Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui s’est fait tatouer « J’aime le raisin de table » sur la miche droite. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Pécore
Hors ligne

Ce scénario était à l'origine publié ici : http://forum.onenagros.org/viewtopi … 288#p11288

Hello !

Bon cet après-midi j'étais lancé alors j'ai pris le temps pour pondre un truc voire ce que je vaux en scénar, donc c'est un premier jet, j'ai même pas relu les fautes d'orthographe, je me suis dis que vous vous feriez un plaisir de me les signaler tongue.
Je suis resté sur la thématique de noël puisque c'est de bon aloi et du coup j'ai joué avec un peu tous les personnages
Hésitez pas à dire franchement ce que vous pensez, je suis pas susceptible !

--
Titre :  Santa Close

--

Arthur & Père Blaise assis seuls à la table ronde, Bohort en face

PB. Alors, le courrier suivant, c'est une missive du Pape qui signale à tous les chrétiens que désormais on devra célébrer la naissance de Jésus à minuit entre le 24 et le 25 décembre. Alors les détails sont donnés en annexe, c'est...
A. Oh mais non, encore une fête chrétienne ?! Entre les fêtes celtes, les fêtes chrétiennes, les traités de paix et les réunions de chef de clan, Kaamelott ça devient un vrai moulin à pécore.
Vous irez lui dire à votre Pape que s'il veut vraiment qu'on fasse ses petites fête il a qu'à...
(se tourne vers bohort en levant les yeux au ciel)
(bohort a les lèvres qui tremblent au bord des larmes)
A. Quoi ?!
B. Mais sire, et les saturnales ?
PB. Oh oui, mais bon là c'est l'évolution, il faut savoir s'adapter seigneur Bohort !
A. Ah ben oui votre truc ça tombe en plein sur les fêtes des saturnales en fait... Et il a pas tiqué votre pape que la place était déjà prise.
PB. (s'énerve) Désolé mais les saturnales c'est une fête PAÏENNE, alors sauf si vous voulez pas voir l'inquisiteur brûler la moitié des convives sous les applaudissements de votre beau-père, il va falloir songer à l'arrêter complètement.
B. Arrêter les saturnales, mais vous êtes cinglé ? Vous comptez peut être empêcher tous les habitants du royaume de Logres de célébrer une coutume ancestrale du pays celte ?
A. En même temps les saturnales c'est romain alors comme coutume ancestrale vous m'excuserez (prends la missive et la lis)
PB. Mais un jour il faudra quand même que ça vous rentre dans le crâne que maintenant vous êtes convertis à la chrétienté.
A. (l'air naïf en lisant la missive) oh ! ils disent qu'il faut offrir un cadeau aux enfants sages ... C'est mignon..., bon. (repose la missive) Non c'est une bonne idée cette fête de Noël, on va organiser ça. Et ne vous en faite pas Bohort on fêtera en même temps les saturnales. Voilà (dis-il en reprenant des papiers avec un air joyeux de gosse) cassez-vous maintenant.

--

Arthur et Guenièvre dans le plummard

G. Père Blaise m'a parlé de cette nouvelle fête. Des cadeaux ! en voilà une belle attention, et j'ai déjà une idée de cadeau pour vous mon bien-aimé.
A. Ah non, non c'est que pour les enfants, comprenez. Parce que ... on a pas le droit d'en faire aux adultes sinon...
G. Ah bon ? moi qui me faisait une joie de vous offrir un nouveau fourreau pour Excalibur.
A. (surpris) oui, oui mais non, mais c'est une bonne idée quand même je... vous pouvez me l'offrir mais pas dire que c'est pour Noël.
G. Ben oui mais c'est qu'il fallait je fasse le voyage jusqu'en Karmélide pour le récupérer, alors ça peut bien attendre le primptemps.
A. Ah mais si ! si, vous pouvez en fait !
G. Ah oui ?
A. Oui, (en riant) et même s'il faut une semaine de voyage aller-retour pour le récupérer c'est pas un problème, vous devriez le faire.
G. (interdite)

On ouvre la porte, A & G se regardent interloqués et Dame Séli entre en trombe.

A. Mais vous pourriez toquer bon sang !
DS. Désolé mon gendre mais là c'est urgent, votre pignouf de prêtre viens de me signaler les festivités de la semaine qui vient.
A. Oui, alors, d'ailleurs à ce sujet : vouuuuuus allez décarrer de ma chambre et vous attendrez que je sois levé pour vous plaindre àààààà... quelqu'un d'autre : pas à moi.
DS. Laissez moi vous dire que se taper la préparation des saturnales c'est déjà pas une sinécure, mais voilà qu'en plus on me rajoute une fête de Noël au même moment.
A. Oui parce que les dieux si ils m'ont donné Excalibur c'était sans doute pour m'occuper du banquet de Noël...
DS. Mais vous vous rendez pas compte du boulot que c'est de refaire toute la décoration du chateau ?
(Lisant une copie de la missive) Encore un sapin ça devrait pas être un problème mais où vous voulez que je trouve des guirlandes, des boules de couleurs, de la neige.
A. La neige y'en a tout le tour du chateau, vous allez quand même pas me dire que... (Excédé) Oh et puis merde, voilà. Démerdez-vous !
DS. Hé ben, si votre pape vient à être au courant, faudra pas venir pleurer !
A. ZUUUUUUTeuh !
DS. (sors en grommelant)
A. (à G.) Mais j'y penses, c'est pas vous qui vous occupez de la décoration au chateau d'habitude.
G. (l'air hautain) SI !
A. Alors pourquoi c'est pas vous qui vous chargez de ces bêtises avec votre mère ?
G. Parce qu'elle m'a pas demandé.
A. Ben il suffit de lui rappeler, vous passez la journée à glander ici, pour une fois que... (enlève la couverture et s'apprète à sortir du plummard)
G. NE FAITES PAS CA !
A. Ah ben il ferait bien voir !
G. Si vous faites ça j'irai pas en Karmélide pour chercher votre cadeau.
A. (un instant interloqué) Pfffff !! (en sortant du lit)

--

Dame Ygerne en séance de doléance, Perceval, Arthur & Léodagan au trone.

DY. La grande fête de l'hiver de Tintagel est un évènement des plus importants du monde celte, alors vous allez me faire le plaisir d'y venir.
P. J'ai rien compris à cette histoire de fête, je croyais qu'on fêtait les saturnales à la taverne du père Joël moi...
A. Non... Mais... fermez-là, et dites rien.
L. (énervé) Non mais cette année, il peut pas.
DY. Et pourquoi s'il vous plait !
A. Parce que à Kaamelott on fête Noël.
L. Voilà ! Ordre du pape.
DY. Le pape ?
A. Oui voilà, (hésitant) d'ailleurs il risque de venir !
DY. Le pape, ah ! pourquoi pas la dame du lac tant que vous y êtes !
(Regards interrogatifs entre Arthur & Léodagan)
A. (à Léodagan) ah ben je lui ai pas demandé tiens !
P. (à dame Ygerne en s'énervant) Sa cousine ? Elle est impressionable en société ! et vous, vous voulez l'inviter à une fête ?
(blanc de DY, L & A, les yeux équarquillés en regardant perceval)
P. Ben quoi c'est vrai sire, elle va s'ennuyer la dame du lac si elle a que vous à qui parler.
L. Il a pas tort...

--

Arthur torse nu dans une chambre pleine de vêtements avec dame Séli

A. Mais ça va bien maintenant, vous voulez pas que je me déssappe complètement non plus.
DS. Et puis quoi encore, il faut que vous essayez le costume pour la fête de Noël, c'est écris dans la missive du pape.
A. C'est écris que je dois me déguiser ?
DS. Oui monsieur, et distribuer les cadeaux aux enfants du chateau aussi.
A. Non mais je vous jure qu'est-ce qu'il vont pas inventer comme conneries ceux-là...
(Blanc...)
A. En plus il meule... Bon ça vient ?!
(Dame Séli entre avec un costume de père noël + barbe et hotte)
DS. Là !
A. (Crescendo) Non mais vous vous foutez de MOI !!!
DS. C'est décris comme ça dans la missive, alors vous l'essayez parce que j'ai pas que ça à faire moi !
A. Non mais n'importe quoi, je vais pas me ballader dans l'chateau déguisé en barbu tout rouge pour distribuer des cadeaux ? A part si j'ai envie que toute la bretagne me prenne pour un débile.
DS. En même temps sans costume, la bretagne vous prends déjà pour un débile.
A. Hého, ça va comme ça, refilez moi ça à Merlin, vous économiserez la fausse barbe, là.
(DS. Sors en soufflant, A. se rabille)

--

Merlin, Elias et Dame Séli dans le labo

E. (se tournant vers merlin) Ah mais si, vous devriez, je suis sur que vous seriez plus doué en distribution de cadeaux qu'en magie !
M. Chuis sûr que ça vous gênerai que je sois plus doué que vous en quelque chose.
E. En distribution de cadeaux ?, sans doute oui...
DS. Arrêtez de vous chamailler ! Merlin c'est ordre du roi vous avez pas le choix.
M. Et puis quoi encore, je suis druide, pas marionnette pour gosses, en plus je déteste ça les gosses.
DS. Vous allez pas commencer à discuter les ordres.
M. Non puis en tant que Druide, je peux pas prendre l'apparence du symbole d'une autre religion, je risque de me faire foudroyer en plein milieu de la salle de banquet.
E. (étouffant un rire) Il sont sacrément balèse vos dieux pour passer la toiture et les deux étages.
DS. Bon je fait quoi moi maintenant !? (à Elias) Vous avez pas une potion pour faire un golem de Noël vous des fois.
E. Si, sur l'étagère derrière vous entre celle pour faire apparaitre des licornes en sucre et celle pour invoquer des bonhommes en pain d'épice.
DS. Hého, ca va hein, bon j'en fais quoi de ça, je le ramène au père Blaise ?
M. Donnez-le à Karadoc ! Il est taillé pour ce rôle non, en plus il en a des gosses lui !
(DS. regarde le costume puis relève la tête d'un air interrogatif et sors)
M. (à Elias) Quoi ?
E. Ah non mais s'il vous plait, passer à côté d'une opportunité de carrière comme celle-là je vous savez débile mais pas à ce point.
M. Vous croyez que j'aurai du accepter ?

--

Perceval, Karadoc & le tavernier au comptoir de la taverne.

K. Alors soit-disant que maintenant je dois me déguiser en Père Noël et distribuer des cadeaux aux gosses du château. Tout ça parce que j'en ai fait des gosses, je trouve ça un peu gros quand même.
P. Mais c'est quoi ? un genre de quête ?
K. Non même pas, c'est Dame Séli qui m'a dis ça, soit disant que c'est un ordre du roi.
T. Olà, un ordre du roi, ça rigole pas votre truc là. (Il pose un tonneau sur le comptoir sur lequel on peut voir le père noël tenant une choppe de cervoise) Ca vous dis de goûter un petit coup de ma cervoise de Noël ?
P. Mais si c'est dame Séli qui vous a dis ça : ça compte pas comme un ordre du roi si ?
K. Je sais pas, un ordre ça peut être vindicatif ?
T. Vous voulez dire transitif ?
P. Ouais, c'est pas faux...
K. Après elle m'a parlé des 13 desserts, alors là évidemment, j'ai pas pu dire non, question d'honneur.
P. Mais si vous voulez, je le fais moi !
K. Ca vous dérange pas ?
P. Ben non si derrière vu que c'est un ordre vindicatif, si quelqu'un le fait : Dame Séli sera contente et vindicativement le roi aussi.
T. (Gonfle les joues en écarquillant les yeux)
K. D'accord, mais faites pas le con, hein : j'ai déjà eu du mal à retenir tout ce qu'il fallait faire.

--

Venec & Caïus assis à la romaine dans une chambre du chateau,
Arthur rentre

C. Ah ben vous voilà, on vous attendez plus !
A. M'en parlez pas, ils sont encore en bas en train de faire la fête, j'en peux plus ça se termine pas, faut attendre minuit en plus. Non c'est sympa d'être passé parce que là j'aurai pas tenu le coup.
V. Vous binez pas, sire, goûtez plutôt ça vous allez m'en dire des nouvelles !
A. C'est quoi ?
V. Une cervoise super sucrée, mais attention hein ! désaltérante !
A. (S'assoie à côté de Caius et bois une coupe en argent finement décorée)
C. (Coup d'oeil complice à Venec) Alors Sire, c'est pas d'la piquette de chez vous ça !
A. Ahhhh ! Ca c'est sûr ! La vache c'est bon : vous ramenez ça d'où ?
V. L'affaire de ma vie : des gars à moi ont trouvé une route vers les indes par l'ouest. Là-bas, des types avec des plumes sur la tête leur vendent ça en échange de babioles à deux sous. Mes gars ils foutent ça dans des tonneaux, direction le port d'aquitaine où j'ai mon office et moi je vends ça à toutes les auberges des royaumes du coin.
A. Des caisses de cervoise ?  c'est l'affaire de votre vie ?
C. Attendez la suite !
V. J'ai organisé un coup de pub du tonnerre, toute la communication dans les tavernes est basée autour d'un vieux type habillé en rouge qui distribue des cadeaux, le tout approuvé par le pape en personne ! Y'a pas de la relation là ?
A. Attendez, cette histoire de père Noël c'est que de la réclame à pécore ?
V. Hé ouais, je vous dis pas le pactole à l'arrivée, les gens adorent, je les vends par douzaine, je suis sans arrêt en rupture.
A. (interdit) Puis faut dire que c'est bon, y'a pas à dire : ils savent y faire.
C. Moi je trouve ça un poil trop sucré quand même.
V. Attendez, on dis cervoise mais c'est sans alcool, même les gosses peuvent en boire.
A. Ah mais c'est ça qu'ils arrêtent pas de siroter en bas, j'ai voulu me servir un verre, toutes les cruches étaient vides. Mais vous avez vu dans quel état ça les met les minots, on dirait des burgondes autour d'un plateau de fromage. Ils sont en train de retourner la maison !
C. C'est vrai que je sais pas ce qu'il mettent dedans mais ça réveille hein !
A. (Regarde autour de lui) Mais... c'est pas la chambre à Perceval ici ?
V. Non c'est celle d'à côté, ici c'est là où on fait les combats de chiens... (regard assassin d'arthur) qu'on faisait je veux dire.
C. Perceval c'est un de vos gars ?
A. Oui c'est lui qui joue au Père Noël en ce moment (Arthur soulève sa coupe et la regarde attentivement)
V. Vous avez pas la trouille qu'il foute tout en l'air.
A. (Toujours en regardant la coupe) Si je devais me faire du soucis à chaque fois qu'il fait un truc celui-là, je serai mort de peur en permanence. (change de sujet et montre du doigt la coupe ouvragée à Venec) Vous voudriez pas me rendre un service et déposer ça quelque part pour moi ?


--

Yvain & Gauvain encore en pyjama arborant des sourires niais dans la chambre de Yvain

G. Alors ? il vous a apporté quoi ?
Y. (lui montre une babiole) Une petite colombe en bois verni trop classe ! Et vous !
G. (sors de sa poche un sifflet) un splendide appeau à canards superbement ouvragé !
Y. Y'a pas à dire le Père Noël, il est trop classe.
G. Quel prodigieux travail que celui auquel il s'adonne.
Y. Ouais...
G. Et si nous lui envoyons un courrier pour lui suggérer des idées de cadeau ?
Y. Hé ! On deviendrait des chevaliers du père noël !!! c'est pas hyper classe ? On pourrait même l'inviter à la table ronde !
Y. & G. (faisant leur geste d'aviateurs) Wouhouuuuuuu !


--

Perceval termine sa tournée de noël encore en costume, il croise dans un couloir Bohort et Arthur qui l'attendent en habits de nuit souriants.

B. Alors ? Tout s'est bien passé ?
P. Oui je viens juste de finir ! Heureusement que avez dessiné des chiffres sur les cadeaux parce que moi qui sait pas lire avec les noms, j'aurai été bien ennuyé.
B. Bravo Seigneur Perceval, vous pouvez être fier de vous !
A. Vous êtes sur de pas vous être planté hein ?
P. Impossible avec les chiffres, je vous dis ! Par contre les gosses ils sont hyper-chiant, vas-y que je veux monter sur tes genoux, vas-y que je te tire la barbe...
B. Les magnifiques chérubins.. et surtout, ne dites à personne que c'était vous. Il faut garder la magie de Noël intacte.
P. Quoi ? Mais sire pour une fois que je réussis un truc j'ai pas le droit de le dire à tout le monde.
A. Hé non, c'est... c'est la magie de noël si vous en parlez ça va briser la magie.
P. (Riant) Ouah ! Vous voulez dire que si je dis rien je fais de la magie ?
A. Hum, oui c'est un peu ça.
P. (à Bohort) Mais je croyais que ça vous ennuyait vous de fêter Noël au lieu des saturnales.
B. (commence à chialer sur l'épaule d'Arthur)
B. Je suis misérable...
A. (à Perceval) vous pouviez pas la fermer ?
P. Désolé Sire, enfin, heureusement que c'est pas tous les jours Noël parce que c'est fatigant, il fait presque jour et moi j'ai pas dormi.
A. Oui bon, ramenez Bohort à sa piaule et allez vous coucher.

--

Guenièvre & Arthur dans le plumard, Arthur s'installe dans le lit

G. (joyeuse) Joyeux Noël !!
A. (faux) Oh c'est trop gentil, il fallait pas !
G. Vous l'ouvrez pas ?
A. Si, si, bien sur ! (déballe un fourreau à fourrure rose, dorée, argenté genre truc blingbling à paillette horrible mais super cher)
A. Ha...
G. Alors ça vous plait ? C'est de l'artisanat de luxe !
A. (ne voulant pas la contrarier) Ben... oui si, mais oui, vous pensez !
G. Oh je suis si contente que ça vous plaise, je pensais que ça vous donnerai plus d'allure.
A. Oui, enfin pour l'allure c'est pas gagné quand même, à moins de vouloir ressembler à une femme sur le champ de bataille.
G. (avec son air de cruche intriguée) Pourquoi une femme ?
A. (se rendant compte de sa gourde) hé bien parce qu'il est trop bien ouvragé, vous pensez un bijou comme cela c'est fait pour être porté par quelqu'un de plus gracieux que moi, puis j'aurai trop peur qu'on me le vole. Non je vais le faire mettre dans la salle des coffres, là il sera en sécurité, je serai plus rassuré.
G. (agacée) Ah bon, si vous pensez que c'est plus sage...
(Blanc...)
A. Combien ça vous a couté au fait cette petite folie ?
G. (enervée) ça n'se demande pas, c'est un cadeau !

--

Perceval en pyjama & bonnet de nuit dans sa chambre, devant le linteau de sa cheminée, il soupèse sa grosse chaussette et intrigué en sors une coupe en argent finement décorée.
D'abord interloqué, il écarquille les yeux comme un merland frit et s'en va en hurlant
(écran noir) "SIIIIIIRREEE ! SIIIIIIIIIIIIRRRRRRREEEE ! J'ai trouvé le Graaaaaaal !"


Cadeau bonus :

Les seigneur Galessin et Dagonet qui cassent une graine dans leur salle à manger.
Le roi Loth en pyjama une arbalette à la main débarque.

G. Ben tiens...
D. Qu'est-ce qui vous prends sire ?
RL. Croyez-moi si vous l'voulez : je suis sorti pisser tranquillement du haut du rempart est, et là devinez qui je vois : un enchanteur, avec la robe et tout qui passait les murailles du chateau, tranquillement !
G. Votre enchanteur là, il avait pas une longue barbe et une hotte par hasard.
RL. Si ! J'lai dézingué à coup carreaux dans les miches il a pas demandé son reste !
D. Je voudrais pas dire une connerie mais il me semble que vous avez attaqué le père noël...
RL. Qui ça ?
G. Le père noël, le vieux dingue qui habite plus au nord et qui distribue des cadeaux aux marmots tout les hivers. C'est pas un enchanteur.
RL. Excusez-moi mais un type qui se ballade sur un traineau volant tiré par des rennes, moi je classe ça direct dans la catégorie enchanteur.
G. Oui, sauf que c'est pas un enchanteur.
RL. Merde ! voilà
D. On fait quoi alors ? On distribue les cadeaux nous-même ?
RL. Mais quel débile, c'est ptêt à vous à qui je devrais mettre un carreau d'arbalète ! (Lève le doigt en regardant le ciel) PARCERE SUBJECTIS ET DEBELLARE SUPERBOS, tiens je suis pas mécontent de la sortir dans le contexte celle-là !
--

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Assez long mais vraiment génial ce scénar! On retrouve bien les personnages, on s'imagine sans problème les situations. Honnêtement, ça marche d'enfer, j'ai adoré! Pas mal du tout la cervoise "coca-cola" ^^.  Et la fin où Perceval croit avoir trouvé le Graal, c'est drôle et touchant, en un sens. Bravo, bravo, bravo (oui ça vaut au moins 3 bravo ^^) !

Chevalier
Hors ligne

Ah ouais vraiment bien le spécial Noel! J'ai adoré aussi!

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ben, c'est quoi cette blague ? Ce matin, juste avant de partir, je me suis dit : tiens, je vais relire un petit scénario, et j'ai choisi celui-là. J'ai hésité à poster une réaction (j'avais dû le faire à l'époque sur la discussion d'origine), puis bon... pas trop le temps, donc finalement non.

Là, en me connectant, je vois qu'il a été remonté, drôle de coïncidence. J'ai même cru que finalement, j'avais dû poster quelque chose...

En tout cas, c'est un de mes préférés du site. Il y a plein de bonnes idées : Merlin qui passe à côté d'une opportunuité de carrière (!!), Perceval qui découvre le Graal, Arthur qui échappe encore à la fête de Tintagel, et Loth qui prend le père Noël pour un druide... C'est vraiment bien construit, tous ces éléments arrivent de façon logique, naturelle, et au final on ne s'ennuie pas !

Pécore
Hors ligne

Bin mince alors, je suis pas passé sur le forum depuis une éternité et là je vois mon topic en 2eme place avec des posts qui datent d'hier !
Coincidence ou bien le fait que ce soir y'a les nouveaux épisodes :)

Bref merci Séli Lexx et Agloval, je me souviens m'être bien amusé à l'écrire.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB