Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui est trop jouasse d’être là !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

C'est cette scène qui m'a le plus bouleversé, tout y était et j'ai trouvé la musique, l'ambiance et tout, carrément magnifique.
Et la robe rouge... oui c'est un symbole, on a l'impression tantôt qu'il est en plein mirage, tantôt dans le réel... parce que ça lui rappelle trop de souvenirs, il se perd.
Bref, je le vois comme ça, et je trouve que c'est vraiment, un des plus belles scènes tragiques qu'il m'aie été donné de voir. ;)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Je sors un peu du sujet "robe rouge" ! :)

Pour moi, dans cette dernière scène, la chose la plus importante c'est le souvenir soudain d'Arthur, celui de son enfance, du moment où il a retiré l'épée.

En fait cet évènement est traité à plusieurs reprises :
- A 20 ans, il s'en souvient, mais croit qu'il s'agit d'une tradition bretonne pour les petits garçons
- Quand il retire à nouveau l'épée quand il arrive de Rome, ce moment n'est pas solennel. On dirait que pour lui c'est juste le moyen de légitimer sa nouvelle position.

Il a ensuite vécu ce don comme un fardeau, une malédiction, jusqu'à souhaiter la remettre en place, espérant presque qu'un autre la ressotira du rocher.

Et dans cette scène finale, quand il se souvient en détails, réellement, de ce qui s'est passé dans son enfance, on a l'impression qu'il a enfin trouvé sa place. Qu'il a compris que tout n'est pas arrivé en vain. Qu'il a un rôle à jouer, un destin à accomplir, et de là il se reprend.

Concernant la robe de mariage d'Aconia, j'avoue que j'ai du mal à comprendre ce qu'AA a voulu faire passer !

Croustillant
Hors ligne

Excusez la promptitude de mon arrivée mais j'ai une interrogation par rapport à cette scène. Est-ce que, selon vous,  il y a matière à rapprocher cette scène avec le souvenir d'Arthur enfant avec la quête de sa descendance dans le livre V?

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

... de quoi ?

Croustillant
Hors ligne

Est-ce qu'il y a un rapport entre le souvenir final d'Arthur enfant qui retire l'épée (et qui a l'air d'un électrochoc pour Arthur comme l'a expliqué azenor 74) et toute la quête du livre V où Arthur cherche justement ses enfants?

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Perso je pense pas, dans cette scène, il se souviens surtout de la première fois qu'il retire mescalibure, le seul rapport c'est que là aussi, comme sa jeunesse avec Anton, il a une réminiscence de sa jeunesse oubliée

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Je crois qu'on ne sera jamais d'accord de toute façon car chacun a eu son propre ressenti face à cette scène :)

Pécore
Hors ligne
Nemesis a écrit :

Je crois qu'on ne sera jamais d'accord de toute façon car chacun a eu son propre ressenti face à cette scène :)

Et fort heureusement que cela se passe comme ça à chaque fois qu'on est face à une œuvre artistique.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Oui, donc... je dirais que personne n'a tort ni n'a raison, car on ne saura jamais vraiment ce qu'Arthur voulait nous faire passer comme message précis.
Puisqu'il a plusieurs sens.
Oui, et fort heureusement d'ailleurs qu'on ne pense pas tous pareil, sinon on ne serait pas ici ^^.

Croustillant
Hors ligne
Carad'Oc a écrit :

Je crois qu'on ne sera jamais d'accord de toute façon car chacun a eu son propre ressenti face à cette scène :)

Et fort heureusement que cela se passe comme ça à chaque fois qu'on est face à une œuvre artistique.</div></blockquote>Bien entendu, on n'est pas là pour imposer à l'autre sa vision des choses. Mais comme on est entre fans qui ont chacun une vision intéressante de ces choses c'est bien d'en discuter.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Ouiii mais vu d'ici j'ai l'impression que vous vous engueulez :D .

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Provençal a écrit :

Est-ce qu'il y a un rapport entre le souvenir final d'Arthur enfant qui retire l'épée (et qui a l'air d'un électrochoc pour Arthur comme l'a expliqué azenor 74) et toute la quête du livre V où Arthur cherche justement ses enfants?

Je ne l'avais pas vu comme ça. Cela voudrait dire qu'en cherchant sa descendance, Arthur chercherait sa propre enfance. Ca me semble un peu alambiqué, ou alors j'interprète de travers ce que tu veux dire.

Croustillant
Hors ligne
sossa a écrit :

Je ne l'avais pas vu comme ça. Cela voudrait dire qu'en cherchant sa descendance, Arthur chercherait sa propre enfance. Ca me semble un peu alambiqué, ou alors j'interprète de travers ce que tu veux dire.

J'en suis en effet arrivé là dans mes raisonnements tordus :)
Mais j'osais pas l'écrire aussi directement. Merci de l'avoir fait!

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Tout n'est pas lié non plus et souhaiter être père est déjà une raison suffisante pour rechercher ses enfants sans aller y ajouter une quête de recherche de sa propre enfance. D'autant que si ça avait été le cas dans le livre 5, Arthur aurait commencé par aller directement chez cette lopette de Jardinier (comme dirait Goustan) sans que ce soit Meleagan qui l'y emmène à son insu.

En plus avec toutes les incohérences ou trucs branlants dans le récit qu'on peut voir ici ou là, on pourra difficilement faire passer Kaamelott pour une série hyper carré ou chaque mot est lourdement pesé dans le fil narratif global.

Oui, je sais, je suis un rabat joie :D

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Je reviens sur la robe d'Aconia qui réapparait à la fin de l'épisode.

Cette robe elle est rouge. Bien sûr la première chose à laquelle on pense, c'est le désir, ou l'amour passionnel que portait Arthur à Aconia (même si on l'a pas trop vu). Ça lui rappelle ses souvenirs, et ce pour quoi il se battait dans le temps.

Mais sinon, le rouge c'est aussi le pourpre, la couleur des Empereurs romains et des sénateurs, enfin tous les types qui avaient un certain pouvoir à Rome. Une couleur de prestige et de pouvoir : Gildas dit d'Ambroise Aurélien, un prédécesseur d'Arthur dans la légende et dans l'Histoire, que ses parents avaient "porté le pourpre".

La robe d'Aconia représente le fait qu'Arthur recommence à agir comme un roi !

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Carad'Oc a écrit :

1- La musique ! Je l'ai trouvé tout à fait inappropriée  au moment ! Je la trouve trop violente et en décalage avec les autres musiques auxquelles AA nous avait habitué.

2- Ok il se rappelle quand il a retiré l'épée gamin et ça lui redonne du courage pour remonter sur le trône. Pas de problème d'autant que le roi déprimé qui se replie seul et cogite pour mieux rebondir c'est assez efficace.
Mais d'un coup notre cher roi se met à faire de l'escrime dans le vent avec un bout de bois, tel un mousquetaire du XVIIè siècle ! Autant dans la veine des 1ers épisodes on aurait pu trouver ça drôle, mais là après la dose de sérieux qu'on venait d'avoir (que je cautionne et apprécie tout à fait, attention), ça procure quand même une étrange sensation... Disons que je ne m'imaginais pas le roi Arthur manier son épée (imaginée) comme si il était aux JO.

Contrairement à toi j'ai adoré ce passage, de mon point de vue, en revenant à la villa Aconia il renait, en retrouvant l'étoffe laissé par sa 1ère femme il se souviens de tout, tout d'abords de la 1ère fois qu'il retire l'épée mais aussi de la fougue qu'il avait en arrivant en Bretagne, après avoir dupé les Romain, l'enthousiasme qu'il à mis à bâtir Kaamelott, à réunir les chevaliers...etc. Il se rappel de tout se qu'il à dut enduré avant de se lancer dans la quête du Graal (la perte de ses amis, de sa femme).

La musique montre à mon avis très bien cet sorte de "retour du Roi", lui qui n'étais plus qu'un mourant condamné par les druides revient pour corriger les erreurs qui ont été commises (c'est pour cela qu'à mon avis le pacte de ne pas consommer le mariage avec Guenièvre ne tiendra plus très longtemps).

Pour la séance "d'escrime", n'oublie pas qu'il viens de passer prêt d'un an depuis sa tentative de suicide ! Se qui veut dire un an sans entrainement, cela participe, à mon humble avis, également à son réveil en tant que Roi, tout ses chevaliers sont traqués, assassiné par celui qu'il à lui même placé à la tête du pays, les habitants sont tyrannisé, ces même paysans qui ont permis à Arthur de convaincre les Romains qu'ils venaient de perdre la Bretagne.

Le point ou je suis d'accord c'est la petite phrase annonçant le film, je ne la trouve pas super bien tournée ni très utile en clôture de la saison, même si je peut comprendre qu'il faille annoncer au téléspectateurs l'arrivé d'une suite sur Grand écran (j'ai beaucoup aimé l'apparition des bande noirs d'ailleurs :) )

Chef de Clan
Hors ligne
Huaka a écrit :

Je reviens sur la robe d'Aconia qui réapparait à la fin de l'épisode.

Cette robe elle est rouge. Bien sûr la première chose à laquelle on pense, c'est le désir, ou l'amour passionnel que portait Arthur à Aconia (même si on l'a pas trop vu). Ça lui rappelle ses souvenirs, et ce pour quoi il se battait dans le temps.

Mais sinon, le rouge c'est aussi le pourpre, la couleur des Empereurs romains et des sénateurs, enfin tous les types qui avaient un certain pouvoir à Rome. Une couleur de prestige et de pouvoir : Gildas dit d'Ambroise Aurélien, un prédécesseur d'Arthur dans la légende et dans l'Histoire, que ses parents avaient "porté le pourpre".

La robe d'Aconia représente le fait qu'Arthur recommence à agir comme un roi !

Tout a fait d'accord avec cette interpretation de la couleur rouge! L'episode 9 est tellement terne, morose, a l'image d'Arthur allité... Mais cette robe rouge, qui deja renvoie a la passion partagee avec Aconia, symbolise aussi l'action, le courage, etc. Or cette robe est le symbole declencheur de la reprise de forces d'Arthur.
Moi j'ai adoré cette scene et le contraste qu'elle a avec le reste de l'episode. Comme AA l'avait dit, cet episode represente un coup de pied au cul dans l'histoire!

J'ai adoré la musique, qui en effet fait carrement penser a un western. Elle est originale, mais en meme temps tout a fait pertinente.

Le rapport entre le souvenir de son enfance et sa reprise de courage, je pense que c'est parce qu'avant Arthur avait l'impression qu'Excalibur et la royauté c'etait son taf, mais enfant pour lui c'etait un grand moment de retirer l'epee, il jouait au heros avec bonheur. Je pense que le souvenir lui permet de retrouver un peu cet etat d'esprit.

La phrase de fin annonce une suite epique, j'adore. La phrase est cliché, mais dans une histoire comme celle du Roi Arthur, ça passe tout a fait je trouve!

Chef de Clan
Hors ligne

Pour compléter : la robe rouge symbolise le retour a la vie. Le rouge c'est la couleur du sang et la robe  est posée sur ces poignets. Arthur se guérit  en retrouvant le sang qu'il lui manquait (qu'il n'arrivait plus a fabriquer) : il se guérit en retrouvant une partie de sa vie qui lui manquait.

Semi-Croustillant
Hors ligne
azenor74 a écrit :

Je sors un peu du sujet "robe rouge" ! :)

Pour moi, dans cette dernière scène, la chose la plus importante c'est le souvenir soudain d'Arthur, celui de son enfance, du moment où il a retiré l'épée.

En fait cet évènement est traité à plusieurs reprises :
- A 20 ans, il s'en souvient, mais croit qu'il s'agit d'une tradition bretonne pour les petits garçons
- Quand il retire à nouveau l'épée quand il arrive de Rome, ce moment n'est pas solennel. On dirait que pour lui c'est juste le moyen de légitimer sa nouvelle position.

Il a ensuite vécu ce don comme un fardeau, une malédiction, jusqu'à souhaiter la remettre en place, espérant presque qu'un autre la ressotira du rocher.

Et dans cette scène finale, quand il se souvient en détails, réellement, de ce qui s'est passé dans son enfance, on a l'impression qu'il a enfin trouvé sa place. Qu'il a compris que tout n'est pas arrivé en vain. Qu'il a un rôle à jouer, un destin à accomplir, et de là il se reprend.

Concernant la robe de mariage d'Aconia, j'avoue que j'ai du mal à comprendre ce qu'AA a voulu faire passer !

Je partage cet avis également. Et pour la robe rouge celui d'Huaka. En tout cas j'ai trouvé qu'AA avait parfaitement amené cette scène finale pour éviter le ridicule (parce qu'effectivement ça peut vite tomber dans le ridicule) et elle claque même pas mal. Là j'ai plus ressenti une fougue, une envie de découvrir comment Arthur aller se relever...parce que l'air de rien sa tâche est considérable :D

Sinon pour les détails et les incohérences qu'on peut relever ici et là, je suis plutôt du genre à laisser la fiction et le fantastique prendre leur place dans un récit dont la consistance se suffit à elle-même. J'ai pas envie que l'auteur m'explique tout, qu'on me ponde un univers millimétré même si la précision et l'exactitude c'est bien; le fantasme à son importance aussi, comme pour un bouquin. Aujourd'hui on veut tellement tout rationaliser que c'est impossible de raconter "le petit poucet" ou "le petit chaperon rouge" aux gosses sans qu'ils nous questionnent "Bon admettons des bottes magiques, n'empêche la gravité devrait l'aplatir le nabo", "hey, un loup qui parle tu me prends pour une bille?" "et puis hein d'un point de vue temporalité, impossible que le loup bouffe la grand-mère et s'installe dans le plumard avant que l'autre arrive" etc...

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Daccord avec Azenor

IL SE SOUVIENT ENFIN !!! Enfin il se remémore réellement le passage ou il retire l'épée pour la 1ère fois. Il va enfin s'accepter et arréter de douter !!.

Jusqu'ici il s'est toujours considéré être une personne comme les autres qui avait eu trop de promotions trop de chance dans  sa vie sans qu'il le mérite vraiment. Le fait de se rappeler ses 4 ans, il sait qu'il est justement hors du commun qu'il est différent de tous les autres , que depuis le début , il mérite son statut et doit répondre aux devoirs qui incombent à son rang : élu des dieux

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Tout à fait d'accord avec Sossa, j'ai rien à dire de plus. Cette scène elle pète, tout simplement.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

hé hé!
Moi aussi, grand fan de Tarentino, j'ai adoré la scène finale parce que j'y ai retrouvé du Kill Bill...

Personnellement, j'ai beaucoup aimé cette scène, pour une raison simple:
Imaginez la fin de ce livre sur le même ton que le dernier épisode...
On serait sur un anticlimax déprimant à souhait joué en la mineur.

Avec cette fin, où un élément inexpliqué (la robe qui reste comme par hasard au même endroit, ce n'est pas une licence poétique, mais un effet de manche théâtral ^^) permet à Arthur de se débarrasser de ses fantômes intérieurs et de revenir à sa motivation originelle, on est en plein dans le mythe, dans le légendaire théâtral.
Astier a souhaité finir les épisodes de Kaamelott sur un climax, afin de mieux le lier à ses films futurs et de refléter l'état d'esprit du roi Arthur.
Livres I et II: le roi est entouré de cons, mais la motivation est là.
Livre III: on commence à sentir un laisser aller
Livre IV: le roi craque, et n'obéit plus aux règles. Les menaces divines ("les prophéties") le ramènent à la raison, sans grande conviction
Livre V: Le chaos est là (plus de chevalier, le roi ne veut plus être roi) et la réponse (Méléagant) réussit son coup.
Livre VI: le roi est sauf, mais ne veut toujours pas gouverner. Il ne croit plus en rien, tout est trop compliqué.
Fin du Livre VI: La Robe. Le flash. Tout devient simple. La Robe a le même effet que Méléagant. Elle fait table rase du passé. Arthur est psychologiquement prêt à reprendre son destin en main.

La musique de western, jouée sur un mode mineur, illustre bien au début l'état d'esprit d'Arthur. Grave, désordonnée, peu harmonieuse.
Des cordes, frottées, pincées et frappées, jouent des notes graves. C'est l'état de doute. L'errance psychologique d'Arthur.
Des unissons brefs et répétés. Aigus. Sons d'arrière plan. C'est la curiosité d'Arthur, l'attente de ce qu'il va découvrir dans la villa.

Puis Arthur trouve la robe. Petite envolée. Les bois interviennent. Les cordes deviennent plus harmonieuses, on est pitet même sur du majeur. La mélodie prend son sens épique. Arthur se voit enfant retirer l'épée. L'épée est retirée, Les cuivres trompettent et s'arrêtent. Plus de musique. C'est le déclic intérieur d'Arthur.
La musique est plus liée. les notes le sont. Arthur se souvient de son amour perdu. Il dort, réfléchit. La musique est nostalgique, lui aussi.

Puis cette nostalgie s'efface. La musique prend une vraie tournure dynamique. Arthur garde son passé en mémoire, mais décide de reprendre son destin en main. On le voit enfant dans la neige avec Excalibur, frapper l'air de son épée. Il en fait de même avec son bâton, la robe dans les mains. Il a retrouvé sa simplicité d'enfant, la seule différence avec cette époque d'innocence est qu'aujourd'hui il s'agit d'un homme qui porte aussi son passé dans chacun de ses gestes.
Il fait quelques passes d'armes (qui ne ressemblent en rien à de l'escrime, mis à part le dernier geste où il perce son ennemi imaginaire).

La musique triomphante s'arrête. Le combat dans le vide est terminé. Arthur observe sa robe, se revoit légionnaire, pense à son ex-femme. Son passé peut être lourd, sa détermination est tou de même revenue. Il est psychologiquement plus fort. Il a réussi à concilier l'enfant élu des dieux et le britto-romain torturé par des enjeux qu'il ne maîtrise pas qui sommeillent en lui. Arthur a trouvé sa motivation.
La musique redevient plus désordonnée. Elle évoque l'après. Que doit-il faire? Comment vont les choses en Bretagne en ce moment-même? Comment vont réagir els dieux? Ne risque-t-il pas de perdre de lui même en assumant un destin qu'il ne contrôle pas? Cette musique reflète le doute.

En fait, ce qui gêne le spectateur dans cette scène, c'est que tout est racontée par la musique. Astier aurait pu faire un épisode entier pour expliquer tout cela avec des dialogues, mais le roi est en pleine introspective. Personne à qui donner la réplique. C'est donc la musique pour lui. Et le montage de nous montrer les différentes étapes par lesquelles il passe avant de revenir.

Quant à la phrase de fin, elle ne fait qu'annoncer le film, en apportant un élément de réponse au doute qui subsiste à la fin du Livre VI:
"Arthur va-t-il vraiment revenir sur le trône"
"Oui, et les films vous montreront le chemin parcouru jusqu'à cet objectif".
De plus, le texte présenté comme cela entretient l'aspect épique du sujet. Et la musique western colle très bien à cette annonce.

Voilà voilà, c'était un peu long et désordonné, désolé, mais j'adore cette scène finale et il fallait vraiment que je prenne le temps de la défendre.

Chef de Clan
Hors ligne
Carad'Oc a écrit :

- La musique ! Je l'ai trouvé tout à fait inappropriée  au moment ! Je la trouve trop violente et en décalage avec les autres musiques auxquelles AA nous avait habitué.

La musique vient simplement du film "Jo" avec De Funes ( http://www.wikio.fr/video/308318 ), je pense juste que c'est un hommage :)

Interprète Burgonde
Hors ligne
NocK a écrit :

- La musique ! Je l'ai trouvé tout à fait inappropriée  au moment ! Je la trouve trop violente et en décalage avec les autres musiques auxquelles AA nous avait habitué.

La musique vient simplement du film "Jo" avec De Funes ( http://www.wikio.fr/video/308318 ), je pense juste que c'est un hommage :) </div></blockquote>Bien vu Nock ;) le thème y est pas de doute ila été un peu revu par AA  (question rythme) mais c'est bien le thème de la fin du livre VI.

Pécore
Hors ligne
NocK a écrit :

- La musique ! Je l'ai trouvé tout à fait inappropriée  au moment ! Je la trouve trop violente et en décalage avec les autres musiques auxquelles AA nous avait habitué.

La musique vient simplement du film "Jo" avec De Funes ( http://www.wikio.fr/video/308318 ), je pense juste que c'est un hommage :) </div></blockquote>I know that, Nock, je le mets après quelques lignes de plus sur mon 1er post. ;)

Qu'il rende hommage à LDF ou pas, mon 1er ressenti (à froid, samedi soir, mais c'est déjà loin) pour la musique a été de la trouver inadaptée.
Cela dit le post de Grüdü est assez impressionnant d'analyse musicale !! Félicitations à toi, il y a sans doute pas mal de choses qui se tiennent dans ce que tu dis.

De toute façon j'ai bien compris que j'étais le seul à n'avoir pas accroché à cette scène ! Je peux pas rivaliser à 1 contre tout un forum... Lol

Vive notre roi qui redeviendra un héros.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB