Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui ne pratique pas le putsch !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Pécore
Hors ligne

Bonsoir !

Voila pour la énième fois je regardais le livre V de kaamelott (le meilleur selon moi) et je me posais quelques questions

La 1ère : Méléagant ? Si j'ai bien compris, c'est un envoyé ( de qui ?) pour punir Arthur ? Mais vu que c'est lui qui prend le controle en quelque sorte de Prisca pour lui dire qu'il est infécond, pourquoi l'a t'il prévenu qu'il ne fallait pas qu'il tente de séduire Mevanwi ?

La 2ème : Le rêve du pécheur ? Il raconte son reve, mais je comprend pas vraiment ce qu'il signifie, il clos la conversation d'un coup

La derniere : Le village dans le dernier épisode ? Après la pièce, le mec dit "vous avez compris tout un tas de chose sur cet endroit" mais... qu'est ce qu'il a compris ? Et pourquoi lorsqu'ils arrivent au village il dit "la quete du graal nanana ils sont au dessus de tout ça, tout comme moi ?"

voilavoila j'espere que vous pourrez m'éclairer !

Merci d'avance :) !!

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Bonsoir à toi ! :)
J'étions sur le point d'aller m'coucher, donc je vais pas te faire une longue réponse. Mais je vais apporter un tout petit élément de réponse fastoche. :p

matt456 a écrit :

La 1ère : Méléagant ? Si j'ai bien compris, c'est un envoyé ( de qui ?) pour punir Arthur ? Mais vu que c'est lui qui prend le controle en quelque sorte de Prisca pour lui dire qu'il est infécond, pourquoi l'a t'il prévenu qu'il ne fallait pas qu'il tente de séduire Mevanwi ?

C'est réellement Prisca qui met Arthur en garde la première fois. Elle a vraiment un pouvoir et n'est pas contrôlée par Méléagant à ce moment-là.

Pour le rêve du Pêcheur, j'avoue que je n'ai jamais pigé non plus. ^^ Je sais plus si j'avais posé la question ici, d'ailleurs... Faudrait que j'regarde dans mes registres.

Pécore
Hors ligne

Ah d'accord ça me paraissait un peu bizarre :/

Et tu as une idée pour les saltimbanques ?

Pécore
Hors ligne

bonjour,

J'peux essayer de t'éclairer sur quelques points mais c'est pas sûr! Voilà mon interprétation:             

1er: Méléagant c'est qui ,c'est quoi??  La réponse!!   bah la mienne c'est qu'il est juste un esprit/dieu/ange de la mort  ..Une entité maléfique qui débarque à cause de la baisse de foi et des mauvais choix d'arthur..Et qui exerce son influence sur terre pour pourrir la quête divine du graal...
Prisca, quant à elle, n'est simplement qu'un intermédiaire des dieux . Un média. Un genre de téléphone astral quoi.. Démons et fées peuvent y laisser un message pour arthur ou autres personnages au destin peu commun..

2eme: Le rêve du pêcheur prophétise l'invention de la baignoire moderne..  Nan j'deconne.. j'en sais rien..  Gaffe à ne pas trop interpréter les rêves , c'est toujours problématique . Du coup, je resterai sur l'interprétation d'arthur qui est , je cite: "pff, je pense que dans une certaine mesure ,la mer c'est vraiment pas votre truc.."

3eme: Pour les saltimbanques.. Ben  je sais pas trop..   C'est vrai que le graal bon..il sont au dessus de tout ça puisque ça ne les concerne pas..point. 
"vous avez compris tout un tas de choses sur cet endroit"  mouai c'est  un peu abstrait là aussi .
..On peut imaginer que Méléagant appuie encore un peu plus sur la culpabilité d'arthur, sa tristesse en le mettant face à une bande d'enfants et d'artistes nomades pleins de joie de vivre. Histoire de l'emmener encore plus vers le suicide.     Ou pas!!   c'est pas évident ..C'est comme le chef de troupe! C'est un démon lui aussi? ou un pantin de Méléagant??  Bizzare!!

Chevalier
Hors ligne
bettynotsally a écrit :

ou un patin de Méléagant??

Un patin A ROULEEEEEEEEEEEEEETTES vous voulez dire ?

Pour le rêve du pêcheur, je pense pas qu'il faille l'interpréter en cherchant un sens à chaque élément, je dirais plutôt qu'il contribue à l'ambiance du livre V. Le pêcheur n'aime pas la mer et pourtant il est bloqué dans un métier en rapport étroit avec la mer, ça le hante même la nuit... En fait, je sais pas s'il y a quelque chose à comprendre ou plutôt quelque chose à sentir.

Chef de Clan
Hors ligne

En ce qui concerne la question du rêve du pêcheur, je pense qu'il faut y voir une similitude avec Arthur,lui même...
Sa condition (de pêcheur/de roi) finit par lui peser sur le moral que définitivement la mer/le règne, c'est pas son truc... et qu'il finit volontairement par se saborder lui même (en vidant l'eau, indispensable à son travail/en abandonnant Excalibur, indispensable elle aussi).
ça vaut ce que ça vaut comme explication, moi, je l'ai compris comme ça...

Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Je valide l'interprétation de Dediud ! J'avais pas fait le rapprochement, mais c'est drôlement bien trouvé et simple, en fait !

Chevalier Au Cale-Sons
Hors ligne

Tout à fait d'accord avec Dediud. Le Pêcheur n'est pas dans son élément, tout comme Arthur, et attend l'arrivée d'un enfant qui, il l'a bien compris dans le fond, n'aura jamais lieu. C'est même assez prophétique, vis-à-vis du destin de not'bon roi dans ce cinquième livre...

Rien à ajouter, sinon.

Pécore
Hors ligne

Oui c'est vrai c'est assez plausible :)

Ca fait 2 ! Qui a une idée pour le village ?

Chevalier Au Cale-Sons
Hors ligne

Pour moi, Arthur a compris qu'il nage en plein irréel, et que les gens sont en fait des fantômes (ce qui fait qu'Arthur est déjà, au moins symboliquement, entre la vie et la mort - agricole psychologique).

Mais bon, le coup de la question à laquelle Arthur ne répond pas, c'est une astuce scénaristique qui permet à Astier de laisser libre cours à l'interprétation du public ;)

Pécore
Hors ligne

Ca me parait un peu "gros" que ce soit des fantomes

Je penche plus pour un avis qu'on peut lire plus haut, je pense que les enfants présents sont symboliques

De plus je pense aussi que la pièce de théâtre a elle aussi un message a passer ( l'enfant qui criait au loup)

Chef de Clan
Hors ligne
matt456 a écrit :

Le village dans le dernier épisode ? Après la pièce, le mec dit "vous avez compris tout un tas de chose sur cet endroit" mais... qu'est ce qu'il a compris ?

En ce qui concerne ce point là, c'est, peut être, une manière d'admettre que les rencontres, les petites étapes tout au long de cette excursion, le choix de la pièce de théatre... n' avaient rien à voir avec le hasard...
Et ça Arthur l'a bien saisi... il savait déjà que ce n'est pas le chemin "normal"
ça s'apparente plus à un voyage initiatique que lui fait faire son prétendu guide, qu'à une simple façon d'aller d'un point A à un point B.

matt456 a écrit :

  Et pourquoi lorsqu'ils arrivent au village il dit "la quete du graal nanana ils sont au dessus de tout ça (...) ?"

Là, je crois qu'il faut pas chercher midi à quatorze heures... C'est une troupe de saltimbanques, ils sont itinérants. Peu importe le nom du roi (Arthur, Léodagan, Karadoc...) pour eux ça ne change rien à leur condition...
Concernant le "tout comme moi" à la fin de sa phrase, difficile d'y trouver une signification, étant donné tous les mystères qui planent encore sur les motivations ou l'identité réelle de Méléagant.

Semi-Croustillant
Hors ligne
matt456 a écrit :

pour la énième fois je regardais le livre V de kaamelott

Pour ma part, je l'ai regardé encore une fois après avoir lu cette incroyable analyse de Avalon, qui m'a fait re-découvrir le Livre V d'un tout nouvel angle, et ça répondra peut-être à quelques questions =)

http://forum.onenagros.org/viewtopic.php?id=3249

Pécore
Hors ligne
Dediud a écrit :
matt456 a écrit :

Le village dans le dernier épisode ? Après la pièce, le mec dit "vous avez compris tout un tas de chose sur cet endroit" mais... qu'est ce qu'il a compris ?

En ce qui concerne ce point là, c'est, peut être, une manière d'admettre que les rencontres, les petites étapes tout au long de cette excursion, le choix de la pièce de théatre... n' avaient rien à voir avec le hasard...
Et ça Arthur l'a bien saisi... il savait déjà que ce n'est pas le chemin "normal"
ça s'apparente plus à un voyage initiatique que lui fait faire son prétendu guide, qu'à une simple façon d'aller d'un point A à un point B.


Oui, c'est clair qu'il ne le ramène pas a kaamelott et que son chemin est destiné a le pousser au suicide, mais pourquoi le faire passer par une troupe de théâtre, lui faire jouer tout une piecette, et lui dire quelques trucs enigmatiques ?

je ne pense pas qu'Astier se serait embeté a tourner tout ça pour uniquement lui dire qu'il est infécond

Pécore
Hors ligne

up

d'autres avis ? :)

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

:lol:
T'aurais carrément dû faire un "Up" dans la demi-heure, tant qu'à faire, hein. :p

Pécore
Hors ligne

ah ouais mais bon j'ai pas l'habitude x)

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Ouais 'fin faire un Up entre minuit 30 et 1h30 du mat' c'est peut-être un peu exagéré x)

D'autant plus qu'ici les topics sont catégorisés donc pas besoin de les remonter, s'ils sont en cours d'activité ils seront en haut quoiqu'il arrive, et les personnes (comme moi) étant arrivés quelques jours après les verront en tant que non lus ;)

Et habitude ou pas habitude, la nuit les gens dorment en général ^^

Croustillant
Hors ligne

J'ai essayé de répondre aux questions que tu soulèves dans mon analyse du livre V (que LittleCerise a si gentiment rajouté ici :D) sans pour autant émettre d'affirmations catégoriques, dans la mesure où l'on ne peut que spéculer les symboles qu'Astier tente de faire transparaitre dans son oeuvre.

Effectivement, le rêve du pêcheur est un miroir de la situation d'Arthur, qui voit en ce triste personnage un prolongement de lui même, lui qui cherche sa descendance jusqu'à en perdre espoir, comme ce vieil homme si usé par le temps qu'on lui voit l'âme et qui arpente comme une ombre la plage où son fils disparut, quinze ans plus tôt. Il haït son métier, tout comme Arthur, et il rêve d'échapper à sa condition, tout en comprenant qu'il s'agit d'une impossible féérie - la marée rattrape toujours les hommes, et Arthur commence à comprendre que son devoir (qui est divin) ne peut être abandonné si facilement.

Le village (ou plutôt théâtre fantôme) doit être pensé - d'après moi - comme le symbole d'un enfer dans lequel Arthur est tombé alors qu'il arpente la Bretagne à la recherche de Kaamelott, dans les pas de Méléagant qui symbolise un anti-gardien : c'est en quelques sortes l'inverse du Virgile dans l'Enfer de Dante, qui guide le narrateur à travers les enfers et jusqu'à la sortie. Le "village" rassemble ainsi tout un ensemble de choses qui déstabilisent Arthur et le poignardent au coeur : il est entouré d'enfants (qui ne sont pas les siens) qui rient et jouent nonchalamment, ce qui a le don de faire craquer Arthur, qui menace de raser cet endroit qui symbolise à ses yeux le plus grand mal-être. La pièce de théâtre (le garçon qui criait au loup) renvoie encore une fois à la situation d'Arthur et à son mensonge pour s'écarter du devoir - Arthur y joue à contre-coeur le loup, ce qui est une façon de décharger sur ses épaules la responsabilité du malheur qui s'abat sur le royaume. Méléagant, qui joue le mouton, déchire le masque en montrant son vrai visage, celui d'un loup autrement plus féroce et effroyable, qui pourchasse Arthur comme le courroux divin. En soit, savoir si le théâtre est réel ou pas n'est pas très important - ce qui compte, c'est comprendre qu'il s'agit d'une étape volontairement imposée par Méléagant à Arthur, afin de le mettre au pied du mur. Sa confrontation avec Prisca, qui le rapproche soit-disant de ces Dieux qu'il ne connait que très peu (et avec lesquels il n'a plus de lien depuis la déchéance de la dame du lac) achève de détruire cette ombre souffrante qu'était devenu Arthur. Méléagant semble en contrôle dans ce théâtre créé à son image : angoissant, mystérieux et indéchiffrable.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Décidément j'adore quand tu dis des trucs Avalon... Oo

Chevalier Pile Poil
Hors ligne

Le théâtre, on a la certitude qu'il est fantôme, vu que c'est le titre d'un épisode court (eeeeeurk) que l'on retrouve sur le DVD comme chapitre pour le format long (aaaaaah).

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Je n'avais pas trop envie de créer un topic particulier, je pense que ce n'était pas nécessaire.
Je regardais le Livre V, précisément le diner où Arthur dit : "Moi aussi bizarre qu'ça puisse paraître, j'me fais d'la bile pour Lancelot, parce qu'il est introuvable, et parce qu'il est fortement envisageable qu'il se soit foutu en l'air !".

Et du coup j'me suis interrogé sur la notion de suicide à cette époque et la pertinence de cette crainte. Le suicide était-il répandu ou plutôt une situation rare ? Y-avait-il une notion religieuse sous-jacente ? Etc.
Sauf que je ne trouve pas des masse de documentation à ce sujet, l'INSEE est pas hyper à jour :b

J'ai juste trouvé cet article qui apporte quelques réponses.
Et vous, qu'en pensez-vous ?

Les sujets gays joyeux du dimanche soir, c'est bien mon truc :lol:

Chevalier
Hors ligne

Ton article correspond à une vision chrétienne du suicide, qui prévalait sans doute au milieu et à la fin du Moyen-Âge, mais si on considère que Kaamelott se déroule au Vème siècle et que le christianisme n'est pas encore très bien implanté, c'était peut-être différent. Je ne sais pas ce qu'il en était en Bretagne, mais en tout cas, à Rome, avant le christianisme, le suicide n'était pas spécialement mal vu. Y avait pas l'idée que notre vie nous était donnée par Dieu et ne nous appartenait pas totalement, donc si on souffrait et qu'on préférait abréger nos souffrances en nous donnant la mort, c'était accepté. Bon, après, je saurais pas dire ce qu'il en était dans la Rome tardive et christianisée.

Je cherche les cas de suicide dont j'ai connaissance dans la littérature latine... Y a Didon, après qu'Enée l'a quittée, et je crois pas que son suicide soit critiqué. Y a aussi Lucrèce, après que le fils du dernier roi de Rome l'a violée, et clairement, c'est le violeur qui est blâmé, pas elle. Donc il est possible qu'Arthur, qui a grandi à Rome, et Caesar soient plus dans cette vision-là du suicide que dans la vision chrétienne. Mais c'est à prendre avec des circonflexes :b

Croustillant
Hors ligne
Bothan a écrit :

Je n'avais pas trop envie de créer un topic particulier, je pense que ce n'était pas nécessaire.
Je regardais le Livre V, précisément le diner où Arthur dit : "Moi aussi bizarre qu'ça puisse paraître, j'me fais d'la bile pour Lancelot, parce qu'il est introuvable, et parce qu'il est fortement envisageable qu'il se soit foutu en l'air !".

Et du coup j'me suis interrogé sur la notion de suicide à cette époque et la pertinence de cette crainte. Le suicide était-il répandu ou plutôt une situation rare ? Y-avait-il une notion religieuse sous-jacente ? Etc.
Sauf que je ne trouve pas des masse de documentation à ce sujet, l'INSEE est pas hyper à jour :b

J'ai juste trouvé cet article qui apporte quelques réponses.
Et vous, qu'en pensez-vous ?

Moi j'te dirais que tout simplement qu'Arthur sait que Lancelot est démuni, abandonné, il a tout perdu, tout le monde pense qu'il a tourné sa carte. C'est pas relatif à l'époque, c'est de tout temps quelque chose dans la nature humaine de vouloir en finir. Y'avait les suicides forcés en Grèce à l'antiquité, le seppuku des samurai...  Après pour la question religieuse, tout dépend du contexte, et de la 'morale' de l'acte. Je prends Judas d'Iscariote en exemple, il se zigouille après avoir 'trahi'. Mais tous les suicides (Cléopâtre, ou Van Gogh) n'ont pas forcément une connotation religieuse.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ah, j'allais citer Cléopâtre. Sinon, comme autre suicidé célèbre de l'Antiquité, il y a aussi Hannibal.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB