Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qu’attaque la fille et qui touche le cul du clodo. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

J'espère que ça ne les empêche pas de dormir :/

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Bah oui les pauvres chous. :(

Pour eux c'est, c'est...

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Coucouuu !

le 23 juillet dernier, Coco l'asticot a écrit :

J'ai rédigé une réponse pour le reste, mais j'voudrais faire relire par Nathan avant de poster. :)
Patience est mère de famille... Boum !

Je parlais de ce message :

http://forum.onenagros.org/viewtopic.ph … 21#p254221

Tante Cryda a écrit :

Je ne suis pas en mesure de contester quoi que ce soit dans ton argumentaire, Coco, parce que je ne connais du sujet pas tellement plus que rien du tout mais ce que je voulais souligner c'est qu'on ne se pose de question que si on est conscient qu'il y a des questions à se poser. J'entends par là qu'avant ce topic, je ne me souviens pas m'être posé beaucoup de questions concernant les personnes trans car je pensais que le but de la personne trans était en quelque sorte de changer physiquement de genre pour intégrer les codes comportementaux de l'autre sexe, ce qui ne signifiait pour moi pas tellement plus que n'importe quel changement de comportement lié à l'intime et de fait "qui ne me regardait pas". Donc partant de deux préceptes fondateurs de Tatie : 1- chacun doit construire sa vie comme il l'entend et 2- l'intimité des autres ne me regarde pas, ben je trouvais juste le phénomène mystérieux étant donné que homme ou femme pour moi c'était uniquement une question de morphologie et en aucun cas de personnalité ou de comportement. A aucun moment je n'ai envisagé qu'il existait un ressenti d'être homme ou être femme.  Le fossé entre les personnes trans et le reste du monde c'est à mon avis lié à la conception de ce qu'est un homme ou une femme. Je pense que l'immense majorité des gens a une définition d'abord et essentiellement physique de la chose : bite/pas bite et ne peut concevoir l'existence d'un soucis que pour les personnes hermaphrodites, or dans ce topic, vous nous avez expliqué que c'est pas ça "être" un homme ou une femme. Qu'il y a un ressenti profond d'erreur, de décalage, bref un truc dramatique qui engendre une souffrance inconcevable et monstrueuse. Ce sentiment me dépasse et de très loin mais s'il y a ressenti, il peut y avoir souffrance et maintenant, j'essaie de faire gaffe parce que vous m"avez fait comprendre que je ne comprenais rien, mais que je pouvais blesser. Cependant je n'oublie pas ce passé récent où je ne "voyais pas le problème".
Bien sûr pour vous qui essayez d'éveiller les consciences c'est une tâche à la Sysiphe. Répéter des milliers de fois la même chose et s'apercevoir au final que sur 1000 interventions 8 personnes ont compris et seulement 50 se disent "ah merde, faut faire gaffe, maintenant"... Et je comprends bien quand tu dis  " N'empêche que c'est agaçant, surtout quand c'est très loin d'être la première fois qu'on voit ça. Au bout de la soixantième fois, l'excuse du "y savait pas" marche beaucoup moins bien... " et crois bien que j'en suis désolée pour vous qui vivez au coeur de la tourmente mais je pense (et ne le considère en rien comme une excuse) que la majorité des gens, qui entend parler de personne trans ... n'écoute que d'une oreille distraite parce qu'elle ne se sent malheureusement pas concernée, alors de là à se poser des questions... :rolleyes:
C'est là que des informations faites directement en milieu scolaire ont une importance fondamentale à mes yeux et pas un ch'tit film éducatif que les gamins peuvent ignorer. Le but n'est pas qu'ils comprennent ce qu'est une personne trans mais qu'ils comprennent qu'il doivent se poser des questions sur leur conception du genre et le ressenti qui s'y rattache.

Et accessoirement j'ai ri gentiment au cri do coeur "Ah c'est compliqué" d'Agloval qui n'y pane pas plus que moi et qui tente encore d'essayer de faire coïncider deux conceptions antinomiques. :) Bonne chance, Agloval ! Sache que ce "Ah c'est compliqué" est la phrase qui revient le plus souvent quand je lis ou interviens sur ce topic ;)


Ma réponse traine sur un bloc-notes depuis... Mais entre ma procrastination, celle de Nathan, pis surtout le fait que j'ai UN PEU oublié entre temps... x) Ça ressort que maintenant.
Donc voilà, ça n'appelle pas nécessairement à une réponse, c'est pas forcément pour relancer le débat, mais bon. J'avais dit que je répondrai. D'habitude je le fais pas, mais cette fois, si ! :D
Cette fois-ci ?
Cette fois-ci, si !
Sept fois Sissi ?
Merde.



Tante Cryda a écrit :

Je ne suis pas en mesure de contester quoi que ce soit dans ton argumentaire, Coco, parce que je ne connais du sujet pas tellement plus que rien du tout mais ce que je voulais souligner c'est qu'on ne se pose de question que si on est conscient qu'il y a des questions à se poser. J'entends par là qu'avant ce topic, je ne me souviens pas m'être posé beaucoup de questions concernant les personnes trans car je pensais que le but de la personne trans était en quelque sorte de changer physiquement de genre pour intégrer les codes comportementaux de l'autre sexe, ce qui ne signifiait pour moi pas tellement plus que n'importe quel changement de comportement lié à l'intime et de fait "qui ne me regardait pas". Donc partant de deux préceptes fondateurs de Tatie : 1- chacun doit construire sa vie comme il l'entend et 2- l'intimité des autres ne me regarde pas, ben je trouvais juste le phénomène mystérieux étant donné que homme ou femme pour moi c'était uniquement une question de morphologie et en aucun cas de personnalité ou de comportement. A aucun moment je n'ai envisagé qu'il existait un ressenti d'être homme ou être femme.

Ben, y'a de ça, en fait. "Le ressenti" dont j'ai beaucoup parlé, c'est souvent "je ressens le besoin de faire une transition", donc comme tu dis, d'adopter "les codes comportementaux" du genre qui correspond à la personne. Ou juste d'être genré-e autrement. Il y a des personnes qui ne souhaitent pas transitionner, ou "peu", et c'est tout à fait okay.
Mais il faut bien comprendre que la personne qui veut être genrée autrement sans entamer aucune transition physique aura beaucoup de mal à ne pas être mégenrée. Il faut bien comprendre que les envies/besoins de transition sont parfois/souvent le résultat d'une pression sociale. Tu veux être genré au masculin dans la rue ? Ben accroche-toi avec ton bonnet D. Tu veux être genrée au féminin par ton boulanger ? Ben accroche-toi avec ta barbe de trois jours.
Tout ça c'est social, "le ressenti" c'est pas un truc inné qui existerait hors d'une société genrée. Si la société ne genrait pas tout et tout le monde, si on était pas noyé sous les stéréotypes de genre à longueur de temps, si la société n'était pas patriarcale, etc, etc, il n'y aurait pas de personnes cis, il n'y aurait pas de personnes trans. Si le genre n'existait pas, personne ne se ressentirait d'un genre ou d'un autre.
Si je "me sens homme" sans pour autant savoir expliquer ce que ça veut dire, c'est juste parce que je suis à l'aise avec le fait qu'on me perçoive comme tel, qu'on me genre au masculin, qu'on me traite comme un mec, etc.

Tatie a écrit :

Le fossé entre les personnes trans et le reste du monde c'est à mon avis lié à la conception de ce qu'est un homme ou une femme.
Je pense que l'immense majorité des gens a une définition d'abord et essentiellement physique de la chose : bite/pas bite

Je sais pas. Pas sûr. Plein de personnes trans souhaitent une SRS (Chirurgie de réattribution sexuelle). Plein d'autres n'en veulent pas, hein, mais je suis pas sûr que toutes les personnes trans voient le genre différemment que les personnes cis. Les personnes trans ont été élevées dans le même monde que les cis, ont intégré les mêmes codes, ont appris les mêmes choses, ont entendu toute leur enfance qu'un garçon ça a un zizi et une fille un zézette. Difficile de sortir de cette vision des choses des années plus tard.

Après, oui, j'pense que c'est plus simple pour une personne trans de remettre le genre / le sexe en question, puisque la question se pose plus pour elleux. Donc c'est pas surprenant de voir plus de personnes trans militer pour l'abolition du genre que de personnes cis.


(On notera quand même que ta distinction est "bite / pas bite". On ne définit les gens que par la présence ou l'absence du Sacro-Saint Phallus. Quand y'en a pas, y'a autre chose à la place, non ? :p
Je dis bien "on définit...". C'pas toi particulièrement. ^^)

Tatie a écrit :

vous nous avez expliqué que c'est pas ça "être" un homme ou une femme. Qu'il y a un ressenti profond d'erreur, de décalage, bref un truc dramatique qui engendre une souffrance inconcevable et monstrueuse.

Oui et non.
Ce qui engendre cette souffrance, ce n'est pas le ressenti lui-même, ce n'est pas le fait d'être trans. C'est la transphobie qui engendre de la souffrance. Ce sont les autres, c'est la société, qui engendrent la souffrance.

Tatie a écrit :

Je ne suis pas en mesure de contester quoi que ce soit dans ton argumentaire, Coco, parce que je ne connais du sujet pas tellement plus que rien du tout mais ce que je voulais souligner c'est qu'on ne se pose de question que si on est conscient qu'il y a des questions à se poser.
[...]
Bien sûr pour vous qui essayez d'éveiller les consciences c'est une tâche à la Sysiphe. Répéter des milliers de fois la même chose et s'apercevoir au final que sur 1000 interventions 8 personnes ont compris et seulement 50 se disent "ah merde, faut faire gaffe, maintenant"... Et je comprends bien quand tu dis  " N'empêche que c'est agaçant, surtout quand c'est très loin d'être la première fois qu'on voit ça. Au bout de la soixantième fois, l'excuse du "y savait pas" marche beaucoup moins bien... " et crois bien que j'en suis désolée pour vous qui vivez au coeur de la tourmente mais je pense (et ne le considère en rien comme une excuse) que la majorité des gens, qui entend parler de personne trans ... n'écoute que d'une oreille distraite parce qu'elle ne se sent malheureusement pas concernée, alors de là à se poser des questions... :rolleyes:

Oui mais ici, on parlait quand même d'un journaliste ! ^^
C'est justement le taf des journalistes de se poser des questions pour transmettre l'information correctement aux lecteurices qui ne se les posent pas forcément, ces questions. Non ?


Tatie a écrit :

C'est là que des informations faites directement en milieu scolaire ont une importance fondamentale à mes yeux et pas un ch'tit film éducatif que les gamins peuvent ignorer. Le but n'est pas qu'ils comprennent ce qu'est une personne trans mais qu'ils comprennent qu'il doivent se poser des questions sur leur conception du genre et le ressenti qui s'y rattache.

Si tu parles des IMS (Intervention en Milieu Scolaire) que je vais faire avec l'association dans laquelle on est (Nathan et moi ; Nathan en fera peut-être aussi, des IMS), on est plus dans de la sensibilisation sur les discriminations, sur ce que veulent dire les mots Lesbienne, Gay, Bi, Trans, Intersexe, etc... pas trop trop sur la réflexion autour du genre etc. :/ Un peu, mais bon. On fait pas un cours de socio non plus, quoi.
Ce serait très bien, hein. Mais c'est pas ce qu'on fait. Mais c'est bien aussi, ce qu'on fait. :p

Donc si, "comprendre ce qu'est une personne trans", c'est entre autres le but de ces interventions. "Se poser des questions sur leur conception du genre et le ressenti qui s'y rattache"... ça peut arriver, mais en 2 heures j'pense que c'est pas ce qui ressort principalement.

Croustillant
Hors ligne

J'ose pas relire ce que j'ai écrit quand j'ai fait... Euh quoi ? Mon "annonce"? Bref quand je l'ai dis quoi. Je sens que je vais m'auto énerver.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Ben, de mémoire, je vois pas en quoi c'était énervant :huh: Je me souviens juste d'une phase de doute, de la courageuse expression d'un souhait qu'on on a essayé d'éclaircir mais honnêtement, j'ai pas souvenir qu'il y ai eu de quoi être énervé.
Qu'est-ce qui t'énerves ? C'est parce que t'as sautillé tout de suite ? Y a pas de honte, tu savais pas que pour "faire un bond en avant", fallait pas sautiller ! Ou du moins t'étais pas sûr de toi, on va pas bouffer des fromages pas finis d'affiner pour autant, hein !
Moi, en tout cas, j'ai rien changé à ta piaule, hein, tu t'démerdes pour la déco si elle est obsolète, je suis pas décoriste. De toute façon on n'y est pas allés en ton absence, à part la bonniche pour les poussières.
Nous, on est un peu comme Arturus, rien ne nous choque dans la mesure où on est avertis, alors si les trucs comme par exemple "je suis ton esclave", ça marche bien pour toi, moi j'ai toujours un peu de repassage en instance, hein. On est po-si-tifs ! J'accepte même que tu m'appelles mon généra... Ouais, nan, je suis pas positive à ce point, restons dans le classicisme en ce qui me concerne : je veux bien que tu fasses mon repassage, mais en tant que Tatie, j'exigerai quand même un bisou. J'ai mes prérogatives pour proroger, je vais pas restreindre mon activité pour autant !
Tout ça pour dire que franchement, j'vois pas.
Hé !
...
...
...
:hug:

J't'ai eu ! Ca, ça change pas. :b

Croustillant
Hors ligne

Qu'est ce que ça m'avait manqué tes messages matatie. :lol: :hug:
Boah... Les choses ont évoluées depuis, heureusement lol.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne
Meva a écrit :

Qu'est ce que ça m'avait manqué tes messages matatie. :lol: :hug:

C'est parce que vous êtes pas attentif ! Non parce qu'en 17000 messages, j'ai déjà dû en écrire 2 ou 3 du même tonneau qui sont en libre service.
Moi, en revanche, j'ai pas évolué. C'est chiant ou pas ? :/

Croustillant
Hors ligne

17000 MESSAGES ? C'est effrayant...
Boah toujours égale à vous même quoi. :D

Chevalier
Hors ligne

Et du coup Meva, t'en es où si c'est pas indiscret ?

Croustillant
Hors ligne

Je dirais que je suis agenre. Je me vois juste comme une personne en fait, cela dit je préfère être genré au masculin, ce que mon entourage fait avec un prénom masculin. :)

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Jetez un œil à ce Tumblr !
PAYE TON INTERSEXUATION

Une collection de témoignages de situations vécues par des personnes intersexes
- Un blog créé et mis à jour par le Collectif Intersexes et Allié.e.s
- Attention, certains témoignages peuvent décrire des propos ou des situations violentes

Des témoignages très courts, ça se lit vite, et ça peut permettre de se rendre compte de ce qu'on peut subir quand on est intersexe.

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Qu'est-ce qu'ils appellent un "cis dyadique" ?
Je connais ce mot en mathématiques et je ne comprends pas bien le sens que ça peut avoir ici.

Chevalier
Hors ligne

J'ai cru comprendre que c'était le contraire d'intersexe. En revanche, je comprends pas trop pourquoi c'est ce mot-là qui a été choisi... Peut-être qu'avec tout le vocabulaire qui existe déjà pour parler de genre ("binaire", en particulier), y avait plus beaucoup de mots pas encore utilisés.

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Effectivement une personne dyadique est une personne qui n'est pas intersexe ^^ (et elle peut donc être cis ou trans (tout comme une personne intersexe peut être cis ou trans))

Et ouais aucune idée de pourquoi ce mot, mais l'hypothèse de Parky me semble pas déconnante. ^^

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Ok, merci pour les explications ! ^^
Même si, selon la définition que j'avais en tête de « cis » je ne comprends pas trop l'intérêt d'ajouter cet adjectif. Ne s'agit-il pas déjà d'une personne pour qui le genre ressenti correspond à son genre de naissance ?
Dans quelle mesure pourrait-on être cis et non-dyadique du coup ?

Chevalier
Hors ligne

En général, les personnes intersexes se voient quand même attribuer un genre, masculin ou féminin. Celles qui naissent avec un pénis ou quelque chose qui y ressemble, sont considérées comme des hommes (même si, par la suite, elles n'auront pas tous les caractères sexuels attendus), et celles qui naissent avec un vagin sont considérées comme des femmes. Et dans les cas où on n'arrive pas à trancher, soit parce qu'elles ont à la fois un pénis et un vagin, ou quelque chose qui ne ressemble à aucun des deux, on décide arbitrairement à leur place. Du coup, si par la suite, la personne accepte le genre qu'on lui a attribué, elle est cis.

Après, c'est sûr que si une personne intersexe n'est pas opérée à la naissance et présente ensuite des attributs sexuels masculins et féminins*, y a des chances que la société la qualifie de "ni vraiment homme, ni vraiment femme" et que les termes "cis" et "trans" n'aient pas beaucoup de sens. Mais ça n'arrive pas tellement en France, parce que comme ça perturbe beaucoup les gens de ne pas pouvoir ranger quelqu'un dans la catégorie "homme" ou la catégorie "femme", tout est mis en oeuvre pour la ranger quand même dans une des deux cases (en étant sans doute convaincu que c'est aussi pour son bien à elle, vu qu'effectivement, ça doit pas être facile d'être ouvertement intersexe dans notre société...mais on pourrait considérer que c'est à la société de s'adapter, et pas aux intersexes de se faire modifier leur corps de naissance).

*tiens Coco, là on est justement dans un cas où c'est pas pratique si on a pas de terme pour désigner les deux modalités de sexe dyadiques, d'autant que je sais pas précisément quelles sont les "combinaisons" possibles dans les différents cas d'intersexuation (qui sont assez nombreux et variés, à ma connaissance) donc je peux pas lister les attributs sexuels dont je parle. Tu me diras peut-être qu'au lieu de "masculins et féminins", j'aurais pu dire "des deux sexes dyadiques" justement, mais dans le cas où j'aurais voulu ne parler que d'un de ces deux sexes, j'aurais quand même été embêtée. Bref je répondrai dans le topic des débats, j'ai pas encore eu le temps mais c'est prévu. Là je relevais juste un exemple puisque tu m'en demandais =p

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne
La Dame du Parc a écrit :

En général, les personnes intersexes se voient quand même attribuer un genre, masculin ou féminin. Celles qui naissent avec un pénis ou quelque chose qui y ressemble, sont considérées comme des hommes (même si, par la suite, elles n'auront pas tous les caractères sexuels attendus), et celles qui naissent avec un vagin sont considérées comme des femmes. Et dans les cas où on n'arrive pas à trancher, soit parce qu'elles ont à la fois un pénis et un vagin, ou quelque chose qui ne ressemble à aucun des deux, on décide arbitrairement à leur place. Du coup, si par la suite, la personne accepte le genre qu'on lui a attribué, elle est cis.

Exactement ! :)

Bothan a écrit :

Même si, selon la définition que j'avais en tête de « cis » je ne comprends pas trop l'intérêt d'ajouter cet adjectif. Ne s'agit-il pas déjà d'une personne pour qui le genre ressenti correspond à son genre de naissance ?

Ben si, mais ça n'a rien à voir avec l'intersexuation, ça. ^^ L'intersexuation, c'est juste le fait de présenter des caractéristiques sexuelles inhabituelles.

Sur le site du CIA (https://ciaintersexes.wordpress.com/accueil/) :

[extrait de la Charte du Collectif Intersexes et Allié.e.s, 10/09/2017]

Nous définissons l’intersexuation selon deux définitions non contradictoires et non nécessairement cumulatives :

1. Les personnes intersexes sont nées avec des caractères sexuels (génitaux, hormonaux, gonadiques ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins. Le terme intersexe s’emploie pour décrire une large gamme de variations naturelles du corps, qui se développent à tout moment de la vie.

2. Les personnes intersexes sont des personnes ayant subi une invalidation médicale de leurs corps sexués.

J'avoue ne pas être sûr de bien comprendre la définition 2. Ça me dit un truc mais j'arrive pas à me souvenir. Je me renseignerai !
En tout cas, la 1 est claire, je trouve.

Bothan a écrit :

Dans quelle mesure pourrait-on être cis et non-dyadique du coup ?

Une personne intersexe (donc non-dyadique) naît, on lui attribue un genre. En France, c'est systématique. Y'a que deux cases, M, F. On ne peut pas ne rien cocher.
Si la personne est en accord avec ce que le toubib a coché, elle est "cis et non-dyadique", comme tu dis. ^^ Ça arrive très souvent, comme il existe aussi des personnes intersexes et trans.

(Ouais, j'ai répété un peu Parky, pardon ^^")

Parky a écrit :

Après, c'est sûr que si une personne intersexe n'est pas opérée à la naissance et présente ensuite des attributs sexuels masculins et féminins*, y a des chances que la société la qualifie de "ni vraiment homme, ni vraiment femme" et que les termes "cis" et "trans" n'aient pas beaucoup de sens. Mais ça n'arrive pas tellement en France, parce que comme ça perturbe beaucoup les gens de ne pas pouvoir ranger quelqu'un dans la catégorie "homme" ou la catégorie "femme", tout est mis en oeuvre pour la ranger quand même dans une des deux cases

Comme je l'ai dit, en France, ça n'arrive même pas du tout. À la naissance, les docs cochent forcément M ou F, donc les termes cis et trans ont toujours du sens, même pour une personne ayant un passing* "entre deux".

*(avoir un passing masculin/féminin : être perçu comme un homme / une femme par la plupart des gens)

Parky a écrit :

(en étant sans doute convaincu que c'est aussi pour son bien à elle, vu qu'effectivement, ça doit pas être facile d'être ouvertement intersexe dans notre société...mais on pourrait considérer que c'est à la société de s'adapter, et pas aux intersexes de se faire modifier leur corps de naissance).

Déjà, effectivement, pour cette histoire de "c'est pas facile", il serait quand même plus logique et plus humain de changer la société que de mutiler des bébés/enfants. Pour faire une comparaison bancale, c'est pas facile d'être homo dans notre société, c'est pas pour ça que les thérapies de conversion sont une bonne idée. :b

Et ensuite, choses très importantes : les mutilations sur les personnes intersexes créent très souvent des problèmes de santé. Et ces personnes sont souvent contraintes à prendre des traitements, notamment des hormones, toute leur adolescence, ce qui est bien moins "facile" que d'être "ouvertement intersexe dans notre société" !

Parky a écrit :

*tiens Coco, là on est justement dans un cas où c'est pas pratique si on a pas de terme pour désigner les deux modalités de sexe dyadiques, d'autant que je sais pas précisément quelles sont les "combinaisons" possibles dans les différents cas d'intersexuation (qui sont assez nombreux et variés, à ma connaissance) donc je peux pas lister les attributs sexuels dont je parle. Tu me diras peut-être qu'au lieu de "masculins et féminins", j'aurais pu dire "des deux sexes dyadiques" justement, mais dans le cas où j'aurais voulu ne parler que d'un de ces deux sexes, j'aurais quand même été embêtée. Bref je répondrai dans le topic des débats, j'ai pas encore eu le temps mais c'est prévu. Là je relevais juste un exemple puisque tu m'en demandais =p

Je propose : "des attributs sexuels inhabituels". :) Ou "des attributs sexuels dits "masculins" et "féminins" ".


Petite remarque : si notre société n'était pas si genrée, si catégorisante, etc, les termes intersexes et dyadiques n'auraient pas de sens. Il y aurait juste une multitude de personnes, ayant différentes caractéristiques physiques. Les variations intersexes sont des variations naturelles, ce ne sont pas des anomalies au milieu d'une norme biologique séparant les mâles et les femelles. Tout ça, ce ne sont que des constructions humaines. On a choisit de définir l'humain comme pouvant uniquement être un mâle ou une femelle, avec telles et telles caractéristiques précises, mais c'était oublier des millions de personnes.

PS : pas de souci pour le topic de débats, moi-même j'suis censé répondre à Mélu et Aglo depuis... pfiou, peut-être un mois. ^^"

Chevalier
Hors ligne
Coco a écrit :
Parky a écrit :

(en étant sans doute convaincu que c'est aussi pour son bien à elle, vu qu'effectivement, ça doit pas être facile d'être ouvertement intersexe dans notre société...mais on pourrait considérer que c'est à la société de s'adapter, et pas aux intersexes de se faire modifier leur corps de naissance).

Déjà, effectivement, pour cette histoire de "c'est pas facile", il serait quand même plus logique et plus humain de changer la société que de mutiler des bébés/enfants. Pour faire une comparaison bancale, c'est pas facile d'être homo dans notre société, c'est pas pour ça que les thérapies de conversion sont une bonne idée. :b

Et ensuite, choses très importantes : les mutilations sur les personnes intersexes créent très souvent des problèmes de santé. Et ces personnes sont souvent contraintes à prendre des traitements, notamment des hormones, toute leur adolescence, ce qui est bien moins "facile" que d'être "ouvertement intersexe dans notre société" !

Ah nan mais moi je suis d'accord qu'il vaudrait mieux laisser les personnes intersexes tranquilles au lieu de les opérer à la naissance, je disais juste que les médecins et les parents qui décidaient de conformer les enfants intersexes à la binarité des sexes ne le faisaient peut-être pas en se disant "Aaaah c'est un monstre, corrigeons-ça tout de suite" mais plutôt "Le pauvre, il vaut mieux que ça soit un garçon plutôt qu'un entre-deux, ça sera plus simple pour lui". Un peu comme quand des gens s'opposent à l'homoparentalité au motif que les enfants élevés par un couple homo subiraient les moqueries des autres enfants. A mon avis, ça revient à accepter une injustice au lieu de la combattre, donc je cautionne pas, mais je pense qu'il y a de ça.

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

Oui oui, j'sais bien que tu défends pas l'acte, pardon si j'ai pas été clair. ^^

Pour les parents, bien souvent iels pensent que leur enfant a un problème de santé qu'il faut régler. Iels font confiance au médecin qui ne leur donne pas toutes les infos, voire les mauvaises infos. Iels ne savent pas que l'enfant peut vivre en parfaite santé sans aucune opération. Iels ne connaissent pas l'intersexuation, iels flippent. (C'est d'ailleurs ce qu'on dit en IMS aux ados qu'on a devant nous : si on vous parle de ça, c'est surtout pour que, si ça vous arrive, vous puissiez faire le bon choix. Pour que vous sachiez de quoi il s'agit. Pour que vous puissiez éviter une opération inutile et dangereuse à votre enfant.)

Du côté du médecin... Ouais, il doit y avoir de ça. Peut-être. J'sais pas trop comment ça se passe, en vrai. ^^ Je pense que ça va plus haut que le simple individu qui prend une décision, j'pense qu'à un moment dans la formation on leur dit quoi faire dans ce cas-là, et iels appliquent.

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique (mec qui fait un taf de qualité d'ailleurs), a dévoilé sur twitter hier son homosexualité. Qu'une personne du gouvernement fasse ça est plutôt une bonne chose je trouve.
(Maintenant si on pouvait arrêter de renvoyer des gens dans le pays qu'ils ont fuit pour pas se faire lapider en raison de leur sexualité, ce serait une meilleure chose...)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB