirs sur le mur. Il y a même une guirlande de fleur en tissus de couleurs pourpres, bleu nuit, bordeaux et autre couleur tout aussi chaude. Son lit est juste en dessous. Un lit une place, simple. Il est défait. Arthur se demande si elle vient de se lever. Il y a un bureau, où traînent des parchemins vierges et moins vierges, des plumes et du fusain, et ce qui ressemble à un genre de peinture. Des bougies sont allumées tout autour de la pièce, mais elles sont éloignées de toutes sources inflammables. La nuit tombait sur la Carmélides.

Elle se sent fatiguée. Trop. Elle n'a pas de distraction. Elle n'en a jamais eu, mais chaque jour la fatigue se fait sentir, lui donnant des migraines atroce chaque fois qu'elle reste trop longtemps debout ou à faire quelque chose.

C'est alors qu'elle se retourne et se retrouve face à lui.

Aucun des deux ne parles. Ils restent là à s'observer, regardant si l'autre a changé ou vieillit. Il trouve qu'elle a maigrit. Elle trouve que les cheveux longs lui vont bien. Les cheveux longs lui vont toujours. C'est comme ça qu'elle aime le voir.

Guenièvre veut lui parler mais elle n'ose pas. La colère est toujours présente, bien ancrée en elle mais, elle n'arrive pas à lui en vouloir. Elle n'a pas lu ses mémoires, préférant laisser ça loin derrière elle et pour lui éviter de souffrir un peu plus.

Le fait qu'il soit engagé avec une autre femme dans le passé ne lui donne pas le droit de la traitée comme une moins que rien. La jeune femme a essayé d'être une bonne femme pour son époux et roi, mais lui ne veux pas d'elle. Il préfère avoir des maîtresses et être traité de ringard plutôt que de faire face à la seule personne en qui il doit avoir le plus confiance. Il l'a délaisse et trouve normal d'être désolé pour elle lorsque la seule fois, il se laisse aller à elle.

Qu'est-ce qu'elle peut le détester.

Il n'arrive pas à lire dans ses yeux. Il sent le mur dans lequel elle se barricade et il comprend que cela ne va pas être facile.

Rapidement elle part s'asseoir sur son lit. Le voir tenter quoi que ce soit avec elle lui fait peur, parce qu'elle ne sait pas comment réagir. Elle sait qu'elle est encore amoureuse de lui mais elle est en colère. Ou du moins, elle est sensé l'être ! Tout d'un coup elle ne sait plus que pensr. Son esprit est torturé mais elle ne le laisse pas voir. Elle regarde le mur en face d'elle. Plein de souvenir d'enfance, des dessins et autres bidules laissé là sur son mur, pour ne pas oublier le peu de moment heureux dans sa vie de jeune fille avant son mariage avec Arthur et son pseudo destin de Reine de Bretagne tout pourrie, qui ne lui à rien apporter si ce n'est la haine du peuple, un fou dangereux comme amant, enfin si l'on peut appeler ça un amant. Il n'a même pas été fichu de lui montrer son amour pour elle, sauf avec de stupide fleur ! Et ses parents la détestent parce qu'elle n'est pas comme ils souhaitent qu'elle soit. La mère et la tante d'Arthur ne l'aime pas non plus mais pour d'autre raison aussi cons qu'elles.

Arthur reste immobile. Il ne la suit pas. Il ne veut pas la blesser. C'est-ce qu'il a dit la dernière fois qu'ils se sont vus et cela a fini de manière plutôt étrange. En fait, il ne se souvient pas.

Il ne sait pas que Guenièvre a attendu encore un petit bout de temps avant de partir. Elle s'est assise près de lui, elle a passé sa main sur sa joue et elle a pleurée. Quelque chose entre la culpabilité et la tristesse a traversé son corps à cet instant. Elle ne sait quoi pensée de leur conversation. Il s'est ouvertement foutu de sa gueule et là, il lui fait des excuses dignes d'un minable. Avant de s'en aller, elle sèche ses larmes et sans un regard pour son mari, elle part la tête haute et le cœur brisé, en tout un petit tas de cendre.

Après un temps, Arthur décide de venir la rejoindre.

Ils sont l'un à côté de l'autre sans se toucher. Arthur observe la chambre tandis que Guenièvre regarde le plafond comme-ci, quelque chose planait au-dessus d'eux. Elle s'accoude sur sa cuisse regardant en l'air et fait des grimaces d'enfant quand elle se rend compte que sa position n'est pas super et lui fait mal. Arthur le remarque et au lieu de trouver ça idiot, il trouve cela mignon. Il n'a jamais perçu le côté enfant de Guenièvre auparavant.

Son lui d'avant, pense qu'elle est juste ridicule et insignifiante. Un boulet dans un corps de femme et encore pas fichu de faire un truc bien. Aujourd'hui, c'est différent. Il la voit belle et ses yeux…  oui ses yeux sont toujours pétillants. Il ne brille pas autant lorsqu'elle est avec d'autre personne. Ce n'est qu'avec lui. Finalement, son mur de brique n'est pas suffisant pour lui cacher ça.

Il attend qu'elle pose sa main sur le drap pour poser la sienne. Elle est touchée, mais ne dit rien. Parce qu'il n'y a rien à dire.

Ce n'est pas comme s'ils sont encore ensemble, après tout. Arthur est marié à Mevanwi, qu'il le veuille ou non. Et elle, elle n’est plus censée ressentir quoi que ce soit pour lui. C'est ce qu'elle dit à ceux qui viennent pour la « soutenir ». La soutenir? Elle n'a subi aucune perte et n'est pas mourante. Alors pourquoi tant de drame ?

Tous les deux se sentent tellement rassuré. Ils avaient craint  tant de chose et rien ne s'est passé de mal. Ils se connaissent. Elle plus que lui sûrement. Mais ils savent qu'il n'y a pas besoin de se battre ou de se disputer. Pour une fois.

La migraine naissante de Guenièvre a disparue au moment où Arthur a posé sa main sur la sienne. Aucun deux ne sait qui ils sont l'un pour l'autre et pourtant ils peuvent être tellement l'un pour l'autre, mais ils ne seront jamais rien d'autre que « Arthur et Guenièvre ». Souverains d'une Grande-Nation qui les a élevé au rang de Roi et Reine dans le but de rallié tous les peuples de Bretagne et … ils ont lamentablement échoué mais, ils s'en moquent. Parce que pour la première fois depuis très longtemps, ils sont réunis, seuls dans la lumière des flammes comme à leur première rencontre. Ils ne sont pas mari et femme, encore moins Roi et Reine.

Ils passeraient la nuit ensemble dans le silence. Aucun baiser ne sera échangé et rien d'autre n'arrivera cette nuit.

Arthur et Guenièvre s'endorment dans le calme. Il la tient dans ses bras, mais cette fois, ce n'est pas à cause d'un loup ou de l'orage. Il la tient pour ne plus la laissé partir, parce qu'elle lui appartient.
   

A lui et à personne d'autre.

 

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Mélu, sort de ce corps ! :rolleyes:

Croustillant
Hors ligne

A ce point =/

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Non mais c'est très joli, romantique, poétique et ça fait réfléchir encore un peu sur les sentiments du couple de la série, mais vous savez bien qu'il me faut ma dose de conneries pour que ça me plaise à 100% :b

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

AH moi j'aime bien ta façon d'écrire Shilow, tu décris vachement de choses, et puis je sais pas, je me sens pris, ça change. :)

Croustillant
Hors ligne

Disons que c'est une transposition des personnages dans un autre univers, un autre style...

Croustillant
Hors ligne
Westminster a écrit :

Non mais c'est très joli, romantique, poétique et ça fait réfléchir encore un peu sur les sentiments du couple de la série, mais vous savez bien qu'il me faut ma dose de conneries pour que ça me plaise à 100% :b

Ouais je sais, en ce moment je suis dans une phase romance à gogo x)  Quand j'essaie d'être drôle, ça devient chiant, du coup je tente de faire un coup drôle un coup pas drôle, un coup drôle et re-un coup pas drôle. Mais parfois ça dépend de ce que je veux écrire.

hervederinel a écrit :

AH moi j'aime bien ta façon d'écrire Shilow, tu décris vachement de choses, et puis je sais pas, je me sens pris, ça change. smile

Un gentil complément ♥ Merci. Ça c'est mon côté RPgiste, la description des sentiments, des lieux, des gens en générale =) Et franchement, le rp ça aide vachement pour l'écriture.
Je suis ravie que cela t'ait plu =)

@AconiaMinor : Non non c'est le même Univers. Juste écrit différemment, avec le détail en plus =)

Chevalier
Hors ligne

Très joli et romanesque. ^^

Chevalier Kaabotin
Hors ligne

J'aimerais tellement qu'il se passe quelque chose comme ça dans la vrai série, enfin j'aimerais juste avoir une scène ou Guenièvre et Arthur se rendent compte de leurs amours mutuels. :D

Toute mes félicitation Shilow, j'ai été envoûté par ta façon d'écrire ! :)

Chevalier Pile Poil
Hors ligne

C'est à la fois nouveau et ancien. Y a de l'évolution dans la relation entre eux deux, mais ils ne se passent toujours rien de concret.

On ressent comme une pudeur qu'ils auraient l'un envers l'autre, j'aime beaucoup :)

Chevalier Kaabotin
Hors ligne
Mat a écrit :

C'est à la fois nouveau et ancien. Y a de l'évolution dans la relation entre eux deux, mais ils ne se passent toujours rien de concret.

On ressent comme une pudeur qu'ils auraient l'un envers l'autre, j'aime beaucoup :)

Tu ôtes de ma bouche des pensées que je n'aurais pas su mieux clarifier. :D

Et puis, à la différence que là, y'a une possibilité d'ouverture l'un vers l'autre. :)

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
Westminster a écrit :

Mélu, sort de ce corps ! :rolleyes:

Je crois pas que Mélu aurait écrit un texte romantique à propos de ces deux-là. :p

C'est très joliment écrit, y'a pas à dire. Bon, par contre, j'suis obligé de faire la même remarque que sur l'autre scénario :

Coco l'asticot a écrit :

Après, en tant que Tribunus Machin Truc, j'dois t'avouer qu'il y a pas mal de fautes, j'ai trouvé ça dommage. Ça freine un peu la lecture, pour un Grammar Nazi tel que moi. :p

^^"

Ça se passe donc après la fin du Livre VI, on est d'accord ? Une fois Arthur de retour en Bretagne ?
C'est bien écrit, mais j'ai du mal à imaginer que leurs retrouvailles puissent se passer comme ça. Pour moi, Guenièvre est inquiète pour Arthur. Elle était tellement heureuse d'apprendre qu'il était en vie. Lancelot prend le pouvoir, traque les Chevaliers... Elle sait qu'il va tenter de le buter. Elle ne sait pas s'il s'est enfui, s'il s'est caché, s'il s'est fait tuer par Lancelot, s'il est mort de sa "maladie"...

C'est alors qu'elle se retourne et se retrouve face à lui.
Aucun des deux ne parles. Ils restent là à s'observer, regardant si l'autre a changé ou vieillit. Il trouve qu'elle a maigrit. Elle trouve que les cheveux longs lui vont bien. Les cheveux longs lui vont toujours. C'est comme ça qu'elle aime le voir.

Ça, pour moi, c'est impossible. Elle ne peut pas être impassible en le retrouvant. ^^ Impassible ? Impossible.

Mais bon, chacun imagine la suite à sa façon hein, j'donne juste mon point de vue ! ;)

Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Hey, la classe ! Bravo Shilow !

Croustillant
Hors ligne
Coco l'asticot a écrit :
Westminster a écrit :

Mélu, sort de ce corps ! :rolleyes:

Je crois pas que Mélu aurait écrit un texte romantique à propos de ces deux-là. :p

C'est très joliment écrit, y'a pas à dire. Bon, par contre, j'suis obligé de faire la même remarque que sur l'autre scénario :

Coco l'asticot a écrit :

Après, en tant que Tribunus Machin Truc, j'dois t'avouer qu'il y a pas mal de fautes, j'ai trouvé ça dommage. Ça freine un peu la lecture, pour un Grammar Nazi tel que moi. :p

^^"

Aïe, je comprends t'inquiète. Pourtant je tente de me relire le plus possible pour éviter ça =/

Coco l'asticot a écrit :

Ça se passe donc après la fin du Livre VI, on est d'accord ? Une fois Arthur de retour en Bretagne ?
C'est bien écrit, mais j'ai du mal à imaginer que leurs retrouvailles puissent se passer comme ça. Pour moi, Guenièvre est inquiète pour Arthur. Elle était tellement heureuse d'apprendre qu'il était en vie. Lancelot prend le pouvoir, traque les Chevaliers... Elle sait qu'il va tenter de le buter. Elle ne sait pas s'il s'est enfui, s'il s'est caché, s'il s'est fait tuer par Lancelot, s'il est mort de sa "maladie"...

C'est alors qu'elle se retourne et se retrouve face à lui.
Aucun des deux ne parles. Ils restent là à s'observer, regardant si l'autre a changé ou vieillit. Il trouve qu'elle a maigrit. Elle trouve que les cheveux longs lui vont bien. Les cheveux longs lui vont toujours. C'est comme ça qu'elle aime le voir.

Ça, pour moi, c'est impossible. Elle ne peut pas être impassible en le retrouvant. ^^ Impassible ? Impossible.

Mais bon, chacun imagine la suite à sa façon hein, j'donne juste mon point de vue ! ;)

^^ Pour moi, Guenièvre a déjà beaucoup pleurée pour Arthur avant. Je ne pensais pas que des effusions de joies soient nécessaires. Oui elle est heureuse, mais elle le garde pour elle. En plus je me dis qu'elle a "forcément" lu les mémoires d'Arthur et qu'elle est tombée sur le passage du mariage. Même si Arthur le lui avait dit, peut-être quand le lisant, ça a pris une autre tournure dans sa tête et que peut-être, Guenièvre c'est sentit autrement. Que ça lui à donner à réfléchir et du coup, à être autre qu'elle est d'habitude.

Merci pour tout vos commentaires =)

Chevalière à l'Happy Kulture
Hors ligne
Shilow a écrit :
Coco l'asticot a écrit :

C'est très joliment écrit, y'a pas à dire. Bon, par contre, j'suis obligé de faire la même remarque que sur l'autre scénario :

Coco l'asticot a écrit :

Après, en tant que Tribunus Machin Truc, j'dois t'avouer qu'il y a pas mal de fautes, j'ai trouvé ça dommage. Ça freine un peu la lecture, pour un Grammar Nazi tel que moi. :p

^^"

Aïe, je comprends t'inquiète. Pourtant je tente de me relire le plus possible pour éviter ça =/

Si tu veux, avant de poster tes scénarios, je peux me les envoyer en MP, je te le relis, je corrige et je te le renvoie.  On le fait déjà avec Tatie et Coco (quand il est pas à la bourre dans ses devoirs !) pour les scénarios à plusieurs mains.  Je peux le faire pour toi.  Ca ne me dérange pas et comme ça, Coco sera content. :-)

Après, c'est toi qui vois... :-)

Croustillant
Hors ligne

C'est vrai? C'est gentil ça :hug:
Je veux bien, ce serait cool :)
Merci

Chevalière à l'Happy Kulture
Hors ligne

Bien sûr que c'est vrai !
Sauf si tu ponds trois scénar' par jour...  Mais si tu restes raisonnable dans ta production, y a pas de soucis ! :)

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
Shilow a écrit :
Coco l'asticot a écrit :
Westminster a écrit :

Mélu, sort de ce corps ! :rolleyes:

Je crois pas que Mélu aurait écrit un texte romantique à propos de ces deux-là. :p

C'est très joliment écrit, y'a pas à dire. Bon, par contre, j'suis obligé de faire la même remarque que sur l'autre scénario :

Coco l'asticot a écrit :

Après, en tant que Tribunus Machin Truc, j'dois t'avouer qu'il y a pas mal de fautes, j'ai trouvé ça dommage. Ça freine un peu la lecture, pour un Grammar Nazi tel que moi. :p

^^"

Aïe, je comprends t'inquiète. Pourtant je tente de me relire le plus possible pour éviter ça =/

Ah. Là c'est autre chose. Si l'effort de relecture a été fait, j'vais pas être relou outre mesure ! ;)
Mais merci GinAA, ça m'fera quand même plaisir de lire les jolis textes de Shilow sans ces quelques vilaines coquilles. :p

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB