Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui compte la demi-passe !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ce sketch est une adaptation abrégée d'une histoire drôle.


Le mystère du cri mystérieux

1. INT. COULOIRS - NUIT
Perceval frappe à la porte d'Arthur. Il porte des vêtements de voyage plein de poussières.

Perceval
Sire ! Sire !

La porte s'ouvre.

Arthur
Perceval ? Mais... ça fait plus d'un mois qu'on vous cherche partout !
Perceval
Sire, vous allez être fier ! J'ai réussi une quête ! Une vraie, avec du danger, du mystère, une énigme, tout ça !
Arthur
Mais... ça pouvait pas attendre demain !
Perceval
Nan mais Sire, c'est la première fois ! C'est pas des conneries ! Vous avez deux minutes, que je vous la raconte ?
Arthur
Deux minutes ? Je vois ce que c'est, encore une quête à la con !
Perceval
Je vous jure, Sire, c'est une vraie quête, digne de la légende, tout ça !
Arthur
Et vous allez l'expédier en deux minutes, ben voyons !
Perceval
Nan mais deux minutes, c'est une expression, c'est pour dire que ça va me prendre toute la nuit.
Arthur
Toute la nuit !
Perceval
Avec tout ce que j'ai à raconter, ça devrait tenir la nuit.
Arthur
Mais on ne réveille pas son roi au milieu de la nuit pour ça. Pourquoi croyez-vous qu'on se réunit à la Table ronde ?
Perceval
Vous préférez que j'attende demain, alors ?
Arthur
Et puis vos collègues seront là pour l'écouter, votre super quête. Vous ne préférez pas la raconter devant tout le monde ?
Perceval
À vrai dire je pensais les voir un par un.
Arthur
Si elle est si longue à raconter, vous allez y passer la semaine !
Perceval
Ah ouais, merde, j'avais pas pensé à ça.

2. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - JOUR

Le roi Arthur préside la réunion de la Table Ronde où ont pris place les seigneurs Bohort, Lancelot, Galessin, Hervé, Calogrenant, Karadoc et Perceval. Le père Blaise est à son pupitre.

Arthur
Aujourd'hui, nous allons écouter le compte-rendu de la quête du seigneur Perceval.
Perceval (tout fier)
Et c'est une vraie quête, cette fois ! Avec du mystère, tout ça.
Galessin (ironique)
Donc des vieux...
Perceval
Attendez, racontez pas la fin !
Galessin (ironique)
Tiens !
Arthur
Mais attendez un peu ! Le seigneur Perceval a disparu plus d'un mois et m'a assuré que cette quête n'avait rien à voir avec les précédentes.
Père Blaise
Ah, ça, j'espère bien, parce que j'aime autant vous dire que c'est sa dernière chance.
Perceval
Nan mais j'ai compris. Les autres, elles étaient merdiques, il se passait rien, on voyait jamais personne...
Léodagan (ironique)
À part des vieux.
Perceval
Mais là il y a de l'action. Pas un jour sans que j'ai un truc à raconter !
Lancelot
Faut admettre que ça part bien. De l'action tous les jours pendant plus d'un mois...
Perceval (fier)
Alors je peux commencer ?
Père Blaise
D'abord il faudrait un titre. La quête de... ou du...
Perceval
Ah ouais, j'y ai pensé ! C'est la quête du mystère du cri mystérieux.
Père Blaise
Mouais. Il y a deux fois le mot « mystère »...
Perceval
C'est pas ma faute : il y avait un cri mystérieux, et j'ai résolu le mystère du cri mystérieux, donc ça fait (fièrement) le mystère du cri mystérieux.
Arthur
Vous avez résolu ce mystère ?
Perceval
Ben ouais !
Arthur
Bien, donc on va laisser le titre comme ça pour le moment, et nous vous écoutons.
Perceval
L'autre jour, j'étais à la taverne avec le seigneur Karadoc. (Se tournant vers Karadoc) Vous vous souvenez ?
Karadoc (riant aux éclats)
Ah ouais, c'est quand on avait fait des concours de barbichette !
Galessin
De barbichette ?
Karadoc
Ouais, c'est un jeu que m'a appris ma fille : on se tient le menton et on chante « Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette ».
Arthur
Mais qu'est-ce qu'on s'en fout ? Abrégez l'introduction et parlez-nous plutôt du mystère.
Perceval
Nan mais c'était pour vous mettre dans l'ambiance !
Arthur
L'ambiance, ce sera pour l'action !
Léodagan
Des concours de barbichette ! Ah, elle est belle la légende !
Arthur
Qu'est-ce qu'y s'est passé dans la taverne ?
Perceval
Ben, rien.
Arthur
Comment ça, rien ? Je croyais que votre quête commençait dans la taverne ?
Perceval
Ah ouais ! J'avais oublié... Il y a un type mystérieux, genre étranger, qui nous a abordé.
Galessin
Encore un vieux...
Perceval
Nan, pas spécialement. Il nous a dit... « Nobles chevaliers »... Après je me souviens plus. Mais en gros, il venait d'un patelin où les gens entendent chaque nuit un cri mystérieux. Et personne sait d'où ça vient.
Karadoc
Il nous a demandé si on connaissait des chevaliers pour aller voir ça, du coup on s'est proposés !
Perceval
Mais le seigneur Karadoc a pas pu venir. Pourquoi, au fait ?
Karadoc
Ce con ne voulait pas attendre le lendemain ! Soi disant qu'il devait rentrer chez lui le plus vite possible. Désolé, mais quand je pars en voyage, je prépare un ravitaillement en conséquence, je fais pas ça dans la précipitation.
Perceval
Et on avait besoin de partir avec lui, sinon c'était un coup à se tromper de chemin.
Arthur
Ah, c'est vrai que votre sens de l'orientation...
Karadoc
C'est quand même pas notre genre de se perdre !
Perceval
Nan mais imaginez qu'un sorcier ait jeté un sort pour brouiller !
Karadoc
Ah ouais, d'ailleurs on a déjà eu le coup.
Léodagan (ironique)
Ou alors vous vous étiez vraiment perdu...
Perceval
Nan mais ça peut arriver à tout le monde.
Arthur
Bref, vous avez suivi l'étranger. C'est bien ça ?
Perceval
Voilà.
Père Blaise
Oui, revenons à la quête, parce que là on parle, on parle, mais pour l'instant il s'est pas passé grand chose.
Perceval
Nan mais vous inquiétez pas, l'action, ça va venir, et vous serez pas déçu !
Arthur
Alors poursuivez. Vous avez suivi le type jusque chez lui ?
Perceval
Ouais, jusqu'à son village. Des jours de voyage. À la fin j'en avais ma claque ! Je sentais plus mes fesses à force de rester assis sur le cheval.
Calogrenant
Mais il est où, ce village ?
Perceval
Ben j'en sais rien !
Lancelot
Vous avez bien une idée ?
Perceval
Non.
Arthur
Je sais bien que vous avez du mal avec les points cardinaux, mais vous devez bien savoir quelle direction vous avez prise, en gros.
Perceval
Ben, droit devant.
Bohort
Vous aviez le soleil devant vous ou derrière vous ?
Perceval
Ah mais il y avait pas de soleil, il a fait gris tout du long !
Lancelot
Et vous avez mis combien de jours ?
Perceval
Alors là, je peux pas vous dire, c'était tellement long que je les ai pas comptés.
Arthur
Ah non mais c'est pas vrai, ça ! Donc vous étiez quelque part en Bretagne, mais on pourra jamais savoir ?
Perceval
Mais pour quoi faire, Sire, puisque j'ai résolu le mystère ?
Père Blaise
Pour alimenter la légende !
Perceval
Si ça peut vous aider, je peux vous dire qu'à un moment, on a pris le bateau.
Lancelot
Ah, donc vous êtes allés en Gaule !
Calogrenant
Ou en Irlande.
Galessin
Ou en Orcanie.
Arthur
La traversée était longue ?
Perceval
J'en sais rien, je pionçais. Attendez, après des jours à cheval, j'avais bien droit à un peu de repos !
Lancelot
Ça se trouve, ils ont juste franchi un fleuve, ou un estuaire.
Bohort
Voyait-on la rive de l'autre côté ?
Perceval
Avec tout le brouillard, non.
Arthur
Bon, donc ça peut être aussi bien en Bretagne, en Irlande, en Gaule, peut-être même dans le nord de la Germanie vu le temps passé.
Léodagan
Ou chez les Vikings : il a peut-être roupillé pendant plusieurs jours. Il y avait des montagnes ?
Perceval
Non, juste des collines.
Léodagan
Pas chez les Vikings.
Bohort
Comment était le climat ?
Perceval
Il a fait gris tout le temps.
Arthur
Ça, ça ne change rien aux possibilités...

3. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - JOUR

La réunion se poursuit.

Perceval
Donc, j'arrive au village. Est-ce que je dois le décrire ?
Arthur
Oui, allez-y.
Père Blaise
De toute façon j'écoute d'abord, j'écris ensuite.
Perceval
Eh ben, c'était un village... comment dire...
Arthur
Ancien ?
Calogrenant
Pittoresque ?
Bohort
Joli ?
Perceval
Merdique ! Voilà : c'était un village merdique : tout petit, avec de vieilles maisons collées les unes contre les autres, et personne dehors. Et même pas une taverne. Heureusement il y en avait une dans le village voisin. Ah oui, parce qu'en fait, le village, c'était deux village, un de chaque côté de la rivière.
Arthur
Ou peut-être un seul village, mais avec la rivière au milieu.
Perceval
Ah ouais, c'est pour ça que les gens disaient toujours « le village ».
Arthur
Ensuite ?
Perceval
Alors là, vous allez pas être déçu ! Donc je me suis installé dans la taverne de l'autre village. Ou du même village, mais de l'autre côté de la rivière.
Père Blaise
Trop tard, j'ai écrit qu'il y avait deux villages.
Léodagan
Et l'action, ça commence quand ? Parce que là je vous signale qu'on devrait avoir terminé la réunion depuis longtemps !
Perceval
Ça a commencé dès la première nuit. J'étais peinard dans ma chambre... au fait, il faut que je décrive aussi la chambre ?
Père Blaise
Pas la peine !
Perceval
Parce que ce que j'ai oublié de vous dire, c'est qu'en fait il y avait deux chambres, une avec un lit et une avec une sorte de bassine pleine d'eau.
Arthur
Une chambre et une salle d'ablutions. Continuez.
Perceval
Je dormais normalement, et là je peux pas trop vous décrire comment je dormais, vu que j'étais endormi, et soudain je suis réveillé par un cri. Mais un cri ! Un cri atroce ! Comme si on égorgeait... je sais pas. J'avais jamais entendu un cri pareil.
Bohort (effrayé)
Mais c'est terrible !
Perceval
C'était le cri dont parlait l'étranger. Enfin, pas l'étranger, vu que là j'étais dans son village donc c'était devenu moi l'étranger.
Arthur
Nan mais c'est bon, on a compris.
Perceval
Donc, le lendemain, je décide d'aller voir ce que c'est. J'avais entendu que le cri venait de la petite colline, donc je pars vers la petite colline.
Bohort (effrayé)
Mais... c'est de là d'où venait le cri, justement ! Était-ce bien prudent ?
Arthur (à Perceval)
Ne l'écoutez pas, poursuivez.
Perceval
Donc je m'avance vers la petite colline, sauf que là, il y avait une haie de ronces. Alors je me dis : merde, pas moyen de passer. Tant pis. Alors je suis retourné à la taverne.
Arthur
Me dites pas que vous n'avez pas essayé de contourner la haie !
Perceval
Si, mais le lendemain.
Arthur
Ah !
Perceval
Mais attendez, ça va devenir... je sais plus comment on dit. Je reprends où j'en étais : donc je me couche, et la nuit, j'entends encore le cri mystérieux. Mais un cri ! Un cri atroce ! Comme si on égorgeait... je sais toujours pas.
Bohort (effrayé)
Mais c'est terrible !
Perceval
Donc le lendemain, je me dis : cette fois il faut pas reculer ! Alors je m'avance vers la petite colline, je tombe sur la haie de ronce, et cette fois je la contourne.
Les chevaliers (soulagés)
Aaah !
Perceval
Ensuite je monte sur la colline, je redescend de l'autre côté, sauf que là, je suis barré par un précipice. Pas moyen de le franchir !
Arthur
Ah non !
Lancelot
Vous n'aviez pas de cordes sur vous ?
Perceval
Ben non, le premier soir j'étais parti un peu à l'improviste, pas le temps de préparer mon barda.
Arthur
Alors vous êtes rentré à la taverne ?
Perceval
Ben ouais, j'avais pas le choix. Ensuite je me suis couché. Mais en plein milieu de la nuit, j'ai été réveillé par un cri...
Arthur
Ouais, le cri mystérieux, on a compris.
Bohort (effrayé)
Mais c'est terrible !
Léodagan (à Bohort)
Oh, ça va ! Vous y étiez pas, que je sache !
Perceval
Le lendemain, j'ai eu une idée.
Arthur
Vous avez acheté des cordes ?
Perceval
Wahou, comment vous avez deviné ?
Lancelot
Il faut reconnaître : excellente initiative.
Perceval
Bon, j'ai dû revendre mon cheval pour avoir un peu de pognon, mais pour ce qu'il me servait.
Arthur
Quand vous avez franchi la colline, c'était à pieds ?
Perceval
Ben au début je savais pas que ça me ménerait si loin.
Arthur
Donc vous êtes reparti...
Perceval
Voilà : je suis allé vers la colline, je suis tombé pied à pied avec la haie de ronces, mais là je me suis pas démonté : je l'ai contournée. Ensuite j'ai grimpé sur la petite colline, puis je suis descendu, et je suis arrivé au précipice.
Lancelot
Et cette fois, vous avez pu le franchi grâce à vos cordes...
Perceval
Heu... en fait non, j'avais oublié de les prendre.
Les chevaliers
Oh non !
Perceval
Nan mais ça peut arriver à tout le monde !
Arthur
Mouais... surtout à vous.
Perceval
Donc je suis rentré à la taverne et je me suis recouché.
Bohort
J'espère cette fois qu'il n'y a plus eu ce cri effroyable.
Perceval
Ah ben si, comme toutes les nuits.
Calogrenant (à Bohort)
Puisqu'on vous dit que c'est ça, le mystère.
Perceval
Donc le lendemain, je suis reparti vers la petite colline.
Lancelot
Avec vos cordes ?
Perceval
Ah ouais ! J'y pensais plus...
Arthur
Donc vous refaites le chemin...
Perceval
Ouais : je vais vers la colline, là je tombe en plein sur une haie de ronces. Pas moyen de la traverser ! Du coup, comme je suis astucieux, je la contourne. Ensuite ça grimpe et je me retrouve en haut de colline, et je la redescend. Mais il y avait un précipice. Sauf que j'avais mes cordes. Alors j'en attache une à un rocher et je descends dans le fond du précipice. Ensuite, d'en bas, je fais un noeud coulant et je jette l'autre corde en l'air jusqu'à ce qu'elle agrippe une branche. Et je regrimpe comme ça. Je vous dis pas la galère ! Mais j'arrive à remonter de l'autre côté.
Les chevaliers (soulagés)
Aah !
Perceval
Alors de l'autre côté du précipice, il y avait une grande étendue de sable à perdre la vue, comme chez les sauvages, là, le Sahara...
Lancelot
Un désert, en Bretagne ?
Léodagan
En Bretagne, en Bretagne... Moi ça m'étonnerait qu'à moitié qu'il ait franchi la Méditerranée sans s'en rendre compte.
Perceval
J'allais quand même pas franchir un désert ! Du coup je suis rentré à la taverne.
Les chevaliers sauf Bohort
Oh non !
Bohort
Finalement, ça vaut peut-être mieux d'avoir renoncé. Qui sait quels terribles dangers se cachaient de l'autre côté de ce lugubre désert ?
Perceval
Ah nan mais j'ai pas renoncé ! Je suis rentré à la taverne, d'accord, seulement la nuit, j'ai été réveillé par un cri ! Atroce !
Père Blaise
Oui, le cri mystérieux, OK.
Perceval
Donc le lendemain, je me dis : allez, courage, c'est pas un désert qui va arrêter un chevalier de la Table... c'est comment déjà ?
Arthur (agacé)
la Table ronde.
Perceval
Voilà. Donc je pars en direction de la colline. Sauf qu'à un moment donné, il y a une haie de ronces. Alors je la contourne. Puis je monte sur le sommet de la colline et je redescends de l'autre côté. Mais là, paf ! un précipice.
Galessin
Donc vous utilisez vos cordes.
Perceval
Ben non, je les avais oubliées !
Arthur
Quoi ! Mais c'est pas vrai !
Léodagan
Plus d'un mois qu'il avait disparu, je comprends mieux...

4. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - FIN D'APRÈS-MIDI

La réunion se poursuit. On a allumé quelques bougies.

Perceval
Bref, je repars à l'aventure !
Léodagan
Sans oublier vos cordes.
Perceval
Ah ouais, les cordes, j'y fais jamais gaffe.
Père Blaise
Donc vous arrivez devant le désert.
Perceval
Non non !
Arthur
Ah bon, il n'y a plus de désert ?
Perceval
D'abord je suis parti en direction de la petite colline. Ensuite je suis arrivé à une haie de ronces, mais je l'ai contournée. Puis j'ai grimpé sur la colline, ensuite je suis redescendu de l'autre côté. Et là, boum ! un précipice ! Heureusement j'avais deux cordes. Alors...
Arthur
On abrège, vous avez donc franchi le précipice.
Perceval
Ouais mais je vous dis pas la galère ! D'ailleurs je peux vous décrire...
Arthur
Nan mais on a compris, c'est bon ! Donc, le désert. Il y est toujours, n'est-ce pas ?
Perceval
Voilà : une grande étendue de sable jusqu'à l'horizontale. Pas moyen de le franchir. Du coup...
Père Blaise
Hé ! Vous aviez dit que cette fois, vous iriez jusqu'au bout !
Perceval
Ah mais oui, je me trompe de jour, moi ! Ouais, je m'étais dit : allez, cette fois on s'arrête pas, on franchit le désert. Alors j'ai marché des heures et j'ai franchi le désert.
Bohort
Quelle terrible épreuve !
Arthur (à Bohort)
Pas de commentaire.
Perceval
Et donc là j'arrive au pied d'une montagne.
Léodagan
Je croyais qu'il n'y avait pas de montagnes, dans la région.
Perceval
Tout à l'heure, je parlais du village : il n'y a pas de montagne autour du village.
Léodagan (à Arthur)
Du coup ça peut aussi bien se passer en Norvège, son histoire.
Arthur
Sauf le désert de sable...
Perceval
De toute façon, je dis une montagne, c'est parce que c'est l'impression que ça m'a fait sur le coup, mais en fait c'était plutôt une colline rocheuse.
Arthur
Ah... Mais poursuivez, Perceval.
Perceval
Ben il y a rien à poursuivre : j'arrive au pied de la montagne, enfin, la colline rocheuse, et j'ai pas de matériel d'escalade, donc je rentre.
Lancelot
Je devine la suite : vous en avez acheté au village.
Perceval
Ben ouais, je suis pas débile.
Arthur
Mais personne ne dit ça, au contraire.
Perceval
Donc je rentre au village, puis je vais me coucher à la taverne. Et là, vous devinerez jamais ce qui m'arrive.
Calogrenant
Ben, vous êtes réveillé par un cri atroce, comme les autres nuits.
Perceval
Tout juste ! Un cri terrifiant ! Non : horrifiant ! Ah non, terrifiant.
Bohort
Heureusement cela a lieu dans un pays loitain.
Léodagan
Pas sûr !
Perceval
Donc le lendemain, je repars.
Lancelot
Sans oublier vos cordes et votre matériel d'escalade.
Perceval
Ah ouais, les cordes, je les oublie toujours. Donc je me dirige vers la colline, je contourne la haie de ronces... ensuite je franchis le précipice à l'aide des deux cordes.
Père Blaise
Voilà, vous résumez rapidement, de toute façon on a compris.
Perceval
Nan mais en fait c'est parce que j'y suis réellement allé plus vite. La farce de l'habitude !
Arthur
Donc la colline rocheuse.
Perceval
Ah non, j'ai d'abord dû traverser le désert de sable. C'est seulement après des heures de marche que je suis arrivé devant la colline rocheuse. Et là, paf !
Léodagan
Quoi encore ?
Perceval
Je m'aperçois que j'ai oublié mon matériel d'escalade.
Lancelot (très agacé)
Mais je vous l'ai rappelé !
Perceval
Ouais mais vous allez voir, en fait c'était pas important. Figurez-vous qu'il y avait une porte camouflée dans la pierre.
Arthur
Donc pas besoin d'escalader la colline rocheuse ?
Perceval
Voilà.
Les chevaliers (soulagés)
Ah !
Bohort
J'aime autant. Escalader une montagne est un exercice périlleux.
Les chevaliers (à Bohort)
Pas de commentaire !
Perceval
Donc je vois une porte bien cachée au milieu de la roche. Alors je toque. Et là, la porte s'ouvre en faisant un grincement épouvantable...
Les chevaliers
(Se retournent vers Bohort d'un air menaçant.)
Perceval
Et là, il y a un nain qui sort. Un tout petit nain, pas plus haut qu'un escabeau.
Galessin
Pas plus haut qu'un escabeau ?
Perceval
Ben oui.
Galessin
Mais c'est haut, un escabeau !
Perceval
Oui, mais un nain, c'est pas plus haut qu'un escabeau, c'est bien ce que je dis !
Arthur (agacé)
On s'en fout, poursuivez.
Perceval
Le nain me dit : « le Maître n'est pas là, revenez demain. »
Les chevaliers
Et merde !
Perceval
Donc je suis retourné au village. À la taverne ils m'ont donné des machins qu'on met dans les oreilles et la nuit, j'ai pas entendu le cri.
Bohort
À la bonne heure !
Arthur (pas rassuré)
Mais vous êtes reparti quand même le lendemain ?
Perceval
Mais oui, vous bilez pas !
Arthur
Ouf !
Perceval
Donc, le lendemain, je repars en direction de la petite colline. Arrivé devant la haie de ronces, je la contourne. Ensuite je monte, puis je redescends de l'autre côté, et là, le précipice. Mais j'avais oublié mes cordes.
Lancelot
Quoi ? Mais vous le faites exprès !
Perceval
C'est pas ma faute, ça peut arriver à tout le monde !
Calogrenant
Et c'est reparti...
Bohort
C'est un signe du destin : les dieux ne voulaient pas que vous alliez affronter je ne sais quelle créature dégénérée...
Perceval
C'est pas grave, j'y suis retourné le lendemain. Parce que j'aime autant vous dire que la nuit suivante n'a pas été de tout repos : en effet, figurez-vous que j'ai été réveillé...
Les chevaliers
Par un cri atroce.
Perceval
Voilà !
Père Blaise
Le fameux cri mystérieux...
Perceval
Et pour ce qui est du mystère, admettez que je me fous pas de vous !
Léodagan
Ça, faut admettre qu'il nous tient bien en haleine... Donc vous repartez ?
Perceval
Comme la veille, je me dis : allez, cette fois il faut aller au bout ! Donc je marche vers la colline, je tombe sur une haie de ronces, et là, je me dis : tiens, et si je la contournais ? Et je la contourne. Ensuite je grimpe sur la colline puis je redescends de l'autre côté.
Lancelot
Les cordes ! Vous n'avez pas oublié les cordes ?
Perceval
Les cordes ? Ah ouais, j'ai encore failli... Nan mais pas ce jour là : en arrivant au précipice, j'ai utilisé mes cordes pour le franchir. Je vous dis pas la galère ! Donc j'arrive devant une grande étendue de sable. Là, je marche pendant des heures. Et j'atteins la montagne. Enfin, la colline rocheuse, parce qu'en fait c'était pas vraiment une montagne, c'est juste que la première fois, j'ai cru que c'en était une. Je sais pas s'il faut que je vous explique pourquoi ?
Arthur
Pas besoin ! Donc le nain.
Perceval
Ouais, enfin d'abord je trouve une porte camouflée entre les pierres, je toque, et là, un nain en sort. Mais un nain, genre tout petit, vous voyez. Encore plus petit qu'une armoire à glace. Ça vous va, seigneur Galessin ?
Galessin
Je ne dis plus rien.
Perceval
Donc le petit nain. Enfin, la personne de petite taille. Parce que je veux pas le vexer non plus.
Père Blaise
On va dire le nain, au moins tout le monde comprend.
Perceval
Le nain me dit : « Le Maître vous attendait hier. » Ben oui, comme j'avais oublié les cordes le jour d'avant, ça m'a décalé d'un jour. Enfin, à ce qu'il paraît.
Arthur
Mais il vous a quand même pas dit de revenir le lendemain ?
Perceval
Ben si : il m'attendait hier, du coup là, il était absent. Alors le nain m'a dit : « Revenez demain ». Donc je suis rentré au village.
Les chevaliers (effondrés)
(Les chevaliers se prennent la tête à deux mains.)
Perceval
Mais c'est quand même pas ma faute si le Maître s'est absenté, si ?

5. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - SOIR

La réunion se poursuit, en présence de Séli, debout à la porte.

Perceval
Et donc le lendemain je repars à l'aventure.
Léodagan
Et vous oubliez pas vos cordes, hein !
Perceval
Non non, vous inquiétez pas, cette fois j'y ai pensé.
Séli
Il faudrait aussi penser à vous magner, parce que l'heure du dîner a sonné et je rappelle que le cuisseau de chevreuil, ça refroidit vite.
Léodagan
Eh ben, apportez-le ici !
Père Blaise
Seigneur Léodagan, cette table est destinée à la légende et à la quête du Graal. On ne va quand même pas l'utiliser pour dîner !
Léodagan
Qu'est-ce que ça change ?
Bohort
Il n'en est pas question : si vous faites des taches, on ne pourra pas les récupérer !
Séli
Ou alors on met une nappe ?
Bohort
Là d'accord.
Arthur
Mais il y aura assez de bouffe pour tout le monde, ou c'est juste pour mon beau-père et moi ?
Séli
Si vous voulez, je peux faire faire un dîner pour toute l'équipe. Il y a assez de rab en cuisines.

6. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - SOIR

La réunion se poursuit. La Table ronde a été recouverte d'une nappe épaisse et tous les chevaliers mangent en écoutant les "exploits" de Perceval. Dans le dialogue qui suit, ne pas oublier qu'ils parlent souvent la bouche pleine.

Perceval
Donc je repars. Et j'oublie pas mes cordes et mon matériel d'escalade.
Lancelot
Le matériel d'escalade ? Je croyais qu'il était inutile.
Perceval
Oui, mais je l'ai pas oublié !
Arthur
Ah, donc c'est le jour décisif ?
Perceval
Exactement ! Enfin, si « décisif », ça veut dire ce que je crois...
Arthur
Non mais c'est pas grave, allez-y.
Perceval
Alors, je décide de partir en direction de là d'où venait le bruit.
Galessin
Oui, la colline, on sait.
Perceval
Nan mais c'est pour dire : je sais pas si c'était au nord ou au sud, mais c'était de là que venait le bruit qui m'avait réveillé la nuit précédente. Ah oui, parce que j'ai oublié un truc important.
Père Blaise
Oh non !
Perceval
La nuit précédente, je vous le donne en mille : j'ai été réveillé par un bruit atroce.
Les chevaliers
On le sait !
Perceval
Alors je peux reprendre où j'en étais ?
Les chevaliers
Oui !
Perceval
Donc je contourne la haie de ronces, je monte et je descends la colline, je franchis le précipice grâce à mes cordes - vous avez vu, maintenant je sais bien m'en servir ! - et je marche des heures et des heures dans le désert, jusqu'à ce que je tombe sur une colline rocheuse - vous avez vu, cette fois je l'ai pas confondue avec une montagne !
Calogrenant
Et vous toquez à la porte camouflée.
Perceval
Ouais, mais laissez-moi le raconter, c'est pas votre quête !
Karadoc
Et toc, remonte ton slibard, Gaspard !
Perceval
C'est pas Lothar ?
Arthur
Ah non, on change pas de sujet ! Donc, la porte !
Perceval
Ah oui, la porte s'ouvre en faisant un grincement épouvantable, et un nain en sort. Mais petit, le nain.
Galessin (ironique)
Plus petit que la porte d'entrée de Kaamelott ?
Perceval (approuvant)
Ouais, bien ! Et là, le nain me dit : « Venez, le Maître vous attend. »
Les chevaliers (soulagés)
Aaah !
Perceval
Alors je le suis à travers des couloirs souterrains creusés dans la roche. Je vous dis pas l'ambiance ! En plus il faisait noir commme dans un... comme dans un couloir souterrain.
Galessin
Sinon on dit comme dans un four...
Perceval
Ah non, il y avait pas de four, c'était juste un couloir souterrain.
Arthur
Bref !
Perceval
Le nain devait voir dans le noir, je sais pas comment il faisait. Mais moi j'étais venu sans torche, du coup pas moyen d'avancer plus loin, alors j'ai fait demi-tour (au moins, on voyait toujours la lumière du jour qui venait de l'entrée).
Lancelot
Et donc vous avez acheté des torches au village ?
Perceval
Ouais, je me suis dit que ça pouvait me rendre service.
Arthur
Et c'est reparti pour un tour : le lendemain...
Perceval
Ah non, d'abord il s'est passé un truc mystérieux pendant la nuit !
Arthur
Ah oui, j'oubliais. Donc la nuit...
Perceval
Et ben la nuit, j'ai été réveillé par un cri atroce !
Calogrenant
On sait, abrégez, il va bientôt faire nuit !
Léodagan
Il fait nuit.

Des domestiques viennent débarasser la table et retirent la nappe.

Perceval
Donc le lendemain, je me dis : il faut aller voir du côté de la colline - c'est de là que vient le cri mystérieux.
Les chevaliers
On sait !
Perceval
Sauf que j'étais tellement crevé que j'ai passé la journée à roupiller.
Les chevaliers
Ah non !
Perceval
Nan mais il y a pas à regretter : de toute façon le Maître s'était sûrement absenté puisque le rendez-vous, c'était le jour d'avant (celui où j'ai dû faire du rebrousse-chemin vu que j'avais pas de torches). Donc logiquement, autant pas partir.
Lancelot
Ça se tient. Mais le jour d'après, vous êtes reparti ?
Perceval
Ah oui ! Parce que - tenez-vous bien - j'ai été réveillé en plein milieu de la nuit...
Les chevaliers (en choeur)
par un cri atroce !
Perceval
Ah ben ouais, vous l'avez deviné vu que c'est toutes les nuits la même chose.
Arthur
Donc vous repartez et, après moultes péripéties, vous arrivez devant le couloir souterrain.
Lancelot
Et cette fois, vous avez des torches.
Perceval
Et aussi des cordes. Sans ça j'aurais pas pu franchir le précipice.
Arthur
C'est vrai.
Perceval
Et vous n'y aviez pas pensé, ah !
Père Blaise
Revenons à la quête !
Perceval
Oui, reprenons. Donc je me dirige vers la colline... (apercevant les regards impatients des autres chevaliers) enfin, comme d'habitude quoi. La porte s'ouvre... Au fait, je vous ai dit que c'était une porte camouflée dans la roche ? Nan parce que c'est important.
Les chevaliers (impatients)
Oui !
Perceval
Et là, il y a une sorte de nain qui sort. Mais un tout petit nain, hein.
Galessin
Haut comme trois pommes ?
Perceval (évaluant avec sa main)
Heu... non, disons six pommes.
Karadoc
Ça dépend de la variété : certaines pommes sont plus hautes.
Perceval
Hé, d'ailleurs ça pourrait permettre de savoir où j'étais.
Arthur
Hein ?
Perceval
Ben oui, selon la variété des pommes qui poussent.
Arthur
Parce qu'il y avait des pommes dans le souterrain ?
Perceval
Ah non, merde. Pourquoi on parlait de pommes, déjà ?
Père Blaise
Poursuivez !
Perceval
Donc le nain m'emmène dans un couloir souterrain. Là, j'ai pensé à allumer ma torche pour pouvoir le suivre. Et on arrive à une grande salle souterraine, avec plein de mites partout.
Galessin
Des mites ?
Perceval
Nan mais pas l'animal, vous savez, les machins pointus qui pendant au plafond des grottes...
Arthur
Des stalagmites.
Perceval
Ah oui, j'oublie toujours la partie qui vient avant. Et puis il y avait aussi plein de tites.
Arthur
De stalactites.
Père Blaise
Bref.
Perceval
Et, au milieu de la salle, il y avait comme un trône, mais fait en pierre, avec un vieux assis dessus.
Léodagan
Ah, je le savais.
Perceval
Mais pas un vieux comme d'habitude. Pas tout moisi avec plein de verrues et pas de dents. Celui-là était... on aurait dit un roi. Il ressemblait à un nain, mais il était beaucoup plus grand, presque aussi grand qu'un escabeau, et bien habillé, et puis il avait un air mystérieux.
Lancelot
Était-ce le légendaire Roi Sous la Montagne ?
Perceval
Ça, j'en sais rien, on n'a pas eu le temps de faire vraiment connaissance.
Arthur
Il avait une couronne, votre vieux ?
Perceval
Ah ouais, une belle couronne en or avec plein de joyeux dessus, surtout un gros au milieu.
Galessin
Des joyeux ?
Arthur
Des joyaux. Nan mais vous fatiguez pas, il y a que moi qui peut le comprendre.
Lancelot
En tout cas la description concorde : il s'agit sûrement du légendaire Roi Sous la Montagne.
Léodagan
Du coup on est fixé sur la localisation. Il crèche où, ce Roi Sous la Montagne ?
Père Blaise
Justement, la légende du Roi Sous la Montagne, c'est que personne n'a jamais su où il habite.
Perceval
Sauf moi.
Arthur
Ben non, puisque vous savez pas où vous étiez !
Perceval
Mais si : il suffit de partir en direction de la petite colline, de contourner la haie de ronces, puis on grimpe...
Arthur
Stop ! Ce serait bien de revenir à votre récit.
Perceval
Heu... Avec tout ça je me souviens plus où j'en étais.
Père Blaise
Vous venez de rencontrer un roi mystérieux.
Perceval
Ah ouais ! Alors, il me dit : « Veux-tu connaître le secret du cri mystérieux ? ». Ah ouais : le titre qui ferait classe, c'est plutôt : Le secret du cri mystérieux.
Karadoc
Ou : Le mystère du cri secret.
Perceval
Vous en pensez quoi, Père Blaise ?
Père Blaise
Que vous feriez mieux de poursuivre votre récit !
Lancelot
Vous lui avez répondu « oui », j'espère ?
Perceval
En fait, je m'en fichais un peu, de ce cri mystérieux, mais par politesse, je lui réponds « oui ». Et là il me dit : « Jeûne pendant trois jours et je te révélerai le secret du cri mystérieux ».
Karadoc
Comment vous dites ? Jeune quoi ?
Perceval
Je savais pas ce que ça veut dire, mais en rentrant à la taverne j'ai demandé, ça veut dire qu'il faut pas manger pendant trois jours.

Karadoc tombe dans les pommes. Personne ne s'en soucie. Finalement son voisin le remettra sur sa chaise mais désormais il sera inconscient, la tête sur la table.

Lancelot
Et vous avez jeûné ?
Perceval
Ben ouais, par politesse. À Rome, fais comme les Germains.
Arthur
Comme les Romains, sinon ça veut rien dire.
Perceval
En tout cas, j'ai rien mangé pendant trois jours.
Lancelot
Bien ! Voilà qui est digne d'un chevalier ! Et ensuite vous êtes reparti ?
Perceval
En fait, la dernière nuit, il m'est arrivé quelque chose d'étonnant.
Arthur (ironique)
Vous avez été réveillé par un cri atroce ?
Perceval
Mais non, justement, c'est ça qui était étonnant : il s'est rien passé. Du coup je me suis dit que c'était réglé. Plus de cri, la quête est accomplie !
Arthur
Mais c'est pas vrai !

7. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - NUIT

La réunion se poursuit. Karadoc est toujours inconscient, la tête sur la table, mais ronfle à présent.

Perceval
La nuit suivante, par contre, ça a remis ça. Du coup je suis reparti à l'aventure !
Père Blaise
On peut abréger jusqu'à l'arrivée dans la salle souterraine ?
Perceval
Oh ben non, vous allez louper l'action : le contournement de la haie de ronces, le précipice que j'ai franchi (et c'était vraiment galère), les heures à marcher dans le désert...
Galessin (ironique)
Le nain pas plus haut qu'un donjon...
Perceval
... et les souterrains avec la torche.
Arthur
Et donc vous voici de nouveau devant le Roi Sous la Montagne.
Léodagan
On en est sûr qu'il s'agit de lui ?
Arthur
On s'en fout !
Perceval
Nan mais c'était pas le Roi Sous la Montagne, c'est sûr.
Lancelot
À quoi vous voyez ça ?
Perceval
Ben il était pas là, vu qu'il m'avait donné rendez-vous pour dans trois jours et que là, ça faisait quatre.
Les chevaliers
(Se prennnent la tête à deux mains.)
Perceval
Du coup, le nain... Au fait, il faut que j'explique qu'il était pas habillé pareil que l'autre fois ?
Père Blaise
Ne rentrons pas dans les détails, il va être minuit...
Perceval
Le nain me dit : « Le Maître reviendra dans trois jours. »
Arthur
Et donc vous êtes rentré.
Perceval
Ben oui.
Père Blaise
Il va y en avoir encore longtemps, des aller et retour ?
Perceval
Non, non, c'est le dernier, je vous promets.
Les chevalierrs (soulagés)
Aaah !
Perceval
Donc j'ai jeûné pendant encore trois jours. Je vous dis pas comme j'avais la dalle. Mais finalement j'avais envie de connaître le secret du cri mystérieux. En fait je m'en foutais, mais je me suis dit : ça fera une quête à raconter et le roi sera fier.
Arthur
Pour l'instant, c'est pas l'adjectif qui me paraît approprié...
Perceval
Donc le troisième jour, je repars à l'aventure. Ah mais non ! J'ai oublié de vous raconter d'abord ce qui s'est passé pendant la nuit !
Arthur
Le cri atroce ? Mais on le sait, depuis le temps !
Perceval
Ben ouais mais n'empêche qu'une fois, il y en a pas eu.
Arthur
Donc vous repartez à l'aventure. Mais magnez-vous !
Perceval
Attendez, c'est le dernier voyage, je vais pas le bâcler ! Donc je pars en direction de la petite colline.
Lancelot
Vous avez pensé aux cordes et aux torches ?
Perceval
Oh putain non ! Ah si, je me souviens, même que j'ai fait demi-tour en arrivant à la haie pour les prendre.
Arthur (à Lancelot)
Vous nous sauvez la vie !
Perceval
Après avoir contourné la haie de ronces, j'arrive à un précipice. Heureusement j'avais les cordes ! Alors, ce que j'ai fait...
Père Blaise
Ce que vous allez faire, c'est abréger !
Perceval
Bon, donc les cordes, le précipice (galère !), l'étendue de sable, des heures de marche, la colline rocheuse, et là ! Boum ! J'avais oublié le matériel d'escalade.
Lancelot
Mais on s'en fout, puisqu'il y avait une porte camouflée !
Perceval
Ah ouais, merde, j'avais oublié. Donc je toque à la porte, et un nain en sort. Tout petit, pas plus haut qu'un certain nombre de pommes - mais ça dépend de la variété.
Arthur
Quelque chose me dit qu'il vous a emmené dans un couloir souterrain.
Perceval
Ouais, en plus il faisait tout noir. Mais j'avais amené des torches. Parce que le nain, je sais pas comment il faisait...
Père Blaise
Puis la salle du trône.
Perceval
Ah ouais, au bout du souterrain il y avait une grande salle avec un vieux, mais il faisait noble, bien habillé, avec une couronne...
Arthur
On sait, vous nous l'avez déjà décrit !
Perceval
Ben oui mais c'est pour dire que c'est le même !
Père Blaise
Eh ben vous dites « c'est le même » !
Perceval
Donc là, le vieux - mais pas un vieux comme d'habitude, hein - il me dit : « Tu as jeûné pendant trois jours, alors tu es digne de connaître le secret du cri mystérieux ». Et il me montre une porte. « Ouvre cette porte et tu sauras le secret », qu'il me dit. Là, j'hésite...
Léodagan
Quoi encore ?
Perceval
Nan mais mettez-vous à ma place, je savais pas ce qu'il y avait derrière !
Bohort
Mais pourquoi n'avez-vous pas pris vos jambes à votre cou ?
Perceval
Ben, déjà, parce que je sais pas ce que ça veut dire...
Arthur
Finalement vous avez été voir de l'autre côté de la porte ?
Perceval
Après tout, que je me suis dit, ça serait bête d'avoir fait tout ce chemin pour rien.
Léodagan
Ah oui alors, je confirme !
Perceval
Donc j'ouvre la porte, et là...
Père Blaise
Quoi ?
Arthur
Mais qu'est-ce que vous avez vu derrière la porte ?
Perceval
Vous voulez que je vous le dise ?
Les chevaliers
Oui !

Perceval (dont les yeux s'allument)
Jeûnez pendant trois jours et je vous révélerai le secret du cri mystérieux.


Pécore
Hors ligne

Noonn!!! Tu peux pas nous faire ça Agloval! Tu es sadique, c'est ça? :'(
Tu m'as tenu en haleine du début à la fin! Je suis passé par toutes les émotions (surtout le rire et l'agacement xD) et tu nous laisse avec une fin comme ça... mais... mais... C'est super xD Ton texte est juste horriblement génial! J'aurais trop voulu connaitre le secret... je suis presque prête de jeûner trois jours pour le savoir XD

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

Ah mais trop d'accord avec Aleïs quoi, moi je voulais le connaître ce secret.

Chevalier Kaabotin
Hors ligne

J'était tellement à fond quoi ... LE SECREEEET ! LE PETIT SECREEEEEEEEET
En tout cas bravo, encore une fois tu chopes vraiment bien les personnages, j'imagine super bien leurs voix quand je lis tes histoires ! :D

Croustillant
Hors ligne

Excellent. Je me sentais vraiment dans la salle de la Table Ronde, avec les autres chevaliers, à écouter Perceval sans pouvoir décrocher de son histoire. Je trouve que c'est encore très bien écrit. Et j'ai beaucoup aimé Lancelot qui reproche à Perceval d'avoir oublié ses cordes alors qu'il le lui avait dit après qu'il ait fait la quête.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Merci pour vos remarques : ça veut dire que vous avez eu le courage de lire jusqu'au bout ! ;)

Provençal : il me semble que ça fait un petit moment que tu n'as plus posté de scénario...

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

1 - on a eu droit à la version courte, elle est comment la version longue ?
2 - J'ai tout de même eu envie de fracasser le crâne de Perceval pendant tous son récit avec le coin de ma coupe
3 - Ça fait trois jours que je jeûne. Puis-je avoir le fin mot de l'histoire ?

Franchement tu as réussi à  me faire rire à de nombreuses reprise dans se récit contondant qui ne l'était finalement  pas tant que ça.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Oui, l'histoire originale est plus longue, notamment à cause du parcours : j'ai sauté le passage dans la forêt impénétrable et j'ai simplifié la fin. Pour info, j'ai trouvé l'histoire sur fr.rec.humour à l'époque où j'étais étudiant. Je ne l'ai jamais entendue ni racontée. Mais je me souviens m'être amusé à me la raconter pour moi même un jour que je roulais sur l'autoroute et m'ennuyais. C'est là où j'ai eu l'idée de faire oublier au personnage son matériel : je me suis dit qu'un jour, quand je la raconterai, ça me permettra d'impliquer ceux qui écoutent. Bref, voici le texte original :

From: Christophe.Beuret@etudiants.unine.ch
Newsgroups: fr.rec.humour
Subject: poisson
Date: 29 Mar 96 08:53:32 MET
Organization: University of Neuchatel, Switzerland
Message-ID: <1996Mar29.085332.4863@nedcu0>

C'est l'histoire d'un homme qui fait du camping au bord d'une riviere.
Il se peche un poisson et le mange frit dans du beurre. Il se couche et
dort paisiblement lorsque tout d'un coup il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche longtemps dans la meme direction, jusqu'a atteindre une haie
gigantesque de ronces et de vegetation touffue...

Tant pis, se dit-il; il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'a
un profond precipice...

Tant pis, se dit-il; il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Mais au
fond du precipice, il y a un fleuve tumultueux...

Tant pis, se dit-il; il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'a ce qu'il arrive a un immense desert de sable...

Tant pis, se dit-il; il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'a ce qu'il arrive a l'immense desert de sable. Il se decide a le
traverser, mais de l'autre cote, une montagne immense lui barre le
chemin...


Tant pis, se dit-il; il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'au desert de sable. Il le traverse et de l'autre cote, il escalade
la montagne puis redescend de l'autre cote. Malheureusement pour lui,
de l'autre cote il y a une jungle impenetrable...

Tant pis, se dit-il; il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'au desert de sable. Il le traverse et de l'autre cote, il escalade
la montagne puis redescend de l'autre cote. Il se fraye dans la jungle
un chemin a la machette et aboutit dans un foret brulee, une zone noire
et sinistre...

Tant pis, se dit-il; il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'au desert de sable. Il le traverse et de l'autre cote, il escalade
la montagne puis redescend de l'autre cote. Il se fraye dans la jungle
un chemin a la machette et aboutit dans la foret brulee. Il traverse
cette foret et arrive vers une immense batisse dans le style de la
famille Adams...

Tant pis, se dit-il; il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il veut savoir d'ou vient se cri et par a la recherche de
son origine.

Il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'au desert de sable. Il le traverse et de l'autre cote, il escalade
la montagne puis redescend de l'autre cote. Il se fraye dans la jungle
un chemin a la machette et aboutit dans la foret brulee. Il traverse
cette foret et arrive vers l'immense batisse et prend son courage a deux
mains:

Il frappe a la porte et un petit nain (c'est encore mieux avec les
gestes et le bruitage) vient lui ouvrir. Il lui dit:

- Le maitre n'est pas la, revenez demain...

Alors, il rebrousse chemin, rentre a sa tente, peche un
poisson dans la riviere, le mange frit dans du beurre et se couche. Il
dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il est reveille par un cri
atroce, inhumain, horrible !!!!

Le lendemain, il doit aller a son rendez-vous avec le maitre de la
maison. Alors, il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'au desert de sable. Il le traverse et de l'autre cote, il escalade
la montagne puis redescend de l'autre cote. Il se fraye dans la jungle
un chemin a la machette et aboutit dans la foret brulee. Il traverse
cette foret et arrive vers l'immense batisse et frappe.

Le nain lui ouvre et lui dit:

- Venez, le maitre vous attend...

Il suit le nain et monte un gigantesque escalier pour se trouver face
au monumental trone du maitre. Il lui explique les cris atroces,
inhumains et horribles qu'il entend et a son grand soulagement, le
maitre des lieux lui annonce qu'il connait la solution du mystere...

- Suivez-moi lui dit-il...

Une porte s'ouvre dans le trone et un long couloir qui commence par une
longue serie de marches commence. Au bas des marches, le couloir passe
sous la foret brulee, sous la jungle, sous la montagne, sous le desert,
sous le fleuve, sous le precipice, sous la haie et se finit par une
porte.

- La solution du mystere est derriere cette porte; mais, seul celui
qui a jeune pendant trois jours a la droit de l'ouvrir...

Alors, il rebrousse chemin, rentre a sa tente. Mais il se dit que ca ne
vaut pas la peine de jeuner trois jours pour un simple cri dans la nuit.

Alors, il peche un poisson dans la riviere, le mange frit dans du
beurre et se couche. Il dort paisiblement lorsque tout d'un coup, il
est reveille par un cri encore plus atroce, inhumain, horrible que les
autres nuits !!!!

Il se dit alors: c'est decide, je ne mange rien pendant trois jours...

Il ne peche donc pas de poisson et ne le mange pas frit dans du beurre
pendant trois jours. Pendant ces trois jours il n'entend pas de cris...

Le matin du quatrieme, il se leve et marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'au desert de sable. Il le traverse et de l'autre cote, il escalade
la montagne puis redescend de l'autre cote. Il se fraye dans la jungle
un chemin a la machette et aboutit dans la foret brulee. Il traverse
cette foret et arrive vers l'immense batisse et frappe.

Le nain lui ouvre et lui dit:

- Le maitre vous attendait hier, il n'est pas la, revenez demain...

Alors, il rebrousse chemin, rentre a sa tente et se couche sans manger
encore ce soir-la...

Le lendemain, il doit aller a son rendez-vous avec le maitre de la
maison. Alors, il marche jusqu'a la haie touffue, la traverse et marche encore jusqu'au
profond precipice, descend au fond apres moultes accrobaties. Il
traverse (tel Indiana Jones) le fleuve tumultueux et marche encore,
jusqu'au desert de sable. Il le traverse et de l'autre cote, il escalade
la montagne puis redescend de l'autre cote. Il se fraye dans la jungle
un chemin a la machette et aboutit dans la foret brulee. Il traverse
cette foret et arrive vers l'immense batisse et frappe.

Le nain lui ouvre et lui dit:

- Venez, le maitre vous attend...

Il suit le nain et monte le gigantesque escalier pour se trouver face
au monumental trone du maitre. Il lui dit:
- J'ai jeune pendant trois jours, expliquez-moi maintenant !
- Suivez-moi lui dit-il...

La porte s'ouvre dans le trone et ils entrent dans le long couloir qui
commence par une longue serie de marches. Au bas des marches, ils
suivanet le couloir qui passe sous la foret brulee, sous la jungle,
sous la montagne, sous le desert, sous le fleuve, sous le precipice,
sous la haie et se finit par la porte.

- Voila, vous pouvez ouvrir la porte...



(et la toute l'assistance tendue se demande ce qu'il peut bien y avoir
derriere la porte...)

Et vous savez ce qu'il y avait derriere la porte ?
.
.
.
.
- Jeunez pendant trois jours et je vous donnerai la solution !!!

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB