Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum sélectionné selon l’acidité. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Pécore
Hors ligne

 
La page blanche

 
Quand Arthur, Léodagan et consorts manquent soudain d’imagination


INTRODUCTION
Le seigneur Karadoc est dans les cuisines. Face à lui, une complexe préparation culinaire à base de pain et d’une multitude d’aliments. Dame Mevanwi fait son apparition à la porte.
Mevanwi
Mais enfin qu’est-ce que vous faites ? Ça fait trois heures que vous êtes ici !
Karadoc
Je sais pas… je trouve pas.
Mevanwi
Mais vous trouvez pas quoi ?
Karadoc
Il manque quelque chose, mais je sais pas quoi.
Mevanwi
Dans votre sandwich, vous voulez dire ?
Karadoc (piqué au vif)
C’est plus qu’un sandwich, ça, c’est des tranches de bonheur normalement ! Ça devrait être une merveille urinaire.
Mevanwi
Culinaire ?
Karadoc
Ouais bon bref, en tout cas il manque quelque chose pour que ça soit parfait. Je comprends pas, d’habitude ça vient tout seul.
Mevanwi
Vous trouverez ça demain…
Karadoc
Demain ? Mais le pain sera moisi, demain ! Plus rien ne sera frais, demain ! Quand il s’agit de manger, y a pas de demain !

ACTE I

Perceval et Arthur mangent ensemble.

Perceval
Sire, vous êtes de bonne humeur là ?
Arthur (les yeux baissés sur son assiette)
Pourquoi ? Vous avez peur de manger une tarte ?
Perceval
C’est pas de la compote, le dessert ?
Arthur lève les yeux au ciel
Arthur
Bon, vous avez quelque chose à me demander ?
Perceval
Bah comment vous savez ?
Arthur
Parce que chaque fois qu’on mange ensemble, vous avez toujours quelque chose à me demander.
Perceval
  C’est pas pour vous embêter sire… mais j’aime bien quand vous m’expliquer des trucs. Ça me rabiboche.
Arthur
Ça vous.. revigore ?
Perceval
Ah ouais, merde.
Arthur
Bon ben allez-y, dites-moi.
Perceval
Voilà, j’aurais voulu faire une poésie pour Angharad.
Arthur
Et ?
Perceval
Bah je me suis mis face à une feuille, j’ai pris une plume, comme font les poètes quoi… et pas moyen d’écrire une ligne !
Arthur (surpris)
Mais vous savez écrire, maintenant, vous ?
Perceval
Ah non.
Arthur
Bah vous croyez pas que ça vient de là ?
Perceval
  Ouais, c’est sûr, ça aide pas… Mais bon, à la limite si je vous dicte, vous vous pourriez écrire.
Arthur
Dites, d’abord je suis pas votre larbin, et en plus vous avez des pistes ?
Perceval
Je sais pas, un truc qui l’impressionne un peu, genre une aventure de chevalier…
Arthur (appuyant sur « vos »)
Une de vos aventures de chevalier ? Vous avez pas peur que ça soit trop impressionnant ?
Perceval
Ouais, je sais, elle est pas habituée. C’est pour ça, je vestibule.
Arthur
Vous… tergiversez ?
Perceval
Ah non non, j’ai rien versé… vous croyez que c’est ça ?
Arthur
Écoutez, je peux pas trop vous aider, moi. Déjà vos sentiments pour Angharad, ça reste un peu confus pour moi… et puis j’ai pas trop la tête aux poèmes, en ce moment
Perceval
Vous avez la tête à quoi ?
Arthur
Bah le royaume, le Graal, les lois…
Perceval
Les oies ? Mais quel rapport entre vous et les oies ?
Arthur (après un temps)
Les lois, pas les oies.
Perceval
Ah parce que vous faites des lois ?
Arthur
Bah, j’essaie oui… mais bon en ce moment, j’ai pas trop d’idées… moment c’est comme vous avec votre poème
Perceval (fronce les sourcils)
Comme moi ? Vous allez les offrir à Angharad ?
Arthur ne répond pas et mange, semblant regretter de s’être lancé dans la discussion.
ACTE II
Arthur, l’air soucieux, marche dans un couloir du château. Il rejoint la salle des archives.
Arthur
Père Blaise ?
Le silence lui répond.
Arthur (plus fort)
Père Blaise ???
Toujours rien. Arthur avance et finit par tomber sur le Père Blaise, assoupi, un livre sur les genoux.
Arthur (fort)
Hé !!!
Père Blaise
Hein, quoi ?
Arthur
Dites, rappelez-moi, combien je vous paie au juste ?
Père Blaise – Comment ça ?
Arthur
Ça fait une plombe que je vous cherche, j’ai pas exactement que ça à glander, et je vous trouve en train de roupiller sur une chaise... d’où ma question : combien je vous pai, déjà ?
Père Blaise
Écoutez, Sire, c’est pas ce que vous croyez… Il se trouve…
Arthur
Non alors attendez… parce que ça m’intéresse pas tellement en fait, je venais pour vous demander quelque chose.
[perso=se redresse]Père Blaise (endormi)
Je vous écoute, Sire.
Arthur
Où est-ce que vous consignez les lois déjà ? Parce que je me souviens plus, je sais que y a un endroit, mais pour retrouver ça dans votre bordel
Père Blaise
Oh ben mon bordel…
Arthur
  Oui non vous avez raison, techniquement c’est à moi tout ça
Père Blaise
  Non c’est plutôt sur le mot « bordel » que je…
Arthur
Écoutez, appelez-ça comme vous voulez hein. Et du coup ?
Père Blaise (ne comprenant pas)
  Du coup ?
Arthur
Les lois ?
Père Blaise
Ah oui, les lois…Excusez-moi Sire, mais quand vous dites « consigner »…
Arthur
Oui enfin je voulais dire ranger, mais bon, vous ne savez visiblement pas ce que ça veut dire, donc j’ai préféré, « consigner »
Père Blaise
Oui, oui oui mais je sais pas non plus si on peut vraiment dire « consigner »….
Arthur
Bon bref, je vais plus simple, elles sont où les lois ?
Père Blaise (embêté)
  Bah, les lois…
Arthur
  Y a pas un endroit où vous les mettez ?
Père Blaise
Disons que… y a plusieurs endroits
Arthur le regarde, atterré

ACTE III

Père Blaise
Je consigne les lois importantes (il insiste sur ‘importantes’), mais de là à tout garder… parce que y a quand même un tas de conneries hein.
Arthur
Quelles conneries ? Mes lois ?
Père Blaise
Non mais ce que je veux dire, Sire…
Léodagan apparaît dans l’encadrement de la porte et regarde Arthur
Léodagan
Ah, ben vous êtes là ? Ça fait une plombe que je remue le château pour vous trouver !
Arthur
Qu’est-ce qu’il y a ? Une urgence ?
Léodagan
Plutôt oui. J’ai séance de justice demain matin, et j’ai toujours pas de nouvelle idée.
Arthur
De nouvelle idée pour quoi ?
Léodagan
Bah pour buter un voyou de manière originale !
Arthur
Quoi ?
Léodagan
Un peu de nouveauté, quoi… par exemple la dernière fois, le voleur de porc, bon ben on l’a fait cuire avec le porc qu’il avait volé et on a fait bouffer le tout aux condamnés de la semaine suivante. Ou la fois d’avant…
Arthur
Oui oui, j’imagine bien la fois d’avant… mais en quoi ça me regarde ?
Léodagan
Eh ben, là pas moyen de trouver une idée originale… en plus j’ai que de la crapule bas de gamme, des clodos, ça ressemble à rien. Enfin ça ressemble jamais à grand-chose mais c’est pour ça, autant s’amuser un peu
Arthur
Et vous venez me voir moi, pour me demander de vous aider à buter des mecs alors que vous savez que j’aime pas ça ?
Léodagan
  Ah c’est sûr que pour une fois j’aurais préféré avoir mon père sous la main, question invention il est plutôt calé. Mais le temps que j’envoie un pigeon et qu’il réponde, la séance sera passée, alors…
Arthur (blasé)
Écoutez, je sais pas moi, reportez-là.
Léodagan
Reporter une séance de justice ? Vous êtes pas un peu givré non ? Du sursis pour la racaille, et puis quoi encore ? J’ai une réputation à tenir moi, c’est pas comme vous.
Arthur
– Démerdez-vous, j’ai assez à faire avec l’autre grand con là
Léodagan
Je peux toujours le rajouter au lot de demain discrètement si vous voulez…
Arthur ignore Léodagan et se tourne de nouveau vers le Père Blaise
Arthur
Bon, pour résumer les lois sont éparpillées partout, pas moyen de les retrouver ?
Père Blaise
Bah dites-moi, j’ai toujours une vue d’ensemble…
Arthur
Une vue d’ensemble… j’vais vous coller au plafond pendant trois mois, là vous aurez une belle vue d’ensemble !
Léodagan
  Ah non, la loi pour coller les gens au plafond je l’avais proposée, vous avez jamais voulu…
Père Blaise
Et puis peut-être que pour les lois y a quelques soucis mineurs, mais tous les récits de chevalerie, je fais attention.
Arthur
Les récits de chevalerie de ceux-là ? Ah ben oui, ça vaut le coup d’être attentionné.
Léodagan
Parce que vos lois de gonzesse, ça vaut le coup d’être attentionné ?
Père Blaise
En même temps les lois vous les connaissez bien, c’est vous qui les faites…
Léodagan
Et ça se voit, hein, que c’est vous qui les faites… du coup pour une fois c’est peut-être pas plus mal que l’autre abruti ait pas fait son boulot…

CONCLUSION

Arthur
Bon, je vous demande quand même, vous avez eu l’impression d’en descendre moins, des lois, ces temps-ci ?
Père Blaise
En descendre moins ?
Arthur
Je sais pas, j’ai l’impression de faire moins de lois ces derniers temps, ça me chiffonne.
Léodagan
Pas nous, je vous rassure. Bon, on peut s'occuper de mes problèmes ou pas ?
Arthur
Votre problème de dégommer des clodos, vous voulez dire ? Je vais le régler vite fait, moi. Père Blaise, prêtez-moi votre plume, que j’écrive un mot.
Père Blaise
Vous risquez de pas voir grand-chose, ma chandelle est morte et j’ai plus de feu…
Léodagan
Fermez donc votre gueule, pour l’amour de Dieu !
Arthur écrit, et dit à voix haute en même temps
Arthur
À compter de ce jour, les exécutions se feront uniquement par pendaison. Signé : Arthur. Et voilà !
Léodagan (furieux)
Quoi ?
Arthur finit d’écrire, jette la plume et garde la feuille
Arthur
Et hop, une loi de plus !
Père Blaise
Bah oui, mais du coup je sais pas trop où la ranger moi…


Léodagan
Moi j’ai bien un endroit à vous suggérer…


Chevalier Feuletonniste
Hors ligne

Ah, Dimid, tu es revenu !!!! Tu n'interviens pas souvent (un scénario tous les trois ou quatre ans, c'est ça ?), mais ce n'est pas pour rien. Et là, j'ai passé un bon moment à lire le scénario.

Comme pour le tour de Bretagne, j'adore les dialogues, c'est parfaitement dans le ton de la série, et il y a plein de bonnes idées, en particulier la fin est parfaite (j'ai terminé par un éclat de rire) ! Il y a même une allusion à « Au clair de la Lune » qu'on se demande ce qu'elle fait là...  Après, je n'ai pas très bien compris à quoi sert l'introduction, mais en même temps j'adore le proverbe final (« Quand il s’agit de manger, y a pas de demain ! »).

J'espère que tu continueras à avoir de l'inspiration, et si on pouvait éviter d'attendre trois ou quatre ans pour le prochain... ;)

Pécore
Hors ligne

Le père Blaise au clair de la lune, très poétique ! Heureusement qu'on peut compter sur Léo :)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB