Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui est obligé d’être désagréable pour faire bourge. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Le skecth qui suit n'est pas destiné à faire rire mais plutôt à faire vivre des personnages que j'aime bien dans une ambiance un peu différente. Plus le temps passe et plus je me prends d'affection pour Guenièvre. Quant à Perceval, je continue à l'admirer depuis le premier jour. Du fait de l'ambiance plutôt intime et famililale, je voulais faire intervenir les deux filles de Mevanwi et Karadoc. La plus jeune s'appelle Médène (c'est dit dans le livre V) mais apparemment on ne connaît pas le prénom de l'aînée. Je l'ai donc inventé. Je n'ai pas trouvé de bonne chute, tant pis...

ERRATUM : d'après http://forum.onenagros.org/viewtopic.php?id=629 les filles de Karadoc et Mevanwi s'appellent Mehben et Mehgan, j'ai donc corrigé.

----- L'éclipse ------

Arthur et Guenièvre sont au lit. Arthur a devant lui le plateau du petit-déjeûner et hésite.

Guenièvre, d'un ton autoritaire - Ce soir, nous irons voir l'éclipse.
Arthur - (décide de prendre une pomme)
Guenièvre - Alors vous ne m'écoutez même plus ?
Arthur - Hein ? Heu... non, oui, quoi ?
Guenièvre - Je disais : ce soir, nous irons voir l'éclipse.
Arthur, étonné - L'éclipse ? Mais... de quoi parlez-vous ?
Guenièvre - Le seigneur Perceval a prédit qu'il y aurait une éclipse de lune ce soir.
Arthur - Perceval ? Heu... vous avez entendu parler de ses exploits ?
Guenièvre, de moins en moins sûre d'elle - Oh, il n'est pas plus bête qu'un autre.
Arthur - On parle bien du même Perceval ?
Guenièvre, confuse - Eh bien... Mais il avait l'air d'y croire, alors j'y ai cru !
Arthur - (l'incident est clos, il se replonge dans son petit déjeûner)
Guenièvre - Allez, dites oui, dites oui, dites oui !
Arthur - (s'apprête à dire quelque chose)
Guenièvre, déçue - Ah non, vous n'allez pas encore me rembarrer ! On ne fait jamais rien ensemble.
Arthur - Mais je n'ai rien dit !
Guenièvre, revêche - Oui, bien sûr, vous n'avez rien dit... mais vous n'en pensez pas moins !
Arthur - Mais non !
Guenièvre, suspicieuse - Vous n'allez pas refuser de voir l'éclipse avec moi ?
Arthur - Parce que vous y croyez quand même ?
Guenièvre - Mais peu importe, ce sera un prétexte pour se promener sur les remparts en amoureux.
Arthur - (fait la moue)
Guenièvre - Vous voyez, vous ne faites aucun effort !
Arthur - Mais non... je veux dire si... Très bien, nous irons voir l'éclipse ensemble.
Guenièvre - (sourire satisfait : mine de rien, elle a réussi à embobinner le roi)

----

Le soir venu... Le soleil vient de se coucher, la pleine lune vient de se lever. Arthur et Guenièvre s'avancent vers le rempart est. Perceval, penché aux créneaux, regarde la lune.

Guenièvre, guillerette - Alors seigneur Perceval, c'est pour quand cette éclipse ?
Perceval - Ma reine ? Sire ? Vous êtes venu voir l'éclipse ?
Arthur, ironique - Nan nan, j'étais venu pisser du haut des remparts.
Perceval - Faites pas ça, il y a deux gardes en-dessous.
Arthur - Ah, ben je vais en profiter pour faire une inspection, je ne serai pas venu pour rien.
Guenièvre - Parce que vous n'y croyez pas, vous ?
Arthur - Disons que je suis prévoyant, car ça se trouve...
Perceval - Nan mais Sire, faut pas vous inquiéter pour l'éclipse, c'est sûr.
Arthur - Et ça commence quand ?
Perceval - Je ne peux pas vous dire, mais c'est pour ce soir.
Arthur, sceptique - Et à quoi vous voyez ça ? Ça vous fait des rhumatismes ? Les oiseaux volent bas ?
Perceval - Nan mais c'est cyclothymique.
Arthur - Une éclipse, c'est cyclothymique ?
Perceval - C'est pas comme ça qu'on dit ?
Arthur, résigné (c'est pas la première fois que Perceval lui fait le coup...) - Allez-y, expliquez.
Perceval - Eh ben, les éclipses, ça se reproduit la prochaine fois comme c'était la fois d'avant, et ainsi de suite. Il y a une cyclothymie des éclipses.
Guenièvre, à Arthur - Vous comprenez ce qu'il dit ?
Arthur - Un cycle des éclipses. Les éclipses sont cycliques. Donc, Perceval, vous êtes en train de nous dire - sans rire - que les éclipses ne se produisent pas au hasard selon la volonté des dieux ?
Perceval - Sire, c'est bien connu ! La période de la Lune par rapport au Soleil est de 29 jours 12 heures 44 minutes, et sa période par rapport aux noeuds est de 27 jours 5 heures 6 minutes. Donc au bout de deux-cents vingt trois fois la première et deux-cents quarante deux fois la seconde, on se retrouve exactement dans la même conflagration. Et ça fait... (il calcule...) 18 ans 11 jours et 8 heures. À peu près.
Arthur - (sidéré)
Perceval - Donc, tous les 18 ans 11 jours et 8 heures, on a la même série d'éclipses. Et comme j'en ai jamais manqué une depuis gamin, je sais que ce soir, on aura la même éclipse que celle de la nuit où la vache du voisin était morte en mettant bas.
Arthur - Mais... Où est-ce que vous avez appris tout ça ?
Perceval - Tout quoi ?
Arthur - Le cycle des éclipses !
Perceval - Nan mais Sire, vous savez bien que les étoiles, ça m'a toujours fait rêver. Quand j'étais môme, je gardais les chèvres de mon oncle, il fallait les monter sur le plateau le matin, les redescendre le soir au village, les monter sur le plateau le lendemain matin, les redrescendre le soir au village, les remonter...
Arthur - Quel rapport ?
Perceval - Eh ben, comme je me perdais tout le temps, je me retrouvais en pleine nuit avec les chèvres. Alors ça m'a appris les étoiles, la lune, les planètes...
Arthur - Ah, c'est vrai qu'avec votre sens de l'orientation...
Perceval - Mais la nuit, impossible de me perdre : je me repère aux étoiles.
Arthur - Ah bon ? Je n'ai jamais remarqué...
Perceval - Forcément, vous m'avez envoyé en mission seulement de jour. De jour, j'ai aucun repère. De nuit, j'ai l'étoile Polaire.
Arthur - Qui indique le nord, en effet.
Perceval - Nan mais Sire, je vais me fâcher ! Vous savez bien que je n'aime pas qu'on emploie ces termes. En plus, le nord, le sud, tout ça, ça change tout le temps selon où qu'on se tourne. Alors que l'étoile Polaire, elle bouge pas.
Arthur - Quand je pense au nombre de fois où vous vous êtes perdu avec un message à remettre d'urgence... La prochaine fois je vous fait bosser uniquement de nuit.
Perceval - Quand j'étais revenu du Languedoc à cause de la chaise de transport, vous vous souvenez ? J'ai fait le voyage uniquement de nuit. Sinon, à l'heure qu'il est, je serais sûrement loin, loin, dans l'hémicycle sud peut-être.
Guenièvre, guillerette - Regardez, ça commence !

----

Perceval, Arthur et Guenièvre regardent l'éclipse.

Guenièvre - Oh comme c'est beau. Vous avez vu ces couleurs ? Comme c'est romantique !
Perceval - Ah non, je trouve pas ça romantique, moi !
Guenièvre, déçue - Ah bon ?
Perceval - Je trouve ça scientifique.
Arthur - Bof, c'est jamais qu'un bout de Lune qui devient sombre.
Perceval - Nan mais Sire, regardez bien, la partie sombre, elle a une bordure inculpée.
Arthur - Heu...
Perceval - Elle est ronde.
Arthur - Incurvée. Eh bien ?
Perceval - Eh ben si vous prolongez la bordure, ça fait comme un rond qui sort de la Lune.
Arthur - Tiens, oui, c'est vrai.
Perceval - La partie sombre, c'est l'ombre de la Terre qui cache un bout de lune, donc on peut dire que l'ombre de la Terre elle est... oh, à peu près quatre fois plus grosse que la lune.
Guenièvre - Oh, tous ces chiffres, vous me faîtes mal à la tête, seigneur Perceval.
Perceval - Donc ça veut dire que la Terre, elle est quatre fois plus grosse que la Lune.
Arthur (fait des gestes avec ses doigts pour essayer d'évaluer la taille de l'ombre, tout ça...) - Quatre fois plus grosse... ah oui...
Guenièvre - En tout cas c'est drôlement joli !

----

Karadoc, Mevanwi et leurs deux filles arrivent.

Karadoc - Sire, vous vous promenez ?
Arthur, digne - J'inspecte la garde...
Perceval - On regarde l'éclipse ! Venez, elle va bientôt être totale.
Guenièvre - Venez-voir dame Mevanwi, comme c'est romantique !
Karadoc - Ça tombe bien, je viens de finir mon dernier casse-dalle du jour, et mon premier de la nuit n'est pas avant une heure.
Mevanwi - Oh, les belles couleurs ! Vous avez vu, les enfants ?
Karadoc - Moi, la lune, ça m'a toujours fait penser à un morceau de gruyère, et là, on dirait qu'il a été coupé en deux. Du coup ça donne plus envie, parce qu'un gruyère qui n'a pas été entamé, ce n'est pas conseillé.
Mehgan - Tonton Perceval, pourquoi la lune elle est mangée à moitié ?
Mehben - Poukoi la lune elle est mangée à moikié ?
Perceval - Eh ben... heu... Demande au roi, il sait bien expliquer.
Mehgan - Tonton Arthur, pourquoi la lune elle est mangée à moitié ?
Arthur - Vous voyez la torche au pied de la tourelle ? C'est elle qui nous éclaire, et on voit notre ombre (il pointe son ombre). Bon, alors on va dire que je suis la terre et la torche, c'est le soleil. Mehgan, viens te placer ici, tu vas faire la lune.

(Mehgan se place derrière Arthur, à moitié cachée dans son ombre.)

Arthur - Tu as vu, Mehben, ta soeur est à moitié cachée par mon ombre. Elle est éclipsée.
Mehben - Ah oui elle est éplixée !
Mehgan - Moi j'ai rien vu !
Arthur - OK, à toi Mehben !

(Les deux petites filles intervertissent leur rôle, puis jouent à l'éclipse en tournant autour d'Arthur.)

Perceval, scié - Sire, c'est génial comme explication ! En plus j'avais pas compris comme ça.

(Perceval, à son tour, se place à moitié dans l'ombre d'Arthur et joue à l'éclipse, sous les yeux désespérés du roi...)

Perceval - Bougez pas, Sire, vous allez tout fausser !
Guenièvre - Regardez, on ne la voit presque plus !
Mehben - Oh, y fait tout nuit !
Arthur - Du coup, les gardes non plus, on ne les voit presque plus...
Guenièvre - Mais oubliez-les, et regardez plutôt le spectacle !
Mevanwi, à ses filles - Vous arrivez encore à la voir ?
Mehgan - Elle est toute marron !
Karadoc - On dirait une tarte flambée un peu trop brûlée.
Mevanwi - Sire, est-ce qu'une éclipse n'est pas un signe qu'il faut prendre des décisions importantes ? Les astrologues disent que ça annonce des réformes.
Perceval - Nan mais elle va se taire la grosse ? L'astrologie, c'est des conneries !
Arthur - Vous ne croyez pas qu'une éclipse peut avoir une signification ?
Perceval - Si : ça signifie que la Terre, elle est quatre fois plus grosse que la lune. Point barre !
Karadoc - Ah non alors !
Guenièvre - Que vous arrive-t-il, seigneur Karadoc ?
Karadoc - Excusez-moi, un réflexe... De voir une tarte flambée à ce point brûlée, ça m'a causé un haut-le-coeur. Au fait, quelqu'un sait quelle heure il est, parce que je commence à me sentir faible.
Perceval - Un peu plus de dix heures.
Karadoc - Quoi ? Et vous pouviez pas me le dire plus tôt ? Bon, eh bien bonne nuit Sire, bonne nuit ma reine, bonne nuit tout le monde !
Mevanwi - Je vous accompagne, il est l'heure de coucher les filles.
Arthur - Il est un peu plus de dix heures ?
Perceval - Ben oui ! Regardez la Grande Ourse, elle est tournée comme ça à minuit le jour du solstice d'été, donc là, comme on est presque un mois après le solstice, ça fait presque deux heures de moins.
Arthur - Il va vraiment falloir que je vous réserve les missions de nuit...
Guenièvre - Mais dites-moi, seigneur Perceval, ce sera quand, la prochaine éclipse ?
Perceval - Il y aura une éclipse de soleil dans quinze jours, mais elle sera pas visible de Bretagne. Ensuite, on a une éclipse de lune dans cent soixante-dix-sept jours.
Guenièvre - Cent soixante-dix-sept jours... ça tombe quand ça ?
Perceval - Vous voulez dire quel jour de la semaine ? Ah mais j'en sais rien, j'ai jamais rien compris aux jours de la semaine !
Arthur, à Guenièvre - On est quel jour aujourd'hui ?
Guenièvre - Mardi, pourquoi ?
Arthur, à Perceval - Cent soixante-dix-sept divisé par sept, il reste combien ?
Perceval - Hein ?
Arthur - Mettons que j'ai cent soixante-dix-sept soldats sous mes ordres et que je constitue des équipes de sept. Combien de soldats n'ont pas d'équipe ?
Perceval - Vous pourriez pas la refaire avec des bouts de bois ?
Arthur - Mettons que j'ai cent soixante-dix-sept bouts de bois, et que tous les jours je brûle sept bouts de bois. Combien il en reste que je ne pourrai pas brûler.
Perceval - Après vingt-cinq jours, il vous restera deux bouts de bois.
Arthur, à Guenièvre - Ce sera un jeudi.
Perceval - Quel rapport avec les bouts de bois ? Ah, c'est avec des bouts de bois que vous arrivez à vous y retrouver avec les jours de la semaine !
Guenièvre - Ça y est, la Lune revient ! Regardez !
Arthur - Ah, ben on peut voir à nouveau les gardes. Apparemment ils ne roupillent pas, donc tout va bien.
Guenièvre, déçue - Oh, vous alors avec vos gardes !

----

Perceval et Karadoc à la taverne. Perceval est en train de bricoler une sorte de cadre en bois, avec des bouts de bois qui se croisent. Le tavernier arrive.

Tavernier - Qu'est-ce qu'il fait, le champion ?
Perceval - C'est un calendrier. Pour savoir quel jour de la semaine on est.
Tavernier - Ah, c'est pour ça qu'il y a sept bouts de bois parallèles ?
Perceval - Exactement : le gros pour dimanche, les six petits pour les autres jours de la semaine.
Tavernier - C'est pas tout ça, mais qu'est-ce qu'y prennent ce matin ?
Perceval - Une bière !
Karadoc - Vous faîtes toujours des tartes flambées ?
Tavernier - Oui, bien sûr, vous en voulez une entière ou une demi ?
Karadoc - Deux ! Et les faites pas trop cuire, attention !

Le tavernier sort.

Karadoc - Et vous dites qu'avec ce système, vous pourrez connaître à l'avance le jour de la semaine.
Perceval - Eh ouais ! J'y ai réfléchi toute la nuit, c'est obligé que ça marche. Regardez : là on est mercredi, n'est-ce pas ? Donc dans dix jours, par exemple : un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix : samedi !
Karadoc - Ah mais attention, vous supposez que les jours sont toujours dans le même ordre.
Perceval - Ah merde, c'est vrai que ça change d'une semaine à l'autre !
Karadoc - Votre machin, il est valable que pour cette semaine. Ah non, même pas : on a dépassé la pleine lune hier.
Perceval - Ça se trouve, le roi avec ses bouts de bois, c'est des conneries.
Karadoc - Vous croyez ?
Perceval - Nan. Mais j'aimerais bien connaître le truc. Ça pourrait me valoir un certain succès en société.

(Générique, écran noir)

Karadoc - Les illusionnistes, ils révèlent jamais leurs secrets !

Chevalier
Hors ligne

C'est génial !!!
Guenièvre qui prend le dessus sur Arthur, c'est magnifique, et l'épisode est super bien raconté.

Bravo !! :)

Croustillant
Hors ligne

Un seul commentaire! Mais ça mérite bien plus! C'est génial. Et puis moi aussi j'adore ce Perceval là. Et il est super bien mis en scène (en plus, en prime j'ai compris comment fonctionnait une éclipse) d'autant plus que je suppose que toutes les données et tous les calculs sont vrais.
C'est bien vu aussi de faire jouer Arthur avec des enfants maintenant qu'on a vu le livre V. Mais bon, j'aurais préféré le voir plus religieux (enfin, c'est mon point de vue). Une petite opposition entre la science et la religion aurait été la cerise sur le gâteau. Mais ça reste GENIAL.
Bonne journée!

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

d'autant plus que je suppose que toutes les données et tous les calculs sont vrais.

Bien entendu ! :) Le côté religieux d'Arthur, je ne l'ai mis qu'au tout début (il était persuadé que les éclipses avaient lieu selon la volonté des dieux) mais je n'ai pas trop su quoi écrire à ce sujet...

Chevalier
Hors ligne

Je l'avais lu il y a longtemps déjà mais je me permets de le ressortir des bas-fonds de cette section du forum pour te féliciter, Agloval, et en faire profiter aux nouveaux inscrits qui n'ont peut-être pas pensé à fouiller aussi loin (ou qui ont la flemme :-° ).

Je considère ce scenario comme le meilleur qui ait été écrit ici personnellement. :)

Croustillant
Hors ligne
Boucot a écrit :

Je considère ce scenario comme le meilleur qui ait été écrit ici personnellement. :)

La quête du crâne noir n'a pas à rougir non plus.

Chevalier
Hors ligne

Oui mais c'est pas pareil. Ici c'est un épisode simple, "La quête du crâne noir" est une série de 7 épisodes, difficile de comparer.

En tout cas, Agloval écrit superbement bien, tout comme toi Provençal ainsi que Provencal le Gaulois dont je viens de découvrir les oeuvres aujourd'hui.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

On retrouve bien le phrasé de Perceval et de Genièvre. Une vraie réussite sur ce plan. J'ai entendu aussi dans ce scénario comme un écho de la scène célèbre du Songe d'une nuit d'été où une troupe de comédiens amateurs s'interroge sur la manière de faire entrer la lune dans un théâtre. Mais là, j'extrapole...

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

C'est ENORME ! J'ai adoré ! :)

Chevalier
Hors ligne

J'aime beaucoup ! C'est très bien écrit. Félicitations. :)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB