Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui a le droit de boire du cidre !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Semi-Croustillant
Hors ligne

Bon, je me pose cette question depuis très longtemps. Et j'en parle parce qu'aujourd'hui, au lycée, j'ai vu un film espagnol de merde. C'était un truc pro mais ressemblant à un film amateur.

Alors, sans parler du jeu d'acteur mais juste de l'image, j'aimerais savoir pourquoi j'ai cette impression, suivant les images, de "C'est amateur ça!".

Mon hypothèse personnelle serait le fait que c'est tourné en numérique, donc pas de grain de film, que les lumières ne sont pas bonnes, et que les plans sont trop... Pour le film espagnol que j'ai vu, pour moi, il y avait trop de plans rapproché, ça ne respirait pas, il y avait des plans totalement inutiles (genre les doigts qui tapent sur un clavier, les mains qui récupère un cd sortit de l'unité centrale...), puis il y avait aussi des accélérations, des contre plongées inutiles...

Contrairement aux dernières saisons de Kaamelott qui elles ont un grain de film et font "long métrage".


Enfin bon, et vous, ça vous le fait aussi?

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Oui il m'arrive souvent de me poser la question aussi et c'est vrai que j'ai pas vraiment trouvé de réponse...

Ça me fais cette impression souvent pour les téléfilm. Pourtant c'est pas le pognon qui manque, mais je me dit toujours "mais qu'est ce que c'est que cette image de merde ?!"

Après je pense pas que ce soit une question de numérique, ya des très bon films tournés en numérique (pas de nom en tête dsl). Les lumières jouent beaucoup plus je pense mais je saurais pas t'expliquer en détail pourquoi ^^

Et les plans...ben tiens pour revenir sur le téléfilm bah c'est sur quand t'as un changement de plan par minute avec que des plans fixes ça donne pas vraiment envie.

Chevalier
Hors ligne

Ah oui...conformisme quand tu nous tient...

Il est dommage de s'arrêter à ce type de détails, un film c'est une œuvre, un tout, pas juste un scénario ou une image, ou encore une bande son, mais un ensemble qui se doit d'être cohérent.

Nos esprits d'aujourd'hui ont été formaté par plusieurs années de daubes intenses et de téléfilms à deux balles, on a beau se dire : "non, moi j'suis décallé, j'suis pas comme ça, j'ai bon gout" c'est faux. On est tous rentré dans un système, dans une culture de consommation de l'art. C'est terrible.

Attention, je dis pas ça juste pour vous deux, je suis dans le lot aussi, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai arrêté d'aller au cinéma, vu le tarif de cinglé d'une place.

Le pire c'est qu'on croit encore aux valeurs des divers festivals et divers prix d'honneurs, alors que c'est là l'aboutissement du marketing et de la consommation. Aujourd'hui, les avant premières avec présentation de l'équipe du film, les teasers, les diverses conférences de presses sont toutes aseptisées, sans fond, à la seule fin de vendre le produit, c'est navrant.

Encore une fois, je conseille la lecture de MEDIA CRISIS de Peter Watkins , un livre éclairant, jusqu'au boutiste certes, mais vraiment une lumière qui nous éclaire sur notre façon de consommer l'image et les médias en général, passant par une virulente critique des mass médias (qui ont d'ailleurs descendu le bouquin, comme par hasard...).

Semi-Croustillant
Hors ligne
Bender a écrit :

Il est dommage de s'arrêter à ce type de détails, un film c'est une œuvre, un tout, pas juste un scénario ou une image, ou encore une bande son, mais un ensemble qui se doit d'être cohérent.

Eh bien celui que j'ai vu n'était pas cohérent, et non, il y a des films absolument horribles et qui ne sont pas des œuvres.

Enfin bon, j'ai vu que Kaamelott était fait avec du numérique HD. Donc ça repose la question, Kaamelott fait (et est) long métrage alors que d'autres en numérique ne sont pas crédibles...

Chevalier
Hors ligne

il y a des films absolument horribles et qui ne sont pas des œuvres

Prenons le navrant exemple de Fahrenheit 9/11 de Micheal Moore, utilisation abusive du montage, mensonges éhontés, détournement de faits, images et photographie franchement mauvaises...et pourtant, il s'agit d'une œuvre dont le but est idéologique, certes, mais il s'agit tout de même d'une oeuvre.

Donc que le film soit horrible ou pas, il n'en reste pas moins une œuvre. En général, les gens détestent le peintre Dubuffet, cependant, quoi qu'on en dise, ses tableaux restent des œuvres...

Enfin, j'vois pas pourquoi je m'fatigue les phalanges...

Chef de Clan
Hors ligne

J'ai un peu de mal à être d'accord avec toi Bender. Je pense que quand on dit oeuvre il y a une connotation positive. Donc si c'est un film est mauvais par exemple, je trouve ça étrange de le qualifier d'oeuvre.
Mais bon tout ça c'est jouer sur les mots.

Pour revenir que topic, je pense que l'impression d'amateurisme est liée à un ensemble de chose: la lumière, les plans...
Mais ce n'est pas qu'une question de moyen. Parfois il y a des films qui ont un bon budget pourtant le resultat est bidon, parfois il y a des films faits avec le systeme D et pourtant c'est bien...

Chevalier
Hors ligne

Aïe...mince...entorse de l'index, désolé...j'peux pas répondre...

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bender a écrit :

Aïe...mince...entorse de l'index, désolé...j'peux pas répondre...

Bouge pas je le fais pour toi ;)

Alors, prenons la définition du mot oeuvre: Une oeuvre est un objet crée par un être intelligent.....dixit Wiki....

Tout d'abord, le terme intelligence, je le trouve plutôt mal placé, car une fois de plus cela indique que nous nous basons sur des critères de sélection pour définir qui est intelligent et qui ne l'est pas.....Manichéisme quand tu nous tiens..... Sic....

Donc si l'on retient que le début de la phrase soit " Une oeuvre est un objet créé par un être ", manifestement Bender a raison.

Ce sont une fois de plus des années et des années de conformisme qui nous font forcément classifier les choses qualitativement et les engoncer dans des cases prédefinies.
Nous voulons toujours nous repérer par rapport à des critères...

Ce qui fait qu'immanquablement nous associons, pour les films puisque c'est le sujet, le mot oeuvre avec films gros budget, etc etc etc.....

C'est une erreur je trouve de s'arrêter à ce genre de détail et en cela je rejoins Bender.
C'est avant tout un ressenti, un message ou pas qui passe selon le caractère de chacun. C'est d'ailleurs ce qui fait qu'un film est apprécié ou décrié par un public ou un autre, c'est selon la personnalité de chacun....

Derrière le mot oeuvre, il faut d'abord y voir la création, le travail, la sueur du créateur... Que tel ou tel film soit considéré comme une daube ou pas, après c'est selon ce que ce film ( toujours pour rester dans le sujet ) arrivera à nous transmettre selon nos caractères propres..

De plus, la frontière entre film amateur ( terme bien trop souvent considéré comme péjoratif ) et film professionnel ( là aussi sur quoi nous basons nous ? Sur des critères préconçus..) est ténue, voir inutile.

Un exemple ? Hmmmmm, tenez je prends celui de Diary of the Dead qui est un excellent film ( selon mes critères :) )
Pourquoi ?  Parce qu'à travers des images qui font soi-disant  travaux d'amateurs et qui pourtant sont ultra-travaillées, George Romero cherche avant toute chose à faire passer des messages.
Il explique qu'aujourd'hui, n'importe qui peut être journaliste, relayeur d'images ou d'infos de par le biais de l'explosion des moyens multimédia et filmiques.... Justement, des images de n'importe où partent.....n'importe où. Tout cela étant relayé dans le même temps par les médias...
Il dénonce aussi le fait que plus personne ne prend le temps de vérifier les informations et concordance de ces images, vidéos qui pullullent sur le web, les infos du soir qui courent après le sensationnalisme ou la désinformation de masse....

En ce sens, il rejoint le film [Rec] qui lors de son final veut dénoncer une chose, c'est qu'il ne reste aujourd'hui que les médias qui vivent et qui resteront si cela continue ( c'est pourquoi la caméra tourne toujours dans [Rec] et que c'est la dernière " survivante " du virus ). Par exemple, le fait que dans ce film le protagoniste ne lâche pratiquement à aucun moment sa caméra montre une chose, que le réalisateur veut transmettre.... Nous ne pouvons plus nous passer des images mais aussi qu'à force de regarder par l'objectif, nous nous désensibilisons de la réalité, puisque ce n'est pas nous qui regardons....mais une foutue caméra ou un appareil photo sur un portable.....


Bref, le message de ces films passe ou ne passe pas, c'est une fois de plus selon le ressenti de chacun.
Mais une oeuvre, n'en déplaise ou non, et avant tout une création, qu'elle soit moche ou non, etc....
Une oeuvre à la base n'est pas faîte pour rentrer dans un carcan, un style prédéfini....

Mais nous sommes ainsi fait qu'il nous est difficile de ne pas classifier les choses, par souci de se repérer.... Et nous appliquons ce comportement sur tant d'autres domaines...

Voili voilou, c'est à peu près ce que tu voulais dire Bender ou je me gourre ^^ :lol:

[édit] sorry si j'ai égaré quelques fautes et que je ne suis peut être pas très compréhensible^^, mais là je suis hyper fatigué donc j'avoue que j'ai eu un peu de mal à aligner mes idées :lol:

Bonne nuit à tous !

Chef de Clan
Hors ligne

Je suis bien consciente de la definition du mot oeuvre, simplement je voulais dire qu'aujourd'hui ce mot est connoté, et que si on dit un truc du genre:  Cette oeuvre est merdique, ben il y a un p'tit côté paradoxal ;)

Mais sinon tout a fait d'accord avec toi Abbadon (ton explication est d'ailleurs tres claire). Etant etudiante en communication, je ne peux qu'adherer quand tu mentionnes la recherche du sensationnalisme, la desinformation de masse, etc... :)

Chevalier
Hors ligne
abbadon a écrit :

Voili voilou, c'est à peu près ce que tu voulais dire Bender ou je me goure ^^ :lol:

Tu as su exprimer avec des mots ce qui se bousculait en plein cœur de mon esprit schizophrénique !

hermy21 a écrit :

Cette œuvre est merdique, ben il y a un p'tit côté paradoxal

Encore une fois, cela ressort du même processus de classifier de manière générale un sujet. Je voudrais ajouter que cela est aussi très personnel comme jugement, pourquoi ?

Sur quel critères on se base ? Quelle référence sert d'œuvre étalon ? Picasso pour la peinture ? Casablanca pour les films ? Mozart pour la musique classique ? Les Beattles pour la pop ?

Non, sérieusement, faut vivre avec son temps alors, oui, je veux bien considérer cette manière de penser avec la mienne mais j'avoue que cela nous entraine dans une uniformisation de la pensée déjà bien engagée. Il existe des critiques ou des chroniqueurs pour juger les films actuellement, beaucoup, en France, se basent sur la nouvelle vague française (voir article du monde diplomatique du mois dernier) et en lisant cela, on voit bien à quel point nous sommes formatés à penser une œuvre en fonction de sa com ou de son impact chez les "grands intellectuels" de ce monde...

Allez, si t'es dans la communication, tu dois bien te rendre compte que le succès d'un film, ou son accession aux prix honorifiques n'est qu'un subtil jeu de copinages, de "j'vote pour toi si tu votes pour moi" et d'autres impact financiers. Certaines maisons de production explosent leur budget com pour être sûr de rafler la mise. Un Oscar peut relancer la carrière d'un film moyen et le propulser eu rang de grand film. Pourtant quelque soit le sobriquet dont on affuble le film, il n'en reste pas moins une œuvre.

D'ailleurs, pour aller plus loin, il est souvent utile de remettre un film dans un contexte sociétal, politique et culturel, en plus de l'associer à la filmographie de son auteur. Par exemple, chez Romero on peut le voir très bien.

Allez, ce soir je regarde une grande oeuvre, qui peut se voir en toutes circonstances : l'énormissime Timecop !

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bender a écrit :

Tu as su exprimer avec des mots ce qui se bousculait en plein coeur de mon esprit schyzophrénique

Très J.C vandamnesque ta phrase :lol: . Merci ;) .
Dans le même temps, un sociopathe qui ne comprend pas un schyzophrène, ce serait le monde à l'envers^^....ou l'endroit, c'est selon^^...

Timecop ? ah ben pourquoi pas ? Moi j'aime bien. Mais si tu peux, jette un oeil au film J.C.V.D . J'aime bien le fait qu'il joue avec son image et s'auto-analyse..... à voir si tu es curieux :)

Chef de Clan
Hors ligne

D'accord avec toi Bender quand tu dis que le succes commercial ou honorifique n'est pas toujours proportionnel a la qualité intrinseque d'un film, j'ai jamais dit le contraire d'ailleurs! ;)

Chevalier
Hors ligne
Roym a écrit :

Bon, je me pose cette question depuis très longtemps. Et j'en parle parce qu'aujourd'hui, au lycée, j'ai vu un film espagnol de merde. C'était un truc pro mais ressemblant à un film amateur.

Alors, sans parler du jeu d'acteur mais juste de l'image, j'aimerais savoir pourquoi j'ai cette impression, suivant les images, de "C'est amateur ça!".

Contrairement aux dernières saisons de Kaamelott qui elles ont un grain de film et font "long métrage".

Alors pour tourner un peu moi-même dans le monde du cinéma, j'ai la réponse à ta question, enfin je crois. Ce côté "long métrage", qui donne une image si différente des courts, est due à l'objectif de la caméra :) Tout simplement. Je ne sais pas si c'est juste une différence de prix entre les deux, ou si c'est l'un des critères à respecter pour des longs/courts métrages.

C'est l'un de mes professeurs d'effets spéciaux qui est aussi réalisateur qui m'avait expliqué cela. Après objectif de la mort qui tue ou pas, on peut avoir des courts et des longs merdiques, avec une image mal soignée! :)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

florian a écrit :

Après je pense pas que ce soit une question de numérique, ya des très bon films tournés en numérique (pas de nom en tête dsl). Les lumières jouent beaucoup plus je pense mais je saurais pas t'expliquer en détail pourquoi ^^

Apocalypto, Miami vice, Collateral...

Pour le peu que je connais ce qui joue aussi sur le rendu c'est l'étalonnage, certains réalisateurs comme Ridley Scott ou Jeunet travaillent enormément l'image de leurs films, plus ils bossent leur image moins ça ressemble au rendu visuel d'un reportage ou d'un caméscope, regarder les making of permet de bien se rendre compte de ça

Y' a aussi les mouvements de caméra, dans un téléfilm on est souvent plus statique plus plan-plan, alors par contre pourquoi j'en sais rien, certainement une question de matériel et de moyen, les mouvements de caméra nécessitants peut être un plus gros travail de montage

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB