Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui tient pas un stand de crêpes !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Pécore
Hors ligne

Bonjour bonjour
Voilà, j'ai un début de théorie sur le rêve que fait Arthur dans le phare du père des jumelles (vous savez, juste avant que méléagan n'arrive...), mais j'aimerais bien un peu d'aide pour la peaufiner

En fait c'est une interprétation freudienne du rêve. Arthur est réveillé par des cris d'enfants, puis sort et constate que le phare est en feu à son sommet. Soudain, les cris d'enfants cessent, et le feu s'éteint.
Evidemment le phare est un symbole phallique. Il est donc probable que le rêve soit une allusion à la vie sexuelle d'Arthur. Quant au feu, il représente une énergie vive et chaude, sûrement une allusion à la libido. Puis le feu s'éteint, sans explications. Le rêve ferait donc allusion à une forte énergie sexuelle, mais qui n'arrive pas à se concrétiser, puisque le feu cesse brusquement. De plus la nuit et la mer sont évocateurs d'une figure féminine.
Ma théorie : ce rêve est en fait une allusion à l'épisode où Arthur tente de faire l'amour avec Aconia pour la première fois et qu'il n'y parvient pas. Et même si au final il y est arrivé, dans l'inconscient d'Arthur, c'est plus qu'une simple gêne : il représente à lui seul toute l'impuissance qu'arthur a ressenti lorsque Aconia l'a abandonné pour partir en Macédoine avec son premier mari. Ainsi c'est pour Arthur un souvenir traumatisant. C'est probablement pour cela qu'il en rêve, alors qu'il traverse une période particulièrement déprimante de sa vie. Cela explique donc ce que signifie ce phare en feu (son envie de faire l'amour avec aconia) dont l'incendie s'éteint brusquement (son incapacité à réaliser cette envie la première fois, par extension son abandon par aconia qui l'a frustré dans son envie de s'unir avec elle). 

Dans la continuité de cette théorie, qui sous-entend que l'amour d'Arthur pour Aconia n'a pas disparu (en tous cas pas dans son inconscient), on peut imaginer qu'Arthur avait fait un transfert psychanalytique de son amour d'aconia sur l'objet du graal (qui est censé être un récipient recevant un liquide, donc une allusion à l'organe sexuelle féminin), ce qui lui permettait quelque part de "supporter" la perte d'Aconia. Cela explique pourquoi Arthur fait ce rêve vers la fin du livre 5, après avoir abandonné le titre de Roi, et donc la quête du Graal : puisqu'il a laissé tomber l'objet de son transfert, ce dernier est annulé et  la blessure de la perte d'Aconia ressurgit.

Cependant quelques petits problèmes subsistent : que représenteraient les cris d'enfants, dans cette interprétation freudienne du rêve ? Je rappelle qu'ils cessent au même instant où le feu s'éteint, donc ils seraient intimement lié avec son amour pour Aconia. Arthur désirait-il avoir un enfant avec elle ? Pas impossible...
Autre question : qu'est-ce qui a bien pû bloquer arthur, lorsqu'il a tenté pour la première fois de faire l'amour à aconia ? il est très important de répondre à cette interrogation, car c'est un point essentielle de la théorie, et cela pourrait expliquer beaucoup d'autres choses. Certains m'ont suggéré que c'était parce qu' Aconia lui rappelait sa mère (couleur de cheveux, différence d'âge...) mais cela me semble insuffisant...Il devrait y avoir autre chose, quelque chose qu'idéalement on retrouverait dans le fameux rêve du phare.

Qu'est-ce que vous en pensez ? J'attends avec impatience vos avis. N'hésitez pas à commenter, toute idée nouvelle peut être intéressante...

Chevalier Au Cale-Sons
Hors ligne

Alors, j'ai un peu de mal à voir les choses ainsi, et à imaginer qu'AA l'ait pensé de cette façon (mais je ne suis pas dans sa tête, alors peut-être, hein...). Ceci dit, je n'ai pas de théorie concrète à proposer, sans doute parce que je préfère estimer ce rêve comme une atmosphère, avec des symboles et une logique certes, mais pas forcément pensé d'une manière aussi précise que ça. À partir de là, le phare-pénis me parle moyennement... Pour moi, l'extinction du feu fait directement allusion à la phrase du Pêcheur : "Laissez-le brûler, il s'éteindra petit à petit", qui m'a toujours interpellé. À mon avis, c'est une métaphore assez large, pas uniquement liée à la relation entre Aconia et Arthur, mais plutôt à ce dernier de façon globale (ses espoirs, ses désirs, toussa toussa).

Et puis, le Pêcheur est un personnage qui fait écho à celui d'Arthur : en plus de ne pas être dans son élément (il trouve le bruit de la mer insupportable...), il a perdu son enfant, et il ne sait même pas s'il existe (encore). Forcément, ses paroles et l'ambiance un poil sombre qui règne dans le Phare ont des conséquences sur Arthur, le cri des enfants n'ayant à mon avis pas de signification très complexe. Ajoutons à cela le fait que ce Pêcheur a sans doute quelque chose d'un peu surnaturel, qu'il y a quelques chances pour qu'il ne soit pas réel à 100% (à l'image de tout ce qui arrive à Arthur à partir du moment où il se retrouve seul, puis avec Méléagant), et que le Phare est effectivement un symbole assez fort (la lumière dans la tempête, une étape du voyage, etc.)...

Perso, j'en reviens toujours au même point : on ne sait pas jusqu'à quel point la quête entreprise par Arthur est réelle, et à mon avis l'épisode du Phare reste l'un des moments les plus ambigus de ce point de vue-là. Ce rêve intervient la nuit qui précède l'arrivée de Méléagant, qui sait comment manipuler les esprits et l'inconscient ; et le lendemain, le Pêcheur a disparu... Autant d'éléments qui devraient être pris en compte dès lors qu'on cherche vraiment à interpréter ce rêve. Donc ton interprétation, je ne la partage a priori pas trop, mais pourquoi pas :)

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Je crois que tu te prends trop la tête, Kafkaien ;)

Pour moi, le phare, c'est ce qui guide le voyageur. Arhtur recherche sa descendance, il achemine sa quête vers le phare... du pêcheur... dont la fille porte probablement la descendance d'Arthur.
Dans le rêve, le phare est animé de rires d'enfants et de la flamme de l'espoir qui soudain devient menaçante et dévore les rires et l'espoir de descendance. Comme le ventre de la maîtresse, le phare, est vide, la quête est un échec, le phare est silencieux. Il n'était qu'un leurre, une agacerie de Méléagant sans doute.

Mais seul AA pourrait répondre à coup sûr à ce qu'il a mis dans le phare ;)

Chevalier Pile Poil
En ligne

Et vu comme il est taquin, il va rien répondre AA ou un truc qu'on avait pas vu venir...

Chevalier Au Cale-Sons
Hors ligne

Sans parler d'être taquin ou non, je crois que toute réponse directe d'AA serait inutile, en plus de nuire à la force du rêve. Ce serait à mes yeux très certainement décevant, parce que je préfère "ressentir" la scène plutôt que la comprendre.

Chevalier
Hors ligne

Tout à fait d'accord Sarsy !
C'est pour ça que les réalisateurs ne dévoile jamais ou très peu leur mindfuck de film ! :p
que ce soit Inception et sa fin, Enemy et ses araignées, l'autre film dont je ne connais pas le nom mais qu'on sait pas si c'est un alien ou un humain, tout ça laisse libre cours à l'imagination et à l'interprétation du spectateur ! Et c'est ça qui est beau ! ;)

Pour en revenir plus précisément au phare et à la théorie phallique. Je n'adhère pas, parce que je ne vois pas un truc aussi poussé. Tout d'abord parce que Aconia arrive dans la saison après celle-ci (bon vous allez me dire, il le savait déjà ce qu'il y aurait dans la saison 6 quand il a fait la saison 5). Perso je vois plus la flamme qui l'anime de retrouver ses enfants qui s'éteint à partir du moment ou le phare s'éteint. D'ailleurs après ça il ne tente plus de découvrir une descendance, il veut juste rentrer à Kaamelott.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Je suis d'accord également avec Sarsy et Mat.
Pour moi, ce rêve (qui est plus un cauchemar en fait) est juste l'interprétation de l'espoir qui s'en va au fur et à mesure que la nuit avance. C'est aussi une allusion au fils disparu en mer (lorsque le phare s'éteint). Les cris d'enfants c'est ce qu'Arthur n'entendra probablement jamais. Enfin bref, tout comme toute la saison 5, ce rêve est plus une énième métaphore à la douleur d'Arthur et un énième élément qui va le mener à sa tentative de suicide. En rien cela n'a a voir avec une quelconque allusion sexuelle ni même avec Aconia, pour moi, bien sûr.

Ensuite, pour soulever d'autres points de ta théorie: je ne pense pas qu'Arthur ai renoncé à aimer Aconia, on ne peut pas vraiment supprimer un sentiment aussi fort comme ça, il l'a juste "enterré" et vit avec en souffrant. Ce qui explique notamment qu'il soit sans cesse brutal avec Guenièvre (en plus de la promesse).
Pour le fait qu'il ne veuille pas coucher avec Aconia la première fois, je pense que c'est plus une histoire de peur. Il a peur de la suite des événements qui sont allés trop vite pour lui. Il a peur de cette femme plus âgée et déjà mariée (peut-être même veuve ?). Enfin bref, ce blocage serait plus dû à de la peur qu'autre chose.

Mais je n'ai fais qu'énoncer mes propres interprétations et théories. On aura jamais vraiment de réponses et c'est peut-être mieux comme ça :)

Pécore
Hors ligne

Capuccino, je n'ai jamais dit qu'Arthur avait renoncé à aimer Aconia, j'ai dit qu'il avait fait un transfert psychanalytique de cet amour sur le graal, transfert qui a été annulé lors de l'abandon de la quête de ce dernier. Et justement, tu dit qu'il a "enterré" cet amour... eh bien en psychanalyse, ce que tu appelles "enterrer", c'est refouler dans son inconscient...ce qui s'intègre très bien dans ma théorie, puisque les désirs forts refoulés dans l'inconscient réapparaissent souvent dans les rêves...
Sinon pour ceux qui pensent qu'une interprétation freudienne des rêves est un peu trop poussé dans kaamelott, je rappelle qu'AA est quelqu’un de très intelligent, soucieux du détail, et ça m'étonnerait qu'il n'aie pas pensé à un moment à une interprétation freudienne...et même s'il n'y a pas pensé, la théorie fonctionne quand même, non ?

Chevalier
Hors ligne

Tu es libre de penser ce que tu veux kafkaien ! ;)
C'est ça qui est bien dans l'interprétation

Mais ça veut dire que quelqu'un d'intelligent et soucieux du détail penserait forcément à une interprétation freudienne et seulement à cette interprétation ? Donc ceux qui ne sont pas intelligents ne peux pas avoir cette interprétation ?
ça laisse à refléchir ! ;)

Après toute théorie peut fonctionner ! ;)
Mais il faut se rappeler qu'il est toujours plus commode de faire coller les fait sur une théorie alors que le plus important est de trouver une théorie à partir des faits ! :p (ouais j'avais juste envie de placer cette phrase j'avoue ! :p )
Parce que sur notre passage, il n'y a aucun fait vu que c'est un reve ! :p

Pécore
Hors ligne

ben, je ne dis pas que quelqu’un d'intelligent ne penserait qu'à une interprétation freudienne... Mais quand on parle d'interpréter les rêves , très souvent, on évoque la psychanalyse... c'est une des manières d'interprétation des rêves les plus célèbres
et puis, je vois ce que tu veux dire avec "il faut trouver une théorie à partir des faits et non faire coller les faites à une théorie", mais je te rappelle que ma théorie part d'un constat que tout le monde peut faire : le rêve d'Arthur dans la phare est très étrange, on ne comprend pas explicitement son rapport avec le reste de l'histoire... et il a forcément une explication ! AA ne l'a pas mis là juste pour faire des heures de tournage en plus ! du coup je tente d'expliquer ce qui se passe dans ce rêve...

Semi-Croustillant
Hors ligne
kafkaien a écrit :

le rêve d'Arthur dans la phare est très étrange, on ne comprend pas explicitement son rapport avec le reste de l'histoire... et il a forcément une explication ! AA ne l'a pas mis là juste pour faire des heures de tournage en plus ! du coup je tente d'expliquer ce qui se passe dans ce rêve...

Pas si étrange que ça quand tu suis la déchéance du personnage de plus en plus perturbé et déprimé par une descendance qu'il ne trouve pas. Le phare est le point culminant de cette épopée à travers toute la Bretagne. C'est c'est d'ailleurs une très belle métaphore: Le phare, symbole du guide, qui brille toujours dans la nuit pour guider les bateaux à bon port. Arthur est ce bateau égaré dans la tempête et le phare ne brille plus. Il est complètement déboussolé, son espoir s'éteint tout comme sa conviction. Il ne cherche plus, il n'a pas trouver. Il va rentrer à Kaamelott sans plus rien attendre de personne. Il n'a pas trouvé sa descendance et c'est ce qui le fait angoisser. En plus du discourt du pêcheur qui perd son fils en mer et vient l'attendre au phare... même après 14 ans.

Il y a toute une image et une métaphore autour de ces enfants symbolisés par ces rires, des rires qui torturent notre bon roi à vrai dire. Il passe également son temps à croiser des pères avec leurs enfants ou les ayant perdus. C'en est trop pour lui qui ne sait même pas s'il a des enfants avec toutes ses maîtresses.

Ton interprétation freudienne, je trouve, est très maladroite pour ce passage de la série, que j'ai compris, personnellement. Et même s'il est vrai que chaque rêve est rattaché à la psychanalyse, ils ne le sont pas forcément à Freude et toute interprétation est bonne à prendre.

Donc pour moi, encore une fois, il n'y a pas d'allusions sexuelles dans ce passage qui est très poétique par ailleurs.
Je pense qu'il y en a d'autres des interprétations freudiennes. Mais c'est comme pour le rêve qu'il raconte à Perceval, ça beau être un rêve, y a pas d'interprétation sexuelle derrière :)

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

+1

Et je pense qu'il ne faut jamais oublier la dimension poétique de la quête. Pour être extrêmement intelligent, Astier n'en est pas moins un esthéticien génial et je ne pense pas que les symboles qu'il utilise aient la moindre dimension sexuelle ou phallique.

On doit pouvoir être intelligent et accepter la beauté pour ce qu'elle est, non ? ;)
Ou alors, et je ne l'exclu pas, je suis un gros bourrin qui aime qu'on me raconte de belles histoires un peu tristes et si l'intelligence est au prix d'un phallus à chaque scène, je revendique une bêtise crasse et une insouciance percevalesque :b

:D

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Je suis désolé pour mon message qui manque de tact, mais je n'ai pas trouvé comment dire les choses de façon moins brutale. J'aurais pu me contenter de dire que je n'adhère pas à cette interprétation, mais je souhaite quand même argumenter. Bref, voilà mon avis :

Evidemment le phare est un symbole phallique.

Voilà, c'est là que ça coince. Désolé, je suis incapable de lire la suite (en fait je l'ai fait, mais sans conviction (*)). C'est une interprétation freudienne ? J'ai peur que ce soit une caricature d'interprétation freudienne vu la prémisse simpliste. C'est quand on se moque des théories de Freud qu'on voit des symboles phalliques partout.

De toute façon il y a une erreur dès le départ : le rêve en question n'est pas un rêve, mais l'élément d'un scénario. Il a été écrit par A. Astier et non par le subconscient d'un dormeur. Il n'y a donc aucun sens à l'interpréter comme on interprète un rêve ‒ à moins qu'Astier n'ait mis dans ce scénario un rêve réel (mais pourquoi aurait-il fait ça plutôt que juste inventer un rêve qui colle à l'histoire ?).

Je pense qu'il ne faut pas oublier qu'on interprète non pas la réalité mais la fiction. Les interprétations de Capouccino ou Tante Cryda, par exemple, sont adéquates puisqu'elles ne perdent pas de vue que cette scène est inscrite dans une histoire.

-------
(*) Quant au graal récipient destiné à recevoir du liquide et donc métaphore du vagin, je trouve qu'on est encore plus dans la caricature. Il ne me semble pas que la théorie de Freud consiste à voir du sexe partout. De toute façon, le Graal est expliqué dans je ne sais plus quel épisode,  « toutes les baignoires sont le Graal », etc. Le sang de Jésus représente le sang des suicidés qui veulent culpabiliser le monde entier, de même que Jésus a, nous dit-on, payé pour tous nos péchés. J'explique mal et je ne me souviens plus avec précision, mais c'était ce genre d'idée qu'Astier avait placé dans sa série. Je ne vois pas l'intérêt de contredire l'auteur : il sait ce qu'il fait.

Pécore
Hors ligne

visiblement, vous avez mal pris mon message...

Comme vous, je n'ai pensé ni à freud ni à un phallus quand j'ai regardé le livre 5. Comme vous, j'y ai vu une symbolique poétique de la quête qui désespère, de la vie d'Arthur, de sa tristesse devant l'absence d'enfants dont il serait le père etc... Comme vous, j'ai été sensible à cette symbolique, et comme vous, je pense que c'est ce message et ces émotions qu'AA voulait faire passer.

Il se trouve qu'après cela, je me suis intéressé à une interprétation freudienne de kaamelott, parce que cela me semblait être une façon originale de voir l'oeuvre. Cela ne signifie en aucun cas que je considère cette interprétation comme l'interprétation principale du rêve en question. Je suis tout à fait conscient qu'il ne s'agit que d'une manière comme une autre d'interpréter kaamelott, et ma théorie n'est en aucun cas une vérité absolue ! Ce n'est qu'une théorie, un certain point de vue que j'exprime, sans nier les autres !

De plus je pense que, lorsqu'on établit une théorie sur une oeuvre, tout est permis...même si l'auteur n'y a peut-être pas pensé, et même si elle n'est pas dans l'intention de celui-ci. Ainsi, même si AA n'a pas fait d'allusions freudiennes, rien ne m'empêche de trouver intéressante l'application de l’interprétation des rêves de Freud sur le rêve du phare... ce que je cherche à savoir, c'est si cette théorie est cohérente, et si, pourquoi pas, elle pourrait nous faire découvrir une autre façon de lire l'histoire d'Arthur.
Ainsi, même si certains éléments de kaamelott sont parfaitement compréhensibles, et même s'ils sont expliqués clairement, rien n'empêche d'essayer d'y voir autre chose, d'enrichir sa vision de l'oeuvre avec de nouveaux points de vue

Enfin, pour ceux qui me reprochent de voir un peu trop facilement les allusions sexuelles : ne me prenez pas pour un obsédé ! Je tente simplement d'interpréter de manière freudienne un rêve... et une interprétation freudienne contient TOUJOURS des références au sexe... (Ce qui n'est pas le cas de toutes les interprétations psychanalytiques : beaucoup de psychanalystes ont d'ailleurs reproché à Freud d'être obnubilé par le sexe dans ses interprétations, notamment le célèbre Jung...)

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Très bonne défense de ton point de vue !

Je vais toutefois pinailler sur deux points :
‒ Le premier n'est en fait pas du pinaillage. L'un des grands mérites de Freud, c'est d'avoir révélé l'importance du subconscient. Par exemple le rêve est fabriqué par le subconscient. C'est pour ça que l'interprétation des rêves par Freud est faite d'une certaine façon. Cette façon (freudienne) est justifiée par le fait que le rêve est fabriqué par le subconscient. Mais pas le rêve dont on parle n'est pas un vrai rêve (fabriqué par le subconscient d'un dormeur) mais un élément de scénario (fabriqué consciemment par l'auteur ‒ sauf à supposer qu'il était sous l'effet de je ne sais quelle drogue lorsqu'il l'a écrit). Interpréter à la façon d'un rêve quelque chose qui n'en est pas un n'a aucun sens.
‒ Tu emploies plusieurs fois le mot théorie dans le sens d'hypothèse. On va dire que je pinaille, mais ce n'est pas la même chose (par exemple tu voudrais savoir si tes hypothèses sont cohérentes ; c'est ensuite, lorsque plusieurs hypothèses auront été validées, qu'on pourra construire une théorie).

Je pense que faire ce genre d'interprétation n'enrichit pas sa vision de Kaamelott, mais j'admets que tu as tout à fait le droit de penser le contraire, et peut-être même que tu as raison... ;)

Enfin, pour ceux qui me reprochent de voir un peu trop facilement les allusions sexuelles : ne me prenez pas pour un obsédé ! Je tente simplement d'interpréter de manière freudienne un rêve... et une interprétation freudienne contient TOUJOURS des références au sexe... (Ce qui n'est pas le cas de toutes les interprétations psychanalytiques : beaucoup de psychanalystes ont d'ailleurs reproché à Freud d'être obnubilé par le sexe dans ses interprétations, notamment le célèbre Jung...)

Du coup pourquoi as-tu choisi une interprétation freudienne et non jungienne ? N'est-ce pas le signe que tu es un obsédé ?... ;) (Nan, pas sur la tête, aïe !)

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne
kafkaien a écrit :

visiblement, vous avez mal pris mon message...

Ah non. Moi, ce que je prends mal, c'est les gens qui débarquent en nous expliquant que si on est intelligents on voit une bite dressée sur l'océan du subconscient d'AA :p , sans avoir eu, au préalable l'élégance de se présenter dans la section prévue à cet effet et de nous expliquer la raison qui l'a amené(e) à nous interpeller sur ce point précis (qui n'a en soi, rien de plus choquant que toutes les théories/supputations développées sur ce forum). Es-tu étudiant(e), t'es-tu lancé(e) dans la rédaction d'un papier sur Kaamelott, prépares-tu une thèse ? Avais-tu juste envie de discuter d'une idée originale ?

Kafkaïen, discuter, ici, on aime. On aurait du mal à le cacher. :b De tout, n'importe quoi et son contraire, avec tout le monde, mais quand on sait un peu à qui on s'adresse, ça passe toujours mieux ;)

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Surtout pour Tatie. Comme c'est elle qui gère la répartition des piaules, elle aime bien savoir qui est le larron d'en face, ça l'aide à s'faire à l'idée.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

POOOOOUËËËËT !

Voilà ! Donc, la réduction pour trompette seule de l'hymne de Kafkaïen, c'est fait !
Maintenant, je vais réfléchir à l'opportunité de lui allouer plus de pain sec. Je voudrais pas qu'ille croie qu'on est nuls en réception protocolaire.

:fete:

J'espère qu'ille n'a rien contre le jardinage ! :/

Semi-Croustillant
Hors ligne

Tatie, là dessus tu m'as toujours pas donné une piaule x)

Pour ce qui est de ta réponse, kafkaien, je suis tout à fait d'accord avec Agloval: on ne peut interpréter un rêve en empruntant les méthodes de Freude que si celui-ci est un vrai rêve et non une énorme métaphore scénarisée sous forme de rêve dans une série :)

Puis comme Tatie (elle est où ma piaule ? XD), je trouve ça réellement "déplacé" de venir proposer des hypothèses puis nous "traiter" de personnes sans intelligence alors qu'on a même pas eu la décence de se présenter :) C'pas un tchat ici mais un forum o/

Pécore
Hors ligne

Oh... je ne pensais pas que j'avais été si maladroit... désolé si vous avez vu cela comme une insulte, ou comme quelque chose de déplacé... ce n'était pas du tout le but.

A vrai dire, je ne suis pas habitué aux forums, donc je ne maîtrise pas tout à fait les traditions locales...;)

Donc je tiens à m'excuser pour ceux qui ont cru que je les traitaient de "personnes sans intelligence", ce qui n'était en aucun cas mon intention. Au contraire, je vous ai en grande estime, puisque vous êtes fan de kaamelott ;) J'ai simplement voulu dire qu'AA est quelqu'un d'intelligent, et donc qu'il est tout à fait possible qu'il aie pensé à l'interprétation freudienne des rêves. Mais ça ne veut pas dire que ceux qui ne pensent pas à la psychanalyse ne sont pas intelligents !

D'autre part, on me reproche de ne m'être pas présenté. Je m'en excuse, mais pour ma défense, je ne savais pas qu'il y avait une section prévue pour les présentations, et comme je l'ai dit plus haut, je ne suis pas du tout habitué aux forums, et n'en connaît pas les us et coutumes... Du coup, je me présente : je m'appelle Eli Rhamba, je suis étudiant, et je n'ai pas de thèse ou de papier à écrire sur kaamelott, mais ça me plaît bien de discuter de théories farfelues avec des fans, donc... Voilà ! :) J'en profite pour tous vous saluer...(ce qui me fait penser... moi non plus, je ne vous connais pas ! enfin, pas encore...)

J'aimerais aussi répondre à Agloval et à Capouccino, au sujet d'un des points qu'Agloval as souligné :
- pour moi, une oeuvre peut être considéré de deux manières différentes (pas seulement deux, mais notamment ces deux-là...) :
la considération "relative", c'est-à-dire celle qui prend en compte les éléments extra-diégétiques, notamment le fait que l'oeuvre soit écrite par un auteur particulier, qui imprime sa personnalité dans sa création,et la considération "absolue", c'est-à-dire qui considère l'oeuvre en soi, sans prendre en compte le fait qu'elle soit relative à plusieurs paramètres extra-diégétiques (l'auteur, l'époque pendant laquelle l'oeuvre a été composé, etc...).
Mon hypothèse (voilà, maintenant je dis "hypothèse":)) est complètement vide de sens si on prend la considération relative, puisque, comme l'explique Agloval, ce rêve n'en est pas un : il est seulement la composition d'un auteur, et ne peut donc être soumis à une interprétation freudienne. C'est pourquoi je place mon hypothèse dans la considération "absolue": dans ce cas, un rêve reste un rêve, et on peut donc l'interpréter comme s'il était vrai.

Voilà ! J'espère que j'ai rattrapé ma gaffe... Et merci pour vos commentaires ! je ne pensais pas que vous seriez aussi réactifs...
P.S. : sinon j'ai de jolis bouts de terre en Aquitaine...
P.P.S. : ici, je m'adresse à kelk1 : je crois que le film dont tu parles mais dont tu ne te rappelles plus le nom, c'est the thing...

Pécore
Hors ligne

Alors j'ai trouvé un truc pour les cris d'enfants dans le rêve du phare... ça m'a l'air sympa

En fait je pense que les cris d'enfants qu'Arthur entend dans son rêve sont là pour le ramener à sa propre enfance. Et si on repasse cette période de sa vie, on se rend compte qu'en effet, très jeune, il y a subi un terrible traumatisme : celui de l'abandon ! et par sa mère, qui plus est ! en effet, celle-ci l'a placé chez les Romains pour l'éloigner d'Uther. Ses intentions sont sûrement louables, mais le très jeune Arthur n'y voit probablement qu'une chose : la personne qu'il aime le plus au monde (sa mère) le laisse seul et part sans lui (peut-être qu'il faudrait ressortir ici le complexe d'oedipe mais cela ne me semble pas indispensable...). Donc depuis son enfance, Arthur traîne un trauma terrible : il a très peur d'être abandonné. D'ailleurs, ne dit-il pas, dans un épisode, que la plus grande peur d'un gosse, c'est d'être abandonné ? (vous savez, l'épisode où un double de lui-même lui explique que Perceval est comme un enfant...) peut-être parle-t-il de lui même...
Donc lorsque Aconia l'abandonne, son vieux traumatisme resurgit. C'est en cela que les cris d'enfants sont en lien avec le reste du rêve. Le rêve du phare évoquant d'après mon hypothèse le souvenir douloureux de la perte d'Aconia, il évoque en conséquence pour Arthur l'impression terrible d'être abandonné, impression que son inconscient traîne douloureusement depuis sa plus tendre enfance et à laquelle Arthur est donc particulièrement sensible...
D'ailleurs, quelle est la seule parole que prononce Arthur dans le rêve du phare ? "Y A QUELQU'UN ?"; phrase qu'il crie parce qu'il croit entendre des gens mais qu'en fait il se retrouve seul... On retrouve l'idée de l'abandon.

Qu'est-ce que vous en pensez ? Des avis ? Est-ce que je vous ai réconcilié avec mon hypothèse ?:)

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Est-ce que je vous ai réconcilié avec mon hypothèse ?

Hé non... Pour ma part, je crois que j'ai bien compris la distinction que tu fais entre considération relative et considération absolue, et je ne peux pas te suivre parce que je n'adhère pas à la deuxième façon. Par exemple à la question « que signifient les cris d'enfants dans le rêve du phare », pour moi le mieux serait de demander à A. Astier : c'est lui qui possède la réponse (du moins s'il avait une intention précise et s'il s'en souvient). Or dans le point de vue de la considération absolue, il me semble qu'on va chercher une réponse indépendamment de l'auteur, et c'est ce que tu fais. Cette façon de faire m'est étrangère.

Néanmoins j'ai tout lu et ça m'a l'air cohérent. (Si je ne suis pas réconcilié, c'est juste parce que, pour moi, le but devrait être de chercher l'intention de l'auteur ‒ faute de l'avoir sous la main pour lui poser la question ‒ et non une explication dans l'absolu. Mais si on cherche une explication dans l'absolu, il faut admettre que la tienne ‒ je parle de celle du dernier message, où tu n'as pas cédé à la tentation de placer Œdipe... ‒ tient la route.)

Semi-Croustillant
Hors ligne

Cette hypothèse sur les cris d'enfants est très intéressante et même très plausible. A mon avis, il n'y a pas qu'un niveau de lecture pour ce rêve assez complexe somme toute.
Par contre, je ne la rattacherais pas à ton hypothèse ^^ J'en ferais plutôt un complément de ce qui a été dit plus haut par Tatie et moi même. Je ne vois pas trop comment on peut rattacher à cette hypothèse toute une autre qui se base sur une interprétation freudienne. :)

Chevalier
Hors ligne
Agloval a écrit :

pour moi, le but devrait être de chercher l'intention de l'auteur

Je n'ai pas d'avis particulier sur tout ce qui a été dit précédemment, mais je voudrais revenir là-dessus. Je ne suis pas d'accord. Evidemment l'intention de l'auteur compte mais ce n'est jamais suffisant pour comprendre une oeuvre. C'est ce qu'on nous apprend en fac de ciné en tout cas :b
Quand on veut analyser un film il y a trois choses auxquelles il faut s'intéresser : l'intention de l'auteur, le film en lui-même et la réception des spectateurs. En gros, l'auteur a une intention mais celle-ci n'apparaît pas telle quelle dans le film et le film n'est pas reçu de la même manière selon les spectateurs. C'est tout ça qu'il faut prendre en compte. Donc ce n'est pas parce que AA n'a jamais eu l'intention de foutre des bites symboliques sur tous les plans que ce n'est pas ce qui apparaît dans Kaamelott.

Pécore
Hors ligne
Agloval a écrit :

pour moi, le but devrait être de chercher l'intention de l'auteur

Je te comprends, Agloval... mais cette vision de l'art limite quand même beaucoup les interprétations qu'on peut faire de l'oeuvre !
Par exemple, je ne sais pas si tu t'intéresses aux théories sur harry potter, mais dans leur grande majorité, elles sont si tirées par les cheveux qu'il est quasi-impensable que jk rowling y ai pensé...
ce qui rejoins un peu ce que disait kelk 1... et ce que viens de dire ogma

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB