Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui va dîner chez Gauvain. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
En ligne

C'est une idée qui m'est venue hier soir. J'ai tapé ça assez vite au réveil parce que je voulais tout finir tant que j'avais les idées en tête, mais du coup les façons de parler des personnages ne sont pas top. Tant pis.


Guerre et paix

3 CORS

1. INT. CHAMBRE DE LÉODAGAN - SOIR
Léodagan et Séli sont au lit. Séli lit un parchemin.

Léodagan
C'est demain !
Séli (interrompant sa lecture)
Demain quoi ?
Léodagan
Que notre fils va devenir un homme !
Séli
Il s'est trouvé une fiancée ?
Léodagan
Mais non !
Séli
Oui, eh bien je vous rappelle que si vous voulez assurer votre descendance, le petit reste notre dernière chance. Parce que du côté de l'aînée, vous savez bien que c'est l'impasse.
Léodagan
Mais je ne vous parle pas de ça !
Séli
Alors quoi ? Vous comptez l'emmener à la guerre peut-être ?
Léodagan
Exactement !
Séli
Hein ? Mais vous êtes fou !
Léodagan (souriant)
Demain, c'est dans la sueur et le sang qu'il va devenir un homme !
Séli
On parle bien du même ? Vous savez qu'il a encore peur des guêpes ?

OUVERTURE

2. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - MATIN
Arthur, Lancelot et Léodagan ont convoqué Yvain et Gauvain. Tous portent une armure.

Yvain (paniqué)
Mais vous allez nous envoyer à la mort !
Gauvain (apeuré)
Mon oncle, ne disiez-vous pas que nous étions encore trop jeunes pour être des chevaliers accomplis ?
Arthur
En effet, vous manquez d'expérience. Et justement, nous vous emmenons pour en acquérir.
Léodagan
C'est ce que je dis toujours : on devient un homme quand on a tué son premier ennemi. L'expérience du combat, l'école du sang, c'est ce qu'il y a de mieux !
Yvain
Mais c'est un assassinat prémédité ! Un meurtre en série !
Arthur
Encore une fois, vous serez avec nous au poste de commandement, pas au milieu de la bataille.
Yvain
Le poste de commandement, c'est là où on distribue le courrier ?
Gauvain (approuvant)
Le courrier, c'est très important pour le moral des troupes. Mon oncle, est-ce là la mission que vous comptez nous confier ?
Arthur (agacé)
Le poste de commandement, c'est l'endroit d'où on dirige les manoeuvres !
Lancelot
Ça fait dix fois qu'on vous le dit !
Gauvain (soulagé)
Ah, ce sont juste des manoeuvres !
Yvain
Je préfère ! J'ai cru que vous parliez d'un vrai combat, vous m'avez fait peur !
Léodagan
Mais non !
Lancelot
Les Burgondes ont débarqué il y a deux semaines, nous les avons attirés dans un piège, et cet après-midi nous allons refermer l'embuscade. Combien de fois il faut vous le dire !
Yvain
Un piège à loups ?
Lancelot
(fusille du regard Yvain)
Gauvain
(lève le doigt)
Arthur
Oui Gauvain ?
Gauvain
Mon oncle, vous avez dit que nous ne serions pas au milieu de la bataille. Doit-on néanmoins porter ces disgracieuses armures ?
Arthur
Mais bien sûr que oui !
Léodagan
De toute façon je ne vois pas l'intérêt de continuer à discuter. Vous et Yvain, vous nous suivez, un point c'est tout !
Yvain
Mais on va tous mourir !
Arthur
Mais non : vous serez au poste de commandement, loin du combat !
Léodagan
Sauf si on doit intervenir pour prêter main forte aux hommes.
Lancelot
Si le sort de la bataille devient incertain, c'est notre devoir de venir en renfort.
Gauvain
Vous n'allez quand même pas nous obliger à combattre !
Arthur
Non mais il n'y a pas de raison.
Léodagan
Oui mais là c'est les Burgondes, avec eux on est toujours obligé d'intervenir.
Arthur
On a un piège imparable !
Léodagan
On dit ça, mais la dernière fois...
Yvain
Et le dialogue ? Pourquoi ne pas engager le dialogue ?
Arthur
Mais on a essayé, figurez-vous ! Ça fait deux semaines qu'ils ont débarqué et on leur a envoyé des émissaires. Aucun n'est revenu.
Léodagan
Avec ces zigotos, ça sert à rien. Le seul moyen de leur faire entendre raison, c'est de les buter.
Lancelot
On a bien un interprète burgonde...
Arthur
On ne l'a plus.
Lancelot
Ah bon ?
Léodagan
C'est un des émissaires qu'on avait envoyés. Il n'y a que sa tête qui est revenue. Dans un coffre.
Yvain
Je refuse de quitter le château alors qu'il y a des monstres pareils dans la nature !

3. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - MATIN
La discussion se poursuit.

Arthur
Voilà ce qu'on va faire : Yvain, Gauvain, vous resterez au poste de commandement même si on doit intervenir. Il n'y aura donc aucun risque.
Léodagan
Dommage, ils vont rater le meilleur.
Arthur
Vous resterez avec Kay pour garder le drapeau.
Lancelot
C'est un rôle important : le drapeau est un symbole fort et doit être défendu.
Gauvain
Défendu ? Mais, vous disiez qu'il n'y a pas de risque ?
Lancelot
Le risque zéro n'existe pas.
Yvain
Comment ça ?
Lancelot
Si l'ennemi massacre tous nos hommes, il cherchera à capturer le drapeau pour que son triomphe soit total.
Yvain
Quoi ? Mais c'est une pantalonnade ?
Arthur
Non mais arrêtez d'envisager sans cesse le pire ! Je vous dis qu'on a préparé un piège imparable !
Gauvain
(lève le doigt)
Arthur
Oui Gauvain ?
Gauvain
Donc, si les Burgondes tuent tout le monde, vous voulez nous laisser seuls pour combattre ces dégénérés ?
Lancelot
Le drapeau doit être défendu jusqu'à la mort, c'est une question d'honneur !
Arthur
C'est peut-être pas la peine de leur dire ça...
Gauvain
C'est décidé, je reste au château.
Yvain
Principe de précaution !
Gauvain (approuvant d'un geste de la main)
Très juste.
Yvain
Il ne faut jamais négliger la sécurité, surtout au combat.
Gauvain
Prudence est mère de sûreté !
Yvain
Et de sobriété !
Gauvain
Mon oncle, n'avez-vous pas dit l'autre jour que le premier devoir d'un chevalier était de s'assurer de la sécurité des personnes ?
Yvain
Et on est des chevaliers, ou pas ?

(Arthur, Lancelot et Léodagan, consternés, se regardent.)

4. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - MATIN
La réunion se termine. Calogrenant a rejoint les cinq hommes.

Calogrenant
Sire, les hommes attendent.
Arthur
Oui, cinq minutes et je viens !
Gauvain
Donc c'est bon : notre mission sera de veiller à la sécurité des dames du château, c'est d'accord ?
Yvain
Ou des enfants si vous voulez.
Gauvain
Les enfants ?
Yvain
Ouais, c'est chaud.
Arthur
Ça suffit ! Vous nous suivrez à la bataille, c'est un ordre !
Gauvain
Et si vous vous faites tous massacrer par les Burgondes ?
Léodagan
Dans ce cas, vous croyez que vous serez plus en sécurité au château ? Mais s'ils nous massacrent tous, il n'y a aura plus personne pour défendre la Bretagne, imbécile ! Vous ne serez pas plus en sécurité au château qu'au poste de commandement !
Yvain (apeuré)
Quoi ? Vous voulez dire que la Bretagne n'est pas sécurisée ?
Gauvain (paniqué)
Mais c'est terrible ! Il faut faire nos valises et filer en Orcanie. Là-bas on n'a jamais vu d'envahisseurs.
Lancelot
Je vous signale que la sécurité de l'Orcanie dépend de nous. C'est parce qu'il y a des chevaliers qui se battent contre les envahisseurs qu'en Orcanie vous n'en voyez pas !
Arthur
C'est quand même incroyable d'entendre vos jérémiades !
Calogrenant
C'est un honneur de se battre pour la patrie !
Léodagan
Et une fierté !
Arthur
Et au-delà de ça, je vous rappelle qu'en tant que chevalier vous bénéficiez des privilèges de la noblesse, que vous vivez dans le confort et que vous ne manquez de rien. Vous préférez peut-être la vie des paysans ?
Yvain
Au moins ils sont pas obligés de se battre contre des monstres sanguinaires.
Gauvain
(approuve d'un geste)

5. EXT. FERME DE GUETHENOC - APRÈS-MIDI
Équipés chacun d'une fourche, Yvain et Gauvain empilent du foin dans une grange. Guethenoc vient superviser.

Guethenoc
Mais qu'est-ce que vous foutez ?
Gauvain
Ben quoi ?
Yvain
On rentre le foin, comme vous avez dit.
Guethenoc
Mais à ce rythme on n'aura pas fini avant l'an prochain ! Va falloir vous remuer le cul si vous voulez pas y passer la nuit !
Gauvain
C'est un vrai traquenard ce stage !
Yvain
Trop gavé !
Guethenoc
Oui, ben c'est pas la peine de grogner ! Ici c'est les cochons qui grognent. Mais vous voulez peut-être les rejoindre ? (Sur ce, Guethenoc, s'éloigne.)
Yvain
J'en ai tellement marre que j'ai envie de le tuer !
Gauvain (réalisant)
Mais oui : ce stage-paysan est en train de réveiller notre instinct de tueurs !
Yvain
Mon père avait raison : je deviens un homme !
Guethenoc (de retour)
Vos gueules et travaillez !

FERMETURE
6. EXT. FERME DE GUETHENOC - APRÈS-MIDI

Deux guerriers burgondes surgissent et se jettent sur Yvain et Gauvain, brandissant leur hache. Yvain et Gauvain, excédés, les tuent d'un coup de fourche en pleine poitrine.

Gauvain (réalisant)
Qu'avons-nous fait ?
Yvain
Oh la boulette !
Gauvain
Ces pauvres bougres ont payé pour le fermier. Nous avons passé notre colère sur ces innocents voyageurs.
Yvain
C'est ce qu'on appelle une erreur judiciaire, c'est ça ?
Gauvain
Vite, cachons-les sous le foin !

Yvain
Il faudra surtout pas le dire à mon père !


Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Ah ah super ! :D

Chevalier So Briqué
Hors ligne

Vous avez buté Lorànt Deutsch ?

Chevalier
Hors ligne

La chute est super,  bravo !

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB