Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui passe pas par la grande porte !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Haut de Coiffe
Hors ligne

Flash required

, dans la nuit du 11 au 12 novembre, avec le désormais incontournable Coco l’asticot, nous avons improvisé un scénario à deux, sobrement intitulé « Dialogue osef » car on ne savait pas encore ce qu’on allait faire quand j’ai donné ce titre. Et oui.

C’est un scénario dit « improvisé » c’est-à-dire qu’il est improvisé lol qu’on a écrit une réplique chacun notre tour, au fur et à mesure. En somme un peu le même principe que Les Pierres Manquantes de la Forteresse Scénaristique à l’exception près que nous n’avions pas défini les grandes lignes du scénario ni même les personnages au préalable. Coco a écrit les dialogues et les actions de Merlin et Arthur, et moi ceux et celles de Père Blaise, Perceval et Élias.

Il n’y a pas de chute à l’histoire, parce qu’on a décidé d’arrêter quand on en avait marre. Ce qui veut dire que c’est un scénario qui peut être poursuivi, par nous, par vous, par Laurent Delahousse, y’a pas vraiment de cahier des charges en fait.

Mais je ne résistais pas à l’envie de partager ça avec vous, comme je vous connais vous allez sûrement vous jeter dessus en vous désapant tels des gens de  level « gros hystériques des champs ».

Petit cadeau avant les fêtes de Noël ! :)


Dialogue osef

LABO DE MERLIN
La porte s’ouvre. Père Blaise est en chemise de nuit.

Père Blaise (après avoir ouvert la porte)
Je peux entrer ?
Merlin (sursautant et faisant tomber une fiole)
AH ! Non mais, vous pourriez frapper non !?
Au sol, le contenu de la fiole se répand en laissant échapper une épaisse fumée bleue. Père Blaise donne un coup de poing dans le bide de Merlin, qui s’étouffe à moitié.
Père Blaise
Ça vous va, comme frappe ?! Vous savez pourquoi je viens ?!
Il met un coup de pied dans la fiole.
Merlin (plié en deux, se tenant le ventre, reprenant son souffle)
Non mais ça va pas la tête !? Si vous venez pour me cogner dessus ça pouvait attendre demain ! Qu’est-ce que vous voulez, grand marteau !?
Père Blaise prend la barbe de Merlin et la tire vers lui.
Père Blaise
Écoutez-moi bien, vieux taré. C’est pas l’heure pour jouer au plus con. Vous allez me dire où il se trouve, d’accord ?
Merlin
Mais de quoi vous parlez !? Lâchez-moi, aïe !! Qu’est-ce qu’il vous arrive ce soir, vous êtes possédé ou quoi !? (observant le regard noir du Père Blaise) Oh la vache, vous êtes possédé !
Tout en étant retenu par sa barbe que le prêtre ne lâche pas, il attrape à tâtons une fiole sur une étagère.
Merlin (arrosant le Père Blaise du contenu de la fiole)
Tiens, démon !!! Sors de ce corps ! Que cette eau bénite par le Père Blaise lui-même le sauve de ta possession !!!
Père Blaise ne dit d’abord rien, Merlin continuant de l’arroser. Puis, ne tenant plus, il s’empare d’un livre épais sur une étagère, et, en colère, frappe la tête de Merlin de plusieurs coups. Celui-ci lâche sa fiole.

Père Blaise
VOUS ALLEZ ME RENDRE MON CIERGE PASCAL, CONNARD ! 
Merlin
Père Blaise, vous délirez complètement ! C’est le démon qui parle à votre place ! Écoutez-vous, vous m’reconnaissez même plus ! Je m’appelle Merlin ! Meee-rlin ! Pas Pascal !
Père Blaise arrête brusquement de frapper Merlin avec son livre, puis l’observe de la tête au pied.
Père Blaise
Non. Non, c’est pas possible. Doit y avoir un truc. Vous pouvez pas être aussi stupide. Soit vous vous fichez de ma pomme, soit…
Père Blaise regarde un truc sur le bureau de Merlin, qu’il croit identifier comme son cierge.
Père Blaise
Tiens tiens tiens, ce serait pas mon cierge pascal, ça, des fois ?
Merlin
Mais puisque je vous dis que j’m’appelle pas Pasc… (voyant le cierge sur la table) Ça ? J’en sais rien moi, j’sais pas c’que c’est c’machin-là ! Ça doit être à Élias…
Père Blaise
À Élias…. mais c’est À MOI, ça, BON SANG !!!! Vous…
Une voix se fait entendre depuis le couloir, c’est celle de Perceval. Il se tient devant le labo, la porte est encore ouvert.
Perceval (tout enjoué)
Hey, c’est marrant, cette fumée bleue !
Père Blaise lui envoie le livre qu’il tenait encore dans les mains dans la tronche.
Père Blaise
C’EST PAS LE MOMENT !!!
Il claque la porte.
Merlin
Oh merde oui, la fumée !!
L’épaisse fumée bleue s’est effectivement répandue sur toute la surface du labo, sur environ 20cm de hauteur.
Merlin
Faites gaffe, c’est une potion de polymorphie ! Si la fumée vous touche, ça peut faire des trucs vraiment pas marrants !
En regardant au sol, il s’aperçoit qu’une partie du pied gauche du curé est en contact avec la fumée… Instantanément, Père Blaise sent trois de ses orteils se transformer. En effet, trois extrémités de cierges pascals dépassent de la chaussure.
Père Blaise
… Bon, j’en ai marre de vos conneries ! Enlevez-moi ça très vite, ou je vais pas garder mon calme très longtemps…
Merlin
Garder votre calme ? Vous m’avez collé un marron et vous avez failli m’arracher la barbe, c’est ça que vous appelez garder votre calme !? Moi j’peux rien faire pour vous ce soir de toute façon. Et puis c’est vous qui m’avez fait renverser la fiole, ça vous fera les pieds ! Haha !
Il retient un fou rire suite à son jeu de mots.
Père Blaise
Dites, euh… je voulais savoir, comme ça.. vous êtes au courant que… VOUS ÊTES EN TRAIN DE VOUS MARRER COMME UN CON ALORS QUE VOUS AVEZ UN OBJET CÉLESTE SUR VOTRE BUREAU, GROS TIMBRÉ ! ET IL EST TROIS HEURES DU MATIN ET J’AI DES CIERGES PASCALS PLEIN LES ARPIONS ! ALORS VOUS ALLEZ ARRÊTER D'ÊTRE CON ! CON ! PARCE QUE VOUS TOUT CE QUE VOUS FAITES C’EST DES TRUCS DE CONS ! D’ACCORD ?!
Il pousse Merlin pour aller récupérer son cierge, mais, dans l’énervement, il glisse sur une fiole, se rétame par terre et se retrouve couvert de fumée bleue. Des cierges pascals se mettent à pousser partout sur son corps. Merlin éclate de rire, mais se ravise rapidement en se rendant compte que la fumée remuée par le Père Blaise s’approche de lui.
Merlin (reculant en percutant des meubles)
Ah, AH !!
Il se saisit d’un grimoire, l’ouvre, cherche une page précise et se met à lire une incantation. Au fur et à mesure de sa lecture, la fumée disparaît, progressivement. Lorsqu’il termine, la fumée à complètement disparu. Il reprend son souffle et s’adresse au Père Blaise.
Merlin (remarquant que le Père Blaise a des cierges sur la plante d’un pied)
Bon ! Vous pouvez vous relever ?
Père Blaise
Oui.
Il se relève, ne tient pas du tout en équilibre, puis retombe.
Père Blaise
Non. Bon, je vous préviens, je suis fatigué, et je ne vais pas vous remercier. C’est de votre faute, tout ça ! (il montre son cierge du regard) Donnez-le moi !
L’Enchanteur lui tend le cierge. Père Blaise prend le cierge, puis le regarde pendant plusieurs secondes, puis plusieurs minutes, puis pendant une demi-heure. Le temps commence à être long.
Merlin
AH !!!
Le druide s’était endormi sur un tabouret, et venait de se réveiller en sursaut. Il regarde le Père Blaise, toujours allongé par terre, le yeux braqués sur le cierge.
Merlin
Mais qu’est-ce que vous foutez encore là vous ? Il fait presque jour !
Il s’approche de lui, et voit alors que ses yeux sont rouges et humides. Il claque des doigts devant ses yeux, agite sa main. Le curé ne bouge pas d’un cil.
Merlin
Merde, mais… Mais vous êtes paralysé ! (réalisant alors) Oh la vache ! Merde, mais si, c’est moi qui l’avais pris, votre cierge ! J’voulais m’entraîner à enchanter des objets ! Bon bah, visiblement ça marche. J’ai créé un Cierge de Paralysie. …‘Me reste plus qu’à enchanter un truc pour vous déparalyser, maintenant…
Il regarde autour de lui, mais ne semble pas vouloir sacrifier un de ses objets. Il s’approche alors du prêtre et lui retire la croix qu’il porte autour du cou.
Merlin
Hop, ça fera l’affaire.
Il part dans une autre pièce. Dans une fumée noire et épaisse, Élias apparaît dans le laboratoire. Il s’époussette la robe, puis regarde le prêtre, par terre, paralysé, tenant le cierge dans la main.
Élias
Qu’est-ce que c’est que ça, encore ?
Il lui retire le Cierge de Paralysie de la main, déparalysant ainsi le Père Blaise.
Élias (parlant de Merlin)
Alors lui, il vous met un Cierge de Paralysie dans la main et il se tire ? Y’a vraiment un jour où faudra l’enfermer, hein…  Ça fait combien d’temps que vous êtes là ?
Père Blaise
Euh, là, je sais même plus… Je sais pas si vous avez déjà été paralysé, mais on a plus bien l’énergie pour compter les minutes…
Élias
Mais il est où, l’autre ?
Père Blaise
Je sais pas. Par contre, je l’ai vu chourer ma croix latine. Donc si vous pouviez le mettre en cage, me désenchanter mon cierge pascal, me le rendre et me souhaiter la bonne nuit, je vous cache pas que ça m’arrangerait.
On entend Merlin râler dans l’autre pièce. Il parle au Père Blaise au loin, le son de sa voix se rapproche.
Merlin
Merde, je crois que j’peux pas enchanter un objet religieux comme ça ! Le cierge ça passait, mais la croix c’est le niveau au-dessus, c’est hors de mes compét…
Il entre dans la pièce et s’arrête en voyant Élias.
Merlin
Ah, vous êtes là, vous ! Dites, vous savez comment on dépar… (il voit le Père Blaise, debout, le regard noir) Ah bah, vous êtes plus paralysé ? Ouch, par contre, les boutons d’acné en forme de cierges ils sont toujours là à ce que je vois.
Père Blaise
Élias, demandez-lui de me rendre ma croix, parce que si c’est moi qui la récupère, je risque de lui en mettre une.
Pris de panique, Merlin rend de lui-même la croix latine au prêtre, qui la lui arrache des mains et la remet à son cou.
Élias (rendant le cierge au Père Blaise)
Tenez, et voici votre cierge.
Père Blaise se retrouve paralysé.
Élias
Ah oui, merde !
Merlin
HA-HA ! Roh le naze eh !
Élias
Oh ça va ! Je rentre de six heures de boulot là ! Et m’aidez pas surtout !
Il passe sa main au-dessus du cierge pour enlever définitivement l’enchantement. Le prêtre se retrouve aussitôt animé.
Père Blaise
J’en ai un tout p’tit marre, là…
Élias
Oui, pardon. Bon. On est tous très fatigué, je pense qu’on ferait mieux d’aller se coucher, hein ? Je vous prends juste ça…
Il commence à ôter un bracelet que Père Blaise porte à son poignet.
Père Blaise
OH ! BAH ÇA VA ALLER NON ?
Élias passe le bracelet à Merlin.
Merlin
Qu’est-ce que vous foutez ? Si c’est un bracelet d’amitié je vais me voir dans l’obligation de refuser, je sais qu’on passe beaucoup de temps ensemble mais c’est pro-fe-ssio-nnel, on est pas obligés de…
Élias
Un bracelet d’amitié ? Hé mais pourquoi on vous donne encore droit à la parole, vous ? Posez ça sur mon bureau, et dites plus rien, ça vaudra mieux je crois !
Père Blaise
Donc euh, le fait que vous venez juste de m’enlever mon bracelet chrétien, comme ça, sans rien dire, et que tout paraît normal pour chacun, on en parle pas ?
Élias
Oui bah ça va ! Vous allez nous faire chier jusqu’à quand, vous aussi ? On peut bien vous l’emprunter pour une nuit !
Merlin (au Père Blaise)
Ouais, on en a besoin ! Recommencez pas à nous les casser ! (à Élias, plus bas) Pourquoi on en a besoin, au fait..?
Élias (à Merlin, plus bas)
Non mais euh, rien, c’est parce que j’ai perdu le mien, et c’est vrai que le sien est pas mal sympa…
Père Blaise
Pardon ?
Élias
Non, je disais :…
Père Blaise
J’ai entendu ce que vous disiez ! Rendez-moi ça !
Il récupère son bracelet. Il se fige complètement.
Élias
Qu’eeeeest-ce qu’on a branlé, encore ?
Merlin (levant les mains en signe d’innocence)
Ah c’est pas moi c’coup-là !
On toque à la porte. Merlin va ouvrir, cache la lumière du soleil levant avec sa main, et découvre Arthur, l’air impatient.
Arthur
Eh ben ? Ça fait une demi-heure que j’attends à la Grande Porte, vous deviez m’apporter la potion de polymorphie à l’aube ! Vous l’avez ?
Merlin (se retournant vers l’intérieur du labo)
Ah, euuuh…
Élias
Nan. Il l’a pas. Il l’a fait tomber, les traces de fumées bleues qui sont en train de s’évaporer c’est ça. Par contre j’avais prévu le coup, du coup je vous en ai mis un stock de côté.
Le Père Blaise est toujours figé, mais personne ne semble s’y intéresser. Élias sort du laboratoire pour aller chercher le stock de potions de polymorphie. Le silence règne dans la pièce où sont restés les trois autres.
Arthur (à Merlin)
Vous comptez m’expliquer ce que fout le Père Blaise immobile et recouvert de cierges en plein milieu de votre labo ou c’est secret défense ?
Merlin
Euh… C’est un peu long à expliquer…
Arthur
Ouais. ‘fin vous m’le rafistolerez d’ici la semaine prochaine quand même, j’en ai besoin rapidement moi d’mon scribe. Vous trouverez quelqu’un d’autre pour vos p’tites expérien… AH !!!
Merlin
AH !!! Pourquoi vous gueulez ?
Arthur
Bah et vous ?
Merlin
Ben c’est vous, vous hurlez d’un coup, ça m’a fait sursauté ! Qu’est-ce qui vous a pris ?
Arthur (désignant quelque chose d’un signe de tête)
À votre avis !

À suivre (ou pas)…


Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Ah ah ah, c'est du grand n'importe quoi, c'est génial ! :luv:

Croustillant
Hors ligne

Bon ben du coup, faut une suite. ^^

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB