Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui est le beau-frère du Roi ! !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Semi-Croustillant
Hors ligne

 
L’Apprenti Chevalier

 
Pour ceux qui veulent lire le tout début, il se trouve Içi

 

Arrivée à Kaamelott

Le jeune homme salua le messager, et se retrouva seul au milieu d’une foule comme il n’en avait jamais vue. Les rues de Kaamelott, étroites et nombreuses, grouillaient d’une foule immense, venue de tous les lieux et de tous les horizons. On y entendait des dialectes étrangers, des interjections bruyantes, quelques fous rires épars dans la cacophonie ambiante et aussi des bruits de bagarres résonnant dans le lointain.
Un bruit plus fort le fit se retourner, juste à temps pour éviter d’un saut une carriole lancée à vive allure qui l’aurait écrasé sans aucun préavis.

Les yeux écarquillés devant les merveilles de la ville qui s’offraient à son regard, Il prit le chemin qui menait au château.

Dans sa hâte de gagner le couvert des fortifications, il ne vit pas dans une ruelle étroite l’homme encapuchonné qui ne le quittait pas des yeux.

De son visage presque rien n’était visible, si ce n’est deux yeux vairons luisants d’une lueur mauvaise.
   

L’inconnu (murmurant)
« Voilà qui promet d’être intéressant… »     
L’inconnu
« Il sera content d’apprendre que je l’ai retrouvé. Cette fois-ci il ne pourra pas s’échapper ! »

Et sa bouche étirée en un sourire carnassier il s’enfonça plus profondément dans les ténèbres de la ruelle.

Rencontre du troisième type


Arrivé aux portes du château, Nicolas se vit interdire le passage par un garde antipathique faisant deux têtes de plus que lui.

   

Le Garde
« Kékiveu le mendiant ? T’auras pas un sou ici mon gars, repart de là d’où tu viens sinon tu goûteras aux joies du cachot ! » 

Il termina sa tirade en ricanant.

   

Nicolas (balbutiant et intimidé)
« C’est… C’est messire Provencal Le Gaulois, chevalier de la table ronde, qui m’a demandé de venir ici pour venir en aide au royaume en m’enrôlant dans les troupes de Kaamelott »

   

Le Garde
« Provencal Le Gaulois ? Y’a aucun Provencal le Gaulois comme chevalier en ces murs.  La prochaine fois que tu essayes d’inventer une histoire essaye de la ficeler un peu mieux ! On nous roule pas comme ça à Kaamelott ! Aujourd’hui le château est fermé sur ordre du Roi en personne. Personne d’autre que ses chevaliers n’ont le droit de rentrer. Alors dégage de là en vitesse avant que je t’apprenne la politesse ! »

Et du plat de sa lance il renversa le pauvre Nicolas dans le caniveau, provoquant l’hilarité des passants ayant assisté à la scène.

Retrouvant ses quelques affaires éparpillées autour de lui, notre ami s’en alla, l’esprit en ébullition, cherchant comment il allait pouvoir se tirer de cette situation délicate.
Il entra dans une taverne pour se réchauffer un peu et écouter les rumeurs bruissant autour de la décision du Roi de replanter l’épée.

A peine entré, l’éclat d’une dispute attira son attention. Un homme attablé bougonnait et s’énervait après un autre individu qui était semble t’il le patron de la Taverne.
   

Karadoc
« Nan mais j’dis pas que c’est mauvais, juste que votre frichti çà a aucun goût. J’veux bien croire que l’étranger qui vous a vendu sa recette vous a dit que c’était bien pour sa santé, mais vous me ferez jamais croire que des légumes à la vapeur sans gras et sans viande çà peut vous nourrir un homme ! Si vous aviez  fait revenir les carottes dans la graisse du chevreuil d’hier, avec quelques patates au beurre et un bon morceau de bœuf, là oui j’aurai rien dit, mais vous attendez pas une seconde à ce que je paye pour la bouillie infâme que vous m’avez servie ! »

   

Le Tavernier
« Seigneur Karadoc ! Je comprends bien que çà change un peu de d’habitude, mais c’est la nouvelle mode y parait. Faut que je m’y fasse sinon tous les  clients vont partir et j’aurai plus qu’à mettre la clé sous la porte. Et entre nous, vous auriez pu me dire çà avant de vous resservir pour la 5 ème fois de ce plat qu’à soi-disant pas de goût ! J’aurai servi vos parts à des gars qui payent ! J’fais pas dans la bienfaisance moi, si tout le monde était comme vous j’aurai même plus de quoi les acheter ces légumes qui vous plaisent pas ! »

   

Karadoc
« Attendez patron ! C’est qui votre meilleur client ? »

   

Le Tavernier
« Vous voulez parler de celui qui consomme le plus ou de celui qui paye le plus ? parce que c’est pas tout à fait la même chose vous voyez ? »

Remarquant Nicolas, le regard braqué sur eux, le tavernier pris son air le plus affable devant ce nouveau client potentiel
   

Le Tavernier
« Oh là une nouvelle tête ! Assieds-toi donc mon garçon, tu voudrais boire quoi ? »
   
Nicolas
« Euh… vous auriez un lait de chèvre ? »

   

Le Tavernier
« Mais bien sûr qu’on en a  du lait de chèvre ! Tout frais du matin ! Y va s’asseoir là et je le lui ramène avant qu’il ait eu le temps de dire ouf,  comme qu’y dirait. »

Et il partit vers son arrière-salle, laissant son nouvel hôte s’installer près de son « meilleur client ».

Ce dernier lui sourit d’un air jovial et débuta la conversation.
   

Karadoc
« Pour aller avec le lait de chèvre je vous recommande le saucisson aux noisettes, y’a entre 32 et 34 noisettes y parait, mais ça dépend si c’est bien répartit ou pas. Vous aimez le saucisson aux noisettes ? »

   

Nicolas
« euh… oui ? »
   
Karadoc
« Vous avez bien raison. Enfin remarquez y’a pas forcément que le saucisson aux noisettes qu’est bon, y’a aussi le chevreuil aux noisettes qui est pas mal ici. Mais y’a plus trop de noisettes en cette saison du coup vous devriez plutôt prendre directement un saucisson de chevreuil, le patron le fait lui-même et c’est fameux ! »
   
Nicolas
« Euh… merci de votre conseil Messire ?... »

   

Karadoc
« Karadoc. Je suis comme qui dirait un des bras droits d’Arthur, son stratège militaire expert en techniques de combat révolutionnaires et avancées comme qui dirait. Mais motus, c’est secret !»

Une lueur d’espoir brilla alors dans le regard de notre jeune aventurier [NDLA : oui 35 ans c’est jeune, et ceux qui ne sont pas d’accord ils iront s’expliquer avec les doyens du forum !]
   

Nicolas
« Mais alors, vous connaissez certainement les chevaliers de la table ronde et le Roi écoute très certainement vos conseils avisés ? Je suis venu suite à ma rencontre avec Sire Provencal, Chevalier de la Table Ronde, qui m’a conseillé de venir pour être recruté parmi la milice de Kaamelott et défendre le Roi grâce à mes modestes talents de bretteur. »

   

Karadoc
« Provencal ? non ça ne me dit rien… »
   
Nicolas
« Un homme grand, cheveux poivre et sel, avec une petite barbe, le regard brillant d’intelligence, il aime bien les vieux aussi il parait… »
   
Karadoc
« Ah mais non c’est Perceval qu’il s’appelle ! C’est un bon ami à moi, on travaille souvent sur des techniques de combat tous les deux ! Et bien si Perceval vous aimes bien, pas de souci, je vous ferai entrer au château et je vous conduirais au maître d’arme !»  Et il ajouta avec un clin d’œil appuyé « et si vous voulez je vous montrerai une nouvelle technique que je mets au point à l’aide d’un crochet à jambon et d’une broche à sangliers… c’est IM-PA-RABLE ! »

Et tandis que nos deux compères discutaient stratégie militaire, la nuit se mit à tomber sur Kaamelott.
Mauvais présage

A quelques kilomètres de là, près de la Butte aux cerfs, un enchanteur ramassait des herbes rares.
Il leva soudainement la tête tandis qu’une étoile filante teintée de rouge traversait le ciel au-dessus de lui.
   

Elias de Kelliwic’h  ( murmurant)
« Voilà un sinistre présage… Si j’en crois les textes sacrés, un grand danger risque de bientôt s’abattre sur le royaume… »

Dans le lointain, comme pour étayer ses propos, le hurlement d’une meute de loups résonna dans la forêt.
Frissonnant sous le vent de la nuit, l’enchanteur prit le chemin de sa demeure.
Dans le ciel la comète filait, implacable, annonciatrice de malheur pour qui savait lire les présages.

Quelque part dans l’obscurité un homme encapuchonné aux yeux de deux couleurs regardait aussi l’astre traversant les cieux. Tout se passait comme il l’avait prévu  et son visage s’étira dans un sourire maléfique.
Rien ne pouvait plus empêcher le triomphe de son maître…

 


Semi-Croustillant
Hors ligne

Pour ceux qui veulent lire le tout début, il se trouve Içi

Chevalier à la Subrogation
Hors ligne

C'est super cool ton récit, c'est bien écrit, on a envie de lire la suite.

Par contre c'est peut-être que moi qui ressent ça et c'est pas un reproche mais je trouve que les personnages ne parlent pas dans le ton de Kaamelott, après ça n'empêche pas que c'est bien.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Merci beaucoup pour tes remarques Hervederinel ! En effet, la problématique est que j'écris généralement sur des personnages complètements fictifs et que là je dois essayer de m'inspirer de personnages déjà existants et dont les caractères et expressions viennent d'une plume nettement plus affutée que la mienne.
C'est un exercice délicat et je débute, mais j'espère m'améliorer avec la pratique. En tout cas aucun souci pour les remarques, une critique justifiée étant toujours constructive :)

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ah, ça fait plaisir de voir que les « nouveaux » revitalisent cette section ! Il y avait Siegfred Ragnarson qui sait si bien faire parler ses personnages, puis Coriolis qui remonte les anciens scénarios, nous permettant de les relire, et te voilà, Conteur Fantôme, avec un style plus littéraire apparemment. Voilà un épisode qui donne envie de connaître la suite ! Mon passage préféré, c'est la réplique du tavernier sur ce qu'est un bon client (celui qui consomme le plus ou celui qui paie le plus), ça m'a bien fait rigoler ! Vivement les prochains épisodes.

Mais...

Toutefois...

Il y a un truc qui me gêne. Je pense qu'il faudrait savoir si c'est un récit ou un scénario et ne pas mélanger les deux.

1) Exemple de scénario :

KARADOC (creusant le sol) - Tiens, qu'est-ce que c'est que ce machin ?
PERCEVAL (se penchant en avant) - On dirait un os de dinde.

2) Exemple de récit :

Alors qu'il creusait le sol, Karadoc aperçut un étrange objet.
─ Tiens, qu'est-ce c'est que ce machin ? s'étonna-t-il.
─ On dirait un os de dinde, suggéra Perceval, penché en avant.

Dans un scénario, les indications scéniques sont écrites au présent (elles décrivent ce que le personnage fait afin que l'acteur sache comment jouer), alors que dans un récit, en général on raconte au passé. Là aussi ça me semble gênant de mélanger.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Au départ c'était un scénario, et en lisant la rubrique j'ai vu qu'il y avait un ensemble de balises pour uniformiser les textes, du coup j'ai modifié l'histoire d'origine pour coller avec le système de balises en place. D'où la confusion possible. Merci pour tes remarques :)

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

L'histoire et intéressante et on a envie de connaître la suite.
Les parties narrées sont très bien écrites.
Pour ce qui est des dialogues, je rejoints Hervé :  c'est assez éloigné des personnages et du style de la série.
Pour commencer, le tutoiement est rarissime et le voir employé par le tavernier m'a quelque peu étonné.
Ensuite les longues répliques sont trop nombreuses.

Concernant le style globale, je rejoints Agloval, le mélange nouvelle et scénario est étrange.
Compte tenue de la qualité de ta plume, une écriture sous forme de nouvelle ne me dérangerai absolument pas.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Compte tenue de la qualité de ta plume, une écriture sous forme de nouvelle ne me derangerai absolument pas.

Pareil !

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB