Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui met du beurre au fond du plat !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Semi-Croustillant
Hors ligne

Mary> Laisses donc les gens penser que tu ne fais pas avancer la france, petit à petit on devient indispensable dans cette société du visuel et dans un avenir proche nous contrôlerons le monde mouahahaha... :D

Keltan> Je suis assez d'accord. L'art est secondaire, ou du moins ne contribue pas directement à notre survie physique. Mais je conçois mal (et Mary aussi je pense) cette idée selon laquelle l'Art n'a qu'une valeur morale, qu'un artiste devrait offrir ses oeuvres ou pour être plus dans le sujet qu'il devrait être honorer qu'on le pirate. D'un certain point de vue oui, voir les gens aimer ce que l'on créé est extrêmement plaisant mais voir qu'en parallèle ils considèrent que ça ne vaut pas un rond, ça l'est nettement moins.
Pour prendre un exemple concret, certains artistes ont mis à disposition une œuvre sur le net en proposant à chacun de payer ce qu'il veut. Comme Radiohead a pu le faire ou comme 2D Boy avec Wolrd Of Goo. Les statistiques qui en ressortent sont intéressantes. Pour ce dernier certaines personnes ont dépensé 60€, d'autres 20€, pas mal 10€ et la grande majorité a payé 0.05cents (le minimum autorisé pour la transaction). 2D boy s'est fait pas mal d'argent en une semaine, très confortable pour les deux compères. J'ai donc une question. Doivent-ils être heureux d'avoir gagné suffisamment pour vivre et faire un autre jeu ou doivent-ils prendre la mouche parce qu'une majorité considère que leur boulot ne vaut quasi-rien? Ou est-ce qu'on peut partir du principe que ceux qui ont les moyens ou qui se donnent les moyens payent pour ceux qui en ont moins ou qui ne veulent pas les consacrer à ça?

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Ketlan m'a gentiment invité a venir poursuivre une discussion commencer ailleurs ici... donc je m'exécute :D .

Ma position sur le téléchargement est schizophrénique, je suis contre mais cela ne m'empêche pas de le faire.

J'ai notamment regarder les deux saisons de Hero Corp en Streaming.
Mais comme je l'ai également dit, parce que j'ai apprécié, j'ai acheté la saison 1 en DVD.

En fait je me sers du téléchargement un peu comme un test. J'écoute un album ou je regarde un film et s'ils me plaisent j'en fais l'acquisition légalement que ce soit par l'achat du support physique ou sur une plateforme de téléchargement légale.

Ce que je condamne c'est l'attitude de certains qui sous pretexte que c'est possible n'essaye pas de se poser la question de savoir si oui ou non c'est préjudiciable au créateur.

En effet pour les grosse maison de disques ou les grands studio, le préjudice est moindre. Ils ont une perte de leur recette qui les amène à changer leur manière de vendre et de produire. Mais est-ce pour autant que ce changement d'attitude est positif ? Je ne pense pas. Déjà qu'avant ils faisaient dans l'ultra commercial, aujourd'hui c'est pire. Des artiste kleenex, des films vides ne reposant que sur le fait qu'il faille les voir en salle pour les apprécier pleinement.

Alors quand on a la chance en France d'avoir des chanteur, réalisateurs, scénariste qui se casse un peu la nenette pour faire dans l'original et se démarquer un peu, ça me met en colère que l'on estime normal de télécharger sans contrepartie.
Croyez-vous qu'ils sont nombreux à télécharger l'intégral de Navaro ? Moi je ne crois pas. En revanche, Kaamelott, Hero Corp oui.

Hero Corp doit une grande partie de son succès à internet et au streaming (sur le site ou j'ai trouvé les liens mégavidéo, c'était la 3ème série la plus visionnée) mais combien des personnes qui réclamment la saison 3 l'ont-il vu sur l'une des chaines qui l'a diffusé ou on fait l'acquisition du coffret de DVD.

Pour qu'un producteur investisse sur une telle série, surtout en France, il faut qu'il soit certain de pouvoir faire des bénéfices. C'est triste mais c'est comme ça. Si les producteur font un ratio cout/recette sur Hero Corp et qu'il constatent que ce n'est pas bankable, que leur importe que des millions de personnes on visionné la série en streaming ? Pour eux c'est de l'argent jeté au feu... les voilà les limites du téléchargement à mon sens.

Chef de Clan
Hors ligne

Du coup, autant acheter les coffrets d'HC ou de Kaamelott, parce que vu le prix (en général 30,00 euros ... c'est limite donné pour la qualité du packaging et du contenu) faut pas se priver. Mais c'est plus la "culture" actuelle qui tient plus de l'enfant gaté (le fameux "tout et tout de suite") qui a conduit au débordement du téléchargement.

Croustillant
Hors ligne

Je dis juste ça:
Dans les dvds on a: Les bonus, une superbe bande son 'DTS Dobly ect...'
Alors pourquoi télécharger.
Je peux comprendre qu'on est pas des saints et que tout le monde a déjà fait un téléchargement illégal au moins une fois dans sa vie, mais la qualité qu'apporte un dvd et surtout quand l'auteur nous offre des bonus excellents pourquoi se privé?

Doyen
Hors ligne

Parce qu'on a pas de sous.

Du moins, c'est ma raison principale pour le faire. Mon budget est déjà assez limité comme ça, et sachant que je peux avoir accès à certains loisirs gratuitement (musique principalement pour mon cas), je ne m'en prive pas. Après, comme dit plus haut, si je peux acheter pour encourager l'artiste, je le fais, mais en sachant qu'il faut compter pas loin de 15 euros par album (surtout pour ceux qui ne changent pas de prix dans un cadre promotionnel), je m'abstiens. Je fais de rares exceptions (pour Kaamelott et Daft Punk, principalement, j'achète sans analyser en profondeur).

Cependant, les "anti-pirates" ont de quoi se réjouir : la méthode n'est pas encore infaillible : l'album éponyme du groupe The Amplifetes est sorti le Lundi 13, un groupe de musique mélangeant plutôt bien le rock, la pop et l'électro qui commence à se faire un nom en passant leur titre "Somebody New" sur Virgin Radio à 3 rotations pas jour (du moins, je crois que c'est ce chiffre, à vue de pied) et qui a fait un live sur cette même radio la semaine dernière. Un album donc plutôt accessible à priori. Samedi, j'ai finalement reçu le CD (13,45 euros, merci l'industrie du disque) via Amazon, m'étant résigné à l'acheter après avoir retourné une bonne partie du net à sa recherche, ne trouvant que le moyen de télécharger le live.

(Et je ne regrette qu'à moitié mon achat, d'accord, mon porte-monnaie a eu mal, mais la musique est plutôt de qualité, n'hésitez pas à visiter leur chaîne YouTube pour découvrir leurs trois vidéo clips.)

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Les raisons économique, je les comprend, comme je comprend dans une certaine mesure que l'on télecharge des choses que l'on aurait jamais acheté si le téléchargement n'existait pas (une chanson débile pour un délire ou pour faire une blague)

Mais si le téléchargement émanait uniquement de ceux qui ne peuvent pas se permettre d'acheter beaucoup d'album on en parlerait pas autant.

Mais beaucoup de personnes ayant des moyens financiers confortables s'adonnent à ces pratiques et ce sont souvent elles qui viennent ensuite se plaindre en disant qu'il n'y a que de la BIPPPPP en terme de création musical.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Pareil que Desmu. Pas de sous, je suis étudiante et donc le téléchargement ça "m'aide" un peu. Mais pas pour tout.

Je suis à Caen et ayant moins de 26 ans et étudiante, j'ai accès à du cinéma d'auteur à prix très raisonnable (deux salles nikeles pour ça) et une salle de ciné avec toutes les sorties où la séance est à 3.60 €. Sachant que je vais au ciné minimum une fois par semaine, c'est très bien. Du coup, je télécharge pas de film, je prends ceux que des potes me proposent (rarement), mais je télécharge vraiment pas du cinéma. La preuve, les seules fois où j'ai téléchargé (deux ou trois fois maxi), c'était à Glasgow où la séance revenait à 6,50£.... J'me suis donc pas mal privée pendant cette période.

Les séries, j'en ai téléchargé une ou deux mais pareil, très rarement, car il y a Allo Streaming. Ou, encore une fois, je prenais sur les pc des copains.

C'est la musique que je télécharge le plus. Ca je reconnais. J'écoute beaucoup de musique, et si je suivais dans les achats ça ferait du un album minimum par semaine. Pas possible. Je suis étudiante, j'ai d'autres priorités. Depuis que j'ai découvert SPOTIFY (que je vous conseille), je télécharge quasiment plus. Cette base est énorme, y a TOUT ! C'est les avantages de deezer et d'une bibliothèque média combinés. Mais il faut, bien sûr, avoir internet (ce qui est majoritairement le cas c'est vrai). Donc grâce aux parades je télécharge moins voire plus du tout...

J'en suis vraiment pas fière, d'autant que les artistes que j'aime le plus sont parfois un peu underground et donc moins connus que des U2 ou autres, donc je leur fais grand tort.... mais en France la culture est un luxe. J'ai comparé le prix de sortie du dernier album de Muse au Royaume Uni et ici en France.... C'était du simple au double.... Donc là aussi y a un peu (beaucoup) de foutage de gueule. Le pire, c'est pour les jeux vidéos.... Entre un FF 13 à 40£ sur PS3 (voir 30 d'occaz) et une occaz à 65€ en France.... mais je dl pas de jeu. C'est juste un constat.

Chevalier
Hors ligne
Desmu a écrit :

Parce qu'on a pas de sous.

Du moins, c'est ma raison principale pour le faire. Mon budget est déjà assez limité comme ça, et sachant que je peux avoir accès à certains loisirs gratuitement (musique principalement pour mon cas), je ne m'en prive pas. Après, comme dit plus haut, si je peux acheter pour encourager l'artiste, je le fais, mais en sachant qu'il faut compter pas loin de 15 euros par album (surtout pour ceux qui ne changent pas de prix dans un cadre promotionnel), je m'abstiens. Je fais de rares exceptions (pour Kaamelott et Daft Punk, principalement, j'achète sans analyser en profondeur).

Pareil pour moi. J'ai downloadé tous les livres de K. et les BDs, mais je les achète peu à peu quand j'ai de l'argent. Ceux que j'aime vraiment, je vais acheter. Par contre, je vais pas dépenser un sou pour une chanson merdique de Kesha à laquelle j'ai accroché et franchement, j'ai du mal à me sentir coupable XD

Remarque Desmu, si tu disais "parce qu'on a pas de sous", AA te sortirais sans doute son analogie du pain. Si t'as pas d'argent pour t'acheter du pain, ben t'en mange pas... En général je suis plutôt d'accord avec AA quand il donne son avis sur quelque chose, mais là franchement, j'ai vraiment l'impression qu'il a pas bien réfléchi à tous les aspects du truc, parce qu'on s'entend que c'est plus compliqué que d'accuser les téléchargeurs de voleurs parce qu'il y a des dimensions positives pour l'industrie aussi. Et sans doute qu'AA a jamais manqué d'argent pour s'acheter ses DVD de Goldorak et il en a de la chance.

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Le problème de l'analogie avec le pain, c'est qu'il dérive souvent vers la débilité qu'avancent tous les artistes : «télécharger un album c'est comme partir avec le disque sans le payer chez un disquaire», ce qui est totalement faux. Le problème vient du fait que les artistes sont en majorité sincères ; les majors par contre, savent très bien que c'est de la manipulation, qu'ils sont sur la brèche parce qu'ils ont raté le coche il y a 10 ans. Mais ils essaient coûte que coûte de sauver un modèle économique voué à l'échec, c'est ça qui est grave :/

Chef de Clan
Hors ligne

Et puis comme le dit si bien Raspigaous (groupe de reggae marseillais) :
" heureusement il y a le direct et la scène , il y aura toujours de bonnes sessions nous ne pourrons jamais graver la vibration, mais c'est une nouvelle ère économique, un nouvel élan pour la musique!"

Chef de Clan
Hors ligne

Je reviens sur l'analogie du pain qui me semble, au contraire (je suis plutôt de l'age d'Astier, remarquez ..) essentielle.
J'en reviens également à cette manie du "tout vouloir tout de suite". C'est pourtant simple le truc : t'as pas les moyens, ben t'achètes pas. Mais c'est linéaire au possible. Prenons l'exemple des CD : on peut être raisonnable et écouter un CD pendant quelques jours au lieu (et c'est monnaie courante) de vouloir dix CD pour une journée. On est aussi à la mode de la chanson jettable, et qui pourtant en téléchargement est pas si chère que ça. Moi, je commande tous mes disques sur Amazon (et entre fr, de et uk, on a pas mal de choix) et je les paye pas plus de 10 voir 11 euros. Allez, deux paquets de clope si on va par là (et j'ai fumé également, je sais de quoi je parle). Le cinoche, pareil. C'est vrai qu'à Caen on a des petites salles qui permettent d'avoir des séances à pas cher, mais si on se démerde bien également, on peut s'arranger avec un pote voire même, encore une fois, attendre la diffusion du film en vod (pas si cher que ça, souvenez vous des vidéo clubs qui ont (tiens donc) disparu ou du moins, quasiment). Pour tout cela, c'est pareil. Pour les jeux vidéos, il suffit d'attendre un peu également, le produit passe rapidement à un prix compétitif (je n'achète pas à plus de 35 euros un jeu en général, sauf Fifa et Call of Duty), et si on achète le jeu neuf, on peut le revendre rapidement et ne pas trop perdre dessus (incompréhensible pour moi, mais bon ...). Non, c'est la façon de consommer qui est à l'origine de cette volonté de télécharger et de s'abreuver de trucs toujours plus nouveaux pour moi. Il m'arrive de télécharger également, mais j'essaye de le faire sur :
- des trucs déjà diffusés sur des chaines (genre la saison 5 de LOST que j'ai pas et que je vais bien finir par trouver, vu que la 6, je l'ai enregistrée)
- des trucs que j'ai déjà acheté (oui, à une époque que vous ne connaissez pour la plupart, sans doute pas, on achetait des K7 ... du coup, plutôt que de me racheter un truc en CD ... exception faite parfois de certains albums remasterisés et vraiment pas chers (les premiers Eurythmics par exemple).
Alors non, l'excuse du "j'ai pas de sous", je la prend comme Astier que je comprend bien plus, à ce niveau.

Semi-Croustillant
Hors ligne

Propose à des affamés d'avoir du pain de façon contournée, au détriment de ceux qu'ils le font, tu verras s'ils le prennent pas.

Je suis pas d'accord pour les jeux vidéos.... Les jeux très populaires ne baissent pas aussi vite, un jeu comme Fable II par exemple est resté trèèèès longtemps à un prix exorbitant. Parce que ce qui marche, ça coûte cher et assez longtemps. Pendant l'époque de la PS1 et compagnie, on pouvait s'acheter des jeux parce qu'ils étaient pas chers. Quand j'avais la Séga Saturn, j'ai finit avec 25 ou 30 jeux.... Sur PS3 ou Xbox c'est juste impossible, quand "t'as pas de sous". Aujourd'hui, les consoles proposent des jeux qui peuvent aller jusqu'à 80€ !!!! Alors parce que l'industrie a changé, on devrait arrêter de jouer ?
Pour la musique, découvrir plein de choses ne veut pas dire qu'on les écoute pas. Pour ma part en tout cas. Je passe d'abord par Spotify ou Deezer, j'en découvre un paquet et ensuite j'en sélectionne que quelques uns qui valent la peine. Ça ne veut pas dire que je ne tente pas de les acheter ensuite.

Je suis ok sur le fait qu'on consomme beaucoup plus et beaucoup plus vite. Mais même sans ça, si tu veux avoir un accès à la culture un peu complet, t'es dans la m**** quand t'es étudiant. Pour ma part, j'aime le théâtre, les concerts, la musique, la lecture, le cinéma... Alors j'avoue que quand t'as moyen d'avoir les choses sans te ruiner, tu cherches pas à comprendre. Je fume pas hein, je sors pas tous les soirs non plus, mais mes études me permettent pas d'avoir de job, j'ai pas non plus de bourse, je paye déjà une fortune de livres ou de bibliothèque par mois (dont trajet Caen-Paris pour aller à la BNF, et des déplacements en plus en général pour accéder à des collocs, des archives ou des bibliothèques plus lointaines).... etc. Je vis dans une cage de 9m² où quand je rentre je vois quatre murs qui se battent en duel. Donc j'avoue, j'ai aucun scrupule à rentrer chez moi, me coller sur mon pc et me détendre en écoutant ou en regardant un truc téléchargé (par moi ou par un autre).
Damn it, on dirait que j'me justifie, mais pas du tout. Juste, pour ma part je trouve que le truc du pain, c'est un peu risible et facile quand on est salarié ou à la tête d'un des plus gros succès en France. Ca ne veut pas dire que je ne comprends pas hein, c'est tout à fait logique, mais avant de montrer du doigt ceux qui téléchargent, faudrait peut-être montrer du doigt ceux qui "font" la culture, ceux qui la mettent à disposition et qui se font des marges pas possible. La dernière fois, j'me baladais à Toulon, j'ai voulu aller au ciné. Pas de tarif étudiant, 10€ la séance. = D Woooh !

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Je ne remet pas en cause le téléchargement en lui-même, mais le fait que parce que c'est possible on concidère, même lorsqu'on a les moyens, que l'on a pas à payer pour acquérir le travail des autres.

L'analogie du pain est maladroite parce que la symbolique est trop forte. Le pain étant la base de l'alimentation (ou du moins l'était) si on a pas d'argent pour acheter du pain on ne mange pas donc si on ne mange pas on meurt. On ne meurt pas de ne pas avoir le dernier album ou le dernier DVD qui va bien.

Mais sinon je rejoins BreizhKnight sur le côté, « je veux tout tout de suite. »
Je suis également de la même génération que AA (et Breizh) et adolescente j'achetais peu de disques. J'écoutais en revanche beaucoup la radio à partir de laquelle j'enregistrais, dans une piètre qualité, les morceaux que j'aimais bien.

Pour les films le cinéma a toujours été cher, deux ou trois séances par an, guère plus.

Alors peut-être que si l'on compare les comportements des adolescents et étudiants la consommation reste inchangée. Ils continuent à n'acheter que trois ou quatre CD par an et ne vont voir qu'une poignée de films en salle.

Mais les adolescents/étudiants ne font pas à eux seuls le marché de la musique et du cinéma. Les adultes, actifs qui gagnent convenablement leurs vies,  préfèrent dépenser leur argent ailleurs et voit dans le fait de télécharger le moyen de dépenser l'argent qu'ils économisent autrement.

Pour le moment l'industrie littéraire est encore préservée, mais avec la démocratisation du livre numérique, l'édition sera bientôt touchée par ce phénomène.
Le seul point positif pour la littérature, c'est tout ce qui est « œuvres tombées dans le domaine public » qui pourront être téléchargées gratuitement et légalement.

Je ne suis pas là à dire « télécharger c'est mal, brûlons tout ceux qui le font », je dis juste qu'il faut avoir conscience que lorsqu'on télécharge, et de surcroit un artiste que l'on apprécie, plutôt que de faire l'acquisition de l'œuvre, on prend le risque d'appauvrir la création, de la brider.
Acheter les œuvres des artistes que l'on apprécie c'est aussi montrer à ceux qui financent ces artistes que c'est ce que le public attend.

La France en a marre des Julie Lescault, elle veut du Kaamelott, du Hero Corp, du Pigalle la nuit ! La France veut des séries ambitieuses et créatives. Elle veut des artistes innovants, pas des mous du genoux juste bons à satisfaire la ménagère de moins de 50 ans.
Et même la ménagère de moins de 50 ans elle a changée. Je suis une ménagère de moins de 50 ans et je ne suis pas pour autant une jeune femme adepte de Soap, de saga de l'été et de variété fadasse.

En achetant Séries, Albums et films que j'apprécie, j'espère montrer aux financiers ce que je veux voir et écouter.

Chef de Clan
Hors ligne

Moi il y a un truc que je ne comprend pas : on n'arrête pas de nous dire que le téléchargement tue la création, bride les artistes. Bon ...

Constat : il n'y a jamais autant eu de productions que ce soit musicales ou cinématographiques que depuis ces 10 dernières années.

Exemple : rien que ce mercredi, il y a 13 films qui sortent le même jour en salle et cela rien qu'en France !!! Ramené à l'année je vous laisse faire le compte ! Et sur le lot, je vous dit pas le nombre de daubes infâmes...

Raisonnement bête et méchant : si tous ces films sortent, c'est qu'il y a de l'argent pour les produire.
Le problème des artistes bridés et non produits ne vient donc pas d'un manque d'argent (du au téléchargement) chez les majors/boites de prod mais bien des choix que ces dernières font de miser sur tel ou tel projet artistique. CQFD

Donc, la solution serait de miser sur le fait que si on arrête le téléchargement illégal, les producteurs auront plus d'argent et donc qu'ils se lanceront dans des projets plus audacieux et peut-être moins commerciaux...
Ben moi je crois que c'est un joli rève... : Si il gagne plus d'argent, ils se le metteront bien au chaud dans leurs fouilles et ils continueront à produire ma même m.....e, qui coûte moins cher et rapporte encore plus !

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Mais arrêtez de croire que le téléchargement ne nuit qu'au major et que les petite maison de disque ou les petits producteurs de cinéma s'en sortent honorablement. Eux aussi ils font les frais de ces comportement, mais leur difficultés attirent sans doute moins les média qu'un Universal ou Gaumont.

Les Major ciné, ont trouvé la parade avec la 3D. Elle produisent de grosses machines à grand coup d'effet spéciaux, projètent ça en 3D et tout le monde est content.
Moi personnellement, la 3D je déteste et il y a des films qu'il devient impossible à voir sans se procédé (Toy story 3 diffusé uniquement en 3D sur Paris et RP).

Chef de Clan
Hors ligne

Ouais c'est vrai que c'est chaud d'être OBLIGE de voir les films en 3D ... Trop Dur ! :-)

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Et bien moi je n'aime pas la 3D ^^
Et j'ajouterais que ça ajoute un surcoût de 2€ par film pour la location des lunettes.
On passe donc d'une place à plus de 9€ à une place à plus de 11€, donc oui y'a un momment la 3D, en plus de son côté inconfortable et qui n'apporte rien au film, et ben ça fait C*****

Semi-Croustillant
Hors ligne

C'est complètement HS, mais les lunettes, selon certains ciné, tu les achètes 50ctm et tu les gardes pour d'autres séances.... Mais je reconnais que c'est lourd, l'obligation de voir certains films en 3D. D'autant que certains (genre The Last Airbender) connaissent une version 3D à ch*er et que si tu veux l'éviter, tu dois trouver un ciné tout pourrit avec une image moisie et pleine de parasites...

C'est pas tant pour les grosses boites que pour les petits artistes que le téléchargement fait mal. Même si il y a beaucoup de productions, ça ne veut pas dire que ça marche pour eux.... mais le bon côté des choses c'est qu'en musique ça les pousse à trouver d'autres moyens, comme les concerts. C'est dingue le nombre de nouveaux festivals qui existent partout en France. Tu y vas initialement pour voir ou revoir des artistes connus sur les ondes et au passage tu y découvres des artistes locaux. Ca a obligé nombre d'artistes à se produire davantage et c'est bien, ça leur permet de se rapprocher davantage des fans, ça détruit un peu l'image des gars intouchables qui passent juste à la radio ou dans la salle de concert de la grande ville la plus proche et qui passent le reste du temps à faire la une des tabloïds.

C'est sûr que ça reste du vol, mais si on va par là, l'époque où on prenait tous les films sur des VHS quand ils passaient, ou les musiques sur des K7 à la radio, c'était du vol aussi. Une fois que t'avais le film ou la chanson, t'achetais pas la K7 après ? Ce qui change, encore une fois je vous suis, c'est vrai que c'est la vitesse, la multitude qui font que combinés on peut tout avoir tout de suite. C'est nul et ça casse pour beaucoup la notion des choses... mais ça n'a pas que des effets négatifs.

Chef de Clan
Hors ligne

Ben la 3D c'est pas si mal quand même dis donc ;)

Non pour en revenir à ce que j'ai lu là, y a quelques petites choses intéressantes et révélatrices aussi.
J'ai un ami qui en est à son deuxième album. Le premier était limite auto produit et du coup, il me disait que le téléchargement lui faisait énormément de mal. Ok y avait de la reconnaissance, mais la reconnaissance on paye pas les factures avec. Et pourtant, il est dans un tout petit label mais il veut faire de la qualité. Et comme tout, en musique comme partout, quand on veut faire de la qualité, on paye. C'est simple comme bonjour. Hero Corps, s'il n'avait été que téléchargé, je pense pas qu'on aurait vu de saison 2.
Sur les jeux vidéo ma copine Laudine de Caen, tu chipotes : j'ai une PS3 et j'achète pas mes jeux chers .. mais je les achète bien longtemps après qu'ils sortent, ou alors on se les prête entre amis aussi. Et c'est un truc que tu as dit qui m'a aussi fait sourire (mais gentiment, t'inquiètes, j'ai fait trois ans dans une chambre de 8 m2 pendant mes études ... c'est facile à décorer par contre) : "si tu veux avoir un accès à la culture un peu complet, t'es dans la m**** quand t'es étudiant" ... Ca résume pas mal le truc.. Non, moi par exemple je veux avoir accès à une audi A8 toutes options .. mais j'ai pas les moyens alors je m'abstiens. C'est là où je veux en venir aussi. C'est bien plus difficile d'économise pour s'acheter une mob que de la voler au pékin du coin. Le principe est là ; on a pas les moyens, d'où deux solutions : on attend de les avoir ou on se passe du truc. Et c'est largement possible, croyez moi. Mais bon, c'est aussi la société qui pousse et pousse encore à la conso. Comme toujours ... On met à dispo tout le matos pour télécharger, graver, dupliquer mais faut pas toucher... Y a comme un blème là ... Mais tout n'est pas de la faute des majors, faut arrêter un peu là ;)

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne
Flammeche a écrit :

Mais arrêtez de croire que le téléchargement ne nuit qu'au major et que les petite maison de disque ou les petits producteurs de cinéma s'en sortent honorablement. Eux aussi ils font les frais de ces comportement, mais leur difficultés attirent sans doute moins les média qu'un Universal ou Gaumont.

Les lois anti-«piratage» (d'ailleurs rien que ça, ça ne veut rien dire) ne sont absolument pas là pour aider les petites maisons de disque qui produisent des artistes peu connus. Les principales visées sont les très grosse boites, les majors, qui se tamponnent joyeusement des petits producteurs, du moment qu'eux continuent à encaisser des sommes gigantesques. Parce qu'ils continuent, contrairement aux prétendues enquêtes, «la culture est en train de mourir, osskour !!». «Les petits crèvent», c'est juste l'argumentaire dont se sert le gouvernement pour convaincre les cons d'avaler avec le sourire des lois ineptes et liberticides pour soutenir les majors.

D'ailleurs, on peut noter cette parfaite hypocrisie ces derniers temps avec Hadopi. Quels fichiers sont surveillés ? Les gros blockbusters, les albums qui cartonnent. 10 000 titres, 200 films. Donc, Universal, Warner, EMI... Kaamelott et Hero Corp, ils peuvent se toucher pour être soutenu...

Laudine a écrit :

C'est sûr que ça reste du vol

Non, encore une fois. Le téléchargement illégal, ce n'est pas du vol. Ça fait peut-être plus percutant de dire ça, mais ça n'en est pas moins faux.

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

La loi Hadopi franchement, je ne crois pas que ce soit la solution, car comme tu le fait remarquer Ketlan, elle protège les intéret des plus gros vendeurs.

Moi je préconise juste une démarche intellectuelle responsable de la part des consommateurs de produit culturels que nous sommes face aux choses qui nous plaisent vraiment.

Ensuite, quand tu dis que télécharger ce n'est pas du vol... un peu quand même non ? Au moins la partie des droit d'auteurs qui reviennent au auteurs, compositeurs, scénaristes ... non même pas ? bon ben je sors :D

Chevalier Feuletonniste
Hors ligne
Laudine a écrit :

C'est sûr que ça reste du vol, mais si on va par là, l'époque où on prenait tous les films sur des VHS quand ils passaient, ou les musiques sur des K7 à la radio, c'était du vol aussi.

1) Ce n'est pas du vol puisque c'est légal.
2) Cette époque n'est pas révolue (j'ai le Livre VI sur cassette grâce à mon fidèle - et très pratique - magnétoscope).

Grand Enchanteur de l'Ouest
Hors ligne

Le problème du téléchargement n'a réellement jamais concerné les artistes et personnes qui travaillent vraiment à la création : elles se sont toujours fait avoir par les businessmen au-dessus. Quand un artiste ne touche que quelques centimes sur un CD, ce n'est pas la faute au téléchargement mais bien aux maisons de disque qui se foutent de sa gueule.

Les droits d'auteurs sont risibles ; les acteurs et personnes qui travaillent dans le milieu du cinéma sont payés, que le film marche ou non. Pour un musicien c'est un peu différent, mais il est aussi rémunéré ; dire que le téléchargement est du vol revient à dire qu'on vole de l'argent à l'artiste, et donc qu'on l'appauvrit. Mais l'argent est déjà là, et l'artiste en touche quand même ; le problème vient du fait que si l'album/film/série ne se vend pas bien parce que trop téléchargé, la grosse boite qui le produit fera une marge bien moins importante que prévu, et c'est simplement ça qui ne leur plait pas. Les artistes qui ont hurlé au vol pendant les débats sur l'Hadopi sont des artistes qui ont leur carrière derrière eux et des couilles en or en résultat, pas des petits gars qui débutent. Sauf exception, le producteur rentre dans ses frais, quand tu regardes le budget investi pour un film ou un album, il est toujours amorti par les entrées en salle ou les ventes de disque, sans parler des concerts et autres sorties publiques qui rapportent beaucoup à l'artiste lui-même. Par contre, il ne rapporte pas 10 fois plus qu'il n'a coûté, comme Avatar pour reprendre l'exemple.

Techniquement, le téléchargement illégal est de la contrefaçon. Rien n'est volé, l'auteur n'est pas dépossédé de son bien. Faire la comparaison, comme énormément d'artistes l'ont fait, avec le fait de voler un dvd dans un magasin, c'est de la débilité pure. Un dvd est un bien matériel, c'est le support qu'on vole, et le propriétaire c'est le magasin ; l'artiste n'est en rien concerné par ça.

À lire sur le sujet l'excellent papier de Maître Eolas, ou comment prouver à Luc Besson qu'il raconte des conneries à en perdre haleine : http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/02 … luc-besson

Pécore
Hors ligne

Lol lol lol ! Elle est vraiment trop bien la vidéo de la fin de ton lien ! Et l'article d'Eolas est bien intéressant.

Pour apporter ma petite pierre au débat, je parlerai de :

1. Mes expériences vécues d'arnaques par les industries qui critiquent le téléchargement :
* Le groupe d'une très proche connaissance a sorti un CD. Le CD est sorti à la Fnac. Le prix de vente du CD par le groupe est de 10 euros. Le label l'a passé à 12 euros. Et chose vraiment marrante : la Fnac a passé le CD à 18 euros !!!!! Et le groupe découvre ça par hasard sur le site de la Fnac !!!! 18 euros !!! 6 euros de bénéf pur pour la Fnac ! Je trouve que, en plus de l'arnaque pure que ça constitue, ça pénalise aussi le groupe : qui va acheter le CD d'inconnus à ce prix ? A 12 euros, le CD a une chance... Mais à 18 ?
* Le vidéo futur auquel je me rendais avant a fermé : dès cette fermeture, j'ai voulu me tourner vers l'offre de téléchargement légal. Sauf que... Alors qu'une location sur place me coûtait en moyenne environ 2,60€ (je me souviens plus du prix exact), je me suis retrouvée avec des prix sur le net (et chez le même prestataire) à 3,99€ en moyenne : comment peut-on encourager le téléchargement légal alors que le prix de location augmente entre la location magasin et la VOD, alors même que les coûts de mise en place de la location sont moindres (pas de conseiller location à payer, pas de locaux à payer, pas de supports dvd à acheter : d'accord il y a aussi des développeurs, des PC et des locaux lorsqu'on met en place une boîte de téléchargement, mais je suis sûr que ça leur coûte moins cher qu'avant quand même) !

2. Mes arguments fétiches par rapport aux pertes concernant le téléchargement (désolé s'ils ont déjà été dit plus haut) :
* Mettons qu'il y ait 10 000 téléchargement illégal par jour, et que chaque téléchargement illégal fasse perdre 10 euros à l'artiste et aux majors (je fais des chiffres ronds pour que le calcul soit facile) : jamais on ne pourra considérer que l'artiste ou les majors perdent 100 000 euros par jour. Car les gens qui téléchargent n'auraient jamais dépensé les sous en question : soit ils n'auraient pas eu les moyens financiers de le faire, soit ils auraient tout bonnement refusé d'accorder un trop grand budget à leur budget CD-Films... Quelqu'un téléchargeant 10 medias par jour (films, musiques... ce qui est déjà énorme) n'irait jamais acheté 10 CD-DVD par jour. Je ne pense pas qu'il y ait vraiment une si grosse perte financière que ce qu'on dit.
* Voler un DVD dans un magasin fait réellement perdre 10 euros au magasin : le gérant du magasin a acheté le DVD à une "usine" ; si on lui vole ce DVD, il ne peut plus le vendre ; les 10 euros sont perdus. Mais télécharger quelque chose qui se duplique à l'infini - le numérique - n'ôte rien à personne. Je pense que c'est ça la différence entre vol et contrefaçon. Et là je rejoins mon argument du dessus : quelqu'un qui achète une contrefaçon Vuitton à 30 euros au lieu d'acheter un sac Vuitton à 1000 euros ne fait pas perdre 1000 euros à Vuitton, puisqu'il n'aurait jamais eu ni les moyens ni l'envie d'acheter un sac à ce prix là.

3. Pour finir :
Je suis de la génération magnétoscope. Quand une série passait à la télé, je l'enregistrais sur cassette pour pouvoir me regarder à nouveau les épisodes pendant mes vacances. Si aujourd'hui, au lieu d'enregistrer la série à la télé, j'attends que la diffusion soit finie pour la regarder en streaming, quelle est la différence ?

Bizarrement, avec tout ça, je suis quand même contre le téléchargement illégal... et je n'encourage absolument pas ce type de téléchargement. C'est une question vraiment compliquée. Je pense quand même qu'il faut un minimum acheter ce qu'on aime, ne serait-ce que pour récompenser et remercier ceux qui ont produit ce qu'on aime. Dommage qu'on ne puisse pas le faire dans de bonnes conditions à cause des intermédiaires.

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne
“Myval” a écrit :

. Mes expériences vécues d'arnaques par les industries qui critiquent le téléchargement :
* Le groupe d'une très proche connaissance a sorti un CD. Le CD est sorti à la Fnac. Le prix de vente du CD par le groupe est de 10 euros. Le label l'a passé à 12 euros. Et chose vraiment marrante : la Fnac a passé le CD à 18 euros !!!!! Et le groupe découvre ça par hasard sur le site de la Fnac !!!! 18 euros !!! 6 euros de bénéf pur pour la Fnac ! Je trouve que, en plus de l'arnaque pure que ça constitue, ça pénalise aussi le groupe : qui va acheter le CD d'inconnus à ce prix ? A 12 euros, le CD a une chance... Mais à 18 ?

Quand tu parles du prix du CD à 10 € tu parles du prix auquel il était prévu qu’il soit vendu au distributeur ou du coût du CD pour un tirage d’exemplaire donné. Parce que si c’est le second cas, il est normal que la maison de disque (ou label) le vende à un prix supérieur au prix de revient si elle a envie de gagner, ou de ne pas perdre d’argent. Ensuite la FNAC décide du prix final de vente. Sachant que c’est un groupe peu connu sur lequel il y a eu peu, voir pas de publicité. Ces CD prennent de la place en rayon et on donc un coût et si elle n’avait pas pu le vendre à ce prix et bien peut-être l’album n’aurait pas pu être distribuer dans ce réseau.

Ce sont les lois du commerce. C’est triste mais c’est comme ça.

“Myval” a écrit :

Le vidéo futur auquel je me rendais avant a fermé : dès cette fermeture, j'ai voulu me tourner vers l'offre de téléchargement légal. Sauf que... Alors qu'une location sur place me coûtait en moyenne environ 2,60€ (je me souviens plus du prix exact), je me suis retrouvée avec des prix sur le net (et chez le même prestataire) à 3,99€ en moyenne : comment peut-on encourager le téléchargement légal alors que le prix de location augmente entre la location magasin et la VOD, alors même que les coûts de mise en place de la location sont moindres (pas de conseiller location à payer, pas de locaux à payer, pas de supports dvd à acheter : d'accord il y a aussi des développeurs, des PC et des locaux lorsqu'on met en place une boîte de téléchargement, mais je suis sûr que ça leur coûte moins cher qu'avant quand même) !

Pour la différence de coût entre la location d’un DVD dans une boutique et la VOD. Il peut s’expliquer par le fait que la fainéantise a un prix. Mais je suis d’accord la différence de prix semble anormale.


“Myval” a écrit :

Mes arguments fétiches par rapport aux pertes concernant le téléchargement (désolé s'ils ont déjà été dit plus haut) :
Mettons qu'il y ait 10 000 téléchargement illégal par jour, et que chaque téléchargement illégal fasse perdre 10 euros à l'artiste et aux majors (je fais des chiffres ronds pour que le calcul soit facile) : jamais on ne pourra considérer que l'artiste ou les majors perdent 100 000 euros par jour. Car les gens qui téléchargent n'auraient jamais dépensé les sous en question : soit ils n'auraient pas eu les moyens financiers de le faire, soit ils auraient tout bonnement refusé d'accorder un trop grand budget à leur budget CD-Films... Quelqu'un téléchargeant 10 medias par jour (films, musiques... ce qui est déjà énorme) n'irait jamais acheté 10 CD-DVD par jour. Je ne pense pas qu'il y ait vraiment une si grosse perte financière que ce qu'on dit.

Permet moi de trouver ton raisonnement un peu simple.
Sur un CD vendu 20 €, la part revenant au droit d’auteur est de 1 €. (et là c’est même pas une estimation c’est juste histoire d’avoir un chiffre rond)

La question est est-ce que ces droits d’auteurs sont versés si le disque est vendu au réseau de distribution ou s’il est vendu au consommateur final ? (j’ignore la réponse)

En admettant qu’un album soit tiré à 10 000 exemplaires, tous les exemplaires étant écoulés au réseau de distribution, on peut alors dans le premier cas imaginer le montant des droits d’auteur s’élèvera à 10 000 € et cela même si le distributeurs reste avec 5000 exemplaires sur les bras.

Dans la seconde hypothèse, les 10 000 exemplaires sont envoyés dans le réseau de distribution. 5000 sont vendus. Alors les droits d’auteurs ne sont plus que de 5000  €.

En parallèle, l’album est téléchargé sur internet 10 000 fois. Il y a pour les auteurs une perte de 20 000 €. On peut pondérer ce chiffre en admettant que 50 % des personnes ayant téléchargée l’album ne l’aurait pas acheté s’ils n’y avaient pas eu la possibilité de le télecharger ou aurait contourné le système à l’ancienne en faisant une copie de support à support (gravure, d’un CD). Cela nous fait tout de même 5000 € de droit d’auteurs qui échappent au créateur.

Pour moi, le fait de télécharger n’est pas tout à fait comme voler un disque chez un disquaire, mais c’est tout de même voler l’essence même de ce qui fait que le disque existe, la création.

Vous opposez Major et petite maisons de disque, mais les deux fonctionnent de la même façon. Le prix de vente des Album produits par de petites maisons de disques ne sont pas moins élevé que celui des Major. Je dirais même qu’en pratique c’est le contraire parce que les Majors ont le moyen de financer des artistes grâce au profit qu’elles font sur leurs mastodontes (hélas elles le font peu, voir pas du tout pour favoriser de vrais talents)
Et il ne faut pas oublier non plus que le coût réel d’un album ne se résume pas qu’au droit d’auteur, il y a des coûts cachés, notamment les coûts de production, distribution et promotion de ces albums.

“Myval” a écrit :

Voler un DVD dans un magasin fait réellement perdre 10 euros au magasin : le gérant du magasin a acheté le DVD à une "usine" ; si on lui vole ce DVD, il ne peut plus le vendre ; les 10 euros sont perdus.

Non les CD et DVD sont fabriqués par une usine mais vendu par un éditeur mandaté par une maison de disque ou un Studio, voir directement par eux. Mais en effet, un CD volé dans une boutique fait perdre de l’argent au distributeur plus qu’à la maison de disque ou l’artiste (à la condition que le montant des droits d’auteurs soit calculé sur la vente aux distributeurs et non pas sur les vente réelles)

“Myval” a écrit :

Mais télécharger quelque chose qui se duplique à l'infini - le numérique - n'ôte rien à personne. Je pense que c'est ça la différence entre vol et contrefaçon. Et là je rejoins mon argument du dessus : quelqu'un qui achète une contrefaçon Vuitton à 30 euros au lieu d'acheter un sac Vuitton à 1000 euros ne fait pas perdre 1000 euros à Vuitton, puisqu'il n'aurait jamais eu ni les moyens ni l'envie d'acheter un sac à ce prix là.

Comparer le téléchargement à la contrefaçon et à mon avis une mauvaise comparaison.

Effectivement, une fille qui achète un faux  Vuitton à 30 € n’aura sans doute pas le moyen de se payer le même modèle à 1000 €. L’achat du produit contrefait n’est donc pas un achat perdu pour Vuitton, c’est juste un préjudice en termes d’image, une banalisation de son produit qui conduira peut-être ceux qui ont les moyens de se les offrir de se détourner de cette marque au profit d’une autre moins copiée. Le manque a gagné, s’il n’est pas quantifiable est réel.

Mais cette jeune fille avec son Vuitton à 30 € n’a qu’une contrefaçon. Elle peut faire croire si elle le souhaite que c’est un vrai, mais cela reste une contrefaçon (surtou qu’à 30 € il ne faut pas s’attendre à des miracle en terme de qualité de contrefaçon), alors qu’un album téléchargé, n’est pas une contrefaçon : c’est exactement le même album que celui que l’on aurait pu acheter sur un support CD ou télécharger légalement. La contrefaçon cela aurait été de télécharger une version de l’album chanté par un interprète dont la voix serait plus ou moins proche de celle de l’interprète original.


“Myval” a écrit :

Je suis de la génération magnétoscope. Quand une série passait à la télé, je l'enregistrais sur cassette pour pouvoir me regarder à nouveau les épisodes pendant mes vacances. Si aujourd'hui, au lieu d'enregistrer la série à la télé, j'attends que la diffusion soit finie pour la regarder en streaming, quelle est la différence ?

Je suis également de la génération magnétoscope et moi aussi j’enregistrais les programmes que je ne pouvais pas voir et je continue à le faire de manière plus moderne avec un enregistreur numérique.

La différence aujourd’hui entre l’enregistrement et le streaming, c’est que pour enregistrer il fallait avoir accès au programme. Si tu n’étais pas abonné à Canal + il aurait été compliqué de voir les programme qui y passait, à moins d’avoir un ami qui le faisait pour toi. Idem pour les séries américaines diffusées en France avec un retard de plusieurs mois sur le pays d’origine de la série ; il fallait attendre qu’une chaîne la diffuse pour pouvoir l’enregistrer.

Avec le Streaming, pour peu que l’on maitrise la langue de la VO, on accède au épisode quelques minutes après leur diffusion dans le pays de création et si on ne parle pas anglais, japonais ou que sais-je encore, il suffit d’attendre une poignée de jour qu’un Geek bien intentionné crée les sous-titre qui permettrons au plus grand nombre de ne pas à avoir à attendre des mois et des mois. Seuls les adeptes de la VF attendront sagement la diffusion sur une chaîne française.

La conséquence c’est que les séries faisant le Buzz aux Etats-Unis se retrouve en mal de diffusion en France.

Je prendrais pour exemple Heroes. Pour ma part j’ai entendu parler de cette série dès la diffusion des premiers épisodes aux Etats-Unis. C’était un vrai buzz. Tout amateur de fantastique se devait de la voir et l’attendait avec impatience. Un très grand nombre n’a pas eu le courage d’attendre et l’a donc téléchargée.

L’été suivant, TF1 diffuse la série pendant l’été et elle ne fonctionne pas car le cœur de cible l’avait déjà vu dans sa très grande majorité.  TF1 a donc fini par cédé les droits de diffusion à France Télévision qui la diffuse sur France 4 (chaîne du groupe très confidentielle).

Quelles conséquence pour Heroes et plus généralement pour les séries américaines ?

Et bien c’est une série qui coûte très cher et le bisness plan intègre l’exportation. Si la possibilité d’exporter à un bon prix diminue. Alors la série ne rapportera pas assez d’argent en local (diffusion sur les chaines américaine) et sera remplacée par une série qui rapportera plus. Et les série qui s’exportent le mieux sont des série à destination d’un public qui télécharge moins, un public plus âgés.

La solution serait que les chaîne Française diffuse ces série en VO sous-titrée quelques jours après la diffusion US. Canal + le fait avec Desperates Houswives en diffusant (et en VF) les épisodes quelques semaines (deux ou trois) après leur diffusion aux Etats-Unis. Lorsqu’enfin M6 daigne la diffuser, les fans eux l’on déjà vu et même en VF.

“Myval” a écrit :

Bizarrement, avec tout ça, je suis quand même contre le téléchargement illégal... et je n'encourage absolument pas ce type de téléchargement. C'est une question vraiment compliquée. Je pense quand même qu'il faut un minimum acheter ce qu'on aime, ne serait-ce que pour récompenser et remercier ceux qui ont produit ce qu'on aime. Dommage qu'on ne puisse pas le faire dans de bonnes conditions à cause des intermédiaires.

Là je te rejoins complètement ;)

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB