Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui fait un bisou à sa tatie ! !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Agloval a écrit :

Il me semble qu'il y a parfois dans la série des clins d'oeil à d'autres films. Par exemple il y a un épisode qui évoque La Guerre des Etoiles, avec le sabre-laser, ou Stargate, avec la porte qui donne sur un autre bout de la galaxie...

Mais justement!!! J'ai l'impression que tu oublies un point important ici! L'important n'est pas le clin d'oeil a un film c'est son integration!!!! Outre le cote geeky/fantastique de Star Wars et Stargate (qu'Alexandre Astier reconnaitrait plus que certainement ^^), ils ont ete integre de maniere tres intelligente: Star Wars pour faire une comparaison (et egalement un hommage je suppose) entre Sabre laser et Excalibur! Arthur le dit d'ailleurs lui-meme a la fin de l'episode: une epee magique c'est personnelle ca m'emmerderait si on venait me piquer Excalibur... et pis j'en ais deja une j'vais pas faire collection!!! Le lien est ici parfaitement dose! Tu sera d'accord j'espere que ca aurait vachement moins bien marche avec le casque de Darth Vader... Non???

Pour Stargate idem! Cela correspond au cote magique/demonique soit disant existant a cette epoque! La encore l'objet est egalement lie a un personnage d'une facon assez interessante en l'occurence Perceval! Perceval, le mec qui veut voyager dans les etoiles, qui pense que la terre est ronde, qui a finalement un cote aventurier quand il ne voit pas le danger! Et la, la porte est un outil fantastique! Il y va a la one again le Percy!! Meme pas peur! Meme si il pourrait y avoir des mecs aussi vindicatifs que des panneaux de l'autre cote! D'ailleurs cela prend pour moi toute son ampleur avec l'opposition Perceval/Bohort! Celui qui y va les yeux fermes contre celui qui ferme les yeux par peur de ce qui peut arriver par la porte!

D'ou j'ai toujours un pb avec ton Sire yes Sire (enfin Sire oui Sire pardon ^^). Il n'est pas relie a un trait ou un perso tres precis pour moi. A la rigueur si tu veux partir sur le cote crise d'autorite peut-etre aurais-tu du choisir Lancelot!!! Et oui, c'est lui qui, a la grande surprise de beaucoup mais surtout du Roi, s'est limite comporte en tyran a la table ronde en l'absence du souverain! La je verrais bien un exces de sa part! En commandement d'armee ou quelquechose du genre, en forcant les "officiers" a lui parler d'une certaine facon, a respecter sa superiorite et son etat de chef! Je suis pas sure d'etre bien claire mais je veux juste te faire comprendre ce qui fait qu'avec moi par exemple ce ressort comique n'a pas du tout marche! Alors que par contre effectivement comme je l'ai deja dit j'ai adore le running-gag avec Leodagan!!! Celui-la pour moi est tout a fait dans le lignee du personnage... On le voit faire quand tu le decris! Alors que Karadoc desolee je le vois pas dire Sire oui Sire...

Agloval a écrit :

Tu es trop exigeant

D'aucun dirait que non je suis juste une gonzesse donc nee pour emmerder le monde! :D (tiens ca pour le coup je le vois bien aussi dans la bouche de Leodagan...)

Pécore
Hors ligne

Bonjour à tous, je suis content que quelqu'un se soit lancé et nous ait envoyé deux épisodes qui me semblent assez bon.
J'aime bien le premier, car il correspond bien niveau format mais je trouve le second plus drôle et plus dans le ton dans la série même s'il est un peu long.

J'espère que d'autre oseront se lancer dans l'écriture et enverront leurs épisodes .
Car cela permet vraiment de voir si l'on a compris le rôle de chaque personnage et l'atitude qu'ils pourraient avoir face aux situations.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne
Eilonwy a écrit :

D'ou j'ai toujours un pb avec ton Sire yes Sire (enfin Sire oui Sire pardon ^^).

Il est intégré de façon naturelle : devant la crise d'autorité d'Arthur, les chevaliers se font tout petits. Simplement, au lieu de dire "Oui Sire", ils disent "Sire, oui sire". Du moins Karadoc.

A la rigueur si tu veux partir sur le cote crise d'autorite peut-etre aurais-tu du choisir Lancelot!!! Et oui, c'est lui qui, a la grande surprise de beaucoup mais surtout du Roi, s'est limite comporte en tyran a la table ronde en l'absence du souverain! La je verrais bien un exces de sa part!

Sauf que je n'avais pas droit à Lancelot d'après le règlement... :) De toute façon Arthut a déjà fait une crise d'autorité (au moins dans l'épisode des casques). De plus, il y a un élément fondamental : Atrhur est le seul personnage (avec Lancelot, c'est vrai) à avoir conscience du côté solennel de la Table Ronde et tout ce qui va avec. Lorsque l'empire romain chute, il n'y a que lui pour saisir toute l'importance historique de l'évènement. Même Lancelot ne l'aurait pas saisi. Il était donc naturel, compte tenu des personnages existants, que ce soit Arthur qui souhaite une réunion solennelle. Et donc, que ce soit Arthur qui se fâche puisque c'est à nouveau le bazar.

Finalement, le seul truc qui ne va pas, c'était le "Sire, oui, Sire", c'est bien ça ? La crise d'autorité d'Arthur, j'y tiens, elle est essentielle. Et puis je garde le "Sire, oui, Sire", je le trouve bien. Et puis bon, j'ai bien le droit d'inventer. Ce n'est pas parce qu'A. Astier n'aurait jamais écrit ce genre de choses que je ne peux pas le faire ! :)

Mais je te remercie de ton avis : même si je défends le sketch, je trouve agréable d'avoir des critiques détaillées !

le a écrit :

je trouve le second plus drôle et plus dans le ton dans la série même s'il est un peu long.

On pourrait imaginer que, comme pour l'épisode de la poétique, ou pour celui où Bohort tente de convaincre le maître d'arme qu'Arthur a épousé Mevanwi, on pourrait imaginer que, comme eux, ce sketch soit divisé en deux épisodes. Cela dit, qu'importe... S'il faut se forcer à ce que ça fasse trois ou sept minutes ou je ne sais quoi... :)

Car cela permet vraiment de voir si l'on a compris le rôle de chaque personnage et l'atitude qu'ils pourraient avoir face aux situations.

Houlà, tu vas un peu loin... Pour moi, ça pemet surtout de patienter en attendant le retour de la série sur nos télés.

Pécore
Hors ligne
Agloval a écrit :

Houlà, tu vas un peu loin... Pour moi, ça pemet surtout de patienter en attendant le retour de la série sur nos télés.

Ouais c'est vrai mais je pense quand même que c'est nen essayant de faire parler chaque personnage qu'on voit à quel point c'est difficile de garder une certaine constance de ceux-ci dans leurs gestes et paroles.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Agloval a écrit :

Tu es trop exigeant ! J'ai juste écrit un sketch, sans trop me préoccuper du format... Tant qu'il n'y a rien à gagner dans le concours lancé par Le chevalier au pancréas, je ne ferai pas plus d'efforts ! :)

Comment? mais tu gagnes notre admiration et reconnaissance éternel pour la rigolade accordée! tu vas pas me dire que c'est rien!
et que Dieu te le rende en enfants (ou au moins en essais :D )

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

beh Agloval tu serais gentil de bien tout quoter parce que la tu m'attribues dans le lot des propos qui ne sont pas les miens!!! :D

Agloval a écrit :

Finalement, le seul truc qui ne va pas, c'était le "Sire, oui, Sire", c'est bien ça ? La crise d'autorité d'Arthur, j'y tiens, elle est essentielle. Et puis je garde le "Sire, oui, Sire", je le trouve bien. Et puis bon, j'ai bien le droit d'inventer. Ce n'est pas parce qu'A. Astier n'aurait jamais écrit ce genre de choses que je ne peux pas le faire !

Ah non mais on est bien d'accord! Moi les commentaires que je fais sont juste le reflet de ma vision de Kaamelott et je ne pretends surtout pas qu'elle soit universelle ^^

Agloval a écrit :

Sauf que je n'avais pas droit à Lancelot d'après le règlement...

Ouh la vilaine mauvaise foi ^^! Tu veux que je te quote la premiere phrase de ton post ou tu as mis ton premier sketch??? :D (Rhoooooooo c'est bon je taquine!!)

Agloval a écrit :

Mais je te remercie de ton avis : même si je défends le sketch, je trouve agréable d'avoir des critiques détaillées !

You are very much welcome!! Plus que des critiques je le vois comme des observations tout le monde n'ayant pas les memes gouts... et c'est tant mieux!!

Le a écrit :

J'espère que d'autre oseront se lancer dans l'écriture et enverront leurs épisodes .
Car cela permet vraiment de voir si l'on a compris le rôle de chaque personnage et l'atitude qu'ils pourraient avoir face aux situations.

Sauf que comme tu peux le voir ne serait-ce qu'Agloval et moi avons des vues differentes des perso et de leurs caracteristiques intrinseques!!! :D

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Je continuer à tricher avec un nouveau sketch. C'est la suite du précédent... J'ai de nouveau suivi les règles du jeu sur les personnages demandés.

- La délégation -

Réunion de la table ronde. Sont présents : le roi Arthur, Léodagan, Bohort, Perceval, Karadoc, Hervé de Rinel, Yvain et Gauvain. Le père Blaise est debout devant son pupitre. Léodagan est tout sourire, un sourire fier, le genre de sourir qu'on a quand on a gagné la coupe du Monde...

Arthur - Dites-moi, beau-père, vous m'avez l'air de fort bonne humeur ! C'est la chute de Rome qui vous fait ça ?
Léodagan - La ?
Arthut - La chute de Rome !
Léodagan - Ah ouais, la chute de Rome... Mais nan !
Bohort - Le seigneur Léodagan vient de fêter le premier titre du royaume de Carmélide aux jeux calédoniens.
Arthur - Ah, c'est vrai que c'est en ce moment...
Léodagan - Eh ouais, et le champion du tir à l'arbalète, c'est un gars de chez nous !
Karadoc - Toutes mes félicitations ! Savez-vous si Vannes...
Perceval - Pays de Galles indépendant ! (Tout le monde le regarde...) Nan mais c'est juste un cri d'encouragement pour notre équipe...
Arthur - On va arrêter là ! Je vous rappelle l'ordre du jour : les obsèques du dernier empereur de Rome. C'est quand même autrement plus important !
Léodagan fait une moue dubitative...
Arthur - Pour l'instant personne n'a pris la succession de l'empereur. D'après mes espions, un chef germain du nom d'Odoacre regrouperait une armée pour s'emparer de Rome, mais le chef des Ostrogoths, Théodoric, aurait l'intention de s'y faire sacrer roi. Vous connaissez tous de réputation Théodoric, n'est-ce pas ?
Léodagan - Oui, oui, et alors ?
Arthur - Dites-donc, les nouvelles sportives vous intéressent plus que les nouvelles politiques, on dirait ?
Léodagan - Je ne dis plus rien, continuez... (Léodagan se tourne vers la porte, comme s'il attendait quelqu'un.)
Arthur - Bref, la situation à Rome est un vrai sac de noeud, mais en attendant, les Romains contrôlent encore leur ville. Nous, le royaume de Bretagne...
Léodagan - Mais résumez ! C'est quoi la tuile qui va nous tomber sur le paletot ?
Yvain - J'confirme, c'est chiant...
Gauvain - Tandis que les nouvelles du seigneur Léodagan étaient des plus passionnantes !
Arthur - Très bien, je résume : un émissaire breton doit représenter le royaume pour les obsèques, c'est important d'un point de vue diplomatique, notamment vis à vis des prétentions ger... Bref, l'un de vous doit s'y rendre. C'est ça la tuile.
Karadoc - Il y aura un banquet ?
Arthur - Vous rigolez ? Les campagnes du Latium ont été dévastées, les pécores en sont réduits à se nourrir de graines et de racines...
Léodagan (ironique) - Ben envoyez votre maître d'arme.
Le maître d'arme - Je ne mange pas de graines ! Hu-hum, excusez-moi Sire, messires les chevaliers... Un espion du seigneur Léodagan m'a apporté une missive confidentielle de première urgence et comme il lui est interdit de pénétrer ici, j'ai pris sur moi...
Léodagan - Ah ouais, donnez-la moi ! Et je vous prie humblement de m'excuser, je vous demande pardon, tout ça.
Le maître d'arme lui passe la missive, s'excuse du dérangement, puis quitte la pièce. Léodagan déplie aussitôt le parchemin et le lit tandis qu'Arthur continue.
Arthur - Les obsèques du dernier empereur seront une cérémonie sobre et grave. Mais digne. J'avais pensé envoyer le seigneur Bohort.
Bohort - Moi, Sire, mais... ne suis-je pas plus utile à Kaamelott ?
Arthur - Je ne vois que vous : quelqu'un qui connaît les bonnes manières, qui ne s'empiffre pas, qui sait s'habiller - à propos, il vous faudra une tenue d'apparat - et qui supporte le climat méditerranéen...
Bohort - C'est vrai que vu sous cet angle, ça a l'air intéressant. La tenue d'apparat, je pourrais peut-être la confectionner moi-même ?
Arthur - Pas le temps, vous irez l'acheter sur place. (La mine de Bohort se réjouit à l'idée de faire du shopping à Rome.) Ils sont ric-rac niveau bouffe et or, par contre niveau belles étoffes, c'est l'abondance, vu que les barbares n'y ont pas touché... Mais ! (Arthur se tourne vers Léodagan en train de lire sa missve) Vous vous foutez de qui, là ?
Léodagan - Hein ? Heu... c'est des nouvelles urgentes, vous pouvez pas comprendre !
Arthur - Des nouvelles plus urgentes que les réunions de la table ronde ? Le roi de Carmélide est mort ?
Hervé - Ah c'était lui ?
Léodagan - Oui, bon, ça va... (Il replie la missive.) Donc vous disiez que la situation politique de Rome est un vrai sac de noeud ?
Arthur - Non ce n'est pas ça ! Je proposais au seigneur Bohort de conduire la délégation bretonne à Rome.
Léodagan - Bohort ? Avec les barbares aux portes de Rome ?
Bohort (effrayé) - Les barbares sont aux portes de... ?
Arthur - Mais non ! Les Germains sont encore loin... (Bohort n'est pas convaincu...) S'il vous plaît, seigneur Bohort, je n'ai que vous ! Je ne vais pas envoyer Karadoc, il mourrait d'inanition.
Karadoc - Je confirme.
Arthur - Perceval non plus, il ne connaît pas l'étiquette des cours méditerranéennes.
Perceval - Ouais, c'est pas faux !
Arthur - Léodagan serait foutu de déclarer la guerre aux Ostrogoths et de ramener deux ou trois balistes comme souvenir de voyage.
Léodagan (lève les yeux de son parchemin) - Ben ce serait dommage de faire le voyage à vide.
Arthur - Mais, encore le nez dans ce... Bon, donnez-moi ça !
Léodagan - C'est bon, j'arrête, c'est promis.
Arthur - Donnez-moi cette missive !
Léodagan - Pas question, c'est secret d'état.
Arthur - La Carmélide fait partie de la fédération bretonne que je dirige, vous êtes tenus de me faire part de tous les secrets de votre royaume. Donnez-moi ça ! (Léodagan obéit un peu à contre-coeur. Arthur regarde le papier.) Mais vous vous foutez de moi ! « Concours de tronçonnage de bûche : 1) chevalier O'Flanagan, Irlande, 2) chevalier Cymrulf, pays de Galles, 3) chevalier... » Vous avez employé un espion pour vous tenir au courant des résultats des jeux calédoniens ?
Léodagan - Ben, si je dois me contenter des bardes, il y a trois/quatre semaines de décalage. Là j'ai les résultats du jour.
Yvain - C'est qui le troisième au tronçonnage de bûche ?
Léodagan - Je sais plus, un Orcanien...
Gauvain - Un Orcanien ? Ah, j'en suis fort aise : c'est notre quatrième médaille !
Arthur (qui réfléchissait) - Mais... le réseau d'espionnage, il est centralisé sous les ordres de Lancelot, il me semble ? Il est au courant, Lancelot, que vous utilisez ses espions pour ces futilités ?
Léodagan - Évidemment que non ! Hé, mais vous n'allez quand même pas lui raconter ça ? Il va me tuer !
Arthur - On verra ça... Vous avez bien de la chance qu'il soit parti en mission d'espionnage, tiens, justement. Bon, je confisque la missive, donnez ! Seigneur Bohort, avez-vous eu le temps de réfléchir à ma proposition ? D'un côté une menace d'invasion barbare, mais diffuse et lointaine, de l'autre le Soleil, les boutiques romaines, les toges, les capes, la soie, la cannelle, l'étiquette méditerranéenne (que vous avez pu apprécier lors de votre mission en Andalousie) et un peuple raffiné qui s'intéresse autant que vous au noble art de la décoration...
Bohort - Après tout, cela vaut bien quelques risques... Et puis, ne suis-je pas un chevalier ?
Arthur - J'aime vous l'entendre dire ! Pensez à choisir une escorte de qualité.
Bohort - Pourrais-je me faire accompagner des seigneurs Yvain et Gauvain ?
Gauvain - Oh oui, mon oncle, dites-oui ! Nous saurons nous montrer fort dignes !
Yvain - Ouais mais ça l'fait pas, on va rater la fin des jeux, pff...
Gauvain - Attendons au moins la fin des joutes nautiques. Seigneur Bohort, je me suis laissé dire que les marins de Gaunes avaient de fortes chances de l'emporter.
Bohort - En effet, nous comptons beaucoup sur eux pour gagner la médaille d'or. Sire, pouvons-nous attendre une semaine ?
Arthur - Dans une semaine, les barbares seront réellement aux portes de Rome, imbécile ! Vous croyez que les hauts dignitaires Romains vont vous attendre pour célébrer les obsèques de l'empereur alors qu'ils n'ont qu'une hâte, s'enfuir !
(Yvain a profité de la confusion pour récupérer la "missive" de Léodagan. Les deux compères lisent ensemble les résultats. Arthur les regarde, espérant qu'ils vont s'arrêter et seront confus, mais non... Arthur commence à désespérer.)
Yvain - Wouh ! La Carmélide a gagné une médaille d'argent au lancer du marteau ! Wouh ! Psshhh... (fait des gestes de triomphe à la Yvain)
Léodagan - Faites-voir !

* début du générique *

Arthur, désabusé, lit la "missive". (Puisque apparemment les chevaliers ne s'intéressent qu'aux résultats des jeux calédoniens, il s'est résigné à les leur lire, histoire que ce ne soit pas le foutoir à la table ronde. Effectivement, tout le monde est attentif.)

Arthur (d'un ton désabusé) - Concours de tir à la corde. Médaille d'or, le chevalier Venceslas, du royaume de Tintagel. Tiens... Médaille d'argent, le chevalier Armand, du royaume de Vannes...
Karadoc - Ah ! Ça se fête, ça !
Arthur - Médaille de bronze, le seigneur Mathias, du duché d'Aquitaine. Ensuite... Concours des archers, catégorie cible à cinquante mètres. Médaille d'or, le chevalier... hein !
Léodagan - Quoi, qu'est-ce qu'il y a ?
Arthur - Mais dites-moi que c'est pas vrai ! Médaille l'or, le chevalier Lancelot du Lac, chevalier errant. En mission d'espionnage, qu'il m'avait dit !
Perceval - Mais, Sire, vous devriez être fier de lui !
Bohort - Songez qu'il rentre dans l'histoire, avec ce troisième titre d'affilée !
Arthur se tient la tête dans les mains.

* écran noir *

Arthur - Et le royaume de Logres ? Aucune médaille d'or ?
Léodagan - Attendez que je regarde... Si, vous en avez une. Mouais, bof, c'est dans le concours de manger de tartes...
Arthur - Ah, c'est vrai qu'on est forts en pommes...

FIN

---
Une petite explication, parce que j'ai peur que ce ne soit pas très clair. On pourrait en effet se demander pourquoi les jeux calédoniens ont pour concurrents des non-calédoniens.

De temps en temps, Eurosport diffuse des "sports écossais". Tir à la corde, lancer de tonneaux, de troncs d'arbre, débittage de bûches, etc. Le mot "écossais" signifie que ce sont des sports écossais, pas que c'est un championnat d'Ecosse. On peut très bien imaginer des jeux de sports écossais, qu'on appelerait alors "jeux écossais". C'est ce que j'ai fait. Les jeux calédoniens sont donc des sortes de jeux olympiques internationaux où l'on pratique des sports calédoniens.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Alors juste 2 details pour commencer:

Agloval a écrit :

Arthur - Pour l'instant il n'y a pas de roi à Rome.

J'aurai juste continuer avec le terme d'empereur!

Agloval a écrit :

Gauvain - Attendons au moins la fin des joutes nautiques. Seigneur Bohort, je me suis laissé dire que les marin de Vannes avaient de fortes chances de l'emporter.
Bohort - En effet, nous comptons beaucoup sur eux pour gagner la médaille d'or. Sire, pouvons-nous attendre une semaine ?

Bohort est de Gaunes ^^ et non de Vannes (Ca c'est Karadoc)

Par contre au dela de cela, j'ai adore celui-la!!! Autant celui de la derniere fois je pense que nos etats d'esprit le voient differemment, autant celui-ci est enorme!!!

Agloval a écrit :

Arthur - Vous rigolez ? Les campagnes du Latium ont été dévastées, les pécores en sont réduits à se nourrir de graines et de racines...
Léodagan (ironique) - Ben envoyez votre maître d'arme.

EN-OR-ME!!! Sur le coup, Leodagan tu l'as bien choppe!!

Agloval a écrit :

Arthur - Léodagan serait foutu de déclarer la guerre aux Ostrogoths et de ramener deux ou trois balistes comme souvenir de voyage. Beau-père ? (Il est encore en train de lire sa missive). Bon, donnez-moi ça !
Léodagan - C'est bon, j'arrête, c'est promis.

La limite j'aurai vu Leodagan leve la tete en entendant le mot baliste et sortir son bon vieux: "Ah oui j'confirme" genre ce serait dommage de faire le voyage a vide ^^ Mais j'aime beaucoup quand meme ta version!

Agloval a écrit :

Arthur (qui réfléchissait) - Mais... le réseau d'espionnage, il est centralisé sous les ordres de Lancelot, il me semble ? Il est au courant, Lancelot, que vous utilisez ses espions pour ces futilités ?
Léodagan - Évidemment que non ! Hé, mais vous n'allez quand même pas lui raconter ça ? Il va me tuer !

Pareil la! Le evidemment que non est parfait! J'entends la voix de Lionel Astier dans ma tete en le lisant!!

Agloval a écrit :

Yvain - Wouh ! La Carmélide a gagné une médaille d'argent au lancer du marteau ! Wouh !

La je le vois meme faire un p'ti wouh pshhhhhhh avec Gauvain!!! Trop la classe grave!

Bref autant la derniere fois j'ai pas hesite a dire qu'il y avait des trucs qui me genait, autant la je ne vais pas me priver de dire que j'adore!!! :D

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

J'ajoute tes excellentes suggestions !

Pour le "pas de roi à Rome", ce n'était pas très clair et je vais essayer de dire ça mieux. En fait, il n'y aura plus jamais d'empereur, je ne peux donc pas dire "pas d'empereur à Rome", mais il y aura bientôt un roi : Thédoric, quelques années plus tard, qui chassera le germain Odoacre (j'ai consulté un livre !) Si j'ai bien compris, Rome a été saccagée par les Wisigoths quelques années plus tôt, ensuite il y a une dizaine ou une vingtaine d'années où Rome est dirigée par quelques empereurs fantoches (qui siègent d'ailleurs à Ravenne, je crois), puis le dernier empereur meurt et les Germains d'Odoacre occupent Rome. Ils en seront chassés quelques années plus tard par Théodoric, qui fondera le royaume ostrogoth. Le sketch a lieu avant l'arrivée des Germains : Rome n'a plus d'empereur, mais n'a pas encore de roi. Mais c'est vrai qu'Arthur ne peut pas le dire ainsi, il n'a pas lu tout mon livre... :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Historiquement parlant on est tout a fait d'accord...
La ou je voulais en venir c'est que si demain la Reine Elizabeth meure (si ca arrive je suis pas dans la merde moi^^) je m'attends a ce que ce soit un Roi qui prenne la succession car le trone d'Angleterre a des rois depuis belle lurette... Donc je ne m'attends pas a ce que le Prince Charles s'auto-proclame Empereur et change le titre ^^. Donc de la meme facon, a cette epoque-la Rome enquillait certainement les empereurs et dans la tete d'Arthur j'imagine qu'alors il se dit qu'en sera nomme un autre... Comme tu le dis il ne peut pas prevoir qu'effectivement c'est un Roi et non un Empereur qui sera le prochain sur le trone! Au pire peut-etre que tu peux utiliser le mot souverain si tu veux laisser "l'indecision" historique mais la faudra regarder au dico si le terme peut bien s'employer pour designer une personne reignante quel que soit son titre!!

Et merki pour l'ajout des suggestions ^^ c'est bien cool!

Pécore
Hors ligne

Alors celui-là il est vraiment super.
Bravo, de bonnes répliques qui collent bien aux personnages et j'aime bien l'idée des jeux.
Excellent!

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Super bon, encore bravo Agloval, ça me rappelle certaines réunions ou certains lisent "l'équipe" sous la table (on sent le vécu!)

deux remarques de rien du tout:

Agloval a écrit :

Le maître d'arme - Je ne mange pas de graines ! Hu-hum, excusez-moi Sire, messires les chevaliers... Un espion du seigneur Léodagan m'a apporté une missive confidentielle de première urgence et comme il lui est interdit de pénétrer ici, j'ai pris sur moi...

La il faudrait signaler l'entrée du Maitre d'Armes, sinon on comprend pas d'ou il sort.

Agloval a écrit :

Léodagan - Évidemment que non ! Hé, mais vous n'allez quand même pas lui raconter ça ? Il va me tuer !.

Bizarre ...Leodagan a pas les miquettes de Lancelot d'habitude. (Il a les miquettes de personne)
"de toute façon il en a tout le tour du ventre des espions" pourrait marcher aussi...

Pécore
Hors ligne

Comme quoi, il ya plein de remarque constructive ici, ça fait avancer.
Super

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne
Emrys a écrit :

La il faudrait signaler l'entrée du Maitre d'Armes, sinon on comprend pas d'ou il sort.

Ah ben non, on casserait l'effet de surprise ! Le maître d'arme est rentré discrètement (pour ne pas déranger) et personne ne l'a venu venir. (Il a pris sur lui de venir déranger les chevaliers parce que, apparemment, le message était de la plus haute importance.)

Bizarre ...Leodagan a pas les miquettes de Lancelot d'habitude. (Il a les miquettes de personne)
"de toute façon il en a tout le tour du ventre des espions" pourrait marcher aussi...

C'est pas mal (question argot, c'est nettement mieux que moi), mais je préfère comme je l'ai mis, parce que ça sous-entend que jamais, au grand jamais, Lancelot ne se permettrait d'utiliser le réseau d'espionnage pour ces futilités (la preuve : il serait tellement énervé que même Léodagan en aurait peur). D'où la surpris, à la fin, quand on s'aperçoit que lui aussi... et pour la troisième fois de suite en plus.

Le a écrit :

Comme quoi, il ya plein de remarque constructive ici, ça fait avancer.

Mais je ne me laisse pas facilement convaincre... :)

Pécore
Hors ligne

Comme l'échéance approche et que il ya pas plus d'épisodes que ça, je soumet le mien à votre jugement:

La crypte:

Arthur : Bon alors qui a un avis sur la question ?
Silence totale
Arthur : D’accord alors en fait vous en avez rien à carrer de ce que je vous demande depuis deux plombes.
Est-ce qu’il y en a au moins un parmi vous qui peut me rappeler de quoi on parle ?
Silence totale
Arthur : Hervé de Rynel ?
Hervé : Pardon ?.... Ah non mais moi je viens d’arriver.
Arthur (surpris) : Mais…pas du tout. Vous êtes là depuis le début.
Hervé : Ah bon ?...................non mais c’est pas ça que je voulais dire.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Arthur : Bon alors je recommence, la dame du lac m’a parlé d’une couronne d’invulnérabilité qui serait dans la crypte de Zangra. Pensez-vous que nous devons allez la chercher ? Qui serait volontaire?
Karadoc : Mais ça sert à quoi une couronne d’invulnérabilité ?
Arthur : Mais voyons, celui qui la porte serait invulnérable.
Karadoc : Alors si c’est ça je suis pour.
Arthur : Pardon ? Vous êtes pour, pour aller la chercher.
Karadoc : Non je suis pour la récupérer, après pas forçement moi.
Arthur : D’accord et les autres ?
Léodagant : Oh moi vous savez, une merde de plus ou de moins dans la réserve.
Arthur: Yvain?
Yvain : Ah ouais non mais moi je suis trop pour quoi. C’est quand même trop la classe la couronne invertébré.
Bohort : Moi je veux bien mais bon la crypte cela ne me parait pas bien raisonnable.
Gauvain : Mais, mon oncle qu’est-ce qu’une crypte?
Perceval : Une crypte c’est le lieu ou on peut planquer les chèvres  l’hiver ou on peut les mettre lorsqu’elles sont malades et tout. Sauf qu’on en est plus ou moins en été donc ça doit être désert. Enfin c’est un truc comme ça.
Gauvain : Ah d’accord
Karadoc : Du coup si c’est désert je veux bien y aller.
Perceval : Ouais mais à tout les coups, avec la pluie de la semaine dernière, y en a une qui est malade.
Bohort : Excuser moi mais je crois que vous n’avez pas bien compris. Une crypte est un lieu lugubre, ou l’on trouve souvent des monstre des plus horribles assoiffés de sang : les vampires.
Yvain : Alors moi les vampires je sais pas du tout ce que c’est mais je veux pas du tout y aller.
Leodagant : C’est vrai que les combats contre les vampires, c’est pas une partie de rigolade : Dans le noir avec un gars pâle comme le cul d’un chamois et qui a des chicots d’une coudée. C’est pas pour les gonzesses.
Arthur : En même tant on est des chevaliers, on a quand même un petit peu plus de chance de s’en sortir qu’une vieille paralytique aveugle.
Perceval : Faut ce méfier avec les vieux, y en a on croit qui sont tous faibles, mais l’autre fois dans un village y en a un qui m’a mis un coup de rateau…
Léodagant : Oh non mais ça va bien, vous allez pas encore nous bassiner avec vos vieux.
Hervé de Rynel : Ah ça y est, il me semble que c’est le mois dernier, je suis arrivé un peu en retard, c’est ça que vous vouliez dire ?
Yvain : Aors moi, il me semble qu’il est tout à fait insensé de croire que nous allons participer à une quête aussi dangereuse pour au final ne pas avoir usufruit de l’objet convoité.
Bohort : Il me semble que je l’aurais pas dit comme ça mais c’est vrai qu’une couronne, y en a qu’un qui la porte.
Léodagant : Dîtes carrément que vous avez tous les miquettes.
Arthur : Bon je vois ou vous voulez en venir, laissez tomber, je vais voir si Lancelot à rien à faire ces jours ci parce que ça peut toujours servir.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Dans les couloirs
Karadoc : Je sais pas ce que vous en pensez mais je trouve que ça a quand même l’air d’être particulier un vampire.
Perceval : ce que je sais en tout cas c’est que c’est pas moi qui y foutrais les pieds dans sa crypte.
Karadoc : Ouais et puis rien que le fait de savoir qui faut manipuler de l’ail, ça me fait penser qui va y avoir du gachis. En plus il parait qu’il faut y aller la nuit et le temps de faire l’aller retour, je serais jamais rentré pour mon break de 3 heures. Et si y a une vieille paralytique à combattre alors là, c'est carrément la honte.
Hervé : Ah non c’était la réunion d’avant ou j’étais en retard.
*noir*
Perceval : Ouais vous avez raison, mais faut se méfier des vieux, c’est hyper mystérieux.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ah, je suis jaloux : toi et provencalegaulois, vous arrivez à parler exactement comme les personnages ! C'est ça que j'aime bien dans ton sketch. Par exemple Yvain, capable de temps en temps de sortir une super phrase ! (ah, le coup de l'usufruit, c'est tout lui ! :) )

Bon, comme j'ai pas mal de trajet en voiture à faire en ce moment, j'ai un peu réfléchi à un scénario dont j'aime bien l'idée, mais avec toujours les mêmes défauts au niveau des dialogues... Mais tant pis, je me suis fait rire tout seul en voiture, donc je vous le soumet :

- L'épopée des petits pédestres -

Réunion de la table ronde. Sont présents : le roi Arthur, Léodagan, Bohort, Perceval, Karadoc et Hervé de Rinel. Le père Blaise est debout devant son pupitre.

Arthur - Mais, ils sont passés où, les deux...
Léodagan - Les deux abrutis ? Vous n'êtes pas au courant ? Ils ont passé deux jours chez moi en Carmélide, puis ils ont disparu, puis ils sont revenus deux jours, puis ils ont re-disparu.
Arthur - Ah, je vois le genre... Pour éviter qu'on les prenne à roupiller ici, ils font la tournée des châteaux de Bretagne !
Léodagan - Mais qu'est-ce que ça change qu'ils soient ici ou pas ? Ils font que roupiller...
Bohort - Je vous trouve bien injuste avec nos deux jeunes amis. Qui vous dit qu'ils ne sont pas partis à l'aventure ? Cela expliquerait leur absence.

Yvain et Gauvain entrent sans frapper, fièrement, tête haute, avec un sourire suffisant. Ils sont vêtus en civil, avec de la poussière sur leurs vêtements et des bottes crottées.

Yvain - Nous sommes des héros !
Gauvain - Mon oncle, vous allez être fiers de nous !
Yvain - Nous avons trouvé le secret du Graal !

Yvain et Gauvain posent fièrement, attendant visiblement des compliments à la hauteur de leur exploit.

Arthur - Heu... Sérieux, vous avez trouvé quoi ?
Yvain - Le secret du Graal !
Gauvain - Mon oncle, laissez-nous vous narrer nos aventures pleines de rocamboles !

Tout le monde se regarde, stupéfait : les deux "abrutis" sont partis à l'aventure...

Bohort - Ne vous l'avais-je pas dit ? Là où des chevaliers expérimentés ont échoué, l'imagination et l'enthousiasme de la jeunesse peuvent triompher !
Arthur - Pas si vite ! Ne nous emballons pas !
Léodagan - Moi j'y crois pas. Si moi, Léodagan le Sanguinaire je n'ai rien trouvé, ce n'est pas ces deux...
Bohort - La cruauté n'est pas la qualité qui mène au Graal, il faut aussi compter sur l'intelligence et la vertu.
Léodagan - La vertu de ces deux puceaux, je veux bien, mais l'intelligence...
Père Blaise - Et si nous écoutions leur récit ?
Arthur - Vous avez raison. Seigneurs Yvain et Gauvain, asseyez-vous. Vous êtes bien en train de nous dire que vous avez trouvé le secret du Graal ?
Yvain - Pff, tout de suite les critiques... Ben oui, c'est ce qu'y nous a dit, le vieux.
Arthur - Le vieux ? Oh non...
Perceval - Je l'ai toujours dit, Sire, les vieux, c'est...
Arthur - Ça va ! Et il a dit quoi, ce vieux ?
Yvain, récitant par coeur - « Sachez, nobles chevaliers / Que sans le secret que je vais vous confier / Nul d'entre vous le Graal ne sauraient trouver ! »
Gauvain le désigne avec les deux mains (leur geste habituel quand l'un d'eux dit quelque chose d'intéressant).
Arthur - Et il vous a confié ce secret ?
Léodagan - C'est quoi, alors, le secret du Graal ?
Gauvin - Ah, mais nous n'en savons rien.
Yvain - C'est un secret, alors il nous l'a pas dit. Pfff, y z'ont rien compris...
Léodagan - Je le savais qu'un truc allait foirer.
Gauvain - Mais je vous assure que nous avons le secret du Graal !
Yvain - C'est juste qu'on le sait pas !
Père Blaise - Je propose que nous écoutions leur récit. Ensuite, nous aviserons. Même s'il n'ont rien trouvé, ce ne sera pas pire qu'avant !
Arthur - Très juste !
Gauvain - Mais, mon oncle, nous avons réellement trouvé le secret du Graal !
Arthur - Très bien, je vais fais confiance, racontez-nous ça !
Léodagan - On perd du temps...
Perceval - Mais écoutez-les ! Même moi, vous m'écoutez !
Père Blaise, aux deux héros - Comment dois-je intituler votre aventure ?
Yvain - Heu... On pourrait dire "L'épopée des petits pédestres" !
(Geste de Gauvain pour appuyer la bonne idée de son compagnon)
Gauvain - D'autant que nous avont fait un peu de trajet à pied !
Père Blaise - Bon... Je laisse un blanc, on le mettra à la fin... Allez-y, je vous écoute !
Yvain - Vous allez voir, notre histoire est passionnante ! Surtout au début, parce qu'en suite ça devient méga-chiant.
Gauvain - Tout a commencé dimanche dernier, lorsque nous sommes allés voir les forains qui jouaient une pièce de théâtre.

(Dans cette partie du récit qui les passionne particulièrement, Yvain et Gauvain sont souriants comme s'ils se remémoraient les meilleurs instants de leur vie.)

Yvain - Ils ont joué les aventures de Jeannot Lapin avec fort brio !
Gauvain - Nous avons beaucoup apprécié le jeu de l'actrice qui interprétait la princesse !
Arthur - Dites-donc, ce qui nous intéresse, c'est juste la partie chevaleresque de votre aventure !
Yvain - C'est la plus chiante, pfff...
Gauvain - Très bien, abrégeons... À la fin de la représentation, nous sommes allés féliciter les acteurs.
Yvain - Et leur demander qu'ils nous engagent !
Gauvain - Mais nous n'étions pas au bout de nos surprises !
Yvain - Ah non, alors. Méga-surprise !
Arthur - Quoi donc ?
Gauvain - Eh bien figurez-vous, mon oncle, que l'actrice était en réalité un acteur grimé à l'aide d'une perruque !
Yvain - En plus, elle était déguisée en femme.
Arthur - Ben oui, ça arrive. Mais bon, quel rapport avec le secret du Graal ?
Yvain - Tout de suite, le Graal... vous pensez qu'à ça, pfff...
Gauvain - Un vieil homme était assis à côté d'elle, et il nous a reconnu !
Arthur - Il vous a reconnu ?
Gauvain - Si fait mon oncle ! Lorsque nous nous sommes présentés, il a aussitôt su qui nous étions.
Yvain - Pas la première fois.
Gauvain - Ah oui, c'est seulement lorsqu'on lui a donné nos noms et qu'on lui a expliqué qu'on était de la table ronde.
Arthur - Ah ben c'est sûr que si vous commencez par dire "Je suis le chevalier au pancréas"...
Yvain - Il nous a dit...
Gauvain - Tenez-vous bien, mon oncle ! (en même temps, il désigne son compère avec le geste habituel)
Yvain - ... qu'il connaissait un vieux qui connaissait le secret du Graal.
Père Blaise - Eh bien, je trouve que c'est plutôt pas mal comme début...
Arthur - C'est vrai que jusqu'à présent, on n'avait pas été aussi loin. Eh bien je vous félicite tous les deux...
Gauvain - Mais attendez, mon oncle, ce n'est pas fini !
Arthur - Quoi, vous êtes partis en quête du vieux ?
Léodagan - Non ?
Gauvain - Si fait mon oncle !
Yvain - À force de se faire rembarrer, on s'est dit : haut le coeur, soyons braves et lançons-nous à l'aventure !
Gauvain - Et nous sommes partis !
Arthur, épaté - Alors ça ! Eh bien continuez, narrez-nous vos aventures. Avez-vous dû triompher de l'adversité ?
Yvain - Vous n'allez pas être déçu, parce qu'on a eu que de l'adversité tout le long, carrément.
Gauvain - D'abord, il s'est mis à pleuvoir à verse.
Arthur - Mouais, bof...
Père Blaise - Ça ne fait rien, Sire, je peux enjoliver : « les éléments se déchaînèrent contre les deux jeunes chevaliers au coeur pur, comme si les dieux voulaient les éprouver... »
Arthur - Bien, bien !
Gauvain - Nous avons dû faire du halte.
Arthur - Du halte ?
Yvain - On l'a inventé ! On se plante au milieu de la route et on crie "halte" d'un air menaçant quand passe quelqu'un.
Gauvain - N'est-ce pas astucieux, mon oncle ?
Yvain - C'est comme ça qu'on s'est retrouvés dans la charette à foin d'un paysan.
Gauvain - Le voyage a été des plus inconfortable.
Yvain - Je confirme, carrément !
Gauvain - De plus, le paysan n'a pas voulu franchir la frontière de Carmélide.
Arthur - Ah bon ? Ben qu'est-ce qu'il lui prend ?
Gauvain - C'est à cause de la boue, mon oncle. Là-bas les routes ne sont pas pavées et tout le monde s'embourbe dès qu'il pleut.
Léodagan - Ah non, ça va pas recommencer !
Yvain - Ouais, ben je vous ferais dire qu'on a dû continuer à pieds ! Heureusement les miliciens nous ont reconnu.
Arthur (regardant Léodagan) - Les miliciens ? C'est quoi, ça ?
Léodagan - Oh, c'est un truc moderne, vous pouvez pas comprendre.
Gauvain - Il y en a partout en Carmélide, pour nous c'était une chance ! Ils ont reconnu le seigneur Yvain et se sont mis aussitôt à notre service !
Yvain - Enfin, pas aussitôt... D'abord je leur ai dit que j'étais le chevalier au lion et ils se sont marrés. C'est quand je leur ai dit que j'étais le fils du roi Léodagan qu'ils se sont calmés.
Gauvain - Je les vois encore tremblant de la tête au pieds !
Yvain - Ouais, et ils nous ont offert une chaise à porteur, rien que pour nous deux !
Gauvain - Hélas, je suis malade en chaise à porteur...
Yvain - En plus on pouvait pas dormir, avec les cahots.
Gauvain - Que d'épreuves avons-nous dû endurer !
Léodagan - Mais... qu'est-ce que vous avez été foutre dans mon château ? C'est là qu'il créchait, votre deuxième vieux ?
Yvain - Ben non, mais on manquait de sommeil.
Gauvain - Il nous fallait une bonne nuit réparatrice !
Léodagan - Quarante-huit d'heures...
Yvain - Ensuite, on nous a amené à l'Île Noire.
Léodagan - L'Île Noire ? C'est ça, la destination ? Mais... C'est l'île en face de la tourelle où on vous avait affecté !
Gauvain - C'est possible, le lieu me semblait en effet familier...
Léodagan - En plus c'est pas une île, c'est une presqu'île.
Yvain - Ben non, y'avait de la mer tout autour. Du coup la chaise à porteur, ça le faisait carrément pas.
Guavain - Les miliciens ont forcé un pêcheur à nous emmener sur l'île.
Yvain - On a dû monter dans une barque moisie, je vous dit pas... pfff...
Gauvain - Que le voyage fut pénible !
Yvain - On était malades comme vache qui pisse !
Père Blaise - Il y a eu une tempête ?
Gauvain - Non, mais la mer était...
Père Blaise - Démontée ?
Gauvain - Nan, elle était... mouillée !
Yvain - Ouais, on arrêtait pas de se faire éclabousser.
Gauvain - Mais nous avons pris notre courage dans les mains, mon oncle, et nous sommes arrivés à destination !
Arthur, à Léodagan - Elle est loin du rivage, cette île ?
Léodagan - Même pas : à marée basse on y va sans se mouiller. C'est une presqu'île, je vous dis.
Gauvain - Nous étions fort aises de fouler le cul des vaches !
Père Blaise - Le quoi ?
Arthur - Le plancher des vaches ?
Gauvain - Ah oui, c'est cela, mon oncle.
Yvain - Nan, nan, le pêcheur a dit un truc avec le cul... le trou du cul... les deux trous du cul... Ça doit être une expression de marin.
Arthur - Peu importe, et ensuite ?
Gauvain - Figurez-vous, mon oncle, qu'il y avait une cabane au beau milieu de l'île.
Yvain - Mais elle était fermée !
Arthur - Et vous êtes entré, j'espère ?
Gauvain - Ah non, mon oncle !
Léodagan - Voilà, j'étais sûr qu'au bout du compte il y aurait un pépin.
Gauvain - Nous avons d'abord frappé.
Yvain - On n'est pas des malpolis, pfff...
Arthur - Ben essayez de ne pas l'être non plus à Kaamelott ! Bon, continuez... ça commence à devenir intéressant.
Yvain - Ah non, là c'est où ça commence à devenir méga-chiant.
Gauvain - Le vieil homme portait une barbe blanche !
Yvain - En plus il avait des dents qu'il avait plus.
Léodagan (ironique) - Et il parlait d'une voix chevrotante ?
Perceval - Ah nan, ça c'est le mien !
Karadoc - Il a peut-être déménagé ?
Père Blaise - Si nous en revenions à l'histoire des seigneurs Yvain et Gauvain. Donc, vous rencontrez un vieil homme. Que vous dit-il ?
Gauvain - Il a commencé par nous reconnaître.
Yvain - Mais du premier coup, cette fois !
Gauvain - Sans même que nous nous présentions à lui !
Yvain - Mais bon, il voulait nous faire faire une corvée...
Arthur - Une corvée ?
Gauvain - Il nous a parlé d'un lourd fardeau qu'il porte depuis quatre-cents ans, et dont il voulait se délester.
Léodagan - Quatre-cents ans ?
Perceval - Plus y sont vieux, plus y sont intéressants !
Yvain - Ah ouais, il nous a sorti une phrase classe... (il récite) « Je reconnais en vous les deux chevaliers de la table ronde que j'attends depuis quatre-cents ans, je vais vous confier le secret du Graal. »
Arthur - La vache ! Et il vous a confié le... ?
Yvain - Nan...
Léodagan - Et voilà !
Gauvain - D'abord il nous a raconté l'histoire de sa famille.
Yvain - Méga-trop chiant !
Père Blaise - Au contraire, il faut raconter cette histoire pour savoir qui est ce vieil homme, ça fait partie du récit.
Gauvain - Il nous a dit... qu'il était le dernier descendant du chevalier Marcus.
Yvain - Nan, du chevalier Jean.
Gauvain - C'était pas Marcus ?

Arthur commence à s'agacer, le Père Blaise jette sa plume...

Yvain - En fait, c'était... Odoacre.
Gauvain - Ah oui, c'était un nom comme ça !
Arthur - Effectivement, ça ressemble à Jean, je comprends que vous confondiez... Dites-donc, vous vous foutez de qui ? Odoacre, c'est le chef germain qui a rasé Rome !
Bohort - J'en sais quelque chose !
Père Blaise - Ah, je vois ! Vous voulez parler de Marcus, chevalier de Saint-Jean d'Acre ?
Gauvain - C'est cela !
Yvain - On y était presque !
Arthur, épaté - Vous connaissez cet homme, père Blaise ?
Père Blaise - Il y a une vieille légende, mais pas officielle, à propos des cinq chevaliers de Saint-Jean d'Acre...
Yvain - Et c'est reparti...
Arthur - Seigneur Gauvain, poursuivez.
Gauvain - Voilà ce qu'il nous a appris : lorsque Joseph d'Ari...
Arthur - D'Arimacie.
Gauvain - ... a décidé de se retirer du monde, il a confié le secret du Graal à cinq chevaliers d'Odoacre...
Arthur - De Saint-Jean d'Acre.
Yvain - Vous voyez comme c'est chiant ?
Gauvain - C'était cinq frères. Mais chacun d'eux voulait conserver le secret pour lui seul.
Arthur - Père Blaise, est-ce que...
Père Blaise - La concordance est parfaite, Sire. Les cinq frères se sont alors entretués et le secret du Graal a disparu avec eux. Mais l'auteur du texte qui en parle précise que cette légende est très douteuse.
Léodagan - S'ils sont tous morts, c'est qui le vieux ?
Gauvain - Le vieil homme de l'île nous a raconté une toute autre histoire : en vérité, le cinquième chevalier n'est pas mort, mais il a fait courir la rumeur qu'il l'était et s'est exilé dans un pays lointain, la...
Arthur - La Carmélide ?
Gauvain - Ah oui, belle déduction !
Arthur, épaté - Et vous êtes en train de dire que vous avez rencontré le descendant du cinquième chevalier ?
Yvain - Son arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-petit-fils !
Gauvain - Vous avez oublié un arrière, c'était son arrire-arrière-arrière...
Arthur - Oui, c'est bon ! Alors ça... Je dois dire que...
Léodagan - Moi pareil ! Tiens, je vais vous dire, je suis fier de mon fils !
Gauvain - Et moi, mon oncle, suis-je fier de vous ?
Arthur - Je suis fier de vous, de vous deux ! Il faut avouer qu'aucun chevalier de la table ronde, jusqu'à présent, n'était allé si loin dans notre quête.
Perceval - Vous voyez qu'il faut toujours écouter les vieux !
Bohort - Et les jeunes ! C'est la fraicheur de leur jeunesse qui a permis à mes deux élèves de triompher dans cette quête.
Arthur - Attendez quand même ! Alors, après avoir raconté son histoire, que vous a-t-il dit ?
Yvain - Allez-y Gauvain, c'est trop chiant pour moi.
Gauvain - Il nous a dit que le secret du Graal se transmettait de père en fils.
Yvain - De bouche à ongle !
Gauvain - À oreille.
Yvain - Ouais, si vous voulez, pfff... c'est pareil !
Léodagan, prenant la défense de son fil - En Carmélide, on dit "de bouche à ongle"...
Arthur - Ah bon ?
Léodagan - ... désormais.
Gauvain - Mais uniquement de bouche de père à oreille de fils aîné.
Yvain - Ah ouais, même que moi j'y aurais pas eu droit.
Gauvain - Pourquoi donc, vous n'êtes pas fils aîné ?
Yvain - Ben non, c'est Guenièvre.
Gauvain - Sauf si Guenièvre était plus jeune que vous !
Arthur - Et ensuite ? Et ensuite ?
Gauvain - Ils connaissaient une prophétie à notre sujet, c'est comme ça que le vieillard nous a reconnu. Seigneur Yvain, vous vous en souvenez ?
Yvain - Ah ouais, trop classe. (Récitant par coeur) « Le secret du Graal tu conserveras, jusqu'à l'arrivée de deux chevaliers de la Table Ronde que tu accueilleras, alors à eux tu le confieras. »
Père Blaise - Cette prophétie figure dans la légende des cinq chevaliers de Saint-Jean d'Acre, je confirme.
Arthur - Alors ça ! Alors ça !
Léodagan - Ça alors !
Arthur - Et vous ne nous avez jamais parlé de cette légende ?
Père Blaise - Ben, et d'une c'est une légende douteuse, et de deux j'en ai des centaines en stock dans mes placards, et de trois les cinq chevaliers étaient sensés être morts, alors...
Gauvain - Ensuite, le vieil homme nous a expliqué le grand malheur.
Arthur - Le... ?
Léodagan - Aïe... C'est ce que je craignais...
Yvain - Ouais, c'est bon, c'est pas de notre faute si l'un des chevaliers est devenu amnésique.
Arthur - Oh non !
Gauvain - Hélas si, mon oncle. Une blessure de guerre à la tête lui a fait perdre la mémoire, et plus jamais ses descendants n'ont pu se transmettre le secret de bouche à oreille !
Léodagan - Je le savais !
Arthur - Mais... je croyais...
Gauvain - Heureusement...
Arthur - Heureusement ?
Gauvain - Lorsque les médecins lui ont annoncé qu'il allait perdre la mémoire, il a aussitôt retranscrit sur un parchemin le secret du Graal.
Arthur - Et ce parchemin, ils se le transmettent de père en fils ?
Gauvain - Si fait mon oncle !
Yvain - Ah, en plus vous la connaissiez déjà ?
Gauvain - Le vieil homme nous a confié le parchemin qui contient le secret du Graal.
Yvain - Seulement, on sait pas lire.
Arthur, tout sourire - Ah, et c'est pour ça que vous ne connaissez pas ce secret ! Tout s'explique ! Alors vous avez le parchemin ?
Yvain - Ben non !
Gauvain - Hélas, mon oncle...
Léodagan - Je vous l'avais dit, j'y croyais pas depuis le début !
Gauvain - Laissez-moi vous avouer que... à notre grande honte... nous nous sommes disputés afin de savoir qui de nous deux aurait l'honneur de vous remettre le parchemin.
Yvain - Ouais, y voulait pas que je vous le donne... pfff... trop gamin...
Gauvain - Nous sommes deux à l'avoir obtenu, nous devons être deux à le remettre au roi !
Yvain - Pfff...
Gauvain - Aussi nous l'avons coupé en deux morceaux, et chacun de nous en porte un morceau.
Yvain - En plus, c'est astucieux ; si un voleur nous vole, il en aura que la moitié. (Gauvain fait le geste avec les deux mains...)
Arthur - Donc vous n'avez pas le parchemin, mais deux moitiés de parchemin ? Pas de problème, il suffira de les raccorder.
Gauvain - Sire, nous allons maintenant vous remettre le secret du Graal.
Yvain - Vous allez voir, on a préparé une chorégraphie...

Yvain et Gauvain se lèvent et se tournent en faisant moults "psssh" et "wouh", puis finissent par déposer leur bout de parchemin devant le roi, dans une simultanéité parfaite. Puis ils se rassoient.

Arthur, ému, se lève. Tout le monde se lève aussitôt, et sans rechigner. Hervé se lève avec un temps de retard.

Arthur - Messires les Chevaliers de la Table Ronde, je vais vous lire le secret du Graal, confié à nous par le dernier descendant des chevaliers de Saint-Jean d'Acre à qui il avait été confié par Joseph d'Arimacie.

Arthur inspecte rapidement les deux parchemins.

Arthur - Ah, vous les avez coupés à l'horizontale, ça va être encore plus simple... Père Blaise, vous pouvez poser votre plume et écouter, je vous laisserai copier le parchemin à votre aise.

Arthur lit le parchemin d'une voit lente, cérémonieuse.

« Moi, chevalier Marcus III de Saint-Jean d'Acre, sain de corps et d'esprit pour quelque temps encore, je déclare ceci. À ma mort, ce parchemin devra être transmis à mon fils aîné, qui le transmettra à son tour à son fils aîné, et ainsi de suite. Ce parchemin est l'objet le plus sacré de notre famille. Notre devoir est de perdre notre vie ou notre honneur plutôt que de le perdre.

« Un jour viendra où deux chevaliers de la Table Ronde réclameront ce parchemin. Il devra leur être remis en main propre. Car ce parchemin contient le Secret du Graal.

« Or donc, voici le Secret du Graal. Voici le message que je transmet aux chevaliers de la table ronde.

« En vérité je te le dis, si tu as le coeur pur tu seras digne de ce secret. Car voici le...»

Arthur - Ah, la suite sur l'autre moitié...

Il poursuit :

« ...Secret du Graal : le Graal est la coupe où Joseph d'Arimacie recueillit le sang du Christ. Puisse ce secret t'apporter la lumière. Signé : Marcus III, chevalier de Saint-Jean d'Acre. »

Arthur hésite, puis s'assoit, effondré.

Léodagan - C'est tout ?

* écran noir *

Arthur - Ah non, il y a un post-scriptum : « ou alors c'est une pierre incandescente. »

FIN

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

La chute est tout simplement ÉNORME ! J'étais mort de rire devant mon écran !
Bien joué ^^

Médiévalement,

Sylvus.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Yep, alors celui là il est énorme^^!!
Tout y est, le clin d'oeil aux routes non pavées de Carmélides, le petit vieux de Perceval, et Léodagan fier de son fils, fallait y oser^^!!
Que dire de la chute, ben tout simplement géniale et bien amenée!! La lecture du parchemin est très bien écrite et on voit vraiment bien le moment solennel où les coeurs palpitent!!
Et là: vlam!!
C'est pour moi ton meilleur sketch!!

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Sans modestie aucune, je trouve aussi que c'est mon meilleur ! :) Le sketch de la chute de Rome, c'est du caca à côté. En plus, le coup du "Sire, oui, Sire", c'était bof... (Là je suis revenu corriger quelques petites fautes et modifier le titre, tellement je l'aime bien... :) )

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Ah c'est marrant moi c'est celui des jeux ecossais que j'ai prefere!
Mais la chute de celui-ci est tres bonne! Perso je m'attendais a tout mais pas ca!

Pécore
Hors ligne

Bravo, celui-là est vraiment super, je crois que c'est le meilleur que tu ait fait félicitation.

Pécore
Hors ligne

Voilà un autre épisode, fait un peu vite mais bon, qu'en pensez vous.

LA FAMINE
Arthur : Bon allez Père Blais, l’ordre du jour.
Père Blaise : Ben heu c’est la famine.
Arthur : Ah non mais changez de ton, pépère.
Père Blaise : Pépère ?
Arthur : Oui non …mais c’est pas une raison, je sais que ça fais dix jour qu’on  parle que de la famine, mais si je vous demande pas l’ordre du jour vous allez encore chialez alors arrêtez de me rapper les raisins.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Arthur : Oui alors la famine, outre les restrictions de bouffe au niveau du château…
Karadoc (énervé) : Justement, si on pouvait parler de ce point, parce que là y en a marre. Non mais c’est vrai, j’ai été obligé de restreindre mes repas consternant à 10 et j’ai attaqué mes réserves    perso …
Arthur : Vos repas quoi?
Karadoc : Consternant ? Quoi c’est pas ça qu’on dit pour tous les jours.
Perceval : Non, consternant c’est qui a tendance à s’accaparer les biens d’autrui en resurgissant sur soi-même.
Arthur : C’est pas plutôt quotidien ?
Karadoc : Non, mais quotidien ça marche aussi, ce que je veux dire…
Leodagant : Ce qu’il veut dire c’est qu’à part rien glander toute la journée, il faut aussi qu’il fasse exploser le budget bouffe et qu’il affame tous les autres chevaliers pour son bon moral.
Arthur : Bon alors si vous pouviez quand même me laisser finir au lieu de vous engueuler tas de dégénérés. Alors, selon Calogrenant , en Calédonie…
Yvain : Ouais alors Calogrenant  c’est  le grand blond, celui qui est parti avec la femme du chevalier Sifru ?
Hervé de Rynel : Ah lui je l’ai bien connu, il avait une femme magnifique un peu dans le genre de ses grandes vaches toutes maigres. Mais bon, on la jamais revu depuis que sa femme est devenue veuve.
Yvain : Non,non moi je parle de l’autre là, le con.
Perceval : Ah non mais moi j’ai pas de femme.
Arthur : C’est pas bientôt fini oui ?
Gauvain : Mon oncle, ne serait il pas plus judicieux de demander de l’aide aux clans fédérés afin qu’ils nous fournissent de quoi nous sustenter.
Leodagant : Mais vous pensez bien qu’ils sont dans le même cas que nous et je vous le rappelle, l’Orcanie est  fédérée. Alors essayons de trouver une solution ensemble ou on se retrouvera tous sec comme le maître d’armes à bouffer des graines toute la journée.
Karadoc : Alors là je suis tout à fait d’accord, vous vous rendez compte de ce que ça fait de passer une semaine sans un seul saucisson au noisette ou un fromage de brebis.
Merlin entre alors avec un large sourrire.
Merlin : Sire ça y est j’ai trouvé la solution .
Arthur(surpris) : Oh ….et à quoi…hein ? Pour guérir l’ongle incarné de votre belle-sœur ?
Merlin : Mais non, mais sire vous savez bien que j’ai pas de belle-sœur.
Arthur : Bon alors vous commencez pas hein ? Ca fait une plombe que j’essaye de finir ma phrase avec ces sept glandus de première alors …
Merlin : Non ce que je voulais dire c’est que j’ai trouvé une solution, tenez buvez ça.
Arthur : Mais c’est quoi ?
Merlin : Ben, pour votre gingivite.
Arthur : Ah non mais vous êtes taré, j’ai jamais eu de gingivite.
Perceval : Ah ouais mais de toute façon moi j’aime pas ça les gingivites. D’autant que bouffer des racines, je sais pas si c’est une solution pour la famine.
Karadoc : Ah ouais ça a gout à quoi ?
Perceval : Ben c’est super fort  et …
Bohort : Mais je pense que vous vous égarez mes compagnons vous nous parlez là du gingembre, une magnifique racine aromatique de nos lointaines contrées orientales. Ce que notre bon roi voulait dire c’est qu’il souffre d’une inflamation au niveau buccal.
Arthur : Ah non mais vous y mettez pas vous aussi. Je vous dis que j’ai jamais eu de gingivite. Oh et puis merde tiens. MERRDEU. Merlin barrez-vous et veuillez s’il vous plait ne plus interrompre nos réunion pour des motifs aussi futile.
Merlin : Aussi futile, on voit bien que vous avez jamais eu de gingivte, si vou saviez…
Arthur : Décarrez d’ici tout de suite.
Yvain : Non, mais sans blague je crois qu’il a raison, une gingivite, si ça s’infect eh ben on peut mourir je vous f’rais dire.
Arthur (essayant de reprendre son calme) : stop, stop on arrête tout de suite et tout le monde ferme bien sa mouille et m’écoute.
Hervé de Rynel : Ah oui mais c’est moi qui ait une gingivite, a moins que c’était l’année dernière.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Leodagant : Bon alors pour la famine qu’est-ce qu’on fait ?
Arthur : Ben on attend le printemps comme d’habitude, de toute façon on pourrait en parler pendant des plombes, ils comprennent rien à rien ces cons là.
Merlin rentre à nouveau
Merlin : Sire, ça y est j’ai enfin trouver une solution, la pierre de mercure, qui transforme le bois en viande de porc.
Arthur : Ah ben voilà, bravo Merlin.
*noir*
Merlin : Par contre, elle est dégeulasse, j’en ai pris une bouchée, j’ai gerbé pendant 10 minutes.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

yep!! On retrouve tout à fait l'esprit de Merlin!! Je trouve la chute un peu rapide mais elle est efficace!!On s'imagine parfaitement la voix de Merlin dire ça^^!
Ben dites donc, il y a du niveau quand même!! Continuez même au delà du concours, please, ça fait un bien fou de lire vos sketchs!!

Pécore
Hors ligne

Ouais, après le concours qui se finira dans une heure, je pense créer un topic pour tous ceux qui veulent poster leurs épisodes et ceux qui veulent donner leur avis. Qu'en pensez-vous?

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

d'accord^^!! Je me suis mis aussi à en écrire un! C'est dur, mais le plus dur va être de le retaper avec mon tél^^! Je vais mettre une plombe!!
Dis, les votes commencent dans une heure, mais s'arrêtent à quelle heure?

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB