Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum pour arracher les noix !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Les risques du métier

3 CORS

1. INT. SALLE À MANGER ‒ NUIT
Karadoc et Perceval mangent à table lorsque arrivent Arthur et Lancelot, les vêtements plus ou moins déchirés et maculés de sang, visiblement épuisés.

Karadoc
Ah, vous voilà enfin !
Arthur
Oh, ça va, hein ! Vous allez pas la ramener !
Perceval
Nan mais Sire, on commençait à s'inquiéter.
Karadoc
Rassurez-vous, on vous a laissé un frichti.
Arthur
Ah, c'est pas de refus !

Arthur et Lancelot s'installent à table.

OUVERTURE

2. INT. COULOIRS ‒ JOUR
Tout en se restaurant, nos quatre héros évoquent la mission qu'ils viennent d'accomplir.

Arthur
Eh ben les amis, quelle dérouillée !
Lancelot
Je pensais pas qu'il y aurait autant de Gobelins là-dessous !
Arthur
Après, si ces deux imbéciles n'avaient pas fait un boucan du diable...
Perceval
Vous croyez que c'est nous qui les avons attirés ?
Arthur (agacé)
Vous vous rappelez ce qu'on avait dit en partant ?
Lancelot (récitant sur un ton tout aussi agacé)
Les Gobelins vivent dans les profondeurs, mais le bruit les attire.
Arthur
Avec tout le boucan que vous avez fait, forcément...
Perceval
Mais c'est pas ma faute, je me suis cogné le genou.
Lancelot
Quand on est chevalier, on doit savoir souffir en silence !
Perceval
J'ai fait tant de bruit que ça ?
Arthur
Vous avez hurlé à la mort, crétin !
Lancelot
Et vous, seigneur Karadoc, qu'est-ce qui vous a pris de balancer votre épée au fond du puits. Non seulement ça les a réveillés, mais ils l'ont utilisée !
Karadoc
Mais j'ai pas fait exprès ! Elle était mal fixée à ma ceinture, du coup, quand je suis passé près du puits pour regarder, elle s'est détachée et elle est tombée dedans. Et après, je me suis penché pour voir, et mon casque est tombé aussi.
Arthur
Résultat : des dizaines de Gobelins qui nous tombent dessus !
Perceval
Mais qu'est-ce que ça peut faire, Sire, de toute façon la mission est réussie !
Karadoc
Heu... je sais pas si on peut dire ça, vu que vous avez oublié le sac avec les pièces d'or.
Perceval
Ah ouais, merde.
Arthur (n'en croyant pas ses oreilles)
Quoi ?
Lancelot
Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?
Perceval
Nan mais l'escalier était glissant, j'avais besoin de mes deux mains pour me tenir aux parois, du coup j'ai oublié le sac de pièces d'or en bas.
Arthur (ne parvenant toujours pas à y croire)
C'est une plaisanterie ?
Lancelot (scandalisé)
Je vous signale qu'on a passé une heure à les contenir − au péril de notre vie ! − pour vous laisser le temps d'emporter le butin et de remonter avec.
Perceval
Eh ben, on est rentrés indemnes à Kaamelott, c'est pas ça qu'il fallait faire ?
Arthur
Mais en emportant le trésor, imbécile !
Lancelot (soupçonneux)
Rassurez-moi, seigneur Karadoc, vous n'avez pas oublié l'émeraude géante ?
Karadoc
Ah non ! Enfin...
Lancelot
Quoi, « enfin » ?
Karadoc
Je l'ai pas oubliée, mais je l'ai mise dans ma poche trouée.
Arthur (sidéré)
Et vous l'avez perdue ?
Karadoc
À tous les coups elle est restée en bas. En tout cas je l'ai plus.
Perceval
Sire, il faut voir le bon côté des choses...
Arthur (désabusé)
Le bon côté des choses ?
Perceval
Ben oui : quand vous y retournerez pour ramener le sac de pièces d'or, l'émeraude sera à côté.
Lancelot (hors de lui)
Mais on ne peut plus y retourner, espèce de cornichon ! Ça grouille de Gobelins à présent !
Karadoc
Vous les avez pas tous tués ?
Arthur (hors de lui)
On les a contenus ! Pour vous laisser le temps de repartir avec le trésor.
Lancelot
Et on failli y laisser notre peau !
Arthur
Mais y retourner, ce serait du suicide !
Perceval
Sire, sans déconner, il faut arrêter avec vos stratégies dépassées ! C'est les Gobelins qui auraient dû y laisser leur peau, pas vous, sinon je vois pas l'intérêt.

Hors d'eux devant tant de bêtise, Arthur et Lancelot jettent leur assiette par terre de rage puis quittent la salle.

Perceval
Mais qu'est-ce que j'ai dit ?
Karadoc
Vous avez remis en cause les choix stratégiques du roi, et comme il est susceptible, il ne l'a pas accepté.
Perceval
N'empêche, on a peut-être pas ramené le trésor, mais on a réussi l'autre partie de la mission : on est rentrés indemne au château.
Karadoc
Ouais, le roi pourrait admettre qu'on a bien progressé. Parce que là...
Perceval et Karadoc (en même temps)
On en a gros !

3. INT. DEVANT LA CHEMINÉE ‒ JOUR
Quelques jours ont passé. Arthur et Lancelot se détendent devant la cheminée.

Lancelot
Vous avez bien fait, Sire. Ils ont eu leur chance, ils n'ont pas su la saisir, vous avez pris la bonne décision.
Arthur
De toute façon c'est une mise à pied temporaire.
Lancelot
Temporaire ?
Arthur
Ben oui, je vais pas les exclure définitivement !
Lancelot (sincèrement étonné)
Mais pourquoi pas ?
Arthur
J'ai besoin d'eux. Perceval a un destin, Karadoc représente un des peuples de la fédération.
Lancelot (s'emportant)
Mais personne n'a besoin de ces deux imbéciles ! N'oubliez pas que chaque fois qu'on les emmène, ils font foirer la mission. Qu'ils retournent dans leurs fermes !
Arthur (s'emportant lui aussi)
Ah mais on en a déjà parlé, c'est pas la peine d'y revenir : la Table Ronde, c'est pas réservé à une élite, c'est pour tout le monde.
Lancelot (calmé)
Excusez-moi, Sire. Je ne suis pas d'accord, mais je respecte votre autorité.
Arthur (lui aussi calmé)
Je comprends que ce soit dur à avaler, surtout après les derniers exploits de nos deux « héros »...

4. INT. SALLE À MANGER ‒ UNE AUTRE NUIT
Arthur et Lancelot entrent dans la salle épuisés et plus ou moins blessés, surtout Arthur qui a du mal à marcher. Lancelot porte un gros sac. Leurs armures sont en charpie, ils sont couverts de sang. À bout de force, ils boitent et ont du mal à parler. Arthur pousse de temps en temps des gémissements de douleur. Il s'installent à table où est répandue un peu de charcuterie. Dans tout le dialogue qui suit, Arthur a beaucoup de mal à se tenir droit et à parler.

Lancelot
C'est un miracle qu'on soit revenus vivants.
Arthur
Ouais, mais on a le trésor. Montrez-voir !

Lancelot pose le sac sur la table et répand en partie son contenu : il est rempli de pièces d'or. Puis il sort de sa poche une énorme émeraude qui éclaire la pièce d'une lueur verte surnaturelle.

Lancelot (souriant)
Mission accomplie, Sire ! Et vos blessures, vous tenez le coup ?
Arthur
Je prends juste un verre et ensuite je pars me pioncer.
Lancelot
Il faudrait d'abord consulter Merlin, Sire !
Arthur
Ah non, je veux juste m'allonger et dormir. J'en peux plus !
Lancelot
Mais il faut désinfecter vos plaies, au moins !
Arthur
Allez me chercher l'alcool de poire, dans l'amoire de droite, en bas, je crois.
Lancelot (sceptique)
Vous voulez que je vous désinfecte à l'alcool de poire ?
Arthur
Oui, c'est toujours ça. En plus c'est du costaud.
Lancelot (après être allé chercher la bouteille en question, lisant l'étiquette)
Alcool de poire, soixante degrés. Ah ouais !
Arthur
Vous voyez, ça fera l'affaire. Commencez par l'épaule.

Lancelot passe derrière le roi et retire les restes d'armure, puis le haut de ses vêtements. La caméra filme Arthur de face, on ne voit pas sa blessure qui est derrière l'épaule.

Lancelot
Aïe, c'est pire que je pensais.
Arthur
Ne faites pas de commentaires et versez l'alcool.
Lancelot
Vous êtes sûr ? Ça va vous faire très mal, j'aimerais mieux qu'on appelle Merlin.
Arthur
Mais il pourra rien faire de plus. Je le connais, il va me soigner ça au gros sel, ce sera pire.
Lancelot
Bon, vous êtes prêt ?
Arthur
Non, attendez ! Je suis le roi Arthur, je veux pas que tout le château m'entende hurler comme un goret.
Lancelot
Le truc, c'est de mordre dans un bout de bois.
Arthur (s'emparant d'un saucisson sec)
Voilà, c'est comme un bâton.
Lancelot
Un saucisson ?
Arthur
Allez-y.

Lancelot répand l'alcool sur la plaie. Aussitôt Arthur se cabre de douleur et pousse un effroyable mugissement étouffé par le saucisson qu'il mord à pleines dents. Puis il s'effondre sur la table. Lancelot l'aide à se redresser.

Lancelot
Ça ira, Sire ?
Arthur (dont le saucisson est complètement détruit et en charpie)
Je pensais pas que la douleur serait aussi atroce...
Lancelot
On regarde votre deuxième blessure ?
Arthur
Allez-y.

Lancelot examine à présent une blessure au flanc droit, qu'on ne voit pas. Arthur est torse-nu, couvert de bleus et d'égratignures.

Lancelot
Aïe !
Arthur
Quoi, c'est aussi grave que celle à l'épaule ?
Lancelot
Non, non, c'est moins grave, ça va aller.
Arthur
Alors laissez-moi un peu souffler, puis on remet ça.

Lancelot attend tandis qu'Arthur boit un verre d'eau. Arthur sait maintenant ce qui l'attend et hésite, mais il n'y a pas le choix. Alors il prend un nouveau saucisson sec.

Arthur
Je suis prêt, allez-y.

5. INT. SALLE À MANGER ‒ SUITE
Lancelot réveille Arthur, qui s'était évanoui. Arthur n'a plus la force de parler et se contente de chuchoter, toujours entre deux gémissements.

Lancelot
Sire, ça va mieux ?
Arthur (reprenant lentement ses esprits)
Qu'est-ce qui s'est passé ?
Lancelot
Vous vous êtes évanoui de douleur.
Arthur
Mais je croyais que la deuxième blessure était moins grave ?
Lancelot
J'ai préféré vous taire la vérité...
Arthur
Alors c'est terminé ?
Lancelot
Vos deux blessures sont désinfectées et je vous ai fait un bandage avec du linge de table. Mais ça reste provisoire.
Arthur
Je sais. Demain à l'aube, vous ferez venir Merlin. Mais il faut que je dorme au moins deux ou trois heures.
Lancelot
Vous pourrez marcher ?
Arthur
Soutenez-moi !

6. INT. PORTE DE LA CHAMBRE DU ROI ET DE LA REINE ‒ NUIT
Lancelot a aidé Arthur à atteindre la porte de sa chambre.

Lancelot
Sachez, Sire, que j'admire votre courage. J'en connais deux qui pourraient en prendre de la graine, quand je disais qu'un chevalier doit savoir souffrir en silence.
Arthur (à moitié endormi)
Qu'est-ce vous dites ?
Lancelot
Rien, rien. Vous arriverez à atteindre votre lit tout seul ?
Arthur
Oui, merci. Merci, et n'oubliez pas de faire venir Merlin au lever du jour.
Lancelot
Bonne nuit Sire.
Arthur (dans un murmure)
Pareil.

FERMETURE

7. INT. CHAMBRE DU ROI ET DE LA REINE ‒ NUIT
Arthur rentre dans sa chambre, laquelle est faiblement éclairée par une bougie. Depuis son lit, la reine ne peut pas encore le voir. Elle ne l'apercevra que lorsqu'il atteindra le lit. La caméra suit Arthur, à peine visible dans la pénombre, aussi on ne voit pas Guenièvre avant que celle-ci puisse le voir.

Guenièvre (off, fâchée)
C'est à cette heure-ci que vous rentrez ?
Arthur (dans un souffle)
Quoi ?
Guenièvre (off, sur un ton inquisiteur)
Où étiez-vous passé ?
Arthur
Non... vous allez pas me faire une scène...
Guenièvre (off, sûre d'elle)
J'ai consulté votre agenda, figurez-vous ; vous n'aviez pas prévu de mission. Alors je vous demande : (détachant bien les syllabes) où étiez-vous passé ?
Arthur
En mission improvisée...
Guenièvre (off)
Ah non, ne me prenez pas pour une idiote !

Arthur est arrivé face au lit. Guenièvre allume une grande bougie et l'approche d'Arthur, pour mieux le voir.

Guenièvre (découvrant ses bandages et ses écorchures)
Mais... que vous est-il arrivé ?
Arthur
Je veux... dormir...
Guenièvre
Vous parlez bizarrement... vous titubez ! et vous puez l'alcool !

Arthur s'effondre sur son lit.

Guenièvre (sévère)
Ah oui, je vois !

Guenièvre (sévère)
Vous êtes allé vous torcher à la taverne, et vous vous êtes battu comme des chiffonniers !


(Le titre fait bien sûr référence à la dangerosité du métier de chevalier. Mais c'est aussi une allusion à un film où le personnage principal, un professeur interprété par J. Brel, est injustement accusé d'avoir abusé d'une élève. Ici, Arthur est injustement accusé de s'être saoulé. L'utilisation de saucisson sec au lieu d'un bout de bois permet de presque citer le Bâton de Berger, une marque de saucisson sec. Je précise ça au cas où.)

Pécore
Hors ligne

Hahaha ! Excellent xD Pauvre Arthur, je le plains maintenant xD

Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Ah ah, et la reine qui en remet une couche ... :D

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB