Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui s’est fait tatouer « J’aime le raisin de table » sur la miche droite. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Invasion saxonne

3 CORS

1. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Le roi Arthur tient une réunion avec ses principaux ministres, les seigneurs Lancelot, Léodagan et Calogrenant, ce dernier qui vient juste d'arriver et s'installe, puis déroule une carte.

Arthur (à Calogrenant)
Alors ? Vous avez centralisé les renseignements de nos éclaireurs ?
Calogrenant
Tout est sur cette carte. Je vous fais le topo ?
Arthur
Allez-y.
Calogrenant
Les Saxons ont débarqué ici avant-hier et ont remonté la vallée, là. Au passage, ils ont détruit ces deux villages.
Lancelot
Détruit comment ? Juste les maisons, ou aussi les champs ?
Calogrenant
Ils ont tout brûlé, maisons, champs, même le petit bois à côté.
Léodagan
Ah, ça, c'est pas des rigolos.
Arthur
Ensuite ?
Calogrenant
Ils ont atteint la lisière de la forêt, ici, juste avant la nuit. Les éclaireurs les ont observés, ils semblent se préparer à la bataille.
Lancelot
Le terrain n'est pas très bien choisi.
Calogrenant
Justement, il y a une embrouille.
Arthur
Un piège ?
Calogrenant
Oui. Les éclaireurs ont noté la présence de deux colonnes de reconnaissance. Une de ce côté, qui s'est avancée la nuit jusqu'à cette colline, et une deuxième de l'autre côté, jusqu'à ce point.
Lancelot
Comme s'ils préparaient un encerclement...
Arthur
Vous avez raison, seigneur Lancelot. Ils nous attendent là, où ils ont massé le gros de leurs troupes en apparence, et dans un endroit mal défendu qui plus est, mais à tous les coups ils ont profité de la nuit pour préparer un encerclement. Si on fonce vers eux, on va droit dans un piège.
Calogrenant
C'est aussi ce que je pense.
Léodagan
Et si on fonçait quand même dessus ?
Calogrenant
Aucune chance, ils sont deux fois plus nombreux.
Arthur
C'est leur nouveau chef, là, je ne sais plus son nom... Un stratège qui a fait ses classes dans l'armée romaine.
Lancelot
Controns-le ! Voici ce que je propose.

OUVERTURE

2. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Lancelot explique sa stratégie aux autres chevaliers.

Lancelot
Faisons-leur croire qu'on est tombé dans le panneau. Une troupe réduite de cavaliers s'avance, entourée de nombreux chevaux montés par de faux cavaliers (fabriqués comme des épouvantails) portant des drapeaux. Ils croiront que c'est le gros de notre armée qui les attaque.
Arthur
Une sorte de diversion ?
Léodagan
Je suis volontaire. Après tout, c'est mes terres qu'ils ont envahies, c'est mon devoir de mener la troupe d'assaut.
Lancelot
Très bien. Pendant ce temps, on place nos archers ici, sur la butte aux cerfs, et le gros des cavaliers là, sur la colline du pendu. Au signal, les cavaliers du premier groupe ‒ le groupe Léodagan ‒ battent en retraite, mais en laissant s'avancer les chevaux avec les faux cavaliers, ainsi ils auront le temps de s'enfuir. Forcément, les Saxons vont nous poursuivre, pour exploiter ce qu'ils croiront être une victoire. Et en suivant les cavaliers du seigneur Léodagan, ils passeront nécessairement par le gué de la rivière, ici.
Arthur
Ça fait loin, les cavaliers du premier groupe devront avoir pris une sacré avance !
Lancelot
Pour retarder les Saxons, on placera un faux campement juste devant la rivière. Justement, ça achèvera de les persuader qu'on est en train de décamper. Bref, à la sortie du gué, bam ! on fait donner les archers, ensuite la cavalerie ‒ la vraie ‒ descend de la colline et les attaque par l'arrière. Évidemment, ils vont demander le renfort des deux unités chargées de nous encercler. Celles-ci vont donc refluer par ici et par là, où on aura placé l'infanterie pour les anéantir. Si on organise ça discrètement, ce sera un massacre.
Arthur
Pas mal !
Calogrenant
Moi ça me va.
Léodagan
Je refuse de suivre ce plan !
Arthur
Qu'est-ce qui vous arrive ?
Lancelot (vexé)
C'est parce que c'est moi qui l'ai proposé ?

3. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
La conversation se poursuit. Léodagan est sommé de s'expliquer.

Arthur
Alors quoi ? Ce plan m'a l'air très bon !
Calogrenant
Moi, je vois pas de problème.
Arthur
Il y aura toujours une ou deux embrouilles avec la signalétique, mais ça ne change rien au plan.
Léodagan
Je refuse de battre en retraite ou de fuir.
Arthur
Quoi ?
Léodagan
Oui, le plan du seigneur Lancelot m'oblige à battre en retraite, à fuir et, comment il a dit ? ah oui : à décamper. Jamais !
Lancelot
Dans ce cas, ne menez pas le groupe d'assaut. Vous resterez avec le gros de la cavalerie sur la butte aux cerfs.
Léodagan
C'est la Carmélide qui est envahie ! Donc je me bats devant !
Lancelot
Mais vous allez pas fiche en l'air mon plan juste parce que vous refusez de reculer !
Arthur
Et puis c'est pas vraiment une retraite, c'est pour manœuvrer. Une fois les Saxons vaincus, on les rejettera à la mer.
Léodagan
Je ne céderai pas un pouce de terrain de ma Patrie, de la terre de mes ancêtres !
Calogrenant
Soyez pas tétu, puisqu'on vous dit que c'est pour manœuvrer.
Léodagan (à Calogrenant)
Si c'était la Calédonie qu'ils avaient envahie, ces cons, vous décamperiez ?
Calogrenant
Sauf qu'ils ont pas envahi la Calédonie.
Léodagan
Vous ne voulez pas répondre ?
Calogrenant
Non, mais... Ouais, bon, d'accord : s'ils envahissaient mon pays, ouais, je refuserais de reculer.
Arthur
Quoi, vous aussi ?
Calogrenant
Nan mais c'est normal. Si c'est mon pays natal, je ne cède pas un pouce de terrain.
Lancelot
Mais c'est con, ça empêche de maœuvrer.
Calogrenant
C'est une sorte de tradition militaire.
Léodagan
Voilà, bien dit ! Et j'estime qu'on ne doit pas toucher aux traditions !
Lancelot
Mais vous ne comprenez pas que la guerre a considérablement évolué, depuis une génération ! Vos traditions sont dépassées. La guerre moderne demande de nouvelles tactiques.
Léodagan
Et pourquoi donc ?
Arthur
C'est vrai qu'on ne fait plus la guerre comme du temps de nos parents et de nos grands parents. Avec les nouvelles technologies, la guerre est devenue industrielle.
Lancelot
Parfaitement. À présent on utilise le trempage de l'acier pour les épées, la corde à arc est métallique, l'infanterie dispose d'arbalètes. Ça n'a plus rien à voir avec la guerre d'il y a trente ans, il faut se mettre à la page !
Calogrenant
Je vois pas le rapport avec le fait de reculer.
Léodagan
De toute façon, les traditions, c'est sacré ! Si vous ne respectez pas les traditions locales, ne vous étonnez pas si la fédération de Bretagne bat de l'aile.
Arthur
Mais si on reste fidèle aux vieilles traditions, ne vous étonnez pas que la Bretagne devienne bientôt un pays anglo-saxon...

4. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Le père Blaise a rejoint le groupe.

Père Blaise
J'ai peut-être une solution à votre problème.
Léodagan
Vous ? Vous êtes devenu expert en stratégie militaire, maintenant ?
Arthur
Écoutons-le, ça ne coûte rien.
Père Blaise
J'ai un plan pour chasser les Saxons, mais je ne sais pas si ça va vous plaire.
Léodagan
Ça dépend. Ça nécessite de battre en retraite ?
Père Blaise
Heu... non, ça n'a rien à voir.
Léodagan
Alors j'écoute.
Père Blaise
Bon. À votre avis, pourquoi les Saxons ont débarqué ? Pour conquérir la Bretagne ?
Arthur
Non, ils viennent juste piller.
Père Blaise
Exactement. Ils ne sont pas là pour agrandir leur territoire, juste pour piquer notre pognon. Du coup la solution est simple : donnons-leur du pognon, ils partiront.
Calogrenant
Quoi ?
Léodagan (en même temps)
Hein ?
Arthur
Vous voulez qu'on achète leur départ ?
Père Blaise
Exactement.
Lancelot
Mais qu'est-ce qui nous garantit qu'ils partiront, une fois qu'on leur aura donné l'argent ?
Léodagan
C'est vrai que moi, à leur place, je prendrais le pognon et ensuite, je poursuivrais le pillage.
Père Blaise
Ce qu'il faut, c'est leur donner une très forte somme. Deux fois plus que dans leur rêves les plus fous. Là, ils n'auront plus de raison de risquer leur peau : primo ils sont riches, secundo le pillage des alentours leur rapportera des clopinettes à côté de ce qu'on leur aura donné.
Arthur
Et vous pensez à quel genre de somme ?
Père Blaise
Dix pourcents du budget de Kaamelott.
Arthur
Quoi ?
Léodagan
Dix pourcents ? Heu... ça représente quoi ?
Calogrenant
Trois coffres remplis de pièces d'or, je dirais.
Père Blaise
Pas tout à fait, plutôt deux et demi.
Arthur
Mais ça va nous ruiner !
Père Blaise
Justement, pas autant qu'une invasion de Saxons. Faites le compte ‒ je l'ai fait. Entre les soldes de la troupe, leur ravitaillement, le prix des armes (des armes modernes, comme l'a rappelé le seigneur Lancelot, donc coûteuses), le manque à gagner des journées de guerre et les réparations de guerre (il va falloir reconstruire les deux villages), il y en a pour un peu plus de dix pourcents de notre budget. Du coup, on y gagne.
Lancelot
C'est vrai que ça se tient. Après tout, notre objectif est de chasser les Saxons, quelle importance la façon dont y s'y prend ?
Léodagan
Mais on ne va même pas se battre ?
Père Blaise
Hé non : aucun risque de mourir prématurément, encore un avantage.
Calogrenant
L'inconvénient, c'est que ça va les encourager à revenir l'an prochain.
Père Blaise
Eh bien on recommencera.
Arthur
Quoi, tous les ans ? C'est comme un tribut, alors ?
Père Blaise
Oui. Mais c'est ce que fait le pape et il s'en porte très bien.
Lancelot
Le pape verse un tribut aux Saxons ?
Père Blaise
Aux Vandales. Mais c'est pareil. En plus, à force de palper, ils vont s'embourgeoiser et se civiliser, et dans vingt ans on n'en entendra plus parler.
Arthur
Quand même, ça me plaît pas...
Léodagan
Je veux me battre ! C'est le sol sacré de ma patrie qui est envahi, je refuse de m'abaisser à payer leur départ.
Calogrenant
Je veux bien croire que ça ne soit pas si cher que ça, mais c'est une question d'honneur : en cas d'invasion, on ne va pas s'aplatir.
Lancelot
Au moins, avec mon plan, on peut en zigouiller suffisamment pour qu'ils n'aient plus envie de revenir avant vingt ou trente ans.
Arthur
C'est juste. Bon, donc on adopte le plan du seigneur Lancelot ?
Calogrenant
Pour moi c'est OK.
Léodagan
Ah non ! Je refuse de battre en retraite !
Arthur
C'est ça ou le plan de père Blaise.
Calogrenant (à Léodagan)
Enfin, soyez raisonnable, on ne va quand même pas baisser nos frocs devant les Saxons à cause de vous !
Léodagan
J'exige qu'on respecte les traditions locales de la Carmélide. Les traditions, c'est ce qui fait notre identité !

FERMETURE

5. INT. CHAMBRE D'ARTHUR ET GUENIÈVRE ‒ SOIR

Le roi se met au lit, où l'attendait la reine.

Guenièvre
Alors, ça a donné quoi, votre conseil de guerre ?
Arthur
Ça s'est mal passé.
Guenièvre
Ah bon ?
Arthur
J'ai engueulé votre père et il m'en veut à mort.
Guenièvre
Oh, ce n'est pas la première fois.
Arthur
Je l'ai viré de son poste de ministre des armées.
Guenièvre
Oh, le pauvre, il va s'ennuyer.
Arthur
Non, non, je lui ai confié un autre ministère, et c'est surtout pour ça qu'il m'en veut à mort.
Guenièvre
Ah, lequel ?

Arthur
Il est désormais ministre du folklore, des coutumes et des traditions.


Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Ah ah la chute ! :lol: :lol: Enorme !

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Celui-là, j'ai pris le temps de lire et que dire de plus que : Parfait. :D
Tout y est et la chute est juste... inattendue. :lol:

Chevalier
Hors ligne

Comment égayer son petit-déjeuner. Excellente chute. :lol:

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ouf, j'avais eu peur que les discussions stratégiques vous ennuient au point de ne pas lire jusqu'à la fin... ;)

Chevalier
Hors ligne

Au contraire, j'ai trouvé ça bien écrit car on visualise leur plan. :)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB