Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui aime bien pisser du haut des remparts !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Cet épisode se place quelque part dans le livre V, juste après le départ d'Arthur (ou juste avant ? Oui, plutôt juste avant...) Bon, peu importe, c'est plus un délire qu'un scénario cohérent.

- Les Dames de la Table Ronde -

Le Père Blaise, seul, muni de son trousseau de clé, ouvre la porte de la salle de la Table Ronde, entre, s'installe derrière son pupitre et ouvre son registre.

Père Blaise - Toujours pas d'ordre du jour, ça va encore être la foire...

Dame Séli et Guenièvre entrent dans la salle.

Père Blaise - Mais... mesdames, que faites-vous là ?
Guenièvre (d'un ton un peu revêche) - Eh bien mon petit père, il y a du changement !
Séli - Tout à fait. En l'absence de ces messieurs, nuos avons organisé une réunion des Dames de la Table Ronde.
Père Blaise - Quoi ? Mais c'est... ce n'est pas... règlementaire !
Guenièvre - Je suis la reine, je fais ce-que-je-veux !
Père Blaise - Et quand les chevaliers vont arriver ?
Séli - Ils sont à la réunion des chefs de clan, qui a lieu cette année en Irlande. On ne les reverra pas avant un mois.
Père Blaise, étonné - Elle n'a pas été annulée ?

Guenièvre se place debout derrière le fauteuil d'Arthur, Séli derrière celui de Léodagan. Dames Ygerne et Cryda entrent à leur tour et se placent derrière un fauteuil.

Père Blaise - Vous avez convoqué toutes les dames de la cour ? Ici ?

Séfriane et Mevanwi entrent à leur tour, bientôt suivies d'Angharad.

Séfriane et Mevanwi - Bonjour mesdames.
Les autres - Bonjour !
Père Blaise, choqué - Mais, vous avez invité une bonniche à la Table Ronde ?
Séli - Dame Angharad est ici en sa qualité de fiancée du seigneur Perceval.
Angharad - En fait ce n'est pas encore fait, mais bon, on a anticipé.
Séli - Tout le monde est là ?
Ygerne - Ben non, il reste une place vide.
Père Blaise, dégoûté - Vous n'avez quand même pas invité une maîtresse du roi ?
Séli - Non...
Père Blaise - Ah, quand même, il y a des limites à la décence.
Séli - C'est surtout qu'elles sont toutes fidèles au roi, on n'a pas pu les rallier à notre cause.
Ygerne - Mais alors, qui manque ?
Mevanwi - Ah oui : la femme de Bohort m'a avertie qu'elle ne viendra pas.
Séli - Mais elle n'existe pas, la femme de Bohort !
Séfriane - Bohort, c'est le beau type aux cheveux gris et aux yeux bleus ?
Angharad, fière - Ah non, ça c'est mon Perceval !
Séfiane - Ah, félicitation !
Mevanwi - Bohort a bel et bien une femme, mais visiblement elle ne s'intéresse pas à notre affaire, tant pis pour elle.
Séli - Dans ce cas, nous pouvons commencer.

Séli regarde Guenièvre, qui la regarde en se demandant ce qui se passe.

Séli - Allez, ma petite, asseyez-vous, tout le monde attend !
Guenièvre - Majesté !
Séli - Eh bien Majesté, on commence à se fatiguer les guiboles, alors si vous voulez bien vous donner la peine de vous assoir...

Guenièvre s'assoit. Les autres dames en font autant.

Guenièvre - Et lui, là (elle désigne le père Blaise), il ne s'assoit pas ?
Séli - Non, il est là pour noter les décisions que nous allons prendre aujourd'hui.
Père Blaise - Des décisions ? Parce qu'en plus, c'est sérieux ?
Séli - Avant de laisser à notre reine le soin d'ouvrir la séance, je voudrai rappeler la situation, notamment à l'intention du père Blaise. Père Blaise, vous avez reçu hier matin une note de service vous informant que la réunion des chefs de clan était annulée. C'est moi qui ai rédigé cette note, car je savais qu'aujourd'hui était jour de réunion de la Table Ronde. Ce stratagème a permis que vous ouvriez la salle, et nous sommes entrées.
Père Blaise - Mais pour quoi faire ?
Séli - Un coup d'état.
Guenièvre, remontée - Parfaitement !
Père Blaise - Mais vous êtes cinglées !
Guenièvre - Mon petit père, je ne vous permets pas de me parler sur ce ton !
Père Blaise - Vous n'allez pas me dire que vous prévoyez de gouverner le royaume ?
Ygerne - Et pourquoi pas ? Le duché de Tintagel, c'est moi qui le gouverne depuis la mort de feu mon mari Uther Pendragon, et il ne s'en porte pas plus mal !
Guenièvre - J'ajoute que les femmes sont tout à fait aptes à gouverner.
Père Blaise - Pff...
Guenièvre - Savez-vous, mon petit bonhomme, qu'un proche du pape m'a parlé d'une idée de créer un ordre monastique exclusivement féminin ?
Père Blaise - Un ordre féminin ? Et comment on les appelera, les... les soeurs ? (il secoue la tête, l'air de dire "n'importe quoi").
Ygerne - Bon, on commence ?
Cryda - On ne va pas perdre notre temps à discutailler avec le moinillon, qu'il écrive ce qu'il a à écrire et ça suffira !
Séli - Allez-y ma petite, heu... Majesté.
Guenièvre, solennelle - Je déclare ouverte la première réunion des Dames de la Table Ronde.
Séli - Bien... Le but de cette réunion est, comme vous le savez, de prendre des mesures pour rétablir la situation. Le royaume est au bord de l'explosion, et les hommes ont assez prouvé leur incompétence pour que nous, les Dames de la cour, prenions la situation en main.
Guenièvre - Le royaume va à vau l'eau !
Mévanwi - Justement, j'ai rédigé sur ces parchemins (elle pose sur la table un gros tas de parchemins attachés par un élastique) un projet complet de redressement du royaume. Je l'ai intitulé "plan de redressement du royaume de Bretagne". Je vous le laisserai à disposition
Guenièvre - Le père Blaise nous en fera une copie à chacune. (Sur un ton sévère : ) C'est bien compris, hein ?
Séli - Merci dame Mevanwi, nous le lirons avec grand intérêt. Je propose que l'on ouvre les débats en abordant la question de la guerre.
Ygerne - La guerre ? Ah mais il faut arrêter ça ! Chez nous, à Tintagel, on a arrêté, et croyez-moi, les finances se portent mieux !
Père Blaise - Pour envahir Tintagel, il faut traverser les royaumes de Carmélide et de Logres, c'est donc grâce à Arthur que vous ne subissez plus de guerre.
Séfriane - Grâce à Arthur ! Alors vous allez nous le placer partout, Arthur ? Il fait beau ? C'est grâce à Arthur ! Je suis en bonne santé ? C'est grâce à Arthur ! C'est un peu facile, ça !
Séli - Dame Ygerne, je suis sur la même longueur d'onde que vous : l'armée est un gouffre financier, je le sais, mon mari a dépensé la moitié du trésor royal avec ses machines de guerre.
Séfriane - Vous voulez rire ? Il a ruiné le trésor royal ! Attendez, j'étais présente à une de ses réunion. Et que je veux cent ballistes, et que je veux deux-cents mangonneaux... et le roi qui acquiesce : pas de problème, et cent onagres de plus, c'est moi qui régale. Ils ont ruiné le trésor royal !
Séli - Bon, donc c'est décidé, on arrête la guerre ?
Mevanwi - Bien sûr. C'est une activité qui n'est pas rentable.
Angharad - Je me permets de faire remarquer à ces dames qu'en cas d'invasion, c'est toujours utile de pouvoir se défendre.
Mevanwi - Effectivement, maintenir des forces de défense est une nécessité. En même temps, il faut éviter la provocation. Savez-vous pourquoi tant de barbares viennent chez nous ?
Guenièvre - Eh bien, pour mettre le pays à feu et à sang, je suppose ?
Séli - Pour piller ses richesses, surtout !
Mevanwi - Parce que le royaume de Bretagne dispose d'une image favorable auprès des barbares. Le grand roi Arthur, la quête du Graal, la Table Ronde... Tout ça laisse penser que nous sommes un royaume fabuleux. C'est notre arrogance qui attire les barbares. Ils viennent pour le trésor. Celui de la salle des trophées.
Séli - Je confirme : on a même eu, à deux reprises, la "visite" d'Attila, venu réclamer tout notre or. Eh bien on est passé à ça de se faire raser le pays. À ça (geste avec les doigts).
Ygerne - Et il est parti ?
Séli - Oui, je ne sais plus... il devait avoir les Romains aux miches et il a préféré laisser tomber. Mais avec un peu moins de chance, tout le pays était rasé et on était toutes violées.
Guenièvre, intéressée - Ah bon ?
Mevanwi - Un pareil trésor, ça attire forcément les barbares, c'est même de la provocation. Quand on pense à ce qu'on pourrait faire de cet or !
Cryda - Que voulez-vous dire ?
Mevanwi - Savez-vous quelles merveilles sont stockées dans la salle des trophées ? J'en ai réalisé une estimation (voir en annexe 16). Il y a près de cent livres d'or pur dans les bibelots trouvés par les chevaliers.
Guenièvre - Par Lancelot, surtout.
Mevanwi - Nous devons fondre tous ces bibelots inutiles. Avec presque cent livres d'or pur, nous pouvons fabriquer une grande quantité de pièces d'or et ainsi tripler le budget du royaume. Enfin, en valeur absolue, car bien sûr cela va engendrer une inflation, et en réalité on va seulement le doubler.
Ygerne - Je me suis laissé dire que, de toute façon, tous ces trésors ne servaient à rien.
Séli - Je confirme ! Le seul qui pourrait servir, c'est le Graal, mais personne ne l'a trouvé.
Mevanwi - Quoiqu'il en soit, sans trophées, on n'attirera plus les barbares avides d'or.
Cryda - Et les pièces d'or ?
Mevanwi - Elles circuleront dans le royaume. Nous n'allons pas thésauriser !
Séli - Très bien. Ensuite, de quoi avions-nous prévu de parler ?
Cryda - Est-ce qu'on dissout l'ordre des chevaliers de la Table Ronde ?
Ygerne - Bien sûr, ces bons à rien ont échoué dans leur quête du Graal, inutile de les payer à ne rien foutre.
Guenièvre - Mais... Que vont-ils devenir ?
Ygerne - Ils vont prendre leurs cliques et leur claques et partir à l'aventure où ils veulent, mais on n'a plus besoin d'eux ! (Elle se tourne vers Mevanwi puis Angharad.) Sauf les seigneurs mariés, bien sûr.
Angharad - Je me permets de signaler à ces dames que le seigneurs Bohort est irremplaçable.
Séli - Irremplaçable ? Mais il ne sait même pas se battre !
Guenièvre - Aucune d'entre nous n'a son talent en matière de décoration et d'habillement. Ma bonniche a raison : il faut le garder.
Séli - Très bien, gardons-le comme décorateur. Sinon, on n'avait pas des sujets plus graves à traiter ?
Ygerne - La justice. Je me porte volontaire pour être ministre de la justice. Je saurai réparer les conneries d'Arthur et rétablir le droit d'Uther Pendragon.
Mevanwi - Si dame Ygerne est nommée à la justice, je quitte cette assemblée.
Ygerne - Ben quoi ? Qu'est-ce que vous me reprochez ?
Mevanwi - Après un coup d'état, il faut toujours attendre deux ou trois ans avant la moindre réforme. Le peuple est forcément méfiant et comme il n'aime pas le changement, nous perdrions son appui. Il faut lui donner l'impression que, pour lui, le changement de gouvernement n'aura pas d'incidence sur sa vie quotidienne. Alors rétablir le droit d'Uther, c'est du suicide...
Séli - Mais qu'est-ce qu'on s'en fout, de l'appui du peuple ?
Mevanwi - Si le peuple soutient Arthur, adieu le coup d'état. Si on rétablit le droit d'Uther Pendragon, c'est-à-dire les arrestations sommaires, la torture, les peines d'esclavge, etc. on perdra l'appui du peuple.
Angharad - Je me permets de faire remarquer à ces dames que la principale raison de la popularité du roi Arthur, c'est sa magnanimité. Les gens l'appellent d'ailleurs "Arthur le Juste". Et je confirme que si on rétablit la torture et tout ça, c'est la guerre civile.
Guenièvre - Si on me demande mon avis, je préfère qu'on me surnomme "Guenièvre la Juste" plutôt que "Guenièvre la Tortionnaire"...
Séli - C'est bon, on ne va pas prendre de risques. Mais qui voyez-vous à la justice, dame Mevanwi ?
Menvawi - Dame Angharad. Aucune d'entre nous n'est aussi proche du peuple qu'elle, et elle a l'intelligence et le bon sens nécessaire à cette charge, sans parler de sa conscience professionnelle. Et puis, je la crois incorruptible.
Angharad - Madame me fait trop d'honneur.
Guenièvre - Mais... pour la justice, il ne faut pas savoir lire ?
Angharad - Eh bien je sais lire !
Guenièvre, sceptique - Première nouvelle ! Et depuis quand, je vous prie ?
Angharad - Rappelez-vous : quand vous vous ennuyez, vous me demandez de lire des poèmes !
Guenièvre - Ah tiens, effectivement... je n'avais jamais fait le rapprochement...
Ygerne - Soit, je renonce à la justice. Dans ce cas, je candidate pour le poste de première ministre.
Père Blaise - Une reine... une première ministre... Vous n'avez pas peur du ridicule !
Séli - Oh, vous, le scribouillard, fermez votre mouille et écrivez ce qu'on vous dit d'écrire ! Dame Ygerne, il me semble qu'il était prévu que je sois le premier ministre de la reine.
Guenièvre - On dit le premier ministre ou la première ministre ?
Père Blaise - Tiens, c'est bien la preuve que c'est impossible : on ne saurait même pas s'il faut dire le ou la.
Séli - Père Blaise, sachez que j'ai toutes les compétences pour être premier ministre, et je peux vous assurer que je gouvernerai avec fermeté. D'ailleurs je me ferai surnommer la Dame de Fer...
Père Blaise - C'est ça, la Dame de Fer premier ministre de Bretagne... Et vous voulez que je l'écrive ? On en rigolera encore dans deux milles ans !
Ygerne - Dame Séli, je ne vois pas à quoi sert cette réunion si les décisions ont déjà été prises.
Séfriane - C'est vrai que, tout de suite, c'est genre je suis la mère de la reine, donc je serai première ministre et tout le monde la boucle. Trop facile !
Séli, calme et froide - Je brigue ce poste parce que je gouverne la Carmélide.
Ygerne, calme et très froide - Votre mari gouverne la Carmélide.
Séli, calme et très très froide - Je gouverne la Carmélide. Mon mari est un incapable et sans moi la Carméide n'existerait plus. Et puis la Carmélide, c'est un royaume, pas un simple duché.
Ygerne - Le duché de Tintagel est aussi peuplé que la Carmélide, il y a des villes, et la grande foire de Tintagel attire tous les bouseux de Carmélide et non l'inverse. Je gouverne ce duché depuis plus de trente ans avec l'assistance de dame Cryda qui, si elle n'était pas si modeste, aurait d'ailleurs elle aussi les aptitudes...
Cryda - Justement, j'ai décidé de ne plus être modeste. Dame Ygerne, vous avez beaucoup trop de responsabilités à Tintagel où, comme vous l'avez dit, vous êtes indispensable. Aussi je me propose de me sacrifier et d'être candidate...
Mevanwi - C'est moi qui serai premier ministre du royaume.
Séli - Vous ? Mais vous n'avez aucune expérience, ma petite !
Mevanwi - J'ai reçu une éducation politique complète. N'oubliez pas que je suis la fille d'une des plus importantes familles de Vannes et que j'étais destinée à épouser le fils du maire du palais. À Vannes, c'est le maire du palais qui gouverne, et sa charge est héréditaire, c'est pourquoi leurs futurs épouses sont formées à la politique.
Ygerne - Karadoc est le fils du maire du palais ?
Mevanwi - Mais non, justement !
Guenièvre, toute souriante - Mais alors, vous vous êtes soustraite à un mariage arrangé pour rejoindre votre amoureux, le beau Karadoc ? Comme c'est romantique !
Mevanwi - Quand Karadoc a été anobli par le roi Arthur, mon imbécile de père a trouvé que chevalier de la Table Ronde, c'était plus prestigieux que maire du palais.
Séli - Ça n'empêche que vous n'avez aucune expérience politique.
Mevanwi - Vous avez entendu parler de Marc Aurèle ? C'est le plus grand souverain de l'Histoire. Il a régné sur Rome durant près de cinquante ans et l'a conduit à son apogée. Et il a laissé des écrits. J'ai tout lu. Je gouvernerai en suivant ses préceptes. Marc Aurèle, il a beaucoup plus d'expérience que vous !
Ygerne - La théorie, ça ne vaut jamais la pratique !
Mevanwi - Et ça (elle désigne son rapport), c'est quoi ? Avez-vous un plan de redressement, (ironique : ) à part rétablir la torture ?
Séfriane - Tout de suite, la paperasse... vous croyez que c'est la paperasse qui va redresser le royaume ? Et vous, dame Séli, vous voyez pas qu'elle est en train de vous piquer votre poste ? Mais non, elle est là à laisser faire. Allez, bougez-vous !
Ygerne à Séfriane - Dites-donc, vous, vous êtes dans quel camp ?
Anghharad - Sans vouloir paraître présomptueuse, je me permets de proposer qu'on organise un vote la prochaine fois. Il me semble que le choix de la première ministre est trop important pour être décidé à la hâte.
Guenièvre - Mais, on dit le premier ministre ou la première ministre ?
Séli - On votera aussi l'appellation. Notez, Père Blaise, ce sera dans le prochain ordre du jour.
Père Blaise, désabusé - On croit rêver...
Guenièvre, faisant la fière - Bien. Maintenant qu'on a décidé de choses et d'autres, pourrait-on en venir à la question importante.
Séli - La question importante ?
Guenièvre - Oui : la question importante. Quelle tâche va-t-on me confier ?
Ygerne - Eh bien, vous êtes reine. Voilà votre tâche.
Guenièvre - Oui, mais que vais-je faire concrètement ?
Séli - Régner !
Mevanwi - La reine règne mais ne gouverne pas. Elle est un symbole d'unité, un vecteur de rassemblement.
Guenièvre, interdite - Mais... qu'est-ce que ça veut dire ? Concrètement ?
Mevanwi - Si vous voulez, vous pouvez vous occuper de la décoration du château, ou choisir les habits des larbins...
Angharad - On a déjà Bohort !
Mevanwi - Ah oui...
Séli - Nan mais ne vous inquiétez pas, on s'occupe de tout, on vous laisse tranquille.

(Écran noir)

Guenièvre, boudeuse - Dans ces conditions, je ne vois pas la différence avec quand c'était les hommes qui gouvernaient. Je crois que je vais rendre ma place...

Croustillant
Hors ligne

Super!
Ce scénario s'ancre vraiment dans le livre V pour son thème: crise politique. Et puis, juste à présent on voyait pas trop de têtes féminines dans nos scenari. J'ai bien apprécié le sens poussé de la politique de Mevanwi: ça complète bien son image de manipulatrice. Et puis, ça a un côté agréable(enfin, c'est peut être pas le meilleur adjectif...) de voir se developper (et bien!) le contexte historiquo-politique de la série.
Bon, par contre je veux bien croire que c'est un délire mais ça:

Agloval a écrit :

C'est moi qui ai tapé cette note de service

Ca mérite limite le conseil de guerre !!
Bonne soirée!

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Ouh là^^, mon cher Agloval, celui là aussi je vais prendre le temps de bien le commenter^^. ;)
Je le trouve très actuel avec notre contexte socio-politique mais pas seulement ;) , il est aussi rempli de références sous-jacentes et de petits clins d'oeil ( la dame de fer=Margaret tatcher? ).
Bon, je tenterais de prendre du temps cette nuit. Ton scénario m'intrigue^^ et je tiens vraiment une fois de plus à bien faire les choses, par respect envers ton travail.
À plus tard, Agloval^^.

Chevalier
Hors ligne

Très original. Bravo Agloval, comme d'habitude. Vraiment très bonne idée le coup de la Table Ronde, du Père Blaise désespéré.

Chevalier
Hors ligne

Eh bien, en quête de lecture pour passer le temps, je me suis arrêtée sur ce scénario au titre alléchant, et en le lisant je me suis rendu compte qu'il méritait bien un petit upload !

Franchement, bravo pour l'idée Agloval, c'est très original, et j'aime également beaucoup la façon dont tu la traites ! La référence à la dame de fer (excellent), la chute finale de Guenièvre, les disputes Ygerne/Séli, les intrigues de Mevanwi, tout y est... Et c'est juste hilarant ! Simplement brillant ! :)

Encore merci pour ce bon moment, malgré quelques petits décalages de vocabulaire qui ne choquent pas vraiment (par exemple quand Ygerne parle des "conneries d'Arthur"). J'ai adoré ! Je suis toujours tes écrits avec autant de plaisir. :D Vivement le prochain !

P.S : Je suis devenue Chef de clan à mon tour ! C'est trop la classe ! ;)

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Merci pour ton avis ! :) C'est vrai qu'il commence à y avoir pas mal de scénarios, maintenant, et qu'il ne faudrait pas oublier les vieux...

Semi-Croustillant
Hors ligne

Très très bien! Que dire de plus que mes prédecesseurs... Peut-être juste deux choses qui m'ont fait tiquer, l'élastique autour des parchemins (?) et je sais pas comment on dit ça dans un langage plus technique, mais il me semblait qu'elles se nommaient assez souvent lorsqu'elles s'adressaient les unes aux autres, par exemple " Mais qui voyez-vous à la justice, dame Mevanwi ", je sais qu'on saurait pas vraiment qui parle à qui sans quelques précisions, mais j'imaginais qu'on le saurait plus par les didascalies.

Wala sinon bravo j'aime beaucoup! :D

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Arf, pas grand chose à dire. Le scénario es bourré de pique, de questions politiques parfaitement valables et le tout fait par des personnages parfaitement cernés qui s'ancrent dans le scénario comme ils l'auraient fait dans un texte de A.A.

Moi je dis chapeau ! C'est bien pensé et bien écrit ^^

Chef de Clan
Hors ligne

Dans l'ensemble, je dirait que ça tient bien la route; et c'est une très bonne idée de mettre les dames à la table ronde!

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Enfin une révolte féminine, bien que ça reste très......féminin à la cour du Roi :D

Sinon vraiment très intéressant, une écriture parfaite.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB