Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui fait des flans !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Énormissime^^!!!!!
J'ai rigolé à toutes les lignes^^!!!
Tout y est, le ton, les personnages sont excellement bien retranscrits, les vannes fusent à tire-la rigo!!!
Je trouve que c'est le meilleur que tu as écrit!!
Merci pour cette bonne tranche de rigolade^^!

Pécore
Hors ligne

Pas mal du tout on retrouve bien l'ambiance habituelle des repas.
Par contre tu as encore confondu Gauvain et Yvain, je pense que c'est Yvain qui est présent ici.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Le a écrit :

Pas mal du tout on retrouve bien l'ambiance habituelle des repas.
Par contre tu as encore confondu Gauvain et Yvain, je pense que c'est Yvain qui est présent ici.

non mais c'est dingue ce truc, je suis comme Arthur, j'arrive pas à les intégrer ceux-la !

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Je n'ai jamais été très fan des scènes de disputes à table, donc il m'a moins fait rire que les autres, mais les dialogues sont vraiment bien faits, chaque phrase est "kaamelottienne", du coup c'est très réaliste (en lisant, je vois la scène, j'entends les acteurs...)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

au service de sa majesté


Perceval, Karadoc, Gauvain, Yvain,Merlin,Leodagant, Lancelot

Perceval, Karadoc, Yvain, Gauvain

Perceval et Karadoc s’entrainent dans la salle d’arme

Perceval : bon, on maitrise l’attaque d’une force, on est quand même des pointures la dessus, non ?

Karadoc : ouais, il faut trouver autre chose à perfectionner, sinon, ca va vite devenir emmerdant !

Perceval : on devrait peaufiner notre technique de l’esquive prématurée

Karadoc : on la connaît celle la ?

Perceval : évidemment qu’on la connaît, c’est nous qui l’avons inventé !

Karadoc : on a inventé tellement de technique de combat, que je les enregistre pas toutes

Perceval : ouais, il faudrait les écrire pour pas les oublier

Karadoc : et ouais, et si on faisait un guide du combattant

Perceval : ah ouais, ça c’est mortel….mais on sait pas écrire !

Karadoc : ya toujours un truc pour nous couper dans notre élan !

Acte1

Yvain et Gauvain entrent dans la salle d’arme alors que Karadoc et Perceval perfectionnent leur esquive prématurée

Gauvain : seigneur Karadoc, seigneur Perceval, pourrions nous caresser l’espoir d’obtenir votre autorisation de nous asseoir dans un coin….nous ne vous dérangerons pas….et comme ceci, nous pourrions voir a l’œuvre des experts du combat rapproché ?

Yvain : a ouais, ce serait trop trop mortel quoi ?

Perceval : ouais, je vous comprends, mais on vous prévient, c’est quand même ardu à assimiler…c’est comme ça qu’on dit non ?

Karadoc : je sais pas, mais considérez ça comme un privilège, c’est techniques sont secrète et même nous des fois on les connaît pas !

Perceval : d’ailleurs, pourquoi vous ne venez pas carrément essayer plutôt que de nous regarder !

Karadoc : attention, il faut des années de maitrise, faudrait pas qu’ils se blessent !

Gauvain : ah oui, nous on aime autant !

Perceval : mais ca risque rien, puisque c’est un technique d’esquive.

Karadoc : oui, vous avez raison, et puis c’est en forgeant qu’on devient….qu’on devient quoi d’ailleurs

Yvain : probant ?

Gauvain : non, je crois que c’est maréchal ferrant non ?

Perceval : bref, mettez vous en position, Yvain, vous allez essayer de me donner un coup sur le crane avec ce gourdin !

Yvain : comment ? mais…….

Perceval : mais vous risquez rien, c’est vous qui attaquez et de toute façon, je vais l’esquiver prématurément !

Gauvain : comment ça a l’air trop dangereux quoi !

Karadoc : mais non, on vous le dit, c’est péter et répéter tout ça, allez y !

Yvain : bon  ben , je me lance

Perceval : je vous explique vite fait ce qu’il va se passer, quand quelqu’un vous attaque , vous faite un pas sur la gauche avant qu’il ne vous fracasse le crane !

Gauvain : …..si vous faite un pas sur la gauche, il a le temps de frapper vers la gauche, non ? !!!

Karadoc : c’est la toute la finesse de cette technique !

Perceval : il faut faire le pas au moment ou il frappe !, si vous le faite trop tôt, il a le temps de vous repère, et il vous quiche, et si vous le faites au moment qu’il frapper, vous n’aurez pas le temps de faire un esquive prématurée !

Yvain : et si on fait un pas après ?

Kara doc et Perceval se regardent

Acte 2

Karadoc : ce qui serait mieux, ce serai que le seigneur Perceval et moi on vous regarde faire et on vous guide

Perceval : ouais, comme ça, vous aurez un meilleur aperçu du truc, et puis si on est au milieu, on à trop de technique , ça pourrait vous déstabiliser !

Karadoc : Gauvain, mettez ce casque, il ne vous servira a rien puisqu’il ne va pas vous toucher , et vous Yvain, allez-y franco, si vous faites les choses a moitié, ca marchera pas !

Gauvain : je suis trop pas tranquille quoi !

Karadoc : mais c’est du velours, regardez nous, jamais pris un coup sur la poire pendant des années de combat !

Perceval chuchote a Karadoc : ouais, mais les combats, ils étaient à l’avant, et nous, on était plutôt vers l’arrière non ?

Karadoc : bon, vous êtes prêt, Yvain allez y !

Gauvain prends le gourdin direct sur le crane

Percval : mais vous avez merdé quoi là !

Yvain : je vois une lumière blanche

Gauvain : qu’ai-je fait misérable que je suis !

Perceval : mais c’est rien, c’est comme ça que sa rentre , mais il c’est passé quoi ?

Yvain : ben des qu’il a levé son truc la, j’ai fait un pas sur la gauche et après…non mais c’est trop dangereux votre truc !

Perceval a Gauvain : et vous, vous avez fait quoi ?

Gauvain : et bien j’ai fermé les yeux et j’ai frappé !

Perceval : ah ouais,  du coup, ça sert à rien de faire une esquive prématurée !

Karadoc : et ouais, en fait on vient d’inventer une nouvelle technique, la frappe aveugle !

Percvela : ben voila, c’est tout con, alors, ca vous la coupe ça, vous venez apprendre un technique et on en invente une nouvelle !

Karadoc : allez, on va perfectionner la technique de la frappe aveugle !

Gauvain : ne nous en voulais pas, mais….nous devons rentrer, un affaire urgente a régler !

Yvain : ah mais carrément, je vois flou quoi, avoir les yeux dérégler , c’est possible ?

Perceval : bon allez y, et…. Pas un mot que les secrets militaires que vous venez de voir !

Gauvain : ne vous inquiétez pas seigneur Perceval , nous savons garder un secret.

Karadoc : ben ben, on peaufine l’attaque aveugle :

Perceval : ouais, mais j’ai peur de découvrir une autre technique secrète de combat !

Karadoc : oui, vous avez raison, on va en rester la pour aujourd’hui !

Acte 3

Arthur, Leodagant, Lancelot,Merlin sur le champ de bataille !


Arthur : bon la, on est en surnombre, si on les fume pas …. !

Léodagant : attendez, mais il se passe quoi là- bas ??

Lancelot : on dirai que nos gars se font dégommer par ces 2 furieux !

Merlin : tiens c’est bizarre, on dirait des gars de chez nous !

Arthur : quoi ?

Leodagant : mais oui, c’est 2 gars a nous ça, mais c’est qui ces 2 débiles !

Merlin : et pourquoi ils on mis leur casque a l’envers ???

Arthur : ah, ca y est, ils se sont fait sécher, on reprend le dessus !

Lancelot : mais on ne va pas les aider . ?

Arthur : si 2 cons de notre armée nous foutent sur la poire, c’est pas moi qui va allez les sauver !

Leodagant : euh dites voir, vous avez une idée du couple de perdreaux qui serait capable de mettre leur casque à l’ envers et de taper au pif sur un champ de bataille !??

Arthur : j’ai une vague idée oui !


Ecran noir

Merlin : ah ben les 2 qui marchaient devant moi tout a l’heure, ils reculaient pas alors !?

Chevalier
Hors ligne
Le a écrit :

Yvain : Ah parce que votre sœur, c’est pas celle qui a piqué des cagettes de légumes au seigneur Galessin avant de partir se marier avec le chevalier Pigulu.

E-NOR-ME !!

Le scénario "Le Graal et le Graal" d'Agloval est très bien aussi mis à part la partie un peu trop développée sur le périple de Lancelot. Tu aurais pu réduire un peu ça. Mais le coup du "Fabriqué en Egypte" c'est très très bon. :)

Pécore
Hors ligne
provencalegaulois a écrit :

Karadoc : bon, vous êtes prêt, Yvain allez y !

Gauvain prends le gourdin direct sur le crane

Percval : mais vous avez merdé quoi là !

Yvain : je vois une lumière blanche

Gauvain : qu’ai-je fait misérable que je suis !

Perceval : mais c’est rien, c’est comme ça que sa rentre , mais il c’est passé quoi ?

Yvain : ben des qu’il a levé son truc la, j’ai fait un pas sur la gauche et après…non mais c’est trop dangereux votre truc !

Perceval a Gauvain : et vous, vous avez fait quoi ?

Gauvain : et bien j’ai fermé les yeux et j’ai frappé !

Perceval : ah ouais,  du coup, ça sert à rien de faire une esquive prématurée !

Karadoc : et ouais, en fait on vient d’inventer une nouvelle technique, la frappe aveugle !

Percvela : ben voila, c’est tout con, alors, ca vous la coupe ça, vous venez apprendre un technique et on en invente une nouvelle !

Karadoc : allez, on va perfectionner la technique de la frappe aveugle !

Gauvain : ne nous en voulais pas, mais….nous devons rentrer, un affaire urgente a régler !

Yvain : ah mais carrément, je vois flou quoi, avoir les yeux dérégler , c’est possible ?

Pas mal, mais moins drôle que les précédents.
Tu confond ici une fois de plus Yvain et Gauvain

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Le a écrit :

Karadoc : bon, vous êtes prêt, Yvain allez y !

Gauvain prends le gourdin direct sur le crane

Percval : mais vous avez merdé quoi là !

Yvain : je vois une lumière blanche

Gauvain : qu’ai-je fait misérable que je suis !

Perceval : mais c’est rien, c’est comme ça que sa rentre , mais il c’est passé quoi ?

Yvain : ben des qu’il a levé son truc la, j’ai fait un pas sur la gauche et après…non mais c’est trop dangereux votre truc !

Perceval a Gauvain : et vous, vous avez fait quoi ?

Gauvain : et bien j’ai fermé les yeux et j’ai frappé !

Perceval : ah ouais,  du coup, ça sert à rien de faire une esquive prématurée !

Karadoc : et ouais, en fait on vient d’inventer une nouvelle technique, la frappe aveugle !

Percvela : ben voila, c’est tout con, alors, ca vous la coupe ça, vous venez apprendre un technique et on en invente une nouvelle !

Karadoc : allez, on va perfectionner la technique de la frappe aveugle !

Gauvain : ne nous en voulais pas, mais….nous devons rentrer, un affaire urgente a régler !

Yvain : ah mais carrément, je vois flou quoi, avoir les yeux dérégler , c’est possible ?

Pas mal, mais moins drôle que les précédents.
Tu confond ici une fois de plus Yvain et Gauvain</div></blockquote>c'est quand meme dingue ce truc, ces 2 là, je les mets plus !

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Eh ben provencal t'as un sacré talent de scénariste!
y a plus qu'à mettre en pratique!
De mon côté je vais essayé de'en poster aussi.
Et encore bravo! "hum bravo" comme dirait notre burgonde!

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Comme le chevalier au pancreas, pas mal mais un poil en dessous des autres... Par contre: par pitie, verifiez vos textes et relisez-vous avant de poster! Faites-les meme relire par quelqu'un si vous voulez mais je vous assure que ca m'enleve une grosse partie de poilade toutes ces fautes. Par exemple, ta phrase : "Pas un mot que les secrets militaires que vous venez de voir !" moi ca m'a tout coupe, la, en plein milieu, parce que ca ne veut absolument rien dire....

Pécore
Hors ligne

En voilà un petit pour la route, je l'ais écrit assez vite, mais j'ai fais attention aux fautes d'orthographes, ne soyez pas trop dur svp. :)

Arsenic et vieilles dentelles

Arthur et Perceval sont dehors sur un banc.

Arthur : Perceval, mais pourquoi vous pensez que je vous aime pas

Perceval : Mais vous passer votre temps à me suspendre devant tous le monde.

Arthur : Vous quoi ?.......ah…… vous reprendre.

Perceval : Voyez qu’est ce que je vous disais.

Arthur : mais on est pas devant tous le monde là y a personne

Perceval : Y a personne, mais comment vous voulez dire ? Et nous deux ?

Arthur : Bon alors stop, vous allez pas commencer.

Perceval : Mais c’est trop tard, j’ai déjà commencé, ça fais une heure qu’on discute.

Arthur : Bon alors ça deviens carrément débile, j’me barre.

Arthur se lève et Yvain arrive en courant.

Yvain : Sire, Sire…………………………..Sire,Sire.

Arthur : Ben quoi qu’est ce qu’y a ?

Yvain : Sans blague, j’sais pas si je l’ais déjà dis mais les arrivées comme ça, c’est quand même
trop la classe quoi.

Perceval : Ouais c’est vrai, ça fait comme une sorte de plénitude.

Yvain : Ah je sais pas, moi la plénitude j’ais toujours cru que c’étais l’endroit ou on rangeait la
nourriture pour les moutons.

Perceval :Mais non la plénitude c’est une chose qui réfléchit la lumière, sans pour autant accaparer les autres de son affluctuation.

Yvain : Ah d’accord. ……………………………..Mais euh quel rapport dans ce contexte.

Perceval : Ben si votre arrivé là on aurait dit une sorte de plénitude.

Arthur : Est-ce que ça serait trop vous demander que de fermer vos mouilles bande de débiles.

Yvain : Oula ça gueule vachement ici.

Perceval :  Non, mais c’est pour moi, c’est normal, il m’aime pas.

Arthur : Mais je … Bon allez stop. Qu’est-ce que vous vouliez de si urgent vous ?

Yvain : Ma mère et sa tante vienne d’arriver.

Arthur : Pardon ? Mais j’en ai rien à foutre, votre mère elle est la les trois quarts de l’année vous allez pas me prévenir à chaque fois qu’elle descend d’une charrette ou qu’elle se casse un ongle.

Yvain : Non, pardon, votre mère et votre tante vienne d’arriver je les confonds toujours.

Arthur : Vous les confondez toujours avec qui ?

Yvain : Ben avec ma mère et sa tante.

Arthur : Ah parce que vous connaissez la tante de Perceval vous.

Yvain : Ben oui, c’est bien la femme du chevalier Pigru.

Arthur : Mais pas du tout…

Perceval : Si si je crois qu’il a raison…..Ah mais non, ça c’est la cousine de Lancelot.

Arthur : Parce qu’il a une cousine Lancelot ?

Perceval : Ben oui c’est pas elle qui est parti avec lui dans la forêt avec des cochons et le placard
de la cuisine.

Arthur : Non, mais ça c’est la mienne de femme et c’est quoi cette histoire de placard.

Perceval : Ben je sais plus exactement. Mais vous devriez y aller parce que ça à l’air urgent.

Arhur : Non, parce que je peux pas blairer ma tante.

Caradoc arrive en marchant.

Arthur : Ben qu’est-ce que vous foutez là vous ?

Caradoc : Ah Sire je viens vous prévenir que votre mère et votre tant sont là pour vous voir.

Arthur : Oui, mais je sais, Yvain viens de me le dire.

Caradoc : Oui je sais, on a fait la route ensemble.

Yvain : Ouais et c’est pas pour me la p’té mais mon entrée elle était quand même vachement plus tard.

Arthur : Mais vous avez fait la route ensemble et vous arriver 2 plombes après vous?

Caradoc : Ben oui comme on passait devant la cave, je m’suis dit : tiens tu va aller j’ter un coup
d’œil à l’affinage de tes fromages de brebis. Et après j’ai senti qu’y avait une sorte de cake, tout seul,  alors dans le doute je l’ai bouffé et j’en ai même donné un bout à Bohort.

Arthur : Comment il était avec vous ?

Caradoc : Ben oui il voulais m’accompagner jusqu’ici mais il a pas du supporter le voyage à peine
elle avit avaler un bout de cake. Boum, il est  partie en courant.

Arhur : Bizarre.

Merlin arrive fier de lui.

Merlin : Ah Sire, je vous cherchais, j’ais enfin fabriqué le gâteau empoisonné que vous m’aviez
demander.

Arthur : Ah , et sans blague, vous avez réussi.

Merlin : C’est sur, mais pour plus de prudence je l’ai laissé dans les caves. Ah ça y a pas plus
mortel, ça vous défonce un mec en moins d’une minute.

Arthur : Ah bon, ça me rassure, parce que je voulais l’envoyer à un chef de clan qui….Caradoc, venez voir.

Karadoc : Quoi Sire ?

Arthur : Répétez moi ce que vous avez mangé tout à l’heure.

Karadoc : Ben une espèce de cake tout vieux, douteux, caché derrière une commode, dans le
doute , je l’ai bouffé.

Merlin : Ah mais non mon cake empoisonné.

Arthur : Ben pas tant que ça apparemment.

Merlin : Mais si regarder ce que j’ai mis dedans…(il sort une bouteille de sa poche) de l’extrait de
…ah mais non, merde, j’me suis gouré, c’et de l’huile de Ricin, ça tu pas mais ça donne la chiasse
pendant une bonne semaine. Mais ça à l’air d’aller vous .

Caradoc : Ben oui, mais moi je suis immunisé parce qu’une foi…

Arthur : Non, non c’est bon

Perceval : Un gateau qui donne la chiasse, y avais certainement des pruneaux dedans, je m’souviens qu’une fois…..

Arthur : Non,non mais c’est bon j’vous dis, fermez là. Bon alors, Merlin vous m’en faite un autre et
vous faites attention à pas vous tromper. Et si vous pouviez en faire un autre, on le servira au
dessert demain.

Merlin : Ah mais attention, hein ? Si je réussi ça va être super dangereux.

*noir*

Arthur : Oui, mais demain, c’est particulier, je dîne seul avec ma tante.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Celui ci je l'aime bien, surtout la fin ^^

Petite remarque toutefois :

Le a écrit :

En voilà un petit pour la route, je l'ais écrit assez vite, mais j'ai fais attention aux fautes d'orthographes, ne soyez pas trop dur svp. smile

Arsenic et vieilles dentelles

Arthur et Perceval sont dehors sur un banc.

Arthur : Perceval, mais pourquoi vous pensez que je vous aime pas

Perceval : Mais vous passer votre temps à me suspendre devant tous le monde.

Arthur : Vous quoi ?.......ah…… vous reprendre.

Perceval : Voyez qu’est ce que je vous disais.

Arthur : mais on est pas devant tous le monde là y a personne

Perceval : Y a personne, mais comment vous voulez dire ? Et nous deux ?

Arthur : Bon alors stop, vous allez pas commencer.

Perceval : Mais c’est trop tard, j’ai déjà commencé, ça fais une heure qu’on discute.

Arthur : Bon alors ça deviens carrément débile, j’me barre.

Arthur se lève et Yvain arrive en courant.

Yvain : Sire, Sire…………………………..Sire,Sire.

Arthur : Ben quoi qu’est ce qu’y a ?

Yvain : Sans blague, j’sais pas si je l’ais déjà dis mais les arrivées comme ça, c’est quand même
trop la classe quoi.

Perceval : Ouais c’est vrai, ça fait comme une sorte de plénitude.

Yvain : Ah je sais pas, moi la plénitude j’ais toujours cru que c’étais l’endroit ou on rangeait la
nourriture pour les moutons.

Perceval :Mais non la plénitude c’est une chose qui réfléchit la lumière, sans pour autant accaparer les autres de son affluctuation.

Je sais que c'est dur de faire des scénar' moi même je n'y arrive pas, mais il faudrait innover pour le début.
Moi je trouve que ça fait trop .... trop je sais pas, redondant surement :D
Enfin c'est mon avis ^^

Chapeau quand même :p

Médiévalement,

Sylvus.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Me suis faite la meme reflexion que Sylvus en fait!
Surtout la : "Mais non la plénitude c’est une chose qui réfléchit la lumière, sans pour autant accaparer les autres de son affluctuation." Reflechit et accaparer renvoient directement a une terminologie deja employee... donc on a juste une impression de recyclage...
Attention je trouve toujours que vous vous en sortez magnifiquement!! Moi je serais incapable de mettre quelquechose par ecrit comme ca!! Donc mon conseil c'est juste : n'hesitez pas a vous lacher et a inventer vos propres expressions a la con!!!!

Pécore
Hors ligne

Merci de vos remarque, on va essayer d'inover la prochaine fois
:)

Pécore
Hors ligne

Le petit nouveau, assez court, mais bon qu'en pensez vous?

L’Heritier

Arthur déjeune seul avec Guenièvre et Yvain

Arthur : ils sont pas là vos parents aujourd’hui.

Guenièvre : non ils sont chez ma tata en Carmélide, elle est gravement malade, je pense même qu’elle va mourir, pauvre tata.

Arthur : Et vous ? Vous êtes pas allé à son chevet.

Guenièvre : Ben non, ma place est auprès de vous.

Arthur : Auprès de moi ? Mais pour quoi faire ?... Ah je vois vous vous entendiez pas très bien avec votre tante c’est ça ?

Guenièvre : Si si très bien, mais comme elle va mourir c’est plus pareil.

Arthur : Ah, vous l’aimez moins? vous avez peur des gens qui vont mourir ?

Guenièvre :Ben c’est un peu ça…

Yvain : Non mais j’comprends, c’est un peu comme les guêpes, on sait jamais quand elles vont se manifester.

Arthur : Pardon ? Mais qu’elle rapport avec les guêpes ?

Yvain : Et ben les guêpes si elles vous piquent, on peut mourir j’vous f’rait dire.

Arthur : Et alors, et les vieux…

Yvain : Comment ça les vieux, je vois pas le rapport.

Arthur : Bon ça va laissez tomber. Mais et vous, vous avez aussi peur des vieux qui vont mourir ?

Yvain : Non, non, moi c’est juste que j’en ai rien a taper.

Arthur : Ah ?

Guenièvre : Oh ben c’est pas très gentil.

Yvain : ouais mais n’empêche, j’en ais rien à taper.

Arthur : Eh ben entre celle qui a peur des vieux et l’autre qu’y en a rien à taper. Heureusement qu’y a vos parents pour sauver le coup et aller
voir votre pauvre tant en train de crever.

Guenièvre : Oh mais y s'en foutent aussi, ce qui les interessent c’est surtout l’héritage.

Vain : Ouais c’est aussi pour ça que je veux pas y aller.

Arthur : C’est-à-dire ?

Yvain : Je refuse de soutenir une cause qui consiste a détrousser les faibles dans l’indigence la plus complète dans le seul but d’enrichir sans
terme ni profit sa propre personne.

Arhur : Ah ouais carrément.

Perceval entre et s’assieds

Perceval : Ah Sire, ça me fait plaisir de vous retrouver, faut que je vous raconte ce qui m’est arrivé.

Arthur : Ca peut pas attendre ?

Perceval : Non, regardez ce que je ramène. Il sort de son sac un coffre rempli de pièce d’or.

Arthur : Mais c’est magnifique ça Perceval, racontez moi.

Perceval : J’étais à la taverne.

Arthur : Tiens donc comme c’est original. Et alors ?

Perceval : Ah non, non, non, je m’suis gouré, en fait je rentrais chez moi, j’arrive dans mon village comme à l’accointance.

Arthur : Comme à l’accoutumé.

Perceval : Ouais c’est pareil et là j’vois bien qu’y a quelque chose qui a changé, ça ressemble plus du tout à mon village. Alors je m’suis dit ou les
villageois ont tout changé depuis la semaine dernière, mais là c’est carrément chaud vu que si on compte les routes pavés  à refaire et les tours
à l’entrée sachant qu’y en a 7 avec mettons un jour par tour, ça nous donne un total de 7 jour pour tout changer alors en une semaine c’est carrément impossible.

Arthur : Oh,oh stop, on en a rien à péter de vos suppositions. Venez en au faits.

Perceval : Voilà, alors je me dit soit c’est ça, soit c’est qu’en fait je suis pas du tout dans mon village.

Arthur : Et alors ?

Perceval : Ben j’étais pas du tout dans mon village, je demande à un vieux, enfin, je dis un vieux, mais il était pas vieux, c’est juste pour que ce
soit un peu plus classe…

Arthur : parce que c’est classe les vieux, c’est plus mystérieux ?

Perceval : Si, si c’est pour ça que c’est classe.

Arthur : Ouais enchainez.

Perceval : et la devinez ce qui me dit le vieux, j’étais en Carmélide.

Arthur : En Carmélide, mais c’est carrément à l’opposé du pays de Galles, comment vous avez fait pour vous retrouver là bas ?

Perceval : Ben c’est que j’avais pas pris de carte.

Arthur : Je croyais que vous y compreniez rien aux cartes.

Perceval : Ouais justement, c’est pour ça que j’en ai pas pris.

Arthur : Ok et alors, le coffre vous l’avez trouvé ou.

Perceval : Ben j’ai vu un château alors comme y faisait nuit, j’ai décidé d’aller demander l’acide .

Arthur : L’acide ? ….Ah l’asile.

Perceval : Ouais voilà, l’asile.

Arthur : ……ETTTT ?

Perceval : Y avait pas un rat dans ce château, sauf une vieille.

Yvain : C’est vrai que ça fait hyper classe de rajouter des vieux tout le temps.

Perceval : Non mais c’était pas un vieux, c’était une vieille et cette fois c’est vrai. Elle était à deux doigts de crever celle-ci.

Arthur : Et ?

Perceval : Et elle m’a dit prend ceci noble chevalier, mon frère va venir, c’est un salaud, je préfère que tu le garde.

Guenièvre : et alors ?

Perceval : Ben je l’ai gardé. Vous voyez.

Guenièvre : Mais c’est l’emblème de ma tati sur le coffre.

Perceval : Après la vieille m’a dit de faire bonne usage, sois disant qu’il lui restait plus que ça.

Arthur : et ben c’est votre père qui va en faire une gueule en rentrant à Kaamelott.

Yvain : Oh Kaamelott.

Guenièvre : Et pourquoi ça ?

Arthur : Faire des kilomètres sous la pluie pour aller voir une vieille en train de crever et se faire piquer son héritage par un crétin qui sait pas
retourner chez lui sans passer par l’Afrique, j’aime autant vous dire qu’on a pas finit de l’entendre

Perceval : et qu’est ce que je fais du trésor ?

Arthur : Vous le mettez dans la salle des coffres et surtout pas un mot à Leodagant.

*noir*

Yvain : et alors la Carmélide ça vous a plut.

Perceval : Ben ça rassemble quand même vachement à chez moi, mais comme si on avait tout changé.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

ouai c'est pas mal du tout!
le seul pb c'est que je trouve que y a trop de références aux épisodes de Kaamelott comme les guèpes, cartes, les vieux. Enfin si c'est juste ce que je pense peut etre que d'autres vont trouver ça bien qu'il y ait des références.
sinon j'aime bien l'histoire, faudrait pratiquement une suite ac le retour de Léodagan! continue comme ça noble chevalier au pancréas! Merci de partager tes idées avec nous.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

slt, bon là, je suis un peu parti en live car j'ai écrit sans savoir ou je partais :) j'ai souvent de bonnes idées, mais j'ia du mal a les coucher sur papier !



le négociateur II



Arthur à merlin : dites …. !

Merlin : ah non, ça peut pas être moi, j’étais dans mon labo tout la journée !

Arthur : quoi ? mais vous êtes barré  ? j’ai pas ouvert la bouche que  vous êtes déjà sur la défensive !

Merlin : c’est devenu un reflex, a chaque fois que vous passez me  voire, c’est pour me mettre un danse !

Arthur : ouais, en même temps, je ne suis pas souvent passé ici pour vous féliciter !

Merlin ; voila, qu’est ce que je vous disais !

Arthur : bon, ça va bien, je suis venu vous demander si, alors j’insiste sur le coté éventuel de la chose,  vous auriez quelque chose pour soulager les piqures d’insectes.

Merlin : pourquoi ?

Arthur : …eh ben…. Je me suis un peu faire pourrir par un essaim de guêpes  pendant que je pioncé sous un arbre !!

Merlin : mais qu’est ce que vous foutiez sous un arbre ?

Arthur .. je ….euh , d’abord,je me demande ce que ça peut bien vous foutre ,ensuite, je vous demande un truc et vous me le donnez point barre !

Acte1

Merlin : moi je veux bien, mais c’est que j’ai plus rien en stock !

Arthur : dans ce cas là fabriquez en d’autres !

Merlin : très bien, je m’en occupe

Arthur : très bien je m’en occupe ???

Merlin : ben quoi, qu’est ce qu’il y a encore ??

Arthur : excusez-moi, mais j’ai pas bien l’habitude que vous me répondiez ça, en règle général, j’entends plutôt «  ah ça ? je sais pas le faire » ??

Merlin :non, mais ça n’a pas changé, ce que vous me demandez, je sais pas le faire !

Arthur : ?? quoi ???vous venez de me dire «  très bien, je m’en occupe » ???

Merlin : oui, j’attends qu’ Elias revienne de sa cueillette et je m’en occupe de la lui faire préparer !

Arthur ; mais j’y pense, ya même pas 2 jours le seigneur Lancelot vous avez demandé de lui en préparé une marmite entière pour ses troupes qui c’étaient fait bouffé par des guêpes !

Merlin : oui, mais j’ai plus rien ! le peu qui me resté j’ai du la donné au seigneur Bohort ce matin !

Arthur …. ??? au seigneur Bohort ce matin ??? mais comment c’est possible puisque je l’ai envoyé hier en mission diplomatique pour négocié un traité avec les burgondes ?

Merlin : mais il n’est pas parti, il est alité, il c’est fait agressé par des abeilles monstrueuses !

Arthur : je vais le tuer !! quand a vous…..euh…magnez vous !

Arthur par au pas de course chez Bohort

Acte 2

Bohort : ah sire, vous êtes venu me rendre une visite de courtoisie ?

Arthur : est ce que vous classez l’homicide volontaire dans la catégorie courtoisie ? vous n’étiez pas censé allé en mission diplomatique ce matin ?

Bohort ; mais sire ! je suis atrocement mutilé, des abeilles géantes se sont ruées sur ma personne, je n’ose même pas regardé ces horribles boursoufflures sur mon visage.. !

Arthur :…… vous n’avez rien sur le visage !

Bohort : comment ?

Arthur : non, vous n’avez rien , pas la moindre rougeur !

Bohort : mais enfin, je les ai senti se jeter sur mon visage…tenez, dans ma chute, j’ai réussi a tuer une de ces bêtes féroces, regardez !

Arthur : !! euh..oui, ça, c’est un bourdon !

Bohort : quel nom barbare qui siée si bien à ce genre de prédateurs, je ne vous ai pas menti, et vous avez vu la taille de cet insecte !?

Arthur : ah oui, c’est du beau bourdon, le soucis, c’est que les bourdons….CA NE PIQUE PAS ESPECE DE DEBILE  , ALORS VOUS ALLEZ VOUS LEVER ET FISSA, ENFILER VOS FRINGUES ET PARTIR FAIRE CE QUI ETAIT PREVU !

Bohort : mais sire…. !

Arthur : pas de «  mais sire » vous y allez et c’est marre, vous avez de la chance que je vous colle pas au cachot

Bohort : mais sire … j’ai déjà envoyé quelqu’un pour me remplacer pour cette mission !

Arthur : ….quoi ? Rassurez-moi, vous avez envoyé quelqu’un de diplomate, ayant des connaissances sur les traité de paix et pointu en négociations délicates !?

Bohort : …euh, en fait, dans le doute, j’ai préféré envoyé deux personnes qui …

Arthur effrayé : quand vous dites  deux personnes, vous voulez pas dire que ces deux personnes sont comme cul et chemise et comme ils font tout ensemble , vous n’avez pu en envoyé qu’un seul ….. !

Bohort : sire, comme vous savez bien trouver les termes pour décrire…… Arthur le coupe

Arthur : VOUS AVEZ ENVOYE PERCEVAL ET KARADOC EN MISSION DIPLOMATIQUE CHEZ LES BURGONDES ????

Bohort : mais je n’avais guerre d’autre choix sire, il n’y avait personne d’autres !

Arthur : bon ben , je vais convoqué tout les chefs de guerre, il faut s’attendre au pire !

Acte 3

Karadoc et Perceval revienne au château accompagné d’une délégation burgonde, Arthur arrive nerveusement

Roi burgonde : ARTHURRRRRRRR !

Arthur : attendez, je vais vous expliquer….. !

Roi burgonde : ARTHURRRRRR….. GUERRE…..MANGER !

Arthur : quoi ??qu’est ce qu’il baragouine ?, guerre manger ?? vous avez fait quoi encore bande de demeurés !

Perceval : attendez sire, on nous envoie en mission diplomatique, nous, on sait même pas ce que ça veut dire !

Karadoc : heureusement , on a négocié comme des chefs !

Arthur : comme des chefs ????? alors pourquoi l’autre barbare il parle que de guerre et de bouffe ??

Roi burgonde : ARTHUR……MANGER ….CUILLERRRR !

Arthur : oui … c’est ça !

Perceval : mais nous on c’est mis autour d’un table pour discuter, mais comme on comprenait rien, ca a durer, durer, durer

Perceval : voila, du coup, on a passé 3 jours a table !

Arthur : je comprends rien , il est ou le problème !

Karadoc : ben .. on a un petit peu tapé dans leurs réserves !

Arthur : qu’est ce que vous entendez par «  un petit peu » ?

Roi burgonde : ARTHUR …. FAMINE …… ( prout )

Arthur : famine ??? ne me dites pas que vous leurs avez bouffer leur stock de bouffe quand même ??!

Karadoc : ben on file des anguilles ….

Arthur : ??? de fil en aiguille ?

Perceval : ouais, c’est ça ! on c’est laissé entrainer de repas en repas et ..

Arthur : oui, surtout qu’ils n’ont pas du vous menacer d’une arme pour passer a table !

Karadoc : en attendant, j’ai ici un traité signé par les burgondes !

Arthur : quoi ? vous avez réussit à faire signer le traité à l’autre goret ?

Roi burgonde : …PROUT…

Karadoc : et ouais, on sait peut-être pas lire, mais on sait bien bouffer !

Perceval : allez, ramasse tes dents Yvan …euh, excusez moi sire !

Arthur : bon..ben, ça me trou un peu de vous le dire mais… bravo ! en plus, ça nous a rien couté !

Roi Burgonde : ARTHUR…..POM’……( prout)

Perceval : du coup, nous on risque plus rien !

Karadoc : nous, non, mais je suis inquiet pour notre stock de bouffe !


Arthur : ça va, il sont que 3, on va pas risquer la disette !

Perceval : ils sont 3 ok, mais ils restent une semaine quand même !


Arthur : une semaine !!!???, ah ben dites-donc,il se mouche pas du coude le burgonde ! Mais bon, si c’est pour le bien de la Bretagne


Ecran noir :


Perceval : par contre, sire, si vous voulez de l’aide pour lâcher des caisses a table, n’hésitez pas !

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Percevalegaulois j'admire ta facon de chopper les traits et expressions de chaque perso! Le coup du bourdon avec Bohort est fantastique!!

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Houlà, je m'absente deux jours et voilà deux nouveaux sketchs de nos deux scénaristes attitrés !

"L'héritier", ça m'a bien plu ! L'idée est très bonne, je trouve, et ça ne me dérange pas qu'il y ait des réutilisations des gags récurrents, vu qu'il n'y a pas d'abus et que le comique du sketch ne repose pas que là-dessus. Et les dialogues de Perceval, c'est tout à fait lui ! :)

Quant au "Négociateur II", déjà, c'est la suite d'un de mes sketchs préférés... donc ça partait bien. Merlin qui demande tout le temps "pourquoi ?", qu'est-ce que c'est horripilant, et c'est un des ressorts comiques du personnage (on a tous quelqu'un dans son entourage qui a le même défaut...) On sent que tu connais les personnages à fond, et les dialogues font vraiment réalistes. J'ai bien aimé le « ramasse tes dents Yvan  » ! (Vu ma signature...) Par contre, la chute n'est pas géniale. La phrase de Perceval m'a bien fait rire (allusion à la fois où ils ont mangé avec des Maures), mais je trouve que pour une chute, elle n'est pas trop à la hauteur de ce qui précédait. Mais bon, c'est juste mon avis.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Agloval a écrit :

Houlà, je m'absente deux jours et voilà deux nouveaux sketchs de nos deux scénaristes attitrés !

"L'héritier", ça m'a bien plu ! L'idée est très bonne, je trouve, et ça ne me dérange pas qu'il y ait des réutilisations des gags récurrents, vu qu'il n'y a pas d'abus et que le comique du sketch ne repose pas que là-dessus. Et les dialogues de Perceval, c'est tout à fait lui ! :)

Quant au "Négociateur II", déjà, c'est la suite d'un de mes sketchs préférés... donc ça partait bien. Merlin qui demande tout le temps "pourquoi ?", qu'est-ce que c'est horripilant, et c'est un des ressorts comiques du personnage (on a tous quelqu'un dans son entourage qui a le même défaut...) On sent que tu connais les personnages à fond, et les dialogues font vraiment réalistes. J'ai bien aimé le « ramasse tes dents Yvan  » ! (Vu ma signature...) Par contre, la chute n'est pas géniale. La phrase de Perceval m'a bien fait rire (allusion à la fois où ils ont mangé avec des Maures), mais je trouve que pour une chute, elle n'est pas trop à la hauteur de ce qui précédait. Mais bon, c'est juste mon avis.

merci, le probleme c'est que je ne m'arretais plus et que je partais pour 2 actes de plus, j'ai du finir brutalement, je ne suis pas content de ma chute aussi :(

Croustillant
Hors ligne

Bon alors déjà, c'est une excellente initiative que de mettre en place ce topic et malheureusement vous ne couperez pas à mon petit scénario:

Pour entrer dans la légende

Acte I
On ne voit pas qui parle
« Kaamelott, joyau du monde celte. Rassemblement des plus grands chevaliers du royaume, hommes de vertu et de courage... »
Père Blaise et Arthur dans la salle de la Table ronde
BLAISE: Voilà, donc moi je peux pas continuer à écrire des conneries pareilles et en plus ça devient limite blasphème. Et pourtant, il faut bien que je vous fasse entrer dans la légende.
ARTHUR: Je sais bien mais on fait avec ce qu'on a.
BLAISE: Ben justement. A part une équipe de glandus et...
ARTHUR: Oui non mais ne commencez pas vous! (pause) Bon, ben je vais voir ce que je peux faire niveau quêtes... En plus je suppose qu'il faut que ce soit assez épique?
BLAISE: Ah oui, faut pas que ce soit comme l'autre fois où il y avait personne et que...
ARTHUR: Oula! c'est bon. Je vais attendre la Dame du Lac. (pause) C'est bon vous pouvez sortir. (pause) Allez barrez-vous!

Acte II

Arthur, Guenièvre, Séli et Léodagan à table
LEODAGAN: Et ben vous êtes encore bien agréable vous!
ARTHUR: Mais j'ai pas dit un mot!
LEODAGAN: Ben justement. Vous êtes pas agréable parce que vous ne nous adressez pas la parole.
ARTHUR: Oh non! Mais en plus j'ai vraiment pas envie aujourd'hui...
SELI: C'est vrai que vous pouvez quand même faire l'effort de dire quelque chose
ARTHUR: Mais c'est pas vrai! Vous pouvez pas...
La Dame du Lac apparaît
ARTHUR: Et c'est maintenant que vous venez vous!
LEODAGAN: De quoi?
ARTHUR: Et voilà ça va encore durer des plombes!
GUENIEVRE: Mais pourquoi?
ARTHUR: Bon, je parle à la Dame du lac et vous pouvez pas la voir.
LEODAGAN: Mais vous nous l'avez encore jamais faite à table celle là! Comme quoi, vous nous surprenez toujours.
LA DAME DU LAC: Arthur, tu m'a appelé.
ARTHUR: Oui  il me faudrait un quête épique pour la légende et tout le bordel.
SELI: Mais qu'est-ce que vous chantez?
LEODAGAN: Mais vous voyez pas que c'est sa nouvelle façon de se débarrassez de nous. Sa soit disant Dame du Lac, avant, il s'en servait juste pouf faire son intéressant, maintenant, c'est pour qu'on lui foute la paix.
LA DAME DU LAC: Vous savez que je n'aime pas quand on doute de mon existence?
ARTHUR: Oui.. on verra ça plus tard. Donc vous avez ce que je vous demande.
GUENIEVRE: Mais je comprends rien moi!
LEODAGAN: Mais il y a rien à comprendre c'est une combine pour qu'on s'en aille.
ARTHUR: Et ben c'est ça, barrez-vous! Bon la quête?
LEODAGAN: Non mais c'est trop facile. Sous prétexte que vous parlez tout seul, je vous foutrai la paix? Non, je peux pas faire ça.
GUENIEVRE: Mais quelle quête?
LA DAME DU LAC: Arthur?
ARTHUR: Oui, je vous écoute.
LA DAME DU LAC: Alors, les Dieux pensent que s'ils te donnaient une quête en plus de celle du Graal, ils serviraient juste à te donner de la légitimité. Donc je ne peux pas te donner une quête pour l'instant. Désolé.
Elle disparaît
ARTHUR: Mais non mais ne partez pas! Moi, si je fais ça c'est pour les honorer et tout le bazar.
GUENIEVRE: Mais qui?

Acte III

Dans les couloirs, Père Blaise et Arthur
BLAISE: Alors?
ARTHUR: Alors, vous continuez à écrire des conneries.

Fin

Bonne journée!

Edit: Au fait, je viens de lire les autres (oui après que j'ai écris moi c'est pas bien etc...) et on s'imagine vraiment la scène jouée par les acteurs de la série!

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Super^^!! Mais ( ben un tout petit quoi^^) je trouve la fin un poil abrupt. J'ai du mal à m'imaginer le générique de fin arrivant vers la fin de l'acte , avoir ensuite le fond noir  et ensuite la scénette de fin...Je ne sais pas trop comment l'exprimer mais je ressens comme une brisure nette entre la phrase de Guenièvre et la chute ce qui pour moi atténue son impact. Une ligne ou deux en plus pour faire la transition serait la bienvenue.

Au delà de ce petit bémol ( qui n'est que mon avis^^) je le trouve comme toujours excellent et apprécie comment tu renouvelles l'apparition de la dame du lac et la réaction de Léodagan^^! Cela apporte une fraîcheur aux scènes des repas^^! Bravo^^!

Croustillant
Hors ligne

Alors déjà, Abbadon, merci d'avoir réagi; ca fait vraiment plaisir. Et je vous en met un autre où j'ai essayé de soigner la fin (même si j'arrive décidemment pas à trouver de bonnes chutes...)

Le disciple

Acte I

Arthur et le maître d'armes dans la salle d'entraînement
ARTHUR: Ça sent pas le cramé là?
LE MAITRE D'ARMES: En effet sire.
Arthur va dans le couloir où il trouve Merlin le visage plein de cendres
ARTHUR: Ah Merlin, il y a un truc qui a brulé? Et vous, qu'est-ce que vous vous êtes fait?
MERLIN: Non mais c'est moi je voulais préparer une potion pour accélérer la pousse des plantes et je me suis mélangé les pinceaux...

Acte 2

Dans la salle du trône, Arthur sur le trône avec Léodagan à ses côtés, Elias et Merlin arrive
ARTHUR: Voilà! Donc compte tenu des derniers évènements...
LEODAGAN: (à l'adresse de Merlin) Et entre parenthèses, vous avez encore brillé.
ARTHUR: Merci. Donc on a décidé...
LEODAGAN: Non, vous avez décidé! Parce que moi je suis plutôt pour qu'il se barre du royaume.
ARTHUR: Oui, je peux parler? Donc, décidément vous avez des... lacunes en magie.
ELIAS: Des lacunes! Mais des lacunes ça sous entend qu'il sait certaines choses mais là...
ARTHUR: Non, non... c'est bon!
MERLIN: (à l'adresse d'Elias) Ouais, exactement! Alors...
ARTHUR: Zut! Donc, on... j'ai décidé qu'Elias, vous donnerez des sortes de cours de magie à Merlin.
ELIAS: Quoi! Mais il me faudrait une éternité pour lui apprendre à faire quelque chose sans faire flamber le château.
MERLIN: (à l'adresse d'Elias) Vous vous en sentez pas capable c'est ça!
ARTHUR: Ca prendra le temps le temps que ça faudra mais vous lui apprendrez. C'est un ordre.
Coupure
Au laboratoire, Elias et Merlin
ELIAS (qui tient un ustensile dans ses mains): Donc, ça c'est une fiole.
MERLIN: Oui ben ça va, je sais quand même le nom du matériel.
ELIAS (qui prend un autre ustensile): Et ça c'est quoi?
MERLIN: Oui... ben c'est bon! Je peux pas tout connaître non plus!
ELIAS: Mais c'est pas que vous connaissez pas tout, c'est que vous connaissez rien!
MERLIN: Arrêtez de vous moquer de moi sinon je le dis à Arthur!
ELIAS: Et ben allez-y!
Merlin sort
    Coupure       
Au laboratoire, Merlin revient content
MERLIN: Alors, le roi Arthur a dit que si vous me chambrez encore vous aurez affaire à lui. Et toc!
ELIAS: Et ben je vais vous laisser et...
MERLIN: Il a dit aussi que vous étiez obligé de m'apprendre la magie.
ELIAS: Mais qu'est-ce que vous voulez que je vous apprenne là, maintenant?
MERLIN: Ben je sais pas une potion facile. Il y en a pas?
ELIAS: Ben des potions faciles sûrement mais qui sont à votre niveau je crois pas.
MERLIN: Eh! Mais vous recommencez là!
ELIAS:Bon! Et ben on va essayer une potion de guérison des blessures mineures.

Acte III

Dans la salle d'entraînement, Arthur et le maître d'armes
LE MAITRE D'ARMES: Sire, il me semble que ça sent le brûlé.
ARTHUR: Mais c'est pas vrai!
Il sort et retrouve Merlin le visage encore plein de cendres
ARTHUR: Mais qu'est-ce que je vais faire de vous!
MERLIN: Oui mais là c'est pas pareil. C'est Elias qui m'a mal expliqué.

                                                                   FIN

Joyeux noël à tous!

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Provençal : j'aime bien tes sketchs, ils sont courts mais ce n'est pas grave, on n'est pas astreint aux trois minutes réglementaires. Ce que j'apprécie, c'est surtout les chutes. En fait, je me suis aperçu en réfléchissant sur les scénarios des uns et des autres (et des miens) que ce que je préfère, c'est les sketchs à chute, donc là ça m'a bien fait rire. Surtout que je voyais en imagination la tête cramée de Merlin dans le deuxième sketck... Et puis son « Oui mais là c'est pas pareil. C'est Elias qui m'a mal expliqué », c'est tout à fait lui !

Mais...

Mais j'attends la suite avec impatience ! :D

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

^^ hé hé, j'ai parfaitement imaginé la tronche à Merlin toute noire^^!!
Et faire qu'Elias apprenne la magie à Merlin, fallait oser^^!! J'adore et j'adhère^^!!
Un tout petit par contre^^( si je peux^^).
Donc par contre je suis étonné qu'Elias accepte l'ordre du Roi sans trop rechigner ni même demander une contrepartie quelconque. Quand on connaît sa fourberie et son opportunisme, je le trouve un poil bisounours pour le coup^^!!
J'aime bien ta chute, pourquoi pas toi? C'est un rappel du début et je la trouve naturelle, dans le ton de ton scénario^^! Pour moi c'est ok.

Petite question en aparté, avances tu sur le scénario pour le projet que tu as lancé? Tiens nous au courant quand tu le souhaiteras, moi je trépigne d'impatience^^.

Bon noël à toi^^.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB