Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui vous utilise, bon gré, malgré, pour arriver sur la fin. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

En attendant le film ou la B.D., il faut bien inventer quelque chose... tiens, par exemple un scénario !


Arthur a le blues ‒ I

3 CORS

1. INT. COULOIRS ‒ JOUR
Perceval et Karadoc frappent violemment à la porte de la salle de la Table ronde.

Perceval
Faites pas le con, Sire, ouvrez !
Karadoc
On en a gros !

La porte s'ouvre. C'est Léodagan

Léodagan
Mais c'est quoi ce raffut ?
Perceval
Il faut qu'on parle au roi.
Karadoc
Et on sait qu'il est là-dedans !
Perceval
Alors laissez-nous entrer.
Léodagan
Désolé, le roi ne veut recevoir personne.
Karadoc
Mais c'est urgent !
Perceval
C'est capital !
Léodagan
Désolé, mais j'ai des ordres formels : le roi ne veut voir personne jusqu'à nouvel ordre. Urgent ou pas urgent, c'est pareil.

Léodagan leur ferme la porte au nez.

Karadoc
Pour une fois qu'on venait de jour...
Perceval
Après, vu qu'on a oublié pourquoi ou voulait lui parler, ça vaut peut-être mieux.
Karadoc
Vous croyez ?
Perceval
Si jamais il était dans un mauvais jour, il nous aurait encore gueulé après.
Karadoc
Ouais mais c'était urgent ! Enfin, je crois.
Perceval
Moi je me souviens plus...

Karadoc s'apprête à frapper de nouveau à la porte, puis change d'avis. Les deux chevaliers se regardent, puis s'en vont, résignés.

OUVERTURE

2. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Arthur, Merlin et Léodagan (qui est revenu s'assoir) discutent. La caméra est située derrière Arthur, qu'on voit seulement de dos.

Arthur
Nan mais franchement, Merlin, un de ces jours il faudra pas vous étonner de vous retrouver écartelé...
Merlin
Écartélé ? Mais c'est pour les régicides,ça !
Arthur
Eh ben ? Vous m'avez pas balancé un sort d'anéantissement dans la tronche, peut-être ?
Merlin
Mais je l'ai pas fait exprès, je vous dis ! En plus je l'ai foiré.
Arthur
Encore heureux !
Léodagan
Vous pouvez m'expliquer ce qui s'est passé ? Parce que moi, je vous ai trouvé dans cet état, mais j'ai pas compris.
Arthur (à Merlin)
Expliquez-lui...
Merlin
Hier, pour la bataille contre les Burgondes, j'ai amené un sort d'anéantissement. Vous savez, c'est un de ces parchemins qu'il suffit de lire ‒ sans se tromper, attention !
Léodagan
Et vous l'avez utilisé quand ? Parce qu'on s'est pris une sacrée raclée !
Arthur
Je lui ai demandé de rester dans la tente de commandement et d'attendre mon signal. Justement, c'est quand les Burgondes se sont regroupés avant de donner l'assaut que je suis allé voir Merlin.
Merlin
Et là... Mais il faut me comprendre : j'étais tellement pressé de bien faire !
Léodagan
Et là quoi ?
Merlin
Eh ben j'ai balancé le sort d'anéantissement.
Arthur
Cet ahuri n'a même pas pensé à sortir de la tente et diriger son regard vers les ennemis. Il m'a regardé, boum !
Léodagan
Anéanti ?
Arthur
Ben non, il a foiré le sort, évidemment.
Léodagan
Je croyais qu'il suffisait de lire le parchemin ?
Merlin
Oui, mais sans se tromper ! Là, c'était de l'ancien druidique. Ouais, c'est un parchemin que j'ai « emprunté » à Élias. Cet imbécile utilise encore l'ancien druidique, le ringard !
Léodagan
Mais... je croyais que si on lisait ces parchemins de traviole, on était carbonisé sur place ou un truc comme ça.
Merlin
Nan mais, sans le faire exprès, en me trompant j'ai récité un sort qui existe vraiment.
Arthur (tandis que la caméra se tourne pour la première fois vers Arthur)
Un sort qui rend bleu.

Et en effet, Arthur a la peau toute bleue.

3. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
La réunion se poursuit.

Arthur
Bref, beau-père, ça doit rester top secret. Je vous demanderai juste de prévenir ma femme, pour pas qu'elle hurle quand je la rejoindrai au lit ce soir. Et la votre, puisque de toute façon elles se disent tout.
Léodagan
Il y a que moi qui suis au courant ?
Arthur
Merlin, vous, et nos femmes.
Léodagan
C'est un honneur de faire partie des initiés.
Arthur
Mais non, imbécile ! C'est parce que vous m'avez trouvé tout bleu dans la tente de commandement hier. Sinon, je vous aurais rien dit.
Léodagan
Et ça va durer longtemps ? Merlin a un contre-sort ?
Merlin
Ben, pour l'instant il faut avouer...
Arthur
En attendant que Merlin trouve une solution, je dois rester enfermé chez moi. Beau-père, vous présiderez la prochaine réunion. Je vous ai signé un papier comme quoi vous me remplacez pour cause d'indisponibilité. C'est pour être sûr qu'on vous écoute.
Léodagan
Ah, ça, je connais les loustics, ça va pas leur plaire de me voir assis sur votre trône.
Arthur
Nan mais êtes dingue ? Vous présiderez depuis votre fauteuil.
Léodagan
Ah bon, OK. Et je leur dit quoi ? Ils vont me demandez ce que vous foutez.
Arthur
Ah, c'est vrai, il faudrait trouver un prétexte à mon absence.
Merlin
Dites que vous avez la grippe. Comme c'est contagieux, ça explique qu'on ne peut pas vous voir.
Léodagan
Pas mal !
Arthur
À condition que ça s'éternise pas trop longtemps, parce que quand le roi est malade et qu'on ne le voit plus, on ne peut pas s'empêcher de soupçonner qu'il est canné.
Merlin
Il faudrait vous montrer de temps en temps...
Arthur
Mais je suis tout bleu ! On va croire que je suis atteint d'une malédiction, c'est pas bon pour mon autorité.
Léodagan
Et puis question prestige, ça le fait pas.
Arthur
Bon, on se retrouve demain. Beau-père : interdiction de dire la vérité aux autres. Merlin : interdiction de faire autre chose que chercher une solution !
Merlin
Mais je peux quand même sortir faire un tour ?
Arthur
Ah non, vous seriez capable de rencontrer une louve blessée et de la soigner !
Merlin
Ah, même ça j'ai pas le droit ?
Arthur
Vous aurez le droit une fois que vous m'aurez redonné mon apparence normale. Alors magnez-vous !

4. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Le lendemain, on retrouve les trois mêmes pour faire le point.

Merlin
J'ai trouvé quelque chose, mais c'est provisoire.
Arthur
Provisoire ?
Léodagan
Mais, il pourra se montrer ou pas ?
Merlin
Ah oui, justement, c'est le but !
Arthur
C'est quand même malheureux qu'on soit obligé de vous menacer pour que vous ayez des résultats...

Merlin attrape un sac qu'il avait déposé par terre et le place sur la table. Il s'apprête à en sortir quelque chose, ce qui fait reculer Arthur et Léodagan, méfiants.

Merlin
Nan mais il y a aucun danger !
Léodagan
C'est sûr ? Vous maîtrisez ?
Arthur
Vous allez pas me balancer accidentellement quelque chose sur la tronche comme la dernière fois ?
Merlin (sortant une cagoule en laine)
Mais non, c'est pas dangereux, je vous dis.

Merlin exhibe la cagoule : elle est faite pour couvrir tout le visage, à part deux trous pour les yeux, un trou pour le nez et un pour la bouche.

Arthur
Mais vous vous foutez de moi ?
Merlin
Nan mais j'avais prévenu : c'est provisoire.
Léodagan
Et vous voulez que le roi mette ça sur la tête ?
Merlin
Eh ben ? Au moins il pourra se montrer !
Arthur
Ah non mais c'est le pompon !
Merlin
Oui, ils ont cousu un pompon, regardez, ça fait classe...
Léodagan
Vous voyez pas que c'est ridicule ! Mais l'idée de départ est plutôt bonne...
Arthur
Ah bon ?

FERMETURE

5. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR

Léodagan
Ce qu'il faudrait, c'est un masque... Un masque tout en fer !
Merlin
En fer ? Mais ce serait terrifiant !
Léodagan
Justement ! On l'appellerait « le roi au Masque de Fer », là ça aurait de la gueule, de la prestance !
Arthur
C'est sûr que ça fait plus guerrier, mais pourquoi je garderai ce masque en permanence ?
Léodagan
En public, seulement.
Merlin
Et provisoirement.
Arthur
Oui mais pourquoi ?
Léodagan
Ouais, il faut broder une histoire.
Merlin
On a qu'à dire que le roi à la lèpre. Ça expliquerait qu'il cache son visage en permanence, ça se tient !
Arthur
Quoi ?
Merlin
Pour la légende, c'est pas mal : « Défiguré par la lèpre, le Sanglier de Cornouailles ne sortait plus que couvert par son mystérieux masque de fer. »
Léodagan
Mieux : ravagé par la lèpre...
Arthur
Mais vous êtes malade !
Merlin
Excusez-moi, Sire, je voulais dire « Arthur, l'Ours de Bretagne ».

Merlin
Par contre, la lèpre, ça se soigne pas. Donc ce sera du permanent.


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Arthur a le blues ‒ II

3 CORS

1. INT. CHAMBRE D'ARTHUR ET GUENIÈVRE ‒ FIN DE LA NUIT
Il fait noir. Soudain une main portant une bougie s'approche d'une lampe.

Guenièvre
Ah non, n'allumez pas !
Arthur
Oups, excusez-moi, c'était un réflexe.

De nouveau c'est l'obscurité.

Arthur
Je sais bien que c'est pas facile pour vous, mais rassurez-vous, Merlin m'a dit qu'il avait une idée.
Guenièvre
Ah, quand même ! Une semaine que je vis un enfer à cause de lui !
Arthur
C'est sûr que se réveiller avec un mari tout bleu, ça doit être flippant.
Guenièvre
Ah non, c'est pas ça. C'est votre affreuse cagoule ! J'ai l'impression de dormir avec un bourreau !

OUVERTURE

2. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Arthur, Léodagan et Merlin sont de nouveau réunis. Tandis qu'Arthur retire sa cagoule, Merlin pose un parchemin sur la table.

Merlin (fier de lui)
Regardez ce que j'ai trouvé en fouillant dans ma vieille malle !
Arthur (souriant)
Ah, le contre-sort !
Merlin
Heu...
Arthur (craintif)
Quoi, c'est pas le contre-sort ?
Merlin
Presque...
Arthur (suspicieux)
Presque ?
Léodagan
Eh ben, je vois qu'on n'est pas sorti de l'auberge !
Merlin
C'est le début de la solution.
Arthur
Si on pouvait passer directement à la solution... Une semaine que j'ai soi disant la grippe ! Mais il faudrait pas qu'elle s'éternise.
Léodagan
Mais laissez-le s'expliquer...
Merlin
Sire, est-ce que vous vous souvenez comment fonctionnait le service d'espionnage du temps d'Uther Pendragon ?
Arthur
Ah ben non, j'étais tout petit et je créchais le plus loin possible...
Merlin
En plus, je suis bête, je parle d'une époque où vous étiez pas né.
Arthur
Et alors ? C'était différent de maintenant ?
Merlin
Oui. Quand on envoyait un espion en mission, on le déguisait.
Léodagan
On le fait toujours...
Merlin (sentencieux)
Oui, mais autrefois on utilisait la magie !
Arthur (irnoique)
Tandis qu'aujourd'hui, vous n'en êtes plus capable...
Merlin
Mais c'est pas de ma faute ! Entre le règne d'Uther et le votre, il y a eu vingt ans sans qu'on me demande rien, alors forcément, par manque de pratique...
Arthur
Bref, quel rapport avec mon problème ?
Merlin
Vous allez voir... Quand l'espion était envoyé chez les Vikings, on le déguisait en Viking. Mais au lieu d'employer une fausse barbe ou une perruque, j'utilisais la magie pour changer son apparence. On le camouflait en Viking : grand, épaules larges, longs cheveux blonds, large moustache, un œil en moins...
Arthur
Ça fait pas un peu cliché ?
Merlin
Tiens, un autre exemple : quand on envoyait un espion chez les Romains. Grâce à la magie, on lui donnait une apparence de romain : petite taille, cheveux noirs frisés, calvitie naissante, épaules frêles, la ruse dans le regard...
Arthur (se sentant visé)
Ah ouais, le gros cliché, quoi !
Léodagan
Moi ça me semble correct...
Merlin
Et tout ça grâce à des parchemins, comme celui de l'autre jour.
Arthur
Oui mais là il faudrait aller dans l'autre sens, me dé-camoufler...
Merlin
Justement, ça aussi on le faisait.
Arthur (intéressé)
Ah bon ?
Merlin
Quand l'espion revenait faire son rapport, pour lui rendre son apparence normale je lisais un parchemin qui contenait un contre-sort.
Arthur
Sauf que vous n'avez sûrement jamais rendu un espion tout bleu, si ?
Merlin
Non, mais vous allez voir, j'ai une astuce !

3. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
La réunion se poursuit

Merlin
Un jour, on a eu une invasion de pirates. Des Numides !
Léodagan
Des Numides ? Qu'est-ce qu'ils foutaient chez nous, ces cons ?
Merlin
Il paraît que c'était des esclaves romains qui s'étaient enfuis et avaient décidé de se lancer dans la piraterie.
Arthur
Oui, ça peut arriver. Mais les Numides sont noirs, pas bleus.
Merlin
Justement ! On a envoyé un espion, donc je lui ai balancé un sort pour avoir la peau noire. Et ce sort, c'est ce parchemin !
Arthur
Mouais...
Merlin
Vous avez saisi ?
Arthur
Vous allez me balancer le sort pour que je sois noir, et ensuite vous utiliserez le contre-sort pour me redonner mon apparence initiale. C'est ça ?
Merlin (fier)
Exactement !
Arthur
Attendez ! Mon apparence initiale, c'est initial par rapport au sort de peau noire ou par rapport au sort de peau bleue ? Parce que si je redeviens bleu, je vois pas l'intérêt.
Merlin
Ah non, le contre-sort vous redonne votre apparence initiale tout court, quelle qu'elle soit. Par exemple quand on envoyait un espion chez les Vikings, je lançais trois sorts : celui pour les cheveux et la moustache, celui pour la carrure, et celui pour le regard. Mais j'avais pas besoin de trois contre-sorts, c'était beaucoup plus facile dans l'autre sens.
Arthur
Un seul suffisait ?
Merlin
Bien sûr ! En tout cas je me souviens que c'était beaucoup plus facile dans l'autre sens.
Arthur
Dans ce cas, je crois qu'on peut essayer.
Léodagan
De toute façon, même si ça foire, c'est un petit progrès.
Arthur
Mouais.
Léodagan
Ah si : tout bleu, vous êtes un monstre, vous pouvez même pas sortir dehors.
Arthur (réfléchissant tout haut)
C'est vrai que si je suis noir, je peux au moins sortir, c'est juste qu'on ne me reconnaîtra pas.
Merlin
Alors je me lance ?
Arthur
Attendez, c'est du druidique ancien ?
Merlin
Non, c'est moi qui l'ai rédigé, donc c'est du moderne, aucun souci.
Léodagan
Allez, Sire, courage !

Merlin attrape le parchemin et commence à le lire.

4. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Arthur est à présent tout noir.

Merlin (content de lui)
Alors, qu'est-ce que ça fait ?
Arthur
Qu'est-ce que ça fait quoi ?
Merlin
Eh ben, d'avoir un corps de numide ?
Arthur
Heu, c'est juste la peau qui est noire. Pourquoi, qu'est-ce qui aurait dû se passer ?
Merlin
Tout le monde sait que les Numides sont particulièrement virils. Vous allez voir ce soir, avec la reine, elle va être ravie !
Arthur
Mais qu'est-ce que c'est que ces clichés ! En plus j'ai pas tellement envie de passer la nuit avec ma femme, elle a peur de moi.
Léodagan
Alors avec vos maîtresses.
Arthur
Ah non, elles sont pas au courant de mon état !
Léodagan
Ah oui, c'est vrai.
Arthur
De toute façon c'est sûrement du flan.
Merlin
Vous croyez ? Parce qu'on dit aussi que les Numides ont le rythme dans la peau. Dansez un peu, pour voir !
Arthur
Ça va pas la tête ! De toute façon vous allez maintenant balancer le contre-sort.
Merlin
C'est dommage...
Arthur
Oui, c'est dommage, mais je vous ai pas demandé un sort de virilité !
Merlin
Nan, je disais « c'est dommage » parce que je l'ai pas, le contre-sort.
Arthur
Quoi ?
Merlin
Si vous m'aviez écouté : je vous ai dit que c'était presque la solution.
Arthur
C'est pas vrai !
Merlin
Mais rassurez-vous, si j'ai trouvé le sort, je trouverai bien le contre-sort, il n'y a pas de raison.
Arthur
Vous avez intérêt, sinon ça va mal se finir !
Léodagan
Attention quand même : si vous l'écartelez, c'est pas comme ça qu'il va retrouver le contre-sort.
Arthur
Mais j'en ai marre de porter cette cagoule ridicule !
Léodagan
On vous fait le masque de fer ?
Arthur
Vous voulez tuer ma femme ?

FERMETURE

5. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Nouvelle réunion avec les trois mêmes.

Merlin (penaud)
Je suis désolé, Sire, mais les nouvelles ne sont pas très bonnes.
Léodagan
Pas très bonnes ?
Arthur
Quoi ? Vous avez toujours pas trouvé le contre-sort ?
Merlin
C'est pas tout à fait ça...
Arthur
Alors c'est quoi ? Ne tournez pas autour du pot !
Merlin
L'espion qu'on avait envoyé chez les pirates numides, vous vous souvenez ?
Arthur
Oui, et alors ?
Merlin
J'ai retrouvé le compte-rendu de sa mission : il s'est trahi et les pirates l'ont tué, puis nous ont envoyé sa tête dans un coffre.
Arthur
Et ?
Merlin
Du coup on n'a pas eu besoin du contre-sort.
Arthur
Ah oui, forcément.
Merlin
Donc j'ai pas rédigé le parchemin correspondant. Et aujourd'hui, ben... je ne sais plus les faire.
Arthur
J'aurais dû m'en douter...
Léodagan
Alors qu'est-ce qu'on fait ?
Merlin
J'ai bien une solution, mais je sais pas si elle vous plaira.
Arthur
Dites toujours, au point où on en est.
Merlin
La reconversion.
Arthur
La quoi ?
Merlin
Une nouvelle carrière s'offre à vous.
Arthur
Ah bon ?

Merlin
Ben oui : l'espionnage !


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Arthur a le blues ‒ III

3 CORS

1. INT. CHAMBRE D'ARTHUR ET GUENIÈVRE ‒ MATIN
Arthur, qui a la peau noire, mange un morceau assis dans son lit. Guenièvre est assise à une chaise et se coiffre.

Guenièvre
Je suis désolée, mais je crois que j'ai fait une boulette.
Arthur (sur la défensive)
Laquelle ?
Guenièvre
J'ai demandé à Angharad si c'était vrai, que les Numides sont plus virils que les Celtes ? Mais je crois que je n'ai pas été assez subtile...
Arthur
Alors elle sait pour mon état ?
Guenièvre
En fait, non. Maintenant elle croit que j'ai un amant. Un Numide.
Arthur
Ouf, je préfère !
Guenièvre
Mais imaginez que je sois enceinte. On pourrait croire que vous n'êtes pas le père. Ça ne risque pas de poser un problème ?
Arthur
Vous êtes enceinte, là ?
Guenièvre
Ben non, vous le savez bien !
Arthur
Bien, donc pour éviter ce genre de problème, il faut à tout prix que vous ne tombiez pas enceinte. C'est logique !
Guenièvre
Heu... oui.
Arthur
Le mieux, c'est qu'on arrête de coucher ensemble. Pour la sauvegarde du royaume.
Guenièvre
Oh, c'est dommage... Vivement que Merlin trouve un contre-sort !
Arthur
Alors si ça peut vous rassurer, j'ai fait appel à Élias de Kelliwic'h. Il devrait trouver une solution.
Guenièvre
J'ai entendu parler. Vous avez les moyens de le consulter ? On dit qu'il prend très cher.
Arthur
Merlin aussi, il va prendre très cher, j'me comprends...

OUVERTURE

2. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Arthur, Léodagan et Merlin reçoivent Élias. Élias est en train d'examiner un parchemin, enveloppée dans une étrange lumière rouge pâle. Finalement la lumière s'éteint peu à peu et Élias se tourne vers les trois autres.

Arthur
Alors ?
Élias
Oui, je vois ce que c'est. Je suppose que l'autre... que cette andouille a mal prononcé la phrase là ?
Arthur (à Merlin)
Merlin ?
Merlin (regarde la phrase désignée)
Oui, c'est là. Mais c'est pas de ma faute, c'est de l'ancien druidique !
Élias
Évidemment que c'est de l'ancien druidique ! Un sort d'anéantissement, ça demande une puissance exceptionnelle, le druidique moderne n'est pas assez ancien pour ça !
Léodagan
Mais c'est bien un parchemin à vous, alors ?
Élias
La preuve que c'est pas à lui, il sait pas le lire !
Merlin
J'ai tout lu sauf une phrase ! Je mérite 19/20 !
Élias
Et l'amende pour vol ?
Merlin
Je l'ai pas volé, je l'ai juste trouvé dans vos affaires.
Élias
Ben voyons...
Arthur
J'aimerais bien qu'on revienne à mon problème !
Élias
N'empêche que ce serait bien d'admettre le vol !
Léodagan
On vous l'a restitué, votre parchemin, ça va !
Arthur
Et il est intact, non ?
Élias
C'est bon, si j'ai vos excuses, je ferme les yeux.
Arthur
Au nom de Kaamelott, Merlin et moi vous présentons nos plus plates excuses. Et maintenant, est-ce que vous pouvez me ramener à mon état normal ?
Élias
Aucun problème, Sire. Si vous avez de quoi payer, j'ai un remède.
Merlin
Mais Sire, sans blague, vous allez le payer ? Moi vous me payez jamais !
Élias
C'est normal, je suis dans le privé.
Merlin
Comment ça ?
Élias
Vous, par exemple, vous êtes fonctionnaire. Le roi vous paie pour que vous lui fassiez des potions pour le nez qui gratte et tout ça. Enfin, il vous paie... en nature je suppose : vous êtes nourri, logé, torché...
Arthur
J'aurais pas dit ça comme ça.
Élias
Du coup, avec la sécurité de l'emploi, vous stagnez, vous faites rien de bon. Moi, personne ne me rémunère, donc pour vivre, il faut bien que je fasse payer mes potions. Et comme le client est roi, j'ai intérêt à me remettre en question chaque jour. C'est pour ça que je suis le meilleur et que vous êtes un pignouf.
Merlin
Oh, ça va ! Le pignouf il pourrait vous surprendre !
Léodagan (à Élias)
Faites gaffe, si vous l'énervez il peut vous rendre tout bleu !
Merlin (tandis qu'Élias rigole)
Parfaitement !
Élias
Sauf que j'ai le remède.
Arthur
Justement, et ce serait bien qu'on se recentre sur la question.
Élias
Alors voilà la prestation que je vous propose...

3. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
La réunion se poursuit, avec le père Blaise.

Arthur
C'est compris, père Blaise ?
Père Blaise
Donc la grippe, c'était du flan ?
Léodagan
Voilà !
Père Blaise
Et vous m'avez fait venir pour signer quoi ?
Élias
Le contrat de prestation. J'ai confiance, mais ce n'est pas une raison pour faire n'importe quoi, et le roi m'a dit que c'est vous qui gérez le Trésor Royal.
Arthur
Du coup il veut que vous soyez un des trois signataires.
Père Blaise
Oui, c'est normal.
Élias
Donc je vous rappelle la nature de ma prestation : dans 24 heures, le roi retrouve son état normal (sa peau blanche), et j'accepte de n'être payé qu'à ce moment là.
Arthur
C'est quand même la moindre des choses ! Imaginez si je vous paie d'abord et que ça foire !
Élias
Aucune chance, le résultat est certain. Mais je suis d'accord que le client peut avoir des doutes, et c'est pour le rassurer que j'accepte de différer la rémunération. En revanche, je ne suis pas naïf : j'exige un contrat signé. Ce serait trop facile de me dire, après coup : et puis non, je ne paie pas.
Arthur
Je comprends, je comprends.
Élias
C'est honnête, non ?
Père Blaise
Et puis c'est dans les règles. Vous avez le contrat ?
Élias (passant rapidement sa main devant un parchemin vide, qui devient alors entièrement rédigé)
Voilà, je vous laisse le lire.
Père Blaise
Voyons ça... Je, soussigné Arthur roi de Bretagne, fils d'Uther Pendragon, atteste devoir la somme de... Quoi ?
Arthur
Quoi, « quoi ? »
Père Blaise (à Élias)
Mais vous êtes complètement marteau !
Léodagan
Combien il demande ?
Arthur
Montrez !... ... ... Tout ça ! Mais ça fait... au moins la moitié du Trésor royal : Père Blaise, je me trompe ?
Père Blaise
Ben, j'ai pas mes registres, mais je crois que c'est même un peu plus que ça.
Léodagan
Montrez... ... ... Ah non ! Une somme pareille, ça financerait au moins quinze tourelles... non, qu'est-ce que je dis, trente, même !
Arthur (à Élias)
Mais qu'est-ce que vous employez comme ingrédients pour que ça chiffre autant ?
Élias
Ah mais ça n'a rien à voir. Je vous rappelle que je bosse dans le privé, moi, donc je dois m'adapter aux règles de l'économie de marché. La loi de l'offre et de la demande. Plus un produit est demandé, plus il est cher.
Arthur
Et je suppose que ma demande est rare...
Élias
Ah oui : c'est la première fois que le cas se présente. En plus, je suis le seul à pouvoir vous aider, du coup je me retrouve en situation de monopole, et la loi du marché est formelle : en cas de monopole, vous devez raquer grave !
Arthur
Oui mais là, c'est près de la moitié du Trésor royal !
Père Blaise
Un peu plus, je crois.
Élias
Oui, mais vous ne paierez qu'une fois guéri. C'est honnête, il n'y a pas d'entourloupe.
Arthur
Ah, vous profitez bien de la situation !
Élias
Vous signez ou pas ? Trois exemplaires : un pour moi, un pour vous et un pour votre ministre des finances. C'est la procédure habituelle, n'est-ce pas ?
Arthur
Bon...

4. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Les mêmes que précédemment. Arthur, le père Blaise et Élias relisent chacun leur parchemin, à présent signé. Le père Blaise fait la tronche, Élias par contre est souriant.

Père Blaise
Pour moi c'est bon. À part que ça va faire une sacré coupe budgétaire...
Léodagan
On aurait presque envie qu'Élias échoue.
Arthur
Quand même pas !
Élias (souriant)
La réussite est certaine, ne vous bilez pas. Sinon pourquoi croyez-vous que j'aurais ce sourire ?
Arthur
On ne m'empêchera pas de penser que vous abusez drôlement de la situation !
Élias
Encore une fois, c'est la loi du marché, j'y peux rien. Par contre, je vous conseille de vous retourner contre Merlin. Juridiquement, vous avez toutes les chances de gagner le procès et de récupérer la somme en dommage et intérêts.
Arthur
Mais il n'a pas de sous, Merlin !
Élias
Dans ce cas, ce sera l'esclavage pour dettes.
Merlin
Quoi ? Sire, c'est honteux d'entendre ça !
Arthur
Bon, et pour le contre-sort, comment on s'organise, Élias ? On va dans votre labo ?
Élias
Ah non, pas besoin. Faites comme si de rien n'était et, dans 24 heures, vous aurez repris votre apparence. Mettez à profit ce temps pour réunir la somme.
Arthur
Je ne comprends pas. Vous m'avez déjà envoyé le contre-sort ? J'ai rien remarqué.
Merlin
Et il s'imagine qu'il suffit de rien faire pour guérir le roi, ah ah le con !
Léodagan
Expliquez-vous !

FERMETURE

5. INT. SALLE DE LA TABLE RONDE ‒ JOUR
Suite de la discussion.

Élias
En effet, il n'y a rien à faire pour vous guérir, comme dit l'autre andouille. Ben oui : j'ai bien examiné le parchemin, c'est un sort à effet limité dans le temps. D'après mes calculs, l'effet cessera demain, au plus tard dans 24 heures. Je parle de celui qui vous a camouflé en Numide. L'autre, celui qui rend bleu, a cessé son effet aujourd'hui vers midi.
Merlin
Ah mais oui, ça me revient ! C'est pour ça que c'était plus facile dans l'autre sens ! Et c'est pour ça que j'arrivais pas à mettre la main sur le contre-sort : il n'y en avait pas.
Arthur
Hein ?
Merlin
Tout s'explique, je suis rassuré !
Arthur
Donc en fait, Élias, on n'avait pas besoin de vous ?
Élias
Disons que vous aviez besoin de moi pour savoir que vous n'aviez pas besoin de moi...
Arthur
Mais je ne vous dois rien, du coup ?
Élias
Ah si !
Arthur
Mais, puisque vous ne m'avez rien fait !
Élias
Relisez le contrat !
Père Blaise
Sire, je suis désolé, mais le contrat est formel : il stipule que vous devez à Élias la somme encadrée ici dès lors que, demain au plus tard, vous aurez repris votre apparence normale. Nulle part n'est indiqué que ça doive être sous l'action de la magie d'Élias.
Élias
Donc on se revoit demain en fin d'après-midi ? Vous verrez, il est préférable d'être moins riche, mais dans son état normal, que Numide et fortuné.
Arthur
Quand même... Vous avez passé la journée à vous vanter d'être honnête, mais en réalité vous êtes un sacré escroc !

Élias
Un fourbe, Sire. Mon surnom, c'est « le Fourbe ».

Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Ah ah ! Trois d'un coup ! Excellent !
Et bravo.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Merci à toi d'être mon fidèle lecteur ! :)

Chevalier
Hors ligne

Tu es allé chercher loin là, pour le coup du Fourbe. Bravo !

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Et merci à toi aussi, mon autre fidèle lecteur !

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB