Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui est perché sur le tabouret d’son grand-père. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Semi-Croustillant
Hors ligne

Voici la seconde partie, n'hésitez pas à me dire s'il y a des incohérences, j'ai pas assez de recul moi...:/
Lien vers la Partie 1.


 
La Terrine de Vannes - Dernière partie

 
Partie finale de l'épisode "La Terrine de Vannes"

 

    ACTE I - Perceval et Karadoc sont donc dans la maison de la tante

PERCEVAL
Mais comment vous faites pour parler avec elle ?
KARADOC
Je lui parle pas, en général elle fait des gémissements et des petits cris de marcassin.
PERCEVAL
C'est pas gênant ?
KARADOC
Ben nan, de toute façon si elle savait parler correctement je suis pas sûr que ce serait super intéressant.
PERCEVAL
Ouais, remarquez à côté de nous c'est normal, y'a le prestige. On lui raconterait nos aventures épiques, nos techniques de combats et tout le bazar, je pense qu'elle se sentirait un peu en infériorité. Ouais du coup c'est mieux qu'elle comprenne rien, elle sera moins gênée, puis nous aussi.
KARADOC
Ah, elle a bientôt fini, elle rajoute son petit ingrédient personnel. Celui qui relève le goût. Et vous pouvez y aller, c'est du sanglier tout frais buté. C'est pas des saloperies qu'on trouve dans les marchés et qui ont été séchés pendant 3 jours.
PERCEVAL
Et c'est quoi cet ingrédient ?
KARADOC
Je sais pas, elle a jamais voulu me dire.
PERCEVAL
Ah ouais, t'façon comme on comprendrai rien. Puis vaut peut-être mieux pas savoir ? Si ça se trouve, c'est des crottins de bouc. Rien que d'y penser ça me fout la gerbe.

Pendant ce temps...quelque part en Armorique

LEODAGAN
Et ben alors, pourquoi vous trainez la savatte comme ça?
ARTHUR
Oh ça va, ça fait un bail que j'ai pas marché autant...Puis la traversée de la mer j'aime pas ça, ça me rend malade...
LEODAGAN
Ah ça, à rester enfermé au château, faut du terrain mon vieux, sinon vous allez vous encroutez et vous allez tourner du siphon. L'administratif, les papelards moi ça me gonfle déjà assez en Carmélide.
ARTHUR
Enfin il faut parfois un peu de diplomatie, cadrer les trucs, sinon c'est le bordel. Moi si je garde pas de traces de certaines choses, s'il n'y a pas un certain suivi, c'est l'anarchie.
LEODAGAN (dans sa barbe)
(Ca, c'est vous qui avez choisi de gouverner comme une gonzesse)
ARTHUR
J'ai entendu, pas la peine de vous cacher. Figurez-vous qu'il y 'a des choses qu'on peut pas régler en cramant tout.
LEODAGAN
Tiens donc, et quoi par exemple ?
ARTHUR
Un traité de paix, vous aller par le signer en le cramant ou en foutant le feu au chef adverse par exemple? Faut les préparer, les travailler, etc. pour que tout le monde puisse s'y retrouver.
LEODAGAN
Ben voilà, moi j'en signe pas de ces saloperies. Alors du coup, les adversaires, je les crame AVANT de faire la paix. Et comme ça, tout le monde s'y retrouve.
ARTHUR
Je vois le genre, bon dites, on fait une pause là, j'en ai plein les pattes.
LEODAGAN
Euh, non ?
ARTHUR
Ah non mais c'était pas une question. On fait une pause, m'emmerdez pas...et...Qu'est ce que c'est que ces saloperies qui brilles sur vos godasses ?
LEODAGAN
Ca ? C'est Merlin qui me les a faites briller. Avec un sort. C'est des bottes de préservation des membres inférieurs.
ARTHUR
Merlin ? Il a quoi ? Attendez, trente secondes je m'assois...*quelques secondes s'écoulent, puis Arthur fixe Leodagan* Non mais allez-y...
LEODAGAN
C'est Merlin qui me les a vendu, je cherchais un truc pour être un peu plus à l'aise quand je fais de la marche. Du coup il m'en a enchanté une paire et il me les a vendu.
ARTHUR
Mais...attendez, repassez-vous votre dernière phrase dans la tête ?
LEODAGAN
Nan mais j'y ai pensé aussi m'être fait enflé. Je me suis dis, je vais essayer, si ça marche pas je le déglingue. Mais bon force est de constater que ça fonctionne plutôt pas mal.
ARTHUR
Et ça vous est pas venu à l'idée qu'il les avait acheté à un marchand ? Comme il fait pour...allez...tout le reste ? Et combien il vous les a vendu sans indiscrétion ?
LEODAGAN
3000 pièces d'or
ARTHUR (riant)
Comme il vous a enfumé! Ah il s'est pas mouché du coude sur ce coup.
LEODAGAN
Parce que, ça coute combien en général ?
ARTHUR
Des bottes de préservation des membres inférieurs ? Ça j'en sais rien, ce que je sais c'est que mes bottes d'invisibilité qui sont, excusez-moi, un petit peu plus classes que celles qui empêchent de puer des pieds, m'ont couté 1500 pièces.
LEODAGAN
Ah vous voyez vous aussi vous lui achetez des trucs!
ARTHUR
Non non, moi je vais me fournir directement à la source, si c'est pour que ce bon à rien d'enchanteur se fasse une marge de goinfre sur ma pomme c'est pas la peine, je connais la combine merci.
LEODAGAN
Quel fumier...il va avoir des mes nouvelles à mon retour, ça va pas faire un pli!
ARTHUR
Ouais, bon en attendant passez-les moi un peu là, je vais faire le restant du chemin avec.
LEODAGAN
Non mais dites, c'est moi qui me suis fait enflé, laissez-moi en profiter ?!
ARTHUR
C'est un ordre.
LEODAGAN
Ben tiens, ça m'aurait étonné...*ils procédent à l'échange de bottes*

ACTE II - Arrivée à Vannes

ARTHUR
Bon, ça doit être ici.
LEODAGAN
A quoi vous reconnaissez ?
ARTHUR
C'est un tout, l'odeur, les cris, et l'omniprésence de la bouffe.
LEODAGAN
Ah ça. Bon et la tante à machin elle est où ? Vous croyez qu'ils y sont encore ?
ARTHUR
Faut espérer, qu'on ce soit pas taper tout ce chemin pour que dalle. C'est la cahutte là-bas.

Ils arrivent devant la maison, et frappent à la porte

LEODAGAN
Et vous allez dire quoi s'ils pigent rien ?
ARTHUR
On va improviser.
LEODAGAN
"On" ?

Karadoc ouvre la porte

KARADOC
Ah sir, quel bon sang vous amène ?
ARTHUR
Ah, bon déjà ça fera ça de moins à expliquer. Pourquoi c'est pas votre tante qu'a ouvert ? Elle est pas là?
KARADOC
Si, mais quand elle ouvre la porte et qu'elle voit que c'est un inconnu, elle donne un coup de pelle et elle crie.
ARTHUR
Charmant...on peut entrer ?
KARADOC
Allez-y. Vous serez pas de trop car personnellement je savais pas vraiment comment lui expliquer.

Ils entrent, et s'assoient autour d'une table, on y retrouve donc Karadoc, sa tante, Perceval, Leodagan & Arthur (ainsi qu'une tranche de canard confit)

ARTHUR
Bon, déjà, merci de nous accueillir, c'est très aimable à vous...*regarde Karadoc avec insistance, essayant de lui faire comprendre qu'il aimerait qu'il traduise à sa tante ses propos. Mais Karadoc ne réagit pas*
ARTHUR
Qu'est-ce que vous...foutez ?
KARADOC
De quoi?
ARTHUR
Est-ce que vous pouvez lui traduire ce que je lui dis ?
KARADOC
Lui traduire ? Mais je comprends rien à sa langue moi. Après vous pouvez essayez de lui faire comprendre, mais à mon avis elle a un lampadaire limité.
ARTHUR
Quoi? Mais comment vous faites pour parler avec elle ?
PERCEVAL
Mais il lui parle pas, soi-disant que quand il lui parle, elle se transforme en mocassin.
LEODAGAN
Et allez, c'est le paradis ici...
ARTHUR
En moca...bon *regardant la tante* Terrine...pour nous...beaucoup....argent...vous...beaucoup, ça va?
LA TANTE
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!!!
KARADOC
Non mais ça fait trop de mots en même temps là...laissez-là déjà digérer "Terrine".
PERCEVAL
Quoi elle en a bouffé déjà ? La vache, je l'ai pas vu venir!
LEODAGAN
Et celle-là, vous la voyez venir ? *tendant sa main*
ARTHUR
Bon, je vais essayer de lui expliquer avec des images, ce sera peut-être plus simple...

Arthur prend alors le pot de terri...*SBLAM!*

ARTHUR
AAAAIEEEEEUH!!!! *La tante lui a exploser la main avec un os de jambon.*
LA TANTE
AAAAAAAAAAAAAAAAAAH!
ARTHUR
MAIS QU'EST CE QUI LUI ARRIVE A CETTE CONNE!!!!
KARADOC
Non mais on touche pas à la bouffe sans demander aussi! C'est quoi ces manières de cochon!
ARTHUR
Mais comment vous voulez-lui demander ?? Elle comprend rien de toute façon!!
KARADOC
Faut lui montrer avec le doigt!
ARTHUR
Vous êtes sûr ? Elle va pas essayer de me le bouffer ?
KARADOC
Essayez toujours, au pire si elle commence à s'approcher de votre main, vous la retirez.

Arthur tend fébrilement son doigt vers la terrine, la tante acquiesce d'un geste de la tête
Il parvient à prendre la terrine, puis, il lui monte la terrine, des pièces d'or, et avec tout ça, essaie de faire comprendre à son interlocutrice ce qu'il veut en faire.
La tante prend un regard déterminé.

LEODAGAN (chuchotant à Arthur)
Vous croyez qu'elle a pané là ?
ARTHUR
j'ai l'impression.
LA TANTE
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH! *la tante se lève, prend une miche de pain bien dure et l'envoie à travers la trogne d'Arthur, qui parvient à l'esquiver*
LEODAGAN
Mouais, c'est pas évident, évident vu d'ici.

ACTE III - Tous sortent de la cahutte

LEODAGAN
Bon, on s'en est pas si mal tiré, on s'en sort quand même avec une livre chacun, ça va pas renflouer les caisses mais ça aura au moins le mérite de faire gouter aux peignes-cul de la bonne bouffe. Avec un peu de chance, ça va les faire réfléchir quant à la merde qu'ils nous vendent habituellement.
ARTHUR
Vous rigolez ? La terrine qu'on ramasse là c'est pour notre poire! Je me suis pas pris un morceau de jambon sur les ergots, du pain dur sur la mouille, m'être tapé trouze-mille pieds de Kaamelott à Vannes, pour au final en faire profiter des pécores! *il s'arrête* Et la prochaine fois que vous avez une idée lumineuse comme celle-ci, vous me ferez le plaisir de m'en informer un peu avant ! Qu'on se retrouve pas à l'autre bout du royaume à crapahuter dans la bouse pour 3 morceaux de bidoches!
PERCEVAL
De toute façon, au bout d'un moment faut se rendre à l'évidence, catapulter de la bouffe, je vois pas bien la finalité.
ARTHUR
Quoi ?
PERCEVAL
La finalité, c'est pas comme ça qu'on dit ?
ARTHUR
Non mais si, d'ailleurs ça m'étonne un peu que vous utilisiez ce mot dans le contexte et qu'en plus ça ait un sens, mais par contre catapulter, qu'est ce que vous voulez dire par là?
PERCEVAL
Bah ne pas s'opposer aux troubles-fêtes. Quoi, c'est pas ça ?
ARTHUR
Mais qu'est ce que vous me chantez là?
KARADOC
Bah c'est le seigneur Leodagan qui m'a convaincu d'aller faire catapulter la terrine de sanglier par ma tante.
LEODAGAN
Mais qu'est ce qu'ils racontent ces cons là! Je vous ai demandé s'il était possible de COMMERCIALISER la terrine. Mais c'est pas vrai!
PERCEVAL
Ah. Nan mais je connais pas ce mot là.
KARADOC
Ouais moi non plus. Du coup j'ai du prendre un mot qui était proche.
ARTHUR
Et vous avez pris "catapulter" ? Ca me semble logique...
LEODAGAN
Vous voyez, il y avait deux solutions, soit il avait rien compris de ce que je lui demandais, soit il se montait une histoire en picolant avec ce con. Et ben il a réussi à faire les deux. Nan là je dis bravo.
ARTHUR
La prochaine fois quand vous comprenez pas un mot, vous le dites CLAIREMENT! Dans tous les cas, ne tirez pas des plans sur la comète en vous basant sur des suppositions!
KARADOC
Oula, alors là moi j'ai décroché au moment où vous avez parlez de gomettes.
PERCEVAL
Et ben, je sais pas comment vous faites, moi à "plan" déjà j'étais parti.

 

Chef de Clan
Hors ligne

Très bonne suite et fin :)

Semi-Croustillant
Hors ligne

Merci beaucoup!

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Encore une histoire d'exception, avec tout qui va bien: l'idée de départ, la psychologie des personnages, les "hérésies vocabulistiques" hilarantes, ...
Bref, non seulement il n'y a rien à jeter ou à modifier, mais en plus, juste pour le fun... je l'ai lue 2 fois tant le suspense du "catapultage" des terrines de Vannes m'a tenu en haleine! :lol:

C'est simplement ... excellent pour le moral! :P

Chevalier
Hors ligne

Alors déjà ça m'a bien fait rire de voir Arthur courir le pays pour aller chercher de la terrine et en plus tout ça sur un quiproquo.
château ! J'ai beaucoup aimé le "Et vous avez pris "catapulter" ? Ca me semble logique...". :lol: (la phrase suivant de Léodagan est pas mal non plus)
Le passage avec les bottes m'a fait penser à De Funès et Bourvil dans La Grande Vadrouille, je sais pas si c'est intentionnel. :D

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB