Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum à prendre avec des circonflexes. !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Je suis assez d'accord avec toi iouou55.

Personnellement moi aussi j'écris un livre, qui me prend du temps. Pour le moment je n'ai pas l'intention de le vendre, même si j'y réfléchirais sans doute si l'opportunité se présente ; je l'écris parce que j'ai envie de l'écrire, c'est tout. Mais j'ai l'impression que dans l'esprit de beaucoup de gens, la création c'est l'un ou l'autre : soit on créé pour vendre, soit on créé et on garde pour soi de peur de se le faire voler. Personnellement je trouve déjà extrêmement prétentieux de se dire qu'on va se faire «pirater» ce que l'on vient de créer : c'est extrêmement rare, il faut un talent énorme pour ça...

Mais en matière de téléchargement illégal, et cela a déjà été plus haut je crois, il n'y a pas de vol . Le vol, c'est d'aller dans le magasin et de prendre le CD/DVD/livre sans le payer. Le téléchargement serait du vol si cela coutait quelque chose, or le problème est là : le téléchargement illégal ne fait pas perdre d'argent, il empêche simplement d'en gagner . Quand on choisit de produire de l'art, on y investit de l'argent en partant du principe que cela va se vendre et rembourser l'investissement. Mais si le produit est massivement télécharger, c'est exactement comme si le produit fait un flop et que personne ne l'achète : pas d'argent perdu (il l'est déjà à l'investissement). Si on prend en compte dans l'équation les marges considérables que se font les industries du disque par exemple, il ne doit pas leur falloir beaucoup de vente pour rembourser ce qu'ils ont investis... c'est simplement l'argent «bonus» qu'ils ne perçoivent plus.

C'est pour cela que le roman que j'écris, si j'en viens à bout, sera distribuer librement sur le net avant tout. Oui, je compte le donner . Parce que malgré le temps que j'y aurais passé, c'est ma vision de l'art : le partage. Si quelqu'un télécharge mon livre au lieu de l'acheter, qu'est-ce que cela peut bien me faire ? il ne m'a de toute façon rien couté, j'ai au contraire pris du plaisir à l'écrire, tant mieux si les gens l'apprécient assez pour vouloir le partager librement... si jamais cela arrive, car encore une fois je ne suis qu'un amateur, et le peu que je créé n'a qu'un impact infime... comme l'écrasante majorité des créateurs, y compris ceux qui vendent beaucoup.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Tu sais, Amélie Nothomb vend beaucoup de livres, elle sort son petit roman chaque septembre, et pourtant c'est de plus en plus moisi. Et je ne dénigre pas volontairement cet auteur ; pour preuve, j'ai dans ma bibliothèque ses 10 premiers livres !!! Mais voilà, c'est devenu quelque chose non plus d'artistique mais de commercial (ça n'est pas le cas de tout le monde heureusement).
Pour répondre à sossa , je ne suis aucunement crypto...machin ! Je crois que si je décidais de jouer du piano en bas de mon immeuble, et qu'un voisin me donnait 10 balles (je suis restée aux francs moi, tiens !) je serais vexée, franchement. Ce que je fais en jouant pour eux, ça n'a rien à voir avec l'argent, c'est bien au dessus de ça. Alors comment on rémunère un artiste ? Mais on le rémunère pas, mince !... Pourquoi vous voulez tant que les artistes vivent de leur art ? C'est un choix de vie l'art, je pense. Soit on a besoin de s'exprimer par la peinture, la sculpture, la musique, et on le fait pleinement en se faisant entretenir par son conjoint, si on a la chance d'en avoir un pour partager ça. Soit on le fait pleinement mais en travaillant à côté, ou en prenant par à une association a but lucratif, ou que sais-je encore, mais en aucun cas on ne profite de ce biais là pour se faire du fric... A mon sens en tous cas.
Je sais bien que dans ces conditions, comment peut-on tourner une série comme Kaamelott ? Bah, je dirais que le cinéma (et la télévision) n'étant pas vraiment de l'art à proprement parler... je crois que ça n'est pas comparable.

Quand ton bouquin sera achevé Keltan, je serai une des premières à en souhaiter un exemplaire (numérique ;-)). La création en toute humilité me plaît.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Je me demandais si le post était sérieux.
Et puis j'ai lu ça :

Bah, je dirais que le cinéma (et la télévision) n'étant pas vraiment de l'art à proprement parler...

Ahem.

Bon, prenons un auteur. Il va écrire un livre. C'est bien, gloire à son âme. Il va passer disons, allez, un an, ça fait une bonne moyenne. Et attention, quand je dis un an, c'est un an, tous les jours, du matin au soir, à travailler. Bah l'auteur, il a beau être gentil, il a besoin de se nourrir, de se loger etc... Son art est son métier.

Ensuite, je vois pas en quoi le cinéma, qui pour moi, bien au contraire, est le plus complet des arts, n'est pas vraiment de l'art.

Chevalier
Hors ligne

De toute manière la question n'est pas ici sur le sujet de l'art. D'ailleurs, si je n'ai pas pris part au débat c'est que le postulat de départ n'est âs bon, mes excuses si je te choque Keltan. En fait pourquoi chercher à savoir si c'est bien ou pas ? Je pense que la question se situe ailleurs que dans une sphère morale (le bien ou le mal).

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

En fait, l'art est un moyen d'expression

Oui c'est vrai, certaines personnes sont douées pour la musique, le théâtre, la sculpture, les croissants aux amandes ...... Et pourtant je n'ai jamais vu un boulanger si doué soit-il et passionné par son métier donner toute sa fournée pour l'amour de la Viennoiserie.


iouou55 a écrit :

Tu sais, Amélie Nothomb vend beaucoup de livres, elle sort son petit roman chaque septembre, et pourtant c'est de plus en plus moisi. Et je ne dénigre pas volontairement cet auteur ; pour preuve, j'ai dans ma bibliothèque ses 10 premiers livres !!! Mais voilà, c'est devenu quelque chose non plus d'artistique mais de commercial (ça n'est pas le cas de tout le monde heureusement).

Son oeuvre est-elle moins artistique que commerciales ? Grand débat là-dessus.
Il faut quand même prendre un compte que lorsque l'on écrit un livre, on est bien plus peinard avant d'être publié qu'après. Je m'explique : sans jamais avoir été publié personne ne sait que tu existes en tant qu'auteur donc que tu mettes 1 ou 10 ans à part toi tout le monde s'en fiche. Mais les écrivains célébres se doivent de respecter un délai imposé par les éditeurs afin que les ventes ne s'écroulent pas et c'est là que ça devient plus compliqué. En imaginant que pour le premier livre tu es mis 2 ans pour l'écrire et bien tu peux diviser ce temps au moins par deux pour le prochain, car le public n'attend pas.

Autrement dit la qualité littéraire du texte dépend tu temps que tu as.

iouou55 a écrit :

Pour répondre à sossa , je ne suis aucunement crypto...machin ! Je crois que si je décidais de jouer du piano en bas de mon immeuble, et qu'un voisin me donnait 10 balles (je suis restée aux francs moi, tiens !) je serais vexée, franchement. Ce que je fais en jouant pour eux, ça n'a rien à voir avec l'argent, c'est bien au dessus de ça. Alors comment on rémunère un artiste ? Mais on le rémunère pas, mince !... Pourquoi vous voulez tant que les artistes vivent de leur art ? C'est un choix de vie l'art, je pense. Soit on a besoin de s'exprimer par la peinture, la sculpture, la musique, et on le fait pleinement en se faisant entretenir par son conjoint, si on a la chance d'en avoir un pour partager ça. Soit on le fait pleinement mais en travaillant à côté, ou en prenant par à une association a but lucratif, ou que sais-je encore, mais en aucun cas on ne profite de ce biais là pour se faire du fric... A mon sens en tous cas.

Je sens que je fais faire une grosse raclette parce que là c'est incompréhensible.
Si j'ai bien saisie le sens de tes phrases un artiste ne devrait pas être payé pour sa production mais il doit l'offrir au monde. Au delà de la prétention absolue de ce propos, un artiste devrait donc être un personne qui se sent supérieure aux autres puisqu'elle "offre" son talent au bon peuple mais il est aussi un parasite (et oui vivre au crochet de son conjoint pour l'amour de l'art c'est pas mal). Alors on peu citer des tas de gens comme ça Vincent Van Gogh, Amedeo Modigliani qui sont perçus comme des artistes maudits et qui ont vécu des bonnes grâces de leur frère ou de leurs amis et bien ça m'étonnerais que cela fusse par choix, vendre tes toiles étaient quand mêmes une de leurs préoccupations.

Après tu me diras si tu arrives à écrire un livre en 6 mois ou faire un film en 1 an avec un boulot à temps plein à Auchan, plus parfois une vie de famille. En calculant 8h de boulot, 1h de pause(s), 1h de trajet, 4 h pour la vie "familliale" et autres, nous sommes déjà à 14 heures de boulot par jour sans n'avoir rien fait de son projet artistique. Suite à cette bonne petite journée tu vas encore plancher 6 à 8 heures pour ton livre/film ?
Avec beaucoup de café et des exta peut être sinon je vois comment tu peux tenir le coup.


iouou55 a écrit :

Je sais bien que dans ces conditions, comment peut-on tourner une série comme Kaamelott ? Bah, je dirais que le cinéma (et la télévision) n'étant pas vraiment de l'art à proprement parler... je crois que ça n'est pas comparable.

Quand ton bouquin sera achevé Keltan, je serai une des premières à en souhaiter un exemplaire (numérique ;-)). La création en toute humilité me plaît.

Le ciné c'est pas de l'art, mais comment on le nomme déjà, hummmm, je cherche ........... ah oui LE 7e ART, c'est bizarre on dirait qu'il y a un mot en commun ? Dans les bonus du livre V, Astier et son équipe affirmaient pouvoir travailler plus de 15H sans s'arrêter, alors dans ce cas comment travailler en plus de tout ça ?
D'autant que si mes souvenirs sont bons il y a des écoles de cinéma, d'arts plastiques, etc..... Ils nous forment à un métier c'est clair.

Bien sûr on peut débattre sur le sujet du talent, je suis d'accord tout cela vient d'une envie de partager sa vision des choses et pas de faire une tâche répétitive. Mais c'est normal que l'on soit payé pour ça, la création demande autant d'énergie que de passer les achats des clients à la caisse, voir plus car on ne sait jamais combien de temps on va mettre pour faire quelque chose.

Je me souviens d'un livre sur la psychologie des contes de fées, il expliquait que seul les hommes au Moyen Âge étaient conteurs; Pourquoi : les femmes avec leurs gamins et la maison à faire tourner ne pouvaient pas se payer le luxe de rêver et d'en faire des histoires.

Tout est là, si en plus du travail de création on doit turbiner il y a moins de temps pour la réflexion.Les producteurs/éditeurs, de moins en moins d'ailleurs, nous permettent d'acheter ce temps de création sous forme de "salaire".

Et puis flûte il n'y a pas que les artistes qui comptent dans ce calcul :

Un écrivain quand il se fait publier à titre lucratif : il permet de faire bosser la maison d'édition, les correcteurs, les graphistes, les imprimeurs, les libraires, etc ; ainsi ces mêmes maisons d'éditions peuvent investir sur les nouveaux auteurs et leur donner une chance. (pareil voir encore plus pour les cinéastes). Si on légalise le téléchargement et que aucun artiste n'est payé et bien vous pouvez dire adieu à toutes formes de créations parce que rien n'y suivivra (des milliers de personnes au chômage et tout le bataclan).



Désole pour la tartine et le HS, je m'arrête là.

Semi-Croustillant
Hors ligne
Bender a écrit :

De toute manière la question n'est pas ici sur le sujet de l'art. D'ailleurs, si je n'ai pas pris part au débat c'est que le postulat de départ n'est âs bon, mes excuses si je te choque Keltan. En fait pourquoi chercher à savoir si c'est bien ou pas ? Je pense que la question se situe ailleurs que dans une sphère morale (le bien ou le mal).

C'est ce que je pense aussi oui. Pouvoir mettre en adéquation une époque, un système, un métier (ou état d'âme pour certains).

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Je vous avouerai que mes titres n'ont pas vraiment pour but d'aiguiller le débat dans un sens ou dans un autre. Le thème principal est là, on peut discuter autour de ce thème sans suivre à la lettre le titre (j'aurai mis «le téléchargement (il)légal, avec ou sans carotte ?», z'auriez été bien emmerdé :P )

Pour moi la réponse est simple : le téléchargement illégal est la réponse de la masse à une politique débile et à un entêtement et une manipulation du public de la part de ceux qui ne voient en l'art qu'une manière de plus de faire du fric. Tant que cela ne changera pas, il y aura encore et toujours du téléchargement illégal, parce que la masse ira toujours plus vite que la minorité qui tente de protéger ses intérêts...

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

iouou55 a écrit :

J'ai entendu ce que chacun avait à dire par rapport à l'Art, mettons un grand A !

Je suis en partie d'accord avec vous, mais Geralt-of-riv nous dit qu'il écrit un bouquin sur lequel il passe des heures ; de ce fait, il ne veut pas qu'un guignol l'achète, le scanne et le distribue à qui le veut. Mais si des gens veulent le lire, c'est déja une forme de victoire non ? Qu'est-ce que l'artiste (et je paraphrase audacieusement Krakvar ici en utilisant la version "état d'âme") a à gagner, à ce que 1000 personnes ACHETENT son livre ? Il n'y gagne pas autant à ce que 1000 personnes LISENT son livre ? L'important n'est-il pas de le partager, de faire passer un bon moment au lecteur, et parfois (souvent) de lui faire passer un message ? En somme, lire un livre consiste à partager le point de vue de son auteur, ou de le découvrir à travers une histoire, de rêver, de voyager... Je ne parviens toujours pas à comprendre comment l'on peut vouloir, et même penser monnayer ça.

On ecrit de la musique parce qu'on en ressent le besoin non ? Je ne compose pas, je n'ai rien à dire par ce biais là, mais les compositeurs de talent qui fréquentent ce forum le confirmeront surement. En fait, l'art est un moyen d'expression. Je ne vais quand même pas faire payer mes discussions, ça ruinerait mes amis ! Enfin sans en arriver à ces extrémités, il me semble qu'affirmer qu'on est un artiste, tout en visant le marché du commerce constitue un paradoxe important... et je dois bien dire que je ne cautionne pas.

Et puis vous le savez comme moi, quand on pond quelque chose et que l'on a dans l'esprit sa future "vente", on perd vachement en esprit créatif... non ?

Mais si 1000 personne lisent mon livre sans l acheter je gagne quoi moi derriere. tout travail merite salaire

Semi-Croustillant
Hors ligne

Je crois que si je décidais de jouer du piano en bas de mon immeuble, et qu'un voisin me donnait 10 balles (je suis restée aux francs moi, tiens !) je serais vexée, franchement. Ce que je fais en jouant pour eux, ça n'a rien à voir avec l'argent, c'est bien au dessus de ça. Alors comment on rémunère un artiste ? Mais on le rémunère pas, mince !... Pourquoi vous voulez tant que les artistes vivent de leur art ? C'est un choix de vie l'art, je pense. Soit on a besoin de s'exprimer par la peinture, la sculpture, la musique, et on le fait pleinement en se faisant entretenir par son conjoint, si on a la chance d'en avoir un pour partager ça. Soit on le fait pleinement mais en travaillant à côté, ou en prenant par à une association a but lucratif, ou que sais-je encore, mais en aucun cas on ne profite de ce biais là pour se faire du fric... A mon sens en tous cas.
Je sais bien que dans ces conditions, comment peut-on tourner une série comme Kaamelott ? Bah, je dirais que le cinéma (et la télévision) n'étant pas vraiment de l'art à proprement parler... je crois que ça n'est pas comparable.

Je suis un peu dubitatif vis à vis de ce que je lis là...
Dans un premiers temps je suis d'accord que vouloir s'exprimer au travers d'un médium dit artistique, est un mode de vie, une vision, un rapport au monde. C'est la définition même que les philosophes ont donné à ceux que l'on nome des artistes. Par contre, la vision romanesque spécifique du 19° siècle donner par nos chers romantiques et qui consiste à croire en l'artiste maudit, se dévouant corps et âmes à son art au détriment du reste me dérange. Que tu conçois le monde de la création comme ça, que tu connaisse des personnes comme ça, c'est bien iouou55, et je ne te ferais pas de critique par rapport à ça.
Mais par contre, et là non, je suis désolé, ce n'est pas le fonctionnement du monde artistique, et même si c'est ton avis personnel, j'espère que tu ne prendras pas mal mon opinion.

Déjà le postulat du don/talent inné, est faux (je le rapporte à cette citation), ceux qui sont dans les domaines artistiques et qui n'ont pas une vanité trop importante peuvent te le dire, se dédié à la création est un travail à part entière. Et un travail ça crée des tensions, des fatigues, des psychoses, tout ça mérite une rémunération, elle peut prendre plusieurs formes bien sur, mais malheureusement, il y a certaines choses qui sont ce qu'on appelle des frais incompressible. La nourriture, le matériel de travail (on ne peut pas tout faire avec de la récupération), etc...
Rien que pour ça, un artiste, ou une personne stigmatisé en tant que tel doit pouvoir générer suffisamment de profit par rapport à sa création pour entretenir ses frais incompressible, car sinon, pas de création, pas de vie.

Tu fais de la musique ? Ok, tu refuse une rémunération, qui s'apparente à un don, pourquoi pas, cela t'honore, mais tu n'es pas un artiste, comme Keltan avec son livre, cela reste du domaine de l'amateur, et ce quelque soit la dose de compétence derrière. Pourquoi ? Parce que vous pouvez vous permettre de ne pas en tirer un profit financier (mais passons).
En tous cas, sans le savoir tu viens d'avoir une rémunération intellectuelle, qui passe par la notion de notoriété (même si au niveau de ton exemple elle se limite à quelques voisins).
A une autre échelle, quand des artistes vont dans des œuvres caritatives, ils ne sont pas rémunérés financiérement, puisqu'ils viennent d'eux même. Mais ce qu'il faut bien comprendre c'est que même si une part de ces personnes le font de bon cœur, d'autres ont bien compris qu'ils font un investissement, qu'ils retrouveront sous forme d'une rémunération intellectuelle, la notoriété là encore, sauf qu'à cette échelle là, elle peut engendrer de l'argent.
J'irais pas plus loin dans la disgression, car mon propos n'est pas de dire une stupidité du genre "tout le monde est pourrie", mais juste attirer le regard sur le fait qu'une création sera rémunéré, que le veuille ou non son auteur.

Partant de ce fait, on a un couple moteur notoriété/argent, qui permet la création, qui permet à l'auteur de vivre, et qui lui permet éventuellement de ce diffusé. Sans ce couple, il reste seul, isolé et il pourra exprimer les plus poignants plaidoyer, personne ne sera là pour l'écouter. Où alors il les donnera à ceux qui le veulent, mais pour vouloir quelque chose, ne faut-il pas savoir qu'elle existe ?

Du coup, j'en reviens à ça :

ou que sais-je encore, mais en aucun cas on ne profite de ce biais là pour se faire du fric...

Je dirais Amalgame, par méconnaissance à mon avis, Amalgame parce que cet argent est nécessaire. Après quand les besoins de l'artiste sont nourris, l'excédent il en fait ce qu'il veut, là ça ne nous regarde pas. Et si tu veux pointer du doigt ceux qui ne s'intéressent qu'à cet excédent de "fric" au détriment de leurs productions, de ce rapport au monde qui a fait leur notoriété, je ne dirais qu'une chose. Tu as raison de trouver ça fou, de considérer que ce n'est pas normal. Ce sont simplement des gens qui ont oubliés pourquoi ils font ce qu'ils font, ou alors, ils ont toujours eu une face cachée, dans tous les cas, sont-ils encore des "artistes", et là vous rentrez dans ce qui fait Art, à partir de quand/quoi une production est œuvre, à partir de quand/quoi un individu devient artiste.

Mais dans tous les cas, vous ne pouvez pas demander aux artistes, de ce saigner (image ou littéral), de mettre une part d'eux même dans quelque chose pour qu'ils n'en retirent rien, ou alors, on revient à ce système de guilde, où les Arts étaient des œuvres d'anonymes, ils doivent être rémunérer pour qu'ils évoluent, pour qu'ils continuent.
Et je rappelle que je parle de rémunération aussi bien morale que financière. Je reprend cette citation de Soussa, très bien formulé :

J'ai volontairement employé le terme de produit culturel, pas celui d'art. Ceci dit, c'est pas bien compliqué : un artiste qui ne fait que ça a bien besoin de manger, et donc il fait de son art sa source de revenus. Pour créer des oeuvres de la qualité de Kaamelott, ou d'une symphonie de Mozart, ou d'un tableau de Monet, il faut s'y consacrer entièrement. Ou alors tu es un crypto-communiste qui veut que l'Etat stipendie tous les artistes, Dieu seul sait sous quel critère !

Ce système ou l'état stipendie les artistes existe déjà, il porte même un nom institutionnel, puisqu'il s'agit des FRAC (Fond Régionaux d'Arts Contemporains), qui a un fonctionnement de surface, et un autre, un peu moins glorieux. Mais ce n'est pas le lieu d'en parler.

Pouvoir mettre en adéquation une époque, un système, un métier (ou état d'âme pour certains)

La seule variable qui ne fonctionne pas encore avec le reste c'est "système", mais ça viendra. (et l'art est un métier ou l'état d'âme est le moteur de la création).
Si y en a qui ont tout lu, merci de votre attention, et n'oubliez pas le petit chapeau en sortant. ^^

Et pour la valeur morale d'un téléchargement, je pense que cela passe déjà par ce que vous avez comme vision d'un artiste, de sa production/oeuvres et de la manière dont vous évoluez dans ce monde. Bref, il peut y avoir des gros cons qui téléchargent, tout comme des gens réglos, la seule chose qui ne varie pas, c'est qu'elle ne se traduit que par une notoriété sans argent pour l'auteur ou l'artiste que vous honorez de votre attention. (Vous pouvez vous rattraper avec les produits dérivés, genre les concerts, etc.... mais est ce une justification ou une manière de vous absoudre ?)

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

@Geralt-of-riv : tout travail mérite salaire... selon le point de vue. Si tu considères la création artistique uniquement comme un travail pour te nourrir, c'est vrai... mais ce n'est pas le cas de tout le monde, c'est ce que veut exprimer iouou55.

Et si 1000 personnes lisent ton livre, et que 200 le trouvent tellement bon qu'elles en achètent plusieurs exemplaires pour offrir ? Tu ne gagnes peut-être pas une fortune, mais tu y gagnes la reconnaissance et la popularité. 1000 personnes qui téléchargent ton livre, c'est déjà 1000 personnes qui prennent le temps de lire ce que tu écris, ou au moins de s'y intéresser... une base de public qui permet d'asseoir ta réputation et d'augmenter tes chances de vivre de ce que tu créé. C'est ce qui c'est passé avec Naheulbeuk et Survivaure, même si c'est vraiment exceptionnel. Faut pas rêver, vivre de ses créations est extrêmement rare, il faut soit faire la grosse daube commerciale, soit du travail d'une qualité énorme.

À ceci près que tu ne risques absolument rien : personne n'ira télécharger ton livre illégalement, pour les raisons qu'a évoqué Krakvar (il me semble). L'industrie du livre est à l'abri de tout cela ; si même les auteurs mondialement connus sont déjà très peu «piratés», un auteur inconnu n'a pas la moindre «chance» de l'être, quel que soit son talent.

Semi-Croustillant
Hors ligne
Keltan a écrit :

À ceci près que tu ne risques absolument rien : personne n'ira télécharger ton livre illégalement, pour les raisons qu'a évoqué Krakvar (il me semble). L'industrie du livre est à l'abri de tout cela ; si même les auteurs mondialement connus sont déjà très peu «piratés», un auteur inconnu n'a pas la moindre «chance» de l'être, quel que soit son talent.

Oui, avec quand même une petite chance, celle que quelqu'un tombe sur lui par hasard, parce que son travail reprenant des éléments pas très originaux auront été trouvés par les moteurs de recherche

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Voilà, et encore, là chance reste minime. Sinon globalement on pense là même chose, à ceci près que nos méthodes sont un peu différentes...

Il faut de l'argent pour faire de l'art, j'en sais quelque chose puisque je tente en ce moment de devenir photographe amateur (ça fait bizarre, cette phrase). Pour faire des bonnes photos (j'entend en terme de qualité, différence entre un compact à 50€ et un Reflex à 2000€ par exemple), il faut du matériel, donc de l'argent pour l'acheter. C'est encore plus vrai que le milieu de la musique, et pire, dans le cinéma, encore que là l'évolution soit différente. N'importe qui peut devenir musicien, mais c'est beaucoup plus difficile pour devenir réalisateur.

J'ai l'impression que le problème de beaucoup d'artistes débutants est de vouloir gagner de l'argent tout de suite, principalement dans le domaine de la musique. Un groupe se fait repérer, fait des concerts, sort un albums, essaie d'en vivre. Mais ça ne marche pas comme ça... le temps ou les gens allaient au magasin et achetaient un CD pour découvrir un groupe est révolu ; ils vont sur le net et cherchent ce qu'ils peuvent écouter de ce groupe. Et une fois qu'ils ont trouvé, soit ils aiment et vont acheter, soit ils n'aiment pas et n'écoutent plus... ou alors ils continuent à écouter sans acheter, ce qui est majoritairement le cas. Et c'est là le vrai problème, quand des artistes tentent de continuer à vivre en suivant un modèle en voie de disparition.

NIN ont montré l'exemple récemment en donnant librement leur dernier album, tout en commercialisant des versions spéciales à coté : double CD bonus, digipack, versions collector numérotée, etc. Ce groupe a une notoriété bien admise, c'est une référence, quoiqu'ils fassent, ils vendront. C'est ce genre d'exemple que devraient suivre les groupes qui se lancent. Mettre leurs créations en téléchargement libre, et inciter à l'achat par des versions plus attrayantes, tout en proposant l'achat au format numérique. Mais c'est sans compter les majors qui refusent cela en bloc, puisqu'elles ne pourront plus gagner autant par ce système... pourquoi il n'est pas indiqué, quand on achète un disque, comment est réparti l'argent qu'il coute ?

Ce modèle pourrait sans doute fonctionner pour toutes les formes de création, si on prenait la peine d'y réfléchir. Mais non, ceux qui ont les moyens de changer cela s'accrochent mordicus à un modèle dépassé... là est le vrai soucis je pense.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Perso je m en "fiche" de gagner des mille et des cent. Ce qui m interesse c'est faire passer au autre ce que j ai a dire  a travers mon bouquin. Faire passer ma vision des chose.

Pk j ai choisi de faire un heroic fantasy tout simplement car je trouve que c'est un univers qui est ferme. Donc Je me suis debrouiller pr faire une histoire simple mais j ouvre des portes. L'egalite des classe et sexe dans la politique, que ce soit un fermier qui puissent arriver a faire quelque chose ( mon fermier c un melange entre roparz et le stereotypes du pecore, voyez le niveau), des clin d oeil, J ai invente, une race, j ai invente de la culture elfes, le nain ne s enguele pas avec un elfe mais avec un pecore, mon groupe est composé de plusieur femme un guerrier et un pecore loin du cliche un elfe un ranger et un nain. ...

C'est des mini detail maais cela suffit a ouvrir cette univers. En plus les livres de ce genre en general c des paves de 1200 pages parfois meme le tome. Alors que moi je fais un truc qui fait 250 a 300 pages le tome.
J'incruste des definitions pour ce qui connaissent pas....

Je veux montrer un autre aspect de ce qu on peut faire avec un monde si vaste. Et je me casse les bonbon pr pas copier KMLT ou le donjon.
J essaie aussi de montrer au jeunes qu il y a un espoir de jeunes talents. Que l'on peut percer dans le domaine de l ecriture.

Je demande pas que mon livre soit un best seller en 2 semaine et traduis en 48 langues. Je demande juste que si le bouquin plait acheter le ^^ et faites tourner mais pas sur internet. Ca me ferait mal de voir ca en me baladant sur le net.

Chevalier
Hors ligne
Geralt-of-riv a écrit :

L'egalite des classe et sexe dans la politique, que ce soit un fermier qui puissent arriver a faire quelque chose ( mon fermier c un melange entre roparz et le stereotypes du pecore, voyez le niveau), des clin d oeil, J ai invente, une race, j ai invente de la culture elfes, le nain ne s enguele pas avec un elfe mais avec un pecore, mon groupe est composé de plusieur femme un guerrier et un pecore loin du cliche un elfe un ranger et un nain. ...

C'est des mini detail maais cela suffit a ouvrir cette univers. En plus les livres de ce genre en general c des paves de 1200 pages parfois meme le tome. Alors que moi je fais un truc qui fait 250 a 300 pages le tome.
J'incruste des definitions pour ce qui connaissent pas....

Ouais d'accord mais bon le coup du fermier qui devient un héros c'est du déjà vu puisque Frodon dans le SDA est un fermier en quelques sorte...Pis l'égalité des sexes, Kathryn Rush a écrit une dizaine de volumes ou la femme a un rôle tout aussi important que l'homme, pis niveau races, cultures et le reste...

Enfin, j'ai pas lu ton bouquin alors je critique facilement, peut-être qu'il sera très bon, mais faut pas s'emballer non plus les gars. Un bouquin sur le net, ça se télécharge plutôt pas terrible. A mon sens, quand on aime lire, on aime l'odeur du papier qui vieillit. Voilà pourquoi j'achèterais jamais leurs daubes de livres électroniques. J'ai besoin du contact du papier, de l'odeur de la vieille feuille qui a trainé dans des bibliothèques, j'achète toujours mes bouquins sur des marchés aux livres ou chez des petits bouquinistes des quais de Saône et du vieux Lyon. Tu y trouves vraiment des bon trucs et des superbes éditions.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Mon compagnon et moi même lisons énormément, et le livre en tant qu'objet est effectivement quelque chose qu'on apprécie, comme en témoigne notre bibliothèque. Pourtant, si le Kindle ne coutait pas un prix faramineux, nous serions certainement acquéreurs. Parce que si les artistes veulent tant vivre de leur art, personnellement je suis financièrement incapable d'assouvir ma soif d'art... Vous voyez le problème ou pas ?

Je continue à ne pas adhérer à l'art-métier, je considère le boulanger non pas comme un artiste, mais comme un artisan.... et faire de l'artisanat un métier ne me pose absolument aucun problème puisque la démarche est totalement différente.
Je ne me prononcerai plus sur ce point là désormais, quoique chacun ait pu dire sur le sujet, d'ailleurs je vous ai tous entendus et lus avec attention, sans rire. J'aurais mille fois préféré avoir cette conversation avec vous tous de vive voix, autour d'une table :/ .

Semi-Croustillant
Hors ligne

Ah mais un boulanger est un artisan, par ce qu'il n'exprime pas une part de soi même dans ses créations, il produit. Si un pâtissier se lance dans des créations originales où il cherche à exprimer quelque chose, il dépasse le statut d'artisan pour devenir artiste.

Et pour revenir à la musique, on a de plus en plus d'artisans musicaux, qui bénéficie de beaucoup de visibilité parce qu'ils offrent un très important retour sur investissement. On gonfle alors leur notoriété artificiellement, en faisant des spots publicitaires du genre "l'artiste de l'année, blabla".

Et concernant l'art métier, il ne faut pas être dans la connotation pécuniaire. Parce que dans l'Art Contemporain, 98% des artistes qui exposent, produisent, ont des métiers à coté, car les mécènes, il n'y en a peu. Dans la musique, c'est pire, les mécènes n'existent pas, ce sont les producteurs qui sont là pour des questions d'investissement.
Donc, toute création téléchargée, même si ce n'est pas flagrant porte son lot de dommage collatéraux. Est ce légal ou pas, est ce moral ou pas. A vous de voir, moi c'est tout vu.

PS HS : Keltan, pour la photo, c'est surtout l'œil du photographe qui fait le gros du travail. Le matériel lui est secondaire pour les bonnes photos, même si un réflex est une très bonne base.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

iouou55 a écrit :

Mon compagnon et moi même lisons énormément, et le livre en tant qu'objet est effectivement quelque chose qu'on apprécie, comme en témoigne notre bibliothèque. Pourtant, si le Kindle ne coutait pas un prix faramineux, nous serions certainement acquéreurs. Parce que si les artistes veulent tant vivre de leur art, personnellement je suis financièrement incapable d'assouvir ma soif d'art... Vous voyez le problème ou pas ?

Bon là je peux comprendre, c'est vrai que lorsqu'un livre parait pour la première fois il coûte environ 20 euros et c'est pas donné. Mais le coût est justifié par le nombres de personnes qui vivent sur l'argent de ce livre : la maison d'édition, les correcteurs, les graphistes, les diffuseurs, les libraires, etc.....  sans oublier bien sûr l'auteur (environ 1 à 1.50 euros par bouquin vendu). C'est pas non plus le Pérou.

iouou55 a écrit :

Je continue à ne pas adhérer à l'art-métier, je considère le boulanger non pas comme un artiste, mais comme un artisan.... et faire de l'artisanat un métier ne me pose absolument aucun problème puisque la démarche est totalement différente.

Là on retourne à la Renaissance italienne avec le shisme artisan/artiste. On peut alors se poser la question de savoir si un boulanger est un producteur d'utile donc monayable, et l'artiste créateur de spirituel donc gratuit ?
En résumé l'Art serait-il une catégorie supérieure à l'artisanat ?

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

A mon sens, quand on aime lire, on aime l'odeur du papier qui vieillit

Moi c'est l'inverse, j'adore l'odeur du papier neuf... Sans déconner, je la respire à grandes bouffées.
Un autre truc important avec les livres, c'est le contact du papier. Irremplaçable. A tel point que je n'arrive pas à lire certains livres à cause de leur texture déplaisante. (regarde ses Eiji Yoshikawa dépité.)

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Bender a écrit :

L'egalite des classe et sexe dans la politique, que ce soit un fermier qui puissent arriver a faire quelque chose ( mon fermier c un melange entre roparz et le stereotypes du pecore, voyez le niveau), des clin d oeil, J ai invente, une race, j ai invente de la culture elfes, le nain ne s enguele pas avec un elfe mais avec un pecore, mon groupe est composé de plusieur femme un guerrier et un pecore loin du cliche un elfe un ranger et un nain. ...

C'est des mini detail maais cela suffit a ouvrir cette univers. En plus les livres de ce genre en general c des paves de 1200 pages parfois meme le tome. Alors que moi je fais un truc qui fait 250 a 300 pages le tome.
J'incruste des definitions pour ce qui connaissent pas....

Ouais d'accord mais bon le coup du fermier qui devient un héros c'est du déjà vu puisque Frodon dans le SDA est un fermier en quelques sorte...Pis l'égalité des sexes, Kathryn Rush a écrit une dizaine de volumes ou la femme a un rôle tout aussi important que l'homme, pis niveau races, cultures et le reste...

Enfin, j'ai pas lu ton bouquin alors je critique facilement, peut-être qu'il sera très bon, mais faut pas s'emballer non plus les gars. Un bouquin sur le net, ça se télécharge plutôt pas terrible. A mon sens, quand on aime lire, on aime l'odeur du papier qui vieillit. Voilà pourquoi j'achèterais jamais leurs daubes de livres électroniques. J'ai besoin du contact du papier, de l'odeur de la vieille feuille qui a trainé dans des bibliothèques, j'achète toujours mes bouquins sur des marchés aux livres ou chez des petits bouquinistes des quais de Saône et du vieux Lyon. Tu y trouves vraiment des bon trucs et des superbes éditions.</div></blockquote>A la difference de frodon mon heros n est pas amene a faire ca quete car son grand pere s appelle pas bilbo. C surtout qui va pas avoir de chance.
Et puis le SDA c stereotypes du groupe commpose d un elfe, d'une nain et d une ranger. C a cause de ca que maintenant tu vois presque ca.
Quand tu veux faire des modification dans un univers si utilise et complexe actuellement, si tu modifie tout d un coup ton lecteur se paume, pige rien et laisse tomber. Il faut lui laisser le temps de s habituer au changement, c'est aussi pour ca que je le fais en 4 volumes.

Semi-Croustillant
Hors ligne
Caelia a écrit :

Là on retourne à la Renaissance italienne avec le shisme artisan/artiste. On peut alors se poser la question de savoir si un boulanger est un producteur d'utile donc monayable, et l'artiste créateur de spirituel donc gratuit ?
En résumé l'Art serait-il une catégorie supérieure à l'artisanat ?

Une évolution de l'artisanat, dire supérieure se serait de la vanité.
Tu connais le cycle de la Belgariade Geralt ?

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Krakvar a écrit :

Là on retourne à la Renaissance italienne avec le shisme artisan/artiste. On peut alors se poser la question de savoir si un boulanger est un producteur d'utile donc monayable, et l'artiste créateur de spirituel donc gratuit ?
En résumé l'Art serait-il une catégorie supérieure à l'artisanat ?

Une évolution de l'artisanat, dire supérieure se serait de la vanité.
Tu connais le cycle de la Belgariade Geralt ?</div></blockquote>Je ne suis pas certaine que l'on puisse parler d'évolution de l'artisanat, car cela reviendrait à dire qu'il y a eu mutation et que le principe de base serait obselète. Autrement dit l'artisanat est mort, vive l'art; ce qui n'est évidemment pas le cas. Et tu as raison se serait le comble de la vanité.
Lorsque j'ai posé la question de savoir si l'art était "supérieur" à l'artisanat, pour moi la réponse est non. L'artisan comme l'artiste a un savoir faire, après c'est l' "investissement" personnel qui varie.

C'est difficile à expliquer, mais lorsque je lis qu'il est pour ainsi dire inadmissible que les artistes vivent de leur art, je ne comprends pas (expliquez moi). Car si l'on accepte qu'un boulanger se fasse payer parce que faire du pain est un boulot, je ne vois pas pourquoi on le refuserait à un auteur ? Dans les deux cas ils s'agit du partage d'un savoir faire et même, comme tu l'as dit, d'un art.

PS : oui j'ai lu David Eddings mais je ne suis pas sûr de bien comprendre le rapport ?

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Krakvar a écrit :

Là on retourne à la Renaissance italienne avec le shisme artisan/artiste. On peut alors se poser la question de savoir si un boulanger est un producteur d'utile donc monayable, et l'artiste créateur de spirituel donc gratuit ?
En résumé l'Art serait-il une catégorie supérieure à l'artisanat ?

Une évolution de l'artisanat, dire supérieure se serait de la vanité.
Tu connais le cycle de la Belgariade Geralt ?</div></blockquote>non, je ne connais pas de le cycle de la Belgariade. Mais je sens que tu vas me l expliquer ^^

Semi-Croustillant
Hors ligne

Euh Caelia, la question sur la belagariade c'était pour Geralt.

D'ailleurs Geralt je ne vais rien t'expliquer, je ne suis pas là pour ça, c'est toi qui verra par toi même si ça te chante.
Je vais juste te donner une phrase d'accroche (ou pas) "c'est l'histoire d'un jeune fermier Garion, qui va forger son destin".

Je ne suis pas certaine que l'on puisse parler d'évolution de l'artisanat, car cela reviendrait à dire qu'il y a eu mutation et que le principe de base serait obselète. Autrement dit l'artisanat est mort, vive l'art; ce qui n'est évidemment pas le cas. Et tu as raison se serait le comble de la vanité.
Lorsque j'ai posé la question de savoir si l'art était "supérieur" à l'artisanat, pour moi la réponse est non. L'artisan comme l'artiste a un savoir faire, après c'est l' "investissement" personnel qui varie.

Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire, l'évolution qui symbolise une mutation, oui, c'est vrai, et c'est ce qui s'est passé à la renaissance, le principe de base obsolète ? Non, puisqu'il a perduré en même temps que la forme évolué, et ces deux choses ont d'ailleurs évoluer au travers des différentes époques.
Ce qui fait qu'on à deux choses, l'art et l'artisanat qui coexiste, mais qui se distingue par leurs domaines d'application et leurs objectifs.

Pas de mort d'un système pour un autre, seulement une évolution (qui n'est pas une fin en soi).

C'est difficile à expliquer, mais lorsque je lis qu'il est pour ainsi dire inadmissible que les artistes vivent de leur art, je ne comprends pas (expliquez moi). Car si l'on accepte qu'un boulanger se fasse payer parce que faire du pain est un boulot, je ne vois pas pourquoi on le refuserait à un auteur ?

C'est le résultat de cette bonne vieille image romantique de l'artiste, vivant comme un pouilleux dans un appartement crasseux avec pour seul ambroisie son art, et sa muse étant le nectar de ses inspirations.
Bref, de la belle connerie. J'invite les gens à vérifier en allant dans une faculté d'art, que les gens ne sont pas dans leurs intégralités habillés comme des sacs bariolés plein de couleurs avec des modes de vie marginaux par rapport à un standard bourgeois quelconque. En tous cas je trouve l'image amusante, même si elle est parfois reprise par des gens que l'on peut penser à l'abri de stéréotype grossier.

Scribe et archiviste officiel
Hors ligne

  Ce message a été posté par une personne qui n’est plus inscrite aujourd’hui.

Je te remercie Krakvar tu m'a permis de faire ma boulette quotidienne. :lol:   (je trouve que c'est une bonne moyenne).

Bien entendu l'art et l'artisanat sont étroitement liés et évoluent en parrallèle. Ce que je voulais dire c'est que l'un n'a pas la suprématie sur l'autre. :)

Sinon tu as raison pour les facs d'arts, en dehors des cours désastreux (en tout cas dans la mienne :mad: ), tout le monde n'est pas habillé selon le stéréotype de l'artiste maudit. La seule chose qui ne diffère pas vraiment c'est que chacun aimerait gagner des millions d'euros avec ses toiles ou sculptures. (Bon à partir de là on peut partir sur les salaires démesurés comme ceux du foot, mais ce n'est pas le sujet). De toute façon les artistes sont comme tout le monde ils vivent eux aussi dans une société capitaliste et s'ils veulent vivre ils faut bien qu'ils gagnent de l'argent et dans le meilleur des cas grâce à leurs créations.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Qui a dit Jeff Koontz ? ;)

Je suis d'accord avec toi, malheureusement, souvent, selon le contexte social où on se trouve des stéréotypes doivent faire pencher la balance pour l'un et l'autre. Et du coup, le téléchargement, l'appropriation d'une œuvre sans qu'il n'y ai de retour pour son auteur ? (retour moral ou économique) C'est bien ou mal (éclate de rire), heureusement que la société n'est pas trop manichéenne, qu'est ce qu'on s'emmerderait sinon. ^^

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB