Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui ne pratique pas le putsch !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Pécore
Hors ligne

RE-NAISSANCES.   (Suite de »LE RETOUR DE ROI »)

Episode1 : Classé X 

.....

TATSOIN, TATSOIN, TATSOIIIIIN !

.....

Kaamelott, chambre royale.

Guenièvre : Ah oui, c’est ça ? Je voyais pas ça comme ça.

Arthur : Non mais quoi ?! Vous vous attendiez à quoi ?

Guenièvre : Mais je n’sais pas, moi ! Plus de ... moins ...

Arthur : Bon, ben vous m’ferez signe quand vous s’rez prête !

Guenièvre : Ah mais non, c’est à vous de prendre les choses en main !

Arthur : Les choses ?!

Guenièvre : Ben oui, c’est vous qui avez de l’expérience !

Arthur : Ouais c’est sûr, mes maitresses posent moins de questions ! Bon, laissez-vous aller, je m’occupe du reste. Laissez-moi vous mettre en conditions.

Guenièvre : Allez-y doucement, hein ?

Arthur : Euh, par exemple, si je mets ma main là, ça vous fait quoi ?

Guenièvre : Ça me chatouille !

Arthur : Ah mais faites un effort, aussi !

Guenièvre : Mais faudrait savoir, vous m’avez dit de me laisser aller !

Arthur : Bon d’accord, et comme ça ?

Guenièvre : Ah oui, c’est mieux ... beaucoup mieux .... Ah oui ! Oh mais oui, carrément ! Oh la la ! Mais ouiiii !

(Crypté)

.....

Plus tard, à table.

Dame Séli : C’est pas que j’avais hâte de vous revoir mais quand même, ça fait du bien de voir que les choses reprennent leur place.

Arthur : Ben tiens ! Kaamelott c’est quand même plus confortable que votre baraque en Carmélide, non ?

Léodagan : Ouais, bon, commencez pas. On vous dit qu’on est contents de vous revoir, soyez pas mesquin !

Guenièvre : Et puis c’est une si belle journée, ne gâchez pas tout.

Léodagan : Si belle journée ? Ça flotte depuis c’matin !

Dame Séli : C’est vrai ça, vous avez l’air bien guilleret aujourd’hui, ma fille, qu’est-ce qu’il vous arrive ?

Guenièvre : Mais rien, j’ai le droit d’être heureuse quand même !

Léodagan : Elle vient de retrouver son mari, c’est normal, non ? Quoique, normal ? Finalement, je m'demande ....

Arthur : Bon ! On va p’t’être pas passer la journée la dessus, si ?

Dame Séli : Ah bah non, surtout une si belle journée !

Léodagan : C’est vrai qu’il faut pas lambiner, y’a la réunion de la table ronde ! Ils sont tellement contents d’y revenir, qu’ils seraient capables d’être à l’heure !

.....

La table ronde.

Arthur : Puisque le père Blaise n'est plus parmi nous ...

Perceval : Ah bon ! Il est mort ?

Arthur : Pouhf ... non, j'en sais rien. Il est peut être simplement parti, allez savoir.

Karadoc : Ouais, se planquer comme une p'tite lopette !

Perceval : C'est vrai ça, j'l'ai jamais vu une arme à la main !

Arthur : Oui, euh, alors ça, c'est tout à fait normal ! C'est un homme d'église.

Bohort : Oui, je regrette moi même de n'avoir point suivi cette voie. La robe de bure aurait été, je pense, du plus bel effet sur moi.

Arthur : Donc, je disais, puisque le père Blaise n'est plus parmi nous, Seigneur Bohort, vous le remplacerez à la rédaction de la séance. L'ordre du jour sera de faire le point de la situation et de décider ce qu'il convient de faire pour remédier aux divers problèmes. C'est clair pour tout le monde ? Tout d'abord, quelqu'un a-t-il des nouvelles des seigneurs Yvain et Gauvain ?

Léodagan : Yvain, il est resté en Carmélide, soit disant qu'il est malade ! Quant à Gauvain, j'crois bien qu'il est retourné auprès de son père.

Perceval : Mais c'est pas vous son père ?!

Léodagan : Ah mais ça f'rais mal ! J'en ai déjà assez d'un !

Perceval : D'un quoi ?

Léodagan : D'UN DEBILE DE FILS ! Non mais on peut passer à autre chose, je sens que je vais m'énerver !

Arthur : D'accord ! Niveau intendance, tout le monde à l'air content de notre retour et se remet au boulot de bonne grâce, la vie telle que nous la connaissions, devrait bientôt reprendre son cours. Non, le plus important, ça reste l'Orcanie. On fonce dans l'tas ou on parlemente ?

Léodagan : Oh ben moi, vous connaissez ma position, je pense.

Bohort : La di-plo-ma-tie ! Il n'y-a que ça de vrai ! Assez de batailles, assez de morts !

Perceval : Moi, j'm'en fous, je ferai comme vous direz.

Arthur : Je suis d'accord, assez de morts comme ça. Je vais envoyer des messages à Loth et Galessin pour convenir d'une rencontre. On verra bien !

Léodagan : Ben voyons ! On est supérieur en nombre, on a tous les avantages et nous, on va tranquillement papoter avec eux ! Vous avez toujours votre côté tafiole, hein ?

.....

Quelques jours plus tard au mur d'Antonin, frontière entre la Calédonie et l'Orcanie. Une grande tente a été installée. Autour d'une table, Arthur, Léodagan, Galessin, Loth et Anna. Les armées respectives sont restées à bonne distance.
Les discussions vont bon train et les orcaniens semblent plutôt de bonne composition.

Le Roi Loth : Alors, mes amis, tout cela me semble fort bien engagé. Il se fait tard, dormons tous ici et je vous propose de reprendre la négociation demain matin. Buvons à la réconciliation !

Léodagan à Arthur : Moi, je ne mange ni ne boit quoi que ce soit qui vient d'eux.

Arthur : Chers amis orcaniens, vous avez bien conscience que s'il devait nous arriver quoique ce soit, mes lieutenants ont l'ordre de rayer l'Orcanie de la carte ?

Anna : Nous ne sommes pas fous, nous savons que vous êtes les plus forts.

Arthur : Dans ce cas, trinquons à la réconciliation !

.....

Après avoir diné et bien bu, chacun regagne sa couche. Arthur s'endort immédiatement. Son sommeil est agité, il rêve d'Aconia se donnant à lui sans réserves. Son rêve est très réaliste, il pense vraiment qu'ils font l'amour. Pendant un bref instant, le visage d'Anna sa demi-sœur vient se substituer à celui d'Aconia, il essaye à toutes forces de se réveiller mais, peine perdue, il sombre dans un sommeil profond.

Le lendemain matin.

Léodagan : Réveillez-vous ! Quelque chose ne va pas. Allez debout !

Arthur : Quoi ? Ouh ! J'ai la tête embrouillée.

Léodagan : Moi, c'est pareil ! Je crois qu'ils nous ont drogués.

Arthur : Drogués ? Mais pour quoi faire ?

Le Roi Loth s'approchant : Alors mes amis, êtes vous prêts à reprendre la discussion ?

Arthur : On est pas très frais, ce matin. Y'avait quoi dans votre rouquin ?

Le roi Loth : C'est vrai qu'il tabasse un peu mais ne dit-on pas IN VINO VER...

Léodagan : Ah non ! Pas dès l'matin, gardez ça pour vos loufiats !

Arthur : Et Anna, où est-elle ?

Le Roi Loth : Elle est rentrée en Orcanie, elle avait à faire.

.....

Kaamelott.

Guenièvre : Vous m'avez l'air bien sombre ces derniers jours.

Arthur : Ouais, je repense à ce qu'il s’est passé au mur d'Antonin. C'est pas clair, j'aimerais savoir ce que mijote ma saloperie de demi-sœur !

Guenièvre : Oubliez tout ça, vous avez obtenu ce que vous vouliez, non ?

Arthur : Oui, je sais mais je sens comme un malaise, quelque chose m'échappe !

Guenièvre : Pourtant, moi, je sais que vous allez être heureux. J'ai une bonne nouvelle !

Arthur : Vous avez fait tailler les arbustes ?

Guenièvre : Je suis enceinte, l'héritier est en route !

Arthur : Vous êtes sérieuse ? C'est fantastique ! Venez ici !

Guenièvre : Vous voyez, mieux vaut penser à moi qu'à votre sœur.

Arthur : DEMI-sœur !

(Noir, voix off)

Guenièvre : C'est pas elle qui vous annoncerait une aussi bonne nouvelle.
TSON !



Episode 2 : Lohot.

.....

TATSOIN, TATSOIN, TATSOIIIIIN !

.....

L’hiver est tombé sur l’Orcanie, toujours plus tôt et plus durement que partout ailleurs dans le royaume de Bretagne.
Château du Roi Loth.

Lancelot : Vous avez pactisé avec ces pignoufs ! Pourquoi ne m’avez-vous pas consulté ?

Anna : Probablement parce qu’on se contrefout de votre avis.

Lancelot : Comment !? Mais ...

Loth : Ecoutez mon p’tit vieux, déjà, on vous tolère ici mais il se pourrait que ce ne soit pas ad Vitam aeternam.

Anna : Si vous aviez tué Arthur quand vous le pouviez, nous n’en serions pas là ! D’ailleurs, cassez vous, vous m’insupportez !

Lancelot : Très bien, je serai dans ma chambre.

Anna : Vous ne m’avez pas bien comprise, tirez vous du château ! Mieux, quittez l’Orcanie, vous avez trois jours, au-delà, nos hommes auront l’ordre de vous massacrer. Galessin ! Prenez quelques hommes et veillez à ce qu’il trouve la sortie.

Lancelot esquisse un geste de protestation mais son inutilité lui apparait douloureusement. Il sort, suivi de près par Galessin et ses hommes.

Loth : Ma chère Morgane, vous ne devriez pas vous énerver, dans votre état ...

Anna : Ne m’appelez pas ainsi ! Pas encore. Qu’est-ce qu’il a mon état ? J’attends l’enfant d’Arthur, comme prévu. Tout va bien. Mon bonheur serait parfait si je ne vous avais sans cesse dans les pattes !

.....

Kaamelott, la chapelle. Toute la cour est là pour le baptême de l’héritier du trône. Les villageois se pressent à l’extérieur. Brusquement, une voix se fait entendre :

Attendez-moi ! Laissez-moi passer ! Sire ! C’est moi !

Arthur : C’est quoi encore ce bordel !

Guenièvre : Faites attention à ce que vous dites devant notre enfant !

Arthur : C’est quoi alors ce ... bruit intempestif ?

Guenièvre : C’est beaucoup mieux.

Arthur : laissez le passer ! Mais ça a intérêt à être du lourd, sinon j’le ...

Guenièvre : Chuuut !

C’est moi, Sire !

Arthur : Père Blaise ! Mais d’où vous sortez ?

Père Blaise : J’étais à Rome. Je n’ai pas été très bien reçu vu qu’il n’y a toujours pas de cathédrale au royaume de Bretagne ! J’ai appris votre retour en rentrant et me voilà. Félicitations pour l’héritier !

Arthur : Du coup, vous voulez célébrer le baptême ?

Père Blaise : Ça me semblerait logique.

Guenièvre : Oh oui ! Dites oui, s’il vous plaît ! L’autre prêtre est très vilain et triste comme ... comme ...

Arthur : Comme une journée en Carmélide ?

.....

Père Blaise : Je te baptise, Lohot, in nomine patris et filii et spiritus sancti, amen.

Quelle magnifique cérémonie !

Arthur : Ahhh !

Guenièvre : Mais que vous arrive-t-il ?

Arthur : Nan mais c’est rien, c’est l’autre là, j’ai été surpris ! Vous voilà de retour, vous ?

Guenièvre : Mais à qui parlez vous, à la fin !?

Arthur : La Dame du lac, elle est revenue.

La Dame du lac : Ben dame ! Depuis que vous êtes rentré dans les clous, j’ai la cote, là haut ! Franchement, félicitation, hein ! L’épée retrouvée, lancelot viré et l’héritier maintenant ! Quand vous vous y mettez, ça ne traîne pas.

Arthur : Ouais, ben, c’est pas grâce à vous, vous arrivez après la bataille.

.....

La fête qui s’ensuit est porteuse d’espoir, chacun, du plus grand chevalier au dernier des pécores est saisi d’un élan d’enthousiasme. En quelques mois, la période Lancelot au pouvoir, n’est pas oubliée mais ressemble à un très mauvais cauchemar.

Dame Séli : Franchement, je n’y croyais plus !  Je vais pouvoir faire des tartes pour un petit enfant qui existe ! Et vous ! Faudra l’emmener à la pêche, n’oubliez pas !

Léodagan : Je le ferai avec plaisir mais laissez-lui le temps de grandir un peu et mollo sur les tartes !

.....

Beaucoup plus au nord, un homme seul et abandonné, marche dans les intempéries. Errant ? C’est certain. Chevalier ? Il n’en a plus l’aspect. Vagabond lui conviendrait mieux. Il a, jusqu’ici, évité les soldats orcaniens mais pour combien de temps encore ? Trois jours pour quitter l’Orcanie, c’est au moins le double qu’il aurait fallu !

Lancelot : Mon Dieu, accordez-moi encore un jour et j’atteindrai le mur d’Antonin. Méléagant, où es tu, sale fripouille, lorsque j’ai besoin de toi ?

.....

Encore plus au nord, au château du Roi Loth, Anna accouche dans la douleur. La rage qui l’habite en permanence lui donne la force de tout surmonter. Elle s’empare d’un couteau, coupe le cordon et tient l’enfant à bout de bras. Le Roi Loth observe la scène pétrifié, il y a longtemps que sa femme le terrifie.

Anna : Crie, pleure, mon Mordred ! Tu seras l’arme de ma vengeance !


Kaamelott.

Karadoc : Ça c’est une belle fête !
(Noir voix off)
Perceval : C’est magnifique ! Le bonheur, enfin. Plus rien de mal ne peut nous arriver !
TSON !





Episode 3 : Où l'on reparle du Graal.


.....


TATSOIN, TATSOIN, TATSOIIIIIN !


.....


Les Highlands, une grotte. Un homme seul, fatigué et sale, pleure sur son sort.


Lancelot : Qu'est-ce que j'ai fait ?! Je suis déshonoré, j'ai trahi, j'ai tué, j'ai affamé le peuple ! Mais pourquoi ? Moi qui n'étais que droiture et justice. Méléagant, tu m'as perverti ! Tu as utilisé mon amour pour la Reine et tu as noirci mon âme. Mais je suis toujours là, j'ai réussi à quitter l'Orcanie et je vais rentrer à Kaamelott demander le pardon du Roi, à genoux s'il le faut !


.....


Kaamelott, la table ronde.


Arthur : Père Blaise, reprenez votre poste, s'il vous plaît.


Père Blaise : Merci, Sire. Ah! Mais qu'est-ce que ... Qui a écrit sur le livre ? C'est affreux !


Bohort : Mais, je vous en prie ! C'est moi ! Sur l'ordre du Roi, ne vous déplaise.


Karadoc : Si vous étiez pas parti vous planquer, ça serait pas arrivé !


Perceval : Ouais d'abord ! Alors, il va bien fermer sa mouille, le cureton !


Arthur : Allons, allons, messieurs ! Il est vrai qu'en votre absence, j'ai demandé au seigneur Bohort de vous remplacer. On va pas en faire un fromage !


Père Blaise : Veuillez me pardonner, Sire, c'est sur le coup du ...


Arthur : Oui, oui, je connais, on me l'a déjà faite, celle-là ! L'ordre du jour, s'il vous plaît.


Père Blaise : Ben, euh, les affaires courantes sont en bonne voie, ne reste plus que le Graal.


Yvain : Ah ben, non, ça va pas recommencer !


Gauvain : On l'a toujours pas trouvé ce machin là ?


Arthur : Finalement, je ne suis pas certain d'avoir bien fait de vous faire revenir vous deux ! Et vous, messire Gauvain, la prochaine fois que vous dites machin, pour parler du Graal, je vous en colle une !


Père Blaise : Alors, si j'en crois le message que l'on vient de me transmettre, un certain "Coco l'asticot" demande à être reçu.


Arthur : Coco l'asticot ? Mais c'est pas le surnom dont j'avais affublé ...


Merlin : Oui, oui, Sire, c'est bien ça. je ne peux pas dire qu'à l'époque ça m'ait fait très plaisir mais avec le temps, j'ai bien saisi l'ironie du sanglier de Cornouailles.


Arthur : Alors, qu'est-ce qui vous amène ?


Merlin : Vous savez que j'ai recouvré une grande part de mes pouvoirs et je peux sentir que le Graal n'est pas loin, je peux même vous dire, qu'il n'y a pas longtemps, vous étiez juste à côté.


Arthur : Ah ouais ? Vous savez quand, exactement ?


Merlin : C'était au moment du camp de l'Ours, le Graal en est tout proche.


Arthur : Et vous savez où précisément ?


Merlin: Non, malheureusement, mes pouvoirs ne sont pas aussi pointus, pour l'instant.


Arthur : C'est pas grave, on va s'installer au camp de l'Ours avec une petite troupe et passer au crible le périmètre.


.....


Sud de la Calédonie. Le chevalier errant marche à présent d'un bon pas, il a plus fière allure. Il aperçoit le mur d'Hadrien, plus que la Carmélide à traverser et il sera à bon port.


.....


Camp de l'Ours.


Léodagan : Nous voilà installés, par où voulez-vous commencer ?


Arthur : J'en sais rien, ça paraissait simple vu de Kaamelott mais là ! Partons de notre position et faisons des cercles que nous élargirons au fur et à mesure. Merlin, toujours rien de plus précis ?


Merlin : Hélas, Sire, rien de nouveau. Je sens très fort sa présence mais ça reste flou.


Perceval : Sire, ça vous ennuie pas si le seigneur Karadoc et moi on va faire un tour ?


Arthur : Non mais profitez en pour bien regarder autour de vous pour peu que vous tombiez sur le Graal.


Perceval : Ouh ! ça doit faire mal ça ! C'est coupant en plus ce truc là ?


Arthur lui en colle une pas trop méchante.


Arthur : j'ai dit à Gauvain que je lui en collerais une s'il appelait encore le Graal, machin. C'est pas pour vous laisser l'appeler TRUC !


Perceval : Ouais, c'est vrai ! J'l'ai pas volée celle là !


Léodagan : Et si vous tombez sur des champignons, ignorez-les !


Perceval : Ouais mais les champignons ça doit faire moins mal, c'est mou !


Les recherches se poursuivent jusqu'à la tombée de la nuit, vainement.


Arthur : Et si on allait voir l'oncle de Perceval, à Cobernic ? Il aurait peut être des renseignements.


Léodagan : Un gars qui passe son temps à la pêche, ça m'étonnerais. Mais, au fait, ils sont pas encore revenus ces deux abrutis ?


Arthur : J'espère qu'ils se sont pas perdus. S'il faut qu'on les cherche en plus du Graal ...


.....


Cobernic, château du roi pêcheur.


Karadoc : C'est quoi ce pays tout sec ?


Perceval : C'est comme ça Cobernic, un vrai trou à bouseux, ravitaillé par les corbacs ! Depuis que le Roi blessé a été blessé, on dirait que les terres des environs sont blessées aussi. C'est bizarre, hein ? la terre désolée qu'ils appellent ça. (avisant un garde du château) Hé ho ! Machin ! Vous pouvez annoncer au roi que son neveu Perceval est venu le voir !


Devant le Roi pêcheur.


Le Roi pêcheur : Perceval, mon neveu, quel plaisir de vous voir. Quel bon vent vous amène ?


Perceval : On est avec le Roi Arthur, nous avons établi notre camp pas très loin d'ici. Nous cherchons des renseignements sur le Graal.


Le Roi pêcheur : Ah oui ? et qu'est-ce qui vous fait penser que je pourrais en avoir ?


Perceval : On sait qu'il est dans le coin, alors, comme c'est le seul château des environs, on s'est dit ...


Le Roi Pêcheur : Je passe mes journées à la pêche, que puis-je savoir de ces choses là ?


Karadoc : C'est pas faux. Vous auriez pas un p'tit truc à bouffer ? On a pas mal marché et j'ai besoin de me requinquer.


Le Roi pêcheur : Du poisson ! Du poisson tant que vous en voudrez ! Qu'on mette la table pour mes invités !


Malgré le repas, les deux chevaliers ne parviennent pas à se réchauffer dans ce château triste et glacial.


Perceval : Et votre père ? Toujours blessé ? Il ne mange pas avec nous ?


Le Roi pêcheur : Toujours blessé, oui. Il ne quitte pratiquement plus sa chambre, il attend le chevalier qui viendra le guérir. Beaucoup s'y sont essayé, aucun n'a réussi. Il fait nuit, vous allez dormir ici, vous retrouverez votre Roi demain matin.


Karadoc : Vous auriez pas un p'tit bout d'lard qui traîne quelque part ?


.....


Lancelot est entré au royaume de Logres, il arrive en vue d'un château. Une jeune fille passe devant lui.


Lancelot : Pardonnez-moi, Gente Damoiselle, pouvez-vous me dire quel est ce château ?


Ellan : C'est Cobernic, le château de mon père, le Roi pêcheur.


Lancelot est immédiatement ébloui par la beauté de la jeune femme.


Lancelot : Pensez vous que je pourrais lui demander l'hospitalité pour la nuit ?


Ellan : Mais certainement, mon père ne refuse jamais d'ouvrir sa porte aux voyageurs.


Un peu plus tard devant le roi pêcheur.


Lancelot : Perceval ! Karadoc !


Perceval : Lancelot ! Karadoc !


Karadoc : Perceval ! Lancelot !


Le roi pêcheur : Il semblerait que vous vous connaissiez, un ami chevalier ?


Perceval : Oh que non ! Il était notre ami mais il a trahi son Roi !


Lancelot : C'est vrai, je le reconnais. J'étais sous l'emprise d'un être maléfique qui a causé ma perte. Je suis en route pour Kaamelott où je compte demander le pardon du Roi Arthur.


Perceval : Ben mon cochon, vous ne manquez pas de toupie ! Vous n'aurez pas besoin d'aller jusqu'à Kaamelott, Le Roi est à quelques lieues, on vous conduira à lui demain matin.


Karadoc hilare : Il va vous maraver la tronche !


Le Roi pêcheur : Très bien, vous réglerez vos problèmes demain. Pour l'heure, il est une coutume en ce château, chaque chevalier qui y passe doit tenter de soigner mon père, le Roi blessé.


Lancelot : Mais nous ne sommes pas guérisseurs !


Le Roi pêcheur : Il est dit que c'est un chevalier qui le soignera, je vous montre le chemin.


Les trois chevaliers visitent le Roi blessé sans savoir que faire.


Le Roi pêcheur : Bien, comme d'habitude rien ne se passe. Merci d'avoir essayé.


Ellan : Merci, Seigneur Lancelot.


.....


Le lendemain matin, camp de l'Ours.


Perceval : On vous ramène un truc, euh quelqu'un, plutôt.


Arthur : Encore un vieux qui raconte n'importe quoi ?


Perceval : Non, non, là, c'est un que vous connaissez mais faut me promettre de pas vous énerver, hein ?


Léodagan : Ouh la ! Je crains le pire. C'est pas ma femme, quand même !


Perceval : Seigneur Karadoc, vous pouvez le faire venir ?


Karadoc arrive avec Lancelot qui se jette aux pieds du Roi.


Lancelot : Roi Arthur, je suis venu expier mes fautes et vous demander mon pardon. je reconnais toutes les choses affreuses que j'ai faites sous l'emprise de Méléagant. Ceci n'excusant en rien ma faiblesse, Sire, dites votre jugement, je m'y conformerai de bonne grâce. Si jamais vous daigniez me pardonner, sachez que, cette fois, ma fidélité sera indéfectible !


Léodagan : Alors là, j'espère que vous allez pas tomber dans le panneau ! Faut le cramer direct !


Arthur : Enfermez-le ! Je vais réfléchir et je prendrai une décision demain !


Léodagan : Ah mais non, mais là, je vois pas ce qu'il y a à réfléchir ! Vous changerez jamais vous, hein ?! Ca cogite trop dans votre ciboulot, faut être plus dans l'instinct.


Arthur : Demain ! J'ai dit.


.....


Plus tard dans la nuit, Arthur rend visite à Lancelot.


Arthur : Comment Méléagant vous a-t-il converti ?


Lancelot : C'est à cause de ... de mon amour pour la reine. Je l'aimais en secret depuis toujours mais je n'avais jamais failli, il a su utiliser cette faiblesse.


Arthur : J'apprécie votre franchise. Qu'en est-il à présent de cet amour ?


Lancelot : je crois que ... je crois que je ne l'aime plus de cette façon mais seulement en tant que ma Reine.


Arthur : Très bien, à demain.


(Noir, voix off)
Lancelot : A présent, mes pensées vont vers une autre, Ellan !
TSON !




Episode 4 : Rédemption.
.....
TATSOIN, TATSOIN, TATSOIIIIIN !
.....
Camp de l'Ours au petit matin. Arthur, debout, entouré de ses chevaliers. Lancelot est amené devant lui, enchainé.
Arthur : Libérez-le ! Faites ce que je dis, discutez pas !
Une fois Lancelot libéré, Arthur s'approche de lui et le regarde dans les yeux. Il lui balance alors une droite qui l'envoie directement au pays des rêves.
Arthur : Voilà, maintenant, ça, c'est fait, on va pouvoir repartir sur des bases saines. Réveillez-le, donnez-lui de quoi se laver et s'habiller correctement. Beau-père ! Je vous laisse la direction des recherches, je vais pas rester ici à me les geler alors que j'ai à faire à Kaamelott !
Léodagan : Mais vous pourriez pas laisser les deux bouffons, là, pour gérer ça ? Je rentrerais bien, moi aussi !
Arthur : Il me faut quelqu'un d'un peu fiable quand même. Perceval et Karadoc seraient capables de cramer tout le périmètre avant qu'on ait fait une lieue ! Allez ! Bon courage ! Et envoyez-moi un pigeon si vous trouvez quelque chose !
.....
Kaamelott, quelques jours plus tard.
Lancelot a retrouvé sa chambre mais les résidents du château lui battent froid. Il voit les regards en coin, il entend les murmures sur son passage. Il décide de les ignorer, il restera droit et fier. Il a déjà croisé la reine qui l'a magnifiquement ignoré, il en a souffert mais curieusement, à présent, il se sent plus léger. En le laissant vivre, Arthur a prouvé qu'il est un grand Roi. Comment a-t-il pu en douter ?
.....
Réunion de la table ronde.
Arthur : Bon, mes seigneurs ! Le seigneur Léodagan ne participera pas à la réunion d'aujourd'hui, il est en mission. En revanche, nous avons LE PLAISIR de retrouver notre camarade, le seigneur Lancelot. (Silence de mort) BON ! QU'EST-CE QUE VOUS VOULEZ ?! Je lui ai mis un pain et j'ai pardonné. Vous voulez me donner une leçon de justice ?
Calogrenant : Non, c'est pas ça, Sire. On en a tellement bavé à le combattre, qu'on peut pas tirer un trait comme ça. C'est au dessus de nos forces.
Arthur : Ben, il va falloir vous en faire de nouvelles, des forces. parce qu'il est là et qu'il va rester !
Lancelot : Si je peux me permettre, Sire ?
Arthur : Vous êtes sûr ? Allez-y !
Lancelot : Mes seigneurs, je me présente devant vous honteux de mes actes passés. Je sais que je n'ai pas d'excuse, malgré tout, j'ai été manipulé par un être maléfique. Mais s'il a pu m'abuser, c'est que des failles étaient déjà présentes en moi. Je promets solennellement de protéger et servir le royaume et mon Roi sans jamais faillir à l'honneur et de donner ma vie, si nécessaire pour n'importe lequel d'entre vous. Merci de m'avoir écouté.
Yvain applaudi seul : Ouais ! Trop bien , le discours !
Perceval : Moi, je dis, chacun a droit à sa chacune, nan, c'est pas ça ... Chacun a droit ...
Arthur : A une deuxième chance ?
Perceval : Ouais, c'est ça !
Lancelot : Merci Seigneur Perceval, j'ai toujours su que vous êtes un homme généreux.
Perceval : Ouais mais attention, hein ? Un pet d'travers et on vous zigouille !
Arthur : Je crois que messire Perceval a exprimé le sentiment de tous ? Bien ! Voilà une affaire réglée. Père Blaise, autre chose à l'ordre du jour ?
Père Blaise : Les affaires du royaume sont en ordre, le Graal, c'est en cours, si j'ai bien compris ... alors, non, rien d'autre.
Arthur : Très bien ! Quartier libre pour tout le monde ! Rejoignez vos femmes, vos maitresses ou pochetronnez-vous, j'en ai rien à cirer. Seigneur Lancelot, vous, vous me suivez !
.....
Lancelot : Où allons-nous, Sire ?
Arthur : Vous verrez bien !
Ils arrivent à la chambre royale où la Reine est occupée à broder.
Arthur : Ma chère, je vous amène un visiteur.
Guenièvre : Ah oui ? Je ne vois personne.
Arthur : S'il vous plaît, faites un effort. J'ai besoin de vous et du seigneur Lancelot pour avancer.
Guenièvre : Je ne connais personne de ce nom. pourriez vous me laisser, j'ai du travail.
Arthur : Très bien, je vous laisse. (A Lancelot à voix basse) Restez là et faites vous pardonner. (Arthur sort)
Guenièvre : Ah mais me laissez pas seule avec lui, hé !
Arthur déjà loin : Avec qui ? Y'a personne !
Lancelot, un genou à terre devant la Reine : Ma Reine, je me prosterne devant vous, j'ai publiquement reconnu mes fautes mais à vous particulièrement, je vous dois des explications. Je suis tombé amoureux de vous dès notre première rencontre, j'ai gardé ce secret enfoui de longues années. Mais à présent, c'est terminé, je ne vous aime plus.
Guenièvre : Ah ben carrément ! Vous avez le sens des excuses, mon p'tit vieux !
Lancelot : Je vous aime en tant qu'épouse de mon Roi, évidemment ! Je vous supplie de me laisser la chance de vous prouver à tous mon dévouement le plus total.
Guenièvre : Très bien, je ne veux pas la mort du pécheur. Si mon époux vous a pardonné, j'aurais mauvaise grâce à ne pas en faire autant. Venez que je vous présente Lohot, mon fils.
.....
Arthur : Alors, ça s'est bien passé ?
Lancelot : On ne peut mieux, Sire. La Reine et vous êtes décidément des personnes au grand cœur ! Pourrais-je abuser encore un peu de votre bienveillance ?
Arthur méfiant : Allez-y, dites toujours.
Lancelot : Les choses étant relativement calmes, me donneriez vous la permission d'aller visiter une Dame de ma connaissance ?
Arthur : Ah ouais ? Carrément ! Quand avez-vous bien pu trouver le temps de conter fleurette ?
Lancelot : Dés mon retour, Sire. En arrivant à Cobernic, j'ai rencontré la fille du Roi pêcheur. Une âme pure dans un corps magnifique !
Arthur : Je m'en voudrais de briser dans l'œuf une idylle si prometteuse. Vous avez ma bénédiction.
(Noir, voix off)
Arthur : Décidément, Cobernic, c'est "the place to be" en ce moment !
TSON !




Episode 5 : LE CALME AVANT LA TEMPETE.
.....

TATSOIN, TATSOIN, TATSOIIIIIN !

.....

C'est le printemps mais à Cobernic, la différence avec l'hiver est à peine perceptible. Lancelot et Ellan profitent de la vie. Le Roi pêcheur a accepté de donner la main de sa fille à Lancelot, le Roi blessé est toujours blessé et le Graal, toujours introuvable. La jolie Ellan est enthousiaste à l’idée de quitter Cobernic pour découvrir d’autres horizons. - J'ai hâte de voir Kaamelott, de rencontrer le Roi, la Reine et toute la cour !
Lancelot, de son côté, est ravi d’abandonner son rôle de chevalier errant.
- La semaine prochaine, mon amour, pour notre mariage. Vous verrez, à quelques lieues plus au sud, le temps est beaucoup plus clément. Les jardins de Kaamelott sont magnifiques en cette saison.

.....

Kaamelott, c’est le mariage en une belle journée ensoleillée. Tout le gratin du royaume de Bretagne à été convié. Lancelot n'étant pas en odeur de sainteté, les faire-part ont été rédigés de telle manière que l'on comprenne bien que même si c'est une invitation, une absence serait perçue comme une insulte.
Tout ce beau monde s’égaie dans les jardins du château, des rafraîchissements leurs sont servis.
Malgré le traité de paix, Anna, le Roi Loth et Galessin se tiennent à l’écart, la suivante d’Anna tenant Mordred dans ses bras.
Du côté des habitants de Kaamelott, Lancelot a fini par être accepté et même si certains sont encore méfiants, ils le gardent pour eux.
Pal, Koc et Bort, les trois loups de Merlin sèment la pagaille parmi les invités. Ils ont bien grandis et sont devenus impressionnants. Pour autant, personne ne risque quoique ce soit, Merlin ayant le contrôle absolu de ses loups.

Arthur s’adresse aux invités.
- Mes chers amis ! Nous voici réunis, une fois n’est pas coutume, pour un heureux évènement. J’aimerais que l’union du seigneur Lancelot du Lac et d’Ellan de Cobernic, soit le symbole d’un nouveau départ vers un avenir Meilleur. La cérémonie sera célébrée dans quelques instants, d’ici-là, buvez, mangez, amusez vous !

Le Roi Loth chuchote à  Anna.

- Un avenir meilleur ? Ça dépend pour qui ! POSTERUS, MIHI ASINUM! Ça veut ...

- Taisez-vous ! Vous me fatiguez mais quelque chose de monumental. Je ne veux plus vous entendre de la journée !

Le Roi Loth à voix basse. - Très bien, je vois que l’ambiance est à la fête. Je vais discuter avec l’ennemi qui, paradoxalement, me semble plus amical.
Il se dirige alors vers un groupe composé d’Arthur, Léodagan et Perceval.
- Sire ! Votre réception est magnifique, et les jardins sont de toute beauté.

- Heureux que cela vous plaise. Félicitations, pour votre fils ! Anna et lui se portent bien ?

- En pleine forme ! Plus, ce serait trop ! J’espère que Mordred et Lohot deviendront de bons camarades à l’avenir.

Perceval intervient, comme toujours à bon escient. - Mais, sinon, vous étiez pas chez les méchants, avant, vous ?

Léodagan saute sur l’occasion. - Ah mais si ! Mais avec notre bon Roi qui pardonne à tout-va, le v’là redevenu fréquentable. Comme quoi, on peut faire les pires saloperies et se faire inviter à ripailler tranquillement. Moi, ça me ...

Arthur décide de couper court. - Messieurs, nous n’en sommes plus là ! Comme dirait notre ami : IN PRAETERITO, FACERE MUNDUM VERRUNT.

- C’est pas faux ! Croit devoir placer Perceval.

Léodagan - Ouais, moi, je veux même pas savoir ce que ça veut dire !

- En gros, du passé, faisons table rase.

- Je savais bien ! J'préférais pas savoir !

.....

Les jeunes mariés sortent de la chapelle sous les vivats plus ou moins sincères de la foule. Les rois, les chevaliers et leurs épouses se rendent dans la grande salle de réception tandis que le peuple reste festoyer dans les jardins.
Anna saisit l’occasion et présente Mordred à Arthur et Guenièvre.

- C’est un très bel enfant que vous avez là !

Anna avec un sourire ironique - Vous aussi, Sire.

Guenièvre pleine d’empathie - C’est vrai, on voit bien la ressemblance ...

Anna toujours souriante - Avec qui ?

- Ben euh, avec vous !

Anna fixant Arthur dans les yeux - C’est vrai mais il tient beaucoup de son père aussi.

.....

Quelques mois plus tard, Lancelot et Ellan ont le plaisir d’annoncer la naissance de leur fils, Galaad.
Les années passent, les enfants grandissent, le vœu d’Arthur d’un avenir meilleur semble bien se réaliser.
Pourtant, si Galaad suit le chemin de son père de manière prometteuse, Lohot, de son côté rencontre un problème inattendu. En effet, à l’âge de cinq ans, Arthur voit Lohot écraser une araignée puis tomber inanimé, il dort. Cet évènement n’aurait guère eu d’importance si, quelques années plus tard, lors de sa première chasse, Lohot s’endort à nouveau après avoir abattu un cerf.
Arthur consulte Merlin mais celui-ci est impuissant.
-J’ai bien peur de ne rien pouvoir y faire, il semble que Lohot soit condamné à s’endormir sur le cadavre de ses victimes.
- C’est un bon combattant mais ce handicap pourrait lui coûter la vie.*
- Il devra privilégier les duels !

.....

De son côté, Mordred, suit l’exemple de sa mère. Il est pervers, méchant et avide de pouvoir. Une vraie réussite aux yeux d’Anna.
Morgane regarde Mordred molester un serviteur. – Bien Mordred, cultive ta rage, tu en auras besoin pour assouvir ma vengeance !

FIN.

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Wahou, l'histoire avance ! Ce que je trouve intéressant, c'est qu'elle se raccorde peu à peu avec des éléments de la légende qu'Astier n'avait pas utilisés. Il y a pas mal de scènes et de répliques très drôles, et en même temps on est en plein dans la légende arthurienne.

Vivement la suite ! :)

Pécore
Hors ligne

Y'a qu'à demander ! ça vient ! :)

Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Youah ! Y'a du boulot ! Félicitations ! :D

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB