Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui se saigne au quatre fromages. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Pécore
Hors ligne

Arthur, mode décontracté, sous son arbre favori.

    ARTHUR : Belle qui tiens ma vie-euh
    Captive dans tes yeux,
    Qui m'as l’âme ravie-euh
    D'un sourire graci-eux,
    Viens tôt me secourir
    Ou me faudra mourir, viens tôt me secourir, ou me faudra...


    PERCEVAL : Ah ouais j’l’aime bien celle-là !

Arthur se relève brutalement.

    ARTHUR : Non mais qu’est-ce que vous foutez-là, vous ?!
    PERCEVAL : Ben, j’vous écoutais chanter.
    ARTHUR : Je chantais pas !
    PERCEVAL : Ah ben si, c’était : Belle qui tiens ma vie-euh...
    ARTHUR : Je vous dis que c’était pas moi ! Cassez-vous maintenant !
    PERCEVAL : Pourtant, j’aurais juré qu’c’était vous, Sire.
    ARTHUR : Comme quoi, il faut jamais jurer de rien ! Cassez-vous, j’vous dis !
    PERCEVAL : Sinon, vous la connaissez ?
    ARTHUR (posant sa main sur ses yeux) : Pffff... je connais qui ça ?
    PERCEVAL : Pas qui, la chanson, vous la connaissez ?
    ARTHUR : MAIS ÉVIDEMMENT QUE J’LA CONNAIS PUISQUE J’LA CHANTAIS Y A PAS DEUX MINUTES !
    PERCEVAL : Ah ben c’était bien vous finalement ?
    ARTHUR : Oui mais euh, j’avais oublié... voilà !
    PERCEVAL : Ah merde ! Vous vous en souvenez plus du coup.
    ARTHUR : De quoi ?!
    PERCEVAL : La chanson, vous l’avez oubliée ?
    ARTHUR : Mais pas du tout ! J’avais oublié que j’la chantais... c’est tout.
    PERCEVAL : La vache ! je sais qu’ça vient d’moi, hein mais y a des fois, j’ai du mal à vous suivre.
    ARTHUR : Non mais sur ce coup-là, j’ai peut-être pas été clair. Qu’est-ce que vous lui voulez à cette chanson ?
    PERCEVAL : Je l’aime bien, j’aimerais bien l’apprendre.
    ARTHUR : Mais vous en connaissez pas déjà des chansons ?
    PERCEVAL : Oh ben si quand même !
    ARTHUR : Chantez-moi votre préférée, pour voir.
    PERCEVAL : Oui ? Vous êtes sûr ?
    ARTHUR : Roulez, roulez.
    PERCEVAL : Bon, alors euh... hum !

Ah que nos pères étaient heureux
Quand ils étaient à table.
Le vin coulait à côté d’eux
Ça leur était fort agréable.

Et ils buvaient à pleins tonneaux,
Comme des trous, comme des trous, morbleu !
Bien autrement que nous, morbleu !
Bien autrement que nous !

    ARTHUR : Ouais, c’est un autre style.
    PERCEVAL : Ouais, vous aimez pas ?
    ARTHUR : C’est pas ça... c’est une autre ambiance, ça convient pas à tous les moments, voyez ?
    PERCEVAL : Ouais, je vois très bien. Un soir, j’ai chanté ça à une fille, elle m’a vidé un seau d’flotte sur la tête. C’est pour ça, j’aurais bien aimé apprendre la vôtre, là.
    ARTHUR : D’accord, alors, écoutez. Belle qui tiens ma vie-euh [...] Plutôt on verra l'onde
    Contre mont reculer,
    Et plutôt l'œil du monde
    Cessera de brûler,
    Que l'amour qui m'époint
    Décroisse d'un seul point, Que l’amour qui m’époint, décroisse d’un seul point. Voilà, vous en pensez quoi ?
    PERCEVAL : C’est joli mais j’ai rien compris.
    ARTHUR : C’est marrant, ça m’surprend pas.
    PERCEVAL : Pourquoi vous dites ça ?
    ARTHUR : Parce que comprendre les choses, c’est pas trop votre truc... mais c’est pas grave, hein... pas besoin de les comprendre, tant qu’on les ressent.

(Noir, voix Off)

    PERCEVAL : Ça non plus j’ai pas pigé mais j’ai bien senti que j’aurais pas dû le dire.

TSON !

Belle qui tiens ma vie est une pavane pour 4 voix (accompagnée d'un tambourin) composée par Thoinot Arbeau, de son vrai nom, Jean Tabourot (1520-1595), chanoine de Langres. Donc, aucune chance que les chevaliers de la table ronde aient pu en avoir connaissance au Vème siècle.
Texte complet :
« Belle qui tiens ma vie
Captive dans tes yeux,
Qui m'as l’âme ravie
D'un sourire gracieux,
Viens tôt me secourir
Ou me faudra mourir.(bis)
Pourquoi fuis-tu mignarde
Si je suis près de toi,
Quand tes yeux je regarde
Je me perds dedans moi,
Car tes perfections
Changent mes actions.(bis)
Tes beautés et ta grâce
Et tes divins propos
Ont échauffé la glace
Qui me gelait les os,
Et ont rempli mon cœur
D'une amoureuse ardeur.(bis)
Mon âme souloit* être
Libre de passions,
Mais Amour s'est fait maître
De mes affections,
Et a mis sous sa loi
Et mon cœur et ma foi.(bis)
Approche donc ma belle
Approche, toi mon bien,
Ne me sois plus rebelle
Puisque mon cœur est tien.
Pour mon mal apaiser,
Donne-moi un baiser.(bis)
Je meurs mon angelette,
Je meurs en te baisant.
Ta bouche tant doucette
Va mon bien ravissant.
À ce coup mes esprits
Sont tous d'amour épris.(bis)
Plutôt on verra l'onde
Contre mont reculer,
Et plutôt l'œil du monde
Cessera de brûler,
Que l'amour qui m'époint
Décroisse d'un seul point.(bis) »
* Souloir : avoir l'habitude de. Beaucoup d'adaptations  modernes du texte remplacent ce verbe par "vouloir", qui se conjugue de  la même manière, au prix d'une altération du sens de la phrase.

Chef de Clan
Hors ligne

J'aime bien ça les histoires avec de la musique. Autant la première je ne la connais que de Kaamelott autant la deuxième elle est toujours bien à chanter avec les copains ! Bravo.

Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Beau boulot Gerfo !
Je me demande si la musique, chère à AA, aura toujours autant de place dans les films que nous attendons tous.

Chef de Clan
Hors ligne

Je verrais bien une petite musique pour l'espoir alors que les partisans d'Arthur se retrouvent autour d'un feu de camp à la nuit tombée sous la neige. Ou un petit canon souterrain de la part de Perceval et Karadoc ?

Semi-Croustillant
Hors ligne

Comme toujours, Gerfo, tes scenarii sont à la hauteur du faucon !
Une belle histoire, doublée d'un cours de musique, d'histoire et de vieux français...
Merci encore. ;)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB