Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui habite pas à six heures de marche avec un autre mec !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Et maintenant, le deuxième sketch imaginé cette nuit, attention il n'est pas très drôle...


Romance

3 CORS

1. INT. CHAMBRE DE LÉODAGAN ET SÉLI - NUIT
Léodagan et Séli discutent au lit.

Séli
Alors ? Vous avez encore pu rouler votre pignouf de gendre ?
Léodagan
Trois cents pièces d'or, et il n'a rien remarqué !
Séli
Vous savez quoi ? Je suis fière de vous !
Léodagan
esquisse un sourire
Séli
Ah non mais souriez pas ! Est-ce que je souris, moi ?
Léodagan
C'est quand même pas courant d'entendre des compliments de votre part.
Séli
Ben là c'est mérité ! Vous savez, depuis des années qu'on est mariés, je dois admettre qu'on forme un couple harmonieux.
Léodagan
Ah bon ? Mais on s'engueule toujours !
Séli
Justement, on a des points commun !
Léodagan
Mouais...
Séli
Je vais même vous dire : j'ai dû essayer de vous faire empoisonner trois ou quatre fois...
Léodagan
Hein ?
Séli
... eh ben je crois que je vous aurais regretté.
Léodagan
Y'a pas à dire, vous avez une drôle de façon d'exprimer votre amour !

OUVERTURE

2. SUR LES QUAIS - MATIN

Bohort s'apprête à monter sur un navire. Berlewen est venue lui dire au-revoir.

Bohort
Et si, pour une fois, vous m'accommpagniez, ma mie ?
Berlewen
Vous savez bien, cher époux, que le handicap dont les dieux m'ont affligée est - hélas - incurable ! Je ne saurais monter sur un navire sans succomber de maladie.
Bohort
Alors si, pour une fois, je renonçais à la quête du Graal et restais auprès de vous jusqu'à la fin de nos jours ?
Berlewen
Il en est hors de question, mon ami ! Votre destinée est d'assister le roi Arthur dans sa noble quête.
Bohort
Mais que de souffrances cela nous coûte !
Berlewen
Je ne souffre pas car je vous sais fidèle.
Bohort
En effet, je vous ai juré de ne regarder aucune autre femme que vous.
Berlewen
Pas même la reine ? On la dit fort belle.
Bohort
Pas même la reine !
Berlewen
Quant à moi, je ne pense qu'à vous ! Et la longue attente que le destin va m'imposer décuplera ma joie de vous revoir lors de votre prochain retour.
Bohort
Adieu, ma tendre épouse !
Berlewen
Adieu mon beau guerrier !

3. EXT. CHEMIN EN FORÈT - APRÈS-MIDI
C'est le printemps, le soleil brille, les oiseaux chantent. Lancelot accompagne Guenièvre pour une promenade dans les bois. Guenièvre boude.

Guenièvre (déçue)
Ça faisait une semaine qu'on avait décidé de se promener aujourd'hui ! Mince, c'est pas comme si on le faisait tout le temps !
Lancelot (doux)
Hélas, le roi ne fait pas attention à vous.
Guenièvre
Et là, sous je ne sais quel prétexte : « désolé, je ne peux pas venir, je vais voir si un chevalier peut me remplacer ». Mais c'est avec mon mari que je veux me promener ! Ah, il m'a bien fait comprendre que j'étais pour lui une corvée.
Lancelot
Je suis désolé de vous imposer ma présence.
Guenièvre
Oh, mais avec vous j'aime bien ! En plus, il paraît que vous vous êtes porté volontaire, c'est plutôt flatteur. N'empêche, vous avez sûrement autre chose à faire et là, pour le coup, je sais bien que je suis une corvée.
Lancelot
Pas du tout ! J'apprécie beaucoup votre compagnie. Vous savez, j'aspire à être votre confident.
Guenièvre
Mon confident ? C'est vrai que je ne peux pas compter sur mon mari, ni sur ma famille...
Lancelot
Si vous voulez, je serai pour vous comme un frère.
Guenièvre
J'ai déjà Yvain.
Lancelot (vexé)
Comme un grand frère.
Guenièvre
Ah oui... Alors est-ce que je peux vous confier une chose qui me tourmente depuis longtemps ?
Lancelot
Bien sûr. Et j'espère pouvoir vous réconforter.
Guenièvre
Mais il ne faudra en parler à personne !
Lancelot
Tout ce que vous me direz restera entre nous.
Guenièvre
Alors voilà... Mon mari est odieux avec moi. Non seulement il ne m'aime pas, mais en plus il me rabaisse et me culpabilise. Chaque jour il trouve une occasion pour ça. Il ne fait jamais le moindre effort. Même pas une petite promenade dans les bois.
Lancelot
Que vous devez être malheureuse !
Guenièvre
Eh bien vous savez quoi ? Pourtant je l'aime. Je ne sais pas pourquoi, peut-être simplement parce que je suis son épouse et que je dois prendre soin de lui, mais je l'aime.
Lancelot (surpris)
C'est assez... déconcertant.
Guenièvre
Comment expliqueriez-vous ça ?
Lancelot
C'est parce que vous êtes une femme pleine de noblesse, dame Guenièvre. Le roi n'a pas conscience de la chance qu'il a de vous avoir à ses côtés. Vous l'aimez malgré les humiliations : vous êtes une femme de coeur. Il n'y en a pas deux comme vous.
Guenièvre (retrouvant le sourire)
C'est très gentil à vous. Votre présence me réconforte vraiment. Comme vous dites, vous êtes comme un frère.
Lancelot
Moi aussi, dame Guenièvre, j'ai un secret à vous confier.
Guenièvre (souriante)
Ah bon ?
Lancelot
Dame Guenièvre, je vous...
Guenièvre
Oui ?
Lancelot
Excusez-moi, c'est une chose difficile à avouer.
Guenièvre
À avouer ? C'est une confession ?
Lancelot
Oui. Mais cela vous concerne et je dois tout vous dire.
Guenièvre
Alors dites !
Lancelot
Je vous ai... (reprenant son souffle) Je vous ai...
Guenièvre
Vous me quoi ?
Lancelot
Désolé, je n'y arrive pas.
Guenièvre
Et si je ferme les yeux ?
Lancelot
Dame Guenièvre, je vous ai... (renonçant) je vous ai comprise.

4. EXT. ARBRE MILLÉNAIRE - APRÈS-MIDI
Arthur rejoint Tegeirian, assise sur le banc au pied de l'arbre millénaire.

Tegeirian
Je suis désolée, j'arrive à l'improviste.
Arthur (souriant)
Pas de problème, j'ai pu me libérer. J'ai trouvé un collègue pour faire à ma place la corvée du jour.

Arthur s'assoit sur le banc à côté de Teigerian. Durant le reste de la scène, ils ne disent rien. Ils se prennent la main, puis Tegeirian pose sa tête sur l'épaule d'Arthur qui lui caresse les cheveux. Ils écoutent les oiseaux et regardent les fleurs. Arthur finit par oser l'embrasser, mais juste sur la joue pour commencer, ce qui la fait rire.

5. EXT. PIED DES REMPARTS SUD AU BORD DE LA RIVIÈRE - APRÈS-MIDI
Perceval et Angharad viennent de se promener et s'assoient au bord de la rivière qui borde le rempart sud de Kaamelott.

Angharad
Ah, cette promenade m'a fait du bien !
Perceval
Eh ouais, ça dérouille les jambes !
Angharad
J'ai pu réfléchir, faire le point.
Perceval
Vous arrivez à réfléchir en marchant ? Je sais pas comment vous faites !
Angharad (avec transport)
Seigneur Perceval, vous n'êtes pas sans savoir que l'affection que je vous porte est sincère et profonde !
Perceval (voulant éviter d'utiliser sa botte secrète)
Heu... ouais...
Angharad (avec transport)
Mais, comment dire...votre pudeur excessive - attention, je ne la critique pas, c'est un trait de caractère qui contribue à votre charme - mais votre pudeur excessive est un handicap dans l'avancement de notre idylle. Parfois il faut oser dire les choses brutalement, mais vous n'osez pas.
Perceval (perdu)
C'est pas faux.
Angharad (avec transport)
Ah, vous le reconnaissez ! Voyez-vous, il y a des usages. Ce n'est pas à la soupirante de faire sa demande, mais au soupirant. Comprenez-vous mes intentions ? (sur un ton trivial et agacé) Sinon il faut me le dire !
Perceval
Nan, c'est vrai, j'ai pas tout compris. Excusez-moi, hein... Mais je dois être honnête avec vous.
Angharad (avec transport)
Et c'est tout à votre honneur. Ce que je cherche à vous dire, c'est que c'est à vous de faire la demande, pas à moi. Vous comprenez ?
Perceval (perdu mais voulant éviter la botte secrète)
Heu... ouais, en gros.
Angharad (avec transport)
Alors forcez votre nature !
Perceval (cherchant à comprendre)
Il faut que je fasse la demande ?
Angharad (avec transport)
Loin de moi l'idée de vous obliger, mais... (sur un ton trivial et agacé) sinon on s'en sortira jamais !
Perceval (toujours perdu)
Mais ce que vous me demandez, ça peut pas attendre ?
Angharad (pas sûre de comprendre)
Comment ça ?
Perceval
Cette semaine, j'ai plein de trucs à faire, la semaine d'après je rentre aux pays de Galles voir mes vieux, donc pas avant trois semaines.
Angharad (rassurée)
Trois semaines, mais c'est très bien ! C'est même plutôt rapide : quand vous forcez votre nature, vous ne vous retenez pas ! Et c'est une bonne idée de partir annoncer la nouvelle à votre famille.
Perceval
Nan mais pour tout vous dire, j'ai pas bien compris le topo. Comme ça, ça me donnera le temps de me renseigner, je demanderai au roi.
Angharad
Oui, il vous donnera des tuyaux ! Donc dans trois semaines ?
Perceval (qui n'a toujours rien compris)
Heu... oui, dans trois semaines.
Angharad (avec transport)
Ah, seigneur Perceval, ce sera le plus beau jour de ma vie !

Angharad se penche vers Perceval pour l'embrasser.

FERMETURE

6. EXT. EN HAUT DES REMPARTS SUD - APRÈS-MIDI

Mehben et Jay sont penchés sur les remparts et regardent en direction de la rivière. (Jay est le fils de Kay, il a le même âge que Mehben.)

Mehben
Regarde ! Il y a Angharad qui embrasse tonton Perceval !
Jay
Berk ! Et puis c'est pas ton tonton !
Mehben
C'est le meilleur copain de papa et il est rigolo. Han, regarde-les ! Ha ha ! La tête qu'il fait !
Jay
C'est dégoûtant ! Moi, quand j'serai grand, j'embrasserai jamais ma femme !
Mehben
Dis, et si je t'embrassais, pour voir ! (Sans attendre de réponse, elle lui fait un bisou sur la joue.)
Jay
Hé ho mais t'es pas bien !
Mehben
Ha ha ! La tête que tu fais !

NOIR

Jay
Heu... Moi aussi je peux t'embrasser ?


Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Ma préférée c'est la romance de Séli, sans conteste et le dialogue entre Perceval et Angharad :lol: je crois bien qu'il aurait mérité un développement :D
J'suis un peu triste pour Lancelot en revanche.

Comme d'hab', tu pourrais ne pas préciser les noms des persos qu'on les reconnaitrait sans problème. Tu maitrises :)

Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Bravo !! Comme toujours, le ton est juste. :)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB