Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui vous envoie le registre à travers la gueule !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Esclavage et traditions

3 CORS

1. INT. APPARTEMENTS DE LÉODAGAN ET SÉLI - JOUR
Léodagan enfile son armure. Séli le rejoint.

Léodagan
Alors, il est rentré ou pas ?
Séli
Il est pas dans sa chambre, en tout cas.
Léodagan
Mais où est-ce qu'il est ?
Séli
Il a dû prolonger son séjour. Quand il part chez son ami Gauvain, c'est toujours pareil : il traîne des pieds à l'heure de rentrer.
Léodagan
Mais là c'est pas une question d'heures : ça fait une semaine qu'il aurait dû être de retour !
Séli
Je sais bien. Mais quand il est chez son ami Gauvain...
Léodagan
Ouais, ben à force de vivre avec son ami Gauvain, il va finir par l'épouser.
Séli (fait des gros yeux)

Léodagan
Nan mais ça va, je plaisante.
Séli
Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Il est pas là, il est pas là.
Léodagan
Pourtant il savait qu'on avait réunion aujourd'hui, et il y était convié.

OUVERTURE

2. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - JOUR
Les chevaliers Lancelot, Calogrenant, Léodagan, Galessin, Bohort et Hervé sont assis à la Table Ronde que préside le roi Arthur. Une place est vide.

Père Blaise
Bon, on commence quand même ?
Arthur (contrarié)
Mouais, allons-y. Père Blaise, l'ordre du jour ?
Père Blaise
Alors, le roi et moi, nous avons consulté les registres afin de faire le point sur l'abolition de l'esclavage en Bretagne. Et il semble ‒ mais je peux me tromper ‒ que la décision que nous avions prise il y a, quoi, quatre ou cinq ans je crois, d'abolir l'esclavage n'a pas bien été suivie par les royaumes et duchés de la Fédération.
Arthur
En clair, vous avez pas fait votre boulot.
Léodagan
Attendez, je m'en souviens très bien de cette réunion. On avait dit, à la fin, que vous nous accordez un délai.
Arthur
Non, vous avez réclamé un délai, nuance. Et c'était pas quatre ou cinq ans.
Léodagan
Ah ben pour une réforme pareille, il faut ce qu'il faut !
Calogrenant
En tout cas il me semble que ça ne concernait pas la Calédonie.
Arthur (ironique)
Et pourquoi donc ? Vous ne faites plus partie de la Fédération maintenant ?
Calogrenant
Si, mais il a toujours été stipulé que la Fédération devait respecter les particularismes locaux. L'exception culturelle.
Bohort
C'est vrai que les traditions, c'est ce qui fait l'identité d'un pays.
Arthur
Mais quel rapport avec l'esclavage ?
Calogrenant
En Calédonie, l'esclavage est une tradition culturelle.
Arthur
Hein ?
Calogrenant
Ben oui, on le pratique depuis des siècles et des siècles.
Arthur
Ouais, ça c'est le côté traditionnel. Mais pour le côté culturel ?
Calogrenant
Enfin, Sire, vous savez bien que le peuple calédonien est un peuple... comment dire... un peu arriéré. On n'a pas de musique, pas de danse, pas d'art de la table... Mais on a l'esclavage.
Arthur
Ben voyons !
Lancelot
De toute façon, tradition ou pas, quand il y a une loi, on la respecte !
Galessin
Ah, ça vous va bien de fayotter, vous !
Lancelot (prêt à se lever)
Quoi ?
Léodagan
Vous êtes chevalier errant, vous n'avez pas de personnel à entretenir, vous pouvez pas connaître les avantages d'avoir des serviteurs qu'on n'est pas obligé de payer.
Lancelot
Eh bien vous qui avez l'habitude de vous faire servir par des esclaves, vautrés sur vos trônes, ça vous ferait du bien de faire un peu d'errance de temps en temps !
Galessin
Dites tout de suite qu'on se ramollit !
Lancelot
Vous vous ramolissez !
Arthur
Oh, ça suffit ! Le seigneur Lancelot a raison : les lois de la Fédération, c'est pour tout le monde. Si on commence à faire des exceptions...
Galessin
Pour tout le monde, mais pas pour l'Orcanie.
Arthur
Ah tiens, et pourquoi donc je vous prie ?
Galessin
Parce qu'on n'est pas en Bretagne !
Arthur
Sans blague ?
Galessin
Vous savez bien, Sire : l'Orcanie, c'est un archipel. C'est en dehors de la Bretagne.
Arthur
Mais vous pourriez être au pôle nord qu'on s'en fout : vous faites partie de la Fédération, point barre.
Lancelot
Et quand on fait partie de la Fédération, on suit ses lois.
Arthur
Mais vous allez peut-être me dire que c'est une tradition culturelle ? L'Orcanie, ses combats de chiens, ses friands à la saucisse, ses esclaves pittoresques...
Galessin
Ouais ça va. J'avais pas imaginé tous les inconvénients...
Arthur
Vous vous foutez de moi ? Rappelez-moi, qu'est-ce qui se passait chaque hiver en Orcanie, avant que vous soyez fédérés ?
Galessin
Chaque hiver ? Heu... La fêtes des premières neiges ? Mais on la faisait pas.
Arthur
Chaque hiver, la disette ! Vos îles sont couvertes de rochers, pas moyen de cultiver quoi que ce soit.
Galessin
On arrive à élever des moutons...
Arthur
Sauf que l'hiver, avec les maladies, vous perdez la moitié du cheptel. Mais dans la Fédération de Bretagne, les récoltes sont partagées en fonction de la population de chaque royaume ou duché, ce qui a permis d'éradiquer la disette.
Galessin
Admettons.
Calogrenant
Éradiquer la disette, je veux bien, c'est un fléau, mais pourquoi vouloir éradiquer l'esclavage ?
Arthur
L'esclavage, c'est pas un fléau pour les esclaves ?

3. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - JOUR
La discussion se poursuit, devant des chevaliers guère convaincus.

Lancelot
La Fédération, c'est un tout. Pour profiter de ses avantages, il faut accepter ses inconvénients !
Père Blaise
Et puis abolir l'esclavage, c'est pas un inconvénient. C'est quand même la moindre des choses de l'abolir quand on se dit chrétien.
Galessin
Moi, je me dis rien du tout...
Père Blaise
Oh !
Arthur
Parce que vous n'avez pas compris le but de tout ça ? Je vous rappelle que la Fédération de Bretagne a pour vocation de créer une nouvelle civilisation, plus juste, plus respectueuse de la dignité humaine.
Père Blaise
Et compatible avec les valeurs chrétiennes.
Arthur
Oui, aussi.
Bohort
Sire, sachez que je suis très sensible à ce projet grandiose de faire de la Bretagne le phare de l'Occident. Mais justement... Sire, quand nous emprisonnons un voleur, nous le privons de liberté, n'est-ce pas ?
Léodagan (tout seul)
Chez nous on les prive de leur main...
Arthur (à Bohort)
Continuez votre raisonnement, Bohort.
Bohort
Si nous réduisons à l'esclavage un voleur, qu'est-ce que ça change ? Vous n'allez pas me dire que ça ne respecte pas la dignité humaine, puisque c'est un voleur.
Calogrenant (à Léodagan)
Vous ne les brûlez plus ?
Arthur
Mais c'est l'esclavage en soi qui est une insulte à la dignité humaine ! Même en tant que peine, c'est indigne.
Léodagan (à Calogrenant)
Je les ai jamais brûlés. C'est les faux-monnayeurs que je brûle.
Bohort
Et si c'est une peine temporaire ?
Arthur
Mais ça ne change rien : tant que nous pratiquons l'esclavage, nous sommes des barbares !
Calogrenant (à Léodagan)
Ah, merde. J'ai voulu faire comme vous pour uniformiser le système pénal...
Bohort
Pourtant, d'un point de vue économique, il me semble que c'est nécessaire. Un prisonnier, on le nourrit à ne rien faire. Un esclave pourrait être utile à la société.
Arthur
Non mais les prisonniers, on peut les faire travailler. Mais ce ne sont pas des esclaves, ce sont des prisonniers.
Galessin
Je vois pas bien la différence...
Lancelot
La différence, c'est que le prisonnier est traité en être humain. Quand il aura accompli sa peine, il sera libre et pourra refaire sa vie.
Père Blaise
Et le Seigneur lui aura pardonné.
Arthur
Voilà.

4. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE - JOUR
La discussion se poursuit...

Léodagan
Ce que vous n'arrivez pas à comprendre, c'est l'impact économique qu'aurait l'abolition de l'esclavage.
Bohort
C'est bien vrai ! Prenez notre ami Venec, par exemple. Son affaire crée des emplois : il engage des "rabatteurs", des "indicateurs", une milice personnelle. Tout ce petit monde consomme dans les auberges. Et depuis qu'il a ouvert une succursale en Gaule, avec tout le transport maritime nécessaire, il fait marcher les chantiers navals.
Léodagan
De toute façon, si on abolit l'esclavage, il faudra engager à la place des travailleurs libres. Et avec vos conneries, il faudra les payer ! Et avec quoi, je vous le demande ?
Arthur
Pour le prix d'un tourelle, vous pouvez payer cinquante ouvriers pendant un an.
Léodagan
Les tourelles sont indispensables !
Arthur
Plus que le personnel ?
Lancelot
Ah ça, si vous étiez chevalier errant...
Arthur
Mais de toute façon je ne vois pas pourquoi on discute, puisque la loi a été décidée l'autre fois.
Père Blaise
Il y a quatre ou cinq ans qu'elle a été décidée !
Arthur
Seigneur Léodagan, me dites pas que vous l'avez pas intégrée à votre code ?
Léodagan
Quoi, l'abolition de l'esclavage ?
Arthur
Oui, l'abolition de l'esclavage, pas celle des friands à la saucisse !
Léodagan
Ben... Ça dépend ce qu'on appelle abolition. Et ce qu'on appelle esclavage.
Arthur
Quoi ?
Léodagan
Non mais j'ai ajouté un texte à propos d'affranchir les esclaves de nationalité bretonne, je crois. Mais c'était juste une recommandation. En fait non, je dis des conneries, j'ai oublié de le faire. Mais j'avais l'intention !
Arthur (découragé)
Et vous, seigneur Hervé ?
Hervé
Quoi, moi ?
Arthur (fort, détachant chaque syllabe comme s'adressant à un débile)
Est-ce que vous avez aboli l'esclavage chez vous ?
Hervé
Ah ben non, désolé, j'avais pas compris alors j'ai rien fait.
Calogrenant
Mais vous même, Sire, vous ne l'avez pas aboli, puisque vous laissez Venec faire ses petites affaires.
Arthur (piégé)
Ouais, nan, mais Venec, heu... c'est spécial. Chez moi c'est interdit, mais... Il a une dérogation. Voilà !

FERMETURE

5. INT. APPARTEMENTS DE LÉODAGAN ET SÉLI - NUIT
Séli déplie un petit parchemin qu'on vient de lui apporter.

Séli
Tiens, un message de Venec.
Léodagan
Qu'est-ce qu'il nous veut, ce con ?
Séli
Il s'excuse.
Léodagan
Ah bon, mais de quoi ?
Séli
Il s'excuse de pas avoir reconnu Yvain.
Léodagan
Hein ? Il est maboul ?
Séli
Ah le fumier !
Léodagan
Quoi ?
Séli
Un de ses rabatteurs a capturé notre fils, Venec ne l'a pas reconnu et l'a vendu à un voyageur perse, et c'est seulement maintenant qu'il s'est rendu compte de sa boulette. Mais... qu'est-ce que vous faites ?
Léodagan (enfilant son armure)
Je pars envahir la Perse ! La tradition culturelle de la Perse, c'est peut-être l'esclavage, mais chez moi, la tradition culturelle, c'est tout cramer.

Léodagan
Ça va être le choc des cultures !


Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB