Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui habite pas à six heures de marche avec un autre mec !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Pécore
Hors ligne

De retour de l’auberge, le chevalier Perceval rentre tranquillement à Kaamelott lorsqu’une voix bien connue l’interpelle.

-Seigneur Perceval !
-PERCEVAL : Oui, Sire ?
-ARTHUR : J’aurai besoin de vous et de vos amis, cette nuit !
-PERCEVAL : Ah ben, y a qu’à demander ! Quand c’est vous, on refuse jamais !
-ARTHUR : Oui, euh… d’un autre côté, vu que j’suis le roi, vous avez pas trop le choix !
-PERCEVAL : Ouais, je sais bien, mais avec vous, c’est avec plaisir. Enfin, ça dépend de c’qui faut qu’on fasse ! Faudrait pas nous d’mander de torcher l’cul des poules, quand même !
-ARTHUR : Mais  évidemment, c’est pas un travail de chevalier, ça ! … c’est même pas un  travail du tout ! Elles se débrouillent très bien toutes seules, les poules !
-PERCEVAL : Ouais, ouais, mais c’était juste une façon de dire…
-ARTHUR : Ouais ! Bon vous voulez savoir c’qui faut faire ou pas ?!
-PERCEVAL : Oui, oui, allez-y ! J’vous écoute… Sire.
-ARTHUR : Bon, voilà ! Il y a des malandrins…
-PERCEVAL : Des ?
-ARTHUR : Malandrins ! Des brigands, quoi ! Des voleurs !
-PERCEVAL : Ah ouais, je vois ! Des méchants, quoi !
-ARTHUR : Si vous voulez… Donc, les méchants, attaquent les clients de l’auberge AVANT qu’ils soient clients ! C’est-à-dire, ils les détroussent avant qu’ils entrent dans l’auberge !
-PERCEVAL : C’est dégueulasse !
-ARTHUR : Je ne vous le fais pas dire !
-PERCEVAL : L’aubergiste va faire faillite !
-ARTHUR : Oui mais euh… on s’en fout de ça ! Enfin non, on s’en fout pas mais c’est pas le plus important ! DES VOYAGEURS SE FONT DÉVALISER A DEUX PAS DE KAAMELOTT ! C’est intolérable !
-PERCEVAL : Vous voulez qu’on empêche les voyageurs d’entrer ?
-ARTHUR : Mais pas du tout, je veux que vous vous planquiez derrière la réserve de bois de la taverne, que vous attendiez que les brigands passent à l’attaque, après, vous les suivez jusqu’à leur repère et vous rentrez me dire où c’est. C’est clair ?
-PERCEVAL : Ouais, je crois. Je me planque derrière la cabane à bûches du tavernier, j’attends  que les méchants attaquent et je les suis jusqu’à chez eux. Fastoche !  Faut juste que je me mette pas à roupiller...
-ARTHUR : Non mais c’est pour ça que vous allez vous partager les quarts avec Karadoc, Yvain et Gauvain.
-PERCEVAL : Ça empêche de dormir, les cars ? Ça se mange ?
-ARTHUR : Mais non ! Chacun d’entre vous montera la garde pendant un quart de la nuit, c’est pas compliqué quand même !
-PERCEVAL : Ah ouais, okay ! Par exemple, moi, je fais de sept heures à dix heures ensuite Karadoc de dix à une heure et ainsi de suite...  ouais, ouais, j’ai compris !
-ARTHUR : Ah bah, dites donc, y a du progrès !
-PERCEVAL : Ah ben oui, moi, dès qu’y a des chiffres, ça me parle !

***
Perceval a réuni ses camarades devant la grande porte.

-PERCEVAL : Le roi nous a confié une mission !
-KARADOC : Ah ouais ? C’est quoi qui faut faire ?
-PERCEVAL : On doit aller prendre le quart à l’abri-bûches !
-YVAIN : Déjà, j’ai rien pigé !
-GAUVAIN : Il est de fait que plusieurs mots m’ont échappé également !
-PERCEVAL : Vous savez c’que c’est un quart, quand même !
-KARADOC : C’est la moitié de la moitié d’un gâteau !
-PERCEVAL : Ouais, c’est ça ! Sauf que ça marche pas qu’avec les gâteaux, ça marche avec tout ce qu’on peut découper en quatre ! Pour nous, c’est la nuit.
-YVAIN : La nuit, ça se découpe ?!
-KARADOC : Non, c’est le brouillard qui se découpe, on dit un brouillard à couper au couteau !
-PERCEVAL : Ouais mais non ! Là, on doit monter la garde chacun notre tour pendant la nuit, là où le tavernier range son bois... à  l’abri-bûches !
-GAUVAIN : Et c’est quand qu’on découpe la nuit ?
-PERCEVAL : On va faire ça maintenant !
-YVAIN : Mais... il fait encore jour ! Comment voulez-vous découper quelque chose qu’est pas là ?!
-PERCEVAL : Non mais on décide maintenant comment on va la découper !  Par exemple, le premier quart c’est de sept heures à dix heures, qui veut le faire ?
-GAUVAIN : Moi, je veux bien si le seigneur Yvain est avec moi.
-PERCEVAL : Mais non ! Chacun fait son quart tout seul !
-YVAIN : Oh ouais mais c’est chaud, là ! Moi j’préfère être tout seul avec un autre.
-PERCEVAL : C’est les ordres du roi, alors commencez pas à faire vos raclettes, hein ! Sinon ça va me gonfler et ça va mal se mettre ! Alors... Gauvain, premier quart de sept à dix, Yvain, deuxième quart de dix à une heure... vous, seigneur Karadoc, vous préférez de une à quatre heures ou de quatre à sept heures ?
-KARADOC : Moi ça m’embête, rapport à mes casse-croûtes de la nuit ! Ça tombe pile dans mes horaires, c’est pas d’chance !
-PERCEVAL : Ben ouais mais vous en faites quatre par nuit, forcément... ça chevauche !
-KARADOC : J’vois pas bien le rapport avec les chevaux mais si vous l’dites...
-PERCEVAL : Y a forcément un de vos casse-dalles qui va tomber pendant un quart, je s’rais vous, je préparerais un truc à emporter et à manger sur place !
-KARADOC : Ah ouais, pas con ! Ouais mais non, si je prends le quart de quatre à sept, je peux préparer un truc pour celui de quatre heures mais je vais rater le p’tit déjeuner de six heures ! Et  si je prends celui de une à quatre heures, je peux préparer celui de deux heures mais je serai en retard pour celui de quatre heures !
-PERCEVAL : Mais vous pouvez pas en préparer deux ?
-KARADOC : Ah non, le p’tit déj de six heures, c’est les bonniches qui le préparent et je veux pas le rater celui-là ! Vous comprenez, y a  l’effet surprise, je sais jamais ce qu’elles vont nous servir.
-PERCEVAL : Dans c’cas là, vous prenez le quart de une à quatre heures, vous vous en préparez deux, un pour deux heures, l’autre pour quatre heures ! En plus, je viendrai prendre mon quart, on pourra bouffer ensemble !
-KARADOC : Ah ouais ! Comme ça, ça marche ! J’sais pas comment vous faites, vous en avez là-dedans, hein ?!
-PERCEVAL : Ça, c’est quand le roi me donne une mission, j’suis prêt à tout pour y arriver ... et puis j’aime bien les chiffres.
-YVAIN : Et si le seigneur Gauvain et moi on prenait un demi au lieu d’un quart, on pourrait le faire à deux ?
-PERCEVAL : Non parce que vous allez discuter et vous pourrez pas surprendre les brigands !
-GAUVAIN : Parce que y a des brigands ?!
-PERCEVAL : Ben ouais, j’vous avais pas dit ?

***
Quatre heures du matin, Perceval arrive à l’abri-bûches où Karadoc s’apprête à attaquer son casse-croûte.

-PERCEVAL : Juste à l’heure pour casser la croûte ! Il s’est rien passé jusque là ?
-KARADOC : Rien du tout depuis que je suis là, avant, je sais pas !
-PERCEVAL : Mais le seigneur Yvain vous a rien dit quand vous l’avez remplacé ? Mais c’est quoi ce bruit ?
-KARADOC : Ben justement, Gauvain et Yvain sont en train de ronfler derrière la cabane à bois, c’est comme ça depuis que je suis arrivé.
Perceval en colère va réveiller les deux ronfleurs.
-PERCEVAL : Hey, vous deux ! Qu’est-ce que vous foutez là à roupiller ?!
-YVAIN : Ben quoi, on est à notre poste !
-GAUVAIN : Ah tiens, vous êtes là seigneur Yvain ? Je ne vous ai pas vu arriver.
-YVAIN : Ben non, vous dormiez... moi, j’ai fait comme vous.
-PERCEVAL : Si les brigands sont passés pendant vos quarts, j’voudrais pas être à votre place quand le roi saura ça !
-YVAIN : Tout de suite, euh... on a rien vu, rien entendu, ils sont sûrement pas venus !
-PERCEVAL : J’espère pour vous, rentrez à Kaamelott maintenant, c’est à mon tour !
Rejoignant Karadoc, Perceval entame son casse-croûte.
-PERCEVAL : Ces deux-là, on peut jamais compter sur eux !
-KARADOC : On aurait mieux fait de faire ça tous les deux, je serais juste allé au ravitaillement quand il fallait !
-PERCEVAL : Ouais, j’sais bien mais c’est pas c’qu’avait dit le roi ! Chut ! Voilà du monde.
Un petit groupe de cinq personnes approche de la taverne, brusquement, une troupe de brigands les encercle et les dévalise. Tout s’est passé très vite et les brigands s’enfoncent déjà dans la forêt.
-PERCEVAL : Je vais les suivre, rentrez à Kaamelott prévenir le roi !
-KARADOC : Vous préférez pas que j’vienne avec vous ?
-PERCEVAL : Non, c’est mon quart, c’est à moi d’y aller !

***
Début d’après-midi, geôles de Kaamelott.

-ARTHUR : J’en étais sûr ! Toujours vous, Venec ! Dès qu’il y a un sale coup, vous êtes dans l’coin !
-VENEC : Ben quoi ?! Vous m’aviez dit de plus attaquer les clients de l’auberge, on l’a pas fait !
-ARTHUR : Vous jouez sur les mots, ils se rendaient à l’auberge !
-VENEC : Ah mais la loi, c’est la loi, c’est précis ce truc-là ! Quand je pense que j’ai été repéré par l’autre, là...
-ARTHUR : Le seigneur Perceval !
-VENEC : Ouais, c’est ça ! C’est quand même pas une flèche d’habitude !
(Noir, voix off)
-ARTHUR : Eh ouais, le seigneur Perceval ... c’est peut être vrai qu’il a une destinée, finalement !

TSON !

Chef de Clan
Hors ligne

J'ai beaucoup aimé cette histoire. L'action est bien, le ton est parfait et Perceval réussit une mission sans que cela paraisse détonnant. Vraiment génial. Bravo !

Semi-Croustillant
Hors ligne

Merci, Super Gerfo !

Je me suis (encore) vraiment amusé en te lisant. Attendre le car à l'abri-bus... J'ai imaginé (plus vite que le texte) que les horaires des quarts seraient marqués sur l'abri-bûche ! Cela aurait posé problème parce qu'aucun d'eux ne sait lire et il aurait fallu prendre des repères, des glands ou autres, voire les faire réveiller par un tiers. Mon passage préféré est le moment où Perceval découpe un truc qui n'est pas là et qui n'est pas du gâteau, ni du brouillard :D

Les tirades de Gauvain (que l'on n'entend très peu dans les scenarii) sont ajustées : "Il est de fait que plusieurs mots m’ont échappé également !"

Si je peux me permettre quelques observations et pistes d'amélioration : La chute me semble trop rapide et excessivement à l'avantage de Perceval. Ce n'est pas la première mission qu'il réussit, seulement à chaque fois le résultat est soit complètement déroutant (exemples en B.D. : "Le serpent géant du lac de l'Ombre", "Le dragon d'airain" ; en épisode : il s'évanouit quand Arthur le félicite), soit terni par un autre aspect des choses qui ne devrait poser de difficulté à personne (exemples : il recueille les clous de la Sainte Croix et le Saint Suaire, mais balance tout ; il trouve le siège de transport, mais rapporte le plus éloigné ; à chaque fois qu'il l'emporte sur des méchants, il se trompe quand on lui demande son nom ; il gagne le médaillon d'Ether, oubliant le danger qu'il représente dans la salle du trésor ; il compte mieux qu'un ordinateur, mais se plante lorsqu'on lui parle du surlendemain ; etc.).

Dans l'histoire que tu nous offres (et que je trouve déjà formidable - Pourquoi ce mot me fait-il penser à Donald T. ?), l'aventure se conclut presque trop bien. Est-ce que Vénec n'aurait pu confondre, dans la pénombre, Perceval avec le Gaulois qui fait tant parler de lui ? Je sais, grâce à Agloval (scénario : "L'éclipse" http://forum.onenagros.org/viewtopic.php?id=631 ), que Perceval ne se serait pas perdu tant qu'il faisait nuit (et qu'il parviendrait à voir les étoiles - plus compliqué en forêt, je te l'accorde).

J'aurais davantage cru en la chute si un détail avait "cloché". Est-ce que l'une des victimes aurait entendu le nom de Vénec prononcé par l'un de ses équipiers, ce qui aurait permis de le démasquer sans les efforts de Perceval ? Est-ce qu'au moment de raconter son succès en réunion de la Table Ronde, il aurait parlé d'un vieux (un vieux pêcheur blessé à la hanche, pourquoi pas ?) sur son chemin (en suivant les brigands), prêt à lui remettre la carte pour trouver le Graal ? Offre qu'il aurait déclinée par manque de temps (la mission personnelle exceptionnellement confiée par Arthur primant) et du fait qu'il ne comprend rien aux cartes ?

Puisque nous nous connaissons déjà depuis quelques mois, je sais que tu comprends mes intentions, cher Gerfo : 1) Continuer de découvrir tes merveilleux scenarii. 2) T'apporter le peu d'aide dont je suis capable, à défaut d'écrire moi-même le genre de bijoux dont tu nous régales sans tarir (Serais-tu une sorte de Corne d'Abondance ?).

Merci encore et à très bientôt. :hug:

Pécore
Hors ligne

Merci Sterenn,
ton message ne manque pas de pistes souvent intéressantes mais, la plupart du temps, j'évite de faire des histoires trop longues, il y a toujours un moment ou je trouve qu'il faut conclure. (Peut-être un peu trop brusquement parfois. :)

Semi-Croustillant
Hors ligne

Continue de suivre ce que tu ressens... Je cherche la petite bête, alors que c'est Madenn qui a trouvé la coccinelle !
Et merci de me remercier ! :D

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB